Du nouveau sur l’ affaire de Rendlesham.

12/12/2017

Nouveau témoin: l’homme prétend avoir entendu un homme de l’USAF parler à de «petits êtres »
Crédit : express.co.uk

Article source : express.co.uk

Par  JON AUSTIN

Traduction ERA pour


 EXCLUSIF: Un nouveau témoin s’est présenté qui pourrait faire la lumière sur le cas le plus troublant d’OVNI non résolu du Royaume-Uni.

L’homme de 62 ans, qui a demandé à l’Express.co.uk de ne pas le nommer, prétend avoir entendu des conversations personnelles entre des membres de l’US Air Force (USAF) quelques jours après les célèbres observations d’OVNI de Rendlesham dans le Suffolk en Décembre 1980.

La légende de Rendlesham, centrée autour des bases avoisinantes RAF Woodbridge et RAF Bentwaters, près de Mildenhall, dans le Suffolk, a été surnommée le Roswell britannique, en référence au mystère de l’accident d’OVNI qui aurait eu lieu au Nouveau -Mexique , aux États-Unis. en juillet 1947.

L’événement extraterrestre suspecté à Rendlesham a vu trois officiers américains basés à la RAF Bentwaters déclarer qu’ un « vaisseau de forme  triangulaire »   a atterri dans les bois voisins aux premières heures du 26 décembre 1980, puis,  est revenu pendant deux nuits supplémentaires.

L’homme, qui travaillait à l’époque  dans l’entrepôt d’une maison de presse  à Felixstowe , dit qu’il était au bar du Marlborough Hotel  situé sur le front de mer de Felixstowe entre Noël et le Nouvel An 1980, quand il a entendu un échange bizarre.

Il a déclaré: « Les hôtels du front de mer étaient très populaires auprès du personnel de l’USAF, en particulier le nouveau bar Flying Boat à Marlborough. »

« -Je connaissais quelques-uns des membres de l’USAF par leur nom, mais c’était juste à travers des discussions de bar et nous n’avions aucune association en dehors du pub. »

« -Je prenais un verre au bar ».

« Il y avait un certain nombre de membres de l’USAF dans le bateau, comme nous l’appelions et un petit groupe d’entre eux se tenait seul dans un coin du bar.

-Je les ai regardés de temps en temps et j’ai pu voir qu’ils avaient une discussion sérieuse sur quelque chose.

Un aviateur semblait particulièrement agité.

«Je me suis approché d’eux, si je voulais être curieux, ou juste me rapprocher du feu, je ne sais pas, mais j’ai entendu quelques mots.

« L’aviateur qui était agité parlait de lumières et de petits personnages. »

on pense souvent que les crop circles sont créés par des extraterrestres, car il n’y a pas d’explication appropriée derrière ce phénomène.
Crédit : Getty images

Il a dit qu’il n’avait aucune idée à l’époque de l’affaire Rendlesham, et n’a pas appris à ce sujet jusqu’à quatre ans plus tard quand le News of the World a publié un article sur l’événement « extraterrestre ».

L’homme a dit: « De toute évidence, c’était un peu bizarre, mais les événements de 1980 n’étaient pas connus en général à ce moment-là, alors cela ne signifiait rien pour moi. »

« L’aviateur a été calmé par ses copains et ils ont pris une autre tournée.

«J’ai demandé à l’aviateur qui était allé au bar si son compagnon allait bien, il m’a simplement répondu qu’il était un peu contrarié, rien de plus.

« Peu de temps après, l’aviateur agité laissa ses émotions l’emporter et il commença à s’énerver, mais je ne pouvais pas comprendre ce qu’il disait.

« L’un de ses camarades  a alors posé le bras sur lui, essayant de le calmer et lui a dit de se taire ou il aurait des ennuis. »

Il a dit que quelques jours plus tard, l’aviateur qui était venu au bar pour boire un coup, était de retour au pub. 

L’homme a dit: « J’ai demandé si son compagnon avait récupéré de la dernière fois que je les ai vus.

« Il a dit » qu’il le pensait, mais il avait été renvoyé aux Etats-Unis et personne ne savait pourquoi « .

Un seul aviateur américain a jusqu’ici affirmé avoir vu des êtres durant la rencontre de trois jours.

Larry Warren, 56 ans, dit qu’il faisait partie d’une équipe d’enquête sur un engin triangulaire le 28 décembre, quand il a vu de petits êtres en dessous.

Beaucoup dans la communauté OVNI disent que son récit a été discrédité par des incohérences.

Le livre Left at East Gate, un récit de première main de l’incident OVNI de la forêt  Rendlesham , sa dissimulation et son enquête, qu’il a co-écrit avec Peter Robbins en 1997, a été retiré en octobre par l’éditeur Cosimo , ce dernier souhaitant prendre ses distances avec cette histoire.

Ce mois-ci, Gary Heseltine, rédacteur en chef d’UFO Truth Magazine, a affirmé que M. Warren avait passé une série de questions sur les détecteurs de mensonges au sujet de l’incident, ce qui l’avait justifié.

Photo de l’ authopsie du présumé alien de Roswell .
Crédit: GRETTY

D’autres restent non convaincus.

Nick Pope a précédemment enquêté sur le phénomène pour le ministère britannique de la Défense (MoD), et prend la parole lors de conférences sur les ovnis.

Il a déclaré à Express.co.uk: « L’essentiel est que même si Warren a passé un test polygraphique – et alors?

« Nous avons tellement de versions contradictoires de son histoire, indiscutablement sur l’enregistrement, qu’elles ne peuvent tout simplement pas être toutes vraies. »

« Quand même son propre co-auteur se dissocie de Warren, et quand même son propre éditeur tire la fiche sur son livre en raison des points d’interrogations sur la véracité du contenu, cela devrait vous dire quelque chose.

« C’est ma conviction, en tant que quelqu’un qui a enquêté sur le phénomène OVNI pour le ministère de la Défense, que l’histoire de Warren est complètement fausse. »

D’autres témoins clés de Rendlesham sont John Burroughs, Bud Steffens, James Penniston et l’ancien colonel Charles Halt .

Les trois premiers ont remarqué des lumières et ensuite un OVNI « sur le sol », et n’ont pas pu tenir compte d’une période de 40 minutes en cherchant dans les bois quand leurs systèmes de communication ont été « éteints » le 26 décembre 1980.

Messieurs Burroughs, Steffens et Penniston ont ensuite déclaré qu’ils se sentaient «statiques» en observant les lumières clignotantes de l’objet et les marques hiéroglyphiques.

Et M. Halt, le témoin le  plus haut gradé, qui était commandant adjoint de base à l’époque, n’était pas présent lors de la première rencontre, mais on lui a dit le lendemain matin et il a enquêté cette nuit après que les officiers aient crié:  » l’OVNI est de retour! »

Il est allé enquêter avec une équipe qui a trouvé trois «trous d’impact» de 1,5 pouce, des dommages aux auvents des arbres et des «niveaux de rayonnement plus élevés» dans la zone de débarquement » –Il a dit qu’ils ont alors vu un objet mystérieux dans un champ entre les bois et une ferme avec « une lumière rouge se déplaçant »

Le récit de M. Warren est que le 28 décembre, il était de garde quand il a été emmené par camion pour rejoindre d’autres membres de l’USAF afin d’ enquêter sur l’OVNI.

Crédit illustration :
GRETTY

C’est alors qu’il a prétendu voir un engin triangulaire débarquer et de petits êtres extraterrestres à proximité, avant que lui et d’autres hommes aient reçu l’ordre de dissimuler l’incident.

Source

 

Mise à jour Area 51 blog, le : 12/12/2017 à 20h30

 

Publicités

Rencontres inexpliquées en Russie ?

07/12/2017

Crédit:
© SPUTNIK. NATALIA NECHAEVA
Protasovo

Ovnis, forces hostiles… Un petit village russe «terrorisé» par des extraterrestres.

Article source : fr.sputniknews.com

URL courte
Ekaterina Bogdanova

Un ovni «garé» dans un village russe, non loin de Moscou, semble un fait surréaliste. Mais que fait-il dans ce monde rural? En fait, c’est un monument érigé par les habitants pour immortaliser leurs «rendez-vous» avec des extraterrestres. Heu… De vrais «petits hommes verts»? Un célèbre astrophysicien a toutefois infirmé leurs histoires ubuesques.

Pour les habitants du village russe de Protasovo, qui se trouve à quelque 50 km de Moscou, les «petits hommes verts» ne sont pas des héros de science-fiction, mais de vrais personnages qui auraient visité leur localité à maintes reprises dans les années 1990. Impressionnés par ces «rencontres», ils ont même installé un ovni en métal à l’entrée de la commune. Intrigué, Sputnik s’est rendu sur place pour démêler le vrai du faux.

Rares sont ceux qui n’ont pas vu des vaisseaux extraterrestres faisant leur apparition dans le village et ses alentours il y a une dizaine d’années. Et parler des «visiteurs bizarres» est un des sujets de conversations les plus courants des habitants, tout comme discuter du temps pour les Anglais.

La forêt enchantée

Une des interlocutrices de Sputnik, Tatiana Rioubakova, a aperçu deux ovnis en 1991, alors qu’elle sortait du bus pour prendre la route vers l’usine où elle travaillait à l’époque.

«J’ai vu de nombreuses personnes qui ont regardé dans le même sens, où notre forêt se dressait. Il y avait deux soucoupes volantes en l’air. J’ai été impressionnée. Ensuite, les objets se sont volatilisés.»

Protasovo
crédit photo
© SPUTNIK. NATALIA NECHAEVA
Protasovo

Comme le soulignent d’autres habitants du village, presque tous les ovnis faisaient leur apparition au-dessus ou non loin de cette énorme forêt, sombre et peu accueillante.
Selon Lioudmila Pakhomova, née dans le village voisin, elle a entendu parler du bois en question dès son enfance. Les anciennes du village mettaient souvent en garde les enfants, parce que, d’après elles, des «forces hostiles» s’y cachaient.


«Elles nous demandaient de ne jamais aller dans la forêt. En fait, je ne me sens pas à l’aise chaque fois que j’y vais pour chercher des champignons ou cueillir des baies sauvages.»


Mme Pakhomova a, elle aussi, vu à plusieurs reprises des objets étranges flotter au-dessus des arbres. D’après Lioudmila, les «vaisseaux extraterrestres» étaient lumineux, de forme sphérique et se déplaçaient de manière chaotique, pas comme des avions ou des hélicoptères.

Nous avons osé pénétrer dans ce bois «sinistre», qui s’est pourtant avéré une forêt comme les autres. Ni forces hostiles, ni monstres effrayants, mais des oiseaux et même un petit lièvre…

«Contact direct»

Parmi les habitants de cette petite commune, il y a même ceux qui affirment… avoir rencontré des extraterrestres en personne. Comme, par exemple, le père et le fils Ilichev.


«C’était il y a environ 15 ans. Une nuit, je me suis réveillé et je me suis tourné vers la fenêtre sans raison. Et là, j’ai vu une créature bleue étrange. Elle m’a regardé dans les yeux tout en envoyant des messages par télépathie: « Viens ici, viens ici… »», s’est confié à Sputnik Vladimir Ilichev.


Il a toutefois trouvé la force de dire: «Non, va-t-en!». Selon Vladimir, il y a eu une autre créature, qui se trouvait à une vingtaine de mètres de son «visiteur».

«Quand j’ai parlé de cet épisode à ma femme, elle ne m’a pas cru, elle était persuadée que j’avais rêvé. Et puis c’est Dima, notre fils, qui a aperçu un extraterrestre quelques jours plus tard.»


Tout comme son père, Dmitri, âgé de 12 ans à l’époque, s’est réveillé une nuit et a vu un être par la fenêtre.


«J’ai eu peur. Il m’a demandé de le suivre par télépathie, mais j’ai dit « non ». Il a ensuite disparu.»


D’après Vladimir, ses visiteurs faisaient plus de deux mètres, avec des grosses têtes et étaient minces. Après ces deux rencontres, il n’a jamais revu d’extraterrestres, mais, en rigolant, il a dit qu’il serait ravi de «bavarder» avec eux une fois de plus.

Il faut bien noter qu’aucun autre habitant du village n’est entré en contact avec les «petits hommes verts». Et, en fait, la description des extraterrestres faite par Vladimir ressemble beaucoup aux héros de nombreux films consacrés à ce sujet.

Un point de vue impartial

Pour démêler les faits de la fiction, Sputnik a interrogé Vladimir Lipounov, astrophysicien, professeur de l’université d’État Lomonossov de Moscou, docteur en sciences, qui a créé il y a 15 ans le réseau global unique des télescopes robotisés MASTER.

Grâce à ces robots, le professeur et son équipe sont capables d’observer le ciel et de détecter le moindre objet qui y apparaît.


«On a commencé nos activités d’observation dans la région de Moscou. Nous avons fait des millions de clichés, et je peux vous rassurer que nos télescopes n’ont enregistré aucun vaisseau spatial extraterrestre.»


Selon M.Lipounov, les objets que les habitants du village ont vus, auraient pu être des avions russes parce que non loin de cette localité se trouve l’aéroport militaire Chkalovsky.

Les habitants de Protasovo ne sont pas d’accord sur ce point de vue, parce que, selon eux, des avions et des hélicoptères survolent régulièrement la région, et ils n’ont rien à voir avec ce qu’ils ont vu.

Ainsi, l’histoire de ce village demeure toujours un mystère. Chacun est libre de décider s’il s’agit de l’imagination débordante de ces personnes ou s’il y a eu en effet des objets inconnus dont la nature est impossible à définir.

Source

Mise à jour Area 51 blog, le : 07/12/2017 à 21h55.

 


Du nouveau dans l’affaire des Dogus du Pérou

21/06/2017

Les découvertes ont été réalisées par des huaceros (pilleurs de tombes) dans un endroit inconnu dans le sud du désert du Pérou, dans la région de NAZCA
crédit photo feairplane.canalblog.com/

Mercredi 21 juin 2017.

Voici la suite des investigations menées par Thierry Jamin.

Nous suivons depuis le début ce dossier par le biais de Michel Ribardière qui nous partage les infos sur son site.

« La divulgation de NAZCA a démarré. Trois vidéos ont été publiées par des chaines étrangères depuis hier: »

Si la vidéo ne fonctionne pas cliquez ici

 

 Teaser

La momie Maria n’est pas tout à fait humaine

Si la vidéo ne fonctionne pas cliquez ici

 

La momie Josephina est enceinte

Ajoutée le 20 juin 2017 ©Instituto Inkari Cusco – Jungle Doc Productions via Youtube

Si la vidéo ne fonctionne pas cliquez ici

 

Les articles sont rédigés par Michel Ribardière mis en ligne par lui-même sur son site web: FEDERATION EUROPEENNE  A.I.R.P.L.A.N.E

Le premier article était celui-ci  (VOIR)

Le deuxième ici 


Paradoxe de Fermi : les extraterrestres sont-ils en « veille prolongée » ?

03/06/2017

Alien planet sci-fi background. 3D digitally rendered illustration
Crédits : iStock

Article source:sciencepost.fr/

2 juin 2017, 16 h 27 min

Si nous n’avons à ce jour aucune trace de civilisations extraterrestres avancées, c’est peut-être que ces dernières se sont volontairement mises en « veille auto-imposée prolongée » d’après trois chercheurs dans un nouveau document accepté pour publication. 

Le paradoxe de Fermi s’exprime ainsi : la Terre est nettement plus jeune que l’Univers (de plusieurs milliards d’années), si des civilisations technologiques extraterrestres existent ou ont existé dans la Galaxie, alors au moins une a développé et entrepris le voyage ou la colonisation interstellaire. Or on peut démontrer que la colonisation de la Galaxie ne nécessite que quelques millions d’années donc on devrait en voir des traces autour de nous, mais ce n’est pas le cas, donc l’hypothèse de départ est fausse et nous sommes la seule civilisation dite « avancée » ou « intelligente » dans la Galaxie. Et si, plutôt que de tabler sur le fait que cesdites civilisations avancées n’existent pas (ou plus), ces dernières s’étaient mises dans un état auto-imposé de veille prolongée ? C’est en tout cas ce que suggère un nouveau papier cosigné par trois chercheurs.

Pour le neurologiste d’Oxford et expert en intelligence artificielle Anders Sandberg et ses collègues Stuart Armstrong et Milan Ćirković, de l’Observatoire astronomique de Belgrade, notre Univers actuel serait en effet beaucoup trop « chaud » pour une civilisation numérique. Dans ce document accepté pour publication dans le Journal of the British Interplanetary Society, les trois chercheurs suggèrent en effet que pour prospérer, une telle civilisation devrait « attendre » que l’Univers se refroidisse davantage. À ce stade, avec des objets stellaires dispersés dans un univers plus élargi (rappelons que l’Univers se dilate), le traitement de l’information pourrait ainsi se produire avec une vitesse et une efficacité beaucoup plus grande que dans les conditions cosmologiques actuelles.

Civilisation numérique ? En effet, un nombre croissant d’experts futuristes et d’astrobiologistes commencent à penser qu’une intelligence avancée mènera finalement en un mode d’existence numérique. Pour vivre comme des êtres numériques au sein de superordinateurs puissants, des civilisations post-biologiques devront exiger un accès sans entrave aux moyens puissants et efficaces de traitement de l’information — un mode d’existence hypothétique connu sous le nom de « dataisme ». Mais comme Anders Sandberg, Stuart Armstrong et Milan Ćirković le font savoir dans leur nouveau document, il y a un coût pour un tel traitement de l’information : la température.

Le potentiel de traitement de l’information augmente en effet à mesure que la température diminue. Donc pour résumer, plutôt que de gaspiller de l’énergie et des ressources à l’ère actuelle, Sandberg et ses deux collègues pensent qu’il serait plus logique qu’une civilisation avancée et informatisée se mette en état de « mise en veille prolongée » en attendant que l’Univers soit beaucoup plus froid qu’aujourd’hui. Rappelons que la température de l’Univers actuel est d’environ -270,42 degrés et que la température la plus basse possible théoriquement est le zéro absolu à -273,15 °C. Cela peut sembler une quantité insignifiante de « chaleur » pour vous et pour moi, mais pour une civilisation informatique, cela pourrait faire la différence. Selon les chercheurs, en patientant pour que l’Univers se dilate suffisamment, une civilisation pourrait traiter l’information 10 30  plus rapidement qu’aujourd’hui.

Ainsi, ouvrons notre esprit et admettons que cette hypothèse soit vraie, d’anciennes civilisations extraterrestres existeraient bel et bien, certaines ayant déjà exploré une grande partie de la galaxie, mais celles-ci ne laisseraient pour le moment aucune trace pour cause de « mise en veille ». Pour Sandberg, nous ne devrions pas chercher de « traces » à proprement parler, mais plutôt l’absence suspecte de traces comme « une absence de processus qui permettraient de gaspiller les ressources utiles ». Plus précisément, une absence de processus qui empêche une variété de phénomènes astrophysiques comme l’implosion d’étoiles en trous noirs, des collisions de galaxies ou autres. Nous ne voyons aujourd’hui rien empêcher que ces processus se produisent (une grève contre cette hypothèse), mais Sandberg dit que les scientifiques devraient être à l’affût de zones inhabituelles dans lesquelles ces processus cosmologiques naturels ont considérablement diminué.

Source

Références

PDF

Mise à jour Area 51 blog,le: 03:06:2017 à 19h55.


confidences d’ un ex-agent de la CIA .

01/10/2016
crédit image: hearthstone-decks.com/

crédit image:
hearthstone-decks.com/

Note adm :

area2

 

 

Samedi 01octobre 2016 à 18h50:

En Mars 2013 aux états-unis un homme est interviewé. Il est présenté comme un ancien agent du renseignement américain ( C.I.A) . Cette vidéo est à visionner avant qu’elle ne disparaisse de la toile.

Si l’intervenant est sincère et digne de foi concernant les postes qu’il prétend avoir occupé ainsi que son récit et que les faits exposés soient authentiques, alors son expérience professionnelle nous amène à considérer ou  à reconsidérer, c’est selon, des faits établis.

Dans cette vidéo il met en avant la mythique zone 51 et le fameux secteur nommé S4.

L’activité adjacente de cette base est  une nouvelle fois pointée du doigt .

En supposant que les propos de cet ex-agent soient réalistes alors ce témoignage apporte un certain crédit à un autre homme qui a déjà ciblé l’endroit. Cet homme n’est autre que Bob Lazar un prétendu employé du hangar S4 prétendant avoir occupé un poste de  physicien mais dont les preuves manquent .

Dans un autre registre le célèbre hacker Gary Mc Kinnon aurait lui aussi du grain à moudre lorsqu’il dévoila au sujet des O.V.N.I une flotte « extraterrestre ». Comprenons par flotte extraterrestre une équipe militaire dotée de vaisseaux non conventionnels et cachée au public.

Cette vidéo est très particulière, elle incite à une recherche plus poussée afin de décrypter ce qui est et ce qui n’est pas.

Chacun se fera sa propre analyse et aura son opinion.

Ce qui est certain, c’est l’existence de complexes abritant certains  programmes dans des lieux stratégiques faisant de ces endroits des zones militaires  sensibles ( ZMS) hautement surveillées .

Reste à définir avec exactitude les activités  et la nature de celles- ci menées dans ce genre d’endroit.

Existe-t-il des lieux secrets et bien cachés qui se livrent à des conceptions, des tests, des expériences à des fins militaires dont certaines de ces activités dépasseraient de loin notre imagination?

 

Si cette vidéo ne fonctionne pas cliquez ici

gif

Mise à jour Area 51 blog, le : 01/10/2016 à18h50.

area2


Les ovnis de retour dans le ciel wallon: voici les preuves !

10/05/2016

Source : http://www.dhnet.be/

BRUNO DEHENEFFE ET J. C.

Publié le vendredi 06 mai 2016 à 06h21

Depuis la vague belge de 1990, le Cobeps continue à recueillir des témoignages interpellants.

Si le phénomène OVNI demeure inexplicable pour la science, d’étranges observations continuent à être rapportées quotidiennement aux quatre coins du globe. Depuis la fameuse vague belge de 1990 durant laquelle plusieurs milliers de personnes – parmi lesquelles des gendarmes, des militaires et des ingénieurs ont aperçu dans le ciel des objets triangulaires atteignant parfois la taille d’un terrain de football – plus rien de comparable ne s’est reproduit au-dessus de nos têtes !

Cela ne signifie pas que les ovnis ont totalement déserté notre espace aérien. Les statistiques du Comité belge d’étude des phénomènes spatiaux (Cobeps) en attestent. Le Cobeps dispose d’une quinzaine d’enquêteurs de terrain issus pour la plupart de la défunte Sobeps dont la mission est de collecter, d’analyser et d’effectuer des recherches rigoureuses sur base des témoignages qui leur parviennent. « Sur Bruxelles et en Région wallonne, on nous signale ainsi entre 80 et 100 observations par an. Nous les filtrons et les identifions quand c’est possible. Après vérification, il subsiste environ 5 % de cas non élucidés qui focalisent notre attention », indique Patrick Ferryn, président du Cobeps.

Pour la première fois , un bilan de l’activité ufologique belge a été réalisé en 2015. Le Cobeps et le Belgisch Ufo-meldpunt ont rassemblé leurs informations pour fournir un aperçu général sur l’ensemble du territoire. « S’il y a eu une augmentation des signalements dans les trois régions avec un total de 319 observations, le nombre de cas inexpliqués a plutôt tendance à stagner », M. Patrick Ferryn.

Aucune des observations récentes n’a cependant l’étrangeté de celle du 12 février 2011 à Engis (Charleroi) où une jeune automobiliste de 27 ans a visualisé un gigantesque engin lumineux et triangulaire parfaitement immobile au-dessus d’un zoning industriel. « Cette chose se trouvait à une altitude si basse que j’ai pensé qu’un avion allait s’écraser ! », rapportera à la police ce témoin émotionné.

Réalisateur retraité, Patrick Ferryn ne tire aucun plan sur la comète quant à l’origine des ovnis, contrairement à d’autres qui prennent leurs fantasmes pour des réalités. « À l’heure actuelle, personne sur terre n’a la preuve matérielle de l’existence d’une incursion extraterrestre. Pour autant, on ne peut en exclure l’hypothèse. Grâce aux outils qu’offre Internet pour calculer l’altitude et la trajectoire d’un avion, il est désormais plus facile de distinguer les vrais témoignages des nombreux canulars, ce qui n’était pas le cas lors de la vague belge. »

D’ici quelques mois, le Cobeps rendra publiques ses conclusions sur la journée historique du 29 novembre 1989 où pas moins de 150 apparitions très interpellantes furent recensées en quelques heures dans un rayon géographique limité du sud de la Belgique.

572c1cae35708ea2d5398f97

L’AREPS dévoile des documents exclusifs

La société ufologique présentera ce samedi, à Tournai, des photos et vidéos d’ovnis jamais montrées

Si vous vous intéressez aux ovnis, ne ratez pas le rendez-vous programmé par l’Areps ce samedi 7 mai à Tournai. Présidée par Daniel Recolet, cette société ufologique belge profitera de ses 20 ans d’existence pour dévoiler des documents exclusifs (photos et vidéos) provenant des archives de ses membres. Le fondateur de l’Association de recherche et d’étude des phénomènes spatiaux n’avait que 9 ans lorsqu’il a aperçu pour la première fois un ovni au-dessus du barrage de la Gileppe.

« J’ai remarqué un premier point lumineux bien plus gros qu’une étoile. Celui-ci a été rejoint par un autre, avant que les deux sphères ne se séparent », raconte Daniel Recolet. Depuis lors, ce passionné de radiocommunication âgé de 69 ans a accroché à son tableau de chasse ufologique bien d’autres observations qui ont bouleversé sa vision de la réalité qui nous entoure. Il prépare à ce sujet un ouvrage dont 158 pages sont déjà écrites.

En dépit de l’incapacité de la communauté scientifique à percer le mystère des ovnis, notre interlocuteur est convaincu à 200 % que ne nous ne sommes pas seuls dans l’univers et qu’il existe une 4e dimension, un univers parallèle auquel l’éminent Albert Einsten croyait lui aussi dur comme fer !

« J’en suis arrivé à la conclusion que les ovnis sont l’œuvre d’une intelligence extraterrestre bien supérieure à la nôtre et que celle-ci, après nous avoir précédé sur terre, a trouvé le moyen de raccourcir l’espace-temps tout en générant l’énergie pour se matérialiser », commente Daniel Recolet.

Ce dernier s’est également beaucoup intéressé aux crop-circles, ces dessins circulaires apparaissant dans les champs et qui, là encore, sont souvent interprétés comme des signes d’une civilisation venue d’ailleurs.

De tout cela, il sera question demain, de 14 h à 17 h, à la brasserie l’Impératrice (rue des Maux n°12B). Sachez encore que l’AREPS organise régulièrement des soirées d’observation à la belle étoile autour d’un barbecue.

Une équation prouve que E.T. existe ou a existé

Selon les calculs de deux chercheurs, Adam Frank et Woodruff Sullivan, de l’Université de Washington, les chances que l’humanité soit la première et seule espèce intelligente de l’univers sont d’une sur 10 milliards de billions. Soit un 1 et 22 zéros. « Pour moi, cela implique que d’autres espèces intelligentes et technologiques ont très certainement évolué avant nous », explique Adam Frank, professeur de physique et d’astronomie à l’université de Rochester, coauteur de l’étude. Depuis le lancement de la sonde Keplper, en 2009, plus de 1.000 planètes vivables ont été découvertes. Pourtant, aucune espèce en vue, en astronomie c’est ce qu’on appelle le paradoxe de Fermi.Ce n’est pas la première tentative de prouver l’existence d’E.T. par les mathématiques, Frank Drake avait déjà établi une équation il y a 55 ans. Mais celle-ci comportait trop d’inconnues pour obtenir des résultats fiables. « Nos résultats montrent que notre évolution n’est, semble-t-il, pas unique et a eu lieu de nombreuses fois dans le passé », concluent les chercheurs publiés dans la revue Astrobiology.

Source 

gif

Mise à jour Area51blog, le : 10/05/2016 à : 12h50

area51blog


« Bonjour tout le monde! »: les messages envoyés aux extraterrestres

31/07/2015

Source : 7/7.be

dfdf06be9224ba7dac9d3d34a21b8

La NASA a mis en ligne hier l’intégralité de ses enregistrements sonores à destination d’autres formes de vie intelligente extraterrestres. Outre des salutations dans 55 langues, on y trouve un échantillon des bruits de la vie quotidienne et une playlist musicale.

Ces enregistrements sonores voyagent à bord des sondes Voyager 1 et 2, lancées en 1977 pour étudier les planètes hors système solaire. Regroupés sous l’appellation « Golden Record », ils ont été gravés sur des disques en or capables de résister au temps. Une cellule et une aiguille accompagnent les disques.

Parmi ces messages audio, des salutations dans 55 langues. Une voix féminine et enjouée mais un peu pincée se charge de saluer les extraterrestres dans notre langue. On trouve également des sons de la vie courante sur Terre, comme le vent ou la pluie, un train et une voiture, des singes et des éléphants ou encore des gazouillis de bébé avec sa mère. Au menu également, 27 chansons qui vont de Bach à Chuck Berry et Louis Armstrong en passant par des musiques sénégalaises, chinoises ou péruviennes (voir liste et vidéo sous l’article).

Un moyen de tenter de résumer l’humanité par le son qui côtoie 116 photos de lieux symboliques de la Terre, des schémas du système solaire et une explication de notre système numérique. A noter que les sons avaient déjà été partagés précédemment mais avec une qualité médiocre.

La suite

 

gif

Mise à jour Area51blog, le: 31/07/2015 à : 15h10

area51blog


%d blogueurs aiment cette page :