La Terre creuse

Vol à l’intérieur de la Terre creuse

19 Février 1947, l’amiral Richard E. Byrd

Quitte le camp de base arctique et a volé au nord

Que s’est-il passé sur ce vol ?

Pendant des années, les rumeurs ont persisté que sur son vol historique au Pôle Nord, amiral Byrd a volé jusqu’au Pôle dans une ouverture conduisant à l’intérieur de la Terre. A cet endroit il a rencontré des êtres évolués qui lui ont remis un message sobre à remettre à l’humanité vivant à la surface de la Terre.

A son retour à Washington le 11 mars 1947, Byrd fut interrogé minutieusement par les forces de sécurité supérieures et par une équipe médicale. Étant un militaire, Byrd senti qu’il devait coopérer.

Voici, du journal de bord secret et de l’agenda de l’amiral Byrd, le message censé avoir été entendu 45 ans auparavant !

Extraits de la Terre Creuse ( no ISBN )

“ Durant son vol artic de 1700 mille (2736 km) AU -DELÀ du Pôle Nord, il a rapporté par radio qu’il vit sous lui, non pas de la glace et de la neige, mais une région de terres composées de montagnes, forêts, végétation verte, lacs et rivières, et dans la brousse souterraine il vit un étrange animal ressemblant à un mammouth….”

“ En janvier 1956, l’amiral Byrd conduisit une autre expédition vers l’ Antarctique et là pénétra 2300 mille [3700 km] AU-DELÀ du Pôle sud. L’annonce à la radio à cette époque ( 13 janvier 1956 ) disait : “ Le 13 janvier, des membres de l’expédition américaine ont pénétré une région s’étendant 2300 mille ( 3700 km ) AU -DELÀ du Pôle. Le vol fut effectué par le contre-amiral George Dufek de l’unité aéronavale des États-Unis.” Byrd a dit le 13 mars 1956 : “ La présente expédition nous a ouverts une nouvelle terre très vaste.”

L’amiral Byrd a dit en février 1947, avant son vol vers le Pôle Nord : “

J’aimerais voir cette région au-delà du Pôle. Cette région au-delà du Pôle est le centre d’un grand inconnu. “

Extraits de Un vol vers la région Au-delà du Pôle Nord :

“ Je vous souhaite la bienvenue sur notre domaine, amiral. “ Je vois un homme avec des traits fins et avec les années gravées sur son visage. Il est assis à une longue table. Il me fait signe de m’asseoir sur une des chaises. Après que je fus assis, il joint les mains ensembles et sourit. Il parle doucement encore, et me transmet ce qui suit : “ Nous vous avons laissé entrer parce que vous avez un caractère noble et que vous êtes bien connu du Monde de la Surface, amiral. “

“ Le Monde de la Surface, “ dis-je le souffle à moitié coupé! “ Oui “ répondit le Maître avec un sourire, " vous êtes dans le domaine d’ Arianni, le Monde intérieur de la Terre. Nous ne retarderons pas longtemps votre mission et vous serez escorté sans risques à la surface et à bonne distance. Mais maintenant. Amiral, je vais vous dire pourquoi vous avez été convoqué ici. Notre intérêt commence véritablement après que votre race a fait exploser les premières bombes atomiques sur Hiroshima et sur Nagasaki au Japon. C’est dans ces temps alarmants que nous avons envoyé nos machines volantes, les «Flugelrads», dans votre Monde de Surface pour enquêter sur ce que votre race avait fait. “ C’est, bien sur, de l’histoire ancienne maintenant, mon cher amiral, mais je dois continuer. Voyez-vous, nous ne sommes jamais intervenus auparavant dans vos guerres raciales, et vos barbaries, mais nous le devons, maintenant que vous avez appris à manipuler une certaine puissance qui n’est pas pour l’homme, à savoir, celle de l’énergie atomique. Nos émissaires ont déjà livré des messages aux puissances de votre monde, et elles n’y prêtent pas encore attention. Vous avez été maintenant choisi comme témoin que notre monde existe. Voyez-vous, notre culture et notre science sont en avance de plusieurs milliers d’années sur votre race, amiral. “ Je l’ai interrompu, mais qu’est-ce que ceci a à faire avec moi, Monsieur “

Les yeux du Maître ont semblé pénétrer profondément dans ma pensée et après m’avoir étudier un moment, Il répliqua, “ Votre race a maintenant atteint le point de non-retour, parce qu’il y en a parmi vous qui préférerait détruire votre monde plutôt que de renoncer au pouvoir tel qu’ils le connaissent…”

J’ai incliné la tête, et le Maître a continué. “ En 1945 et par la suite, nous avons essayé d’entrer en contact avec votre race, mais nos efforts ont rencontré de l’hostilité. Nos Flugelrads ont été la cible et même poursuivi avec malice et animosité par vos avions de chasse. Aussi, je vous dis maintenant, mon fils, il y a une grande tempête qui sommeille dans votre monde, une fureur noire qui ne s’éteindra pas avant plusieurs années. Il n’y aura aucune réponses dans vos armées, il n’y aura aucune sécurité dans votre science. Elle peut faire rage jusqu’à ce que chaque fleur de votre culture soit piétinée et que toutes les réalisations humaines soient réduites à néant dans un vaste chaos.

“ Votre récente guerre n’était seulement qu’un prélude à ce qui est encore à venir pour votre race. Nous ici le voyons plus clairement d’heure en heure…. Dites-vous que je me trompe ? “

“ Non, “ répondis-je, “ il est arrivé une fois auparavant, les Années de Noirceur sont venues et ont duré plus de cinq cents ans. “ “ Oui, mon fils, “ répliqua le Maître, “ les Années de Noirceur qui vont venir maintenant pour votre race vont couvrir la Terre comme un linceul, mais je crois que quelques-uns de votre race survivront à la tempête, au-delà de cela, je ne peux dire. Nous voyons dans le lointain un monde nouveau émergent des ruines de votre race, cherchant ses trésors et ses légendes perdues, et ils seront ici, mon fils, en sécurité sous notre garde. Quand ce temps sera venu, nous viendrons à nouveau aider à revivifier votre culture et votre race.

“ Peut-être, alors, aurez-vous appris la futilité de la guerre et de ses querelles…. Et après cela, certaines de vos cultures et de votre science vous seront retournées pour renaître à nouveau. Toi, mon fils, tu dois retourner au Monde de la Surface avec ce message…”

Avec ces derniers mots, notre réunion a semblé terminée. Je me suis cru un moment comme dans un rêve… mais, pourtant, je savais que c’était la réalité, et étrangement, je me suis incliné légèrement, soit par respect, soit par humilité, je ne sais trop.

Soudain je me suis rendu compte que les deux hôtes magnifiques qui m’avaient amené ici étaient à mes cotés. “ De ce coté, amiral “ me mentionna l’un d’eux. Je me suis retourné encore une fois avant de quitter et j’ai regardé vers le Maître. Un sourire doux était dessiné sur son délicat visage âgé. “ Adieu, mon fils, “ dit-il, de sa main gracieuse et mince, il fit un geste de paix et notre réunion fut vraiment fini.

Rapidement, nous sommes retournés par la grande porte de la chambre du Maître et encore une fois nous sommes entrés dans l’ascenseur. La porte a glissé silencieusement vers le bas et nous avons immédiatement commencé à monter. Un de mes hôtes parla à nouveau, “ Nous devons maintenant nous hâter, amiral, puisque le Maître ne désire pas vous retarder plus longtemps sur votre cédule et que vous devez retourner avec son message vers votre race.”

De : Un vol au-delà du Pôle Nord; Le journal intime manquant de l’amiral Richard E. Byrd, Inner Light Publications, Box 753, New Brunswick, NJ 08903. $10.00

Les secrets des villes souterraines

Réseau d’ascension mondial

Récemment, l’ Amérique a regardé, du directeur de télévision Stephen Spielberg, une reconstitution du roman de Jules Verne, “ Voyage au Centre de la Terre. “ Une équipe de scientifiques non-conformistes à bord de leur vaisseau indestructible pénètre dans la Terre par un volcan en activité. Quand l’environnement se refroidit, ils découvrent et explorent une terre immense et ensoleillée …un monde magique et invitant avec suffisamment d’espace pour voler.

Leur aventure ressemble beaucoup au récit réel d’un marin norvégien nommé Olaf Jensen. Son histoire, se déroulant dans les années 1800, est racontée dans la biographie de Willis Emerson intitulée “ Le Dieu Fumant “. La petite embarcation de Olaf fut emportée si loin au nord par la tempête qu’il navigua au travers d’une entrée polaire et vécut deux ans dans une des colonies du réseau Agartha, appelée “ Shamballa the Lesser.“ Il décrivit ses hôtes comme étant ceux du siège du gouvernement central pour le continent intérieur…mesurant un bon 12 pieds de hauteur… d’une grande courtoisie et montrant de la bonté…riant de bon cœur quand ils eurent à improviser des chaises pour mon père et moi-même pour que nous puissions nous asseoir. “ Olaf parle d’un soleil intérieur fumant, un monde formé de trois quarts de terre et de un quart d’eau.

Le réseau Agartha

Imaginé Shamballa the Lesser comme les Nations Unies de plus de 100 cités souterraines qui forment le réseau Agartha. Il s’agit, en fait, du siège du gouvernement pour le monde intérieur. Pendant que Shamballa the Lesser est un continent intérieur, ses colonies satellites sont de plus petits écosystèmes fermés situés juste sous la croûte terrestre ou cachés discrètement dans les montagnes. Toutes les cités du réseau Agartha sont physique et proviennent de la Lumière, signifiant qu’elles sont la tradition des grandes écoles de mystère de la surface, honorant des êtres tel Jésus/Sananda, Buddha, Isis et Osiris…tous les Maîtres Supérieurs que nous de la surface connaissons et aimons, en plus des professeurs spirituels de leur long héritage.

Pourquoi ont-ils choisis de vivre sous terre ? Considérez l’importance des changements géologiques de la Terre qui ont balayé sa surface au cours des 100,000 dernières années. Considérez la guerre interminable entre Atlantéen et Lémurien et la puissance de l’armement thermonucléaire qui a par la suite diminué et détruit ces deux civilisations hautement avancées. Le Sahara, le Gobi, l’arrière-pays australien et les déserts américains sont quelques-uns des exemples de la dévastation qui en a résulté. Les cités souterraines ont été créées comme refuge pour les gens et comme asiles sécuritaires pour les textes, enseignements et technologies sacrés qui étaient aimés par ces anciennes cultures.

Les Citées Capitales

POSID : Avant-poste primaire de l’ Atlantide, situé sous la région des plaines du Mato Grosso au Brésil

Population 1,3 millions

SHONSHE : Refuge de la culture Uighur, une section de la Lémurie qui a choisi de former sa propre colonie il y a 50,000 ans. L’entrée est gardée par une lamaserie himalayenne.

Population ¾ million

RAMA : Vestige de la ville extérieure de Rama, en Inde, situé près de Jaipur. Ses habitants sont reconnus pour leurs traits hindous classiques.

Population 1 million

SHINGWA : Vestige de la migration nordique des Uighurs. Situé près de la frontière de la Mongolie et de la China, avec une petite ville secondaire dans le mont Lessens, en Californie. La traduction de Telos signifie “ communication avec l’Esprit “.

Population 1,5 millions

Aperçu sur TÉLOS

Comment un million de personnes peuvent-elles construire leur maison à l’intérieur du mont Shasta? Pendant que nous nous creusons l’imagination, nos voisins japonais ont déjà dessiné les plans de villes souterraines pour répondre à leur problème de superficie. L’habitat de villes souterraines a été, pour des milliers d’années, un véhicule naturel pour l’évolution humaine. Voici maintenant un coup d’œil à un écosystème bien pensé.

Les dimensions de cette ville sous dôme sont d’environ 1,5 mille (2,4 km) de largeur par 2 milles (3,2 km ) de profondeur. Télos est constituée de cinq niveaux

NIVEAU 1 : Ce niveau supérieur est le centre du commerce, de l’éducation et de l’administration. Le temple en forme de pyramide est la structure centrale et a une capacité de 50,000 personnes. Autour sont les édifices gouvernementaux, l’équivalent d’un palais de justice qui favorise un système juridique éclairé, des salles d’archives, d’arts et d’équipements de divertissement, un hôtel pour les émissaires étrangers en visite, un palais abritant le Ra et le Rana Mu ( le roi et la reine régnants de la lignée royale lémurienne qui sont les Maîtres ancestraux), une tour de communication, un port spatial, des écoles, des dépôts de vêtements et de nourriture et la plupart des résidences.

NIVEAU 2 : Un centre manufacturier ainsi qu’un niveau résidentiel. Les maisons sont de forme circulaire et de ce fait absentes de poussière. Comme en surface, les logements pour célibataires, couples et familles étendues sont la norme.

NIVEAU 3 : Des jardins hydroponiques. Une technologie hydroponique hautement avancée nourrit la ville entière, avec certains surplus pour le commerce inter-cité. Toutes les récoltes produisent des fruits plus gros et plus savoureux, des légumes et des produits du soya qui constituent une diète variée et plaisante pour les télosiens. Maintenant complètement végétariennes, les villes d’ Agartha ont atteint de nouveau standards concernant les substituts de la viande.

NIVEAU 4 : Plus de jardins hydroponiques, plus de manufactures et quelques parcs naturels.

NIVEAU 5 : Le niveau naturel. Situé à environ 1 mille ( 1,6 km ) sous la surface terrestre, cette région est un grand environnement naturel. Il sert d’habitat pour une large variété d’animaux, incluant plusieurs espèces en voie de disparition à la surface. Toutes les espèces se sont reproduites dans une atmosphère non-violente, et celles considérées comme carnivores à la surface apprécient les biftecks de soya et la présence humaine. Vous pouvez jouer vigoureusement avec un tigre “ Saber-Toothed “ avec une liberté sauvage. Ce niveau ainsi que les autres niveaux comportant des végétaux produisent suffisamment d’oxygène pour subvenir aux besoins de la biosphère.

Le Langage : Bien que les dialectes varient d’une cité à l’autre, “ Solara Maru “ qui se traduit par “ Langage solaire “ est couramment parlé. Il s’agit de la langue racine pour nos langues sacrées telles le Sanscrit et l’Hébreu.

Gouvernement : Un Conseil des Douze, six hommes et six femmes, conjointement avec Ra et Rana Mu règlent les problèmes collectifs et servent de guides et de gardiens pour le peuple. Les positions royales comme celles tenues par Ra et Rana Mu sont considérées comme responsables de conserver les aspirations du divin plan de Dieu. Le Grand Prêtre, un Maître ancestral nommé Adama est également un représentant officiel.

Ordinateurs : Le système informatique aghartien est à base d’acide-aminé et dessert de multiples fonctions. Toutes les villes souterraines sont reliées par ce réseau d’information hautement spiritualisé. Le système gère les communications inter-cité et galactique, et simultanément sert les besoins individuels à la maison. Il peut, par exemple, faire un rapport sur les déficiences en vitamines et minéraux de votre corps ou, si nécessaire, fournir l’information pertinente à partir de vos archives akashiques pour votre croissance personnelle.

Argent : Inexistant. Les besoins de base de tous les habitants sont pris en charge. Tout ce qui est luxe est échangé via un système sophistiqué de troc.

Transport : Trottoirs mobiles, ascenseurs inter-niveau et traîneaux électromagnétiques ressemblant à nos motoneiges sont utilisés dans la ville. Pour voyager entre les villes, les résidents utilisent “ Le Tube “, un système de métro souterrain électromagnétique capable de vitesse jusqu’à 3,000 m.p.h. ( 4,828 km/h ). Oui, les agarthiens sont bien au fait de l’étiquette intergalactique et sont membres de la Confédération des Planètes. Les voyage dans l’espace ont été perfectionnés ainsi que la capacité de changements interdimensionnels qui rendent les vaisseaux indécelables.

Divertissement : Théâtre, concerts et une large variété de domaines artistiques. Aussi, pour vous, Trekkies, les Holodecks. Programmez votre film favori ou un chapitre dans l’Histoire de la Terre et faites-en partie!

Naissance : Un trois mois sans douleur, au lieu de neuf. Un processus très sacré où, dès la conception, une femme va au temple pour trois jours, souhaitant immédiatement la bienvenue à l’enfant avec de la belle musique, de belles pensées et de belles images. La naissance dans l’eau accompagnée des deux parents est standard.

Taille : En raison des différences culturelles, la taille moyenne des citoyens souterrains varie. Généralement de 6’5’’ à 7’5’’ à Talos, à près de 12 ‘ à Shamballa the Lesser.

Âge : Illimité. La mort par dégénérescence n’est simplement pas une réalité dans Telos. La plupart des Agarthiens choisissent d’avoir l’apparence de 30 à 40 ans et en rester là, alors que techniquement, ils peuvent avoir des milliers d’années. En ne croyant pas à la mort, la société n’est pas limitée par elle. Après être parvenu à une expérience désirée, la désincarnation est possible à volonté.

Ascension : Absolument, et de façon plus facile et plus commune qu’à la surface. L’ Ascension est le but ultime de l’entraînement au temple.

Pourquoi sont-ils demeurés souterrains tout ce temps? En partie parce que les agarthiens ont appris la futilité de la guerre et de la violence et qu’ils attendent patiemment de notre part que nous en arrivions à la même conclusion. Ils sont des gens si gentils que même nos pensées jugeantes leur sont physiquement nuisibles. Le secret a été leur protection. Jusqu’à maintenant, la vérité sur leur existence masquer par l’Esprit. Quand pourrons-nous les visiter? Nos entrées vers les cités souterraines dépendent de la pureté de nos intentions et de notre capacité de penser positivement. Un chaleureux accueil des deux mondes est idéal et doit être exprimé par plus que simplement une partie de la communauté.

Couramment, quelques centaines de braves des régions souterraines travaillent à la surface. Afin de se confondre avec les masses, ils ont subi un changement cellulaire temporaire de sorte qu’ils n’émergent pas du reste des gens. Ils peuvent être reconnus par leur nature gentille et sensible et par un accent quelque peu mystérieux. Nous désirons vous présenter la princesse Sharula Aurora Dux, la fille de Ra et Rana Mu de Telos. Sharula a officiellement été nommée Ambassadrice auprès du monde de la surface par le réseau Agartha. Elle a 267 ans et en paraît 30. Cet article est une courtoisie de sa première expérience littéraire.

Son rôle d’ambassadrice est de préparer la voie au rapprochement des deux mondes…d’apporter les idées, l’information et les nouveaux archétypes qui aideront à unir notre planète. Sharula est venu dans le but de présenter un plan pour des changements pacifiques à ceux qui veulent bien l’écouter. Les agarthiens sont arrivés à une étape où ils ne peuvent plus progresser spirituellement à moins que ce rapprochement s’accomplisse. Essentiellement, nous sommes une planète évoluant, pas une demi-planète. C’est la volonté de Dieu que nous franchissions ensemble l’étape suivante.

Le plus tôt nous parvenons à cette unité, le plus tôt la magie s’opérera. La Hiérarchie a fait de l’émergence des villes souterraines un projet prioritaire. Ils nous demandent de faire notre part en accueillant nos frères. La synchronisation dépend beaucoup de notre réceptivité et de notre condescendance. Un rapprochement réussi est évalué entre 10 et 20 ans.

Mes bien aimés, il n’y a rien à craindre et tout à gagner. Les bienfaits que les agarthiens nous apportent sont nombreux. Le secret de l’immortalité est un droit inné. La liberté de vivre dans l’abondance est également un droit inné. Vous n’avez pas vécu si vous n’avez pas goûté une tomate hydroponique et n’avez eu du plaisir sur l’ Holodeck.

Appendices :

Ce concept de terre Creuse peut sembler étrange à première vue, mais dans le contexte de OBE et du Voyage Astral, il devient plus compréhensible.

Ces vaisseaux des couches intérieures ( non-physique ou semi-physique ) contiennent aussi des formes de vie comme les vaisseaux astraux contiennent des entités astrales avec leurs propres villes et leur propre forme.

“ Semi-physique “ signifie, des corps sensiblement plus subtils que les nôtres, mais avec la capacité de vivre dans la matière.

Court fragment d’une discussion trouvée sur : alt.alien.visitor : StarWolf (roger.myhre@niva.no) 18 Mar 1995 écrit :

D’un autre coté, si la Terre était creuse, cela aurait été découvert depuis très longtemps. Sans le dernier siècle, plusieurs expéditions ont été menées au Pôle Sud, et aucune d’elles n’a fait rapport d’activité d’ OVNI, ni aucune ouvertures au Pôle Sud. Et nous pouvons oublier le Pôle Nord puisqu’il flotte sur l’eau, laquelle se situe sous la glace.

Mark Hammons (m-hamm@vm1.spcs.umn.edu) 22 Mar 1995 réplique :

La Terre est creuse dans la quatrième dimension. Dans cette perspective, la Terre existe comme un renflement. Il y a deux “entrées” qui correspondent dans le monde physique aux pôles nord et sud magnétiques. Notez que le pôle nord physique et le pôle nord magnétique sont différents quant à l’endroit, mais divergent en ce qui concerne leur similitude.

Lisez “Stalking the Wild Pendulum” de Bentov pour une explication facile de ce phénomène, lequel préconise une certaine mécanique de la conscience humaine plutôt qu’une réelle ouverture physique dans la croûte terrestre.

Extrait de “Erreur! Signet non défini. “ fourni par Jananda

Question: Je ne sais pas si cela conviendra au sujet dont il est question, mais récemment, beaucoup de nouvelles sont sorties de la part de Walberg au sujet d’une Terre intérieure et des gens y demeurant, de l’amiral Byrd au début du siècle, d’entrées possibles aux pôles, et que ce gouvernement les aide. J’ai lu beaucoup de livres traitant de ce sujet dernièrement. L’information semble sortir. Y a-t-il quelques choses que je doive savoir concernant les êtres de la Terre intérieure?

Réponse: Il y a des êtres vivant sur cette planète dans la terre intérieure. Ils n’ont pas de corps physique. Quelques-uns uns d’entre eux ont un corps physique. Ils vivent actuellement dans la quatrième dimension. Il y a beaucoup d’êtres vivant dans la Terre intérieure. Vous ne les voyez pas. Nous avons un autre monde entier vivant autour de nous dans une autre dimension. Ils sont là. Il y a également un grand nombre de peuples dans la Terre intérieure.

Source : Ascension planétaire.com

La NASA et la Terre Creuse

terrecreuse-int

De nombreux documents photos ramenés par les astronautes américains des missions Apollo successives, sont aujourd’hui classifiés Top Secret. Or, ces documents ne concernent pas uniquement la Lune. Certains concernent les pôles de la Terre. Voici par exemple une photo prise par l’équipage d’Apollo XI en juillet 1969, et qui est miraculeusement passée au travers des mailles des filets de la censure de l’administration américaine.

dossagar17bLe trou du pôle nord photographié par Apollo XI ( juillet 1969 )

Cette photo en apparence « anodine », révèle cependant la présence d’un trou noir à proximité du pôle nord. Ce trou noir semble absorber les nuages vers l’intérieur de la Terre.

Les calculs effectués à partir de l’échelle de la photo aboutissent grosso modo à un diamètre du trou d’environ 900 à 950 Km, soit une circonférence de 2900 à 3000 mètres. Si ce trou correspondait à une ouverture dans la calotte polaire, elle serait située à environ 86° de latitude Nord. Or on sait que des rapports d’explorateurs, dont les conclusions sont restées secrètes (celles de l’Amiral Byrd notamment) mentionnaient un trou de 716 Km, pour une circonférence de 2250 Km, et une ouverture dans la calotte polaire à partir de 86,8° de latitude Nord. Cette photo semble donc confirmer à peu de chose près les conclusions du livre de R. Bernard, " the hollow Earth " paru bien avant la première mission Apollo.

Par ailleurs, en regardant ce trou de plus près, on constate une dénivellation dans la hauteur des nuages visibles sur son pourtour. Le dénivelé correspond environ à la moitié du diamètre du trou, soit une épaisseur d’environ 400 km. Or on sait que lesplus hautes couches de nuages de l’atmosphère dépassent rarement une altitude de 50 000 pieds {soit 15 km}. Cela signifie que les nuages photographiés à l’intérieur du pourtour du trou sont à environ 385 km en dessous du niveau du sol !!!

Voilà pourquoi cette photo aurait dû faire partie de l’ensemble des documents de la NASA classifiés Top-Secret, car en démontrant l’existence d’un trou béant à l’extrême nord de notre planète, elle contredit toutes les données scientifiques habituellement acceptées par la science officielle. Il s’agit d’un trou tellement immense que l’on arrive même pas à en voir le fond ! Cette photo a été prise au mois de juillet, époque de l’année où il fait jour au Pôle Nord 24 heures sur 24 ; c’est pourquoi le trou dans les nuages est si clair et si visible. Or le fond de ce trou n’est pas blanc, comme devrait le refléter la couche de glace et de neige qui est supposée y rester 365 jours par an. Pourquoi ? simplement parce qu’il n’y en a pas. Et pourquoi n’y en a-t-il pas ? parce que ce trou communique avec le centre de la Terre qui est une région au climat tempéré et agréable en toutes saisons !

Signaux radio du centre de la Terre reçus par la NASA :

Le très sérieux journal canadien "Weekly World News" a publié le 14 février 1995 un article qui prouve à nouveau la théorie de la Terre creuse. Voici le titre de cet article : Cap Canaveral, Floride – La NASA reçoit des signaux radio qui viennent de l’intérieur de la Terre. Des experts pensent que ces signaux sont émis par une forme de vie intelligente et très développée.

Un haut responsable de la NASA qui ne veut pas dire son nom affirme dans l’article qu’il existe sous terre des êtres qui cherchent à entrer en communication avec nous. « Quels qu’ils soient, – dit-il – ils disposent d’une technologie qui est capable d’envoyer des signaux à travers l’écorce terrestre, des centaines de kilomètres de terre et de roche ».

Des scientifiques auraient perçu les premiers signaux le 30 octobre 1994, grâce à des satellites très sensibles. Depuis ce jour, les émissions se sont renouvelées à intervalles réguliers, déclare le responsable de la NASA. « Les signaux radio seraient composés d’un code mathématique très complexe, qui nous a convaincus que nous étions en contact avec une colonie d’êtres vivants dont l’intelligence est sans doute supérieure à la nôtre ». Il précise que les scientifiques n’ont pas eu trop de mal à déchiffrer les messages, mais il a refusé plusieurs fois de révéler ce qu’ils contenaient.

« Je ne dirais pas que les messages sont de nature hostile, mais leur contenu pourrait provoquer des controverses et des inquiétudes», ajoute-t-il. « Comme beaucoup d’éléments dépendent de l’interprétation, je suis d’avis d’attendre avant de déclarer quoi que ce soit qui pourrait mettre l’opinion publique dans un état d’excitation et d’anxiété ».

L’informateur continue en expliquant que les scientifiques de la NASA sont frustrés par le fait qu’ils n’ont pas réussi à localiser cette « civilisation souterraine », et qu’ils ne sont pas en mesure, avec la technologie dont ils disposent, de répondre aux messages. « Ils en savent plus sur nous, que nous sur eux. Ils ont ainsi trouvé un moyen de communiquer avec nous, de façon régulière; nous, par contre, ne savons mêmes pas comment les joindre. Leurs messages montrent qu’ils ont des connaissances étendues sur la vie à la surface de la Terre, alors que nous n’avons pas d’explications sur la possibilité du développement et de la survie d’une vie intelligente dépourvue d’oxygène et de soleil» - remarque (Note d’O.D.R. : à moins que la Terre ne soit creuse, qu’il n’y ait à l’intérieur une source d’énergie et de lumière, et de l’oxygène en abondance, comme cela a été confirmé par Omraam Mikhaël Aïvanhov et de nombreux clairvoyants).

Le responsable de la NASA ajoute que les scientifiques estiment que cela pourrait être la découverte la plus importante et la plus retentissante depuis des siècles. Et l’article finit par cette phrase : « Nous avons longtemps espéré devenir les maîtres de l’univers; maintenant nous reconnaissons qu’il existe des territoires inexplorés à l’intérieur même de notre planète, ce qui pourrait être de première importance pour notre avenir ».

Que contiennent réellement ces messages ? Pourquoi la NASA se sent-elle mal à l’aise de révéler à l’opinion publique qu’elle est en communication avec l’intérieur de la Terre? Quelles sont les exigences contenues dans ces messages qui poussent la NASA à refuser d’en parler ? Comme les messages ne semblent pas hostiles, ils ne peuvent donc pas mettre sérieusement les populations en danger. Ce sont donc une fois de plus les forces politiques et économiques qui se sentent menacées et qui imposent leur veto à la diffusion de l’information. C’est certainement la raison pour laquelle les scientifiques ont soi disant « besoin de temps pour interpréter correctement » les messages souterrains, avant qu’ils ne soient rendus publics.

Tout cela rappelle étrangement les aventures de l’amiral Byrd, au cours de son vol du 19 février 1947 dans la région polaire, et ce qu’il lui est ensuite advenu, quand il a voulu publier les messages des habitants du Centre de la Terre.

Mais, contrairement à ce qui s’était passé à cette époque, où l’on l’avait réduit au silence en ridiculisant la théorie très ancienne de la Terre creuse, les scientifiques semblent aujourd’hui vouloir préparer l’humanité pas à pas à la réalité d’une Terre Creuse. C’est aussi un acte d’humilité qui leur est demandé, car indirectement, cela les amènera à admettre que la théorie du noyau terrestre ferrugineux en fusion qu’ils ont soutenue depuis des décennies ne tient pas.

Mais pour le moment, chacun continue à mentir, y compris le responsable de la NASA cité dans l’article, puisqu’il affirme que « nous n’avons aucun moyen de communiquer avec cette civilisation. » D’autres sources affirment pourtant que ces êtres essaient au contraire depuis longtemps de faire comprendre à nos dirigeants que le surarmement et l’énergie nucléaire peuvent signifier notre perte, ce qui implique que des échanges ont bien eu lieu et que s’ils en avaient la possibilité, les êtres de la Terre Creuse ne se contenteraient pas d’une communication à sens unique. En réalité, ce mensonge de la part de la NASA la dégage de la responsabilité de publier toute information à ce sujet.

Apparemment, la civilisation souterraine n’est pas seulement plus développée que la nôtre, elle connaît également les conditions qui règnent dans notre monde, et elle est capable non seulement d’envoyer des messages codés que la NASA n’a aucun mal à déchiffrer, mais également de recevoir la totalité des informations émises depuis l’ensemble la surface de notre planète.

Expédition de l’Amiral Byrd :

Voir le dossier Terre Creuse Chez Anton Parks

————————————————————————————

« La Terre n’est pas une sphère solide avec un noyau brûlant de métal en fusion comme on le suppose communément. En réalité, la Terre est creuse et son intérieur communique avec la surface par deux couvertures polaires. Sur sa surface intérieure vit une civilisation avancée, créatrice de ces soucoupes volantes qui viennent nous espionner à intervalles réguliers. » (La Terre creuse, Albin Michel, Paris 1971, M.R. Bernard)

Oubliez tout ce que vous avez appris sur la structure de notre planète, grosse boule solide avec son noyau en fusion au centre. Car la vérité n’est pas là : la Terre est creuse. Si, si.

Cette doctrine est née aux Etats-Unis au début du XIXème siècle. En 1818, les membres du Congrès et une brassée de scientifiques reçurent une curieuse lettre:

« Au monde entier,

Je déclare que la Terre est creuse et habitable intérieurement. Elle contient plusieurs sphères solides, concentriques, placées l’une dans l’autre, et elle est ouverte au pôle de 12 à 16 degrés. Je m’engage à démontrer la réalité de ce que j’avance et je suis prêt à explorer l’intérieur de la Terre si le monde accepte de m’aider dans mon entreprise.

Jno. Cleves Symnes

Ancien capitaine d’infanterie de l’Ohio. »

Symnes organise des tournées de conférences sans fin, et son fils, reprenant son œuvre, la complètera en supposant notamment que l’on retrouvera les Dix Tribus perdues d’Israël vivant cachées à l’intérieur de la Terre. La balle rebondit sur Cyrus Read Teed, ésotériste et illuminé, qui innove : en fait nous ne vivons pas sur la surface de la Terre, mais à l’intérieur. Il créé une sorte de religion, et annonce qu’à sa mort son cadavre ne se putréfiera pas (il fallu le faire embaumer au bout de deux jours).

A la fin de la guerre de 14-18, un allemand, Bender, reprend ces théories et les développe. Il fonde le Hohl Welt Lehre, et explique que nous vivons sur la surface intérieure d’une sphère, plaqués sur la surface interne par certaines radiations solaires. Le soleil et la lune sont situés au centre dans une boule de gaz bleuté, et les étoiles sont des grains de lumière qui y flottent. Lorsque cette masse bleutée passe devant le soleil, il fait nuit. Si nous croyons vivre à l’extérieur, c’est parce que la lumière ne se déplace pas en ligne droite, mais selon une courbe.

Cette théorie de la Terre creuse, ou plutôt d’un monde souterrain habité, rejoint un certain nombre de traditions récurrentes dans la plupart des folklores et religions que l’on retrouvera dans Orphée, Ulysse, Dante, etc.

Thème repris dans un roman de Bulwer-Lytton (l’auteur des derniers jours de Pompéi) : la race qui nous supplantera. Il y décrit une race supérieure, éclairée, presque des dieux. Ils se cachent encore, pour l’instant, au centre de la Terre, mais ils en sortiront un jour pour régner.

On rejoint ici encore la tradition, l’on est en plein dans la mythologie de l’Agartha et des Supérieurs inconnus des Rose+Croix et de tous les mouvements rosicruciens ultérieurs, de la théosophie (Mme Blavatsky l’aborde longuement dans Isis Dévoilée), des théories de Mathers ou Machen de la Golden Dawn (une influente société néo-païenne de la fin du XIXème siècle). Par cet enchaînement de traditions, de reprises, d’héritages et d’influences dans les milieux initiatiques européens, on en arrive à une société berlinoise des premières années du XXème siècle : la société du Vril, et par filiation plus ou moins directe (et selon des auteurs plus fumeux les uns que les autres) au groupe Thulé. Deux sociétés mystico-initiatiques « secrètes » qui auraient posé les bases et les jalons des l’ésotérisme Nazi (sans même aller jusqu’aux délires de certains auteurs ou spécialistes des sciences occultes enthousiastes qui tiennent à leur donner un rôle bien plus important d’éminence grise du régime).

Dans le contexte du combat idéologique, cette théorie abracadabrantesque de la Terre creuse à du sens. Il faut bien opposer quelque chose aux théories infiniment complexes et subtiles d’Einstein pour expliquer le monde, répondant à la tendance affirmée et revendiquée par les idéologues Nazi à la simplification salutaire et salvatrice. L’on entre aussi dans l’opposition recherchée d’opposer une « science » aryenne à la science officielle de l’occident, des américains, des Juifs (dont Einstein par exemple). Et finalement dans le renouveau « magique » prôné par l’aryanisation où l’on cherche une vision épique du monde, et de ses mécanismes, à concilier la science avec les gestes héroïques nordiques et germaniques.

Dans cette optique, la Terre creuse, défendue par Bender, n’est pas un cas isolé et n’est pas la seule cosmogonie à avoir joui en Allemagne de protections et d’encouragements officiels. La doctrine de la Glace Eternelle de Hans Horbinger (qui sera abordée dans un prochain article) à connu encore plus de succès, a été enseignée à l’université et bénéficiait de nombreux soutiens officiels. Et c’est là ce que cette période à de notable : les théories loufoques ont existé de tous temps, mais là, il ne s’agissait plus d’excentriques qui glosaient dans leur coin, voire au mieux qui montaient une petite secte ou société secrète, pendant cette période elles se sont fait accorder un crédit et une place aux cotés de la science « traditionnelle », et ont été jusqu’à mobiliser l’appareillage d’une nation en guerre.

Citons l’expédition de 42, lancée avec l’assentiment de Goering & Himmler menée par Rügen (celui la même qui pilotera plus tard des expériences en physique nucléaire aux USA), avec des assemblages de radars pour démontrer théorie de Bender : la terre n’est pas convexe, mais concave et par réflexion des ondes radar (moins courbés que les rayons visibles) en les pointant vers le ciel (et donc vers la paroi opposée de l’intérieur de la Terre) l’on peut obtenir des images de la flotte anglaise. (Sources : Martin Gardner dans : in the name of science et Willy Ley dans : pseudosciences en pays nazi).

Apres cette expédition, sans résultats, Bender déchoit, et son adversaire Horbinger (celui de la Glace Eternelle) prend le pas sur cette théorie concurrente. Il finit en camp de concentration et y meurt.

Aujourd’hui ces mêmes théories sont abondamment reprises. Non pas celle de Bender qui explique que nous vivons à l’intérieur, mais en reprenant les principes que la Terre est bien creuse et que l’intérieur est habité (ou habitable selon les cas). Reprises par certaines sectes, quelques illuminés, quelques « initiés » avides de sensationnalisme, ou plus communément par des mystiques de bazar souvent à la sauce new age, ou des spiritualistes de supermarché pour lesquels tout est bon à reprendre. A noter depuis les années 70, ceux qui défendent cette théorie, la justifiant scientifiquement, et se basant, comme toujours dans ces cas-là, sur des clichés évidemment incontestables, pris par tel ou tel satellite. La vérité est bien évidemment étouffée par le Gouvernement ou quelque société secrète (pourquoi pas les Templiers, ça faisait longtemps), voire même par ces mystérieux Supérieurs Invisibles qui résident sous nos pieds…

Pour le plaisir, un passage pris au hasard sur un site consacré à cette théorie :

« Cependant l’heure de l’émergence des « Êtres de l’intérieur » semble désormais toute proche, et il faut savoir que le jour tant attendu par certains, tant redouté par d’autres de la manifestation d’envergure des extraterrestres de la Confédération, prélude à la transition de la Terre et à l’Ascension de notre humanité, sera également celui de l’apparition des Intraterrestres et de leur manifestation au grand jour.

Bien sûr, tout ceci ressemble à de la science-fiction. Il ne s’agit pourtant pas d’une élucubration, mais d’un simple calcul de probabilité effectué à partir de l’enregistrement télépathique de données présentes bien réelles, même si elles échappent encore à notre approche cartésienne et objective de l’univers et de ses lois. C’est pourquoi il faut se préparer dès MAINTENANT à cette extraordinaire rencontre.

Notre technologie est incapable de sauver l’ancien monde. Seule, une acceptation sans réserve de l’idée de Fraternité peut nous ouvrir l’accès au Monde Nouveau. »

Si vous tenez à vérifier par vous-mêmes, pour la modique somme de 18.950 $ vous pourrez vous joindre à l’expédition « voyage to our Hollow Earth » pour le pôle Nord, en 2006 !

Quelques liens en vrac (sur lesquels je décline toute responsabilité) :

http://www.castalie.fr/article-307258-6.html#anchorComment

About these ads

30 réponses à La Terre creuse

  1. oziol christophe dit :

    Je ne sais cooment l’expliquer mais j’ai toujours su que notre terre était habité en son interieur, par des étres supérieur.
    Je viens de lire cette confirmation,qui me réjouit et me prouve que je ne fabulais pas…

  2. tarot dit :

    Ne pas oublier que la théorie de la "terre pleine avec noyau en fusion" est aussi une hypothèse, remise en cause régulièrement, ces derniers temps certains "chercheurs" ont émis un thèse comme quoi il y’aurait 2 noyaux, rejeté par d’autre "scientifiques", en gros ce que l’on nous raconte à l’école est une "théorie",non vérifiée par ailleurs, mais pas une réalité, pourtant c’est enseigné comme une vérité!!!

    Galilée, lui s’est fait griller au bûcher car il avait une théorie qui remettait en cause les "chercheurs" de son époque, une drôle de théorie, la terre était un globe tournant sur lui-même !!! Quelle idée!!?

    • Adzo dit :

      La terre pleine n’est pas du tout une hypothèse, c’est une certitude scientifique que confortent une immensité d’éléments que vous choisissez d’ignorer. Les hypothèses sont sur la composition précise ou l’état dans lequel se trouve cette matière à certains niveaux.

      Par contre la terre creuse n’est pas une hypothèse, c’est un MYTHE. Tout ce qui est raconté dans ce texte est bidon. J’en veux pour preuve le grossier détournement qui est fait de la photo d’Apollo XI dont la tache sombre est en fait bien loin du pôle Nord, au beau milieu du continent Russe. Et utiliser un article du weekly world news en tant que source "sérieuse" alors que c’est un tabloïd humoristique qui inventait des histoires divertissantes, ça me donne l’impression d’être une vieille reprise moisie d’un premier avril.

      Voyez vous même que ce mythe n’est qu’un amoncellement de bêtises artificiellement enveloppées de mystère:
      http://lumieredureel.forumgratuit.org/t2-le-mythe-des-ouvertures-polaires#2

      Les anciennes traditions spiritualistes et alchimiques parlent de la terre intérieure pour désigner notre in-terre-iorité, notre soi en amont de l’égo. ça n’a rien à voir avec une interprétation matérialiste.

  3. Julien dit :

    Bonjour,

    Voilà depuis seulement quelque jours que je découvre cette théorie de la creuse. Sachez que je suis chrétien, et voulez-vous savoir ce que dit la bible à ce sujet et au sujet des anciennes civilisations ?

    J’ai relu le début de ma Bible ce matin et je fut surpris sur ce que je découvris, et je me permet de simplement mettre les versets que j’ai lu et les questions que je me suis posé.

    Allons-y:

    Genèse 1 verset 2: La terre était informe et vide; il y avait des ténèbres à la surface de l ‘abîme,

    Le mot qui retiendra ici mot attention n’est pas "vide" car cela peut vouloir dire qu’il ni avait personne, mais par contre le mot "abîme" signifierait un grand trou profond. Il n’est pas dit à la surface de quelque chose de remplie de solide ou je ne sais quoi ? De plus les ténèbres, il est écrit qu’ils étaient à la "surface" et non dans toutes l’abîme.

    Alors que faut-il comprendre ? j’en sais rien !

    Passons à la suite dans genèse 2 verset 1:

    Ainsi furent achevés les cieux et la terre, et toute leur armée.

    Tiens donc, là on nous parle bien d’une terre mais de plusieurs ciel. "et de toute leur armée" cela veux dire que Adam et Eve non pas étaient les premiers hommes sur terre ou en tout cas les premiers être vivants.

    voici un autre passage de la bible qui prouve bien cela en lisant la bible du début vers la fin.

    Toujours dans la genèse 4 verset 14, vers la fin de ce verset il est écrit ceci:

    (c’est Caïn qui parle avec Dieu) je serais errant et vagabond sur la terre, et quiconque me trouvera me tuera.

    Donc cela veux bien dire qu’ils n’étaient pas les seuls sur terre, juste Adam et Eve et leur 2 fils Caïn et Abel. Et plus tard Caïn va avoir une femme et d’où elle sort c’elle là ?

    Continuons, un peu plus loin. Genèse 6 il y a ici plusieurs versets important, qui m’interpelle, je vous les copies en entiers pour que vous voyez par vous même. Excusez-moi pour la longueur, mais c’est trés passionnant.

    Lorsque les hommes eurent commencé à se multiplier sur la face de la terre (tiens ici le mot écrit est face et non surface de la terre), et que des filles leur furent nées, les fils de Dieu virent que les filles des hommes étaient belles, et ils en prirent pour femme, parmi toutes celles qu’ils choisirent.

    Pas de commentaire qui sont ces fils de Dieu ? il ne nous est pas dit des anges !

    Passons au verset 4 de ce même chapitre:

    Les géants étaient sur la terre en ces temps là. Il en fut de même aprés que les fils de Dieu furent venus vers les filles des hommes, et qu’elles leur eurent donné des enfants: ce sont ces héros qui furent fameux dans l’antiquité.

    Maintenant passons à l’histoire de Noé et du fameux déluge, genèse 7 verset 11 un verset trés important encore.

    en ce jour-là toutes les sources du grand abîme jaillirent, et les écluses des cieux s’ouvrirent.

    Tiens donc d’ou sortirait toutes cette eau si la terre était pleine, bien qu’il est plut beaucoup de l’eau est sortie d’un grand abîme, donc bien du centre de la terre ?

    Dernier passage de la bible dans un livre presque à la fin de celle-ci dans 2 Pierre 2 verset 4:

    Car, si Dieu n’a pas épargné les anges qui ont péché, mais s’il les a précipités dans les abimes de ténèbres… verset 5: s’il n’a pas épargné l’ancien monde…

    On trouve bien là dans ces textes vieux de pas mal de temps, et espacé dans le temps entre les écrits de la genèse et ceux dans 2Pierres2 qu’il est bien fait mention d’abîme et même d’abîmes au pluriel, on nous parle bien d’un ancien monde. Même s’il nous est rapporté dans le déluge de Noé que tout être vivants à par sa famille, péris par l’inondation il ne nous est rien dit sur ceux qui vivraient dans les abîmes.

    Alors qu’en pensez, que dire, en tout cas que vraisemblablement, la terre serait bien creuse. Mais alors pourquoi on nous enseigne seulement dans nos écoles certaine théorie que l’on veux nous faire accepté comme des vérités ? et d’autre théorie ne sont même pas abordé ?

  4. ufox64 dit :

    si cela est vrai,quel belle rencontre extraterrestre cela nous promet.des etres tres avance sur nous avec une generosite enorme et sans egoisme.en fait ca serait bien le contraire.depuis que l’on utilise la bombe nucleaire enfin ils s’occupent de nous parcequ’ils ont peur que l’on les fassent sauter avec.mais avant ca ils en avient completement rien a foutre des guerre,torture,vie dure de tout les jours.alors les bonnes paroles de ces gens la c’est comme celle du diable.si ils avaient voulu nous aider ca ferait longtemps qu ils l’auraient fait en disant ouvertement a la tele leur existance puisqu’ils connaissent tout de nous mais stupide comme ils sont ils continueraient a parler avec des gens stupide de la haute sphere.
    si ce trou existait vraiment des tas de inuits les auraient vu,des bateaux,avions,militaires,reporter de tele comme hushuaia et autres.

  5. André L. dit :

    Je crois pas dutout au contenu de se sujet, je crois que cette histoire est comme l’histoire des Ummo ou des Vénusiens, s’est a dire que tout ça n’est que pure invention qui sort tout droit d’une et/ou de plusieurs esprit(s) débordante d’imagination, rien de plus.

    • Pad dit :

      Bonjour André, qu’est-ce qui te fait penser et dire que cet article n’est que pure invention ? Quels sont les éléments qui te semblent incohérents et te mettent la puce à l’oreille pour te convaincre que c’est juste une invention.

      En ce qui me concerne, je suis sceptique, mais je ne suis pas contre l’idée… j’aimerais aller moi-même aux pôles pour voir si oui ou non il y a une ouverture… j’aimerais voir de mes yeux des images de cet hypothétique monde creux.

      Cette théorie me semble cohérente, mais je me demande pourquoi, si ‘est vérifiable, on a si peu d’informations, si peu de preuves.

      Bien à vous.

      Pad.

  6. André L. dit :

    Bonjour Pad

    Honnêtement j’ai pas tout lu cette article, alors peut être que mon opinion est pas correct, mais bon! mon impression est que les extra terrestres viennent d’une autre planète et non dans dessous de la terre et en plus vous dite que vous vous demandez pourquoi il y a pas plus d’info. sur se sujet, je crois que s’est simple a comprendre, la raison est que toute cette histoire a sûrement été inventé par des gens qui ont l’imagination très fertile. Je me dit aussi, si tout ça serait vrai, de puis le temps (depuis 1947), il y aurait du y avoir d’autre scientifique et/ou d’autre personne qui aurait du allé voir sur place au Pôle, mais je constate qu’il y a eu personne d’autre depuis 1947, car il me semble qu’ont trouverait d’autre article sur le web de d’autre personne qui aurait été la bas, mais non, il a l’air d’avoir juste cette article qui existe.

  7. Lascar dit :

    Saviez-vous que les vols privés sont interdit par l’ONU au dessus des poles et en Antarticques. Saviez-Vous que les gouvernements se sont entendu pour que l’antarctique soit démilitarisé… Qu’étrangement les bases connues des Nations comme la Russie, Les USA, la FRANCe, l’ITALIE, la Norvege, le Danemark…se trouvent tous non loin des côtes et qu’aucune "n’éxiste" à l’interieur des terres…étrange.. Saviez-vous que les russes ont vu un avion décolé des rues de berlin(oui oui, de la taille d’un sesna) juste avant de capturer le fameux bunker ou il auraient sois-disant trouver un sosi d’Hitler suicidé…et que comme par hasard les américains dénonbrait qu’il manquait quelques U-boat de la flotte nazi( surement parti avec hitler à bord pour l’antarticque) Saviez-vous que le vatican et la CIA on organisé la fuite des scientifiques NAzi tel Vaun Braun sous l’opération PAPERCLIP. Saviez-vous que les bouddhiste du Tibet ontrecensé la visite de JÉSUS CHRIST en personne?? Saviez-vous qu’il éxiste plus d’une cinquantaine de pyramids sur le plateau de Gize( je lai ai vus des mes yeux vus) et que les gens pensent qu’il n’y en a que 3, 4 si on connait SAKHARA. Savez-vous que les britanniques lorsqu’ils ont dinamité la pyramide central ont affirmé que la momie à l’interieur du sarcophage avait été pillié avant eux……bien qu’ils ait dû DINAMITER une entré pour y accedé….. Saviez-vous que nul par les égyptiens ont écrits dans leur hiéroglyphe qu’ils avaiient construits les pyramides??? si si c’est vrai, nul part il est écrit: en passant, nous avaons batit les pyramides…. Savez-vous qu’il éxiste des 10zaine de temples enfouient sous le lac NASSER…. et dont personne n’a d’information répertorié…tiens donc…. Saviez-vous que les Vegas, tradition oral d’une sorte de STAR-WARS sont les plus vieux documents du monde, en SANSKRI, et que … ce sont les ARYENS qui ont émigré en Inde qui les ont écritent…sans blague. Pourquoi les Vikings étaient-ils si grand, si gros et si blonds???? Comment ont-ils pu, et c’est un fait, être répertorié dans les légendes amérindiennes du Québec et par dessus tout, les Béotuks de Terre-neuve signifient la ou l’on sèche le poisson en BAsque??? Étrange que les Anglo-Saxon à tendance égémonique les aient ensuite Génocidé…ils se sont bien douté de quelque chose eux. Saviez-Vous que la danse rituelle sacré est pratiquement la même entre certaines tribus des andes et d’amazonies que celles des tribus comme les Zoulous en Afrique…coincidence ou vestige d’un passé commun d’on on veut nous éloigner?? Saviez-vous que les Tolmecs du Mexique vénairaient des têtes de Blacks portant un casque de pilote?? je lai ai vus ces tête au musée de Mexico et que l’Empitre Britannique fera signer dans les 1500 un traité qui empêchait l’empire MOORISH( les Maures) de revendiquer les territoires du nouveau-monde….. ca c’Est tellement étrange ne trouvé-vous pas?Étrange aussi que tous les scientologues comme Jhon Travolta deviennent des PILOTES, si je voudrais être riches je deviendrais pilote….et non si j’étais riche je deviendrais pilote…ca n’a aucun sens!!!! peut-être pour aller voir ce que nous simple citoyens ne peuvent pas voir…. Saviez-vous que Alexandre le grand vit un OVNI avant de nombreuse bataille? Que les Hittites et les Égyptiens à Quadesh en ont vus aussi? Que Constantin, le général romain qui concquis rome sous l’influence d’un prêtre Chrétien vit lui aussi quelque chose de similaire( les historiens sont pleinement d’accord qu’il vit un phénomène mais lequel, ils ne peuvent en être sûr, certain disent un météorite….mais est-ce qu’une météorite qui séchou sur terre peux être apercu par une armée et que celle-ci y survive…pas sûr puisque les détails historiques s’entendent pour que l’évenement se soit passé à quelquescentaine de metres….) Si vous pouviez voler à cette époque, ne serais-e t-il pas intriguant d’aller voir ce que font des centaines de milliers d’hommes qui marche ensemble???? Moi j’irai voir c’est certain. Maintenant poser vous cette question: Connaissez-vous la vérité….la réponse est innéductablement NON, même pour moi, alors comment quelqu’un peux-t-il affirmer que tout ceci n’est que pure immagination…Les chariots de Dieux, l’arche des convenants qui ouvrit la mer rouge….que Ramses s’est soudainement apercu qu’il se l’était fait volé par Moiise et décida d’aller la récupéré à la derniere minute…. cette même arche que les templiers cherchaient et qui les conduit jusqu’en Éthiopie….d’ou les légendes de ZION et qui est reprit par les RASTA…. Je ne crois pas en dieu mais Bob Marley disait: comment allez-vous expliquer à dieu une fois mort que la marijuana, une plante qui pousse dans la nature, est illégale?? Poser-vous la question maintenant et changer Dieu par MOI et c’est tout aussi fâcheux. Sarte disait: soi toi-même ton contre-exemple de la nature humaine. Voila, penser par vous même, lisez, instruisé-vous, parler-en aux autres mais surtout, croyez en vous car personne ne détient la vérité: Jordan Maxwell dit: suivez celui qui cherche la vérité, méfiez-vous de celui qui l’avoir trouver. Tout ce que je viens de mentionner sont des connaissances d’un gars de 22 ans qui s’interressait déja à Nibiru, les Mayas, à la terre creuse, aux extraterrestres, aux récit mythologique, lorsque je n’en avait que 16-17. Dites-vous que un mensonge ‘est dure de tomber dedans, mais plus le mensonge est gros, plus les gens s’y prennent. Bigger the lie is, bigger will be the fall for it comme dise les anglais.

  8. bob dit :

    Pas très convaicant cet article. Ca fait un peu bizarre d’avoir la description de toutes les villes du réseau Agatha ; où sont les sources? De plus, la photo satellite est minable, on peut rien conclure de ça.
    Y’a rien de cohérant, des preuves scientifiques sont mélées à des considérations mystiques. Un coup le trou du pôle nord est un trou réel et un coup c’est une porte qui ouvre sur la quatrième dimension et que seules les âmes pures peuvent ouvrirent.
    Et enfin, cerise sur le gâteau, ce qui est annoncé comme un très "sérieux journal canadien", le Weekly World News, est en fait un tabloid humoristique américain. Donc l’histoire des signaux reçus par la NASA c’est du pipeau.
    Une dernière remarque pour terminer, l’auteur du dernier article a plutôt tendance à dire que la terre creuse c’est du n’importe quoi. C’est d’ailleur étrange parcequ’on retrouve cette aricle dans pas mal de sites de gens qui croient à la théorie…

  9. lahcen dit :

    et jule verne pourtant a bien predit le voyage sur la lune et d autres voyages jusqu a present il ne s estait pas trompé ;pourquoi douter du centre de la terre ?

  10. Tony dit :

    Vous vouler savoir un truc Parfoi jme demander pk les Animeaux disparisai comme sa mes en faite jai apris ke kan il y a des animeaux en voi de disparition jsais pas tros comment mdrr mmes dieux a du trouver une solution pour les renvoyer dans le monde souterrain ki est sans doute mieu ke a la surface de la terre mes je avou d’avoir ete sur surpris l’orseke jai su ke un mec a vue un Mamout dsl pour la faute jai oublier comment sa s’ecrie mes je partage avec vous cette idees moi jsuis en pleine recherche de Mistere comme ceci mes je croit pas qu’il n’y a ke la sortie Nord et Sud parceque j’ai fait d’autre recherche et il y a aussi une grotte dans l’himallala,Chine,Perou et une en France vers le Puys de D’ome vers un chateau ou la dernier personne ki a ete visiter a l’intérieur et Morte a cause d’un écroulement (a+ et continuer comme sa vers les nouvelle d’ecouverte pour decouvrire la vérité !)

  11. tlb dit :

    Pour ma part, je ne dirait pas que tout ceci est faux ni vrai, juste possible.Maintenan certaine personne du forum demande plus de preuve et plus de détail mais nos informations a nous ne sont que les radio les info a la télé… bref tout se qui est controlé par notre gouvernement.ces 2 entrée serai au 2 pole et personne ne met les pied labas a par quelque tribu qui n’ent n’ont rien a foutre d’internet et de notre systéme a nous.certaines images satélite le prouve bien et je paris que toutes nos image de la terre kon avai dan nos beaux livre d’histoire étai retouché com toute les autres mai seulement maintenan on peut voir certaine video satélite qui le prouve bien et google earth aussi (allez vérifié).Remarquez aussi quil ont crée une arme pouvant modifié le climat et ils cherchent aussi a scanner les entrail de la terre a la recherche de base (déja construite) ou d’endroit habitable sous terre.tappez (haarp) et constatez vous méme.Je pense aussi que les gouvernement et tout un tas d’otre personne importante sont au courant mais cela doit pour l’instant résté secret.Et je pense que sa ne va pas tardé a étre révélé au grand public.Ils l’ont déja fait pour le crash de roswell qui est passé aux info .tappé sur youtube "nasa ovni" et regardez la video qui dure 9min et constatez par vous méme.

  12. newoli dit :

    Il est vrai que c’est plus simple et moins prise de tête que de se dire que tout cela est du vent! sans aucune théories le prouvant, j’ai beaucoup aimer le commentaire de Lascar car là on voie bien qu’il y a de la recherche! personne n’est là pour convaincre qui que ce soit, mais faire éclater la vérité car beaucoup de choses nous sont caché par ceux qui nous gouvernent et ça ce n’est plus a démontrer alors, je pense qu’ont devrait tous porter une oreille attentive a ceux qui démontrent autre choses que ce que l’on nous as toujours enseigner dans nos livres d’histoire, nous aiderons surement a enlever nos oeilléres avoir une autre vision et pouvoir enfin avançer ensemble sans aucun profits d’intêret personnel mais pour un ensemble solidaire!
    Mais je sais aussi que c’est pour bientôt…

  13. raziel dit :

    Y’a quelques temps on m’aurait dit que deux grandes famille très riche il y a de ça plus de 200ans auraient entreprise de contrôler le monde et donc les ressources et l’argent, j’aurai dit " tu regardes trop la télé ".

    Le hic c’est que c’est totalement vraie, la famille Rotchild et Rockfeller, de génération en génération n’ont cessé d’y travailler et ils ont presque réussi, au final ils voulaient l’unification de tout les pays du monde avec une seule monnaie que eux seul pourront fabriquer.

    Jetez un oeil à mon site, vous comprendrez.

    Alors une vie sous terre, pourquoi pas, on nous laisse dans l’ignorance depuis tellement longtemps que se serait que pure folie que d’affirmer que c’est que pure imagination débordante…

  14. Aimèm dit :

    Je suis parfois heureux de lire ou d’entendre les incrédulités car moi étant inventeur cela me permet d’avoir toujours un pas d’avance sur la masse qui n’accepte pour possible et vrai que ce que je leur imposerai sur le marché et alors je peut marcher sur eux grâce à leur conscentement et leur manque de projection. Ils demeurerons sous mes talons jusqu’au jour où il accepterons eux aussi qu’ils ne devraient mettre des limites à leur imagination et qu’être humain ce distingue d’un animal par le fait qu’il sait que tout es possible, d’où les incessantes inventions et que n’est faux ou impossible que ce qui n’est pas perçu par la limitation mentale. Si on vous apprenais en une certaine algèbre que 1+1=10 ou autres chose de ce genre que vous dite ô quelle bêtise d’accepter ça, alors vous ne seriez pas très diffent d’un ordinateur qui ne prend pour possible que les données compatibles avec sa conseption de base.
    Croyez-moi j’en sait tellement que je ne saurais m’exprimer en présence des cerveaux limités fusse des professeurs d’université. Même si vous les incréduls n’irez jamais voir les pleuples intraterrestres et je souhaiterais que cela vous soit caché jusqu’au jour où vous serez mieux préparé mentalement et spirituelement, et c’est d’ailleur ainsi que l’on nourri les bébé, on ne surprend pas leur organisme avec de la nourriture solide. Les sujets comme ceux-ci ne sont pas pour ceux qui dans ce sens sont des tous petits. Un jour tout le monde grandi. Merci, l’inventeur lan aimèm


    Sent on a phone using T9space.com

  15. benoit coté dit :

    Il y a une grande part de vérité lorsque vous ditent que les gouvernements nous cache la vérité ainsi que les religions,ce n est pas dans leurs interets de nous la dire car ils perdrait toute autorités sur leurs peuples,et pour les religions ont tout interet a faire peur a leurs disciples et non disciples pour aller chercher le plus d adeptes possible dans le seul but de garder le plein controle sur nous au pole nord il y a seulement que les millitaires qui ont acces au emplacement nommer et ils cacheront tout acces a n importe qui osant s en approcher.car top secret ce que la population ne sait pas ne leurs fait pas de malé

  16. Oui les bases militaires autour de la preuve qui 3000 km de circonférence va resté un secret ..

  17. KEKIC MARIO dit :

    RAYMOND BERNARD
    LA TERRE
    CREUSE
    La plus grande découverte géographique de l’histoire humaine
    Traduit de l’américain par
    R O B E R T G E N I N
    Edition originale américaine THE HOLLOW EARTH
    1969 by University Books Inc., New York.
    © Editions Albin Michel, 1971.
    Ce livre est dédié aux futurs explorateurs du Nouveau Monde qui s’étend au-delà des pôles, dans
    l’intérieur creux de la Terre.
    A ceux qui renouvelleront le vol historique de l’amiral Byrd, qui pénétra dans un territoire inconnu
    d’une superficie plus grande que celle de l’Amérique du Nord. La Terre creuse 3
    AVERTISSEMENT DE L’ÉDITEUR AMÉRICAIN
    Les thèses développées dans cet ouvrage s’appuient sur des découvertes scientifiques, des faits connus, et
    des références à des écrits anciens.
    De nombreuses personnalités croient à l’existence des soucoupes volantes et autres phénomènes étranges,
    existence que les hommes de science ne veulent pas, ou n’osent pas admettre. Peu de gens aux U.S.A. osent dire
    la vérité, et rien que la vérité, sur un certain nombre de sujets cruciaux (même s’ils connaissent cette vérité). Cela
    est particulièrement vrai des scientifiques « bien pensants » et des hommes puissants. Sinon, qu’arriverait-il ?
    Les gouvernements s’écrouleraient, l’argent perdrait son pouvoir de séduction et de corruption. Il y aurait un
    chaos terrible, et les individus haut placés seraient ruinés socialement et économiquement.
    Dans cette civilisation où règnent la fraude et la supercherie, la vérité est une qualité si rare qu’elle n’est
    jamais acceptée librement. Elle doit combattre pour s’imposer. Il n’y a aucune école qui enseigne cette vérité.
    Nous n’assumons pas la responsabilité des opinions émises par l’auteur. Nous n’avons aucune autorité
    pour le faire. Nous pensons seulement que de tels livres doivent être présentés au public, qui les accepte ou les
    rejette. C’est une question de convictions personnelles. De toute manière, le but est atteint si une faible lumière
    jaillit dans les ténèbres et si les esprits endormis se réveillent. Ceux qui ont envie de lire, de s’instruire, de
    réfléchir sur quelque problème que ce soit, peuvent le faire : il existe des milliers d’ouvrages mille fois plus
    enrichissants que les publications à scandales vendues dans les kiosques.
    En novembre 1957, un physicien et philosophe célèbre dans le monde entier mourait dans une prison
    fédérale des Etats-Unis. Il avait été emprisonné pour avoir refusé de s’incliner devant une ordonnance illégale
    qui visait à stopper ses recherches et à voler ses découvertes. Cet homme était Wilhelm Reich. Sa mort était
    l’aboutissement de plus de dix ans de harcèlement et de persécutions fomentées par des conspirateurs occultes
    qui avaient trouvé habile d’utiliser les cours fédérales pour frustrer l’humanité de découvertes importantes en
    physique, médecine et sociologie.
    L’invention de Reich était un « accumulateur d’énergie d’orgone ». Invention saluée par Théodore P.
    Wolfe comme « la plus grande découverte de l’histoire de la Médecine ». Le FDA gomma littéralement les
    rapports d’un grand nombre de physiciens réputés qui émanaient du monde entier, rapports qui venaient
    corroborer les découvertes de Wilhelm Reich. Ces travaux étaient si révolutionnaires qu’ils menaçaient
    sérieusement les intérêts commerciaux d’un certain nombre de sociétés, à commencer par l’industrie
    pharmaceutique. Il fallait donc tuer dans l’œuf la merveilleuse découverte de Wilhelm Reich. On s’y employa
    activement.
    Donc, je n’ai pas l’intention d’engager le moindre débat concernant ce livre, ou son auteur. Que vous
    acceptiez ou rejetiez le contenu de ce livre, cela ne regarde que vous. Par contre, si sa lecture éveille en vous un
    accord sensible, sachez qu’il existe d’autres oeuvres susceptibles de vous apporter de nouvelles connaissances –
    de celles qu’on n’apprend pas à l’école.
    ROBERT FIELDCREST La Terre creuse 4
    LES UFOs ET LE SECRET GOUVERNEMENTAL
    Frank Edwards, qui fut un courageux commentateur de radio et de télévision, déclara un jour : « Les
    ordres de discrétion concernant les UFOs
    1
    viennent du sommet. L’Armée de l’Air n’y est pour rien, elle ne fait
    qu’obéir. » Edwards entreprit une vigoureuse croisade pour démasquer la censure officielle. Il s’efforça de mettre
    en évidence qu’on cachait quelque chose au public. J’ai été l’ami d’Edwards pendant des années, je crois pouvoir
    dire qu’il savait de quoi il parlait. C’est pourquoi je partage totalement l’opinion qu’il a exprimée ci-dessus.
    Des révélations récentes, provenant de sources diverses, n’ont fait que confirmer cette opinion. Voici les
    faits. Le lecteur a le droit d’être informé.
    Durant des années, beaucoup de chercheurs qui s’intéressaient aux UFOs ont senti que l’Armée de l’Air
    était en possession de faits relatifs à ces mystérieux engins. Mais les responsables ne voulaient pas les livrer au
    public pour des raisons connues d’eux-mêmes. Divers articles parurent dans la presse à ce sujet. En voici
    quelques-uns parmi les plus significatifs.
    En 1958, Bulkley Griffin, du Standard-rime de New Bedford, Massachusetts, écrivit une excellente
    série. L’un de ses papiers s’intitulait : « La censure du Pentagone sur les UFOs est une réalité. »
    Dans cet article, la question posée était celle-ci : de quel droit une organisation militaire monopolise-t-elle
    le contrôle sur tout ce qui concerne les UFOs et interdit-elle de ce fait au public d’en savoir plus ?
    L’Armée de l’Air a sa propre réponse. L’ordonnance 200-2 débute ainsi : « Toute investigation et toute
    analyse relatives aux UFOs relèvent de la seule responsabilité de l’Air Force, qui a le devoir de défendre les
    Etats-Unis. » Plus loin (toujours dans cette ordonnance 200-2), les UFOs sont mentionnés comme « une menace
    possible pour la sécurité des U.S.A. ».
    Mais pourquoi ce silence persistant ? Aucune réponse définitive n’a été donnée à cette question essentielle.
    Le CIA, d’une manière mal définie, et le FBI, dans des cas individuels, se sont intéressés à l’affaire. Mais ni l’un
    ni l’autre n’ont la réputation d’être très loquaces ! Le Conseil national de sécurité ne l’est pas plus.
    Les membres de la sous-commission permanente du Sénat chargée des enquêtes ont fait une étude sur la
    question, puis ont décidé de ne pas enquêter (!) et de ne tenir aucune audience, privée ou publique. Une victoire
    pour l’Armée de l’Air.
    Vers la fin de 1958, une série d’articles de John Lester parut dans le Newark Star Ledger. Cette série fit
    sensation. Le major Donald E. Keyhoe, président de la Commission nationale d’investigations des phénomènes
    aériens, déclara
    « Les révélations de ce journal confirment publiquement ce qui était connu de notre commission, à savoir
    que des observateurs, nombreux et hautement qualifiés, sont persuadés de l’existence des soucoupes volantes et
    de leur contrôle par une force intelligente. »
    Keyhoe, un officier de marine à la retraite, ajoutait qu’une telle divulgation « aiderait à faire tomber la censure officielle qui frustrait le public de la vérité ».
    Dans la coulisse, l’Air Force et le CIA gardaient leurs secrets avant de décider ce qu’il conviendrait de
    raconter au peuple américain.

    1
    UFO : Unidentified flying objects (objets volants non identifiés). (NA.T.) La Terre creuse 5
    Cependant un représentant haut placé de l’Air Force déclarait dans le même temps que les objets volants
    non identifiés étaient des véhicules interplanétaires.
    Dans le numéro de janvier-février 1963 de UFO Investigator publié par Keyhoe, un article se réfère à
    une déclaration faite par un membre du Congrès, John E. Moss, président de la sous-commission de
    l’Information. Cette déclaration avait été publiée par le Washington World.
    Que disait Moss ? Que ces contrôles sévères avaient pour but une plus grande manipulation de
    l’information au niveau du Département de la Défense. Que les fonctionnaires de l’Information étaient, en réalité,
    relégués au rang de poupées de ventriloque. Que le public n’avait pas à faire valoir son droit de connaître la
    vérité.
    Moss a raconté à la Commission nationale d’investigations des phénomènes aériens que son propre comité
    était autorisé à examiner certains cas d’espèce, mais qu’il n’était pas habilité pour enquêter sur l’ensemble des
    faits relevant de la censure officielle.
    Le major Keyhoe, il faut le souligner, a toujours cru fermement à la réalité des soucoupes volantes, et cela
    bien avant le premier article qu’il ait publié sur la question, et qui date de janvier 1950.
    On a dit que le CIA jouait un rôle dans cette comédie qui pourrait s’appeler : « Le secret des UFOs. » Une
    preuve supplémentaire en est fournie dans un paragraphe du livre de Léonard H. Stringfield : Inside Saucer
    Post 3-0 Blue.
    Dans son livre, p. 42, Stringfield, un chercheur UFO bien connu de Cincinnati, évoque un certain Mr. A.
    D., appartenant à une agence importante de Washington. Ce Mr. A. D. aurait dit qu’il avait en main une affaire
    relevant de la Cour fédérale. Mais comme sur simple injonction on pouvait empêcher n’importe qui de
    témoigner devant la cour, car le problème des UFOs exigeait un maximum de sécurité, l’avocat de Mr. A. D. lui
    avait suggéré de laisser tomber l’affaire.
    Conclusion : les dossiers de l’Air Force sur les soucoupes volantes sont conservés sous clé… pour leur plus
    grande sécurité !
    Plusieurs années après la publication de son livre, Stringfield révéla que le Mr. A. D. auquel il avait fait
    allusion n’était autre que Allen Dulles, ex-directeur du CIA. Cela illustre bien le sérieux intérêt que porte le CIA
    au problème des UFOs.
    Il fut un temps où, avec beaucoup d’autres, je croyais que c’était l’Air Force qui faisait le black-out dans ce
    domaine. Ce n’est plus ma conviction. Une des raisons qui m’ont fait changer d’avis trouve sa source dans un
    entretien que j’eus avec Wilbert B. Smith environ deux ans avant sa mort. Au cours de cette conversation, je
    demandai à Mr. Smith si c’était l’Armée de l’Air, ou un autre ministère, qui gardait secrètes les informations
    UFO. Mr. Smith me répondit que ce n’était pas l’Armée de l’Air, mais « un petit groupe haut placé au
    gouvernement ». Comme je lui demandais des précisions, Mr Smith refusa d’identifier ce groupe et changea très
    vite de conversation.
    La publication du livre Le Gouvernement invisible, en mai 1964, fournit enfin une clé apparente à ce
    mystère. Il était dit dans ce livre que le Groupe spécial avait été créé du temps d’Eisenhower sous le chiffre
    secret 54/12. Il était connu dans le petit cercle d’intimes de l’Administration d’Eisenhower sous ce nom : «
    Groupe 54/12 »… Pendant une période de dix ans il a été le centre caché et puissant du Gouvernement
    invisible… Et il a fonctionné
    dans un climat de mystère tel qu’on n’en avait jamais connu de pareil dans aucune autre branche du
    gouvernement américain… Les hommes du CIA ont généralement le Groupe spécial à l’esprit quand ils insistent
    sur le fait que leurs services n’ont jamais fait de politique, mais ont seulement obéi à des ordres venus de plus
    haut. La Terre creuse 6
    Dans son numéro du 22 juin 1964, Newsweek publia une critique du livre Le Gouvernement invisible
    et déclara « Une des révélations les plus importantes de cet ouvrage est l’existence du Groupe spécial 54/12,
    classé jusqu’à présent comme un auxiliaire du Conseil national de sécurité, et spécialement chargé par le
    président de régler certaines opérations délicates. A proprement parler, on ne peut imaginer de personnalités plus
    importantes que celles qui composent ce Groupe. »
    Le Groupe 54/12 était-il le même que celui auquel Wilbert Smith faisait allusion ? Au regard des faits pré-
    cédents, j’ai tout lieu de le croire. Et si cette hypothèse est exacte, elle peut expliquer les échecs qu’ont rencontrés
    toutes les tentatives faites pour obtenir la vérité concernant les UFOs.
    On peut seulement espérer que le public fera finalement valoir son droit inaliénable de connaître la vérité,
    et que ses efforts ne seront pas déjoués par un quelconque « Groupe spécial » évoluant dans les hautes sphères
    de d’Administration.
    Références
    Le Gouvernement invisible, par David WISE et Thomas B. Ross (Random House).
    Qui gouverne l’Amérique ? par John McCoNAuGHY (Longmans, Green & Co.).
    Le Rideau de fer sur l’Amérique, par John BEATY (Wilkinson Pub. Co.)
    Liberté ou Secret, par James R. WIGGINS (Oxford University Press).
    Le Droit de savoir, par Kent COOPER (Farrar, Strauss & Cudahy).
    « Managed News », par Hanson W. BALDWIN (Atlantic Magazine, avril 1964).
    « New Management in Washington », par Ben H. BAGDIKIAN (Saturday Evening Post, 4 février 1963).
    « CIA – Le combat pour le pouvoir secret », par Stewart ALSOP (Saturday Evening Post, 8 mars 1963). La Terre creuse 7
    POINTS MARQUANTS DE L’HISTOIRE DE LA
    DÉCOUVERTE DE L’AMIRAL BYRD
    DÉCEMBRE 1929 : « La découverte mémorable du 12 décembre d’une terre jusque-là inconnue
    au-delà du pôle Sud, découverte faite par le capitaine Sir George Hubert Wilkins, exige que la science
    révise la conception qu’elle s’était faite du profil sud de la terre. »
    Dumbrova, explorateur russe. FÉVRIER 1947 : « J’aimerais voir cette terre au-delà du pôle (Nord).
    Cette terre qui est le centre du Grand Inconnu.»
    Vice-amiral Richard E. Byrd, avant son vol de 2 700 kilomètres au-delà du pôle Nord.
    NOVEMBRE 1955 : « C’est la plus importante expédition de l’histoire du monde. »
    Vice amiral Richard E. Byrd, avant son départ pour explorer la terre au-delà du pôle Sud.
    JANVIER 1956 : « Le 13 janvier, des membres de l’expédition des Etats-Unis ont accompli un vol de 4
    300 kilo-
    mètres à partir de la base de McMurdo Sound, située à 640 kilomètres à l’ouest du pôle Sud, et
    pénétré dans une terre sur une distance de 3 700 kilomètres au-delà du pôle. »
    Message radio en provenance de l’expédition antarctique de Byrd, confirmé par la presse
    américaine du 5 février 1956.
    MARS 1956 : « La présente expédition a ouvert un nouveau et vaste territoire. »
    Vice-amiral Byrd, le 13 mars 1956, à son retour du pôle Sud.
    … « ce continent enchanté dans le ciel, terre de l’éternel mystère ! »
    Vice-amiral Byrd, avant sa mort. (Note de l’auteur : Byrd, de façon énigmatique, se réfère ici au
    territoire inconnu qu’il avait découvert au-delà des pôles. Il existe, en effet, un phénomène polaire bien
    connu, phénomène optique suivant lequel les surfaces terrestres se reflètent dans le ciel. La terre
    inconnue de Byrd se réfléchissait de la même façon et apparaissait ainsi comme « un continent
    enchanté dans le ciel ».) La Terre creuse 8
    CET OUVRAGE CHERCHE À PROUVER
    1. Que la Terre est creuse et n’est pas une sphère solide comme on le suppose communément, et
    que cette partie intérieure communique avec la surface par deux ouvertures polaires.
    2. Que les observations et découvertes du contre-amiral Richard E. Byrd, de la Marine des EtatsUnis, le premier à s’engager dans ces ouvertures polaires, – ce qu’il fit sur une distance totale de 6 400
    kilomètres dans l’Arctique et l’Antarctique, – confirment la justesse de notre théorie révolutionnaire sur
    la structure de la Terre, et rejoignent certaines déclarations d’autres explorateurs polaires.
    3. Que, suivant notre théorie d’une Terre plutôt concave que convexe à ses deux extrémités, le
    pôle Nord et le pôle Sud n’ont jamais été atteints pour la bonne raison qu’ils n’existent pas.
    4. Que l’exploration du nouveau monde inconnu qui se trouve à l’intérieur de la Terre est
    beaucoup plus importante que la conquête du Cosmos. Les expéditions aériennes de l’amiral Byrd
    montrent comment une telle exploration pourrait être menée à bien.
    5. Que la nation qui atteindra la première le Nouveau Monde situé à l’intérieur de la Terre
    deviendra la plus puissante du monde.
    6. Que, étant donné le climat chaud dont jouit ce Nouveau Monde, il n’y a aucune raison pour
    qu’il n’abrite pas une vie végétale, animale et humaine. Et que s’il en est ainsi, il est très possible que
    les mystérieuses soucoupes volantes émanent d’une civilisation avancée, située à l’intérieur de la Terre.
    7. Que, dans l’éventualité d’une guerre nucléaire, l’espèce humaine pourrait survivre en cherchant
    refuge dans les profondeurs cachées de notre globe. La Terre creuse 9
    AVANT-PROPOS
    On suppose généralement que la Terre est une sphère solide avec un noyau brûlant de métal en
    fusion. Nous allons apporter la preuve scientifique que la Terre, en réalité, est creuse et ouverte aux
    deux pôles, et qu’il existe à l’intérieur une civilisation avancée, créatrice de ces soucoupes volantes qui
    viennent observer (ou espionner) à intervalles réguliers la surface de notre globe.
    La théorie de la Terre creuse a été émise pour la première fois en 1906 par un écrivain américain,
    William Reed, et reprise plus tard par un autre Américain, Marshall B. Gardner, en 1920. En 1959, F.
    Amadeo Giannini écrivit le premier ouvrage sur le sujet depuis les travaux de Gardner. La même
    année, Ray Palmer, rédacteur en chef du magazine Soucoupes volantes, se servit de cette théorie pour
    offrir à ses lecteurs une explication logique de l’origine des soucoupes.
    Les thèses de Reed et de Gardner trouvèrent une confirmation dans les expéditions polaires de
    Byrd : l’Arctique, en 1947, l’Antarctique, en 1956. L’explorateur américain s’aventura sur une distance
    de 2 700 kilomètres au-delà du pôle Nord et de 2 700 kilomètres au-delà du pôle Sud, pénétrant dans
    un territoire inconnu, libre de glace, qui s’étendait à l’intérieur des dépressions polaires. Ce territoire
    n’est mentionné sur aucune carte. La véritable signification des découvertes de l’amiral Byrd fut étouffée dans
    l’œuf. On ne lui donna pas l’attention qu’elle méritait, jusqu’au moment où Giannini et Palmer s’emparèrent de
    l’affaire. Nous expliquerons plus loin pourquoi cette information n’atteignit pas le public. Une information qui
    pourtant concerne une des plus grandes découvertes géographiques de toute l’histoire, plus grande peut-être que
    la découverte de l’Amérique par Christophe Colomb, car si ce dernier découvrit un nouveau continent, Byrd, lui,
    découvrit un Nouveau Monde d’une superficie égale, ou peut-être même supérieure à celle de nos cinq
    continents réunis.
    La découverte de Byrd est frappée aujourd’hui d’un top secret international. Après le message radio qu’il
    envoya de son avion, et un bref communiqué de presse, toute nouvelle importante sur le sujet fut soigneusement
    supprimée par les agences gouvernementales. Il y avait une raison importante à cela.
    L’explorateur ne passa pas au-dessus du pôle Nord pour continuer ensuite son vol de 2 700 kilomètres
    vers le sud. Sinon, il aurait rencontré un territoire pris dans les glaces. Au contraire, la terre qu’il survolait n’avait
    ni glace ni neige, elle était dotée d’un climat chaud, et on pouvait apercevoir des forêts, des montagnes, des lacs,
    une végétation verte, et même des traces de vie animale. Cette nouvelle terre INCONNUE survolée par l’amiral
    américain pendant 2 700 kilomètres n’est mentionnée sur aucune carte. Et pourtant elle existe, à l’intérieur de
    l’ouverture polaire.
    Pourquoi alors les Etats-Unis n’envoyèrent-ils pas d’autres expéditions vers ce nouveau monde ? Pourquoi
    une découverte de cette importance fut-elle complètement oubliée ? Pourquoi cette apathie ?
    L’explication est évidente. C’était l’intérêt du gouvernement américain de se taire, de ne rien dévoiler au
    monde. D’autres pays, alléchés par des perspectives de conquêtes, pouvaient mettre sur pied des expéditions belliqueuses. L’Union soviétique, par exemple.
    Cependant, maintenant que le secret a été dévoilé par Giannini, Palmer et d’autres, qu’il est arrivé à la
    connaissance du public, plus rien ne s’oppose à ce que le problème soit examiné avec toute l’attention qu’il
    mérite.
    Il faut espérer qu’une expédition sérieuse sera entreprise par un pays neutre et pacifiste, et qu’un contact
    pourra être établi avec cette super-civilisation qui s’est développée, LÀ-BAS, au-delà des pôles, et dont les
    soucoupes volantes sont la preuve évidente de sa supériorité dans le domaine scientifique. Peut-être l’évolution
    et la sagesse de cette race nous sauveront-elles de l’anéantissement ? Peut-être alors une future guerre nucléaire
    pourra-t-elle être évitée ? Un nouvel Age s’instaurera sur Terre, un âge de paix, et toutes les armes nucléaires
    seront interdites par un gouvernement mondial représentant tous les peuples de la Terre. La Terre creuse 10
    Chapitre 1
    LA DÉCOUVERTE MÉMORABLE DE L’AMIRAL BYRD
    (La plus grande découverte géographique de l’histoire humaine)
    « Ce continent enchanté dans le ciel, terre de l’éternel Mystère! »
    « J’aimerais voir cette terre au-delà du pôle, cette terre qui est le centre du Grand Inconnu. » Les deux
    citations ci-dessus ont été faites par le plus grand explorateur des temps modernes, le vice amiral Richard E.
    Byrd, de la Marine des Etats-Unis. Elles ne peuvent être comprises, et elles n’ont aucun sens, si on se réfère
    aux vieilles théories géographiques selon lesquelles la Terre est une sphère solide avec un noyau brûlant,
    dont les deux pôles sont des points fixes.
    Si tel était le cas, et si l’amiral Byrd avait volé pendant 2 700 et 3 700 kilomètres respectivement audessus des pôles Nord et Sud, en direction des terres glacées qui s’étendent de l’autre côté, et dont la
    géographie est très bien connue, il serait incompréhensible qu’il ait qualifié ce territoire de « Grand Inconnu
    ». Il n’aurait eu aucune raison non plus d’utiliser une expression comme « Terre de l’éternel Mystère ». Byrd
    n’était pas un poète, et ce qu’il décrivait était exactement ce qu’il observait de son avion. Au cours de ce vol
    Arctique de 2 700 kilomètres au-delà (et non au-dessus) du pôle Nord, Byrd relata par radio qu’il voyait audessous de lui non de la glace et de la neige, mais des paysages divers où apparaissaient des montagnes, des
    forêts, une végétation luxuriante, des lacs et des rivières. L’explorateur aperçut même dans les broussailles
    un étrange animal ressemblant à un mammouth. Il était entré, de toute évidence, dans une région plus
    chaude que celle qui s’étend du pôle à la Sibérie. Au-delà… et non au-dessus.
    La seule manière d’interpréter convenablement les déclarations énigmatiques de Byrd est d’écarter la
    conception traditionnelle de la formation de la Terre, et d’en accueillir une nouvelle montrant que les
    extrémités arctique et antarctique ne sont pas convexes, mais concaves. Dès lors, on comprend mieux la
    signification de ce voyage extraordinaire au-delà des pôles. Byrd ne franchit pas les pôles, au sens ordinaire
    du terme, il ne passa pas au-dessus pour gagner l’autre côté, côté bien connu comme nous l’avons dit, mais
    il entra tout simplement dans les concavités polaires qui s’ouvrent sur l’intérieur creux de la Terre, là où
    règne un climat tropical et où se développe une vie végétale, animale et humaine. C’est cela le « Grand
    Inconnu » dont parle Byrd, non cette étendue de neige et de glace située de l’autre côté du pôle Nord et qui
    s’étend jusqu’aux pointes extrêmes de la Sibérie.
    Sur aucune carte.
    La nouvelle théorie géographique présentée dans ce livre pour la première fois rend compréhensibles
    les étranges paroles de Byrd. Elle montre que le grand explorateur n’était pas un rêveur, comme pourraient
    le penser les tenants de la science orthodoxe. Byrd était entré dans un territoire absolument « nouveau »
    parce qu’il ne se trouvait sur aucune carte, et il ne se trouvait sur aucune carte parce que toutes les cartes ont
    été faites sur la base de cette croyance dans une Terre sphérique et pleine. Etant donné que pratiquement
    toutes les régions situées sur cette sphère ont été explorées et recensées, il ne pouvait y avoir de place sur de
    telles cartes pour le territoire découvert par Byrd.
    Si notre conception d’une Terre concave à ses deux extrémités est correcte – ce que nous allons tenter
    de prouver – alors le pôle Nord et le pôle Sud n’existent pas ! Ils se situeraient, en effet, entre ciel et terre, au
    centre des ouvertures polaires, et non à la surface.
    Cette opinion fut exprimée pour la première fois par l’écrivain américain William Reed dans son livre
    Fantôme des pôles, publié en 1906. En 1920 paraissait un autre ouvrage, écrit par Marshall B. Gardner La Terre creuse 11
    Voyage à l’intérieur de la Terre, ou Les pôles ont-ils été vraiment découverts ? Dans ce livre, Gardner
    exprimait le même point de vue que Reed, et, chose étrange, arrivait aux mêmes conclusions sans avoir eu
    connaissance de l’œuvre de son prédécesseur. Reed et Gardner soutenaient tous les deux que la Terre est
    creuse, ouverte aux pôles, et qu’à l’intérieur vit une vaste population de millions d’habitants, représentant
    une civilisation avancée. Voilà probablement le « Grand Inconnu » auquel Byrd faisait allusion.
    La géographie de l’Antarctique est connue, et pourtant…
    En janvier 1956, l’amiral Byrd entreprenait une autre exploration, cette fois dans l’Antarctique, et
    parcourait 3 700 kilomètres au-delà au pôle Sud. Le terme « au-delà », comme nous l’avons déjà souligné,
    est très significatif et embarrassera ceux qui s’en tiennent à l’ancienne conception d’une Terre compacte. Il
    concernerait alors la région située de l’autre côté du continent antarctique, et, plus loin, de l’Océan, mais
    dans ce sens ce ne serait plus « un nouveau et vaste territoire », et l’expédition qui l’a découverte ne saurait
    être non plus qualifiée de « la plus importante de l’histoire du monde ». La géographie de l’Antarctique est
    parfaitement connue, et l’amiral Byrd n’y a rien apporté de bien nouveau. Alors pourquoi aurait-il fait des
    déclarations apparemment vagues et sans fondement ? Pourquoi aurait-il pris le risque de ternir sa
    réputation de grand explorateur et de perdre la face devant le monde en lançant des affirmations gratuites ?
    La seule réponse logique est fournie par la théorie de la Terre creuse. Elle seule donne un sens aux
    déclarations de Byrd et permet de ne pas le considérer comme un visionnaire qui aurait été victime de
    mirages polaires.
    Au retour de son expédition dans l’Antarctique, le 13 mars 1956, Byrd observa : « La présente
    expédition a ouvert une nouvelle et vaste terre. » Le mot « terre » est significatif. Il n’aurait pu se rapporter
    à une quelconque partie du continent antarctique qui est un bloc de glace et ne contient pratiquement pas de
    « terre ». Et puis si Byrd avait découvert un nouveau territoire dans l’Antarctique, il l’aurait revendiqué au
    nom du gouvernement des Etats-Unis, et son nom serait resté attaché à cette découverte, comme cela a été
    le cas d’autres explorateurs.
    Nous ne trouvons rien de pareil au crédit du grand explorateur. Nous pouvons donc en conclure que
    son expédition de 1956 au-delà du pôle Sud survola une région sans neige ni glace, semblable à celle qu’il
    avait déjà aperçue au pôle Nord, région couverte de végétation et de forêts, dotée d’une vie animale, et qui
    ne se trouve nulle part sur le continent antarctique.
    Une île dans le ciel.
    L’année suivante, en 1957, avant sa mort, Byrd évoqua « ce continent enchanté dans le ciel, terre de
    l’éternel mystère ». Il n’aurait pas usé de ces termes s’il avait fait allusion à la partie glacée de l’Antarctique
    qui s’étend de l’autre côté du pôle Sud. Les mots « éternel mystère » se rapportent manifestement à autre
    chose. Quant à « ce continent enchanté dans le ciel », il signifie qu’une étendue de terre, et pas seulement de
    glace, se reflétait dans le ciel comme dans un miroir. Ce phénomène étrange a été observé par de nombreux
    explorateurs polaires qui parlent « d’île dans le ciel » ou de « ciel d’eau », suivant que le ciel reflète de la
    terre ou de l’eau. Si Byrd avait vu le reflet de l’eau ou de la glace, il n’aurait pas employé le mot « continent
    » et encore moins qualifié ce continent d’ « enchanté ». Pourquoi « enchanté » ? Parce que, suivant les
    conceptions géographiques traditionnelles, ce continent reflété dans le ciel ne pouvait pas exister.
    Les soucoupes volantes viennent de l’intérieur de la Terre.
    Nous allons maintenant citer Ray Palmer, rédacteur en chef de Soucoupes volantes, expert en la
    matière, convaincu que les découvertes de l’amiral Byrd aux deux pôles offrent une explication sur l’origine
    des soucoupes volantes. Ray Palmer croit, en effet, que les engins volants non identifiés ne viennent pas
    d’autres planètes, mais de l’intérieur de la Terre, où existe une civilisation très en avance sur la nôtre en
    matière d’aéronautique, utilisant les soucoupes volantes pour leurs voyages aériens, et se propulsant à la
    surface de la Terre par l’intermédiaire des ouvertures polaires. La Terre creuse 12
    Voici comment Palmer explique son point de vue
    « La Terre est-elle bien connue ? N’existe-t-il aucun endroit sur Terre qui pourrait nous fournir une
    explication possible sur l’origine des soucoupes volantes ? Il y en a deux. Ils se trouvent dans l’Arctique et
    dans l’Antarctique.
    « Les deux vols de l’amiral Byrd aux pôles prouvent que la configuration de notre globe dans ces
    régions a quelque chose « d’étrange ». Byrd s’envola vers le pôle Nord, mais ne s’y arrêta pas. Il continua
    au-delà, sur une distance de 2 700 kilomètres, puis fut obligé de rebrousser chemin, car sa réserve d’essence
    diminuait. Comme l’appareil progressait au-delà du pôle, apparurent des régions libres de glace, avec des
    lacs et des montagnes couvertes d’arbres, et même à un moment un animal monstrueux qui ressemblait à un
    mammouth de l’Antiquité. Tout cela fut rapporté par les occupants de l’avion. Pendant presque la totalité du
    voyage, l’appareil survola un paysage de montagnes, de forêts, de lacs et de rivières.
    « Quel était ce pays inconnu ? Est-ce que Byrd en naviguant plein nord était entré dans l’intérieur
    creux de la Terre à travers l’ouverture polaire ?
    « Avec la dernière expédition de Byrd au pôle Sud, nous pénétrons une fois de plus dans une région
    mystérieuse et inconnue, dont il n’est fait mention sur aucune carte. Et une fois de plus, après la première
    annonce de l’événement, c’est le silence total. Des millions de gens apprennent la chose – et quelle chose !
    Elle mériterait au moins quelques commentaires. Mais rien ! La curiosité du public s’aiguise… dans le vide.
    On se heurte à un mur. Vraiment étrange…
    « Et pourtant les faits sont là. Aux deux pôles existent de vastes étendues de terre inconnues, apparemment habitables, dont la superficie peut à peine être calculée. Cette superficie doit être énorme, peut-
    être aussi grande que celle des Etats-Unis tout entiers en ce qui concerne le pôle Nord, et encore plus
    grande au pôle Sud.
    « Les soucoupes volantes pourraient venir de ces deux terres inconnues " au-delà des pôles ". Notre
    opinion est que l’existence de ces terres ne peut être réfutée par personne, si l’on veut bien considérer sans
    préjugés les faits que nous venons d’énoncer. »
    Voilà ce que dit Ray Palmer. Et une fois de plus la question essentielle est posée. Si l’amiral Byrd a
    proclamé devant tous que son expédition au pôle Sud était « la plus importante de l’histoire du monde », et
    si, au retour, il a ajouté : « La présente expédition a ouvert une nouvelle et vaste terre », par quel
    phénomène étrange et inexplicable une telle découverte est-elle pratiquement entrée dans l’oubli ? Des
    raisons politiques.
    Il n’y a qu’une seule réponse rationnelle à ce mystère. Après la brève annonce publiée dans la presse
    américaine, et basée sur le rapport radio de Byrd, toute publicité ultérieure a été supprimée par le
    gouvernement, pour qui Byrd travaillait, et qui avait des raisons politiques importantes à cacher cette
    découverte. Car les terres étranges survolées par l’amiral aux deux pôles sur une distance totale de 6 400
    kilomètres sont probablement aussi grandes que l’Amérique du Nord et l’Amérique du Sud réunies. Et il
    est évident que le gouvernement des Etats-Unis a craint qu’un autre pays n’entreprenne des vols similaires et
    n’aille plus loin, jusqu’à revendiquer ces territoires pour son propre compte.
    « Considérant tout cela, écrit Ray Palmer, il n’est pas étonnant que les nations du monde entier se
    soient soudain vivement intéressées aux régions polaires – et particulièrement à l’Antarctique – et qu’elles
    aient entrepris des explorations de grande envergure. »
    Cette terre, centre du mystère.
    Palmer estime que le nouveau territoire découvert par Byrd, et qui n’est mentionné sur aucune carte,
    se trouve à l’intérieur, et non à l’extérieur de notre globe. C’est pour cela que le grand explorateur l’a appelé
    « le Grand Inconnu ». La Terre creuse 13
    Après avoir discuté de la signification du terme « au-delà » employé par Byrd, et non « au-dessus »
    ou « au travers » des pôles, Palmer conclut que la terre inconnue de Byrd se situe à l’intérieur des
    concavités polaires, et qu’elle jouit d’un climat chaud puisqu’on y découvre une végétation verte et une vie
    animale.
    Voici ce qu’écrit encore Ray Palmer sur la question
    « En février 1947, l’amiral Richard E. Byrd fit la déclaration suivante : « J’aimerais voir cette terre audelà du pôle. Cette terre qui est le centre du Grand Inconnu. »
    « Des millions de gens lurent cette déclaration dans leurs journaux quotidiens. Des millions de gens
    se passionnèrent pour le vol de Byrd au-delà du pôle Nord. Des millions de gens entendirent la description
    radiodiffusée du vol, qui fut publiée aussi par les journaux.
    « De quelle terre était-il question ? Regardez une carte. Calculez les distances de tous les points
    connus Sibérie, Spitzberg, Alaska, Canada, Finlande, Norvège, Groenland, Islande… Ils sont à peu près tous
    à moins de 2 700 kilomètres du pôle. Et pourtant Byrd n’a survolé aucune terre connue. Ce qu’il a
    découvert, il l’a nommé lui-même « le Grand Inconnu ». Et combien grand, en effet ! Car après 2 700
    kilomètres de vol, il fut contraint de faire demi-tour par manque d’essence, et à ce moment il était loin
    d’avoir atteint les limites de ce territoire. Il n’aurait dû voir au-dessous de lui qu’un océan en partie bloqué
    par les glaces. Au lieu de cela, il survola des montagnes couvertes de forêts!
    « De forêts !
    « Incroyable ! L’extrême limite des régions boisées se situe assez bas dans l’Alaska, le Canada et la
    Sibérie. Au nord de cette ligne, aucun arbre ne pousse ! Ce qui veut dire que, logiquement, tout autour du
    pôle Nord, on ne doit apercevoir le plus petit arbre dans un rayon de 2 700 kilomètres !
    « Alors ?
    « Alors il faut croire que l’amiral Byrd a bien pénétré dans cette terre au-delà du pôle, cette terre qu’il
    désirait tant voir parce qu’elle était le centre du mystère.
    Un problème de navigation.
    « Pourtant, aujourd’hui, on ne trouve fait mention nulle part de cette terre mystérieuse. Pourquoi ? Le
    raid accompli par Byrd en 1947 était-il une fiction ? Les journaux ont-ils tous menti ? Menti aussi le radio qui
    émettait de l’avion de Byrd ?
    « Non, l’amiral Byrd a bien volé au-delà du pôle. « Au-delà ?
    « Que voulait dire l’amiral quand il a employé ce mot ? Comment est-il possible d’aller " au-delà " du
    pôle ? Réfléchissons un instant. Imaginons que nous soyons transporté d’un coup de baguette magique au
    point exact du pôle Nord magnétique. Nous y arrivons instantanément, sans savoir de quelle direction nous
    venons. Tout ce que nous savons, c’est que nous voulons aller du pôle au Stipzberg. Mais où est le Spitzberg ?
    Quelle direction devons-nous prendre ? Celle du Sud, bien sûr ! Mais quel Sud ? Du pôle Nord, toutes les
    directions vont vers le Sud !
    « C’est un simple problème de navigation. Toutes les expéditions polaires, terrestres, maritimes, ou
    aériennes, ont dû faire face à ce problème. Ou bien elles doivent revenir sur leurs pas, ou bien il leur faut
    découvrir quelle direction vers le Sud est la bonne, et cela quel que soit l’objet de la destination. Le problème
    est résolu de la façon suivante : on choisit une direction au hasard, n’importe laquelle, et on avance d’une
    vingtaine de milles ; puis on s’arrête, on fait le point à l’aide des étoiles et de la boussole (l’aiguille aimantée
    n’est plus dirigée vers le bas mais vers le pôle Nord magnétique), et on trace la route sur la carte. Si on veut
    aller au Spitzberg, pour reprendre notre exemple, c’est alors facile de prendre la bonne direction vers le Sud. La Terre creuse 14
    « L’amiral Byrd, lui, n’a pas suivi ce procédé traditionnel de navigation. Une fois le pôle atteint, il
    continua sa route plein Nord sur une distance de 2 700 kilomètres. Et aussi étrange que cela paraisse, il a
    atteint cette « terre au-delà du pôle » qui, jusqu’à ce jour, si nous consultons les archives des journaux, des
    livres, de la radio et de la télévision, n’a jamais plus été explorée.
    « Cette terre, sur les cartes actuelles, ne peut pas exister. Et pourtant… elle existe, comme nous
    venons de le voir. Il faut donc en conclure que les cartes actuelles sont inexactes, incomplètes, et ne donnent
    pas une véritable image de l’hémisphère Nord.
    « Quoi qu’il en soit, il ne fait aucun doute pour nous qu’a été localisée dans le Nord une vaste étendue de
    terre – le centre du Grand Inconnu – dont les 2 700 kilomètres parcourus par Byrd ne sont qu’une infime
    partie. »
    Un black-out étrange,
    Une découverte aussi importante aurait dû être universellement connue. Seulement voilà, comme nous
    l’avons dit, le gouvernement américain fit le blackout total sur cette affaire, et il y réussit si bien qu’elle était
    pratiquement oubliée lorsque Giannini s’avisa de la mentionner dans son livre : Mondes au-delà des pôles,
    publié à New York en 1959. Mais là encore, par quelque étrange et obscure raison, le livre de Giannini ne
    reçut pas la publicité qu’il méritait et n’atteignit pas le grand public.
    Cependant, à la fin de cette même année 1959, Ray Palmer prit connaissance de cet ouvrage, et il fut
    tellement impressionné par l’aventure fabuleuse de Byrd qu’il en parla aussitôt dans son magazine
    Soucoupes volantes, largement distribué dans tous les Etats-Unis. L’information parut dans le numéro de
    décembre 1959. A la suite de quoi se produisit une série d’incidents bizarres indiquant que des forces
    secrètes étaient à l’œuvre pour couper court à cette information et l’empêcher d’atteindre la grande masse
    des lecteurs. Quelles étaient ces forces secrètes ? Et quelles raisons particulières pouvaient-elles avoir de
    faire obstacle à une telle publication ? La réponse est facile : ces forces étaient les mêmes que celles qui
    avaient opéré au lendemain de la découverte de Byrd, et elles avaient les mêmes raisons de s’opposer à tous
    commentaires concertant cette découverte.
    Les révélations de Palmer sur les découvertes de Byrd dans l’Arctique et l’Antarctique donnèrent pour
    la première fois une large publicité à l’extraordinaire aventure de l’explorateur. Elles avaient une portée plus
    grande que les chapitres que leur avait consacrés
    Giannini dans un livre au tirage restreint et qui n’avait bénéficié d’aucun lancement. C’est pour cela
    qu’on chercha à stopper leur divulgation sur une grande échelle.
    Des incidents bizarres.
    Le numéro de Soucoupes volantes, daté de décembre 1959, était prêt à être distribué aux abonnés et
    mis en vente dans les kiosques, lorsqu’il fut retiré mystérieusement de la circulation. Quand la camionnette
    venant de l’imprimerie avec les paquets de magazines arriva chez l’éditeur, on n’y trouva plus le moindre
    exemplaire. Elle était vide ! L’éditeur téléphona à l’imprimeur. Qu’est-ce que cela voulait dire ? L’imprimeur
    chercha dans ses papiers, mais ne trouva aucun récépissé prouvant que l’expédition avait été faite. Le tirage
    de ce numéro ayant été payé, l’imprimeur fut prié de remettre les presses en marche et de faire un nouveau
    tirage. Mais, coïncidence étrange, les clichés étaient en si mauvais état qu’une réimpression immédiate était
    impossible.
    Où étaient passés les milliers d’exemplaires qui avaient été imprimés ? Pourquoi n’avait-on pas
    retrouvé le bon d’expédition ? S’il avait été égaré, et si les magazines avaient été envoyés à une mauvaise
    adresse, ils auraient dû être retournés à l’expéditeur. Or, ils ne le furent pas.
    Résultat : 5 000 abonnés ne reçurent pas le magazine. Un distributeur qui avait 750 exemplaires à
    vendre fut porté disparu, et les 750 exemplaires s’évanouirent avec lui. Les magazines avaient été envoyés
    avec prière de les retourner en cas de non réception. On ne les revit jamais. Bref, ce fameux numéro de La Terre creuse 15
    décembre 1959 disparut complètement. Néanmoins, plusieurs mois après, il était réimprimé et envoyé aux
    abonnés.
    Quelle bombe contenait donc ce magazine ? Simplement – et c’était beaucoup – un compte rendu du
    vol de l’amiral Byrd au-delà du pôle Nord, en 1947. C’était suffisant pour le faire considérer comme
    dangereux par les forces occultes qui tentaient de maintenir à tout prix le black-out sur les découvertes de
    Byrd.
    La théorie de Giannini.
    De larges passages du livre de Giannini, Mondes au-delà des pôles, étaient cités dans le magazine.
    Voici ce qu’écrit Giannini
    « Depuis le 12 décembre 1929, les expéditions polaires de la Marine U.S. ont constaté l’existence
    d’une terre indéterminée au-delà des pôles.
    « Le 13 janvier 1956, alors que ce livre était en préparation, une unité de l’Air U.S. pénétrait sur une
    distance de 3 700 kilomètres au-delà du pôle Sud, qu’on supposait être le bout du monde. Pour des raisons
    majeures, cette randonnée mémorable fut négligée par la presse qui se contenta de la mentionner
    brièvement.
    « Les Etats-Unis, ainsi qu’une trentaine d’autres nations, préparèrent des expéditions polaires sans
    précédent au cours des années 1957-1958, ayant pour objectif de pénétrer dans cette terre au-delà des pôles.
    Lorsqu’en 1926 j’avais émis l’idée d’une terre inconnue située dans les hémisphères Nord et Sud, la presse
    avait décrété que cette affirmation était encore " plus audacieuse que tout ce que Jules Verne avait jamais
    imaginé ". »
    Et il est vrai, en effet, que le monde scientifique ne prêta aucune attention à l’étrange et révolutionnaire théorie géographique que Giannini présentait dans son livre. On l’ignora, on la considéra comme une
    fantaisie sans fondement, un délire relevant de la science-fiction. Et pourtant… Et pourtant les déclarations
    de l’amiral Byrd n’ont de sens que si on veut bien accepter cette théorie.
    Giannini écrit
    « Les extrémités nord et sud de la Terre n’ont pas de fin réelle. On ne peut pas en faire le tour, au sens
    propre du terme. Cependant certains vols qualifiés d’ " autour du monde " ont contribué à entretenir dans
    l’opinion l’idée fausse que la Terre peut être " circumnaviguée
    2
    " au nord et au sud.
    « Franchir le pôle Nord et revenir vers la zone tempérée, sans en faire le tour, est une chose impossible à réaliser. Il en est de même pour le pôle Sud. « L’existence de mondes au-delà des pôles a été
    confirmée par les explorations polaires U.S. au long des trente dernières années. La plus importante étant
    celle du plus vieil explorateur du monde, le vice amiral Richard E. Byrd. »
    On n’a jamais survolé le pôle.
    Commentant les déclarations de Giannini sur l’impossibilité de continuer plein nord après le pôle et
    d’atteindre l’autre côté de la Terre (ce qui serait le cas si la Terre était convexe au lieu d’être concave au
    pôle), Ray Palmer écrit dans son magazine
    « Beaucoup de lecteurs croient que des vols commerciaux franchissent continuellement le pôle et
    passent de l’autre côté de notre globe. Cela n’est pas vrai, bien que les officiels des lignes aériennes, quand
    on les questionne, prétendent le contraire. Et pourquoi n’est-ce pas vrai ? Parce qu’interviennent des
    manœuvres de navigation qui éliminent automatiquement tout vol en ligne droite au-delà du pôle.

    2
    Circumnavigation : voyage maritime (aérien) autour d’un continent. (NA.T.) La Terre creuse 16
    « En examinant le trajet des vols à travers les régions polaires, nous nous apercevons que ce trajet
    contourne toujours le pôle, ou passe à côté, mais qu’il ne le survole jamais. N’est-ce pas étrange ? Il ne fait
    aucun doute que si on annonçait un vol passant directement au-dessus du pôle Nord, il attirerait un grand
    nombre de passagers désireux d’éprouver une sensation nouvelle. Or, chose bizarre, aucune ligne aérienne
    n’a jamais offert un tel vol. Tous les itinéraires passent à côté de ce point stratégique. Pourquoi ? Ne seraitce pas parce que, si le pôle était vraiment franchi, l’avion, au lieu d’aborder l’autre côté du globe,
    s’enfoncerait dans cette terre au-delà du pôle, " le centre du Grand Inconnu ", comme l’appelait Byrd ? »
    Palmer suggère qu’une expédition avançant toujours plein nord devrait être organisée, reconstituant le
    trajet de l’amiral Byrd, et continuant sur sa lancée jusqu’à ce que soit atteint l’intérieur creux de la Terre.
    Apparemment, cela n’a jamais été tenté. Et pourtant la Marine des Etats-Unis possède dans ses archives un
    compte rendu des vols et des découvertes de Byrd. Peut-être faut-il chercher la raison de cet oubli dans la
    nouvelle conception géographique de la Terre au niveau des régions polaires. Conception qu’il est
    nécessaire d’accepter pour pouvoir donner toute leur signification aux découvertes de Byrd. Et comme,
    évidemment, les chefs de la Marine n’attachent pas une grande importance à cette théorie – quand ils ne
    l’ignorent pas -, il leur a été difficile d’apprécier à leur juste et réelle valeur les rapports de l’amiral.
    Ce qu’a dit plus haut Palmer, concernant les routes aériennes commerciales qui ne passent pas audessus du pôle Nord, semble fondé à la lumière des nouvelles découvertes soviétiques sur le pôle magné-
    tique.
    Les Russes ont trouvé que le pôle magnétique n’était pas un point, mais une ligne. Cette ligne, nous
    pensons, quant à nous, qu’elle est circulaire et qu’elle délimite les bords de la concavité polaire. De sorte
    que n’importe quel point sur ce cercle pourrait être identifié au pôle Nord magnétique. Il serait alors
    impossible aux avions de traverser le pôle Nord, celui-ci se situant au centre de la dépression polaire, et non
    à la surface de la Terre. En effet, quand les pilotes croient atteindre le pôle Nord, après avoir fait les
    corrections habituelles de navigation, ils se trouvent en réalité sur le bord de la concavité polaire, là où se
    tient le pôle magnétique.
    Une technique de vol pour entrer dans la dépression polaire,
    Se référant à l’ouvrage de Giannini, Palmer commente
    « Ce livre étrange nous fournit la preuve définitive que la Terre revêt une forme étrange aux pôles.
    Elle n’est pas nécessairement creuse d’un bout à l’autre, mais se présente un peu comme un beignet qui
    aurait beaucoup gonflé en cuisant et laisserait apparaître une profonde dépression à chaque extrémité.
    « Aucun être humain n’a jamais volé directement au-dessus du pôle Nord et continué tout droit. Moi,
    je pense que ce devrait être fait, et fait immédiatement. Et je voudrais être sûr qu’un tel vol ne se terminerait
    pas dans une des régions environnant le pôle, exactement à l’opposé du point de départ. Il serait utile
    d’apporter un soin particulier à la technique de navigation. Premier point : éliminer la boussole ou la
    triangulation sur les cartes existantes, et utiliser uniquement le gyrocompas qui permet de garder une
    direction droite, constante et invariable depuis l’instant du décollage jusqu’à celui de l’atterrissage. Et pas
    seulement un gyrocompas à plan horizontal, mais un aussi à plan vertical (une fois entré dans l’ouverture
    polaire). Voilà un point positif, indiscutable.
    « On sait qu’un gyrocompas horizontal, comme il en existe actuellement, permet à un avion de gagner
    continuellement de la hauteur à mesure que la Terre décrit une courbe au-dessous de lui. Or, suivant notre
    théorie de la dépression polaire, cela signifierait que lorsqu’un avion entre dans cette dépression le gyrocompas devrait indiquer une augmentation d’altitude plus importante que celle qu’il enregistrerait normalement, cette différence étant attribuable à la courbure intérieure de la Terre au pôle. Si l’avion poursuit sa
    route vers le Nord, cette augmentation d’altitude ira croissant ; mais si, par contre, l’appareil essaie de se
    maintenir à la même hauteur, il suivra la courbe interne de la dépression polaire et plongera dans le creux
    intérieur de la Terre. » La Terre creuse 17
    Une série d’articles de Giannini.
    Voici maintenant ce qu’écrivit Giannini à un lecteur de Soucoupes volantes qui lui demandait certaines
    précisions
    « Le bureau de la Recherche navale de New York avait aimablement accordé à l’auteur la permission
    d’envoyer un message radio à l’amiral Byrd, message adressé à sa base arctique en février 1947, et lui
    souhaitant bonne chance.
    « L’amiral Byrd venait d’annoncer dans la presse " J’aimerais voir la terre au-delà du pôle. Cette terre est
    le centre du Grand Inconnu. " A la suite de cela, Byrd et un corps expéditionnaire effectuèrent un vol de sept
    heures sur une distance de 2 700 kilomètres au-delà du pôle Nord considéré comme le " bout " de la Terre.
    « En janvier 1947, avant le fameux vol, l’auteur réussit à vendre une série d’articles à une agence
    internationale de presse, et cela uniquement en donnant l’assurance au directeur de l’agence que Byrd irait
    véritablement au-delà de ce point fictif qu’est le pôle.
    « Le résultat ne se fit pas attendre. Dès que les articles parurent dans la presse, le bureau des Renseignements de la Marine rendit visite à l’auteur. Cette enquête prouvait en tout cas une chose : que les
    théories révolutionnaires de l’auteur n’étaient pas aussi fantaisistes qu’on voulait bien le croire, et qu’elles
    trouvaient une confirmation définitive dans le vol de Byrd.
    « Plus tard, en mars 1958, l’auteur prononça une allocution radiophonique dans le Missouri, dans
    laquelle il soulignait l’importance de la découverte de l’amiral Byrd. »
    Evoquant les comptes rendus de la presse new-yorkaise sur l’expédition de Byrd de février 1947,
    Giannini écrit
    « Ces dépêches, décrivant le vol de Byrd au-dessus de terres et de lacs d’eau douce, se multiplièrent
    jusqu’au moment où une censure stricte fut imposée de Washington. »
    A la porte du Royaume intérieur de la Terre.
    Un autre écrivain américain s’intéressant aux UFOs, Michael X, impressionné par les découvertes de
    Byrd, arriva à la conclusion que les soucoupes volantes venaient d’une civilisation avancée à l’intérieur de la
    Terre. Byrd en avait visité les zones limitrophes. Michael X décrit ainsi le voyage de Byrd
    « Il y avait une étrange vallée au-dessous d’eux. Cette vallée, bizarrement, n’était pas couverte de glace,
    comme cela aurait dû être le cas. Elle était verte et luxuriante. Il y avait des montagnes avec d’épaisses forêts,
    de l’herbe grasse et des broussailles. Encore plus stupéfiant, un immense animal fut observé, avançant dans
    ces broussailles. Dans une région de glace, de neige et de froid intense, c’était à peine croyable.
    « Quand l’amiral entra dans ce territoire inconnu, où se trouvait-il en réalité ? A la lumière des
    théories de Marshall Gardner, on peut répondre qu’il était précisément à la porte du Royaume intérieur de la
    Terre.
    « L’Alaska et le Canada ont fourni ces derniers temps un grand nombre de témoignages de gens qui
    avaient aperçu des soucoupes volantes. Y a-t-il un rapport avec la " terre au-delà du pôle " – ce territoire
    inconnu situé à l’intérieur de notre globe ?
    « Nous pensons que si les soucoupes volantes sortent de l’intérieur de la Terre, et y retournent en
    passant par les ouvertures polaires, il est logique qu’elles soient aperçues d’une manière beaucoup plus
    fréquente par les habitants de l’Alaska et du Canada, ces pays étant évidemment très proches du pôle. »
    L ‘ O a s i s d e B u n g e r . La Terre creuse 18
    Les observations ci-dessus – qui font état d’une forte concentration de soucoupes volantes dans la
    région arctique – correspondent à de semblables observations faites par Bender et Jarrold dans l’Antarctique. Certains experts pensent d’ailleurs que l’Antarctique sert de base d’atterrissage aux UFOs. Quoi
    qu’il en soit, suivant la théorie développée dans le présent ouvrage, une chose est sûre : c’est par les
    ouvertures polaires qu’on peut avoir accès au Monde intérieur de la Terre, c’est donc par là que passent les
    soucoupes volantes qui sont les super-engins aériens de ce monde. Aimé Michel, dans sa théorie de la «
    ligne droite », prouve que les soucoupes volantes ont presque toutes le même type de vol, suivant une
    direction nord-sud. Ce qui confirmerait encore, s’il en était besoin, leur origine polaire.
    En février 1947, à peu près à l’époque où l’amiral Byrd accomplissait son vol mémorable au-delà du
    pôle Nord, une importante découverte était faite dans l’Antarctique, celle de « l’Oasis de Bunger ».
    Le capitaine David Bunger était aux commandes d’un des six grands appareils de transport utilisés par
    la Marine américaine pour « l’Opération High-jump » (1946-1947). Il avait quitté la base de Shackleton,
    près de la Côte de la Reine Marie, dans la Terre de Wilkes, et il volait vers l’intérieur du continent
    antarctique, lorsque, à environ 6 kilomètres du littoral, il aperçut une région sans glace, avec des lacs.
    Ces lacs étaient de différentes couleurs. Cela allait du rouge sombre au bleu profond, en passant par
    le vert. Ils avaient tous plus de 4 kilomètres de longueur. L’eau était plus chaude que dans l’océan. Bunger
    put le vérifier en posant son hydravion sur l’un de ces lacs. La grève était en pente douce.
    L’oasis représentait grossièrement un carré. Au-delà, c’était une étendue sans fin de neige éternelle et
    de glace. Deux des côtés de l’oasis se dressaient à près de trente mètres de hauteur et étaient constitués de
    grands murs de glace. Les deux autres côtés étaient moins abrupts.
    La présence d’une telle oasis en plein Antarctique semblerait indiquer dans cet endroit précis des
    conditions de températures plus clémentes. Tel qu’il en existerait si l’oasis se trouvait justement dans la
    dépression polaire sud ! On peut difficilement expliquer autrement les choses. Dire que cela résulte d’une
    activité volcanique souterraine n’est pas une réponse satisfaisante. Ce territoire sans glace représente une
    surface d’environ 600 kilomètres carrés, étendue trop importante pour être affectée par une source de chaleur volcanique. Les courants de vent chaud en provenance de l’intérieur de la Terre sont une meilleure
    explication.
    Ainsi, Byrd dans l’Arctique et Bunger dans l’Antarctique ont découvert à peu près à la même époque
    des régions bénéficiant d’une température presque chaude. Mais ils n’ont pas été les seuls.
    Il y a quelque temps, un journal de Toronto, le Globe and Mail, publiait une photo d’une vallée
    verdoyante, prise par un aviateur dans la région arctique. Evidemment, l’aviateur avait pris le cliché en vol
    et n’avait pas cherché à atterrir. C’était une belle vallée avec des collines vertes, appartenant certainement à
    ce même territoire que Byrd avait visité au-delà du pôle. Cette photo fut publiée en 1960. La Terre creuse 19
    Récit d’un voyage à l’intérieur de la Terre.
    Autre confirmation de la découverte de l’amiral les relations d’individus affirmant qu’ils étaient entrés
    dans la dépression polaire nord (comme beaucoup d’explorateurs de l’Arctique le firent sans le savoir) et
    avaient atteint le Monde souterrain dans l’intérieur creux de la Terre.
    Le Dr Nephi Cottom, de Los Angeles, a rapporté qu’un de ses patients, un homme d’origine nordique,
    lui avait fait le récit suivant
    « J’habitais près du cercle arctique, en Norvège. Un été, je décidai avec un ami de faire un voyage en
    bateau et d’aller aussi loin que possible dans le Nord. Nous fîmes donc une provision de nourriture pour un
    mois et primes la mer. Nous avions un petit bateau de pêche muni d’une voile, mais aussi d’un bon moteur.
    « Au bout d’un mois, nous avions pénétré très avant dans le Nord, et nous avions atteint un étrange
    pays qui nous surprenait par sa température. Parfois il faisait si chaud la nuit que nous n’arrivions pas à
    dormir.
    (Les explorateurs arctiques qui se sont enfoncés dans les régions polaires ont fait de semblables
    observations sur ces hausses de température qui parfois les poussaient à ôter leurs lourds vêtements chauds.
    - L’AUTEUR.)
    « Nous vîmes plus tard quelque chose de si étrange que nous en restâmes muets de stupeur. En pleine
    mer, devant nous, se dressait soudain une sorte de grande montagne dans laquelle, à un certain endroit, l’océan
    semblait se déverser ! Intrigués, nous continuâmes dans cette direction, et nous nous trouvâmes bientôt en
    train de naviguer dans un vaste canon qui conduisait au centre du globe. Nous n’étions pas au bout de nos
    surprises. Nous nous rendîmes compte un peu plus tard qu’un soleil brillait à l’intérieur de la Terre!
    « L’océan qui nous avait transportés au creux de la Terre se rétrécissait, devenait graduellement un
    fleuve. Et ce fleuve, comme nous l’apprîmes plus tard, traversait la surface interne du globe d’un bout à l’autre,
    de telle sorte que si on en suivait le cours jusqu’à son terme on pouvait atteindre le pôle Sud.
    « Comme nous le constatâmes, la surface interne de notre planète comprenait des étendues de terre et
    d’eau, exactement comme la surface externe. Le soleil y était éclatant, et la vie animale et végétale s’y développait abondamment.
    « Au fur et à mesure que nous avancions, nous découvrions un paysage fantastique. Fantastique parce
    que chaque chose prenait des proportions gigantesques, les plantes, les arbres… et aussi les êtres humains.
    Oui, les êtres humains ! Car nous en rencontrâmes, et c’était des GÉANTS.
    « Ils habitaient des maisons et vivaient dans des villes semblables à celles que nous avons à la surface,
    mais de taille plus grande. Ils utilisaient un mode de transport électrique, une sorte de monorail qui suivait le
    bord du fleuve d’une ville à l’autre.
    « Certains d’entre eux aperçurent notre bateau sur le fleuve et furent très étonnés. Ils nous accueillirent
    amicalement, nous invitèrent à déjeuner chez eux. Mon compagnon alla dans une maison, moi dans une autre.
    «J’étais complètement désemparé en voyant la taille énorme de tous les objets. La table était colossale.
    On me donna une assiette immense, et la portion qu’elle contenait aurait pu me nourrir une semaine entière!
    Le géant m’offrit au dessert une grappe de raisin, et chaque grain était aussi gros qu’une pêche. Le goût en
    était délicieux. A l’intérieur de la Terre, les fruits et les légumes ont une saveur délicate, un parfum subtil.
    Rien de comparable avec ceux de "l’extérieur".
    « Nous demeurâmes chez les géants pendant une année, goûtant leur compagnie autant qu’ils appré-
    ciaient la nôtre. Nous observâmes au cours de ce séjour un certain nombre de choses aussi étranges
    qu’inhabituelles, toujours étonnés par l’ampleur des connaissances scientifiques dont faisaient preuve ces gens. La Terre creuse 20
    Durant tout ce temps, ils n’affichèrent jamais la moindre hostilité envers nous, et ils ne firent aucune objection
    quand nous décidâmes de repartir chez nous. Au contraire, ils nous offrirent même courtoisement leur
    protection au cas où nous en aurions eu besoin pour le voyage de retour. »
    Ces géants, de toute évidence, appartenaient à la race antédiluvienne des Atlantes. Ils s’étaient réfugiés
    à l’intérieur de la Terre pour échapper au déluge qui submergea leur continent.
    « Le Dieu qui fume. »
    Une expérience identique d’une visite à l’intérieur de la Terre, par l’ouverture polaire, fut rapportée
    par un autre Norvégien, Olaf Jansen, et consignée dans le livre The Smoky God (Le Dieu qui fume). Ce
    livre, écrit par Willis George Emerson, est basé sur le récit fait par Jansen à l’auteur de son extraordinaire
    voyage.
    Le titre : Le Dieu qui fume se rapporte au soleil central situé dans l’intérieur creux de la Terre. Etant
    plus petit et moins brillant que le nôtre, il donne l’impression d’être brumeux, comme entouré d’un nuage de
    fumée.
    Le livre relate la véritable expérience d’un Norvégien et de son fils qui, dans leur petit bateau de pêche,
    tentent avec un courage indomptable de trouver « la terre d’au-delà du vent du nord », dont ils ont entendu
    vanter la douceur et la beauté. Une extraordinaire tempête les projette dans l’ouverture polaire, et ils se
    retrouvent à l’intérieur de la planète où ils vont séjourner deux ans, pour ensuite revenir par l’ouverture opposée,
    au pôle Sud. Là, malheureusement, un iceberg coupe en deux le bateau.
    Le père est tué. Son fils est sauvé de justesse. Mais il passera vingt-quatre années de sa vie en prison,
    incarcéré pour déficience mentale. Personne n’avait cru à son histoire.
    Une fois relâché, il se garda bien de reparler de son aventure. Il devint pêcheur pour gagner sa vie. Au
    bout de vingt-six ans, ayant économisé assez d’argent, il partit pour les Etats-Unis, s’établit dans l’Illinois, et
    ensuite en Californie. Il avait près de 90 ans lorsque, par hasard, l’écrivain Willis George Emerson fit sa
    connaissance et devint son ami. Le vieillard lui raconta alors la fantastique aventure de sa jeunesse, lui
    montra les cartes qu’il avait dressées de l’intérieur de la Terre. Il n’avait jamais osé reparler de cela, de peur
    qu’on le prenne de nouveau pour un fou et qu’on l’enferme. Mais maintenant la mort était proche, et puis
    Emerson était son ami. Alors…
    Alors le vieillard mourut, et le livre Le Dieu qui fume, racontant son étrange périple, parut en 1908. Il y
    est question des gens qui habitent l’intérieur de la Terre, et que lui, Olaf Jansen, et son père ont rencontrés. Ces
    êtres vivent de 400 à 800 ans et possèdent une science très avancée. Ils peuvent se transmettre leurs pensées en
    utilisant certains types de radiations, et ils possèdent des sources d’énergie plus puissantes que l’électricité. Ainsi
    ces engins aériens qu’ils ont mis au point, et que nous appelons soucoupes volantes, sont-ils propulsés par une
    énergie supérieure, tirée de l’électromagnétisme de l’atmosphère. Quant à leur stature, elle est tout aussi
    remarquable. Ils mesurent entre trois et quatre mètres de haut.
    Il est intéressant de noter combien ce récit recoupe celui que nous avons cité plus haut. Pourtant ils sont
    tout à fait indépendants l’un de l’autre. De la même façon, la taille gigantesque des êtres humains correspond à
    celle des animaux, comme l’a mis en lumière l’amiral Byrd, qui, au cours de son vol au-

  18. Yano dit :

    C’est à peine croyable .
    Je viens tout juste de découvrir cette théorie qui bouleverse toutes nos croyances, ébranle nos certitudes.
    La chose qui me choque le plus, est l’existence de ce soleil intérieur.
    On nous maintient dans l’ignorance. On va à l’école du mensonge apprendre des fausses vérités scientifique.
    La science n’est plus un argument sauf pour celui qui mène l’expérience.
    Ou va t-on comme ça?
    Ça fait peur.
    Merci pour cet enrichissant article qui fait réfléchir.

  19. plop dit :

    plutôt que de nous monter des dossier bidons avec des suppositions et des photos satellites bidouillé , si les gars qui propagent ce genre de délire veulent vraiment prouver leurs dire et être à l’origine de la plus grande découverte depuis très longtemps
    he bien ils vont voir directement sur place ils prennent des photos des films , des vrais preuves ils n’auront aucun mal à trouver des gens près à gagner beaucoup d’argent en publiant leurs images
    et me dites pas que c’est difficile d’aller au pôle nord , il a des agences de voyage qui proposent la balade

    http://www.80-n.com/weekendpole.htm

    on peut aussi louer un avion dans le grand nord canadien pour aller le survoler , (quesque quelques milliers de dollar au regard d’une telle découverte ? )
    mais si ils restent bien gentiment le cul sur leur chaise derrière leur écran à essayer de vous faire avaler des couleuvres , c’est qu’ils savent très bien eux même qu’il n’y a pas de trou à voir au pôle , et qu’aucune des milliers de personnes qui qui on pu passer ou voir le pôle n’on jamais vu leur trou imaginaire !

  20. un simple terrien dit :

    tout a fait d’accord avec plop,
    C’est quand même hallucinant ce que certains peuvent avaler…
    C’est un peu inquietant, il faut raison garder mes amis…
    Ecoutez votre instinct dans ce tsunami médiatique.
    Retour aux sources.
    Jetez un oeil a "histoire recentiste" ca fait voyager aussi…

  21. dayana dit :

    petite info saviez vous qu’aucune ligne aérienne ne passe au dessus du pole nord? ils nous font croire le contraire mais elles passent bien loin du trou…pourquoi???

  22. Bernicial dit :

    Oui c’est une excellente question Dayana. :-)
    La réponse est évidente…non?
    Cela me fait penser à un vieil numéro de Paris match -si ma mémoire est bonne- où l’on voyait distinctement sur une photo prise de la face cachée de la Lune une base lunaire.Ils s’en sont rendus compte tardivement, ceux qui trafiquent toute photo pouvant être compromettante quant au maintien des masses dans l’ignorance, et ainsi comme par hasard, à partir de la publication d’un certain numéro du même magazine, ladite construction de cette même photo satellite a été retouchée et a littéralement disparu!
    Il va sans dire qu’il en est de même pour toute photo des pôles même si là aussi,des photos ont pu échapper à la censure.
    Et le président Obama, qu’a-t-il dit récemment à un enfant américain lors de son passage à Roswell :"Nous garderons nos secrets."
    Bref tout ce qui touche à la réalité extraterrestre est jalousement gardé.
    Autrefois, l’on croyait dur comme fer que la Terre était plate et l’on se moquait de ceux qui prétendaient le contraire et aujourd’hui, c’est exactement la même chose sauf que naturellement la connaissance humaine a encore progressé d’un degré.Cela découle de la nature humaine, toujours attachée à des attitudes farouchement conservatrices par peur de l’inconnu ou par l’orgueil de ne pas vouloir remettre en question ses théories et donc admettre leur imperfection.
    Comment ne pas se gausser des incrédules alors qu’il faut le rappeler, la civilisation humaine se déplaçait encore à cheval au siècle dernier?Comment une civilisation qui sort à peine d’une ère d’une faible connaissance technologique et scientifique peut-elle se targuer de ne pas demeurer encore ignorante pour l’essentiel d’une grande part de tous les secrets de l’Univers, y compris sur notre propre planète?
    Mais tout cela va changer car le phénomène ovni est là pour jouer un rôle majeur dans l’élévation de la conscience de l’humanité et si les observations ne cessent de devenir plus nombreuses, c’est que bientôt l’humanité peut espérer enfin être libérée du carcan de l’obscurantisme.

  23. Louis dit :

    Salut je trouve cette article très interessant et c’est vraie que sa laisse refléchir la derniere fois j’ai regarder une émission sur la terre et un chercheur disait qu’on connaissait que 10 % de la planéte on ne connais pas tout toutes c’est histoire avec L’atlantide de monde perdu de Jules Vernes avec son Livre on est encore dans l’ignorance on ne connais pas tout, je pense qu’il peut y avoir une part de vériter dans cette article je preferes dire une part sinon on va me traiter de manipulateur enfin bref a vous de faire votre propre opinion ! N’oubliez pas on ne nous dit pas tout ;)

  24. Delavigne dit :

    Peut-être saurons nous enfin la vérité le 21-12-2O12 ! Qui sait ?

  25. Giroux experience dit :

    Chutttttttttttttttttttttttttteeeeeeeeeeeeeeee

  26. Lemaire Max dit :

    voila j’entend des voi jusquà en croire se que jai vu une soucoupe volante vert qui flotter au-dessus de la mer, sur mon n’ile en polynésie française huahine mon ile

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

Suivre

Recevez les nouvelles publications par mail.

Joignez-vous à 1  080 followers

%d bloggers like this: