AU-DELÀ – L’étrange destin d’une statue tibétaine pillée par des nazis, et taillée dans une météorite

30/09/2012

La statue bouddhiste connue sous le nom « L’homme de fer ». (AFP PHOTO/Elmar Buchner/Stuttgart University)

 

C’est une histoire aux ingrédients hétéroclites : une statue tibétaine, des pilleurs nazis, une météorite. Relatée par le site du Guardian  vendredi 28 septembre, elle met en scène une figurine vieille d’un millénaire, connue sous le nom d' »Homme de fer », qui représente Vaisravana – une divinité bouddhiste protectrice du nord au Tibet.

Dans les années 1930, elle est volée par des SS d’Hitler, qui se piquent à cette époque d’un intérêt pour le Tibet, où ils partent en quête des origines de la race aryenne. La statuette, de 24 centimètres de haut, est ornée d’une croix svastika – un symbole hindouiste et bouddhiste qui porte chance et représente l’éternité, ou encore la roue de la vie (naissance, souffrance, mort et renaissance) –, qui inspira aux nazis leur croix gammée.

Dissimulée dans une collection privée, puis vendue en 2007, la statue est ensuite présentée au Dr Elmar Buchner de l’université de Stuttgart en Allemagne, pour l’analyser, raconte encore le Guardian. Résultats : le matériau sculpté s’avère être du fer très riche en nickel, issu d’une ataxite – « la classe de météorite la plus rare trouvée sur Terre ». Elle serait tombée il y a 10 000 à 20 000 ans, quelque part entre la Sibérie orientale et la Mongolie. Elle tombera bien plus tard entre les mains de Tibétains, qui la sculptèrent au XIe siècle, à une époque où le bouddhisme prenait son essor au Tibet et supplantait la religion bön. Pour le Dr Buchner, cité par le Guardian, si ces découvertes sont avérées, la pièce est « d’une valeur inestimable, et absolument unique au monde« .

 


Découverte d’une statue royale à Louxor

27/03/2008

Une expédition franco-égyptienne travaillant sur le site du temple de Karnak à Louxor a découvert une statue de taille réelle d’un roi de la XIIIe dynastie (entre 1781 et 1650 avant J-C), représentant Neferhotep Ier ou Neferhotep III.

« Ceci est très important parce que nous disposons de peu d’éléments pour connaître cette XIIIe dynastie, a expliqué Zahi Hawass, secrétaire général du Conseil Supérieur des Antiquités égyptiennes (CSAE), samedi à l’Associated Press depuis Louxor. Cette statue révèle une très grande qualité artisanale et artistique. »

« C’est l’une des plus belles statues », a-t-il ajouté, précisant que la découverte avait été faite il y a quelques semaines. Lire le reste de cette entrée »


<span>%d</span> blogueurs aiment cette page :