Ce « rayon tracteur » permet de défier la gravité

29/10/2015
Illustration crédit: huffingtonpost.fr/

Illustration crédit:
huffingtonpost.fr/

Article source:huffingtonpost.fr/

SCIENCE – C’est une figure classique de la Science-fiction, popularisée notamment par Star Wars et Star Trek: le « rayon tracteur ». Il est notamment capable de stopper un vaisseau spatial ou encore de capturer un terrien (ou une vache) et de le (la) faire léviter jusqu’à une soucoupe volante, par le fait d’une force impalpable et inconnue, souvent lumineuse.

Cette prouesse est en train de devenir réalité. En 2013, des scientifiques de l’université de St Andrews ont montré qu’il était possible d’utiliser des lasers pour « tracter » des molécules… mais uniquement microscopiques.

Mardi 27 octobre, des chercheurs de l’université de Bristol sont allés plus loin, rapporte Science mag. Et par un chemin détourné. Dans un article publié sur Nature, ils expliquent avoir réussi à maîtriser ce principe du rayon tracteur grâce au son.

Le résultat, en vidéo, est impressionnant, on a l’impression que la petite bille lévite. Mieux, elle ne tombe pas si on retourne la surface émettrice.

Suite

gif

Mise à jour Area 51 blog, le: 29/10/2015 à : 14h35.

area51blog


Une experte estime que les humains ne sont pas assez intelligents pour lire les messages extraterrestres

20/09/2015
Les humains ne seraient pas assez intelligents pour lire les messages extraterrestres | Getty Images/Stocktrek Images

Les humains ne seraient pas assez intelligents pour lire les messages extraterrestres | Getty Images/Stocktrek Images

Article source: huffingtonpost.fr/

 |  Par Nitya Rajan

Une experte estime que les humains ne sont pas assez intelligents pour lire les messages extraterrestres.

ESPACE – Les humains ne sont pas assez intelligents pour lire les messages extraterrestres, pour peu qu’ils existeraient. Voici la conclusion du Dr Nathalie Cabrol de l’Institut SETI (Search for Extra-Terrestrial Intelligence), un programme américain de recherche d’une intelligence extraterrestre.

S’exprimant pour le Daily Mail anglais, Nathalie Cabrol argumente: « Imaginons une civilisation qui aurait seulement 1000 ans de plus que la nôtre; qui peut savoir quel type de communication et la technologie qu’elle emploierait pour parler avec nous ».

« Nous ne faisons ici que gratter la surface. Nous cherchons des choses dans l’univers depuis notre propre point de vue, explique-t-elle. Nous avons tendance à poser des questions dans la façon dont nous le faisons nous-mêmes. Mais quel genre de processus de pensée une civilisation extraterrestre peut avoir, nous ne le savons pas vraiment ».

Selon le Dr Cabrol, « nous devons compter en ce moment un peu sur notre imagination pour comprendre ce que les extraterrestres sont en train de faire, et ne pas avoir peur de développer de nouvelles méthodes de recherches en conséquence ».

Ce qui est sûr, c’est que la recherche sur la vie extraterrestre a le vent en poupe. Cet été, un milliardaire russe, supporté par Stephen Hawking, a lancé un programme à 100 millions d’euros pour détecter des signaux provenant d’une civilisation extraterrestre…

Source

gif

Mise à jour Area 51 blog, le : 20/09/2015 à :11h35.

area51blog


27 Octobre 1954: Florence ( Italie) match de football interrompu par un O.V.N.I

26/10/2014
image source: disclose.tv

image source:
disclose.tv

Article source:disclose.tv

Envoyé par notre contact Patrick D « que nous remercions »  : 

Publié le 25/10/2014 sur le site web Disclose. 

Il y a 60 ans, un match de football a été interrompu  lorsque des objets volants non-identifiés ont été remarqués au dessus d’un stade à Florence  . Est-ce que des extraterrestres sont venus sur Terre, si non de quoi s’ agissait-il?

C’était le  27 Octobre 1954, une journée typique d’automne en Toscane.

Le puissant club de la Fiorentina jouait contre son rival local Pistoicese.

10.000 fans réunis dans la cuvette du Stadio Franchi Artemi regardaient la rencontre.

Mais juste après la mi-temps l’enceinte devint étrangement silencieuse- alors, un « rugissement » monta de la foule.

Les spectateurs ne regardaient plus le match mais regardaient le ciel en pointant du doigt . Les joueurs s’arrêtèrent de jouer, laissant rouler seule la  balle .

L’un des footballeurs sur le terrain était Ardico Magnini – il était la légende du club, il avait joué pour l’équipe nationale d’Italie en 1954.

 » Je me rappelle de tout , de A à Z , » dit-il.

« C’était quelque chose qui ressemblait à un oeuf et  qui se déplaçait lentement, lentement, lentement. Tout le monde regardait en l’air et il y avait aussi quelque chose de scintillant qui descendait du ciel, de couleur argentée. Nous étions abasourdis , nous n’ avions jamais vu quelque chose comme ça auparavant. Nous étions absolument choqués. « 

 Selon le rapport de l’arbitre, la partie a été suspendue parce que les spectateurs ont vu quelque chose dans le ciel.

Parmi la foule, se trouvait Gigi Boni, un fan de longue date de la Fiorentina .

« Je me souviens clairement d’avoir vu cette scène incroyable,«  dit-il.

Sa description des multiples objets diffère légèrement de celle de Magnini.

 » Ils se déplaçaient très vite et se sont arrêtés net.  Au total, cela a duré 2 à 3 minutes. Je voudrais les décrire comme ressemblant à des cigares Cubains. Leur apparence me rappelait juste des cigares Cubains. »

 Pendant de nombreuses années Boni revécut ce jour là dans son esprit. 

« Je pense qu’ils étaient extraterrestres.  C’est ce que je crois, et je ne vois pas d’autre explication .« 

 Un autre joueur, Romolo Tuci, toujours vaillant malgré ses 70 ans, acquiesce. 

« Dans ces années là, tout le monde parlait des extraterrestres , tout le monde parlait des O.V.N.I s et nous avons eu l’expérience, nous les avons vus nous les avons vus directement, pour de vrai. »

 L’incident du stade ne peut pas être simplement interprét2  comme une hystérie de masse- il y a eu de nombreuses observations d’O.V.N.I s dans de nombreuses villes à ,travers la Toscane ce jour là et les jours qui suivirent.

Selon les récits des témoins oculaires un rayon de lumière blanche a été vu dans le ciel en provenance de Prato, au nord de Florence.

Un autre homme savoure sa chance de parler de  cet événement , il s’agit de Roberto Pinotti, le président du centre national des O.V.N.I s en Italie. Il a écrit de nombreux livres sur les O.V.N.I s et sa maison située dans le centre de Florence est bourrée de souvenirs exotiques , des affiches de vieux films de séries B italiennes , des articles de journaux et des photographies floues de soucoupes volantes en noir et blanc  encadrées .

«  Les joueurs et le public étaient étonnés de voir ces objets au-dessus du stade « déclare Pinotti.

 »  A l’époque les journaux ont parlé de martiens , bien sûr maintenant, nous savons que ce n’est pas le cas- mais nous pouvons conclure qu’il s’agissait d’un phénomène intelligent, un phénomène technologique et un phénomène qui ne peut pas être lié à quoi que ce soit de connu sur Terre. »

Il est aussi intrigué par la substance tombée du ciel-que Magnini décrit comme quleque chose de scintillant de couleur argentée. 

  » Une vague de soucoupes volantes au-dessus de l’Italie,  » publiera le Domenica del Corriere trois ans plus tard.

Avec des remerciements à la fondation  du Corriere della sera pour l’utilisation du matériel de leurs archives historiques.

« C’est un fait qu’en même temps que des O.V.N.I s , étaient vus au-dessus de Florance, il y avait cette étrange substance collante qui tombait du ciel. ( que l’on nomme également cheveux d’ange) « déclare Pinotti. 

 » le seul problème est qu’ après une courte période, elle se désintègre. »

 A l’âge de dix ans il a lui même été témoin de ce phénomène.

« Je  me souviens, en pleine journée, avoir vu le toit des maisons  à Florence couverts de cette substance blanche pendant une heure et, comme la neige elle s’est juste évaporée. »

 » Personne ne sait ce que cette étrange substance à avoir avec les O.V.N.I s . « 

Diversement décrit par les témoins comme similaires à la ouate ou aux toiles d’araignée, la substance était difficile à  recueillir parce qu’elle se désintégrait au contact – mais certains étaient déterminés à découvrir  ce dont il s’agissait.

L’un d’entre eux était un journaliste du journal florentin  La Nazione, Giorgio Batini.

 En 2003 il déclarait dans une émission de la télévision Italienne , intitulé Voyager , comment ce jour là il reçut des centaines d’appels téléphoniques à propos des observations.

Depuis les bureaux de la Nazione au centre ville sa propre vue sur le ciel était bloquée par la cathédrale,  alors il monta sur le toit du bâtiment du journal pour voir ce dont tout le monde parlait .

L’homme de 81 ans, se rappelle avoir vu » des balles brillantes « se déplacer rapidement vers le dôme de la cathédrale.

 Batini est sorti pour enquêter. Il est tombé sur un bois à l’extérieur de la ville qui était couvert de la substance blanche.  En rassemblant plusieurs échantillons, qu’il roulait sur un bâton d’alumettes, et qu’il porta à l’institut d’analyses chimiques de l’université de Florence.

Lorsqu’il arriva là bas, il découvrit que d’autres avaient  fait la même chose.

Le laboratoire, dirigé par le scientifique respecté , le professeur Giovanni Canneri , soumis la substance à l’analyse spectographique et conclut qu’elle contenait des éléments bore ( Le bore est un élément chimique de symbole B et de numéro atomique 5.), silicone, calcium et magnésium et qu’elle n’était pas radioactive.

Malheureusement, cela ne fournit pas de réponses concluantes – et la substance fut détruite dans l’examen . Cela aurait-il pu provenir d’un O.V.N.I ?

 » C’est une idée absolument idiote . La science rejette totalement cette idée, » déclare James Mc Gaha, un pilote de l ‘US.Air Force devenu astronome. Depuis l’observatoire de Grasslands dans le sud-est de l’ Arizona il a passé plus de 40.000 heures à observer le ciel nocturne sans compter les heures supplémentaires qu’il a passé dans le cockpit des avions de chasse U.S.

 » Vous savez tout le phénomène O.V.N.I n’est rien d’autre que  du mythe, de la magie et de la superstition, enveloppés dans cette idée que d’une manière ou d’une autre les extraterrestres vont venir nous sauver , ou nous détruire, »dit-il.

 D’après Mc Gaha tout le spectacle, cheveux d’ange et tout le reste , n’était rien d’autre que des araignées en migration.  

 » Lorsque j’ai étudié ce cas au début, j’ai pensé que peut-être c’était une boule de feu, une météorite très brillante qui rentrait dans notre atmosphère. Elles peuvent être en forme de cigare avec des morceaux qui s’en détachent . Mais il est devenu clairement évident que c’était en réalité causé par les toiles de jeunes araignées, des toiles très très fines.

Les araignées utilsent ces toiles comme des voilures , elles les relient et vous obtenez un gros globe de cette matière dans le ciel et c’est ainsi qu’elles se déplacent d’un endroit à un autre. Elles se servent juste du vent  pour voler, et ces choses ont été enregistrées à 14.000 pieds ( 4,2672 kilomètres)au-dessus du sol. Alors quand le soleil éclaire ceci, vous obtenez toutes sortes d’effest visuels.

Lorsque cette matière se détache et tombe sur le sol, cela semble magique bien entendu « dit Mc Gaha.

« Mais je suis plutôt certain que c’est ce qui c’est passé ce jour là. »

 Cette théorie est validée par le fait que Septembre et Octobre sont les mois où les araignées de l’hémisphère nord migrent-et des migrations  spectaculaires d’araignées font toujours les gros titres de nos jours. Mais cela n’a pas convaincu tout le monde. 

 » Bien sûr je connais l’hypothèse des migrations d’araignées- c’est un pur non sens. C ‘est une vieille histoire et aussi une histoire stupide, «  ajoute Pinotti.

Il conteste la théorie des araignées à cause des analyses chimiques, des échantillons de » cheveux d’ange ».

La soie d’araignée est une protéine -un composant organique contenant du nitrogene, du calcium, de l’ hydrogène et de l’oxygène – pas les éléments qui auraient été trouvés dans les échantillons que Batini et les autres ont amenés à l’université. 

Sources et plus d’information :

The Day UFOs Stopped A Soccer Match

BBC is providing UFO Disclosure … why now ?

Spiders blamed for mass UFO sighting

( via bbc.com )

Source

Traduction Era et sylv1 pour Area 51 blog

area51blog

gif

Mise à jour Area 51 blog, le : 26/10/2014 à : 23h45.

area51blog


Un bien étrange phénomène a été observé dans le ciel de Fransèches (Creuse)

24/09/2013
  • © SAMY LOUSSIF Fransèches (Creuse)

    © SAMY LOUSSIF Fransèches (Creuse)

  • Source: france3.fr
  • fr3
  • Par Christian Bélingard France3 Limousin 

  • Publié le 24/09/2013 | 11:33, mis à jour le 24/09/2013 | 17:07

  • Une « très grosse étoile » qui faisait des étincelles colorées dans le ciel a été vue notamment par une habitante d’un hameau de cette petite commune lundi soir.

Plusieurs autres personnes ont également assisté à cette étrange apparition nocturne, qui se serait également produite la veille. Le phénomène non identifié a été repéré entre 20h30 et 21h.. Le maire de Fransèches, Daniel Delprato, qui s’est rendu sur place ce matin pour vérifier les témoignages, nous l’a également confirmé, même s’il n’a rien vu lui-même. Pour certains, ce pourrait être Vénus qui est visible à la même heure. Mais cette hypothèse est contestée par un astronome du Puy-de-Dôme que nous avons joint. Ecoutez tout d’abord le témoignage de l’habitante de Fransèches:

écoutez interview

gif

Mise à jour Area 51Blog, le: 24/09/2013 à : 18h35.

area51blog


« Avec les exoplanètes, on a basculé de la science-fiction vers la science »

31/03/2012
Illustration de l'exoplanète Gliese 581e (en bleu) fournie par l'Observatoire européen austral (ESO), le 21 avril 2009.

Illustration de l'exoplanète Gliese 581e (en bleu) fournie par l'Observatoire européen austral (ESO), le 21 avril 2009.(ESO / AFP)

Depuis quelques mois, les annonces de découvertes d’exoplanètes pleuvent. Les scientifiques détectent environ tous les trois jours une de ces planètes situées hors de notre système solaire. FTVi s’est entretenu avec Jean-Loup Bertaux, directeur de recherche émérite au laboratoire « Atmosphères, milieux, observations spatiales » du CNRS, pour comprendre l’enjeu derrière cet emballement.

FTVi : Pourquoi un tel engouement autour des exoplanètes en ce moment ?

Jean-Loup Bertaux : C’est un domaine de recherche très récent. On n’avait aucune preuve de planètes existant hors de notre système solaire avant 1995. Cela a été une énorme révolution. Avant, on en discutait à titre philosophique. Depuis, nous savons que cela existe, ce ne sont plus des suppositions. Pour le résumer, on a basculé de la science-fiction vers la science. C’est très excitant, cela a remis au premier plan cette question existentielle : « Sommes-nous seuls dans l’univers ? » Personnellement, je n’y crois pas trop. Par exemple, il y a 200 milliards d’étoiles dans notre galaxie, la Voie lactée, et l’on sait maintenant qu’environ une étoile sur dix a une planète habitable autour d’elle. Les probabilités de trouver une forme de vie extraterrestre sont gigantesques.

De plus en plus de scientifiques s’intéressent aux exoplanètes. En France, il y a dix ans, les chercheurs dans le secteur étaient peu nombreux. Maintenant, ils sont des dizaines, peut-être même une centaine. Il y a plus de chercheurs, donc plus de découvertes et les outils de détection se sont perfectionnés. La compétition est devenue très féroce. Les budgets de recherches deviennent de plus en plus conséquents. Le télescope spatial James-Webb, qui doit succéder à Hubble en 2018 et qui promet d’être précieux dans l’observation de nouvelles planètes, va coûter 15 milliards de dollars (soit 11,23 milliards d’euros).

Au milieu de toutes les annonces, comment distinguer une découverte importante d’une autre ?

Une découverte est à prendre au sérieux lorsque la planète se trouve dans la zone habitable. Cette zone, c’est la distance par rapport à l’étoile où il ne fait ni trop chaud, ni trop froid. Pour résumer, c’est environ la distance Terre-Soleil. Si une planète se trouve dans cette zone, on peut espérer y trouver de l’eau, et notamment de l’eau à l’état liquide, un facteur important pour découvrir de la vie. Pour l’instant, parmi les 700 exoplanètes que nous connaissons, seules 2 ou 3 sont situées dans la zone habitable. C’est donc un facteur rare et à surveiller de près.

Autre donnée qui permet de donner de l’importance à une exoplanète : sa taille. Si elle est très grande, elle est sûrement gazeuse. Cela exclut presque quasiment la probabilité d’y trouver de la vie. En revanche, si elle est assez petite, c’est-à-dire si elle fait la taille de la Terre ou juste quelques fois sa taille, elle est probablement rocheuse. On peut donc espérer y découvrir de la vie.

L’objectif est de trouver une forme de vie extraterrestre, mais comment faire si on ne peut pas s’y rendre ?

Envoyer une sonde pour observer directement une exoplanète, il faut l’oublier. Ce n’est pas pour tout de suite. Un satellite mettrait plusieurs milliers d’années pour se rendre sur place. Et il est donc ridicule de vouloir aller sur une autre planète. Toutefois, il y a d’autres moyens de découvrir des formes de vie. Dans un premier temps, si nous pouvions prendre des photos de ces planètes, on ferait un bond énorme. On pourrait peut-être ainsi découvrir des signes de vie. Par exemple, de l’espace, on peut voir sur Terre de grandes constructions ou les lumières des grandes villes. L’observation de ce genre de phénomènes serait une preuve tangible. C’est pour cela que les efforts se concentrent actuellement sur l’imagerie des exoplanètes.

Il y a également des chercheurs qui développent des techniques pour communiquer avec les extraterrestres. Je pense notamment au programme américain SETI (lien en anglais). Malheureusement, ceux qui veulent entrer en contact avec une autre forme de vie ne sont pas toujours pris au sérieux par la communauté scientifique. Mais les recherches sur les exoplanètes leur sont également utiles : grâce à elles, ils peuvent au moins focaliser leurs efforts dans telle ou telle région. Pour l’instant, ils sont à l’écoute de tout et émettent dans toutes les directions.

Propos recueillis par Louis San

Source : http://www.francetv.fr/info/avec-les-exoplanetes-on-a-bascule-de-la-science-fiction-vers-la-science_78475.html


Une première mondiale: Des scientifiques ont créé la vie artificielle en laboratoire

21/05/2010

« Créer une vie synthétique dans un laboratoire»

Un biologiste américain affirme avoir créé la première cellule humaine dans l’une des plus grandes percées scientifiques des deux dernières décennies.

Le Dr Craig Venter a déclaré que ses chercheurs avaient construit un brin d’ADN à partir de zéro et l’ont inséré dans une simple bactérie, créant ce qu’on appelle une vie synthétique.

Les applications de l’étude comprennent la production de médicaments et les biocarburants, et peut même contribuer à l’absorption des gaz à effet de serre.

Un rapport publié dans la revue Science détaille comment l’équipe a efficacement stimulé une cellule de levure à prendre une nouvelle vie.

Les scientifiques ont  d’abord fait  de courts brins d’ADN et  les ont mis ensemble pour former un chromosome, qui a ensuite été inséré  dans la cellule de levure, en remplacement de son ADN natif.

Ils ont trouvé que la cellule prenait l’allure et le comportement du chromosome transplanté,  en produisant  des protéines différentes et en se multipliant.

«C’est la première cellule de synthèse qui a été faite, et nous l’appelons de synthèse, car la cellule est totalement dérivé e d’un chromosome de synthèse, » a déclaré le Dr Venter.

«Nous pensons que c’est une étape importante, à la fois scientifiquement et philosophiquement.

«C’est certain que mon point de vue a changé concernant les définitions de la vie et le fonctionnement de la vie. »

Thomas Moore le correspondant de Sky News en matière de santé a déclaré que les scientifiques ont créé une forme de vie encore jamais vue sur la planète.

«D’autres groupes y travaillent à travers le monde, mais le Dr Venter est  le premier à l’avoir fait,» dit Moore.

«Il est l’homme qui a ouvert un nouveau chapitre, où nous ne sommes pas simplement observateurs  la vie qui a évolué – mais la vie qui est créé dans un laboratoire. »

Le Dr Tom Douglas, Éthicien,  a déclaré à Sky News que  la recherche a ouvert un certain nombre de dilemmes.

«Certains s’inquiètent toujours de l’idée que cela implique une forme problématique de jouer à Dieu, dit-il et craignent que cla porte atteinte à la distinction entre les  êtres vivants et les machines.»

«Je pense que le plus grand problème posé par cette recherche n’a pas vraiment quelque chose à voir avec le fait que c’est la vie artificielle en tant que telle , mais avec le potentiel de ce type de recherche à être détourné pour créer des agents pathogènes qui pourraient être utilisés en armes biologiques.»

Venter, qui dirige le J. Craig Venter Institute dans le Maryland, est devenu célèbre quand il a contesté les scientifiques financés sur fonds publics travaillant sur le Projet du génome humain – la première tentative pour produire une carte complète du code génétique humain.

Il se mit à construire sa propre version privée du génome humain, en utilisant une autre méthode « racourci ».

Alors que son équipe a réussi, la course s’est terminée ex  aequo lorsque les deux versions ont été publiées simultanément dans Science en 2001.

Source: (Web Orange «traduction de l’article «Scientists Create Synthetic Life In Lab»)

Capture d’image: (Daily Mail) La nouvelle en vidéo

Source : http://www.hebdoweb.com/2010/05/20/une-premiere-mondiale-des-scientifiques-ont-cree-la-vie-artificielle-en-laboratire/


Universons – Claude Poher

14/06/2009
24668c810ff57e1fb9362768ba9e5569Claude Poher annonce sur son site internet http://www.universons.com avoir abouti dans sa recherche sur les « universons ». Les universons seraient, selon cet ancien patron du GEPAN (le service public chargé d’étudier les OVNIs), des particules créant la gravitation. Après avoir essayé de convaincre les institutions puis les industriels de la validité de sa théorie, Claude Poher dut se résoudre à créer son propre laboratoire privé, afin de mettre au point ses expériences. Il vient de publier à destination de tous les résultats de ses travaux, et ça semble prometteur ! Lire le reste de cette entrée »

%d blogueurs aiment cette page :