Les infrasons une arme invisible et inaudible…

11/12/2012

Article source:http://homme-et-espace.over-blog.com/

Les armes acoustiques, infrasons insupportables dirigés vers les véhicules, les bâtiments ou résonant dans les boîtes crâniennes, sont des armes très efficaces.

Les infrasons sont moins connus que les ultrasons car ils sont moins utilisés, plus rares et plus difficiles à produire.

 Si situant sous les 15 cycles par seconde, les infrasons sont inaudibles pour l’homme mais par contre se font sentir car s’ils échappent à notre ouïe, ils enveloppent tout notre être.

 Le danger, c’est qu’au dessous de 7 cycles/secondes l’émission d’infrasons est mortelle. Un cas à peu près similaire s’est présenté au Laboratoire Électroacoustique de Marseille où, en 1957, le Dr Gavreau et son équipe de chercheurs ont un jour commencé à ressentir de violents maux de tête, des nausées et différents troubles d’origine inexplicable.

 Après de longues recherches, le Dr Gavreau finit par en trouver l’origine, une origine extérieure ; il s’agissait d’un ventilateur situé à l’extérieur du bâtiment, qui était fixé à ses supports dans une gaine d’aération.

 De ce fait, ce moteur à rotation lente émettait des vibrations nocives, qui, après avoir été mesurées, donnaient des fréquences de très faible intensité, soit 7 cycles par seconde. Si basse d’ailleurs qu’aucun détecteur courant ne pouvait les mesurer.

 Par la suite, des faits semblables ont été détectés dans une foule de bâtiments. Dans le cas présent, le Dr Gavreau et son équipe firent de nombreux tests avec ce ventilateur, faisant varier la fréquence. Or, ces expériences étaient extrêmement dangereuses car les agressions infra soniques sur l’organisme se font insidieusement et dans un silence total.

A la suite de ces tests et malgré les précautions, le Dr Gavreau et les membres de son équipe tombèrent gravement malades (spasmes cardiaques, intestinaux et pulmonaires, troubles de la vision). L’équipe poursuit néanmoins ses recherches et fit de nombreuses découvertes dans la gamme infrasonique inférieure à 10 cycles/secondes et l’on sait que les fréquences mortelles se situent au dessous de 7 cycles.

Certes on ne saura jamais si cette équipe scientifique travailla à la réalisation d’une super-arme à ultrasons mais ce n’est pas ici notre propos car nous voulions seulement citer cette voie de recherche, une voie qui explora quelques décennies avant cet extraordinaire génie méconnu que fut le Dr Nicolas Tesla.

Cependant, pour ce qui nous concerne, il est important de savoir que les infrasons sont un phénomène fréquent et naturel qui fait partie de notre vie quotidienne et de notre environnement. Leur perception, suivant la hauteur, a une action évidente sur notre organisme ; les phénomènes naturels sont eux-mêmes de puissants générateurs d’infrasons : chutes d’eau, vent, aurores boréales, tonnerre, séismes, éruptions volcaniques, vagues océaniques, etc…

Par exemple, l’explosion du Krakatoa généra une extraordinaire onde infrasonique qui fit voler en éclats, à des centaines de kilomètres, les vitres des fenêtres et cette onde perdura durant plusieurs minutes.

De même, certains séismes génèrent de grands déplacements verticaux de la surface du sol de plusieurs centimètres à chaque pulsion martelée par les infrasons ; des ondes infra soniques que les animaux par exemple ressentent particulièrement.

Certaines personnes sensibles ressentent aussi ce martèlement des ondes sismiques infra soniques, qui provoquent chez elles anxiété et nausées.

Autre type de phénomène infrasonique, celui des vagues océaniques dont le martèlement produit une énergie acoustique de 16 cycles/seconde. D’autres phénomènes acoustiques étranges sont connus sous le nom de « canons des lacs », « canons de brume », « canons de Barisa », ces phénomènes se traduisent par des sons périodiques bizarres qui se manifestent dans des environnements particuliers et qui font vibrer les vitres et parfois même secouent des bourgades.

L’origine en est inconnue (masses d’eau, couches souterraines ?) et l’on sait qu’avec les infrasons, il y a difficulté à en localiser la source émettrice. Il existe d’ailleurs une belle bibliographie de ces phénomènes étranges. Certains chercheurs pensent que la production d’infrasons pourrait trouver sa source au delà des masses d’eau et des couches souterraines.

Signalons encore que les explosions solaires et les pulsations des vents solaires produisent dans l’atmosphère d’importants battements infra soniques, certains bruits aériens ressemblant à celui du tremblement de terre, alors que les aurores boréales s’accompagnent de grésillements aigus et de battements profonds.

Les infrasons peuvent parcourir de longues distances sans s’atténuer, en maintenant leur pression initiale et en provoquant des symptômes physiologiques et psychiques (angoisse, dépression, irritabilité, tension émotionnelle, nausées, diarrhée,…) rien en fait n’arrête la propagation des infrasons, même pas les vents et les tempêtes qui peuvent eux-mêmes en engendrer.

« Des objets de toutes natures, formes et tailles explosent lorsque l’impulsion infrasonique traverse leur espace ».

Dans notre vie de tous les jours il faut savoir que voitures et avions émettent des infrasons, ainsi que les bus, les trains et les motos ; tous sont susceptibles d’émettre des infrasons d’intensité nocive avec pour chaque mode de transport sa propre fréquence infrasonique acquise en fonction des frictions mécaniques et des résistances.

Même dans des théâtres, des concerts on a vu se développer des infrasons ; ainsi le basson profond d’un orgue pulvérise verres et vitraux comme peut le faire les trilles d’un soprano.

On sait également que les corps des pilotes de jets ou d’engins spatiaux sont saturés par de puissantes vibrations infra soniques qui réduisent les réflexes des pilotes mais peuvent aussi mettre sa vie en danger ; c’est la raison pour laquelle l’armée impose des limites aux temps de vol. En effet les infrasons provoquent des troubles divers qui affectent la vision, la parole, l’équilibre, l’orientation.

De nombreux chercheurs, civils et militaires se sont intéressés aux infrasons.

Gavreau dans le domaine de la robotique, d’autres dans le domaine militaire ou dans différentes applications ; ce fut le cas de Nicolas Tesla qui utilisait des plateaux vibrants pour vitaliser et tonifier le corps dans des séances courtes et bien programmées, car un usage excessif pouvait au contraire rendre gravement malade.

Source : http://www.aci-multimedia.net/connaissance/infrasons.htm

Ses recherches en partie secrètes ont exploré la voix de la conception des armes à infrasons.

Le spectre d’audition humain va d’environ 20 à 20 000 Hz. Au delà de 20 kHz, nous n’entendons plus rien, de même en dessous de 20 Hz, du moins, avec notre oreille. En effet, si nous n’entendons pas les sons en dessous de 20 Hz, nous pouvons les ressentir, en particulier par notre cage thoracique.

Les infrasons donnent aussi rapidement une atmosphère prenante lorsque le niveau de pression est suffisant. La première moitié de la première octave perçue par l’humain, 20-30 Hz, est à la frontière entre l’infrason et le sous-grave et est caractéristique d’une impression à la fois auditive et physique qui donne cette sensation de présence et de poids.

Des études récentes ont par ailleurs montré que les infrasons jouent un rôle dans la communication chez l’éléphant.

 Les tremblements de terre, éruptions volcaniques, tonnerre et autres démonstration de force de la nature produisent tous des infrasons à un niveau parfois extrêmement élevé, beaucoup plus que ce que l’homme est en mesure de pouvoir reproduire.

 Le sous-grave et l’infra-grave ont la capacité de traverser les obstacles plus facilement que les haute fréquences, qui elles, sont vulnérables aux réflexions. Ce qui se traduit souvent par une très longue portée de l’énergie acoustique.

 Exposé directement à une forte pression sonore dans ces basses fréquences, l’énergie peut être tel que la structure même d’un bâtiment se met en branle. À forte puissance, les infrasons peuvent avoir des effets destructeurs, tant mécaniques que physiologiques.

 Des essais d’utilisation ont été faits pendant la seconde guerre mondiale par l’armée allemande.

 À plus faible puissance, ils constituent une gêne physiologique importante pour les animaux et les humains pouvant produire, lors d’une exposition prolongée, un inconfort, une fatigue, voire des troubles nerveux ou psychologiques.

 Source : Wikipédia.

 Dans un milieu compressible, le plus souvent dans l’air, le son se propage sous forme d’une variation de pression créée par la source sonore. Un haut-parleur, par exemple, utilise ce mécanisme.

 Seule la compression se déplace et non les molécules d’air, si ce n’est de quelques micromètres. Lorsque l’on observe des ronds dans l’eau, les vagues se déplacent mais l’eau reste au même endroit, elle ne fait que se déplacer verticalement et non suivre les vagues (un bouchon placé sur l’eau reste à la même position sans se déplacer).

 Le son se propage également dans les solides sous forme de vibrations des atomes appelées phonons. Là encore, seule la vibration se propage, et non les atomes qui ne font que vibrer très faiblement autour de leur position d’équilibre.

 La vitesse de propagation du son (on parle également de la célérité) dépend de la nature, de la température et de la pression du milieu. Comme l’air est proche d’un gaz parfait, la pression a très peu d’influence sur la vitesse du son.

 Tout être vivant doté d’une ouïe ne peut percevoir qu’une partie du spectre sonore :

 les physiologistes s’accordent à dire que l’oreille humaine moyenne ne perçoit les sons que dans une certaine plage de fréquences située environ (selon l’âge, la culture, etc.), entre 16 Hz (en dessous les sons sont qualifiés d’infrasons) et 20 kHz (au-delà les sons sont qualifiés d’ultrasons);

 – le chat peut percevoir des sons jusqu’à 25 kHz;

 – le chien perçoit les sons jusqu’à 35 kHz;

– la chauve-souris et le dauphin peuvent percevoir les sons de fréquence 100 kHz.

Certains animaux utilisent leur aptitude à couvrir une large bande de fréquences à des fins diverses :

– les éléphants utilisent les infrasons pour communiquer à plusieurs kilomètres de distance;

– les dauphins communiquent grâce aux ultrasons;

– les chauve-souris émettent des ultrasons (~80 kHz) avec leur système d’écholocation leur permettant de se déplacer et de chasser dans le noir total.

 Voir ici un sujet sur ces armes non létales traité par notre gouvenment :

http://www.diplomatie.gouv.fr/fr/IMG/pdf/50_726-743.pdf

Voir également ici d’autres infos sur ce sujet traité par l’université :

http://isdm.univ-tln.fr/PDF/isdm6/isdm6a52_goujard.pdf


11/12/2012

INVESTIGATION OCEANOGRAPHIQUE ET OANIS

Article source:http://www.maxisciences.com/

maxisciences-recrute-un-redacteur-high-tech_29527_w250
Publié le 10 décembre 2012 par Emmanuel Perrin

Lynn Miner et Steffen Beyer, deux spécialistes en technologies photographiques sous-marines, ont récemment produit une vidéo dans laquelle ils dévoilent le phénomène de fluorescence des récifs coralliens.

Véritable kaléidoscopes vivants, les récifs coralliens représentent des univers incroyables de formes et de couleurs. Leur beauté peut être appréciée de jour comme de nuit, à condition d’être bien équipé. La plupart des coraux sont en effet capables d’émettre de la lumière par fluorescence. Lynn Miner et Steffen Beyer ont ainsi récemment filmé le phénomène au sein d’un récif situé au large des côtes égyptiennes.

Les deux plongeurs gèrent une entreprise de matériel photographique destiné aux explorateurs scientifiques ou passionnés des fonds marins. Pour filmer leur séquence, ces professionnels ont organisé une excursion nocturne, avec pour seul éclairage des lampes émettant une lumière bleue d’une longueur d’onde comprise entre 450 et…

Voir l’article original 179 mots de plus


11/12/2012

Investigations UFO et Science

ius6

avatar i love japan

sylv1, adm:

Ce 11/12/2012 à 12h00, je vous inclus un rapport  du GEIPAN. Je m’abstiens de commenter pour ma part.

Ce document au format PDF , ( cliquez sur l’image PDF pour lire ce document.)

Rapport original daté du 30 novembre 2001
Synthèse éditée en Décembre 2012.

Source: http://www.cnes-geipan.fr/

pdf

http://www.cnes-geipan.fr/fileadmin/geipan-doc/Audit_SEPRA_synthese_web.pdf

Voir l’article original


Le retour des sons étranges: vrombissement et « boom »

11/12/2012

18b49919

Article source:http://www.wikistrike.com

Info du:DIMANCHE 9 DÉCEMBRE 2012

Ces bruits ont été entendus dans de nombreux États américains et dans plusieurs pays du monde en 2010 et 2011.  Voilà que depuis quelques jours, ils sont de retour dans quelques États américains.  Des « flash » de lumière vert et rouge ont aussi été rapportés au Texas et au Portugal dans les derniers jours sans qu’aucune explication plausible ne soit apportée par les autorités.

Ci-dessous en Virginie, le 8 décembre:vidéo youtube

Si cette vidéo ne fonctionne pas cliquez ici


%d blogueurs aiment cette page :