Des signaux radio inexpliqués dans l’espace

18/07/2017

Source Le Monde.fr

Des scientifiques de l’observatoire Arecibo à Porto Rico ont annoncé avoir relevé des émissions radio « très étranges » provenant d’une étoile de type « naine rouge » et « paraissant uniques ». Ils soulignent, par ailleurs, que des observations d’étoiles similaires dans le voisinage n’ont pas permis de capter des signaux semblables.

 

En avril et mai 2017, ces scientifiques ont enregistré des émissions venant de plusieurs étoiles, dont Gliese 436, Ross 128, Wolf 359 et HD 95 735. Après avoir analysé ces données, ils ont constaté que Ross 128 avait émis des signaux radio différents, dont ils cherchent encore la nature.

Dix minutes de signaux radio étranges

Mystère n ° 1 : quelle est la source du signal ? Astronomique ou locale. Mystère n ° 2 : comment cette source le produit-elle ? # Ross128

« Nous avons réalisé que ces signaux étaient très étranges dans la séquence de dix minutes durant laquelle nous les avons captés », écrit Abel Mendez, directeur du Laboratoire d’habitabilité planétaire à l’université de Porto Rico, dans le nord de l’île à Arecibo.

« Nous pensons que ces signaux ne sont pas des interférences radio puisqu’ils sont uniques à Ross 128 et que les observations des autres étoiles immédiatement avant et après avoir capté ces émissions n’ont rien montré de similaire », explique-t-il.

« Nous ignorons l’origine de ces signaux mais il y a trois principales explications possibles », poursuit l’astronome. Il pourrait ainsi s’agir d’éruption de type solaire, d’émissions provenant d’un autre objet dans le champ d’observation de l’étoile ou tout simplement d’une explosion d’un de ses satellites circulant sur une orbite très éloignée.

Emission extraterrestre ?

Lire la suite

 

 

Publicités

Les intelligences “extraterrestres” et nous

18/03/2016
Source image :site web du FEA

Source image :site web du FEA

Article source: feairplane.canalblog.com/

17 mars 2016

Cet article a été rédigé à partir d’un échange entre Sylvie Joubert et Michel Ribardière.

Depuis des décennies et probablement depuis toujours, des intelligences extérieures semblent se manifester par les manœuvres de certains ovnis (Objets Volants Non Identifiés) ainsi qu’à l’occasion de rencontres rapprochées. Après quoi courent-elles ? Que projettent-elles ? Sommes-nous capables de les comprendre ? Et l’une des interrogations parmi les plus importantes : leurs comportements, leur conduite de nos relations s’appuient-ils sur une morale, ou bien, sur une compréhension du sens de notre existence ? Nos visiteurs possèdent-ils une connaissance ou une vision plus profonde pour ce qui concerne le sens et le destin de la Vie en général et de la nôtre en particulier ? Sur quoi notre monde pourrait-il s’appuyer pour comprendre le point de vue de nos visiteurs ? Sur quoi pourra-t-il s’appuyer pour garantir des relations harmonieuses avec eux ?
Cette analyse pourrait aider nos contemporains à évaluer la situation ainsi que la conduite des opérations de nos visiteurs dans notre monde. Des opérations, dont il est faux de déclarer que nous ne savons absolument rien. Leurs efforts pour que nous comprenions un peu plus que ce qui se situe au bout de notre nez ne se révèlent pas stériles.

Il existe deux pièges à éviter si on veut tenter de poser convenablement ces interrogations. Le premier piège consiste à croire qu’en parlant d’intelligence extérieure (extra ou intra terrestre) il y aurait un modèle type de « bonnes » questions, pour la simple raison qu’il n’existe peut être pas un modèle homogène d’intelligence non terrestre, tout au contraire. Les êtres humains sont par exemple pleins de paradoxes et bigarrés et il n’aura échappé à personne que leurs idées ainsi que leurs morales le sont tout autant, sans évoquer leurs comportements, allant du pire au meilleur en passant par une indifférence parfois surprenante. Ce pire, ce meilleur, cette indifférence & Co, sont des traits récurrents de notre humanité. C’est aussi ce qui la rend difficilement gérable et imprévisible.

Imaginons cette même diversité comportementale, non pas à l’échelle terrestre, mais à l’échelle de l’univers. Nous observerons alors des projections éparses et différentes, en aussi grand nombre que les grains de sable sur cette Terre, au moins ! Si nous faisons définitivement le deuil de l’idée que l’intelligence extraterrestre (ou intra) peuplant le cosmos est bonne, profonde et fraternelle, ou au contraire mauvaise et agressive, s’il n’y a pas de comportement homogène venant du cosmos et que l’univers les contient tous, alors il y aura des comportements de leur part reposant sur une morale acceptable pour nous, et d’autres qui le seront moins. Autrement dit, il existe mille et une façons de penser le contact et de glisser la clé dans la serrure ouvrant la porte entre nous et des intelligences « Autres ». Ainsi, certaines formes de vie pourraient être éminemment subtiles et avancées en esprit, d’autres relativement proches de notre propre expérience terrestre, de notre entendement aussi, telle autre plus subtile sur un plan et moins sur un autre, etc. Comprendre l’intelligence des « Autres », suppose que l’on envisage de multiples niveaux de contacts parce qu’il pourrait y avoir de multiples projections de leur part, de multiples façons de comprendre ce qui les fait courir.
La question du contact est donc nécessairement plurielle, relative. C’est parce que nous ne comprenons pas suffisamment cela, que nous avons du mal à entrevoir que le contact est possiblement en cours, peut-être même qu’il n’a jamais cessé d’une certaine façon, même si nous n’avons pas encore vu de nos yeux un vaisseau atterrir au cœur de nos cités. Il faut se déprogrammer de l’idée qu’il y aurait une bonne façon de les comprendre ou d’initier un lien.

image source: site web du FEA

image source:
site web du FEA

Si, par contre, nous attendons de savoir ce que donnerait un contact physique et officiel avec un vaisseau atterrissant sur le toit de l’ONU ou ailleurs, avec une délégation supposément humanitaire… cela effectivement est à venir… encore que si on suppose que le passé, le présent et l’avenir coexistent comme le disent certains physiciens, cela a déjà eu lieu. Compte tenu de cet éclatement des valeurs appelant une polymorphie des intentions et des attentions, rien ne dit non plus que l’univers intelligent est « moral » ou « profond » au sens où nous l’entendons généralement. Mais, rien ne dit l’inverse non plus! Si on peut penser que certaines valeurs éthiques sont partagées, et pourquoi pas une certaine forme d’amour entre les formes d’intelligences, il n’y a pas lieu de valoriser une chose plutôt qu’une autre, au moins d’un point de vue sociologique.
Cependant, selon son propre cœur et en fonction de son choix de vie, c’est autre chose !
Le second piège est l’inverse du précédent qui poussait à la vision homogène : ce second piège consiste au contraire à penser que toutes ces formes de vie sont différentes de nous dans leurs motivations intérieures, dans leur excitant vital pour ainsi dire. Si on envisage une logique d’auto-similarité (l’auto-similarité suppose qu’une forme se maintient, quelle que soit l’échelle à laquelle on l’observe), on peut émettre l’hypothèse que les formes intelligentes humanoïdes (ou pas) sont mues par des élans assez similaires aux nôtres, mais sur la base d’une autre échelle de réalité matérielle et spirituelle.
Une intelligence se situant en barreau 3 et une autre en 6 projetteraient la même chose, seule la gestion de cette chose différerait en fonction du niveau technologique, de la culture en question, de ses acquis en terme de connaissance, de sa spiritualité, et cetera. Ici, sur Terre, notons que deux êtres de continents différents ont au fond les mêmes nécessités existentielles et ontologiques, bien que ne mangeant pas les mêmes aliments, ne se comportant pas de la même façon et ne croyant pas aux mêmes dieux ou savoirs. Pourquoi ?
Parce qu’il y a, ce qu’on pourrait appeler des besoins, des archétypes, des schémas, des schèmes, des récurrences, des idéaux types, etc. ( peu importe le mot), qui sont communs bien au-delà des dissemblances. Ceci montre que la vie en général résonne en auto-similarités, que le similaire revient même s’il s’habille de vêtements différents, et qu’il n’est pas impensable que cette auto-similarité structure toute forme de vie, humanoïde ou pas. Pour exemple, à notre niveau terrestre, ne retrouvons-nous pas les mêmes impératifs chez un végétal, un animal ou un humain (appel à la subsistance, appel à l’interaction, la perception, mais aussi à l’amour ou l’affection, etc.) ? Par contre, il est évident que le mode d’expression de ces «appels-leitmotivs» se fait de façon tout à fait différente chez l’une ou l’autre des espèces, un peu comme s’il y avait au fond un «langage» commun que le végétal, l’animal, et l’humain mettaient en scène chacun en fonction de son niveau de réalité.
Mais, fondamentalement, ces appels vitaux sont-ils si différents que cela ? Cela n’est pas certain. C’est un peu comme s’il existait un alphabet commun à toute espèce, humanoïde ou pas, et dont il serait intéressant de voir si ce dernier prend racine dans la partie commune d’ADN reliant tout ce qui vit dans l’univers. Ainsi, les intelligences extra-intra-terrestres pourraient bien «courir» après les mêmes choses que nous-mêmes, mais avec des moyens différents et selon le stade évolutif qui leur est propre. Il semble y avoir des quêtes auto-similaires (donc fractales) où la question que tout un chacun se pose n’est que l’écho d’une question posée en toute dimension, tout espace-temps, et dont la réponse s’actualise via ces formes par lesquelles nous existons.

suite

gif

Mise à jour Area 51 blogue le: 18/03/2016-09h30.

area51blog


Et si les extraterrestres existaient ?

04/04/2015

Un article de Kevin Leconte – blastingnews.com – 3/4/2015

La galaxie spirale barrée "NGC 1300"

La galaxie spirale barrée « NGC 1300 »

Des scientifiques ont révélé avoir capté des signaux radio venus de l’espace.

C’est une nouvelle qui fait du bruit dans le monde scientifique et plus particulièrement chez ceux en quête de vies extraterrestres. C’est le rapport d’une étude réalisée par des astronomes américains et allemands, publié le 30 mars dernier, qui révèle que des signaux radios pourraient avoir été émis d’une autre galaxie.

Sursaut radio rapide
Ces signaux sont appelés « sursaut radio rapide » (ou « FRB ») et sont très difficiles à intercepter car il sont extrêmement rapides, de l’ordre de quelques millisecondes. La plupart du temps, ces signaux sont repérés après avoir étudié un enregistrement. C’est le 14 mai 2014 que des scientifiques australiens ont pu capter pour la première fois ces signaux en temps réel.

Ils proviennent certainement d’une autre galaxie que la notre, mais difficile à dire pour l’heure l’origine exacte de ces transmissions. Malgré tout, les scientifiques qui les ont étudiées, estiment que la régularité des émissions de ces signaux permettent de conclure qu’il n’y a que 5 chances sur 10 000 pour que ce soit une coïncidence.

Des signaux d’origine artificielle
Les astrologues ayant travaillé sur cette étude déclarent que la source du signal pourrait provenir du « Petit Nuage de Magellan », une petite galaxie tournant autour de la notre. Même si pour le moment, tout ceci n’est qu’une hypothèse, l’étude « Discrete Steps in Dispersion Measures of Fast Radio Bursts » déclare que « seule une source artificielle peut être considérée ».

Certes, aucune preuve n’est apportée quant à l’existence de vies extraterrestres mais cette étude permet de commencer à croire sérieusement que d’autres formes de vies peuvent évoluer loin de nous. Des études plus poussées devront être réalisées pour vérifier cette théorie. Malgré tout, l’astronome Jill Tarter y croit. « Depuis le premier sursaut Lorimer (l’autre nom des FRB), j’ai pensé cela pourrait être des signaux artificiels. Plus de données nous dirons quelle est la bonne interprétation » a-t-il déclaré.

Alors, avons-nous de lointains voisins qui cherchent à communiquer avec nous ? La question aura peut-être bientôt une réponse.

Source 

gif

Mise à jour Area51blog, le : 04/04/2015 à 14 h00

area51blog


60 ans plus tard, le cas de l’OVNI aperçu en Georgie demeure inexpliqué.

07/03/2015

Par Jim Thompson, d’après le journal Athens Banner-Herald.
Lundi 2 Février 2015 4:05 du matin, EST

Taduction Era pour Area51blog

9RaUP2B_5hE.showposter_hq

ATHENS, Géorgie-USA. (AP) — Ce soir là, Il y en avait entre 15 et 20 survolant le ciel d’Athens,  volant à près de 2000 m d’altitude, en formation de « V ». Apparemment de la taille et de la couleur d’une grappe de raisins, leur trajectoire était stable/linéaire, et sans le moindre bruit. Depuis le Sud vers le Nord, passant d’un horizon à l’autre en à peine 10 secondes.

Pourtant plus de soixante ans plus tard, cela reste la description la plus intéressante rapportée dans le dossier Projet US Air Force 10073  à propos de ce qui s’est produit ce 26 Avril 1954 à 20:35 à Athens ; en majuscule et en un seul mot : UNIDENTIFIED  (non identifié)

Georgia-DUI-Map_full

Cette distinction est partagée par 701 des 12,618 rapports d’observation d’objets volants non-identifés du Projet Blue Book de l’ Air Force, en activité depuis 1947 jusqu’à 1969.

En 1985, l’U.S. Air Force faisait état de sa décision, notant que l’abandon de ce projet était basé sur une étude de l’Université du Colorado sur le phénomène OVNI, et sa propre expérience des investigations et rapports menées par l’Air Force elle-même.

Cette décision compte, en partie, certaines conclusions du projet ‘BLUE BOOK’ :

(1) Aucun rapport au sujet des OVNIS, aucune enquête, ni aucune évaluation de l’Air Force n’a pu donner d’indication précise sur les mesures à prendre au niveau de notre sécurité nationale.

(2) Aucune des preuves confiées où découvertes parmi les observations de l’Air Force ne furent classées comme « non-identifiées », représentant une avancée technologique ou principale au jour d’aujourd’hui, aux yeux de la science.

(3) Il n’y a aucune preuve indiquant que les observations classées comme « non-identifiées » seraient « forcément » des engins extra-terrestres.

Toujours est-il que le phénomène d’objet volants non-identifiés continue de fasciner le public, au vues des nombreux rapports d’observation qui continuent d’affluer au sein de groupes tel que le Mutual UFO Network.

La semaine dernière, John Greenewald Jr., un homme originaire de Los Angeles et fondateur du site Blackvault.com, publiait les résultats de son travail sur un recueil de milliers de documents du gouvernement fédéral furent obtenus grâce à la loi sur la Liberté d’Information, des documents du Projet Blue Book – Répertoriés depuis des années, mais disponibles depuis peu sur la toile – sont devenus beaucoup plus simple d’accès depuis qu’il les a postés sur son site dans un meilleur format de recherche.
Le travail de Greenewald a suscité une vague de couverture médiatique tandis que les agences de presse du pays ont cherché à infiltrer la base de données pour tenter d’avoir un accès local au Projet Blue Book.

L’élément à retenir au sujet de cette observation de 1954 à Athens est l’insistance du témoin sur le fait d’avoir bel et bien assisté à un  phénomène véritable et inexplicable :

“Ce n’était pas un mirage,” raconte le rapport écrit du témoin, dont le nom a été rayé hativement de la feuille, mais qui plus tard dans le rapport sera identifié comme “Mr. Cartey.”

“J’ai réellement vu cette formation arriver depuis le Sud et se diriger vers le Nord, voyageant à une vitesse si prodigieuse que je ne saurai l’estimer,” Ecrit-il. “La stabilité et le silence [de ces engins] étaient remarquables.”

Il y eu un total de quatre témoins de ce phénomène, dont l’un d’entre eux – peut-être Cartey – est identifié comme un simple postier, fonctionnaire de 37 ans. Les autres témoins étaient deux adultes et un adolescent de 16 ans, selon le dossier  Projet 10073.

Ajoutant probablement un peu plus de poids dans ce rapport, une lettre d’un colonel, L.G. Duggar, officier de l’Air Force qui servait alors en tant que professeur des sciences de l’air et tactiques dans le détachement du corps d’entrainement des officiers de réserve de  l’Air Force de l’Université de Geogie.

Duggar, qui pilotait un avion de transport de l’armée de l’air à quelques lieues d’Athens au moment de l’observation, a néanmoins déposé un rapport avec le projet Blue Book en conformité avec un règlement de 1953 de l’Air Force exigeant des commandants de toutes les activités de la Force aérienne de signaler «toutes les informations et preuves pouvant  venir à leur attention » concernant des observations d’OVNI.

Ce même règlement, selon une version de 1954, souligne que «l’intérêt de l’armée de l’air pour les objets volants non identifiés est double: d’abord comme une menace possible à la sécurité des États-Unis et de ses forces, et d’autre part, de déterminer les aspects techniques impliqués. »

Duggar, qui a noté dans son rapport qu’il avait enregistré près de 4000 heures de vol militaire, a écrit: «C’ est ma conviction que vu les lumières observées en dessous du niveau des nuages dans la nuit de cette observation, n’importe quel jet aurait été facilement entendu. La région d’Athens est normalement calme et les jets peuvent être facilement entendu jusqu’à 9 000 à 12 000 mètres d’altitude. « 

De l’avis de Greenewald, le projet Blue Book et les rapports publics volumineux sur les ovnis au cours de l’exécution du programme doivent être considérés dans le contexte de la guerre froide, quand les Américains ne savaient pas si, ou quand, ou comment, l’Union soviétique pourrait lancer une attaque contre les États-Unis.

«À l’époque, » dit  Greenewald, « les ovnis n’étaient pas une fascination, mais une peur. »

«Je pense que les gens avaient peur », a ajouté Greenewald. Et donc, dit-il, à l’égard de l’attention du public envers les lumières dans le ciel, ou les mystérieux aéronef vus au loin, « vous pourriez attribuer cela à une peur absolue. »

Quant à la question de savoir si les OVNIS sont une réalité, Greenewald soutient que « vous ne pouvez pas discréditer » les 701 observations inexpliquées. Et, dit-il, il y a aussi la possibilité que certaines des observations pour lesquelles des explications sont proposées ne sont pas, vraiment expliquées du tout.

«Je ne crois pas qu’ils (l’Armée de l’Air) savaient que ces rapports verraient jamais  la lumière du jour », a déclaré Greenewald.

gif

Mise à jour Area51blog, le : 07/03/2015 à : 16h40

area51blog


ALTO AL CRIMEN: LE TOURNAGE INTERROMPU PAR UN OVNI

28/02/2015

o-PERUUFOCOMPOSITE-570

En date du 23 février 2015

Lima, Pérou.

Une équipe de production télévisuelle à Lima, au Pérou, a filmé un OVNI en forme de disque de couleur pourpre planant dans le ciel au loin près d’un chantier de construction.

Jusqu’à présent, il n’y a aucune explication officielle pour l’objet. Selon le Peru This Week, l’émission de télévision Alto al Crimen tournait un épisode dans le quartier du district de Miraflores à Lima le 10 février dernier. L’animateur de l’émission, le député Renzo Reggiardo, a arrêté une interview pour permettre au cameraman de se concentrer sur l’objet violet à l’aspect étrange dans le ciel péruvien.

Les deux points de vue éloignés et zoomés de l’OVNI révèlent un objet en forme de soucoupe, avec une grande partie centrale de couleur pourpre. Le coin extrême droit apparaît presque noir, tandis que l’extrémité opposée semble être d’une nuance pourpre sombre comme la partie centrale de l’objet. La vidéo révèle aussi que, parfois, les deux extrémités sombres semblent devenir de plus en plus grandes.

Des témoins ont rapporté avoir vu l’objet aérien pendant plus de deux heures, et pourtant, pour l’instant, aucune autre vidéo n’a émergé montrant l’OVNI.

Si la vidéo ne fonctionne pas cliquez ici

Source Huffington post via TVQC.com  via Paranormalqc.com/

gif

Mise à jour  Area51blog, le : 27/02/2015 à 09:45

area51blog


Découvrez 8 vidéos étranges d’ovnis qui font réfléchir:

22/02/2015
Source image : Le journal de Montréal REPORTERS / SPL

Source image : Le journal de Montréal
REPORTERS / SPL

Source : JEAN-MAXIME BOURGOIN- Le Journal de Montréal

Vendredi, 20 février 2015 15:27

Les gens de ces vidéos ont tous un point en commun. Ils jurent avoir vu un objet volant non identifié dans le ciel.

Selon l’astronome J. Allen Hynek, des dizaines de milliers de témoignages ont été relevés à travers le monde.

Découvrez 8 vidéos étranges d’ovnis qui font réfléchir.

1. Les mystérieux phénomènes lumineux célestes à Phoenix en 1997…

Si la vidéo ne fonctionne pas cliquez ici

2. Ils aperçoivent une lumière dans le ciel de la Californie !

Si la vidéo ne fonctionne pas cliquez ici

3. De mystérieux objets volants au-dessus du Capitole en 1952…

Si la vidéo ne fonctionne pas cliquez ici

4. Il aperçoit une lumière bleue du hublot de l’avion…

Si la vidéo ne fonctionne pas cliquez ici

5. Des images étranges dévoilées par la NASA !

Si la vidéo ne fonctionne pas cliquez ici

6. Un Chinois revoit le même ovni des années plus tard !

Si la vidéo ne fonctionne pas cliquez ici

7. Images des Forces aériennes mexicaines…

Si la vidéo ne fonctionne pas cliquez ici

8. Images mystérieuses de la BBC…

 Si la vidéo ne fonctionne pas cliquez ici

gif

Mise à jour  Area51blog, le : 22/02/2015 à 15:12

area51blog


Inde : un « phare » pour les extraterrestres sur le plateau du Ladakh

19/09/2014
© Capture d'écran: YouTube la voix de la russie

© Capture d’écran: YouTube
la voix de la russie

Article source: french.ruvr.ru/

Kirill Gorbatov, 14 septembre, 20:20la voix de la russie

 

Par La Voix de la Russie | Dans l’Etat indien du Chhattisgarh ont été découvertes des peintures rupestres ayant au moins 10 000 ans.

Selon l’archéologue, JR Bhagat, les peintures découvertes dans une grotte située à 130 kilomètres de Raipur, représentent des créatures extraterrestres, rencontrées par les hommes de la Préhistoire. Ces dessins sont si inhabituels, que le ministère indien de l’Archéologie et de la Culture va demander l’aide de la NASA et de l’ISRO (l’agence indienne de recherche spatiale) pour les étudier.

L’hypothèse selon laquelle des civilisations extraterrestres avaient atterri en Inde avait déjà été faite. Les peintures rupestres découvertes n’en sont pas le seul indicateur. Il y a des phénomènes dont la nature n’a pas encore été expliquée par les scientifiques.

Sur le territoire du haut plateau du Ladakh, par exemple, il y a ce que l’on appelle la Colline magnétique, située à 30 kilomètres de la ville de Leh. Selon les hypothèses émises par plusieurs chercheurs, en particulier des chercheurs de la NASA, cette colline pourrait être une sorte de « phare » pour les civilisations extraterrestres. On y enregistre un rayonnement électromagnétique très élevé. Sur la Colline magnétique, les lois de la gravité ne s’appliquent pas. Les expériences menées à plusieurs reprises ont montré que, sur cette colline, une voiture peut, moteur éteint, remonter une route en pente à une vitesse de près de 20km/h. De même, les pilotes qui survolent la Colline magnétique sont obligés de gagner de la hauteur car le rayonnement électromagnétique est si important qu’il est capable de désactiver les appareils de navigation.

« Presque tout ce que nous savons sur le cosmos, nous a été rendu accessible par le rayonnement électromagnétique, qui se propage dans le vide à la même vitesse que la lumière», ainsi que l’indique l’astrophysicien russe, Vassili Voschinnikov :

« Le rayonnement électromagnétique peut parcourir des distances infiniment longues en une fraction de seconde. Pour autant que je sache, il existe sur notre planète des zones, où le rayonnement est tel qu’il est visible depuis l’espace à plusieurs milliards d’années-lumière. Je n’exclus pas que le Ladakh soit une de ces zones . »

Le désert de glace du Ladakh est comme une réflexion spéculaire de la Vallée de la Mort en Californie aux Etats-Unis. Le plateau du Ladakh et la Vallée de la Mort sont situés sur le même parallèle terrestre. Mais si la Vallée de la Mort est située dans le creux d’une montagne, à 86 mètres sous le niveau de la mer, le Ladakh est le plus haut plateau d’Inde, pointant à une altitude de 2 750 mètres au dessus du niveau de la mer. Les deux lieux ont également des températures littéralement contraires. Si la température la plus élevée du monde (+56,7 ° C) a été enregistrée dans la Vallée de la Mort en 1913, au Ladakh, au contraire, chaque hiver, la température tombe à -40 ° C, alors qu’il se trouve dans la zone tropicale indienne !

Les deux déserts se trouvent sur la même latitude et ont les mêmes propriétés électromagnétiques. Cependant avec des indicateurs climatiques différents, ils forment une sorte d’aimant gigantesque, fournissant un signal à l’espace où le plus est en Californie et le moins dans le Ladakh, non loin de la ville de Leh.

L’hypothèse formulée par les scientifiques est que ces lieux constituent des « phares » pour les civilisations extraterrestres. Cette hypothèse a été développée grâce aux observations faites par les populations locales. Outre les légendes anciennes, il y a des éléments plus récents. Les anciens du Ladakh racontent qu’à la fin de la Deuxième Guerre mondiale, un OVNI a atterri au monastère de Lamayuru. Ils disent que quelques nains sont sortis d’un avion non-identifié, et que les gens n’ont pas pu s’en approcher. Le plus frappant était qu’ils avaient en mains de curieux tubes. Ce qui est très étonnant est que cette description correspond aux dessins rupestres découverts dans le Chhattisgarh.
source: 

Note adm:area51blog

Rappel : les articles repris engagent leurs auteurs ,ce qui veut dire que nous ne cautionnons pas pour autant ce qui est écrit. Nous vous les proposons et c’est à chacun de se forger sa propre opinion.

gif

Mise à jour Sylv1 pour Area 51 Blog, le: 19/09/2014 à : 15h25.

area51blog


%d blogueurs aiment cette page :