L’astronaute Britannique , le Dr Helen Sharman déclare  » Les aliens existent et pourraient même être sur Terre avec nous »

08/01/2020

le Dr Helen Sharman,astronaute britannique.
Crédit photo : dailymail.co.uk

« Les aliens existent et pourraient même être sur Terre avec nous »

07/01/2020 -crédit : metrotime.be/

Non seulement les extraterrestres existent, mais ils pourraient être parmi nous sur Terre. Simplement, nous ne les voyons pas. C’est ce qu’a déclaré le Dr Helen Sharman, la première astronaute britannique à être allée dans l’espace.

Dans une interview accordée à l’Observer Magazine, le docteur Helen Sharman, qui est la première astronaute britannique à être allée dans l’espace en 1991, s’est dite convaincue qu’il existe forcément une vie extraterrestre quelque part dans l’univers.

« Les aliens existent, il n’y a pas de doute là-dessus », affirme-t-elle. « Il y a tellement de milliards d’étoiles dans l’univers qu’il doit contenir toutes sortes de formes de vie », ajoute-t-elle.

À 56 ans, le Dr Sharman enseigne aujourd’hui à l’Imperial College de Londres. Elle va même plus loin dans son raisonnement, en expliquant que ces aliens ne sont peut-être pas faits de carbone et d’azote comme les êtres humains. Conséquence : « il est possible qu’ils soient ici en ce moment même et qu’on ne les voit tout simplement pas ».

Source


Extraterrestres : du nouveau en 2021 ?

13/12/2019

Le FAST (Five-hundred-metre Aperture Spherical Radio Telescope) présente une ouverture sphérique d’un diamètre de 500 mètres.
Image: Archives/Reuters

Article publié le 11 Décembre par le site Fredzone

Depuis longtemps, le fantasme de la rencontre du troisième type inspire l’industrie du divertissement et nourrit différentes théories du complot. Le débat fait rage, car des personnalités influentes, comme Elon Musk, le propriétaire de SpaceX, se sont montrées septiques à l’égard de la perspective d’une forme de vie douée de conscience à part l’être humain.

De leur côté, les scientifiques des agences spatiales gouvernementales et du SETI essaient de détecter, essentiellement par des moyens technologiques, la présence des extraterrestres dans le cosmos.

Le Dr Jim Green, un scientifique en chef de la NASA, pense qu’il sera bientôt possible d’avoir une réponse.

Récemment, le chercheur a fait une déclaration qui a ensuite été largement partagée sur Internet. Il a prédit que la vie extraterrestre pourrait être découverte sur Mars à l’horizon 2021.

À la recherche de signaux extraterrestres

Selon les prédictions du Dr Jim Green, la vie extraterrestre sera découverte sur Mars en 2021, probablement par des agences comme la NASA ou l’ESA. L’expert a noté que l’humanité n’est pourtant pas encore prête à accepter les réalités entourant l’existence extraterrestre.

Cette prouesse pourrait également être réalisée par le Five Hundred Meter Aperture Telescope (FAST), le chasseur d’extraterrestre chinois. Rappelons que le télescope géant, situé dans la province du Guizhou, a déjà permis la détection et l’identification de 99 pulsars depuis sa mise en service en 2016. Parmi les principaux objectifs scientifiques rattachés à ce deuxième plus grand télescope au monde, il y a l’étude de la matière noire et la détection des signaux extraterrestres.

Zhu Ming dirige l’observation scientifique et de la division des données au centre des opérations FAST. Il a expliqué que, « dans le processus d’observation des signaux des corps célestes, nous recueillons également les signaux qui pourraient être émis par les humains ou l’intelligence extraterrestre. »

Des preuves fossilisées d’anciennes vies martiennes ?

Toutefois, Zhu Ming a reconnu que le défi est ambitieux. « Il s’agit d’un travail énorme, car la plupart des signaux que nous voyons, 99% d’entre eux sont des bruits divers, nous devons donc prendre notre temps pour identifier les signaux qui nous intéressent dans les bruits », a-t-il souligné.

En outre, la NASA a récemment révélé que le rover Mars 2020 explorera le cratère Jezero dès février 2021 pour trouver des signes de vie extraterrestre. Les chercheurs pensent que l’endroit abritait autrefois un lac où la vie aurait pu s’épanouir. Les gisements minéraux qui s’y trouvent auraient probablement conservé des preuves fossilisées d’anciennes vies martiennes.

 


L’armée américaine s’associe à des chercheurs sur les ovnis pour étudier une mystérieuse technologie « extraterrestre »

22/10/2019

Investigations UFO et Science

Une vue d’un ovni en forme de’Tic Tac’ enregistrée par les pilotes de la marine américaine ( US Navy) en 2004 crédit photo :
metro.co.uk/

Par Jasper Hamill , journaliste scientifique et technologique Mardi 22 octobre 2019 à 11h00 .

Article et image source : metro.co.uk/

Traduction

L’armée américaine s’est alliée à un groupe d’enquêteurs sur les ovnis pour étudier une technologie de pointe mystérieuse.

To The Stars est dirigé par Tom De Longe, membre fondateur de Blink 182, et a été créé pour enquêter sur les OVNIS. Un geste qu’un observateur a décrit comme une « tournure bizarre », TTSA a signé un accord de coopération pour la recherche et le développement (CRADA), avec le commandement du développement des capacités de combat de l’armée américaine. Les deux organisations vont maintenant travailler ensemble pour «tirer parti des progrès de la science des matériaux, de l’ingénierie métrique espace-temps, de la physique quantique…

Voir l’article original 1 130 mots de plus


L’immense téléscope chinois FAST ouvert aux astronomes du monde entier

21/10/2019
Le 24 septembre dernier, la revue Nature a annoncé que la Chine a décidé d’ouvrir son chasseur d’extraterrestres aux astronomes du monde entier. Le télescope Aperture Spherical Radio Telescope (FAST) est le plus grand radiotélescope à antenne unique du monde et le second plus grand télescope au monde après le RATAN-600, en Russie.Il est situé dans un bassin naturel du comté de Pingtang, dans le Guizhou, dans le sud-ouest de la Chine.

espace

Crédits Pixabay

Des contraintes liées à l’emplacement de l’instrument ont rendu sa construction difficile. Les ingénieurs ont mis cinq ans pour le mettre au point. La phase de test a pris trois ans. L’antenne, constituée d’environ 4.400 panneaux d’aluminium, mesure 500 mètres de diamètre.

Les astronomes du monde entier sont impatients de scruter le ciel à travers le plus grand appareil à antenne parabolique de la planète. Celui-ci présente une grande sensibilité à des phénomènes cosmiques comme les sursauts radio rapides et les pulsars.

La promesse de nombreuses découvertes innovantes

FAST est capable d’accumuler une quantité impressionnante de données. « Je suis super excitée à l’idée de l’utiliser », a confié Maura McLaughlin, une astronome de Virginie occidentale.

L’instrument devrait permettre de nombreuses découvertes innovantes. Il est conçu pour déterminer la distribution de l’hydrogène neutre dans l’univers proche et probablement les caractéristiques de la matière noire. Il devrait aussi permettre la détection d’espèces chimiques interstellaires dont l’OH, le CH3OH, et bien d’autres encore.

La détection de signaux de civilisations extraterrestres

Durant les tests, FAST a permis la détection d’une centaine de pulsars d’un coup. Ceux-ci se sont ajoutés aux deux milles déjà connus en 2017. En théorie, ce nombre ne représenterait que 3 % du nombre total. Il a aussi permis la détection de centaines de rafales radio rapides venant d’une seule source.

L’instrument pourrait également contribuer à la réalisation de l’interféromètre à très longue base, ou VLBI pour Very Long Baseline Interferometry. Il s’agit d’une technique d’interférométrie astronomique utilisée en radioastronomie. Elle permet de rassembler et de corréler les données obtenues à partir de différentes antennes.

L’un des principaux objectifs de FAST est la détection de signaux de civilisations extraterrestres. En effet, les données recueillies par le télescope pourraient enfin aider à en savoir plus sur le sujet. Néanmoins, il faudrait d’abord trouver un moyen de les stocker.

Source


Les sénateurs reçoivent un briefing classifié sur les observations d’OVNI

20/06/2019

« Si les pilotes de la marine se heurtent à des interférences inexpliquées dans les airs, le sénateur Warner pense que nous devons aller au fond des choses », a déclaré le porte-parole du sénateur Mark Warner. | Mark Wilson / Getty Images

Un article de Bryan Bender

Source POLITICO

Traduction Era pour Area51blog

Selon des représentants du Congrès et du gouvernement, trois autres sénateurs américains ont reçu mercredi un briefing classifié du Pentagone sur une série de rencontres de la Marine avec des avions non identifiés, faisant partie d’un nombre croissant de demandes émanant de membres de comités de surveillance clés.

L’un d’entre eux était le sénateur Mark Warner (D-Va.), Vice-président du Comité du renseignement du Sénat, dont le bureau a confirmé la réunion d’information à POLITICO.

 

« Si les pilotes de la marine se heurtent à des interférences inexpliquées dans les airs, le sénateur Warner pense que nous devons aller au fond des choses », a déclaré sa porte-parole, Rachel Cohen, dans un communiqué.

L’intérêt pour les «phénomènes aériens non identifiés» a augmenté depuis que les révélations de fin 2017   selon lesquelles le Pentagone avait mis en place un programme d’étude de la question à la demande du Senateur à l’époque  Harry Reid (D-Nev.). Des responsables ont interrogé de nombreux aviateurs et marins, actuels et anciens, qui ont affirmé avoir rencontré des aéronefs très perfectionnés qui semblaient défier les lois de l’aérodynamique lorsqu’ils pénétraient dans un espace aérien militaire protégé – dont certains ont été capturés sur vidéo et rendus publics.

La Marine a joué un rôle de premier plan à la lumière des témoignages de pilotes de F / A-18 et d’autres membres du personnel affectés au groupement tactique, porte-avions USS Nimitz au large de la Californie en 2004 et au USS Theodore Roosevelt dans l’Atlantique en 2015 et 2016.

L’intérêt croissant du Congrès a joué un rôle majeur dans la récente décision du service de mettre à jour les procédures à l’intention des pilotes et des autres membres du personnel afin de signaler de telles observations inexpliquées, ce que POLITICO avait signalé pour la première fois en avril.

« En réponse aux demandes d’informations émanant des membres et du personnel du Congrès, les responsables de la marine ont organisé une série de briefings avec de hauts responsables du renseignement naval ainsi que des aviateurs qui ont signalé des risques pour la sécurité de l’aviation », a déclaré le service dans une déclaration à POLITICO.

La marine n’a pas fait de commentaire immédiat mercredi, et peu de détails sur les dernières sessions secrètes étaient disponibles.

La Marine a joué un rôle de premier plan à la lumière du témoignage de pilotes de F / A-18 et d’autres membres du personnel opérant avec le USS Theodore Roosevelt (illustré) dans l’Atlantique en 2015 et 2016. | Matt Cardy / Getty Images

 

Ils arrivent plusieurs jours après que le président Donald Trump ait déclaré à ABC News que lui aussi avait été informé des informations. «J’ai eu une très brève réunion à ce sujet», a-t-il déclaré. «Mais les gens disent qu’ils voient des OVNIS. Est-ce que je le crois? Pas particulièrement. »

Plusieurs responsables et anciens fonctionnaires ayant une connaissance directe décrivent le briefing de Capitol Hill comme le dernier en date pour les membres du Congrès et leur personnel représentant les groupes de travail du renseignement, des forces armées et des crédits de défense.

«Il y a des gens qui sortent du bois», a déclaré un ancien responsable du gouvernement qui a participé à certaines réunions.

Un responsable des services de renseignement a ajouté: « De nouvelles demandes de briefings arrivent. »

Les sessions ont été organisées par la marine, mais ont également inclus du personnel du sous-secrétaire à la Défense pour le renseignement, ont précisé les sources. Les deux n’étaient pas autorisés à parler publiquement des briefings.

Les défenseurs qui ont accordé plus d’attention au mystère ont indiqué qu’ils espéraient que le Congrès prendrait des mesures plus formelles, telles que demander au ministère de la Défense de collecter et de compléter une analyse détaillée des données collectées par satellite et par d’autres moyens permettant à des navires non identifiés de pénétrer dans l’espace aérien militaire ou opérant sous le contrôle. mer.

Source Politico
Traduction Era pour Area51blog

Une enquête top secrète du gouvernement examine les effets sur la santé des rencontres rapprochées avec des ovnis

10/04/2019

Source : METRO

Jasper Hamill – Lundi 8 avril 2019

Traduction Era pour Area51blog

Un programme de recherche top secret du gouvernement américain aurait enquêté sur les effets sur la santé de rencontres rapprochées avec des ovnis.

L’étude classée s’appelait le Programme d’Identification  des menaces aérospatiales avancées (AATIP) et portait sur des aéronefs mystérieux ou d’autres phénomènes inexpliqués. Des documents officiels révèlent que les enquêteurs ont étudié les «technologies exotiques», notamment les trous de ver, l’antigravité, la dissimulation par invisibilité, les lecteurs de chaîne et les armes à laser à haute énergie. On prétend maintenant que l’AATIP a exploré les «conséquences» pour la santé des personnes qui ont été témoins d’incidents OVNIS.

Rencontre en 2004 entre un   Super Hornet F / A-18 de la Navy et un objet inconnu  publié par le programme d’identification avancée des menaces aérospatiales du ministère de la Défense. Avec l’aimable autorisation du département américain de la défense. Publié – 16 décembre 2017

Les détails de 38 articles publiés au cours de l’enquête de l’AATIP ont été publiés l’année dernière, bien que seuls quelques documents aient été rendus publics. L’une des études était intitulée «Effets de champ sur les tissus biologiques». Nick Pope, qui était à la tête du bureau d’enquête sur les OVNIS du ministère de la Défense, a déclaré que c’était probablement le document qui explorait les effets sur la santé des rencontres rapprochées. Pope nous a signalé un article publié sur Las Vegas Now dans lequel le Dr Hal Puthoff, scientifique travaillant sur l’AATIP, a déclaré: «Dans le cadre de ce programme, nous avons examiné certains cas vraiment intéressants du Brésil.

«En 1977, 78, c’était comme Rencontres rapprochées du troisième type, mille pages de documents, toutes réalisées par l’équipe d’enquête brésilienne, 500 photographies, 15 heures de film cinématographique, beaucoup de blessures médicales quand les gens rencontraient ces engins de près. »

Nick Pope a annoncé à Metro que cette déclaration était « la confirmation que le programme AATIP du Pentagone ne s’intéressait pas seulement aux OVNIS mais également aux rencontres rapprochées et aux enlèvements extraterrestres ». Il a déclaré: «Je ne peux pas le prouver, mais de sources proches de cela, je suis presque certain qu’une partie de ce travail a consisté à prélever des échantillons de sang et d’ADN auprès de témoins proches – dont au moins un et peut-être deux témoins du célèbre  Incident de la forêt de Rendlesham au Royaume-Uni.

« Je pense que cela a été fait de manière à dissimuler le fait que c’était pour un programme de renseignement américain, en disant aux témoins qu’ils participaient à une étude scientifique ou universitaire. » Le monde a entendu parler de l’AATIP pour la première fois après la diffusion de séquences montrant une rencontre entre un avion de chasse F / A-18 Super Hornet et un OVNI de forme ovale voyageant à une vitesse étonnante. Plus tôt cette année, la US Defense Intelligence Agency a publié des documents qui exposent une partie du travail effectué lors du projet de recherche top secret sur les OVNIS. Dans une lettre adressée à un comité du Congrès présidé par le regretté sénateur John McCain en 2018, la DIA écrivait: « L’objectif de l’AATIP était d’enquêter sur les menaces armées étrangères  aérospatiales avancées de nos jours aux 40 prochaines années », explique la lettre.

Un document déclassifié donnant des détails sur les documents de recherche produits par les chercheurs de l’AATIP

Et l’année dernière, Luis Elizondo, responsable du programme AATIP, a déclaré qu’il estimait qu’il existe «des preuves irréfutables que nous ne sommes pas seuls». Il a aussi récemment suggéré que de mystérieux «métamatériaux» provenant d’engins spatiaux extraterrestres s’étant écrasés étaient stockés par le gouvernement américain dans des entrepôts spécialement modifiés à Las Vegas. Le programme AATIP a été fermé en 2012, bien que les reporters du New York Times qui ont exposé son travail estiment qu’il est toujours opérationnel dans une certaine mesure.

 

Source : METRO UK

Mise à jour et traduction Era le 10-04-2019 à 10h00.


Le laser envisagé pour dénicher de potentiels extraterrestres.

08/11/2018

Investigations UFO et Science

Image d’illustration : Utilisation d’un laser pour observer en détail le centre galactique. (photo ESO/Yuri Beletsky) ESO/Yuri Beletsky

Ci -dessous notre ami Patrice R nous envoie cet article. j’ai présenté ici il y a quelques temps ce genre de projet découvrons ensemble à présent ce que mentionne l’article de RTL futur.

Merci à Patrice.

Un laser pourrait permettre d’attirer les extraterrestres vers la Terre.

Article source : rtl.fr/a

 Leia Hoarau 

  • PUBLIÉ LE 07/11/2018 À 17:28

Journaliste

C’est l’idée (un peu perchée mais très sérieuse) qu’ont eu des scientifiques américains : au lieu de partir à la recherche d’extraterrestres, pourquoi ne pas les guider directement vers la Terre ?

La recherche extraterrestre représente pour les scientifiques l’aboutissement ultime de la plupart des recherches entreprises dans le domaine spatial. Le sujet est si attrayant que même la Nasa a décidé de s’y consacrer ouvertement. En parallèle, l’envie de l’Homme de découvrir…

Voir l’article original 140 mots de plus


%d blogueurs aiment cette page :