Rencontre avec un ovni révélée près 40 ans après par un ex Pilote militaire : Exclusif

Sourcehttp://www.huffingtonpost.com/2012/04/03/ufo-encounter-pilot_n_1396078.html?ref=tw  via http://www.facebook.com/crucras

Traduction area51blog

Photo de l'avion T-39D Sabreliner , similaire au jet piloté par Capt. Larry Jividen la nuit de cette rencontre avec un ovni en 1975.

Dans la nuit du 6 février 1975, le capitaine d’escadron de marine de réserve  Larry Jividen pilotait un Sabreliner T-39D (voir image ci-dessus) avion d’entrainement au  combat et de service avec cinq pilotes officiers de marine à bord pour un vol d’entraînement spécial. Il ne savait pas que la soirée se transformerait  en un jeu du «chat et de la souris» avec un objet volant non identifié.

Jividen n’a jamais parlé de son expérience depuis presque 40 ans — jusqu’à maintenant.

L’officier du Corps des Marines depuis 9 ans – et plus tard pilote de ligne commerciale – avait décollé au crépuscule pour un aller-retour de deux heures qui a commencé et s’est terminé  à la Station Aéronavale de Pensacola, en Floride

"Aux environs de 9 heures, nous descendions d’altitude — environ 33,000 pieds — et j’ai regardé sur le côté droit de l’avion où j’ai vu une lumière rouge fixe à notre position de 1:00 heure et de l’altitude ", a dit Jividen au Huffington Post.

"Il ne clignotait pas comme les feux anti-collision  normaux des avions. J’ai pensé que ça pouvait être quelque autre traffic, mais je n’étais pas sûr alors j’ai appelé la tour de contrôle et dit, « Comprenez que nous avons l’autorisation d’approche, mais nous avons un trafic sur notre droite, qui passe en premier pour l’approche ?"

Le trafic que Jividen et les cinq autres membres de l’équipage ont vu a été mutuellement décrit comme «un objet solide circulaire ayant la taille relative d’une bille de gamin tenue à bout de bras», s’est rappelé Jividen.

 Lorsqu’ils furent informés que la tour de contrôle au sol n’avait pas d’autre trafic dans leur proximité, Jividen commença à s’inquiéter que le mystérieux objet ne soit pas apparu sur le radar. Il demanda donc  l’autorisation de dévier de leur approche et de se tourner directement vers l’ovni lumineux rouge "juste pour voir ce qu’il allait faire".

Comme il se tourna vers l’objet, Jividen dit qu’il se tourna vers son avion. "Il a soudainement volé de droite à gauche, sur le nez [de notre avion], et s’est juste arrêté à notre position de  11  heures. À ce moment-là, j’ai commencé à accélérer pour voir si je pouvais me rapprocher de l’objet, et comme je [l'ai fait], il m’a dépassé. en d’autres termes, quand j’accélérais, il  accélérait . "Alors, j’ai décidé de descendre pour placer l’objet contre un champ d’étoiles afin de m’assurer qu’il était réellement solide, et puis je suis monté pour que je puisse voir  silhouette de l’objet contre le Golfe du Mexique." Jividen dit la que la  rencontre de cinq minutes a pris fin lorsque l’ovni rouge s’est envolé à une vitesse très élevé et a disparu à l’horizon en direction de la Nouvelle-Orléans. Lorsque l’équipage retourna à Pensacola, Jividen remplit un dossier d’incident et ce fut la dernière fois qu’il entendit parler de cet épisode Et personne d’autre n’en entendit parler pendant plus de 3 décennies. L’histoire de Jividen est maintenant racontée dans la nouvelle édition de ""UFOs: Myths, Conspiracies and Realities," écrit par le  Col. John Alexander.

"J’ai fait quelques vérifications sur les antécédents de Jividen et une des premières choses qui revenaient était sa   croix de vol de distinction pour avoir fait  des choses vraiment héroïques. Il est bien celui qu’il dit être et il est très simple», dit Alexander au  HuffPost. "Je ne pense pas qu’il y ait le moindre doute que c’était quelque chose. Je le prends comme un témoin très crédible, bien plus que beaucoup d’autres."

L’autorisation top-secret d’Alexander qui lui a été accordée par le Gouvernement américain lui a donné accès dans les années 80 à une variété de documents officiels et aux premiers récits personnels d’ovnis. Il a aussi créé un groupe spécial de fonctionnaires et de scientifiques de haut niveau qui ont étudié le phénomène ovni. . En fin de compte, Alexander a déterminé que les États-Unis, en effet, avaient des preuves montrant la réalité OVNI, mais il n’a pu trouver aucun signe que le gouvernement a délibérément gardé ces informations du public, ou que le contact avait été pris avec une vie extraterrestre. "Une des choses que nous observons sont des caractéristiques physiques que nous ne comprenons pas, des capacités qui sont au-delà de nos options technologiques en ce moment, une accélération extrêmement rapide et des tours de haute gravité auxquels des  organismes vivants, comme nous le savons, ne survivraient pas , "a t-il expliqué.

Regardez ces rencontres rapprochées étonnantes des pilotes avec des ovnis :

Une question plus large subsiste  en ce qui concerne les ovnis vus par des militaires, des pilotes professionnels et privés qui  peuvent se révéler des dangers potentiels pour la sécurité, dit au moins un scientifique respecté. "Mes amis qui sont des scientifiques disent,« Eh bien, il n’y a rien concernant les ovnis. Si il y avait quelque chose, nous aurions des données et nous aimerions les compulser. "C’est en partie une déclaration valable, et ce sont  les pilotes qui  sans le savoir, nous empêchent d’obtenir les données pour analyser scientifiquement, "a déclaré Richard Haines, ancien chercheur scientifique  du Centre de recherche Ames de la NASA. Haines – qui préfère utiliser le terme phénomènes aériens non identifiés, ou PAN plutôt que OVNI – est un ancien sceptique  qui dirige actuellement le Centre national d’information de l’aviation sur les phénomènes anormaux,( National Aviation Reporting Center on Anomalous Phenomena), ou NARCAP. "Nos objectifs sont de rendre les vols plus sûrs pour le  public qui voyage, en particulier en ce qui concerne les PANs, et nous sommes convaincus qu’il y a une menace potentielle posée par proximité des PANs et des avions commerciaux et privés», dit Haines au  HuffPost.  Travaillant avec un effectif de près de 40 personnes, y compris les filiales internationales, Haines est scientifique en chef du  NARCAP. Il aborde la question des pilotes qui ont craignent de signaler un OVNI ou un PAN alors qu’ils sont encore actifs.

"Pour moi, c’est un grave facteur inhibant pour que les scientifiques comme moi collectent les données." Haines suggère que le facteur peur qui entoure les pilotes n’est pas tant le fait d’avoir peur des objets auxquels ils sont confrontés que la crainte de perdre leur emploi s’ils parlent à ce sujet. "Exactement. Je ne pense pas que ce soit  une peur physique. Le  NARCAP vient avec l’objectif d’essayer de rendre les vols plus sûrs pour le public, et les compagnies aériennes ne veulent pas entendre cela, car cela implique qu’ils ne sont pas sûrs ! Pour des raisons évidentes, de nombreux rapports que j’ai  sont ceux des pilotes à la retraite. "Comme celui de Jividen, qui a déposé un rapport l’an dernier avec Haines — près de 40 ans après les faits, mais c’était toujours impressionnant. "En premier lieu, il y a plusieurs témoins" déclare Haines. "Il y avait six hommes à bord et ils n’ont pas tous confondu avec une illusion collective. "Après plusieurs minutes l’objet n’a pas changé de forme ou d’intensité , ce qui signifie qu’il n’a pas seulement accéléré devant lui et arrêté à sa position de 11 heures, mais il a ensuite maintenu sa vitesse en avançant. Nous devons nous demander quel phénomène naturel est capable de faire ça ?

L’ancien scientifique de la NASA Richard Haines décrit une rencontre poignante pilote avec un OVNI :

Haines n’est pas encore sûr de ce que sont ces objets insolites dont  tant de pilotes au fil des décennies ont fait état. «Honnêtement, je ne sais pas, et en tant que scientifique, je veux garder toutes les portes ouvertes jusqu’à ce que j’aie  une preuve suffisante, mais jusqu’à ce moment-là, je ne vais pas spéculer."

  Les recherches d’ Alexander le conduisent à au moins une  conclusion importante à propos des cas réellement inexpliqués d’OVNIs ou de PANs  ""Si vous arrivez à la question fondamentale – si il y a une intelligence derrière tout cela, et cela semble bien  être vrai -. Des choses comme l’énergie doivent être la clé. Certainement,  comprendre une forme différente d’énergie serait incroyablement utile." Quel  qu’ai été l’objet circulaire rouge   que Jividen et son équipage ont  rencontré cette nuit-là en 1975, deux choses ont fait une impression durable sur lui. «Tout d’abord, il n’y avait pas de contact radar avec lui.  Il est clair, par la silhouette et les mouvements de mon appareil, que c’était un objet solide, qui se propulsait lui-même." Je ne pense pas que notre science physique soit assez avancée pour évaluer ce que sont  ces choses. Il y a certains phénomènes physiques en cours que nous ne pouvons pas clairement interpréter ou évaluer – c’est  de toute évidence contrôlé par une intelligence, mais il se peut qu’elle ne soit pas extraterrestre".

English version

On the night of Feb. 6, 1975, Marine Reserve Squadron Capt. Larry Jividen was piloting a T-39D Sabreliner (see image above) combat trainer and utility aircraft with five Naval officer pilots on board for a special training flight. He didn’t know the evening would evolve into a game of "tag" with an unidentified flying object. Jividen hasn’t spoken about that experience from nearly 40 years ago — until now. The nine-year Marine Corps officer — and later commercial airline pilot — had taken off at twilight for a two-hour roundtrip that began and ended at the Naval Air Station in Pensacola, Fla.

"At about 9 o’clock, we were descending from a high altitude — around 33,000 feet — and I looked off to the right side of the airplane where I saw a solid red light at our 1:00 o’clock position and altitude," Jividen told The Huffington Post. "It was not flashing like normal anti-collision lights flash on airplanes. I thought it might be some other traffic, but I wasn’t sure, so I called Pensacola Approach Control and said, ‘Understand we’re cleared for the approach, but we have traffic off to our right, and who’s first for the approach?" The traffic that Jividen and the other five crew members saw was mutually described as "a solid, circular object about the relative size of a kid’s marble held at arm’s length," Jividen recalled. When they were informed that ground control had no other traffic in their vicinity, Jividen became concerned that the mysterious object hadn’t shown up on radar. So he asked for clearance to deviate from their approach and turn directly toward the bright red UFO "just to see what it does." As he turned toward the object, Jividen says it turned toward his plane. "It suddenly flew from right to left, across the nose [of our plane], and just stopped at our 11:00 o’clock position. At that point, I started to speed up to see if I could close on the object, and as I [did that], it was pacing me in front. In other words, as I’d speed up, he’d speed up. "So, I decided to descend to place the object against a star field to make sure that it was actually solid, and then I climbed so that I could silhouette the object against the Gulf of Mexico." Jividen says the five-minute encounter came to an end when the reddish UFO flew away at a very high rate and disappeared over the horizon in the direction of New Orleans. After the crew returned to Pensacola, Jividen filled out an incident form and that was the last he heard of the episode. And nobody else heard about it for more than three decades. Jividen’s story is now being told in a new edition of "UFOs: Myths, Conspiracies and Realities," written by retired Army Col. John Alexander.

"I did some background checks on [Jividen] and one of the first things that came back was his distinguished flying crosses for doing really heroic things. He is who he says he is and very straightforward," Alexander told HuffPost. "I don’t think there’s any doubt that it was something. I take him as a highly credible witness, much more so than many other ones." Alexander’s unique top-secret clearance granted him by the U.S. government gave him access in the 1980s to a variety of official documents and first-person UFO accounts. He also created a special group of top-level government officials and scientists who studied the UFO phenomenon. In the end, Alexander determined that the U.S., indeed, had evidence pointing to UFO reality, but he couldn’t find any signs that the government deliberately kept this information from the public, or that contact had been made with alien life. "One of the things we are seeing are physical characteristics that we don’t understand, capabilities that are beyond our technological options at this time, i.e. extremely fast acceleration and high-G turns that living organisms, as we know it, would not survive," he explained.

Watch these amazing pilot close encounters with UFOs:

A larger issue going on with regard to UFOs seen by military, commercial and private pilots may turn out to be potential safety hazards, says at least one respected scientist. "My friends who are scientists say, ‘Well, there’s nothing to UFOs. If there were, we would have the data and we’d look at it.’ That’s partly a valid statement, and it’s pilots who are unwittingly preventing us from getting the data to analyze scientifically," said Richard Haines, a former research scientist from NASA’s Ames Research Center. Haines — who prefers to use the term unidentified aerial phenomena, or UAP, to UFO — is a former UFO skeptic who now heads the National Aviation Reporting Center on Anomalous Phenomena, or NARCAP. "Our objectives are to make flying safer for the flying public, specifically in regard to UAP, and we’re convinced there’s a potential threat posed by nearby UAP to commercial and private airplanes," Haines told HuffPost. Working with a staff of nearly 40 people, including international affiliates, Haines is NARCAP’s chief scientist. He addresses the issue of pilots who have a fear reporting UFOs or UAPs while they’re still actively flying. "To me, that’s a serious inhibiting factor for scientists like myself to collect the data." Haines suggests that the fear factor surrounding pilots doesn’t have as much to do with them being afraid of the objects they encounter as it does with the fear of losing their jobs if they talk about it. "Exactly. I don’t think it’s a physical fear. NARCAP comes along with the objective of trying to make flying safer for the public, and the airlines don’t want to hear that because it implies it’s not safe! For obvious reasons, many of the reports I have are from retired pilots." Like the one from Jividen, who filed a report with Haines last year — almost 40 years after the fact, but it was still impressive. "First of all, it had a number of witnesses," said Haines. "There were six guys on board and they’re not all going to mistake a common illusion. "After several minutes [the object] didn’t change size, shape or intensity, which means that it not only accelerated in front of him and stopped at his 11:00 o’clock position, but it then maintained his forward velocity. We have to ask what kind of natural phenomenon can do that?" Former NASA scientist Richard Haines describes a harrowing pilot encounter with a UFO: Haines still isn’t sure what these unusual objects are that so many pilots over decades have reported. "I honestly don’t know, and as a scientist, I want to keep all the doors open until I’ve got sufficient evidence, but until that time, I’m not going to speculate." Alexander’s research leads him to at least one important conclusion about the truly unexplained UFO or UAP cases. "If you get to the fundamental issue — if there is an intelligence behind this, and it certainly appears to be true — things like energy have to be key. Certainly understanding a different form of energy would be incredibly useful." Whatever the red circular object was that Jividen and his crew encountered that night in 1975, two things made a lasting impression on him. "First, there was no radar contact with it. Clearly, by the silhouette and movement of my aircraft, this was a solid, self-propelled object. "I don’t think our physical science is advanced enough to evaluate what these things are. There’s some physical phenomena going on that we just can’t clearly interpret or evaluate — it’s obviously intelligently controlled, but it may not be ET."

About these ads

5 réponses à Rencontre avec un ovni révélée près 40 ans après par un ex Pilote militaire : Exclusif

  1. Capucine dit :

    très intéressant comme témoignages et preuves…plus ça va aller dans le temps plus nous aurons des preuves ..mais à un moment donné il va falloir quand même avoir des rencontres visuels et parlementaires…à la vue de tous…..que le monde soit prêt ou pas..
    On n’arrête pas de le dire tous ….

    Malheureusement ou heureusement …? je ne sais pas si c pour tout de suite…vu qu’il y a une grande partie du monde qui n’est pas prête de comprendre certaines choses….parce que trop absorbée dans les affaires courantes de leur propre vie que cela soit individuel ou public.

    Nous verrons bien de toutes les façons….Je ne serai pas loin de penser que "certains ovnis" pourraient être d’essence spirituel…..se manifestant dans la matière..ou une technologie extrêmement avancée de milliers d’années au nôtre….et que leur monde et le nôtre ne serait pas si éloigné qu’on voudrait bien le penser…de toute façon il y a corrélation ..
    dans un vidéo ou j’ai surfé dans les vidéos qu’on voit en mosaïque sur you tube après avoir vu ceux ci ..il y avait un homme qui avait l’air affolé et paniqué et a aussi transmis sa peur à l’émission ….quand il racontait ce qu’il a vu dans l’area 51….vers la fin du vidéo .mais il me semble qu’on ‘a déjà vu ..
    .cela vaut la peine de retourner pour l’écouter…mais si c vrai …ça a l’air d’être vrai…c carrément affolant ….qu’en pensez vous?
    Cet homme était en arrêt maladie…peut être dépression mais aussi cela pourrait être une dépression dû à ce qu’il a vu et entendu…
    je me dit aussi que si c’était le cas ils l’auraient certainement interné dans ce cas…alors?
    Je demande ce que vous en pensez .. mais en fait pas bp de gens peuvent donner des réponses parce que ils n’ont que ce petit vidéo qui peut en témoigner en fait..

    qui vivra verra,
    Cap

  2. blogdebebr dit :

    "J’ai regardé à droite de l’avion"….."à la position de 11h"…

    ???????????????????????
    "11h", pour moi (qui ne suis pas militaire mais qui sait lire l’heure), C’EST à GAUCHE !!!

    Les débunkers peuvent entrer en action… ;o)

    • Era dit :

      Bonjour blogdebebr, mea culpa c’est une erreur de ma part (j’ai traduit ce texte tard dans la nuit) , dans le texte source anglais il dit bien 1 heure. Merci de me l’avoir signalé, je viens de rectifier dans le texte.
      Cordialement, Era

  3. Giroux dit :

    Bonjour. Bien. Jp G

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

Suivre

Recevez les nouvelles publications par mail.

Rejoignez 1 130 autres abonnés

%d bloggers like this: