Voies celtes , les portes du temps…..

23/07/2013
Uchon - Photo Era

Uchon – Photo Era

Menhirsarea51blog

Article Sylv1 pour ERA.

Mardi 23 Juillet 2013 , 10h50:

Chronique:

« En cette période estivale, nous pouvons  dériver un peu de l’ufologie et mettre le cap sur d’autres domaines.

L’ archéologie ,les traces laissées par les civilisations sont le souvenir du passé engendrant parfois des mystères, des rituels ….

Les voies celtes comme nous en avons en Bourgogne, et dans mon département le  71 est  un lieu propice à celà …

photo ERA Aréa 51 Blog

photo ERA
Aréa 51 Blog

Temple des Mille Bouddhas -La Boulaye - Photo Era

Temple des Mille Bouddhas -La Boulaye – Photo Era

Le Morvan riche de verdure et de ces vieilles montagnes érodées par le climat et les ages reste une place forte naturelle tout autant qu’historique.

En partant du Creusot   par exemple vous pouvez empruntez les voies  celtes en direction de la Tagnière, Dettey route de Toulon sur Arroux et faisant un détour par le Temple des mille bouddhas. Ainsi la beauté architecturale du temple vous offre une pause zen et ainsi vous pourrez continuer votre route en vous rendant à Autun toujours par ce détour campagnard  sur le « chemin celtique ».

Alors les histoires ne manquent pas, druides invoquant des forces élémentaires de la nature, sacrifices humains, lieux astronomiques …..

Menhirs d'Epoigny - Photo Era

Menhirs d’Epoigny – Photo Era

Il est dit que la pierre garde la mémoire et ouvrirait des passages surdimentionnels , comme une porte du temps , une énergie pourrait ouvrir une sorte de vortex, hypothèse que les chasseurs d’OVNIs Américains , l’équipe de Bill B  laisse supposer pour le site mégalithique  de Stonhenge en Grande- Bretagne.

Quel était la signification exacte de cette culture celtique, Era pourrait avoir son idée 😉

Uchon - Photo Era

Uchon – Photo Era

En tout cas, nous savons que la nature de par la fonte des glaciers il y a très longtemps à façonné en partie ou totalement le paysage qui est le nôtre à présent.

Alors, croyances mises à part la beauté d’un trajet peut vous inviter au rêve à défaut de réveiller en vous un intérêt prononcé pour des mystères enfouis depuis la nuit des temps.

L’adage dit : il n’ y a pas de hasard , alors tout comme Era  et Gilles si vous passez par là accordez vous une balade entre ces quelques vestiges et forêts flamboyantes.

Era doit revenir pour la suite de la visite guidée, sans oublier l’incontournable pause casse croûte.

Uchon Photo Sylvain Matisse

Uchon
Photo :Sylvain Matisse

Je rends hommage à ERA pour son travail quotidien sur nos sites et comme le dit Christian Comtesse président des repas ufologiques, les femmes sont les bienvenues dans la recherche, elles sont plus pointues que nous les hommes pour conclure,  j’ajouterais  que  dans l’ombre des projecteurs Era est de ce calibre , une chercheuse à temps quotidien. »

Menhirs  - Photo Era

Menhirs – Photo Era

Source images Aréa 51 Blog merci de le mentionner si vous reprenez l’article ou ces photos.

serpent gif

Mise à jour sylv1 pour Area51blog, le: 23/07/2013 à : 11 h 15.

area51blog

Publicités

La Parallèle Mystérieuse

24/01/2013

monde-pierre8Atlantide

Article source:http://www.sciences-fictions-histoires.com

La géométrie est l’une des plus anciennes sciences de l’humanité, base des mathématiques modernes et de l’orientation, de l’architecture. Il est logique qu’une extraordinaire coïncidence soit apparue à l’esprit de mathématiciens, lorsque la multiplication des ruines très anciennes de la planète, découvertes le long d’un axe nommé « latitude 30° nord » faisant le tour de la planète, est devenue trop évidente. Cet axe pourrait aussi être surnommé « l’Equateur de la civilisation » et on peut considérer que l’espace entre 25° et 45° degrés nord est concerné, tout autour du globe, l’influence la plus visible étant sur le 35ème...

Mais il y a-t-il d’autres découvertes que ces alignements suspects d’apparitions de civilisations diverses étalées dans le temps, qui pourraient accentuer la probabilité d’un plan d’ensemble, d’une volonté organisée et d’une connaissance cachée de cet état de fait ? Je vais tâcher de réunir ici les nombreuses preuves qui y contribuent effectivement, faisant de cet axe mystérieux une indéniable intervention non humaine, étalée dans l’espace et le temps.

Tout d’abord, l’une des dernières références, et un gros travail historique amenant à ces conclusions apparaissent dans ce documentaire extrêmement intéressant, et qui sert donc de base à la réflexion :

Bon, la vidéo est sans arrêt supprimée sur youtube mais beaucoup de monde la possède maintenant sur son disque dur et peut la voir à volonté…

MAJ 04-12-2012 : La version anglaise sous-titrée en français a été enlevée pour cette raison :

« Petite mise au point avec le fameux documentaire  »La Révélation des Pyramides«  il y a un faux en anglais sous-titré français qui traîne sur internet, il n’a jamais eu d’autorisation des réalisateurs et d’ailleurs une des personne de la production bloque la diffusion du vrai pour la sortie en DVD etc ça prouve bien que ce doc dérange au plus haut point, pour cette raison là je vous conseille fortement d’écouter l’interview des réalisateurs qui expliquent tout ce qu’il faut absolument savoir à propos du doc, une émission en OR chez Bob vous dit toute la vérité, n’oubliez pas qu’il est question d’horloge avec la grande pyramide de Kéops, tout les 13 000 ans doit se passer quelque chose. Faites vous votre propre opinion avec cette émission et le doc pour ceux qui n’ont toujours pas compris qu’il était un des plus important de l’histoire de l’humanité ! »  https://www.youtube.com/watch?v=1vdySv0YnG4

Sur Ado FM et pendant 2 heures, Bob était en compagnie de Jacques Grimault et Patrice Pooyard, respectivement auteur et réalisateur du film « La Révélation des Pyramides »

Puis les premiers éléments que je peux immédiatement y ajouter. D’autres feront l’objet de Mises à Jour :

LES GROTTES ÉNIGMATIQUES DE HUASHAN

chine-grotte1

Les grottes énigmatiques de Huashan se situent dans la banlieue est de la ville de Tunxi, province chinoise de l’Anhui, à 30º de latitude Nord, appelée « parallèle mystérieuse » où on trouve plusieurs miracles du monde tels que les pyramides d’ Egypte, le triangle des Bermudes, l’arche de Noé et le mont Huangshan de Chine. Situées entre 29º39′ et 29º47′ de latitude Nord, les grottes se situent près du mont Huangshan, chef-d’œuvre de la nature. Les deux se font ressortir l’un l’autre. Dès leur découverte en 2000, les grottes millénaires ont attiré de nombreux visiteurs chinois et étrangers, tous en admiration devant cette merveille de la Chine et du monde.

Différentes des autres grottes connues en Chine, les grottes de Huashan ne sont pas naturelles, mais artificielles. Il s’agit d’un immense ensemble de palais souterrains en forme singulière, creusés jadis par les hommes. Actuellement, on a découvert 36 grottes qui se répartissent dans les montagnes ou au sous-sol, à 5 km du bord sud du fleuve Xin’an en aval, dans le territoire de Tunxi. Elles se cachent dans les arbres touffus et les herbes denses. Il est donc très difficile de les découvrir. Rien d’étonnant à ce que les vieux cueilleurs de plantes médicinales et les vieux gardiens de forêt locaux ne les aient jamais trouvées.

Lire la suite ici : http://www.sciences-fictions-histoires.com/blog/archeologie/la-mysterieuse-chine-du-neolithique.html

La Pierre du Monde

Voir

EquateurServicegobelets14

EquateurServicegobelets11

Ces trois autres objets très mystérieux font partie des découvertes de La Mana, il s’agit d’une grosse pierre gravée, d’un plateau décoré de statuettes étranges et d’un service complet à liquide. Ils comportent tous des incrustations à caractères fortement magnétiques (surtout le service) et luminescents à l’ultraviolet, y compris « la Pierre du Monde«  incrustée de quartz. Sur ce service est gravé un système de nombres proche de celui des Mayas, mais pas tout à fait :

Equateur-mana_5

Toutes les timbales sont de tailles légèrement différentes, mais leur contenu rempli parfaitement le broc, qui est lui-même très étrange : la constellation d’Orion y est inserrée de quartz luminescent et l’intérieur est fortement magnétisé, alors que l’extérieur non ! La méthode de fabrication est ici complètement inconnue à ce niveau car c’est impossible d’après les géologues : s’il y a des particules magnétiques dans la pierre, elles ne peuvent être que réparties partout, aussi bien à l’intérieur qu’à l’extérieur, puisqu’il ne s’agit que d’un seul bloc ! Et pourtant il suffit d’approcher un aimant ou une boussole de l’intérieur de l’objet pour voir ses effets… c’est peut-être la mixture que contenait ces récipients qui était magnétique après tout pensent certains savants… mais de quoi s’agissait-il donc ?

Un plateau en jade (ou autre chose de proche) très étrange accompagnait ce service également en jade : incrusté également de la constellation d’Orion, identique à celle du broc, deux personnages étranges regardent le ciel et attendent. La constellation sur le plateau et les yeux des personnages brillent fortement à l’ultraviolet.

monde-pierre1

« La Pierre du Monde«  a été également trouvée ensevelie au fond d’un sous-terrain antique par des chercheurs d’or et permet de se poser d’étonnantes questions sur les connaissances de l’homme qui l’a gravée il y a plusieurs millénaires : les deux Amériques, l’Europe, le nord de l’Afrique, le Moyen-Orient et l’Asie y sont parfaitement reconnaissables. On y voit même les traces au sud-est de l’Asie d’une grande péninsule, que l’on sait avoir existé il y a encore 12000 ans, formant avec les actuelles Philippines et Malaisie un ancien continent englouti (peut-être Mu, qui aurait étendu son empire du Japon à l’Australie en allant jusqu’à l’ïle de Pâques qui était à l’époque une montagne surplombant une île grande comme Madagascar au large de l’Amérique du Sud d’après cette carte et peut-être l’Amérique du Sud, d’où la probable provenance océanienne de certaines peuplades naviguant très tôt, peut-être même avant ceux qui sont passés par le Nord à pied via le Détroit de Béring glacé). L’Atlantide serait représentée par le grand cercle au large de la Floride, du côté des Bermudes, là où de violents phénomènes magnétiques, gazeux (poches de méthane sortant du sous-sol) et biologiques (le tapis végétal d’algues des Sargasses est réputé pour son épaisseur et infranchissabilité) protège peut-être un grand secret Quoiqu’il en soit, elle est incrustée d’une ligne de quartz qui semble dessiner une ligne équatoriale, sauf que sur cette ligne apparaît un « croissant » (fertile ?) plus épais avec au centre un oeil luminescent. Cet oeil se trouve au Moyen-Orient, entre la Mésopotamie et l’Arabie Saoudite. La ligne continue et fait le tour de la pierre, mais s’incurve subitement vers le Nord, alors qu’une plus légère semble vouloir continuer la « ligne équatoriale ». Cet endroit où la ligne s’incurve au-dessus de l’Amérique du Sud est précisément l’endroit où la Pierre du Monde à été trouvée !

monde-pierre3

monde-pierre5

monde-pierre8Atlantide (1)

Lire l’article (et sa suite) complète ici : http://www.sciences-fictions-histoires.com/blog/preuves-autre-histoire/beaucoup-d-artefacts-etranges-trouves-en-equateur.html

et ici : http://www.sciences-fictions-histoires.com/blog/

 

Les disparitions et le 35° parallèle

Des personnes qui disparaissent brutalement, sans explications, surtout sans raisons personnelles, de fuite ou de crainte… Ces disparitions, qui se font parfois en présence de témoins, défient notre entendement et toutes les logiques de nos connaissances modernes et scientifiques.
Des dossiers refermés sur des familles entières dont on n’a plus jamais eu de nouvelles… Crimes crapuleux, intérêt majeur, accident, amnésie, crainte de la justice ou autres ?
Ils, elles, sont ainsi des centaines à rejoindre les grandes énigmes inexpliquées. Pour la France, seule, les services judiciaires estiment à plusieurs dizaines le nombre des disparitions sur lesquelles la justice et les services de recherche français ne peuvent apporter le plus petit éclairage ou le moindre début de piste ou d’hypothèse.

L’homme qui disparaissait :

James B. Warson est buveur, certes, mais il est aussi un excellent sportif. Ce 3 septembre 1873, il court, suite à un pari stupide, afin de couvrir 60 km sans s’arrêter. Ils sont trois, dont un photographe, à le suivre dans une carriole attelée. James avance à une bonne allure, sans fatigue apparente… Derrière lui, ses amis l’encouragent. Tout à coup, il semble tituber, trébucher et tomber en avant, dans un grand cri. Il n’arrivera jamais à terre…Il disparaîtra d’un seul coup, comme on supprime une image dans un film. On ne le retrouvera pas et ses amis ne s’en remettront jamais vraiment.

A trop chercher…on disparaît aussi :

Ambrose Bierce est écrivain et journaliste. Il relate ce fait, ainsi que d’autres, car il s’est spécialisé dans les disparitions étranges et s’acharne contre les autorités incapables d’avancer une hypothèse. Il enquêtera sans relâche…et disparaîtra, à son tour, sans laisser de traces, ni d’écrits, en 1913 ! fait surprenant, un autre Ambrose Small, subira le même sort, et unAmbrose Fonton, puis un Ambrose Marton… Ce qui fera dire au français Charles Fart que, pour lui, c’est le nom d’Ambrose qui est visé, plus que l’individu.

Le sort de l’Archiduc d’Autriche :

Jean Orth des Absbourg disparu en mer à bord de la Santa Margharita
Il s’agit d’un superbe trois-mâts : La ‘Santa Margharita’. Le navire est parfaitement entretenu et dispose d’un équipage sévèrement sélectionné. Les officiers qui en assurent le commandement, sont tous chevronnés et de toute confiance. Les conditions météorologiques sont excellentes. Le trajet est une croisière d’agrément qui doit se dérouler de Buenos Aires à Valparaiso. Le principal passager n’est autre que l’ex Archiduc d’Autriche, Jean Orth…On imagine les soins et les assurances qui entouraient ce voyage.
Le navire disparaîtra, avec J. Orth et les neufs membres d’équipage, sans que cette énigme ne puisse jamais être éclaircie !
Ajoutons, pour le lecteur intéressé, qu’il est très possible que l’Archiduc ait eu des connaissances des dessous de l’affaire de Rennes-le Château

Il ne reste que la voix :

Ambrose Bierce relatait encore un fait incroyable, celui de la disparition de C.Ashmore.
Nous sommes en hiver. Il neige et Ashmore doit sortir chercher de l’eau. Il part et ne revient jamais. Ne le voyant pas revenir, deux personnes partent à sa rencontre et suivent ses pas dans la neige. Visiblement, Ashmore est allé jusqu’au puits, puis il a fait demi-tour. Mais sur le trajet de retour, les traces de pas s’arrêtent nets…. Et plus rien ! Il n’y a pas d’arbre auquel il aurait pu grimper, ni traces d’animaux ou autres aux alentours. Personne ne reverra Asmore. Il avait 16 ans. Un seul détail fera froid au dos des enquêteurs : ils entendront la voix du disparu jusqu’au printemps…puis ce sera le silence !

L’horreur du 35° parallèle :

Et nous pourrions aller ainsi au fil des centaines d’exemples de disparitions toujours énigmatiques et insolubles.
Sur ce sujet, l’affaire du 35° parallèle est toujours d’actualité, hélas. Une brève chronologie : déjà en 1872, la « Dei Gratia », navire anglais, croise le brigantin la « Marie Céleste ». Ce dernier vogue toutes voiles déployées… mais il est entièrement vide de tout occupant, et ce depuis peu, car des fourneaux de la cuisine de bord sont encore chauds et des tasses de thé sont encore fumantes. Rien, plus rien des douze passagers et membres d’équipages…sauf le chat du cuisinier !
Ainsi, sera inauguré l’interminable liste des disparitions dans les alentours du 35° parallèle…Une horreur !

L’hécatombe de juillet 1969 :

Ce mois de juillet 1969 s’illustrera par une succession de découvertes maritimes toutes plus énigmatiques les unes que les autres.
4 juillet… le « Cotopaxi » est découvert vide navigant en gouvernail automatique. Même jour, le « Red Sun », le « Calliana » et le « San Pedro » seront trouvés sans occupants. Ils ne présentent aucune avarie et la météo est idéale…On ne retrouvera aucun débris, aucun message, pas de corps. Les embarcations de secours et les gilets de sauvetage sont en place.
6 juillet…le « Vagabond » de William Wallin est vide. La « Rosa » vide… le « Nelson » vide de 14 membres d’équipage… trois navires de pêche avec leurs filets dérivants, vides tous les trois…
8, 12 et 15 juillet, 16 embarcations découvertes dérivantes.
Ainsi le mois de juillet 1969 se terminera avec plus de 140 découvertes de navires vides et dérivants… Pas un seul rescapé !
Tout cela se passe au large des Açores, à 35° de latitude Nord !

Le long de la planisphère :

Ce bilan est catastrophique et énigmatique pour une petite partie maritime du 35° parallèle. Mais ce dernier se poursuit aussi sur les terres. Impossible de tout relater ici, nous nous contenterons d’une brève et inquiétante énumération : séismes, cataclysmes atmosphériques et autres catastrophes dites « naturelles ». On serait tenté de sourire à ce mot, incongru ici, s ‘il n’y avait à la clé des milliers de morts.
Les Açores, le Japon, la Martinique, les Calabres, San Francisco, Lisbonne, Naples, Smyrne, les îles Ioniennes, Skopje, Agadir, Orléans ville, pour ne citer que ces seuls grands lieux où se déroulèrent des raz de marées d’apocalypse (le Pakistan Oriental en fera les frais). De plus chaque année on enregistre des centaines de disparitions inexpliquées sur cette ligne du 35° parallèle.

Les étranges meurtres du 35° :

Tuer est encore faire disparaître ou supprimer, ce qui dans l’absolu de l’épouvante revient au même, sauf que l’on connaît la tragique destinée des victimes et le lieu des crimes.
– Los Angeles, 35° parallèle… les massacres innombrables, plus celui de Sharon Tate et de ses amis.
– La Californie, San Francisco, encore Los Angeles…les points de concertation d’un nombre incalculable de sectes meurtrières… sur le 35°.
– Les grands mouvements guerriers secouant la planète naissent souvent sur les limites de ce parallèle : les frontières sino-indiennes et soviétiques…le Tibet, Viêt-Nam, Afrique du Nord, plus près dans le temps, Iran, Irak, Corée…
Des milliers de morts et de disparus ! ! !

La Dame au sang bleu :

En France, les cas de disparitions inexpliquées sont nombreux. Là encore, nous ne disposons pas de la place nécessaire pour les parcourir. Retenons seulement celui-ci qui nous semble le plus énigmatique.
Dreuil-les-Amiens, 1932. Un accident de voiture important. De l’amas de ferrailles deux témoins sortent une jeune femme inconsciente et la conduisent eux-mêmes dans une clinique d’Amiens où elle sera admise en urgence. Le médecin de garde prélève du sang de la victime pour en déterminer le groupe afin de pouvoir la perfuser. Il sera surpris de la teinte bleuâtre de ce sang et , plus encore, lorsqu’à l’analyse ce sang apparaîtra de composition …inconnu !
La jeune femme, toujours inconsciente, reçoit les soins d’urgence puis est conduite dans une chambre au service de réanimation. Malgré la présence d’une infirmière, au matin il n’y avait plus personne dans le lit, où seuls se devinaient les plis froissés des draps. Pendant la nuit, cette clinique était fermée et les portes verrouillées de l’intérieur. Les fenêtres du rez de chaussé, où se trouvait la chambre de la patiente, était en plus défendues par un barreaudage.
Les services de gendarmerie furent alertés mais jamais la « dame au sang bleu » ne fut retrouvée. Sur les lieux de l’accident, on retrouvera les traces du choc mais rien non plus de la voiture. Ce fut un des cas les plus énigmatiques de disparition en France.

Un force surpuissante :

Il faut pourtant conclure ce sujet insoluble…
Daniel Réju aurait dit à ce propos, et il est tout à fait plausible qu’il ait raison : « Finalement, existe-t-il dans l’Univers une force surpuissante, inconnue de notre conscient, celle qui est à l’origine de toute existence et de toute vie ? Par le biais des manifestations « paranormales » ne chercherait-elle pas à prouver son existence, choquant notre compréhension, démolissant notre entendement, brisant notre cartésianisme et nos étroites structures mentales… ».
Mais alors, quelles sont les critères de choix géographiques occasionnant tous ces évènements dramatiques ? ? ?

Source : http://www.france-secret.com/disparitions_art.htm

Ces événements [disparitions] sur le 35 ° parallèle ont-ils un lien avec les faits étranges comme celui-ci raconté par Pierre Bellemare :

Depuis 17 ans, Carole et Philippe Josserand informaticiens de leur état, cherchent à comprendre le phénomène stupéfiant dont ils ont été témoins. Un phénomène traumatisant qui leur a fait garder le silence durant toutes ces années par discrétion et besoin de tranquilité.

Au cours d’une recherche d’appartement en Provence, Carole et Philippe, carte d’un syndicat d’initiative en main, se retrouvent dans une région boisée traversée par de petites routes, qu’ils parcourent avec sérénité. Ils nous expliquent donc d’abord, tout leur cheminement.

La visite de la région continue sous forme d’une agréable promenade…Mais écoutons les protagonistes :

«  A un moment, vers deux heures de l’après midi, après avoir arrêté la voiture, sur le bord d’un chemin, le sac à pique-nique en bandoulière, on s’est éloigné d’environ deux cent mètres, de la voiture en continuant sur un chemin qui est devenu de plus en plus étroit et là, sans transition, la forêt a disparue progressivement et on s’est retrouvé dans un village. 

C’est exactement cela, on avançait lentement et d’un coup, on s’est retrouvé marchant dans le village. Forcément nous fûmes très étonnés et le mot est encore faible. On ne se souvenait pas d’y être entré, ni même de l’avoir vu de loin. On sait que ça parait invraisemblable ce qu’on raconte, mais c’est comme cela, on a eu beau repasser le film dans notre tête depuis 17 ans, on n’a pas trouvé d’explication.

Nous marchions dans la rue pavée d’un village sans trottoir, il y avait de maisons avec des façades qui se rapprochaient au niveau des étages supérieurs des façades avec des colombages pas de fenêtres, une sorte de village touristique, mais sans personne.

C’était très effrayant.

Je me suis retourné, dit Philippe, vers Carole, elle était toute pâle, je lui ai demandé si cela allait. Elle m’a répondu « Je n’aime pas cet endroit« .

Je lui ai pris le bras elle tremblait. J’ai senti, dit-elle, comme un malaise, une impression de malheur. Je sens encore cette sensation de froid jusque dans mon ventre . Moi aussi j’avais froid, j’ai regardé par terre et on a vu, dans le milieu des pavés, qu’il coulait un filet d’eau, qui était gelé, et cela en plein mois de Juin. Une mince pellicule de glace en formation. C’était incroyable. Je peux vous dire que l’on ne s’est pas attardé. On a remonté le col de nos blousons plutôt légers et on calquait des dents et on s’est mis à courir. On n’a pas croisé une seule personne dans ce village, où il y avait des virages partout. C’était surréaliste. 

A un moment donné, on a croisé une chapelle comportant une porte massive avec des mosaïques dessus . Elle était véritablement belle. Mais on n’a pas eu le temps de s’arrêter et on a continué. Puis on s’est retrouvé dans la forêt. On n’a pas vu la transition. On est passé du village à la forêt, sans rien comprendre. Donc, on a eu dès lors chaud. Très chaud. On s’est arrêté pour souffler un peu. Il faisait encore clair, et là on s’est rendu compte que l’on était perdu. Impossible de savoir où était la voiture. On a avancé en spirale et à un moment donné, on a retrouvé une route et là, sans vous mentir, on a tiré à pile ou face et on est parti à gauche. Quelle chance au bout de deux ou trois kilomètres, on est retombé sur la voiture. On a sorti tout de suite la carte routière et on a regardé dessus. Il n’y avait aucune existence de ce village.  » 

Après nous être renseigné il y avait effectivement un village autrefois mais :

 » Un village qui avait disparu depuis trois siècles et dans lequel ces deux promeneurs s’étaient engouffré par une sorte de passage aussi, ayant moi même vécu un fait analogue http://www.era-new.net/article-34029139.html , je me pose la question suivante ; si ces deux promeneurs ou moi-même avions ramassé ne serait-ce qu’une fleur ou champignon, qu’aurait-il advenu de nous ? aurions-nous pu emporter quelque chose d’un autre temps voire d’une autre dimennsion ?
Michel Fiore:.  Source : http://www.era-new.net/article-35052487.html


Tiré de l’Express celui-ci : ( titre de l’article : Comment l’Italie contrôlait la vallée d’Uzbin en Afghanistan? ) :

« Il est probable que des potentats locaux en ont profité pour s’en mettre dans la poche », glisse un bon connaisseur de l’Afghanistan. Ils font aussi quelques promesses. Dans la vallée de Tizin, dans le sud du district de Surobi, par exemple, un secteur moins difficile que celui d’Uzbin, les villageois réclament la réalisation d’une pompe hydraulique. « Les Français la fabriqueront« , laissent-ils entendre

Mais lorsque la France prend le commandement du district de Surobi, en août 2008, les Afghans constatent le changement. « On a senti que les responsables locaux étaient un peu déçus, car nous n’avions ni la même approche, ni les mêmes moyens« souligne un gradé français.

C’est alors la deuxième fois que Paris contrôle la zone. Pourtant, sa connaissance du secteur est limitée. Entre 2006 et 2007, en effet, les soldats n’avaient guère été plus loin que les Italiens. « On n’avait dépassé le 35e parallèle qu’une seule fois raconte un militaire. Au-delà, on savait que c’était pourri.« 

Source : http://www.lexpress.fr/actualite/monde/comment-l-italie-controlait-la-vallee-d-uzbin-en-afghanistan_794782.html

Pèlerinages et 35ème parallèle : 

L’énigme des voies de pèlerinage n’est pas seulement contenue dans un mouvement irrésistible de foi... Il en est de même pour le mystère du 35ème parallèle, le long duquel s’agglutinent des accidents inexplicables, les catastrophes les plus insensées et les plus meurtrières! Remarquons simplement que ce trait imaginaire est celui longeant la plus importante ligne de faille du globe terrestre!
Vaste sujet sur lequel il est impossible de conclure en quelques mots bien minces vis-à-vis des faits. Sur ce propos Daniel Réju affirmait avec sagesse et lucidité: « Si la théorie des courants telluriques n’est pas mythique, ceux-ci se trouvent donc là avec plus d’intensité qu’ailleurs. On peut alors se poser une question: les courants telluriques n’agissent-ils pas, non seulement sur les individus, mais aussi sur les sociétés et les nations et par là-même, n’influencent-ils pas sur le destin du monde?«  Et si cette hypothèse était une vérité formidable?.. Alors simplement ceci expliquerait radicalement cela!

Source : http://www.france-secret.com/tellurisme_art.htm

MAJ : 22-01-2013

Mystérieuses disparitions au fil des siècles 

norfolkbataillon

Depuis quelques quelques siècles,on a dénombré plusieurs cas de disparitions subites, sans la moindre explication. Ce fut le cas par exemple d’un groupe de 4 000 hommes envoyés pour combattre contre les troupes de Philippe V, en 1707. Cette armée n’a jamais passé les Pyrénées et la bataille n’a jamais eu lieu. On partit à leur recherche, mais rien strictement rien n’a été retrouvé, ni corps, ni armes, rien. Au Vietnam, à Saïgon, c’est une troupe de 650 soldats qui s’est vaporisée dans la nature. Pourtant une seconde troupe les suivait à deux kilomètres d’intervalle et n’a remarqué rien de singulier à l’itinéraire.

L’un des cas les plus connus de disparition mystérieuse demeure cependant le bataillon de Norfolk en 1915. Les 267 hommes qui le composait étaient chargés de couvrir les positions françaises et anglaises contre les Allemands au niveau des Dardanelles (Turquie) lors de la Première Guerre Mondiale.

Alors qu’ils s’enfonçaient dans la vallée, une autre compagnie de soldats qui les observaient, furent témoins de leur étrange disparition.

Ils virent descendre sur leurs camarades un épais nuageLorsque celui-ci se leva, le régiment avait disparu au fond d’une rivière asséchée. Malgré les nombreux rapports et plusieurs témoins on ne sait toujours pas, ce qui s’est réellement passé ce jour là.

Un autre cas similaire a eu lieu en Chine, beaucoup moins connue, mais tout aussi spectaculaire.
Bien qu’il soit difficilement vérifiable, il s’est déroulé en 1937 alors que le Japon a déjà envahis une bonne partie de la Chine et que ses armées avancent vers la capitale chinoise, le colonel chinois Li Fu Si, bien décidé à résister devant l’occupant plaça deux bataillons de soldats le long du Yang Tsé. Le lendemain matin, un des bataillon composé de 3000 hommes avait complètement disparu, sans qu’aucune des sentinelles placées le long du fleuve n’aperçoivent le moindre mouvement de troupes.

Le lendemain matin, il s’aperçoit que tous ont disparu, sauf une centaine, installés à l’écart près d’un pont. Les archives Japonaises confirmèrent qu’aucune bataille n’avait eu lieu ce jour précis, et qu’aucun homme n’avait été fait prisonnier. Que s’est-il réellement passé dans toutes ces étranges disparitions ? Les officiers ont ils cachés une désertion massive, ou bien étions dans certains cas, en présence d’un phénomène paranormal ?

Source : http://paranormalnews.fr/index.php/dossiers/disparitions/autres-disparitions

35para10

Les liens sont ici évidents pour moi et en rapport direct avec cette parallèle mystérieuse et millénaire, il en existe probablement d’autres (les implications politico-économiques de ce « couloir » spécial sont aussi évidentes historiquement). Si vous avez des liens en rapport direct avec mention de cet axe ou de nouvelles découvertes à proximité de cet axe non mentionnées, merci de me les envoyer pour réunir ces informations. Autre chose : pour moi il est évident que la comparaison avec les parallèles actuelles sont fausses : je me réfère plus à la Pierre du Monde qui révèle un tout autre axe, même si le 35° parallèle y est inclus souvent… ou alors, cet axe se déplace aussi lui-même dans le temps.

Autre trouvaille peut-être en corrélation : les plus importants lieux où se trouvent des cheminées hydrothermales sous-marines (qui amènent la vie des profondeurs de la Terre suivant plusieurs scientifiques), les cheminées noires ou blanches, se trouvent justement entre le 25ème et le 45ème parallèle Nord :

http://fr.wikipedia.org/wiki/Mont_hydrothermal#Localisation_des_syst.C3.A8mes_hydrothermaux

MAJ : 22-01-2013 :

Mystérieuse disparition : Le bataillon de Norfolk

norfolk-1915

L’un des cas les plus mystérieux de disparition s’est produit au cours de la Première Guerre mondiale. Cette énigme est d’autant plus étrange qu’elle concerne un bataillon entier de soldats.
En effet, le bataillon du Royal Norfolk Regiment s’est évanouit en pleine campagne des Dardanelles en août 1915.
Dans son livre Disparitions mystérieuses paru en 1973, Patrice Gaston cite d’autres cas de groupes de militaires qui, apparemment, se sont évanouis en pleine guerre sans laisser la moindre trace.

Entre mars et décembre 1915, l’Angleterre et la France tentent de se rendre maîtresses des Dardanelles, point stratégique contrôlant les communications entre la Méditerranée et les ports russes de la mer Noire. Mais les armées de l’Empire ottoman, commandées par les Allemands, tiennent le corps expéditionnaire occidental en échec. Les pertes sont si importantes (46 000 morts) que les Alliés abandonnent finalement la partie en décembre 1915.

L’histoire de la disparition des Norfolk est connue par le récit des soldats du Commonwealth qui ont assisté à l’évènement.
Le 21 août 1915, au cours de l’attaque de la presqu’île de Gallipoli22 soldats néo-zélandais d’une compagnie du génie voient le 4e régiment de Norfolk, qui compte 267 hommes, se porter au secours du corps d’armée ANZAC (Australia and New Zealand Army Corps) en train d’attaquer la cote 60, au sud de la baie de Suyla.

Alors qu’ils se trouvent dans le lit d’un cours d’eau asséché, les soldats du Norfolk entrent dans un étrange nuage. Au moment où tous les hommes ont disparu derrière le rideau de brume, le nuage s’élève doucement puis s’éloigne dans le ciel, contre le vent, et échappe bientôt aux regards des observateurs.
Plus un seul soldat n’est alors visible dans la petite vallée, et la Turquie affirme n’avoir jamais capturé aucun soldat du régiment concerné.

Analyse du témoignage

norfol

Ce récit repose sur un témoignage fait 50 ans après les faits. Rédigé lors d’une rencontre commémorative des ANZAC par trois des soldats néo-zélandais, ce témoignage se présente sous forme d’un appel à déposer, destiné aux éventuelles personnes encore vivantes qui auraient assisté au phénomène.

Cependant, le témoignage comporte plusieurs contradictions.

Ainsi, le 4e Norfolk évoqué par les témoins n’est pas un régiment mais un bataillon. Celui-ci a d’ailleurs terminé la campagne des Dardanelles.
En revanche, c’est le 5e Norfolk, autre bataillon du même régiment, qui a été effectivement porté disparu au cours d’une attaque.
Cette dernière a eu lieu, non le 21 août comme le mentionne le document, mais le 12 d’après les archives militaires anglaises, et à 5 kilomètres de la position supposée des soldats néo-zélandais.

Par contre, il existe un autre document qui évoque un épisode similaire et écrit peu après la campagne. Cette fois-ci, on ne peut y relever aucune contradiction. Ce témoignage très frais paraît nettement plus fiable.

norfolk-gallipoli

Rapport final de la commission des Dardanelles

Le rapport effectué juste après la campagne « Final of the Dardanelles Commission » a été publié en 1917.
Selon ce document, une « étrange brume » reflétant les rayons du soleil a recouvert la baie et la plaine de Suyla le 21 août 1915.
Ce « nuage » peut sembler étrange mais c’est un phénomène météorologique courant dans la région.
Le rapport cite également ce même jour l’attaque de la fameuse cote 60 par 3 000 hommes des ANZAC.

Il existe donc des similitudes entre le document officiel et le témoignage tardif des trois soldats néo-zélandais. Le témoignage semble mélanger deux évènements. Il est vrai que sur le Rapport Final, les deux faits sont relatés sur deux pages en face l’une de l’autre.
Cette disposition a-t-elle pu influencer les témoins ?

norfolk-valle

Il faut rajouter à cela que, du 5e Norfolk porté disparu, 122 cadavres membres de ce bataillon, ont été retrouvés dès le 23 septembre 1919.
Il faut souligner également que 27 000 des 34 000 hommes tués, Anglais et ANZAC, n’ont jamais connu de sépulture.
On peut donc supposer que les corps des 145 hommes manquants du 5e Norfolk gisaient sur un champ de bataille. La chaleur qui régnait en ce mois d’août 1915 dans la région constitue un facteur de putréfaction accéléré.

Enfin, rappelons que le rapport officiel parle d’une brume de très grande superficie et non d’un nuage de 250 mètres de long posé au sol, selon la description des témoins.

D’autres disparitions de troupes étranges :

En 1707, au cours de la guerre de la Succession d’Espagne, 4 000 hommes de l’archiduc Charles de Habsbourg engagés contre les armées de Philippe V se mettent en route un matin vers le col des Pyrénées. Nul ne sait, en dépit des recherches, ce qu’ils sont devenus. Ils ont disparu avec armes et bagages.

En 1858, lors de l’attaque des Français contre le royaume vietnamien, 650 zouaves du corps expéditionnaire avancent vers Saigon dont ils ne sont plus éloignés que de 20 km.
Ils sont suivis à 2 Km par un autre groupe de soldats. Soudain, ils s’évanouissent sans que personne ne puisse dire ce qui leur est arrivé.

En décembre 1937, le Japon a déjà envahi une bonne partie de la Chine, et ses armées avancent vers Nankin, la capitale chinoise.
Le colonel Li Fu Sien décide d’opposer une ultime résistance. Il poste 3 000 hommes le long du Yang-Tsé.
Le lendemain matin, il s’aperçoit que tous ont disparu, sauf une centaine, installés à l’écart près d’un pont.
Ni ceux-ci, ni aucune sentinelle n’ont vu les 3 000 hommes abandonner leur poste, et les archives japonaises ne mentionnent aucune capture.

Source : http://www.dinosoria.com/dardanelles_norfolk.htm – V.B (20.09.2005)

Yves Herbo : Vous constaterez que cette enquête n’est pas complète et ne cite que brièvement les témoignages et pas leur totalité, et que nous n’avons pas non plus le rapport final ! De plus, les conclusions sont assez contradictoires et nettement « de parti pris » sceptique dans le sens négatif sans réel apport prouvable lui-même. Ainsi, la phrase « Ce « nuage » peut sembler étrange mais c’est un phénomène météorologique courant dans la région. » n’apparaît pas dans le rapport final, mais a été ajoutée ici pour en conforter l’idée… qui donc dans cette région pourrait bien témoigner qu’il s’agit d’un phénomène courant ?… et même de ses réelles dimensions ? Si les soldats ont été vus au fond de la vallée avant de disparaître dans le nuage, n’est-ce pas contradictoire avec un nuage de si grande dimension ? Autre énorme contradiction : «  122 cadavres membres de ce bataillon, ont été retrouvés dès le 23 septembre 1919. «  et « La chaleur qui régnait en ce mois d’août 1915 dans la région constitue un facteur de putréfaction accéléré. » : mais où est expliqué le fait et comment ces 122 cadavres n’aient pas subi la putréfaction totale et disparition (mêmes des os ?) des 145 autres en quatre ans ?

Une autre enquête basée également sur des auteurs, mais, à part des citations de livres d’autres auteurs, on n’y trouve pas non plus de correspondances ou de références réelles en ce qui concerne les déclarations officielles (et des copie-photos de ces documents) et leur propre confusion possible (ou voulue) sur deux cas proches dans le temps, néanmoins, ce cas semble assez douteux pour ne pas être retenu…

http://www.ovni-expert.com/?p=40  + http://www.dark-stories.com/disparition_bataillon_norfolk.htm

Les disparus du phare


Depuis décembre 1899 où il a été édifié sur l’île rocheuse de Eilean Mor, au large des côtes écossaises, le phare a semblé maudit. Dans l’année qui a suivi sa mise en service, trois gardiens ont péri, un quatrième a fait une chute mortelle et plusieurs sont devenus fous.
Puis, le 15 décembre 1900, le phare s’est éteint.

Quatre gardiens se relayaient par équipe de trois. Alors qu’il s’approchait en bateau pour rejoindre son poste, Joseph Moorefut frappé par le silence oppressant qui régnait aux alentours.
Personne pour l’accueillir, pas de drapeau flottant au vent.

A l’intérieur du phare, tout lui avait semblé normal. Des plats de nourriture intacte étaient encore sur la table, une chaise gisait à terre et deux cirés manquaient au portemanteau.

L’île venait d’essuyer une violente tempête. D’énormes vagues avaient tordues les rampes de fer de l’embarcadère.
Mais, le jour de la disparition des hommes, la tempête s’était calmée. Le carnet journalier mentionnait qu’il y avait un léger crachin.
En date du 15 décembre, l’un des gardiens avait écrit : «  Fin de la tempête. Mer calme. Dieu est avec nous. « 

Mais, on n’a jamais retrouvé la trace de ces trois hommes.

phareeileanmor

Plusieurs hypothèses assez farfelues ont été émises : enlèvement par un monstre marin, attaque d’un oiseau géant ou d’un fantôme.
Officiellement, les trois gardiens ont été emportés par une vague qui les a surpris sur le débarcadère… La mer était calme ce jour là mais nous ne saurons jamais la vérité.

V.B (10.2005) – http://www.dinosoria.com/insolite_phare.htm

Distorsion du temps. Un survol de l’avenir

Victor Goddard, pilote de la Royal Air Force, était perdu. Au-dessus de l’Ecosse, il avait été pris dans une forte tempête, et il lui fallait retrouver un point de repère.
Il fit descendre son biplan Hawker Hart à travers les nuages, dans l’espoir de trouver plus bas une bonne visibilité et, peut-être, dans les parages, d’apercevoir le terrain abandonné de Drem.

Son instinct ne l’avait pas trompé. Drem se trouvait devant lui, et il pouvait maintenant s’orienter.

avion-drem

Mais, alors qu’il était à 400 m du terrain, une chose extraordinaire se produisit. « Soudain, écrivit-il par la suite, cette zone fut baignée d’une lumière limpide, comme illuminée d’un soleil de plein été.

« Drem n’était ni un désert, ni abandonné, ni en ruine. L’endroit bourdonnait d’activité, et des mécaniciens en bleus de travail s’affairaient autour d’appareils jaune vif, brillant au soleil. »

Goddard les survola à une altitude de 50 pieds, étonné que personne ne leva la tête. Puis il remonta au dessus des nuages pour reprendre sa direction.

Cette histoire se passe en 1934 et cette année-là, Drem était un terrain désaffecté. Ce n’est qu’en 1938 que Drem, sous la menace de la guerre, fut rouvert pour servir à une école de pilotage.
Les appareils d’entraînement, initialement argentés, furent repeints en jaune. Est-il possible que ce pilote ait vu, un court instant, une image de l’avenir ?

V.B (14.05.2006) – http://www.dinosoria.com/survol_avenir.htm – SourceAngus Hall, Signs of Things to Come, p.17

Les ovnis enlèvent-ils des humains ?

Des nuages étranges apparaissent souvent lors d’évènements inexplicables. L’ufologue Russe Kosinov a vu un de ces nuages en 1989. Il se trouvait dans une forêt, lorsqu’il ressenti qu’une forme de vie et un regard se posait sur lui. Un nuage sombre s’est rapproché, puis il s’est senti très faible, ne pouvant résister selon ses termes : « ... à cette chose qui venait le chercher« . Il repoussa mentalement le nuage, qui s’éloigna. Un autre cas s’est déroulé près d’un fleuve Russe. Des parents qui étaient en camping avec leurs deux enfants, ont vu un étrange nuage gris descendre vers eux.

Malgré la main tendue de sa femme, l’homme a été soulevé dans les airs, pour être emmené dans une salle où des hommes en tenue militaire l’ont examiné. Ils lui ont dit qu’ils venaient du futur pour explorer notre monde ! Après lui avoir proposé de rester avec eux, ils le ramenèrent sur les berges du fleuve. Pendant l’absence de son mari, la mère de famille poussa un cri en apercevant une femme ailée dans les branches d’un arbre, ce qui réveilla les enfants et effraya la créature. De nombreux ufologues pensent que ces nuages sont une forme indépendante de vie, ou servent d’outils auxiliaires à des extraterrestres.

Source: UFOPublication.com

A suivre donc.

Yves Herbo – MAJ 22-01-2013 – SFH

article médias photos histoire science magnétisme ufo ovni alien soucoupe mystère environnementarchéologie prehistoire économie politique climat système NOM astronomie volcanisme nucléaire séisme livremoyen-orient

separation

Mise à jour Aréa 51 Blog, le 24/01/2013, 00h05.

area51blog


%d blogueurs aiment cette page :