Les sénateurs reçoivent un briefing classifié sur les observations d’OVNI

20/06/2019

« Si les pilotes de la marine se heurtent à des interférences inexpliquées dans les airs, le sénateur Warner pense que nous devons aller au fond des choses », a déclaré le porte-parole du sénateur Mark Warner. | Mark Wilson / Getty Images

Un article de Bryan Bender

Source POLITICO

Traduction Era pour Area51blog

Selon des représentants du Congrès et du gouvernement, trois autres sénateurs américains ont reçu mercredi un briefing classifié du Pentagone sur une série de rencontres de la Marine avec des avions non identifiés, faisant partie d’un nombre croissant de demandes émanant de membres de comités de surveillance clés.

L’un d’entre eux était le sénateur Mark Warner (D-Va.), Vice-président du Comité du renseignement du Sénat, dont le bureau a confirmé la réunion d’information à POLITICO.

 

« Si les pilotes de la marine se heurtent à des interférences inexpliquées dans les airs, le sénateur Warner pense que nous devons aller au fond des choses », a déclaré sa porte-parole, Rachel Cohen, dans un communiqué.

L’intérêt pour les «phénomènes aériens non identifiés» a augmenté depuis que les révélations de fin 2017   selon lesquelles le Pentagone avait mis en place un programme d’étude de la question à la demande du Senateur à l’époque  Harry Reid (D-Nev.). Des responsables ont interrogé de nombreux aviateurs et marins, actuels et anciens, qui ont affirmé avoir rencontré des aéronefs très perfectionnés qui semblaient défier les lois de l’aérodynamique lorsqu’ils pénétraient dans un espace aérien militaire protégé – dont certains ont été capturés sur vidéo et rendus publics.

La Marine a joué un rôle de premier plan à la lumière des témoignages de pilotes de F / A-18 et d’autres membres du personnel affectés au groupement tactique, porte-avions USS Nimitz au large de la Californie en 2004 et au USS Theodore Roosevelt dans l’Atlantique en 2015 et 2016.

L’intérêt croissant du Congrès a joué un rôle majeur dans la récente décision du service de mettre à jour les procédures à l’intention des pilotes et des autres membres du personnel afin de signaler de telles observations inexpliquées, ce que POLITICO avait signalé pour la première fois en avril.

« En réponse aux demandes d’informations émanant des membres et du personnel du Congrès, les responsables de la marine ont organisé une série de briefings avec de hauts responsables du renseignement naval ainsi que des aviateurs qui ont signalé des risques pour la sécurité de l’aviation », a déclaré le service dans une déclaration à POLITICO.

La marine n’a pas fait de commentaire immédiat mercredi, et peu de détails sur les dernières sessions secrètes étaient disponibles.

La Marine a joué un rôle de premier plan à la lumière du témoignage de pilotes de F / A-18 et d’autres membres du personnel opérant avec le USS Theodore Roosevelt (illustré) dans l’Atlantique en 2015 et 2016. | Matt Cardy / Getty Images

 

Ils arrivent plusieurs jours après que le président Donald Trump ait déclaré à ABC News que lui aussi avait été informé des informations. «J’ai eu une très brève réunion à ce sujet», a-t-il déclaré. «Mais les gens disent qu’ils voient des OVNIS. Est-ce que je le crois? Pas particulièrement. »

Plusieurs responsables et anciens fonctionnaires ayant une connaissance directe décrivent le briefing de Capitol Hill comme le dernier en date pour les membres du Congrès et leur personnel représentant les groupes de travail du renseignement, des forces armées et des crédits de défense.

«Il y a des gens qui sortent du bois», a déclaré un ancien responsable du gouvernement qui a participé à certaines réunions.

Un responsable des services de renseignement a ajouté: « De nouvelles demandes de briefings arrivent. »

Les sessions ont été organisées par la marine, mais ont également inclus du personnel du sous-secrétaire à la Défense pour le renseignement, ont précisé les sources. Les deux n’étaient pas autorisés à parler publiquement des briefings.

Les défenseurs qui ont accordé plus d’attention au mystère ont indiqué qu’ils espéraient que le Congrès prendrait des mesures plus formelles, telles que demander au ministère de la Défense de collecter et de compléter une analyse détaillée des données collectées par satellite et par d’autres moyens permettant à des navires non identifiés de pénétrer dans l’espace aérien militaire ou opérant sous le contrôle. mer.

Source Politico
Traduction Era pour Area51blog
Publicités

Trump dit qu’il a été informé des observations d’OVNIS par la marine

20/06/2019

Le président Donald Trump a déclaré qu’il avait été informé des observations d’OVNIS, mais qu’il n’y avait pas particulièrement cru. | Sarah Silbiger / Bloomberg via Getty Images

 

Un article de Matthew Choi – Source POLITICO

 

Le président Donald Trump a déclaré qu’il avait reçu des informations sur les pilotes de la marine rapportant de plus en plus d’observations d’objets volants non identifiés, ajoutant qu’il ne croyait pas particulièrement aux OVNIS.

Parlant avec George Stephanopoulos de ABC News dans une interview publiée samedi, Trump a haussé les sourcils et a souri avec incrédulité lorsqu’on lui a demandé ce qu’il avait fait des rapports.

« Je veux qu’ils pensent ce qu’ils pensent », a déclaré Trump à propos des pilotes de la marine. « J’ai eu une très brève réunion à ce sujet. Mais les gens disent qu’ils voient des OVNIS. Est-ce que je le crois? Pas particulièrement. »

La marine a récemment rédigé de nouvelles directives sur la manière de signaler les contacts avec des « aéronefs non identifiés » en réponse à des informations faisant état d’intrusions de vaisseaux sophistiqués dans des groupes de frappe de la marine, a rapporté POLITICO en avril. Selon le New York Times, les pilotes ont déclaré avoir vu des objets voler à une altitude de 30 000 pieds sans aucun panache d’échappement et à une vitesse supersonique.

Le Pentagone a discrètement mis en place un programme de recherche sur les ovnis il y a plus de 10 ans sous la direction du Congrès. L’AATIP (Advanced Aerospace Threat Identification Program) a été largement encouragé par l’ancien sénateur Harry Reid (D-Nev.) Et n’a été exploité que de manière extrêmement limitée, bien qu’il ne s’agisse pas d’un programme classifié.

Trump ne semblait pas aussi pressé d’agir sur les rapports, disant à Stephanopoulos: « Nous allons voir. »

Quand on lui a demandé s’il avait connaissance d’une quelconque vie extraterrestre, Trump a répondu: « Je pense que nos grands pilotes le sauraient. Certains voient des choses un peu différentes de celles du passé. … Nous examinons cela et vous serez le premier à savoir. « 

Source : POLITICO

Traduction Era pour Area51blog


Les astronomes ont détecté une nouvelle étoile présentée comme « Alien Megastructure », et elle pourrait nous donner les réponses manquantes.

23/11/2018

Illustration
Crédits : WikiImages / Pixabay

Les astronomes ont-ils repéré une “mégastructure extraterrestre” ?

Article source :sciencepost.fr/

Une étoile visible depuis l’hémisphère Sud semble scintiller de manière très étrange. À l’instar de l’étoile de Tabby, ces creux de luminosité pourraient s’expliquer par la présence d’un nuage de matériau… Ou par quelque chose de plus exotique. Comme une mégastructure extraterrestre ?

L’étoile nous rappelle un objet célèbre depuis 2013 : l’étoile de Tabbydont les baisses de luminosité importantes et irrégulières ne cessaient d’intriguer les astronomes. Plusieurs hypothèses avaient alors été avancées pour expliquer ces étranges fluctuations. L’une d’elles évoquait la présence d’une mégastructure extraterrestre construite autour de l’étoile dans le but de siphonner son énergie. Une idée depuis balayée : une étude publiée en janvier dernier confirmait en effet que l’obscurcissement observé était causé par de la poussière interstellaire.

Une autre étoile qui intrigue

Qu’en est-il alors aujourd’hui ? L’astronome Roberto Saito et son équipe de l’Université fédérale de Santa Catarina (Brésil), se penchaient dès 2010 sur les explosions éruptives de centaines de millions d’étoiles, surveillées dans le cadre du sondage Variables Vista dans la Via Lactea (VVV). Mais en 2012, il remarquèrent soudain quelque chose d’étrange qui n’avait rien à voir avec une explosion : une étoile mystérieusement obscurcie pendant plusieurs jours. L’idée d’une mégastructure extraterrestre est donc revenue sur la table. Les détails de l’étude parue en début de mois sont publiés dans les Avis mensuels de la Royal Astronomical Society.

Il faut bien avouer que les données intriguent. À l’été 2012, la luminosité de cette étoile (VVV-WIT-07), plus vieille que le Soleil et retrouvée dans le renflement de notre Galaxie, s’est estompée légèrement pendant 11 jours pour ensuite chuter au cours des 48 jours suivants. Ce n’était par ailleurs pas 20 % de la luminosité qui était ici obscurcie (comme l’étoile de Tabby), mais près de 80 % ! Quelque chose bloquait ainsi une grande partie de la lumière de cette étoile. Mais de quoi s’agissait-il ?

Plusieurs explications possibles

Pour Eric Mamajek, astrophysicien de l’Université de Rochester (États-Unis), cette chose devrait « faire plus d’un million de kilomètres de large et être très dense pour pouvoir bloquer autant de lumière stellaire », lit-on dans Scientific American. Il pourrait encore s’agir ici d’un agrégat de matière passant entre la Terre et l’étoile. Malheureusement, l’étoile étant située vers le centre de notre Galaxie, la poussière rend les observations de suivi compliquées. Il pourrait également s’agir d’une étoile dite « variable », un type d’objet dont la luminosité varie de façon perceptible durant certaines périodes. Dans ce cas, ces creux de lumière pourraient s’expliquer de manière naturelle, simplement par des phénomènes internes (rien de suspect, donc).

Toujours est-il que pour l’heure, les chercheurs ne parviennent toujours pas à comprendre la véritable nature de cet assombrissement. Ils prévoient néanmoins de continuer les observations avec des instruments infrarouges (qui pénètrent mieux la poussière). Dans quelques semaines  nous aurons donc peut-être le fin mot de l’histoire !

Source

Mise à jour Area 51 blog-le 23-11-2018 à 12h05.


Le laser envisagé pour dénicher de potentiels extraterrestres.

08/11/2018

Investigations UFO et Science

Image d’illustration : Utilisation d’un laser pour observer en détail le centre galactique. (photo ESO/Yuri Beletsky) ESO/Yuri Beletsky

Ci -dessous notre ami Patrice R nous envoie cet article. j’ai présenté ici il y a quelques temps ce genre de projet découvrons ensemble à présent ce que mentionne l’article de RTL futur.

Merci à Patrice.

Un laser pourrait permettre d’attirer les extraterrestres vers la Terre.

Article source : rtl.fr/a

 Leia Hoarau 

  • PUBLIÉ LE 07/11/2018 À 17:28

Journaliste

C’est l’idée (un peu perchée mais très sérieuse) qu’ont eu des scientifiques américains : au lieu de partir à la recherche d’extraterrestres, pourquoi ne pas les guider directement vers la Terre ?

La recherche extraterrestre représente pour les scientifiques l’aboutissement ultime de la plupart des recherches entreprises dans le domaine spatial. Le sujet est si attrayant que même la Nasa a décidé de s’y consacrer ouvertement. En parallèle, l’envie de l’Homme de découvrir…

Voir l’article original 140 mots de plus


Où pourraient vivre les extraterrestres ? La réponse d’un astronome

20/04/2018

Jeremy Wilks, euronews : Seth, on a beaucoup de questions sur les extraterrestres. Petro Brits aimerait savoir si nous avons déjà trouver une preuve d’extraterrestre dans l’espace ?

Seth Shostak, astronome à l’Institut SETI : Je pense que nous le ferons certainement. La raison c’est que, premièrement : je pense que ca peut exister là-bas. Je veux dire, il y a des millions et des millions de planètes dans notre galaxie, dans la Voie lactée. Ca fait énormément de maisons possibles ! Donc il est difficile de croire que seule notre planète possède la vie. Deuxièmement, la question est de savoir si nous pourrons la trouver ? Nous cherchons une forme de vie intelligente. J’ai parié avec tout le monde une tasse de café que nous trouverons de la vie ailleurs en 2025. De la vie intelligente.

Jeremy Wilks : Dan Alex voudrait savoir si nous devons regarder dans une certaine direction pour trouver des extraterrestres ?

Seth Shostak : J’ai passé beaucoup de nuits à me retourner dans mon lit à penser à cela. A me demander où sont les extraterrestres? Où traînent-ils ? Un endroit évident est le centre de la Voix lactée. Parce qu’au centre de la galaxie il y a une énorme source d’énergie. Il y a un énorme trou noir, beaucoup d’étoiles, beaucoup de choses. Beaucoup de choses, beaucoup d’énergie, c’est un endroit sur lequel nous devrions nous concentrer et c’est ce que nous faisons.

Source 


Technologie et extraterrestres présumés font débattre.

12/01/2018


OVNIS au-dessus de Salem, Massachusett . Quatre objets brillants et non identifiés sont apparus dans le ciel à 9h35 le 15 juillet 1952 sur un parking.
Crédit: Shell R. Alpert Getty Images et petit texte

Les civilisations extraterrestres sont-elles technologiquement avancées ?

Article source : scientificamerican.com  traduit et relayé par sciencepost.f

Plus nous découvrons de planètes habitables autour d’autres étoiles de la Voie lactée, moins l’on peut s’empêcher de se demander pourquoi nous n’avons pas encore détecté de preuves d’une civilisation extraterrestre. S’il est vrai que leur technologie pourrait être trop subtile ou sophistiquée, le silence décevant du ciel peut également indiquer que certaines civilisations durables n’utilisent tout simplement pas de technologies qui les rendraient visibles à nos télescopes.

Sur la base de notre propre expérience – comment nous en vouloir ? – nous nous attendons en effet à ce que des civilisations beaucoup plus anciennes que la nôtre soient plus savantes et donc technologiquement avancées. Mais il pourrait également être possible qu’un mode de vie plus simple que la prospérité scientifique ait dominé le paysage politique sur d’autres planètes, conduisant à des civilisations anciennes certes, mais technologiquement primitives. Après tout, l’histoire humaine nous permet d’imaginer la possibilité que sous un scénario politique différent, notre planète aurait pu rester dominée par les mentalités anti-scientifiques du moyen âge. Un tel scénario est imaginable sur des échelles de temps de plusieurs milliers d’années. Si nous avons eu de la chance de voir surgir la technologie, les catastrophes environnementales ou politiques auraient pu facilement remettre à zéro l’horloge de l’évolution.

Peut-être que la durée de vie ultime de la civilisation humaine se révélera plus courte qu’elle ne l’aurait été si nous étions restés technologiquement primitifs. La technologie pose en effet des risques à long terme pour notre avenir sous la forme de changements climatiques et de guerres non conventionnelles (nucléaires, biologiques ou chimiques). Dans ce cas, les surfaces d’autres planètes pourraient nous révéler des reliques de civilisations technologiquement avancées auto-détruites. Le problème n’est pas d’imaginer cette hypothèse, mais encore faut-il pouvoir l’observer. Si nous ne détectons rien à travers nos télescopes, la seule façon de savoir si une civilisation est savante ou technologiquement primitive est de se rendre directement sur place. Compliqué. Mais si c’est un jour le cas, l’astrosociologie pourrait alors devenir un domaine d’exploration particulièrement excitant une fois l’Homme aventuré dans l’espace.

Si nous savons qu’il est beaucoup moins coûteux d’observer à distance des planètes éloignées que de lancer une sonde, l’observation à distance ne peut détecter que les civilisations transmettant des signaux électromagnétiques, ou modifiant l’atmosphère de leur planète par pollution industrielle. Si les extraterrestres ne modifient pas radicalement leur habitat naturel ou ne transmettent pas de signaux artificiels, nous serons alors amenés à visiter leurs planètes domestiques afin de découvrir leur existence.

Une civilisation ancienne mais primitive pourrait en effet s’imbriquer parfaitement dans son environnement naturel pour toute une variété de raisons. Le camouflage, par exemple, est une tactique de survie naturelle, de sorte qu’une civilisation pourrait préférer paraître indiscernable des autres formes de vie, telles que la végétation. On pourrait aussi imaginer une civilisation si intelligente qu’elle déciderait de maintenir délibérément un profil technologique discret pour soutenir sa biosphère.

Un premier projet financé de manière significative pour visiter un autre système planétaire, Breakthrough Starshot, a été inauguré en 2016. Starshot vise à atteindre les étoiles les plus proches en quelques décennies. Puisque Proxima Centauri n’est qu’à 4,24 années-lumière, cela nécessite une technologie capable d’accélérer un vaisseau spatial à au moins un cinquième de la vitesse de la lumière. Le seul concept approprié implique une voile légère (à laquelle la charge utile est attachée) poussée par un puissant faisceau de lumière. L’inconvénient d’atteindre une telle vitesse avec cette conception est que le freinage près de la planète cible reste à ce jour très compliqué, même sur le papier.

Alors, civilisation technologiquement avancée ou primitive ? Spoiler Alert : nous ne le saurons probablement jamais, du moins certainement pas de notre vivant. Science-Post

Source

Mise à jour Area 51 Blog le – 12/01/2018  à 11h45.


L’astéroïde ‘Oumuamua un objet naturel ?

29/11/2017

Le 19 octobre, le télescope Pan-STARRS 1 à Hawaï a repér OUMUAMUA
crédit image : fredzone.org

Article source : cnetfrance.fr/

  • Par Karyl AIT KACI ALI 
  •  
  • L’institut scientifique SETI, qui recherche l’existence de formes de vie extra-terrestres, a tourné ses télescopes vers ‘Oumuamua, l’étrange astéroïde de forme allongée venant d’en-dehors de notre système solaire.
  • ‘Oumuamua est le premier astéroïde interstellaire jamais observé. Rien que pour cela, ce dernier suscite déjà l’intérêt des chercheurs du monde entier. Mais en plus, l’étrange objet céleste découvert en octobre par une équipe d’astronomes hawaïens (d’où son nom qui signifie « messager ») a une forme allongée très peu commune, un peu comme un cigare.Il n’en fallait pas plus pour que des journalistes et des fans de science fiction se mettent à le comparer à l’astéroïde Rama, du roman d’Arthur Clarke Rendez-vous avec Rama. En même temps, il faut bien avouer qu’il y a quelques similitudes. Dans cet ouvrage, Rama s’avère être un vestige de vaisseau extra-terrestre.

    Le SETI sur le coup

    Les fans de science-fiction seront donc heureux d’apprendre que l’institut SETI (Search for Extra-Terrestrial Intelligence = Recherche d’une Intelligence Extra-terrestre, en français) écoute actuellement l’astéroïde avec ses puissants radiotélescopes ATA et GBT pour voir si des signaux ne s’en échapperaient pas, juste au cas où. L’information nous vient du physicien James Benford. Ce dernier explique dans un article avoir discuté avec Jill Tarter et Andrew Siemion, deux membres du SETI qui lui ont confirmés ces observations.

  • Le physicien explique dans son article que si l’on exclut les explications les plus probables, il reste la possibilité qu’il s’agisse d’une sonde extra-terrestre. Celle-ci pourrait ainsi avoir pour but de collecter des données sur notre système solaire avant d’en rejoindre un autre. Benford ajoute que vu le nombre de satellites en orbite autour de la Terre, une telle sonde capterait facilement nos ondes. Il s’agit donc voir si la sonde potentielle n’envoie pas de signaux en réponse.Bien sûr, il n’y a quasiment aucune chance que l’astéroïde soit réellement un appareil extra-terrestre. D’ailleurs Karen Meech, en charge de l’équipe hawaïenne qui a découvert l’astéroïde, disait il y a deux jours au New York Times que les observations menées jusqu’à maintenant tendent à démontrer qu’il s’agit bien d’un objet naturel, mais on peut toujours rêver.
  • Source
  • Mise à jour Area 51 le : 29/11/2017 à 18h05.

%d blogueurs aiment cette page :