Interrogé sur d’éventuels OVNIs, le gouvernement gallois répond… en klingon

14/07/2015

Etre un geek n’empêche pas d’être politicien, et inversement. Un ministre gallois vient de le démontrer avec un certain brio et un tout peu de klingon, cette langue star de la série Star Trek.

C’est là toute la beauté de l’exercice du pouvoir. Savoir répondre sérieusement à des questions frivoles avec un petit « je ne sais quoi » qui fait dire à son interlocuteur qu’il serait temps de retourner aux affaires…

Tout a commencé quand le gouvernement gallois a repris en main l’aéroport de Cardiff et que, concomitamment, les témoignages déclarant avoir vu des OVNIs parcourir le ciel se sont multipliés.
Darren Millar, un politicien gallois, a alors interpelé le ministre de l’économie, des sciences et des transports pour savoir si ce dernier allait faire une déclaration concernant l’augmentation du nombre de rapports concernant des OVNIs. Il souhaitait également savoir si le gouvernement gallois entendait débloquer des fonds spécifiques pour la surveillance de ces activités extraterrestres.

1146546

La réponse du gouvernement gallois n’a pas été longue à venir : « jang vIDa je due luq. ‘ach ghotvam’e’ QI’yaH-devolved qaS », pouvait-il ainsi être lu. Les Trekkies auront reconnu ici du klingon, cette langue reine de Star Trek. La traduction approximative pourrait être : « Le ministre répondra en temps voulu. Quoi qu’il en soit il s’agit d’une affaire » qui dépasse notre juridiction et dépend du parlement du Royaume-Uni.

Sans doute un peu désarçonné par cette réponse, Darren Millar a eu une sortie qu’on espère ironique : « J’ai toujours soupçonné le ministre de venir d’une autre planète. Cette réponse le confirme ».

Le gouvernement gallois devrait fournir une réponse officielle et plus définitive d’ici le 15 juillet. Elle n’apportera sans doute pas davantage d’information, mais devrait être rédigée en deux langues, en anglais et en gallois, qui utilise beaucoup moins de voyelles que le klingon…

Source : 01Net.com

gif

Mise à jour Area51blog, le: 14/07/2015 à : 11h47

area51blog

Publicités

Le Ministère de la Défense Britannique accusé de dissimulation à propos des OVNIS

04/04/2015

Le Ministère de la Défense accusé de dissimulation après avoir retardé la publication de preuves cachées énormes concernant les ovnis surnommées les «X-Files Britanniques »

credit illustration: mirror.co.uk

credit illustration:
mirror.co.uk

  • Un article de Jasper Hamill – Source Mirror
  • Publié le 31 Mars 2015
  • Traduction Era pour Area51blog

Les Chefs de la Défense esquivent la publication de 18 documents «explosifs» concernant les objets volants non identifiés dans le ciel de Grande Bretagne.

Les observateurs d’OVNIS ont accusé Westminster de dissimulation au sujet du retard dans la publication de documents cachés connus comme « les X-Files britanniques ».

Le ministère de la Défense a promis de publier 18 dossiers OVNI à la fin de l’année dernière, mais ils n’ ont pas réussi à se matérialiser.

Après que Lord Black of Brentwood ait posé une question à la Chambre des Lords le mois dernier, le ministère de la Défense a admis qu’il n’ avait pas encore rendu le cache aux Archives nationales pour la publication.

Il a mis en cause « les exigences de traitement supplémentaires » dans le retard et a déclaré que les fichiers seraient publiés à la fin de 2015 ou 2016.

Nick Pope, qui a travaillé comme chercheur sur les ovnis au Ministère de la Défense, a déclaré: « Ce retard énorme va révolter les conspirationnistes. Il semble que le ministère de la Défense soit en perte de vitesse…

« On soupçonnera qu’il y a une bombe dans ces fichiers et que le ministère ne sait pas comment le gérer. »

« Je peux comprendre pourquoi les théoriciens du complot seront en colère et méfiants. »

La rencontre ovni de la Forêt de Rendlesham  est si célèbre qu'elle est devenue une attraction touristique

La rencontre ovni de la Forêt de Rendlesham est si célèbre qu’elle est devenue une attraction touristique

On pense que certains fichiers se rapportent à une célèbre rencontre avec un OVNI dans la forêt de Rendlesham qui a été surnommée « le Roswell Britannique ».

L’Aviateur américain Première Classe John Burroughs a été exposé à des radiations lors de cet incident, le laissant avec des problèmes de santé graves.

« Ces documents pourraient être légitimement appelés X-Files Britanniques et contiennent presque certainement d’autres documents sur l’incident de Rendlesham Forest, » a ajouté Pope.

«Étant donné que le gouvernement américain a récemment dédommagé les témoins de Rendlesham sur le gouvernement britannique ayant avoué que ces derniers  ont probablement été irradiés, il est possible qu’il y ait eu une querelle diplomatique de haut niveau suite à cette affaire, ce qui aurait causé le retard. »

John Burroughs est toujours à la recherche de réponses sur ce qui lui est arrivé en 1980

John Burroughs est toujours à la recherche de réponses sur ce qui lui est arrivé en 1980

Pat Frascogna, l’avocat de Burroughs, a récemment remporté un procès pour forcer les responsables militaires de la Santé à payer pour le traitement de cette maladie…

« Nous savons qu’il y a des informations à propos de l’incident de la forêt de Rendlesham contenues dans ces fichiers du MOD  parce que le ministère de la Défense l’a clairement indiqué afin de répondre à une demande d’accès à l’information par John Burroughs  l’année dernière », a déclaré Frascogna.

Cela frustre encore tous ceux qui essaient simplement d’obtenir la vérité sur ce qui s’est passé. Je crois que nous pouvons très bien être témoins d’une situation où quelqu’un au ministère de la Défense y pense à deux fois avant de publier  ces dossiers secrets, ou que  quelqu’un de plus haut lui ait commandé de retarder leur parution « .

Alors que de nombreux fervents de la théories du complot espèrent que les documents contiennent des preuves des visites extraterrestres, il est probable qu’ils contiennent des informations top secret défense qui concernent potentiellement des armes classées secrètes ou des aéronefs.

L’an dernier, la CIA a revendiqué la responsabilité de plus de la moitié de toutes les observations d’OVNIS rapportés à la fin des années 50 et 60.

En réponse à la question de Lord Black, Lord Astor of Hever, Sous-Secrétaire d’Etat et  porte-parole des Lords à la Défense, a déclaré: « Le calendrier pour le transfert de fichiers du ministère de la Défense aux Archives nationales se compose d’environ 10 000 dossiers par an. le calendrier est continuellement mis à jour pour tenir compte des changements de priorité et de progrès sur différentes séries de dossiers. « 

gif

Mise à jour Area51blog, le : 04/04/2015 à 17h30

area51blog


60 ans plus tard, le cas de l’OVNI aperçu en Georgie demeure inexpliqué.

07/03/2015

Par Jim Thompson, d’après le journal Athens Banner-Herald.
Lundi 2 Février 2015 4:05 du matin, EST

Taduction Era pour Area51blog

9RaUP2B_5hE.showposter_hq

ATHENS, Géorgie-USA. (AP) — Ce soir là, Il y en avait entre 15 et 20 survolant le ciel d’Athens,  volant à près de 2000 m d’altitude, en formation de « V ». Apparemment de la taille et de la couleur d’une grappe de raisins, leur trajectoire était stable/linéaire, et sans le moindre bruit. Depuis le Sud vers le Nord, passant d’un horizon à l’autre en à peine 10 secondes.

Pourtant plus de soixante ans plus tard, cela reste la description la plus intéressante rapportée dans le dossier Projet US Air Force 10073  à propos de ce qui s’est produit ce 26 Avril 1954 à 20:35 à Athens ; en majuscule et en un seul mot : UNIDENTIFIED  (non identifié)

Georgia-DUI-Map_full

Cette distinction est partagée par 701 des 12,618 rapports d’observation d’objets volants non-identifés du Projet Blue Book de l’ Air Force, en activité depuis 1947 jusqu’à 1969.

En 1985, l’U.S. Air Force faisait état de sa décision, notant que l’abandon de ce projet était basé sur une étude de l’Université du Colorado sur le phénomène OVNI, et sa propre expérience des investigations et rapports menées par l’Air Force elle-même.

Cette décision compte, en partie, certaines conclusions du projet ‘BLUE BOOK’ :

(1) Aucun rapport au sujet des OVNIS, aucune enquête, ni aucune évaluation de l’Air Force n’a pu donner d’indication précise sur les mesures à prendre au niveau de notre sécurité nationale.

(2) Aucune des preuves confiées où découvertes parmi les observations de l’Air Force ne furent classées comme « non-identifiées », représentant une avancée technologique ou principale au jour d’aujourd’hui, aux yeux de la science.

(3) Il n’y a aucune preuve indiquant que les observations classées comme « non-identifiées » seraient « forcément » des engins extra-terrestres.

Toujours est-il que le phénomène d’objet volants non-identifiés continue de fasciner le public, au vues des nombreux rapports d’observation qui continuent d’affluer au sein de groupes tel que le Mutual UFO Network.

La semaine dernière, John Greenewald Jr., un homme originaire de Los Angeles et fondateur du site Blackvault.com, publiait les résultats de son travail sur un recueil de milliers de documents du gouvernement fédéral furent obtenus grâce à la loi sur la Liberté d’Information, des documents du Projet Blue Book – Répertoriés depuis des années, mais disponibles depuis peu sur la toile – sont devenus beaucoup plus simple d’accès depuis qu’il les a postés sur son site dans un meilleur format de recherche.
Le travail de Greenewald a suscité une vague de couverture médiatique tandis que les agences de presse du pays ont cherché à infiltrer la base de données pour tenter d’avoir un accès local au Projet Blue Book.

L’élément à retenir au sujet de cette observation de 1954 à Athens est l’insistance du témoin sur le fait d’avoir bel et bien assisté à un  phénomène véritable et inexplicable :

“Ce n’était pas un mirage,” raconte le rapport écrit du témoin, dont le nom a été rayé hativement de la feuille, mais qui plus tard dans le rapport sera identifié comme “Mr. Cartey.”

“J’ai réellement vu cette formation arriver depuis le Sud et se diriger vers le Nord, voyageant à une vitesse si prodigieuse que je ne saurai l’estimer,” Ecrit-il. “La stabilité et le silence [de ces engins] étaient remarquables.”

Il y eu un total de quatre témoins de ce phénomène, dont l’un d’entre eux – peut-être Cartey – est identifié comme un simple postier, fonctionnaire de 37 ans. Les autres témoins étaient deux adultes et un adolescent de 16 ans, selon le dossier  Projet 10073.

Ajoutant probablement un peu plus de poids dans ce rapport, une lettre d’un colonel, L.G. Duggar, officier de l’Air Force qui servait alors en tant que professeur des sciences de l’air et tactiques dans le détachement du corps d’entrainement des officiers de réserve de  l’Air Force de l’Université de Geogie.

Duggar, qui pilotait un avion de transport de l’armée de l’air à quelques lieues d’Athens au moment de l’observation, a néanmoins déposé un rapport avec le projet Blue Book en conformité avec un règlement de 1953 de l’Air Force exigeant des commandants de toutes les activités de la Force aérienne de signaler «toutes les informations et preuves pouvant  venir à leur attention » concernant des observations d’OVNI.

Ce même règlement, selon une version de 1954, souligne que «l’intérêt de l’armée de l’air pour les objets volants non identifiés est double: d’abord comme une menace possible à la sécurité des États-Unis et de ses forces, et d’autre part, de déterminer les aspects techniques impliqués. »

Duggar, qui a noté dans son rapport qu’il avait enregistré près de 4000 heures de vol militaire, a écrit: «C’ est ma conviction que vu les lumières observées en dessous du niveau des nuages dans la nuit de cette observation, n’importe quel jet aurait été facilement entendu. La région d’Athens est normalement calme et les jets peuvent être facilement entendu jusqu’à 9 000 à 12 000 mètres d’altitude. « 

De l’avis de Greenewald, le projet Blue Book et les rapports publics volumineux sur les ovnis au cours de l’exécution du programme doivent être considérés dans le contexte de la guerre froide, quand les Américains ne savaient pas si, ou quand, ou comment, l’Union soviétique pourrait lancer une attaque contre les États-Unis.

«À l’époque, » dit  Greenewald, « les ovnis n’étaient pas une fascination, mais une peur. »

«Je pense que les gens avaient peur », a ajouté Greenewald. Et donc, dit-il, à l’égard de l’attention du public envers les lumières dans le ciel, ou les mystérieux aéronef vus au loin, « vous pourriez attribuer cela à une peur absolue. »

Quant à la question de savoir si les OVNIS sont une réalité, Greenewald soutient que « vous ne pouvez pas discréditer » les 701 observations inexpliquées. Et, dit-il, il y a aussi la possibilité que certaines des observations pour lesquelles des explications sont proposées ne sont pas, vraiment expliquées du tout.

«Je ne crois pas qu’ils (l’Armée de l’Air) savaient que ces rapports verraient jamais  la lumière du jour », a déclaré Greenewald.

gif

Mise à jour Area51blog, le : 07/03/2015 à : 16h40

area51blog


Découvrez 8 vidéos étranges d’ovnis qui font réfléchir:

22/02/2015
Source image : Le journal de Montréal REPORTERS / SPL

Source image : Le journal de Montréal
REPORTERS / SPL

Source : JEAN-MAXIME BOURGOIN- Le Journal de Montréal

Vendredi, 20 février 2015 15:27

Les gens de ces vidéos ont tous un point en commun. Ils jurent avoir vu un objet volant non identifié dans le ciel.

Selon l’astronome J. Allen Hynek, des dizaines de milliers de témoignages ont été relevés à travers le monde.

Découvrez 8 vidéos étranges d’ovnis qui font réfléchir.

1. Les mystérieux phénomènes lumineux célestes à Phoenix en 1997…

Si la vidéo ne fonctionne pas cliquez ici

2. Ils aperçoivent une lumière dans le ciel de la Californie !

Si la vidéo ne fonctionne pas cliquez ici

3. De mystérieux objets volants au-dessus du Capitole en 1952…

Si la vidéo ne fonctionne pas cliquez ici

4. Il aperçoit une lumière bleue du hublot de l’avion…

Si la vidéo ne fonctionne pas cliquez ici

5. Des images étranges dévoilées par la NASA !

Si la vidéo ne fonctionne pas cliquez ici

6. Un Chinois revoit le même ovni des années plus tard !

Si la vidéo ne fonctionne pas cliquez ici

7. Images des Forces aériennes mexicaines…

Si la vidéo ne fonctionne pas cliquez ici

8. Images mystérieuses de la BBC…

 Si la vidéo ne fonctionne pas cliquez ici

gif

Mise à jour  Area51blog, le : 22/02/2015 à 15:12

area51blog


Prendre contact avec des aliens n’est pas risqué

14/02/2015

Des astrophysiciens souhaitant envoyer des signaux pour établir un contact avec des extraterrestres ont rejeté, jeudi, les craintes selon lesquelles cette initiative pourrait menacer la Terre.

Pour le scientifique Seth Shostak, «il est trop tard pour s'inquiéter de signaler notre présence» à d'éventuels E.T. belliqueux. (photo: dr)

Pour le scientifique Seth Shostak, «il est trop tard pour s’inquiéter de signaler notre présence» à d’éventuels E.T. belliqueux. (photo: dr)

«Pendant cinquante ans, nous avons pointé des radiotélescopes vers des étoiles en quête de signaux d’autres civilisations, mais sans succès», a expliqué Douglas Vakoch, un scientifique du SETI (Search for Extraterrestrial Intelligence), lors d’une présentation à la conférence annuelle de l’American Society for the Advancement of Science (AAAS) réunie cette semaine à San Jose en Californie. «Avec ce programme Active SETI, nous inversons le processus pour prendre un rôle actif en transmettant de puissants signaux riches en informations vers d’autres mondes dans l’espoir d’avoir une réponse», a-t-il ajouté.

Ces messages seraient envoyés vers des systèmes stellaires relativement proches comptant des planètes potentiellement habitables. Selon ces astrophysiciens, une telle approche est plus prometteuse que les tentatives précédentes pour établir un contact avec des extraterrestres, telles le disque embarqué à bord des deux sondes spatiales Voyager, lancées en 1977, contenant des sons et des images sélectionnés pour faire un portrait de la diversité de la vie et de la culture terrestres.

«Progrès des générations futures»

Des signaux radio ont aussi déjà été transmis à cette fin dans le cosmos. En 1999, des scientifiques russes ont envoyé leurs propres messages avec le télescope Yevpatoria en Crimée, et en 2008, la Nasa, l’agence spatiale américaine, a transmis la chanson des Beatles «Across the Universe» vers l’étoile polaire, distante de 430 années-lumière. En recourant aux radiotélescopes actuels les plus puissants, Seth Shostak, directeur de l’Institut SETI, a estimé lors de cette même présentation jeudi qu’il faudrait diffuser vers ces étoiles tout le contenu d’Internet, ce qui permettrait à une autre civilisation qui capterait ces signaux de décrypter toute l’histoire humaine et sa culture.

Ces chercheurs reconnaissent que leur projet est controversé, citant les réserves émises notamment par Stephen Hawking, pour qui de telles transmissions seraient «irresponsables». L’astrophysicien britannique a souligné le fait que l’histoire humaine fournit de nombreux exemples de rencontres tragiques pour des civilisations moins avancées, comme les Incas avec les Espagnols. Mais les promoteurs du projet Active SETI rejettent avec force ces arguments, qui selon eux relèvent de la «paranoïa».

«La paranoïa sape les progrès

Seth Shostak a fait valoir qu’«il est de toute façon trop tard pour s’inquiéter de signaler notre présence» à d’éventuels E.T. belliqueux. «Toute civilisation extraterrestre suffisamment avancée pour attaquer et vaporiser la Terre peut facilement capter nos émissions d’ondes radio, que nous diffusons depuis la Seconde Guerre mondiale», a-t-il relevé. Pour lui, si l’on voulait interdire de diffuser des signaux dans l’espace, il faudrait aussi empêcher l’utilisation des systèmes radar militaires et des aéroports, et pourquoi pas des éclairages des villes.

«De telles mesures paranoïaques saperaient toutes les activités et progrès des générations humaines futures», a-t-il jugé. Rejetant les accusations de paranoïa, David Brin, astrophysicien et auteur d’ouvrages de science-fiction, a plaidé pour un moratoire avant d’envoyer ces messages. «Nous proposons un appel au consensus par une consultation internationale et publique avant que l’humanité ne fasse un pas irréversible, à savoir signaler à grands cris notre présence dans le cosmos», a déclaré l’écrivain devant l’AAAS.

(L’essentiel/AFP)

gif

Mise à jour  Area51blog, le : 14/02/2015 à 12:10

area51blog


Le mystère des enlèvements par des extraterrestres enfin résolu ?

14/11/2014

era

Note de Era Admin

Vendredi 14 novembre 2014 à 12 h 55

Le courrier international (Le Monde.fr) a publié  hier un article qui tente d’expliquer les enlèvements extraterrestres, mais leur explication n’est-elle pas un peu facile ? C’est faire fi des marques laissées sur les témoins, et des implants qui après analyse révèlent des alliages inconnus sur Terre et on peut à ce propos souligner les travaux du Dr Roger Leir, qui avec son équipe ont effectué seize interventions chirurgicales sur des personnes qui disent avoir été enlevées par des extraterrestres, au cours desquelles dix-sept objets soupçonnés d’être des implants extraterrestres ont été retirés. Ces objets ont été étudiés scientifiquement par certains des laboratoires les plus prestigieux du monde.

Voir les articles ci dessous :

Dossier: Corps étrangers ou implants ? Enlèvements et implants par Gildas Bourdais

Document Secret Ovni

gif

 Le mystère des enlèvements par des extraterrestres enfin résolu ?

Les récits de rencontres du quatrième type, ces enlèvements par de petits hommes verts entrevus sous hypnose, s’expliqueraient par un réveil accidentel au cours d’une anesthésie générale.

Image extraite du film Rencontres du troisième type / Steven Spielberg (1977)

Image extraite du film Rencontres du troisième type / Steven Spielberg (1977)

« Ils m’ont retourné sur le dos et jai vu que la personne qui m’examinait tenait à la main une très longue aiguille. J’ai bien regardé cette aiguille. Elle était plus grosse que toutes celles que j’avais vues auparavant. » Tel est le récit fait par Betty et Barney Hill de leur expérience à bord d’une soucoupe volante, après avoir été enlevés près de Franconia Notch, dans le New Hampshire, en 1961. Un récit qui fut à l’origine du best-seller The Interrupted Journey (Le voyage interrompu : deux heures à bord d’un ovni, publié aux éd. du Rocher et chez France Loisirs).

Des milliers de témoignages similaires ont été recueillis dans les années 1960, plus particulièrement aux Etats-Unis. Et cette histoire est devenue le scénario type des téléfilms de science-fiction des cinquante dernières années. Mais, pour Anne Skomorowsky, psychiatre au New York Presbyterian Hospital et collaboratrice régulière du Scientific American,Barney Hill n’a sans doute jamais rencontré un ovni sur les routes mal éclairées et isolées du New Hampshire. Il s’est très probablement réveillé accidentellement lors d’une opération d’ablation des amygdales sous anesthésie générale.

Lire la suite de l’article

gif

Mise à Jour Area51blog le 14-11-2014 à 12 h 55

Bannière


J. ALLEN HYNEK de debunker à believer

12/11/2014
KEN PFEIFER WORLD UFO PHOTOS AND NEWSWWW.WORLDUFOPHOTOSANDNEWS.ORGWWW.WORLDUFOPHOTOS.ORG

KEN PFEIFER WORLD UFO PHOTOS AND NEWSWWW.WORLDUFOPHOTOSANDNEWS.ORGWWW.WORLDUFOPHOTOS.ORG

 Traduction Era& Sylvain pour Area 51 Blog.
area51blog
J. Allen Hynek, autrefois sceptique en matière d’OVNIs, a commencé à classer les cas scientifiques les plus convaincants et prometteurs d’observations d’ovnis et des rencontres extraterrestres. Comme il classait  et étudiait les différents cas ovnis/extraterrestres, Hynek a commencé à devenir de moins en moins sceptique. Ce sont ses recherches et expertises qui ont conduit au film Rencontres Rapprochées du Troisième type qui est considéré comme l’un des portraits les plus précis de témoins d’ovnis/extraterrestres dans un film de fiction.
N’importe quel enquêteur ( OVNIS, affaires criminelles, ou sur le paranormal , etc.) vous dira que le récit d’un témoin oculaire est normalement la pièce la plus incertaine d’une preuve rassemblée au cours d’une enquête. Et pourtant, bien souvent il est le seul élément de preuve  que les enquêteurs  ont à se mettre sous la main.
 En outre, plus un événement est complexe ou traumatisant, plus il est difficile de se reposer sur ces récits.
En outre, il est même plus difficile de classer et d’organiser ces récits de façon cohérente qui permettrait aux autres de les étudier. Cette difficulté de classification est certainement vraie pour les témoignages oculaires d’O.V.N.I et de rencontres rapprochées. La difficulté étant de différencier chauqe témoignage oculaire d’un cas à un autre.
Comme l’indique UFO Casebook: «  Les témoins d’O.V.N.I rapportent beaucoup de formes et des tailles différentes ; allant des disques aux cigares, en passant par les triangles et pratiquement tout ce que vous pourriez  imaginer.« Des récits  varient tellement qu’il est pratiquement impossible de les classer dans une catégorie propre. Toutefois, le docteur Dr. J. Allen Hynek un sceptique entrepris de le faire.
Selon  Hynek, bien que les observations d’ O.V.N.I et les rencontres rapprochées diffèrent grandement les unes des autres, il y a généralement, un fil conducteur qui peut relier les différentes observations et rencontres ensemble, tel que la distance, l’heure, la forme de l’objet, etc.
Il commença à examiner les témoignages sous un nouvel angle.
Ayant rompu avec l’ USAF, l’ancien sceptique commença à étudier indépendemment ses compte-rendu en les classifiant suivant sa propre classification.
Actuellement le système de classification instaurépar Hynek, est le plus couramment utilisé.
 Voyez aussi l’artice de UFO Casebook: The Hynek Classification System
 
 KEN PFEIFER WORLD UFO PHOTOS AND NEWSWWW.WORLDUFOPHOTOSANDNEWS.ORGWWW.WORLDUFOPHOTOS.ORGSPECIAL TKANKS TOWWW.UFOCASEBOOK.COM CASE FILES
gif
Mise à jour Area 51 Blog, le : 12/11/2014 à : 20h00.
area51blog

%d blogueurs aiment cette page :