Technologie et extraterrestres présumés font débattre.

12/01/2018


OVNIS au-dessus de Salem, Massachusett . Quatre objets brillants et non identifiés sont apparus dans le ciel à 9h35 le 15 juillet 1952 sur un parking.
Crédit: Shell R. Alpert Getty Images et petit texte

Les civilisations extraterrestres sont-elles technologiquement avancées ?

Article source : scientificamerican.com  traduit et relayé par sciencepost.f

Plus nous découvrons de planètes habitables autour d’autres étoiles de la Voie lactée, moins l’on peut s’empêcher de se demander pourquoi nous n’avons pas encore détecté de preuves d’une civilisation extraterrestre. S’il est vrai que leur technologie pourrait être trop subtile ou sophistiquée, le silence décevant du ciel peut également indiquer que certaines civilisations durables n’utilisent tout simplement pas de technologies qui les rendraient visibles à nos télescopes.

Sur la base de notre propre expérience – comment nous en vouloir ? – nous nous attendons en effet à ce que des civilisations beaucoup plus anciennes que la nôtre soient plus savantes et donc technologiquement avancées. Mais il pourrait également être possible qu’un mode de vie plus simple que la prospérité scientifique ait dominé le paysage politique sur d’autres planètes, conduisant à des civilisations anciennes certes, mais technologiquement primitives. Après tout, l’histoire humaine nous permet d’imaginer la possibilité que sous un scénario politique différent, notre planète aurait pu rester dominée par les mentalités anti-scientifiques du moyen âge. Un tel scénario est imaginable sur des échelles de temps de plusieurs milliers d’années. Si nous avons eu de la chance de voir surgir la technologie, les catastrophes environnementales ou politiques auraient pu facilement remettre à zéro l’horloge de l’évolution.

Peut-être que la durée de vie ultime de la civilisation humaine se révélera plus courte qu’elle ne l’aurait été si nous étions restés technologiquement primitifs. La technologie pose en effet des risques à long terme pour notre avenir sous la forme de changements climatiques et de guerres non conventionnelles (nucléaires, biologiques ou chimiques). Dans ce cas, les surfaces d’autres planètes pourraient nous révéler des reliques de civilisations technologiquement avancées auto-détruites. Le problème n’est pas d’imaginer cette hypothèse, mais encore faut-il pouvoir l’observer. Si nous ne détectons rien à travers nos télescopes, la seule façon de savoir si une civilisation est savante ou technologiquement primitive est de se rendre directement sur place. Compliqué. Mais si c’est un jour le cas, l’astrosociologie pourrait alors devenir un domaine d’exploration particulièrement excitant une fois l’Homme aventuré dans l’espace.

Si nous savons qu’il est beaucoup moins coûteux d’observer à distance des planètes éloignées que de lancer une sonde, l’observation à distance ne peut détecter que les civilisations transmettant des signaux électromagnétiques, ou modifiant l’atmosphère de leur planète par pollution industrielle. Si les extraterrestres ne modifient pas radicalement leur habitat naturel ou ne transmettent pas de signaux artificiels, nous serons alors amenés à visiter leurs planètes domestiques afin de découvrir leur existence.

Une civilisation ancienne mais primitive pourrait en effet s’imbriquer parfaitement dans son environnement naturel pour toute une variété de raisons. Le camouflage, par exemple, est une tactique de survie naturelle, de sorte qu’une civilisation pourrait préférer paraître indiscernable des autres formes de vie, telles que la végétation. On pourrait aussi imaginer une civilisation si intelligente qu’elle déciderait de maintenir délibérément un profil technologique discret pour soutenir sa biosphère.

Un premier projet financé de manière significative pour visiter un autre système planétaire, Breakthrough Starshot, a été inauguré en 2016. Starshot vise à atteindre les étoiles les plus proches en quelques décennies. Puisque Proxima Centauri n’est qu’à 4,24 années-lumière, cela nécessite une technologie capable d’accélérer un vaisseau spatial à au moins un cinquième de la vitesse de la lumière. Le seul concept approprié implique une voile légère (à laquelle la charge utile est attachée) poussée par un puissant faisceau de lumière. L’inconvénient d’atteindre une telle vitesse avec cette conception est que le freinage près de la planète cible reste à ce jour très compliqué, même sur le papier.

Alors, civilisation technologiquement avancée ou primitive ? Spoiler Alert : nous ne le saurons probablement jamais, du moins certainement pas de notre vivant. Science-Post

Source

Mise à jour Area 51 Blog le – 12/01/2018  à 11h45.

Publicités

Du nouveau sur l’ affaire de Rendlesham.

12/12/2017

Nouveau témoin: l’homme prétend avoir entendu un homme de l’USAF parler à de «petits êtres »
Crédit : express.co.uk

Article source : express.co.uk

Par  JON AUSTIN

Traduction ERA pour


 EXCLUSIF: Un nouveau témoin s’est présenté qui pourrait faire la lumière sur le cas le plus troublant d’OVNI non résolu du Royaume-Uni.

L’homme de 62 ans, qui a demandé à l’Express.co.uk de ne pas le nommer, prétend avoir entendu des conversations personnelles entre des membres de l’US Air Force (USAF) quelques jours après les célèbres observations d’OVNI de Rendlesham dans le Suffolk en Décembre 1980.

La légende de Rendlesham, centrée autour des bases avoisinantes RAF Woodbridge et RAF Bentwaters, près de Mildenhall, dans le Suffolk, a été surnommée le Roswell britannique, en référence au mystère de l’accident d’OVNI qui aurait eu lieu au Nouveau -Mexique , aux États-Unis. en juillet 1947.

L’événement extraterrestre suspecté à Rendlesham a vu trois officiers américains basés à la RAF Bentwaters déclarer qu’ un « vaisseau de forme  triangulaire »   a atterri dans les bois voisins aux premières heures du 26 décembre 1980, puis,  est revenu pendant deux nuits supplémentaires.

L’homme, qui travaillait à l’époque  dans l’entrepôt d’une maison de presse  à Felixstowe , dit qu’il était au bar du Marlborough Hotel  situé sur le front de mer de Felixstowe entre Noël et le Nouvel An 1980, quand il a entendu un échange bizarre.

Il a déclaré: « Les hôtels du front de mer étaient très populaires auprès du personnel de l’USAF, en particulier le nouveau bar Flying Boat à Marlborough. »

« -Je connaissais quelques-uns des membres de l’USAF par leur nom, mais c’était juste à travers des discussions de bar et nous n’avions aucune association en dehors du pub. »

« -Je prenais un verre au bar ».

« Il y avait un certain nombre de membres de l’USAF dans le bateau, comme nous l’appelions et un petit groupe d’entre eux se tenait seul dans un coin du bar.

-Je les ai regardés de temps en temps et j’ai pu voir qu’ils avaient une discussion sérieuse sur quelque chose.

Un aviateur semblait particulièrement agité.

«Je me suis approché d’eux, si je voulais être curieux, ou juste me rapprocher du feu, je ne sais pas, mais j’ai entendu quelques mots.

« L’aviateur qui était agité parlait de lumières et de petits personnages. »

on pense souvent que les crop circles sont créés par des extraterrestres, car il n’y a pas d’explication appropriée derrière ce phénomène.
Crédit : Getty images

Il a dit qu’il n’avait aucune idée à l’époque de l’affaire Rendlesham, et n’a pas appris à ce sujet jusqu’à quatre ans plus tard quand le News of the World a publié un article sur l’événement « extraterrestre ».

L’homme a dit: « De toute évidence, c’était un peu bizarre, mais les événements de 1980 n’étaient pas connus en général à ce moment-là, alors cela ne signifiait rien pour moi. »

« L’aviateur a été calmé par ses copains et ils ont pris une autre tournée.

«J’ai demandé à l’aviateur qui était allé au bar si son compagnon allait bien, il m’a simplement répondu qu’il était un peu contrarié, rien de plus.

« Peu de temps après, l’aviateur agité laissa ses émotions l’emporter et il commença à s’énerver, mais je ne pouvais pas comprendre ce qu’il disait.

« L’un de ses camarades  a alors posé le bras sur lui, essayant de le calmer et lui a dit de se taire ou il aurait des ennuis. »

Il a dit que quelques jours plus tard, l’aviateur qui était venu au bar pour boire un coup, était de retour au pub. 

L’homme a dit: « J’ai demandé si son compagnon avait récupéré de la dernière fois que je les ai vus.

« Il a dit » qu’il le pensait, mais il avait été renvoyé aux Etats-Unis et personne ne savait pourquoi « .

Un seul aviateur américain a jusqu’ici affirmé avoir vu des êtres durant la rencontre de trois jours.

Larry Warren, 56 ans, dit qu’il faisait partie d’une équipe d’enquête sur un engin triangulaire le 28 décembre, quand il a vu de petits êtres en dessous.

Beaucoup dans la communauté OVNI disent que son récit a été discrédité par des incohérences.

Le livre Left at East Gate, un récit de première main de l’incident OVNI de la forêt  Rendlesham , sa dissimulation et son enquête, qu’il a co-écrit avec Peter Robbins en 1997, a été retiré en octobre par l’éditeur Cosimo , ce dernier souhaitant prendre ses distances avec cette histoire.

Ce mois-ci, Gary Heseltine, rédacteur en chef d’UFO Truth Magazine, a affirmé que M. Warren avait passé une série de questions sur les détecteurs de mensonges au sujet de l’incident, ce qui l’avait justifié.

Photo de l’ authopsie du présumé alien de Roswell .
Crédit: GRETTY

D’autres restent non convaincus.

Nick Pope a précédemment enquêté sur le phénomène pour le ministère britannique de la Défense (MoD), et prend la parole lors de conférences sur les ovnis.

Il a déclaré à Express.co.uk: « L’essentiel est que même si Warren a passé un test polygraphique – et alors?

« Nous avons tellement de versions contradictoires de son histoire, indiscutablement sur l’enregistrement, qu’elles ne peuvent tout simplement pas être toutes vraies. »

« Quand même son propre co-auteur se dissocie de Warren, et quand même son propre éditeur tire la fiche sur son livre en raison des points d’interrogations sur la véracité du contenu, cela devrait vous dire quelque chose.

« C’est ma conviction, en tant que quelqu’un qui a enquêté sur le phénomène OVNI pour le ministère de la Défense, que l’histoire de Warren est complètement fausse. »

D’autres témoins clés de Rendlesham sont John Burroughs, Bud Steffens, James Penniston et l’ancien colonel Charles Halt .

Les trois premiers ont remarqué des lumières et ensuite un OVNI « sur le sol », et n’ont pas pu tenir compte d’une période de 40 minutes en cherchant dans les bois quand leurs systèmes de communication ont été « éteints » le 26 décembre 1980.

Messieurs Burroughs, Steffens et Penniston ont ensuite déclaré qu’ils se sentaient «statiques» en observant les lumières clignotantes de l’objet et les marques hiéroglyphiques.

Et M. Halt, le témoin le  plus haut gradé, qui était commandant adjoint de base à l’époque, n’était pas présent lors de la première rencontre, mais on lui a dit le lendemain matin et il a enquêté cette nuit après que les officiers aient crié:  » l’OVNI est de retour! »

Il est allé enquêter avec une équipe qui a trouvé trois «trous d’impact» de 1,5 pouce, des dommages aux auvents des arbres et des «niveaux de rayonnement plus élevés» dans la zone de débarquement » –Il a dit qu’ils ont alors vu un objet mystérieux dans un champ entre les bois et une ferme avec « une lumière rouge se déplaçant »

Le récit de M. Warren est que le 28 décembre, il était de garde quand il a été emmené par camion pour rejoindre d’autres membres de l’USAF afin d’ enquêter sur l’OVNI.

Crédit illustration :
GRETTY

C’est alors qu’il a prétendu voir un engin triangulaire débarquer et de petits êtres extraterrestres à proximité, avant que lui et d’autres hommes aient reçu l’ordre de dissimuler l’incident.

Source

 

Mise à jour Area 51 blog, le : 12/12/2017 à 20h30

 


L’alphabet extraterrestre

05/05/2017

Lettres extraterrestres
crédit / futurama-france.fr

Thierry Rhodan que nous saluons, propose sa vison de choses concernant une partie de l’ufologie.

L’écriture, les symboles sont analysés par Thierry à travers cet entretien. Chacun se fera son opinion.

Thierry Rhodan & Era à Bruxelles le 01 avril 2017- blog Area 51
©2017 Area 51 blog

Les Sentiers du Réel – Thierry Rhodan – Ecritures extraterrestres
Ajoutée  sur YouTube -le 4 mai 2017 par les sentiers du réel

Thierry Rhodan revient sur les Sentiers du Réel pour nous parler cette fois-ci d’un pan de l’ufologie trop peu exposé : L’alphabet extraterrestre!
En effet l’affaire Roswell révélera des traces d’une écriture inconnue à ce jour! Le cas Adamski et sa rencontre avec un vénusien laissera des traces d’un lettrage céleste alors indéchiffrable!
Cette vidéo nous mènera sur une piste intéressante qui pourrait dévoiler que nos alphabets seraient peut-être dès lors d’une autre origine…
Bon visionnage à tous!

Alexis

Si cette vidéo ne fonctionne pas cliquez ici

Mise à jour Area 51 blog-le 05-05-2017 à 14h00.


Dossier : les « Dogus du Pérou « suite des investigations

25/04/2017

Credit photo via
sciences-fictions-histoires.com

La découverte péruvienne, un dévoilement planétaire au mois de mai ?

Nous suivons de près ce dossier, pas à pas, grâce notamment à Michel Ribardière et Ghislain Sanchez qui partagent les informations lorsqu’ils en ont à leur tour.

Les articles sont rédigés par Michel Ribardière mis en ligne par lui-même sur son site web: FEDERATION EUROPEENNE  A.I.R.P.L.A.N.E

Le premier article était celui-ci  (VOIR)

 

Voici la suite:

08 avril 2017

Les momies péruviennes de plus près (Mise a jour du 8 avril 2017)

Mise à jour du 8 avril 2017
Les entités biologiques et leurs radiographies ont été analysées par 3 spécialistes de Cusco :
– Dr. Ramiro Hermoza Rosell, Chirurgie Générale,
– Dr. Renan Ramírez Vargas, Chirurgien en Médecine Interne,
– Dr. Julio Espejo Torres, Spécialiste des Os et Responsable de la « Sécurité Sociale » à Cusco.
Selon eux, il s’agit d’un véritable corps biologique. Les médecins sont catégoriques: La momie n’est pas une fraude. Elle n’est pas humaine, bien que quelques éléments d’anatomie soient semblables. Cet être était atteint d’une maladie osseuse et les thérapeutes de son époque ont tenté de l’aider par l’insertion d’un morceau de métal dans le bassin [ Note de la F.E.A, on procède à notre époque d’une façon identique -> prothèse au niveau du bassin].

 

16/03/2017 – Analyse des reliques par 3 spécialistes

Si cette vidéo ne fonctionne pas cliquez ici

La découverte péruvienne, un dévoilement planétaire au mois de mai ?

La découverte d’un site archéologique péruvien stupéfiant en octobre 2015, par quatre pilleurs de tombes (huaceros), mobilise un intérêt croissant d’internautes, de chercheurs, de médias et des représentants de puissantes nations.

Quelques mots d’actualité sur cette étrange affaire aux répercussions internationales:
Thierry Jamin, chercheurs, explorateur, archéologue français exerçant au Pérou dans le cadre de l’association Inkari est entré en contact avec plusieurs artefacts et matériaux biologiques tirés de ce site mystérieux. Recevant l’aide d’un millier d’internautes dont une majorité est d’origine française, il met en place un projet d’analyses génétiques et carbone 14 passant par des laboratoires étrangers. Ci-dessous, une vidéo montrant les prélèvements tels qu’ils furent réalisés le 3 avril 2017 à la clinique de la Guadalupe de Cuzco par trois chirurgiens :

Vidéo( 1 ) du :03/04/2017 Prélèvement d’échantillons pour les analyses ADN et C14

Si cette vidéo ne fonctionne pas cliquez ici

Près de deux semaines après leur envoi, deux des trois prélèvements envoyés vers trois laboratoires différents ne sont pas encore parvenus à destination, .
D’autre part, les analyses des implants métalliques seront prochainement terminés. Une prothèse métallique d’apparence argentée, opaline, a été récupérée sur l’un des corps ayant eu un bassin fracturé, qui était atteint d’une forme d’ostéoporose.
D’ici quelques jours, deux chaînes américaines dont le National Géographic seront sur place pour procéder à un enregistrement. Il semble que la diffusion de leurs images se fera dans la période prévue par Thierry Jamin pour une présentation officielle aux médias péruviens à la fin du mois de mai ou début juin 2017.
Plusieurs disques en métal argenté, découverts dans les murs du site mystérieux, font actuellement l’objet de propositions d’achat de la part de l’ambassadeur russe auprès de « Mario » le chef des Huaceros. Toutefois les résultats des analyses financés sur l’initiative de Thierry Jamin seront décisifs pour la réalisation de la proposition estimée à 1 000 000$. Des industriels ont, eux aussi, fait leur apparition avec une proposition d’achat de 500 000$ pour une feuille de métal à mémoire de forme, une telle feuille ayant déjà été vendue l’an dernier à un touriste japonais.
L’information sur ce dossier est de plus en plus répandue sur internet. L’intérêt de collectifs au niveau international inquiète suffisamment Mario pour qu’il soit dorénavant accompagné d’un garde du corps et qu’il confie la majorité de ses trouvailles à l’institut Inkari. Cette organisation, présidée par Thierry Jamin, aurait déjà récupéré des organes momifiés tels que des mains de grandes tailles à trois doigts et des cerveaux extraits de leur boîte crânienne que l’on soupçonne d’une origine non humaine.

 vidéo (2) du: 04/04/2017 Présentation, radiographies et analyse de 3 mains momifiées

Si cette vidéo ne fonctionne pas cliquez ici

Parmi les découvertes, une momie exceptionnelle récupérée en janvier 2017, sera révélée aux médias dès le mois de mai. D’une taille importante et dotée d’un crane allongé, elle permettrait de supposer que des hybridations entre une espèce extérieure et l’espèce humaine aurait été conduite dans le passé. Thierry Jamin suppose qu’à l’époque ou il vivait, cet être aurait pu avoir une importante influence sur les cultures humaines. Le site pourrait représenter une colonie car le nombre de momies est impressionnant. Il est estimé a plusieurs milliers de corps.
Bien que Thierry n’ait pas encore pu accéder au site, la possibilité d’une telle exploration pourrait avoir lieu au cours du mois de mai 2017. Rappelons que le site passe pour être demeuré « actif », c’est à dire toujours fréquenté par des êtres de nature non humaine.

SOURCE

M.R 

Nous remercions Michel R et Ghislain S pour ce suivi et le partage.


« ABDUCTIONS » AVEC NICOLAS DUMONT sur Nurea TV

27/01/2017
illustration crédit: users.tvcablenet.be/

illustration crédit:
users.tvcablenet.be/

Entretien le jeudi 26 janvier à 20h30

« Abductions » avec Nicolas Dumont

Source Nurea Tv

credit logo: nurea.tv

Psychologue clinicien et psychothérapeute, Nicolas Dumont a été sensibilisé à la spiritualité dès son enfance par des expériences parapsychologiques. Il a ainsi rapidement développé une réflexion autour de ces questions.

Après une formation classique de psychologue clinicien, il s’est formé dès la sortie de l’université à l’hypnose éricksonnienne, puis a exploré les EMC sous quatre angles : en tant qu’expérienceur d’EMC induits, en tant que thérapeute pratiquant une large gamme d’états modifiés de conscience (hypnose, respiration holotropique, chamanisme, méditation, etc.), en tant que psychologue théoricien des EMC et enfin en tant qu’accompagnateur de personnes vivant des expériences extraordinaires de tous ordres.

Suite de la présentation

Vidéo Nurea TV via Youtube

Si cette vidéo ne fonctionne pas cliquez ici

note adm :area51

Merci à Nora&Guillaume ( Nurea TV) pour l’autorisation de reprendre cette émission pour vous ici.

gif

Mise à jour Area 51 blog, le : 27/01/2017 à :14h30.

area51


Victime d’un OVNI, le gouvernement paye

07/03/2015

Source : DAVID RAMASSEUL – Darkzone  – Paris Match

La reconstitution de l'OVNI de Rendlesham dans l'un des nombreux documentaires consacré à ce cas. © DR

La reconstitution de l’OVNI de Rendlesham dans l’un des nombreux documentaires consacré à ce cas.
© DR

C’est une décision sans précédent: John Burroughs, un ancien militaire américain en poste en 1980 sur la base de l’OTAN de Bentwaters, dans le sud de l’Angleterre, vient d’obtenir le remboursement de ses frais médicaux pour une liaison cardiaque en lien avec le célèbre OVNI de Rendlesham.

Pendant des années, l’armée US a prétendu que le première-classe John Burroughs n’était pas en service actif en 1980. Au terme d’une longue procédure et avec le soutien du sénateur républicain, John McCain, le vétéran a enfin obtenu que la hiérarchie militaire reconnaisse le lien direct entre sa maladie et ses activités au sein de l’armée. Plus précisément, à une surdose de radioactivité à laquelle il a été exposé dans la nuit du 25 au 26 décembre 1980, quand, avec d’autres soldats il aurait été confronté à un objet d’origine inconnue sur la base anglo-américaine de Bentwaters, dans la forêt de Rendlesham dans le Suffolk.

Lire la suite 

gif

Mise à jour Area51blog, le : 07/03/2015 à : 12h00.

area51blog


%d blogueurs aiment cette page :