Observations d’ovnis et rencontres en République Dominicaine

Remarque : Scott Corrales de l’Institut d’Ufologie Hispanique (IHU) détaille quelques observations d’ovnis et rencontres avec des créatures non humaines en République Dominicaine, particulièrement à la lumière de l’observation récente et spectaculaire d’un appareil non identifié triangulaire…Lon

inexplicata – Le 29 Aout 2005, Carlos Peña, un ingénieur Dominicain, a vu un objet qu’il décrit comme un « ovni noir » qui volait à une altitude estimée de mille à 3 mille mètres (calculé d’après le vol de l’objet entre deux couches de nuages). « L’objet se déplaçait d’ouest en est et sa forme est difficile à décrire », a déclaré l’ingénieur dans son rapport. «J’ai été incapable de définir sa forme, mais je crois que c’est […] quelque chose comme les supposés  » humanoïdes volants « vu au Mexique au cours des derniers mois. Je ne peux faire le lien avec  quelqu’autre objet, que ce soit  comme les ballons, les oiseaux, les avions , etc, à cause de sa forme très étrange. « 

L’observation ne dura que quarante secondes, mais il est possible que se soit la seule observation d’un OVNI dans la République dominicaine au cours des dernières années.  Tout comme il est vrai que certains pays ou certaines parties de notre planète semblent être « sujets aux ovnis », il y en a d’autres qui restent ufologiquement  tranquilles pendant des décennies après avoir eu des études de cas importants impliquant des observations d’OVNIS et des rencontres qui frôlent le paranormal. L’un de ces pays est la République dominicaine, qui a connu une série de «volets» dans les années 1970 qui a attiré l’attention internationale, comme nous allons le voir dans le cas ci-dessous.

Perdu dans l’Antiquité

l’activité OVNI dans la République dominicaine peut aller aussi loin que les grottes: les premiers habitants de l’île nous ont laissé un héritage de pétroglyphes se trouvent dans la province de Sanamá, représentant des artéfacts inconnus projetant des rayons de lumière et d’autres avec des échelles clairement détaillées sortant leurs coques (les anthropologues décrivent cependant ces représentations comme des masques de cérémonie et des représentations des « demi« divinités de l’ancienne Tainos). Ces images sont loin d’être uniques : Aimé Michel, l’un des principaux chercheurs ufologues Français  était enclin à croire que de nombreux pétroglyphes découverts dans les grottes françaises et espagnoles représentaient effectivement des objets volants inconnus et non pas des «pièges de chasse, des filets ou des clôtures», comme les anthropologues le croyaient.

L’île a aussi bénéficié de la distinction d’être au centre d’une controverse qui fait rage depuis le 16e siècle: si elle a été découverte par Christophe Colomb lors de son second voyage dans le «Nouveau Monde», ou si elle a effectivement été découverte en 1480 par Alfonso Sánchez, maître de l’infortunée caravelle Atlante, qui a laissé des registres détaillés de son exploration de l’île avec une carte, qui peut avoir été en la possession du marin génois. Mais même cette controverse ne s’approche pas  de la fureur contemporaine sur les objets étranges signalésdans le ciel, les mers et les terres de la République dominicaine.

Une décennie d’activité intense.

Novembre 1972  marqué le point culminant de l’activité paranormale et ufologique en République Dominicaine. Un des cas les plus mémorables concerne la remarquable guérison d’une femme qui souffrait d’un cancer de l’estomac, suivant la soudaine apparition d’un objet volant non identifié. Le 6 Novembre de cette année, un service de prière a eu lieu à la maison de Mme Ramona Baez 45 ans, dans la ville de Paya sur la côte sud d’Hispaniola. Une dizaine de personnes se trouvait dans un cercle autour de Mme Baez, qui était couchée dans son lit. Soudain, l’une des invitées – une femme nommée Julia Elvira – aurait vu une lumière « comme une grosse étoile » à travers la fenêtre, approchant de la maison à une distance considérable jusqu’à ce qu’elle s’immobilise finalement   au dessus de la maison, l’inondant de lumière. Cet événement a provoqué la panique parmi les occupants , à l’exception de Marino Baez, qui menait la prière. M. Baez aurait « vu un ange », le prenant par la main pour le conduire vers le lit de maladie de  Ramona. Là, l’entité lumineuse aurait placé ses mains sur l’abdomen du patient, la faisant s’endormir. Cinq minutes plus tard, Ramona sauta hors du lit en disant qu’elle ne se sentait plus mal. À aucun moment, la patiente n’a jamais vu l’entité – que les mains de M. Baez sur son ventre et «une sensation de froid dans son dos ». L’affaire est devenue très connue dans toute la région, incitant les chercheurs à contacter l’oncologue de Ramona Baez, le Dr Oscar Espaillat, qui a confirmé son état et son statut, ajoutant que la femme n’était jamais retournée pour un traitement ultérieur.

Au début de la même année, la presse Dominicaine avait publié des rapports sur les guérisons remarquables réalisées par Luciana Pelàez de la ville de Barahona. Mme Pelàez était une fervente Catholique dont les guérisons attiraient l’attention nationale, même celle du président Joaquin Balaguer, qui déclarait que Mme Pelàez  » méritait le respect et une haute estime ». On ne sait pas si le chef de l’exécutif avait eu recours à ses soins comme cela s’est passé avec les guérisseurs et d’autres autres fonctionnaires latino-américains ( Plutarco Elías Calles avec « Niño Fidencio» au Mexique et  Jacinto Kubitschek avec le célèbre « Zé Arigô » au Brésil). Le 29 mars, Mme Pelaez a tenu une messe ouverte hors de la ville de Saint Domingue, demandant aux participants d’offrir des prières pour les malades et cautionnant que « quelque chose » pourrait se passer dans la soirée qui ne devrait être perçu que comme une « manifestation de Dieu ».

A dix huit heures trente, la guérisseuse entra en transe et la foule commença à pleurer et à crier, incitant le prêtre qui célébrait la messe à interrompre le service et à regarder vers le ciel : juste à côté de la lune, il y avait une « deuxième lune » qui s’élevait et plongeait dans les nuages, émettant une lueur jaunâtre qui augmenta devenant plus vive avant de faiblir de nouveau. Le service religieux ne put reprendre qu’après que le niveau d’excitation de la foule devant ce phénomène étrange ait disparu.

Des rencontres surprenantes avec des humanoïdes devaient bientôt suivre : en septembre 1972, un conducteur près de la ville de Palenque en République Dominicaine a été arrêtée par un trio d’extraterrestres en uniformes gris moulants, avec la peau au teint de citron. Un ovni en forme d’oeuf était en arrière plan et on peut comprendre que le conducteur devint inquiet pour sa sécurité. L’un des extraterrestres l’approcha et lui parla en espagnol parfait, lui disant qu’il a été auparavant aussi humain que lui, qu’il avait été sauvé de la noyade en haute mer  par des aliens dix ans auparavant. Son nom humain avait été Freddy Miller, et il s’était adapté avec succès à la vie dans le monde des aliens.

L’incapacité à trouver le sommeil  par une chaude nuit de printemps, est ce qui amena   Mario Garcia, un pilote privé, dans les pages de  UFO history. A deux heures du matin du 24 mai 1976, il sortit du lit pour respirer de l’air frais sur le balcon de son appartement. La présence d’étranges flashjs de lumière au sud l’incitèrent à aller chercher son télescope à l’intérieur, et en regardant à travers l’oculaire, il put voir un objet ovale, avec une petite rangée de hublots le long de sa partie médiane. Sa surface était polie à un tel point, que Garcia dira plus tard aux enquêteurs , que le moindre reflet aurait pu aveugler le moindre spectateur.  Se servant de ses connaissances en aviation, Garcia déclara que l’objet non identifié s’élevait de 50 à 100 pieds la minute, comme s’il avait  une cargaison très lourde » jusqu’à ce qu’il atteignit une altitude de 3000 pieds. A ce moment il rentra son train d’atterrissage  et son antenne décrivit des cercles un certain nombre de fois comme s’il cherchait à se brancher sur un signal ou dispositif de localisation. » L’étrange vaisseau digne de la science fiction disparut vers l’ouest « à une vitesse incompréhensible pour l’esprit humain. »

L’homme Robot :

Un après midi à jouer avec des cousins et une famille de chiens s’est transformé en complète rencontre avec l’inconnu pour un garçon de dix ans du village de  El Fundo. Il jouait dehors aux alentours de 17 heures dans la propriété familiale lorsque le chien – un collie – a commencé à aboyer furieusement vers un des hangars situés sur les lieux. De derrière le bois et la structure de zinc  a émergé « un homme comme un robot » qui a ignoré les vocalisations canines et s’est mis  à marcher en ligne droite, apparemment inconscient des enfants effrayés, qui s’étaient enfuis, et a heurté le bosquet. C’est quand le garçonnet de 10 ans a entendu un son inhabituels qu’il décrivit comme « une charge de cavalerie ». Se retournant pour voir quelle était la source du bruit, il fut surpris de voir un orbe, qui mesurait approximativement 1 mètre de diamètre (3 pieds), de couleur noire et surmonté d’une structure non identifiée, rouler sur le sol. La sphère s’est éloignée en roulant et a disparu dans les bois. L' »homme robot » pendant ce temps continuait son lent, inexorable déplacement en avant, s’éloignant de la scène, harcelé par le chien qui aboyait.

Selon le chercheur Manuel Fiallo, qui a interrogé les protagonistes, l’étrange entité portait un costume moulant de pantalons noirs et d’un peul rouge à manches courtes qui révélait « des bras écailleux citron vert ». Son  visage semblait ne pas avoir d’yeux et de nez, cependant la bouche fut décrite comme « normale ».

Des Aliens dans les champs de Cane

En mars 1977, le groupe Dominicain GOFOS (Grupo Observador de Fenómenos y Objetos Siderales) a enquêté sur un cas qui a eu lieu à   San Francisco Macorís, une communauté rurale dans le sud du pays. A une occasion en particulier un couple a été réveillé à 3h30 du matin par les pleurs de leur bébé. Quand la maman s’est levée pour aller voir,  elle a remarqué que la maison entière baignait dans une chaude lumière bleu-verdâtre. La mère le décrira comme « un éclair lumineux bourdonnant qui ne va pas disparaître ».

Le mari de la femme est sorti pour voir la source de cette mystérieuse lumière, craignant peut être un feu électrique quelconque. Il fut abasourdi par ce qu’il vit : planant au-dessus des palmiers à une hauteur de 15 mètres se trouvait  un disque avec un grand nombre de «grilles» qui émettait une gamme de couleurs, principalement du rouge, blanc, bleu et vert. Il retourna en courant dans sa maison, tandis que le bourdonnement augmenta. La chaleur devint insupportable alors que le véhicule s’éloignait de la vue, et le couple se retrouva avec une irritation des yeux et une sécheresse de la gorge qui persista pendant une semaine.

On n’en savait pas beaucoup sur les Ovnis en République Dominicaine à cette éposue, et certainement pas dans la région agricole de  San Francisco Macorís. Mais cela allait changer.

Dans la nuit du 24 Juin, 1977, un témoin anonyme a rapporté avoir vu une lumière énigmatique descendre lentement du ciel nocturne et rester immobile sur la mer. Une structure comme un tube a  émergé de la « coque » du véhicule et absorbé de l’eau de mer pendant une période prolongée. L’objet non identifié s’est élevé à nouveau au dessus du témoin, qui a remarqué deux êtres qui le fixaient à travers un hublot. Selon le témoin, un véhicule plus grand a absorbé cet engin plus petit et s’est perdu parmi les étoiles.

L’étape pour les observations s’est déplacée  de l’extrémité orientale de la République dominicaine à sa frontière occidentale avec Haïti, près de la région productrice de sucre de la baie de Ocoa, à la fin de 1977 et au début de 1978, avec des événements qui  prennent une tournure plus sombre : des mutilations, accompagnées par d’étranges lumières et créatures bizarres, ont tourmenté les coupeurs de canne de la ville de Barahona, qui ont rapporté  qu’un « chien gigantesque » découpait et mangeait les animaux domestiques en pleine nuit. Ce canin monstrueux possédait une intelligence au dessus de la moyenne, puisqu’il était capable d’ouvrir les enclos et les cages, extrayant la dernière goutte de sang de ses victimes infortunées, qui consistaient en grande partie de chats, poules et lapins. Les autorités locales ont rejeté toute suggestion surnaturelle, indiquant que c’était simplement « une blague de mauvais goût »  exécutée par les gens de cette région agricole.  Le fait que les habitants ne pouvaient se permettre sacrifier leurs animaux pour faire une blague a été jugé non pertinent.

Les mutilations ont été suivies de près par un nombre d’observations « d’occupants » alors que le volet atteignait son apogée : Des êtres en forme de Cône ont été vus en novembre 1978 par 5 femmes à Saint Domingue. Trois créatures, deux fois la taille de l’humain le plus grand, portant des lanternes sur leur abdomens, sont descendus d’une colline escarpée pour entourer une automobile qui a freiné brusquement.  Les phares de l’automobile se sont éteint alors que les  témoins entendaient des bruits qu’ils supposaient être des coups infligés au véhicule par le trio conique. Leurs cris terrifiés ont attiré l’attention des voisins, qui sont venus à leur aide.  On n’a pas trouvé de trace des êtres ou de la voiture qu’ils avaient encerclée.

Dans les années 80 et début des années 90, l’activité ufologique de la République Dominicaine est devenue étroitement liée aux incidents rapportés par les navigateurs commerciaux et de loisirs le long du passage de la Mona, le canal turbulent qui sépare  Hispaniola de Puerto Rico. Beaucoup d’immigrants illégaux, bravant  les eaux tumultueuses du passage pour atteindre le rivage ouest de  Puerto Rico, ont signalé avoir vu des lumières bizarres effectuant des manœuvres aériennes spectaculaires avant de plonger sans bruit dans les eaux sombres.  Un capitaine anonyme de bateau impliqué dans le commerce illégal des immigrants a déclaré que son bateau de pêche , avec sa cargaison humaine  a failli être retourné par l’émergence soudaine de dessous les vagues, d’un appareil lumineux.

IHU: Dominican Republic UFO Sightings / Encounters

Source : http://naturalplane.blogspot.com

One Response to Observations d’ovnis et rencontres en République Dominicaine

  1. sylv1 dit :

    Article très interessant,du fait que cette règion est loin d’être mise en avant dans le domaine ufologique,
    bien vu era!

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :