Un objet étrange sur Mars

17/02/2015
© Photo: Flickr.com/J.Gabás Esteban/cc-by-nc-sa 3.0 Lire la suite: http://french.ruvr.ru/news/2014_05_10/Des-organismes-viables-decouverts-sur-Mars-chercheurs-6413/

© Photo: Flickr.com/J.Gabás Esteban/cc-by-nc-sa 3.0 

Un article de Ken Pfeifer

Traduction Era pour Area51blog

Des spécialistes de l’archéologie martienne déclarent qu’ils ont découvert une soucoupe volante qui s’est écrasée sur la surface de Mars. Les chercheurs basent leur extraordinaire déclaration sur ce qu’ils croient être une preuve extraordinaire contenue dans une série d’images de la surface Martienne qui montrent le site d’un crash présumé vu sous plusieurs angles.

 Selon   Scott Waring du site UFO Sightings Daily, le site du crash dans la région Candor Chasma de Mars a les coordonnées : 6°25’40.89?S 76°53’48.65? W.  Waring décrit les images comme montrant ce qui ressemble à une soucoupe volante qui s’est enfoncée dans le sol en s’écrasant sur Mars.  « Cette structure enterrée semble  beaucoup avoir atterri sur la surface de Mars. C’est une découverte fantastique d’un vaisseau réel  qui s’est écrasé lors de son atterrissage « .

Dans la description de leur chaîne YouTube, les archéologues affirment que les images montrent « des ruines exposées sur Mars causées par le crash d’une soucoupe volante. » Ils suggèrent que le site du crash coïncide avec les ruines  antiques qu’un camarade chercheur, George Marquis, identifie comme « une ancienne usine de production, et un secteur de maintenance pour les soucoupes volantes » avec des « Toitures effondrées et des infrastructures en foullis», probablement causés par l’incident du crash. Marquis spécule en outre, sur la base de caractéristiques visibles, que les images révèlent également ce qui « peut avoir été des escaliers ou des escalators donnant accès aux différents niveaux. »

Un autre spectateur de YouTube, sans doute aussi un chercheur d’anomalie martienne, ajoute que   «cela ressemble vraiment à un site de l’accident, avec l’objet rond enfoncé et la trace derrière lui. Mais cela pourrait être une sorte de structure souterraine ou un canal.  » Le scénario construit par les chercheurs d’anomalies martiennes est celui dans lequel un pilote de soucoupe volante s’approche de l’entrée d’une installation souterraine, mais perd le contrôle et s’écrase dans l’entrée provoquant un dommage partiel et l’effondrement du bâtiment.

A en juger par la fréquence de la découverte des sites de crash d’OVNI par les  chercheurs d’anomalies martiennes, nous croyons que la planète Mars a été la plaque tournante des itinéraires de vol interplanétaires par le passé.

Remarque de Ken:

J’ ai trouvé beaucoup de choses étranges sur la Lune et Mars incluant deux  de mes conclusions qui prouvent qu’il y a quelque chose de très étrange sur Mars et je pense que c’est une preuve de civilisations passées. J’ai aussi inclus mes conclusions sur la Lune et Saturne.

Crédit image Ken Pfeifer - Morld Ufo Photos and News

Crédit image Ken Pfeifer – world Ufo Photos and News

Crédit image Ken Pfeifer - Morld Ufo Photos and News

Crédit image Ken Pfeifer – world Ufo Photos and News

Crédit image Ken Pfeifer - Morld Ufo Photos and News

Crédit image Ken Pfeifer – world Ufo Photos and News

Crédit image Ken Pfeifer - Morld Ufo Photos and News

Crédit image Ken Pfeifer – world Ufo Photos and News

Crédit photo : Ken Pfeifer - World Ufo Photos and News

Crédit photo : Ken Pfeifer – World Ufo Photos and News

KEN PFEIFER WORLD UFO PHOTOS AND NEWS

WWW.WORLDUFOPHOTOSANDNEWS.ORG

WWW.WORLDUFOPHOTOS.ORG

Remerciements à  WWW.UFOCASEBOOK.COM

gif

Mise à jour  Area51blog, le : 17/02/2015 à 12:35.

area51blog

Publicités

Chasseurs D’Ovnis Episode Final, La Zone 51 Exposée Au Grand Public

12/11/2013

ufo-hunters1-212x300

area51blog

avatareraavatar-i-love-japan

Note adm:

Mardi 12 Novembre 2013 , 16h45:

« Les chasseurs d’OVNI de la célébre série ufologique aborde cette zone qui a beaucoup fait paler d’elle, alors vu que le site  Area 51 Blog s’en inspire de part le nom, ce reportage doit y figurer, bon visionnage.« 

Vidéo youtube

Si cette vidéo ne  fonctionne pas cliquez ici

gif

Mise à jour sylv1 pour Area 51 Blog, le : 12/11/2013 à : 16h45.

area51blog


Dossiers ufo( suite) :Soucoupe volante sur Cluj – 18 Août 1968

28/10/2013

Article Source – Revue GEPA n°24 – JUIN 1970 via ufologie &paranormalufologie et paranormal

112 (1)

212 (1)

311 (1)

412 (2)

Revue GEPA n°24 – JUIN 1970

gif

Mise à jour Sylv1 pour Area 51 Blog, le : 28/10/2013 à : 13h40.

area51blog


Agen. Ces objets volants plus ou moins identifiés

22/05/2012

Info envoyée par Tof       Source : http://www.ladepeche.fr

Et soudain apparaît… un OVNI ?/Photo archives Pierre Assemat

En 40 ans, on n’a officiellement recensé dans le département qu’une dizaine de cas d’observation d’objets volants non identifiés… qui ont souvent fini par l’être.

Bon, ils nous boudent, ou quoi ? Les petits hommes verts, peuple générique dont on suppose que les ressortissants pilotent ces engins aux formes et aux couleurs étranges que des témoins jurent apercevoir ici ou là, ne se montrent guère sensibles aux charmes du Lot-et-Garonne. Du moins si l’on en croit le site Internet du GEIPAN (1), un organisme on ne peut plus sérieux qui recense méticuleusement tous les cas d’observation d’OVNI enregistrés depuis les années « 70 » – l’essentiel relevant de rapports de police ou de gendarmerie, parfois de courriers au procureur, voire de déclarations adressées directement au GEIPAN. Car force est de constater que la moisson est maigre, avec 10 cas officiellement enregistrés sur une période qui court du 7 avril 1976 (avec d’étranges phénomènes lumineux observés à Laroque-Timbaut) au 15 février 2011, lorsqu’une automobiliste roulant vers Bordeaux dit avoir aperçu, au niveau de la bretelle de Casteljaloux, sur l’A 62, « un objet statique plutôt plat, de forme triangulaire, aux angles arrondis ».

Les cas d’observation sont classés par le GEIPAN selon une échelle comportant 4 gradations : A (phénomènes parfaitement identifiés), B (probablement identifiés), C (non identifiables par manque de données) et D (non identifiés). Sachant que deux cas d’observation seulement ont décroché un « D », à savoir l’ultime cas de février 2011, et avant lui, bien avant même, l’observation faite en octobre 1978 à Casteljaloux par un homme, explique le GEIPAN, « accompagné de son chien apeuré,

[qui] observe durant plusieurs minutes les déplacements d’un objet lumineux projetant une lumière de couleur orange. De forme ronde, l’objet scintillant effectuera des changements de vitesse et de directions sans qu’aucun bruit particulier ne soit entendu par le témoin. Une boule de feu sera aperçue sortant de l’objet. L’objet disparaîtra soudainement. Aucun autre témoignage ne sera recueilli par la gendarmerie pour corroborer toutes les informations données par l’unique témoin ».

Souvent se contenter de témoignages uniques

Car c’est souvent là que l’observation d’OVNI pêche : dans la plupart des cas, il faut se contenter de témoignages uniques. Et lorsque par hasard plusieurs observations concordent… le phénomène a peu à voir avec les OVNI, comme cette nuit d’avril 1993, durant laquelle quatre témoins expliquent aux gendarmes avoir observé une immense lueur au-dessus de leurs maisons. Des lueurs qui seront finalement clairement identifiées comme étant… le canon laser d’une discothèque voisine. Dans les clubs d’astronomie du département en tout cas, le mot « OVNI » fait souvent sourire. Alain Coppi, qui anime celui de Nérac et Lavardac, raconte : « Une seule fois, quelqu’un est venu me rapporter qu’il avait vu un OVNI, et franchement, en l’écoutant… j’ai failli mourir de rire ! ». Mais c’est toujours mieux que de mourir de trouille ?

(1) Groupe d’étude et d’information sur les phénomènes aérospatiaux non identifiés, sous l’égide du Centre national d’études spatiales (CNES).


Des rapports de police ou de gendarmerie troublants ou hilarants

Dans les rapports de police ou de gendarmerie mis en ligne par le GEIPAN, on trouve pour ainsi dire à boire et à manger.

> Des témoignages crédibles…

Le témoignage d’un couple de restaurateurs de Casteljaloux, rapportant aux gendarmes ce dont il a été témoin dans la nuit du 5 au 6 octobre 2004, a de quoi flanquer des frissons aux amateurs de science-fiction : «

[…] Je suis sortie du restaurant pour rejoindre mon mari dans la cour intérieure. Ce dernier m’a immédiatement fait remarquer l’attitude de notre fox-terrier, au bout de sa chaîne tendue au maximum, immobile, fixant le ciel sans aboyer, il n’avait pas le poil hérissé mais semblait totalement tétanisé. Le second chien, un labrador, regardait en silence le ciel dans la même direction, soit vers la propriété distante d’environ 300 m. Leur attitude nous a surpris car ils aboient normalement au moindre prétexte.[…] . Je me suis avancée seule vers le portail de la propriété, et alors que j’annonçais à haute voix à mon époux que je ne voyais rien, j’ai soudain été surprise par un objet de forme cylindrique qui s’est élevé dans les airs. Il avait une épaisseur d’environ un mètre, une circonférence d’environ 1,50 m, n’émettait aucun bruit, avait la partie supérieure illuminée par une couleur blanche, éblouissante. Il émettait par le dessous une lumière rouge vive, très intense. L’engin s’est élevé lentement de la propriété de monsieur[…] . Sa trajectoire était oblique, il est monté directement dans le ciel en direction des arbres plantés de l’autre côté de la route, avant de disparaître dans les nuages. L’observation n’a duré que quelques minutes, mais nous sommes restés stupéfaits à regarder le ciel pendant une bonne demi-heure sans rien voir de plus.[…] Depuis ce jour, le fox-terrier refusait systématiquement de dormir dans l’abri, préférant affronter les intempéries au bout de sa chaîne. Vers le 20 décembre, j’ai retrouvé cette bête, pourtant jeune, morte au bout de sa chaîne. Le vétérinaire a diagnostiqué une crise cardiaque. De peur d’être ridicule, on n’en a parlé à personne ». > D’autres beaucoup moins… Extraits savoureux du témoignage d’un homme (fortement alcoolisé, note le rapport) ayant vu une soucoupe volante à Agen : «[…] Lorsque je suis revenu à moi, j’étais à 8 m du cyclomoteur. J’entendais un bruit strident de l’autre côté de la route qui faisait « djiou » « djiou ». J’ai essayé de me relever sans y parvenir, j’avais l’impression d’être une masse de fer. Sans pouvoir expliquer comment, je me suis retrouvé un moment après dans le fossé. De là, je me suis traîné vers mon cyclomoteur, je me suis agrippé à la selle et redressé avec toutes les peines du monde ». Sur ces entrefaites, notre soucoupe est donc apparue… Les martiens ont dû se faire une drôle d’opinion des humains ?


Flash back – L’affaire de Ronchin (59) – 1971

23/02/2011

Source : forum-ovni-ufologie.com via Les Ovnis.com

Date d’observation : 19 septembre 1971 Heure : 20:15 heures
Type d’observation: Visuel : proche Nbre de Témoins: 12

Plusieurs témoins décrivent le même phénomène.

Témoignage n°1 :
M. Pierre R…, se déplace à bicyclette sur le pont « Geslot « , lorsqu’il aperçoit dans le ciel à une altitude indéterminée, mais au-dessus des toits environnants, deux « boules de feu  » ayant un diamètre apparent mais difficilement déterminable de la part du témoin, présentant une coloration violette très lumineuse. Ces deux boules descendent assez lentement vers le sol, elles descendent verticalement en restant parallèles, distantes l’une de l’autre d’environ 5 à 10 cm à bras tendu. Les deux boules disparaissent derrière les toits. Durée de l’observation : environ 3 secondes. M. R… rentre chez lui pensant qu’il s’agit de fusées lancées d’un avion, mais se rend compte que son observation s’est déroulée sans le moindre bruit.

Témoignage n°2 :
Mme D… Bérangère, 16 rue … à Lille observe vers 20 h 15 le phénomène depuis la fenêtre de son immeuble, et donne une direction est-sud, avec une trajectoire descendante vers le sol suivant un plan incliné. Coloration rouge violacé. Durée de l’observation : quelques secondes.

Témoignage n°3 :
M. C… Pascal, 4 rue… à Faches-Thumesnil déclare avoir vu les deux boules rouge foncé descendre « comme un feu d’artifice « .

Témoignage n°4 :
M »‘ Saint L…, 8 rue… à Faches-Thumesnil déclare avoir vu descendre deux boules « grosses comme des petits ballons  » de couleur violette.

Témoignage n°5 :M. Van… Alain, 314 rue… à Ronchin, déclare qu’en sortant dans son jardin vers 20 h 15 avec son chien (qui ne manifesta aucune réaction), il entendit un sifflement « moyen « , il leva la tête et vit passer au-dessus de lui à l’horizontale une lueur informe très lumineuse, qui éclata soudain « silencieusement  » et se répartit en étincelles qui retombèrent en s’éteignant. Durée de l’observation : environ trois secondes.

Témoignage n°6 :
M » » L…, M »16 B…. et sa fille eurent leur attention attirée vers 20 h 15 par les aboiements d’un chien, c’est alors qu’elles aperçurent par la fenêtre deux objets en forme de fusée qui descendaient vers le sol très rapidement avec des éclats lumineux sur les côtés et une queue rouge corail. Ces objets se trouvaient à environ 15 mètres d’altitude et avaient une longueur apparente de 30 cm à bout de bras. Ces objets disparurent derrière un rideau d’arbres. Les témoins n’entendirent aucun bruit.

Témoignage n°7 :
Mme B… demeurant 173, rue… en face du champ où furent relevées les traces, se trouvait chez elle regardant la télévision quand son attention fut attirée par le fait que la pièce où elle se trouvait fut soudain baignée d’une étrange lumière violette sombre. Mme B…. s’écria à l’intention de son fils : « II y a le feu « , M. B… ne voyant rien à la fenêtre monta sur le toit de son garage, c’est alors qu’il vit dans le champ en face de chez lui, des flammes hautes d’un mètre environ qui paraissaient faire un véritable rideau. Les flammes s’éteignaient et se rallumaient, mais à présent elles étaient orange et non violette.

Témoignage n°8 :
MM. R… Alain, R… Michel (son frère), MM. P… Claude et T… Raynald, descendaient de voiture en face de leur domicile 366, rue… à Ronchin, lorsque leur attention fut attirée par la luminosité du ciel succédant soudain à l’obscurité de la nuit. Se tournant dans la direction de cette luminosité, c’est-à-dire vers le champ où les traces d’incendie furent relevées, les quatre jeunes gens aperçoivent deux boules très lumineuses, rouges, ayant le diamètre apparent de la pleine lune à bras tendu, s’élevant dans le ciel verticalement, rapidement, et à une certaine altitude indéterminable de la part des témoins, mais pas très haut. Les deux boules qui, jusqu’ici, s’élevaient parallèlement, s’éloignent l’une de l’autre en s’inclinant vers l’horizontale et disparaissent à la vue des témoins sans ralentissement de leur vitesse et sans diminution de leur intensité lumineuse, comme si soudainement les deux boules s’éteignaient. Durée totale de l’observation : environ trois secondes.
Un incendie se déclara dans le champs, les pompiers qui intervinrent trés rapidement purent éteindre ce dernier sans utilisation ni d’eau ni de produits simplement en tappant sur l’herbe avec des broussailles.
La surface brûlée fut examinée très attentivement. De cet examen il ressort que les traces s’étendent sur une surface d’environ 20 mètres sur 20 mètres, leurs délimitations irrégulières permettent cependant de discerner deux foyers qui se sont rejoints. Bizarrement la surface n’est pas entièrement calcinée mais présente des bandes relativement parallèles d’herbes non brûlées, mais un peu desséchées. (Il s’agit en réalité d’un jeune seigle d’une dizaine de centimètres repoussant sur une récolte antérieure n’ayant pas été coupé, mais littéralement broyé et déchiqueté par une violente chute de grêle durant le mois d’août.) La terre sous l’herbe brûlée, semblait durcie par rapport à la terre de l’extérieur de la périphérie, mais n’était pas noircie par le feu. Aucun impact ou traces en creux sur le sol ne furent constatés. De très petits fragments de métal fondu furent retrouvés sur la surface brûlée. Ces fragments de métal ainsi que des prélèvements de terre, d’herbes calcinées, d’herbes desséchées, ainsi que des éléments comparatifs prélevés hors des traces furent remis à fin d’analyse aux laboratoires de la Chambre de Commerce de Roubaix.

Les enquêteurs de la SOBEPS (groupement belge), ayant testé les traces au compteur Geiger, ont déclaré avoir enregistré une légère radioctivité.

Le commissariat de Faches-Thumesnil, ainsi que la gendarmerie de Lesquin ont procédé à une enquête, mais n’ont pu déterminer les causes du sinistre. Différentes possibilités furent envisagées par les policiers dont, celle d’un feu d’artifice, il y en eut un effectivement ce dimanche soir, mais dans une commune éloignée de Ronchin et les policiers ont vérifié qu’il était matériellement impossible qu’une fusée de feu d’artifice ait franchi cette distance.

Les résultats des analyses sont édifiants. Ils portent entre autre sur les particules métalliques qui ont été découvertes parmi les traces calcinées subsistant à l’endroit précis de cet atterrissage, et ce sont ces particules qui ont fait l’objet d’une analyse chimique en novembre 1971. Ces analyses effectuées par le laboratoire de la Chambre de Commerce de Roubaix révèlent que nous sommes en présence d’aluminium et de magnésium. Cela ne soulèverait aucune question particulière. Mais outre le fait que les proportions de ces deux constituants ne correspondent à la composition d’aucun alliage industriel, ces deux composants métalliques se sont révélés être exempts de la moindre impureté, à la stupéfaction des chimistes. Malgré l’extrême sensibilité des méthodes d’analyses utilisées, et les soins très exceptionnels apportés à cette recherche, aucune des vingt-deux impuretés, qui polluent la totalité des métaux fournis par l’industrie, n’a pu être décelée, même à l’état de traces indosables.

Ensuite, en mai 1975, le laboratoire national de métallurgie de Nancy (relevant du CNRS) procéda à l’analyse ultra-fine de ces particules au spectrographe de masse. Cela a permis de révéler que la composition isotopique du magnésium contenu dans ces particules n’est pas la même que la composition isotopique du magnésium terrestre. De plus, il a été constaté la présence d’un ion inconnu sur terre (masse atomique 44).

Objets volants non identifiés voir la vidéo


Maj. Donald Keyhoe: L’Armée de l’Air a officiellement admis que les soucoupes volantes existent

26/01/2011

KEN PFEIFER MUFON NEW JERSEY    WWW.WORLDUFOPHOTOS.ORG

Selon le  Major Donald Keyhoe, l’Armée de l’Air a admis que les ovnis sont réels.  Keyhoe déclare que l’ Air Force est venue à la conclusion que la raison pour laquelle  les extraterrestres s’intéressent à l’humanité est notre développement des  armes nucléaires.

Donald Edward Keyhoe (20juin 1897 – 29 novembre  1988) était un  pilote de l’aéronavale américain du Corps des Marines,  [2] auteur d’articles et d’histoires sur  l’aviation dans une variété de publications de premier plan, et gérant les tournées de promotion des pionniers de l’aviation, en particulier de Charles Lindbergh.

La suite


« OVNI. Les 4% du mystère »

10/11/2010

Source : http://www.dailymotion.com/videodocu


%d blogueurs aiment cette page :