Jodie Foster contribue à sauver l’observatoire de la vie extraterrestre

20/08/2011

Le 18/08/2011 – Rita Santourian   –  http://www.planet.fr/dossiers-de-la-redaction-chasse-aux-extraterrestres-reprend-grace-a-2500-donateurs-dont-jodie-foster.96095.1466.html

Le SETI, l’Institut de recherche de la vie extraterrestre, qui sonde l’espace à la recherche de signes de vie venus d’ailleurs depuis 1984, est en danger faute de moyens. Il n’en fallait pas plus pour que des milliers de donateurs, plus ou moins connus, se mobilisent. Voici comment le SETI a été sauvé.

Vous connaissez l’institut SETI ? C’est le Search for Extraterrestrial Intelligence, traduisez la recherche d’une intelligence extraterrestre. Ce programme, mis au point aux Etats-Unis en 1984 vise, comme son nom l’indique, à établir le contact avec les extra-terrestres en captant des ondes émises depuis l’espace.  Comme vous pouvez vous en douter, le matériel nécessaire à ces recherches coûte assez cher. Voilà pourquoi, en avril dernier, le SETI était menacé, faute de fonds. Les recherches via le radiotélescope Allen dans le nord de la Californie avait même été suspendues à cette date suite à des compressions budgétaires.  C’était sans compter le support et la générosité de nombreux donateurs. 2557 pour être précis, dont des people, commeJodie Foster, qui a souhaité “transformer la science-fiction en réalité”. L’actrice a participé à cette collecte en souvenir du film « Contact », datant de 1997, dans lequel elle a joué une astronome souhaitant entrer en contact avec les extraterrestres. Grâce à ces dons, dont la somme a dépassé 200 000 dollars, la chasse aux extra-terrestres pourra reprendre dès septembre!

Voici un extrait du film Contact : La scène de la rencontre 

  


Sommes-nous préparés à une attaque extraterrestre?

15/08/2011

Il n’y a pas de procédure officielle en cas de contact ou d’invasion.

– Image tirée de «Plan 9 from Outer Space» d’Ed Wood (1959). –

Un objet volant non identifié a il y a peu contraint les responsables de l’aéroport chinois de Xiaoshan à retarder dix-huit atterrissages et décollages; Pékin a alors promis de mener une enquête. Les tabloïds ont aussitôt couvert l’affaire; le Sun britannique a fait une référence — totalement gratuite — à un «vaisseau spatial extraterrestre»; sur YouTube, une vidéo a suscité de nombreux commentaires relatifs à l’existence d’une vie extraterrestre. Alors, que se passerait-il si les petits hommes verts décidaient de nous rendre visite? Existe-t-il un plan d’urgence anti-extraterrestre?

Si l’on veut. Les extraterrestres n’intéressent pas particulièrement le gouvernement américain. L’US Air Force avait certes lancé un projet d’étude des Ovni en 1947, mais elle a mis fin aux recherches en 1969: elle n’avait pas été en mesure de découvrir des preuves de l’existence de véhicules extraterrestres ou de menaces pour la sécurité nationale. En 1992, le gouvernement a financé un projet Seti – Search for Extraterrestrial Intelligence –  mis en place par la NASA: le Microwave Observing Program avait pour mission d’effectuer des analyses ciblées des étoiles proches du système solaire; l’année suivante, le projet n’a pas été jugé suffisamment intéressant pour être reconduit.

Une liste de recommandations émise par le Seti

Il existe en revanche une ONG (fondée par l’Académie internationale d’astronautique) qui a pour fonction de «préparer, de réfléchir, de gérer, de conseiller et de consulter en vue d’un … éventuel signal permettant de prouver l’existence d’une intelligence extraterrestre.» Cette organisation (le Seti: Post-Detection Taskgroup) dirigée par le physicien théoricien Paul Davies a établi une liste de recommandations. Selon ce protocole (adopté en 1989), toute personne ayant détecté un signal radio suspect doit contacter les chercheurs du Seti; ces derniers l’aideront alors à vérifier la source du signal, et à déterminer si ce dernier prouve que nous ne sommes pas seuls dans notre univers.

Le Seti doit ensuite alerter l’Union astronomique internationale, les Nations unies ainsi que tous les organismes de recherche qui lui semblent appropriés. Et selon le principe de «finders keepers» [«qui trouve, garde»], l’annonce de la découverte revient à la personne l’ayant réalisée, les données devant toutefois être communiquées à la communauté scientifique internationale. En revanche, les coordonnées précises de la source ne doivent pas être révélées; sinon  toute personne munie d’un radiotélescope pourrait alors estimer avoir voix au chapitre.

La prochaine étape serait de déterminer si le signal détecté appelle ou non une réponse, et si oui, de son contenu – un processus qui, outre les scientifiques impliquerait plusieurs experts et hauts fonctionnaires. Il faudrait sans doute alors opter pour un message simple; quelques chiffres en binaire, par exemple. (Paul Davies et Ira Glass en discutent dans un épisode récent de This American Life).

Et si la réalité ressemblait à l’un de ces scénarios hollywoodiens tirés par les cheveux, dans lesquels nous détectons la présence d’un vaisseau extraterrestre; où les petits hommes verts nous envoient un message du type «Salutations, Terriens!»? Alors là, mystère et bouche cousue: en cas de contact direct, si le Pentagone et le reste des spécialistes de la question disposent d’une marche à suivre, cette dernière est tenue secrète. Elle dépendrait certainement de la nature du contact: pacifique ou violent; demande («Donnez-nous vos combustibles fossiles!») ou entraide scientifique (fusion froide…).

Planète colonisée

De nombreux scientifiques, comme Stephen Hawking, estiment  qu’une rencontre de ce type finirait mal pour nous – les humains joueraient alors le rôle des Indiens d’Amérique et les extraterrestres celui des colons européens. Hawking a récemment émis une théorie à ce sujet: «J’imagine qu’ils pourraient être condamnés à vivre dans d’immenses vaisseaux spatiaux, après avoir épuisé toutes les ressources naturelles de leur planète d’origine. Ces extraterrestres à la technologie extrêmement développée pourraient devenir des nomades, parcourant l’espace en quête perpétuelle de planètes à conquérir et à coloniser.»

La perspective du premier contact avec les extraterrestres vous inquiète? Si oui, faute de protocole officiel, vous pouvez vous tourner vers la très officieuse «Introduction to Planetary Defense : A Study of Modern Warfare Applied to Extra-Terrestrial Invasion». Tout comme Hawking, ses auteurs pensent que face aux extraterrestres, les humains ressembleraient fort aux Indiens de l’Amérique de 1492. Ils pensent également qu’étant donné la lenteur de la réaction des pays du monde entier au lendemain des catastrophes naturelles, il y a peu de chance pour que l’humanité puisse s’unir assez rapidement pour repousser une invasion. Selon les auteurs, de telles créatures nous surpasseraient vraisemblablement sur le plan technologique. Notre seul espoir? La guérilla urbaine.

Juliet Lapidos

Traduit par Jean-Clément Nau

Source : http://www.slate.fr/story/25183/sommes-nous-prepares-une-attaque-extraterrestre


E. T. : du soupçon à l’intime conviction

14/01/2011


L’astronome Frank Drake n’a rien d’un illuminé. Radioastronome, il est le père de Seti, le très populaire programme d’écoute et de recherche d’éventuels signaux d’origine extraterrestre. Interviewé par Ciel & Espace, à l’occasion d’un bilan réalisé autour du cinquantenaire de cette longue quête, il affirme que des signaux « éphémères » ont été captés et, dit-il, « je soupçonne qu’une petite fraction d’entre eux était d’origine extraterrestre ».

Que les choses soient claires : Frank Drake n’affirme pas avoir entendu les conversations d’une autre civilisation que la nôtre, mais « soupçonne » que certains des signaux captés par les radiotélescopes de Seti – des signaux qui ne se sont pas répétés et qui ont été enregistrés, alors que l’antenne du radiotélescope visait plusieurs étoiles dans le « faisceau » – ont une origine extraterrestre.

Ces émissions auraient été entendues par hasard dans le ciel, mais non localisées, et ce, au milieu d’un bruit de fond généré par le tintamarre électromagnétique de la Terre. Frank Drake prend-il ses désirs pour des réalités ? Sans aucun doute, répondront les détracteurs du programme Seti. Ceux-là ne croient pas que cette recherche soit pertinente et pensent qu’elle revient à chercher une aiguille dans une montagne de foin, sans savoir si celle-ci existe réellement. Pour d’autres, au contraire, la position de Drake est lucide et courageuse. Pour les promoteurs de Seti, l’enthousiasme initial a fait place au réalisme et à une organisation remarquable.

Depuis 1999, le réseau Seti@home, avec ses huit millions d’abonnés, est de fait le plus gros ordinateur virtuel du monde. Hors la prouesse d’organisation de ce réseau de calcul partagé, ces scientifiques ont su rebondir en rassemblant des fonds privés. De nouveaux instruments sont en cours de construction et la stratégie de recherche s’élargit à de nouvelles longueurs d’onde et aux transmissions lasers. Depuis quinze ans et la découverte d’un bon demi-millier d’exoplanètes, l’idée s’est imposée chez les astronomes que ces astres sont un sous-produit de la formation des étoiles. Et que, par milliards, nombre de ces planètes aient pu connaître des conditions favorables à l’émergence de la vie telle qu’elle est apparue sur Terre. Les premiers termes de la fameuse équation de Drake trouvent maintenant des valeurs…

Il est logique qu’en invoquant le « soupçon » légitime, son inventeur ait hâte de conclure ! A-t-il pour autant raison ? En s’éloignant du protocole initial qui veut qu’un signal ne soit considéré que s’il est répété, Frank Drake prend le risque de franchir une ligne jaune. Celle qui sépare la preuve scientifique de la conviction intime. Mais il remobilise ainsi ses troupes sans choquer les plus sceptiques. « Le scénario le plus probable est qu’un jour, nous captions un signal par hasard, une fuite », nous confie même l’un d’entre eux.
Critiqué et populaire à souhait, le programme Seti n’a pas fini de faire débat. En livrant ici ses soupçons, Frank Drake a bien l’intention de l’agiter.

Alain Cirou

Directeur de la rédaction

======================================================

EXTRAITS DE L’INTERVIEW DE FRANCK DRAKECiel & Espace : Quel bilan tirez-vous des 50 ans de recherches SETI ?

Franck Drake : Je retiens 2 choses : la première, c’est que cette recherche sera très longue. Nous devrons continuer à observer beaucoup, beaucoup d’étoiles et augmenter le nombre de canaux de recherche, que ce soit en radio ou en lumière visible. Cela signifie que nous avons besoin encore de plus de temps de télescope et d’équipements plus performants, donc d’argent pour les construire. La seconde chose, c’est qu’il y a véritablement des signaux, mais qu’ils sont éphémères. Nous les avons observés une fois, jamais deux.  Nous en avons détecté sans pouvoir prouver qu’ils étaient d’origine extraterrestre. Pour les voir à nouveau, il faut regarder la même cible un grand nombre de fois avec des instruments de plus en plus puissants. Car je soupçonne qu’une petite fraction d’entre eux étaient d’origine extraterrestre.

C&E : Voulez-vous dire que parmi les signaux enregistrés, certains pouvaient effectivement avoir été émis par une autre civilisation ?

Franck Drake : Tous les signaux que j’ai captés se sont révélés d’origine terrestre. Mais on m’a parlé de signaux détectés pendant d’autres recherches Seti, dont l’origine n’a pu être déterminée parce qu’ils n’ont pas été observés une seconde fois. Cette idée que certains signaux étaient d’origine extraterrestre est un soupçon d’ordre général.

C&E : Savez-vous quelles étoiles étaient alors pointées par las radiotélescopes ?

Franck Drake : Dans la plupart des cas, peut-être même dans tous les cas, le signal en question a été détecté alors que l’antenne n’était pas tournée vers une étoile en particulier. Très souvent, il y avait plusieurs étoiles dans le faisceau du radiotélescope. Certaines d’entre elles sont optiquement invisibles parce qu’elles sont obscurcies par la poussière interstellaire. Donc nous sommes certains qu’il y avait des étoiles dans le faisceau du télescope, mais nous ne savons rien à leur sujet. Elles ne sont probablement dans aucun catalogue d’étoiles. Pour moi, presque toutes les étoiles, sauf les plus massives, peuvent abriter la vie, dans quelque galaxie que ce soit. Récemment, on a découvert une planète autour d’une étoile en provenance d’une autre galaxie et qui avait été capturée par la nôtre. Bien que cela soit surprenant, cela montre que les planètes existent aussi dans d’autres galaxies.

Source  Ciel et espace

Via Zone Ufo


Quelque chose est en route vers la terre !

13/12/2010

A prendre avec Précaution, cette info serait un hoax, il n’y aurait pas de Craig Kasnov au Seti…

L’astrophysicien Craig Kasnov du SETI a annoncé l’approche de trois objets géants en direction de la Terre

Quelque chose est en route vers la terre !

L‘astrophysicien du SETI, Craig Kasnov a annoncé l’approche de trois objets géants inconnus se dirigeant rapidement en direction de la Terre. La longueur des « objets inconnus » est de l’ordre de plusieurs dizaines de kilomètres. L’arrivée de ces objets inconnus, selon les calculs des scientifiques, devrait être vers la mi-décembre 2012, date qui coïncide avec la fin du calendrier maya.

Un très grand nombre d’objets inconnus se rapproche rapidement de la Terre, dit l’astrophysicien Craig Kasnov. Ne me croyez pas non plus sur parole, vous pouvez vérifier cela par vous-même. Allez sur le site Sky Map à l’adresse suivante http://www.sky-map.org/ et entrez les coordonnées ci-dessous :

19 25 12 -89 46 03 – le premier objet est de grande taille

16 19 35 -88 43 10 – l’objet et en forme de cylindre

02 26 39 -89 43 13 – l’objet et en forme de cercle

Les participants au projet ont assurés que les objets sont tout à fait réels et l’agence spatiale américaine (NASA) tente de dissimuler des renseignements importants.

Aucun de ces objets ne peut être vu à partir de l’hémisphère nord.

Dans tous les cas, la seule chose que nous pouvons faire maintenant c’est d’attendre qu’ils arrivent, dit Kasnov. Bientôt, les objets célestes seront visibles avec un bon télescope.

Gardez vos yeux vers le ciel … la vérité est là.

Source: examiner.com

Traduit par ZONE-UFO.com

 

 

 

Craig Kasnov est-il astrophysicien? Fake ou réalité?

Voir l’article: http://www.zone-ufo.com/9513


Avons nous reçu un signal Extraterrestre de la planète Zarmina ?

17/10/2010

Un scientifique déclare  avoir reçu un signal extraterrestre
Article de Ken Pfeifer du Mufon du New Jersey

Avons nous déjà reçu un signal extraterrestre de la planète qui ressemble à la Terre, Zarmina ?

C’est ce que déclare un scientifique, disant qu’il a détecté une pulsation lumineuse suspecte dans la région de Gliese 581g il y a deux ans. Mais le reste de la communauté astronomique torpille ses déclarations, l’accusant de faire une erreur…ou pire.
Ragbir Bhathal, un astronome de l’Université de Sydney Ouest, est un membre de la branche australienne de SETI, l’organisation à but non lucratif, chargée entre autre choses de chercher des signals de radio extraterrestres d’une origine intelligente.

Lire la suite sur Ufo et Science


Les ovnis sont des vaisseaux controlés par une intelligence

28/08/2010

“Certains ovnis sont des vaisseaux extraterrestres intelligemment contrôlés,  et c’est la plus grande histoire du millénaire.”

Ces mots ne sont pas les élucubrations d’une personne dérangée à la recherche d’attention ou d’une camisole de force confortable, Stanton Friedman est non conformiste.

Employé pendant 14 ans en tant que physicien nucléaire pour des entreprises comme General Electric, General Motors, Westinghouse et General Aerojet Nucleonics, il a travaillé sur des programmes hautement classifiés impliquant des avions nucléaires, les fusées à  fission et  à fusion  des fusées.

En 1958, les ovnis ont retenu son attention, et Friedman a depuis donné des conférences sur ce sujet à plus de 700 collèges et des groupes professionnels dans les 50 états et dans le monde.

Le physicien nucléaire Stanton Friedman a consacré plus de 50 ans à la poursuite de la vérité scientifique des ovnis, et a été l’enquêteur civil sur le légendaire incident de  Roswell en 1947 au Nouveau Mexique.
« Après 53 ans d’enquête, je suis convaincu que nous avons affaire ici à un Watergate cosmique », at-il dit à AOL News. «Cela signifie que quelques personnes au sein des principaux gouvernements savent au moins depuis 1947 que certains ovnis sont des vaisseaux spatiaux extraterrestres. »

Dans le nouveau livre de Friedman, « La Science avait tort » co-écrit avec Kathleen Marden, « Il n’y a pas eu de pénurie de fortes proclamations négatives et de démystification des groupes et des individus qui refusent d’examiner les preuves … pour soutenir l’idée que certains ovnis sont d’origine extraterrestre. « écrit-il,

Friedman cite de nombreux cas de rencontres avec des ovnis, vécues par des témoins oculaires fiables et compétents, y compris un cas impliquant la Japan Airlines.

L’une des observations les plus crédibles d’un OVNI dans l’histoire est d’une série d’images prises à bord du navire brésilien Almirante Saldanha, le 16 janvier 1958. L’objet en forme de Saturne a été observé par l’équipage du navire et plusieurs scientifiques. L’OVNI approchait de l’île, faisant un virage serré avant de s’envoler rapidement. Juscelino Kubitschek, alors président du Brésil, a confirmé l’authenticité des photos.

« Un 747 dessus de l’Alaska a rencontré quelque chose qui faisait deux fois la taille d’un porte-avions, qui volait cercles autour du jet. Ils l’ont signalé à la terre, où les OVNI et le 747 ont été repérés sur le radar.

« L’explication des debunkers fut qu’il s’agissait de Jupiter! Un radar peut il repérer  Jupiter?  C’est totalement ridicule. Vous vous battez contre les forces du «mal», pourrait-on dire – l’arrogance et l’ignorance. « 

Alors que certains scientifiques pendant des années ont discrètement suggéré que la Terre a été visitée par les Extraterrestres, Friedman est le plus ouvert. Il est particulièrement irrité par l’attitude des scientifiques qui utilisent des télescopes radio et optiques dans la recherche d’intelligence extraterrestre, comme l’ Institut  SETI en Californie.

«Leur subsistance dépend de l’hypothèse selon laquelle il n’y a personne qui vient ici,  et si nous attendons assez longtemps, nous allons capter le signal et ce sera la plus grande découverte de l’histoire de l’homme, et ça aidera à résoudre tous nos problèmes .

« Ce qui me dérange c’est que les gens du  SETI vous diront qu’il n’y a pas de preuve pour les OVNIS. Eh bien, ils n’en ont certainement pas référencé, n’est ce pas ? non? Faux! « 

Si oui, pourquoi les scientifiques de renom refusent-ils  de considérer que la Terre peut être un lieu de villégiature pour les voyageurs d’un autre monde?

«Parce qu’ils auraient à admettre qu’ils avaient ignoré cette grande histoire depuis si longtemps et qu’ils avaient tort », dit Friedman. «avoir tort est quelque chose  que les scientifiques n’aiment pas admettre du tout. »

Au cours des 50 dernières années, de nombreuses enquêtes et sondages d’opinion ont indiqué que les gens sont très intéressés et, même, concernés au sujet des OVNIS.

Merci à  AOL News.

KEN PFEIFER MUFON NEW JERSEY

WWW.WORLDUFOPHOTOS.ORG

http://ufoweek.com/


Après WOW Un nouveau signal extraterrestre ?

19/05/2009

timthumb.phpLe Dr. Ragbir Bhathal, astrophysicien responsable du Projet “OZ OSETI” à l’Université de Sydney a déclaré au journal The Australian : “Je suis convaincu que s’il existe des civilisations extraterrestres intelligentes, elles émettraient plutôt des signaux laser“.*
En effet, au cours de la première semaine de Décembre 2008, l’équipe de Bhathal a détecté un puissant signal laser inhabituel, mais il ne s’est pas reproduit : “Nous n’écartons pas la possibilité d’un défaut matériel, ou qu’il s’agisse d’un phénomène astrophysique (comme un pulsar optique), ou une source indéterminée. Nous continuons de chercher.
Seti_Signal_Australie_Dec2008

Lire le reste de cette entrée »


%d blogueurs aiment cette page :