Notre Soleil aurait-il un double invisible ?

02/09/2013
© Photо: ru.wikipedia.org/ Anynobody/cc-by-sa 3.0

© Photо: ru.wikipedia.org/ Anynobody/cc-by-sa 3.0

 

area51blog

Note sylv1 co-adm:

Lundi 02 Septembre 2013:10h55

Pendant quelque temps ( durée indéterminée) j’assumerai de mon mieux l’approvisionnement en articles et vidéos  nos sites web ufologiques.

Era se remet  doucement de ses épreuves. Nous remercions les gens qui sont fidèles et ayant manifesté de la compassion.

Pour ma part je suis rentré de vacances ce week-end alors entre rangements et affaires courantes j’alimenterai au fur et à mesure Area 51 Blog et nos autres sites.

J’ assume également le recueil de témoignages. Afin de laisser du temps à votre administratrice, n’envoyez pas de mails en ce moment car elle n’ouvre pas systématiquement sa boîte  mail actuellement. Pour vos témoignages veuillez me contacter via ufoetscience@live.fr ou sur les autres sites ufologiques partenaires.

Merci pour votre compréhension, cordialement, sylv1.

avertissement!

avertissement!

Par ailleurs ce post ci-dessous est à considérer comme une interrogation , alors inutile de dire que les détracteurs dits ufologues ou autres ne commencent pas à tirer à boulets rouges sur ce post , nos sites ou nous même! ( nous incluons ceci à titre indicatif, et ne cautionnons pas forcément les dires.) Patiemment nous attendons la suite de ce qui est dit sur cet article alors faites de même tranquillement. Tout commentaire religieux prôneurs de prophéties, injures,  attaques, insultes , colérique ou donneurs de leçons direct corbeille. N’ayant pas non plus de temps à perdre en gesticulations nocives si les commentaires s’acharnent en nombre ou et en intensité je les fermerais purement et simplement sans aucune forme de procès , alors je compte sur votre discernement et tolérance, bien à vous.

( d’ailleurs ce post  classé dans la rubrique divers)

gif

© Photо: ru.wikipedia.org/ Anynobody/cc-by-sa 3.0

© Photо: ru.wikipedia.org/ Anynobody/cc-by-sa 3.0

Article source : french.ruvr.ru/

Par La Voix de la Russie | Notre Soleil aurait un double invisible et formerait avec celui-ci une étoile binaire. Selon des chercheurs, il s’agirait d’une naine brune qui serait responsable des extinctions périodiques des espèces vivant sur Terre.

C’est en 1984 qu’est apparue la théorie du Soleil en tant que système binaire. David Raup et Jack Sepkoski, paléontologues de Chicago, ont publié un article affirmant que l’extension des espèces serait périodique et espacée de 26 millions d’années. Les chercheurs ont présenté les résultats d’analyse de fossiles marins datant de périodes différentes s’étalant sur un quart de milliard d’années. Ils ont supposé que la cause de ce caractère cyclique des extinctions ne se trouvait pas sur Terre. Les astronomes ont proposé une explication à ce phénomène.

Ainsi, le Soleil serait une étoile binaire avec un compagnon plus léger appelé Némésis, une naine brune. Son orbite est elliptique et l’étoile s’éloigne du Soleil d’une année lumière et demie. Tous les 26 millions d’années, ils se rapprochent. La naine entre alors dans le Nuage d’Oort, un gigantesque ensemble de blocs de glace se trouvant autour de notre Système solaire, en faisant plonger un nombre de comètes vers l’intérieur du système avec un risque accru de collisions entre ces comètes et la Terre, provoquant ainsi l’extinction des espèces vivantes.

De nouvelles preuves du caractère périodique de l’extinction des espèces vivantes ont été récemment présentées. Néanmoins, on parle également d’un cycle non pas de 26 mais de 27 millions d’années. Les partisans de la théorie de l’« étoile de la mort » ont donc repris du courage. Dmitri Vidé, de l’Institut de l’astronomie de l’Académie des sciences de Russie fait pourtant preuve de prudence.

« Cela aurait pu être un cas isolé. Il y a très longtemps, le Système solaire pouvait faire partie non pas d’un système binaire ou ternaire mais d’un amas stellaire où les étoiles se rapprochaient régulièrement les unes des autres. Par la suite, cette amas stellaire s’est disloqué pour donner lieu à une multitude d’étoiles continuant leur voyage en solitaire à travers l’univers. Le Soleil serait l’une des ces étoiles-là. »

Les afflux périodiques de comètes peuvent facilement s’expliquer sans Némésis. Selon l’une des hypothèses avancées, le Système solaire traverse parfois le plan galactique, ce qui provoque des perturbations dans le Nuage d’Oort.

Cependant, personne n’a jusqu’ici réussi à démontrer l’inconsistance de la théorie de l’« étoile de la mort ». Némésis pourrait très bien finir par être détectée par les puissants télescopes de nouvelles générations.   /N

gif

Mise à jour Area 51 Blog le: 02/09/2013 à : 10h55.

area51blog


Une surveillance d’un tiers des exoplanètes pourrait être une erreur

09/07/2013
© Photo: ru.wikipedia.org/Lucianomendez/cc-by-sa 3.0

© Photo: ru.wikipedia.org/Lucianomendez/cc-by-sa 3.0

Article source:french.ruvr.ru

Les astronomes ont revérifié les résultats de la mission CoRoT sur la recherche des exoplanètes. Une étude supplémentaire de 25 systèmes stellaires a montré que dans 7 cas, il ne s’agissait pas des planètes, mais des étoiles-compagnonnes jusqu’alors inconnues. L’article scientifique sur ce sujet est accepté pour publication dans la revue Astronomy & Astrophysics.

L’article des astronomes souligne que la revérification a touché les étoiles, qui ont été déjà mises au contrôle à plusieurs reprises. Les testes développés auparavant ont permis d’exclure jusqu’à 83% des étoiles suspectes, mais les 17% qui restent ne font pas d’une liste définitive des étoiles avec les exoplanètes.

Selon les auteurs de la nouvelle étude, jusqu’à un tiers des rapports récents sur les exoplanètes peut-être faux.
Source:la voix de la russie

gif

 

Mise à jour Sylv1 pour Aréa 51 Blog, le : 09/07/2013 à : 13h00.

area51blog


Découverte du mystère des « ravins » martiens

13/06/2013
Photo : EPA

Photo : EPA

Article sourcefrench.ruvr.ru

Des « ravins » mystérieux sur les pentes des dunes martiennes découvertes sur les images prises par des sondes automatiques sont les traces de grands blocs de « glace sèche » qui descendent comme des luges et s’évaporent ensuite. Cela a été établi à l’issue d’une étude réalisée par Serina Diniega, dont les résultats ont été publiés par la revue Ikarus.

« J’ai toujours rêvé de me rendre sur Mars. Maintenant je rêve de surfer par une dune martienne sur un bloc de glace sèche », a dit l’auteur de l’étude.
Source: la voix de la russie

gif

Mise à jour sylv1 pour Aréa 51 Blog, le : 13/06/2013 à : 09h45.

area51blog


Un objet de l’espace traverse le temps

24/01/2013

 

Lire l’article Chez Sylvain


Un lac martien qui donne de l’espoir aux chercheurs

23/01/2013
© Photo : NASA/JPL-Caltech/Univ. of Arizona, NASA

© Photo : NASA/JPL-Caltech/Univ. of Arizona, NASA

Il aurait pu se trouver il y a très longtemps dans un grand cratère sur Mars. L’appareil orbital de la NASA a découvert sur les parois de ce cratère des couches d’argile alternant avec des carbonates – des substances qui peuvent se former uniquement au contact de l’eau. Ces découvertes soutiennent l’hypothèse d’un Mars « humide » et adapté à l’existence des formes primitives de la vie.

Le cratère McLaughlin de 92 kilomètres de diamètre et d’une profondeur de 2000 mètres est l’un des plus grands sur la planète Rouge. Il n’y a pas de ravines autour de ce cratère, ce qui montre que l’eau n’y pénétrerait pas de l’extérieur. Ce lac était donc alimenté par les eaux souterraines, ont conclu les chercheurs. Grâce à une force de gravité qui est trois fois moins grande sur Mars par rapport à la Terre, les couches aquifères sur la planète Rouge seraient plus épaisses et donc moins rigides. Un milieu idéal pour les bactéries, estiment les scientifiques, supposant que cet environnement pourrait tout à fait exister sous le fond de ce cratère.

On dirait que les endroits comme McLaughlin auraient été spécialement créés pour la recherche, analyse l’expert de l’espace Evgueny Tcherniak.

« La présence d’un orifice de telle profondeur élimine le problème du forage, nécessitant l’utilisation de l’énergie et des matériaux qu’il aurait été difficile de transporter sur Mars. Un appareil automatique et compact peut observer de près cette crevasse et d’y trouver quelque chose d’intéressant. La coupe de ce cratère serait intéressante à étudier. Nous y trouverons certainement des roches qu’il est impossible de prélever à la surface ».

Sur Terre, les chercheurs trouvaient des micro-organismes dans les échantillons du sol prélevés à 5 kilomètres de profondeur. Si le sol à cette profondeur contient de l’eau, les microorganismes peuvent y vivre. Il n’est pas exclu que la vie sur Terre vient des aquifères souterrains. Elle y était protégée de l’impact des comètes, qui « bombardaient » assez souvent notre planète. Ces bactéries n’avaient pas besoin d’oxygène, d’ailleurs ce gaz était inexistant dans l’atmosphère primitive de la Terre.

Si les chercheurs arrivent à trouver des traces de la matière organique dans les couches similaires de la planète Mars, cela leur permettrait de mieux comprendre le processus de création de la vie sur Terre, explique Eleva Vorobieva, biologiste de l’Université d’Etat de Moscou.

« Au départ, Mars se développait en parallèle avec la Terre. La vie aurait pu y émerger au tout début de l’évolution. Mais ensuite, il y a eu un changement dans les conditions climatiques, une perte de l’atmosphère, et la vie sur la planète a évolué d’une manière totalement différente. Même s’il n’y a pas de vie sur Mars, nous pourrions étudier grâce à la planète Rouge le modèle de la Terre dans ces stades de développement précoces. En comparant ces deux modèles, nous comprendrons comment s’est créée la vie sur Terre ».

Les chercheurs estiment que le lac martien qui se trouve au fond du cratère McLaughlin s’est asséché il y a près de 3,7 milliards d’années. A la même époque se sont formés les minéraux, qui composent actuellement les parois du cratère. Leur âge correspond à l’âge des roches les plus anciennes jamais trouvées sur Terre. Le cratère McLaughlin – c’est une véritable aubaine non seulement pour les biologistes, mais aussi pour les géologues.

Les scientifiques sont persuadés qu’il fait mener des recherches des traces de matières organiques dans d’autres endroits de la planète Rouge. La plupart des experts estiment que le forage n’est pas nécessaire pour mener ces recherches. La simulation en laboratoire a montré que les bactéries terrestres survivent à quelques centimètres de profondeur sous le sol martien. L’observateur à neutrons russe installé sur le rover américain Curiosity a récemment découvert que l’humidité serait également présente à cette profondeur.

 


Les astronomes ont découvert des milliards de planètes ressemblant à la Terre

08/01/2013
source image:© Flickr.com/ chipdatajeffb /cc-by-sa 3.0

source image:
© Flickr.com/ chipdatajeffb /cc-by-sa 3.0

Article source: http://french.ruvr.ru

la voix de la russie

8.01.2013, 14:32, heure de Moscou

Les astronomes ont découvert les témoignages de l’existence dans notre galaxie de quelque 17 milliards de planètes ressemblant à la Terre. Pourtant la vie ne peut pas y exister à cause des températures très élevées et de l’absence de l’eau.

Au cours d’une réunion de la Société astronomique américaine les auteurs de l’hypothèse ont raconté que le téléscope spatial de la NASA Kepler avait étudié des étoiles de la Voie lactée à peu près égales au Soleil.

Ils ont établi la présence sur l’orbite d’une de ces étoiles sur six des planètes dont la taille était plus ou moins égale à celle de la Terre. Les chercheurs ont étendu leurs conclusions à l’ensemble de la galaxie ayant ainsi formulé la supposition sur l’existence de 17 milliards de planètes semblables à la Terre.


La Nasa compte lancer un nouveau robot sur Mars

05/12/2012
Photо: EPA

Photо: EPA

Article source:http://french.ruvr.ru/

5.12.2012, 12:58, heure de Moscou

la voix de la russie

La Nasa compte lancer un nouveau robot sur Mars en 2020, du même type que Curiosity, mais plus perfectionné.

La mission de 2020 constituera une nouvelle étape du projet d’envoyer des hommes sur la Planète Rouge dans les années 2030.

Le développement et la conception de ce futur robot seront basés sur Curiosity. La Nasa compte ainsi réduire les coûts et les risques d’erreur. La Nasa précise qu’une équipe de chercheurs sera chargée de définir les objectifs scientifiques de la mission.

L’agence a également annoncé son intention de participer aux projets ExoMars de 2016 et 2018 développé par l’Agence spatiale européenne (ESA). T


Pierres d’Ica : une lettre des temps anciens ?

02/12/2012
Source wikipedia

Source wikipedia

Trop paresseux pour terminer la rédaction de leur calendrier, les Indiens Maya ont fait trembler leurs descendants dans l’attente de la fin du monde. Mais certains d’entre eux ont pris la peine de réaliser des gravures sur des milliers de pierres pour envoyer dans le futur une bonne nouvelle : la fin du monde a déjà eu lieu.

Cette année, des fossiles étranges ont été découverts au Kamtchatka. On aurait pu les prendre pour des restes d’animaux anciens. Seul un fait laissait les spécialistes perplexes : ces créatures avaient des formes très précises. Les fossiles ressemblaient à des parties d’un mécanisme, comme s’il s’agissait des roues dentées de tailles différentes. A en juger par la couche où on a trouvé ces éléments, ils devraient avoir environ 400 millions d’années. L’archéologue de Saint-Pétersbourg Iouri Goloubev qui a retrouvé ces éléments, tout comme ses collègues américains, a confirmé que les fossiles ressemblent à des éléments d’une machine.

La science a ignoré cette découverte du Kamchatka. Et les journalistes se sont rappelés des autres découvertes qui ont fait sensation. Il s’agit notamment des objets sphériques étranges dont la taille varie entre 2,5 et 10 centimètres, que les mineurs de la ville de Klerksdorp en Afrique du Sud retrouvaient parfois. L’âge approximatif de la roche dans laquelle ces sphères ont été retrouvées atteint 3 milliards d’années. Les archéologues ne sont pas d’accord quant à l’origine de ces objets anciens. Ceux qui défendent leur origine artificielle font valoir que ces sphères portent des signes évidents de traitement technologique, notamment des incisions longitudinales. Quant aux géologues, ils estiment que les sphères sont d’origine naturelle et ces incisions sont le résultat de l’oxydation et l’exposition à l’air.

Il est plus difficile d’expliquer par des causes naturelles la découverte faite en 1934 par Emma Khan, originaire de la petite ville de London dans l’état américain du Texas. Dans un morceau de roche, elle a trouvé un marteau en métal. Sa poignée, étant à l’origine en bois, s’est solidifiée avec le temps. Mais le marteau s’est bien conservé car il est fait en métal de bonne qualité que les hommes ont réussi à fabriquer il y a seulement 10 000 années. Le paradoxe, c’est que ce marteau « s’est enraciné » dans la roche pétrifiée, dont l’âge est estimé à au moins 65 millions d’années. Autrement dit, tout cela est arrivé à l’époque des dinosaures.

Toutefois, les archéologues estiment que les hommes capables de fabriquer des marteaux de cette qualité ne sont apparus sur Terre que plusieurs millions d’années après l’extinction des dinosaures. Ils ne pouvaient donc pas voir des dinosaures vivants. D’ou viennent alors les dessins sur les pierres dans la province péruvienne d’Ica?

Ces dessins représentent de vrais dinosaures des espèces différentes : des triceratops, des stégosaures, des tyrannosaures et des brontosaures. Des hommes sont également présents sur certains dessins. Ils font soit la chasse aux dinosaures, soit les utilisent comme un moyen de transport, voyageant sur le dos des tricératops ou volant avec les ptérodactyles. Sur certaines pierres d’Ica on peut voir des images des mammifères qui sont caractéristiques uniquement pour le continent américain. Sur d’autres pierres sont représentées des scènes de transplantations du cœur, et même du cerveau, ainsi que des dessins des systèmes stellaires et des appareils volants. En voyant ces dessins d’Ica pour la première fois, on a tendance à penser qu’il s’agit de fausses pierres, fabriquées exprès pour des touristes crédules.

Pour la première fois ces pierres aux animaux étranges sont mentionnées en 1570 dans la chronique de l’historien indien Juan de Santa Cruz Pachacuti qui s’appelle Relation de dades antique d’este Reyno del Peru (légendes anciennes du royaume du Pérou). Au début des années 1960, les pierres d’Ica ont été vendues à bas prix sur le marché noir des antiquités au Pérou. Elles sont devenues célèbres grâce au professeur de médecine de l’Université de Lima Javier Cabrera (1924-2001). Ayant reçu sa première pierre pour son anniversaire en 1961, il a passé les 40 années suivantes à étudier des pierres et des roches. Il a même créé un musée, qui abrite actuellement une collection de plus de 11 000 pierres d’une taille de 30 cm à 1,5 m, gravés ou couverts de motifs différents. En 1976, Cabrera a publié un livre intitulé The message of the Engraved Stones of Ica (le Message des pierres gravées d’Ica), dans lequel il avance l’hypothèse qu’une civilisation développée qui existait sur Terre aurait enregistré sur ces pierres l’histoire de l’Humanité et les a laissées sur la planète avant de la quitter à cause d’une catastrophe mondiale. Cela aurait pu être le cas, par exemple, avant le déluge biblique. Les pierres ont été choisies comme un matériau qui peut survivre à tout bouleversement. Quant aux dessins, notamment ceux qui représentent des scènes avec des opérations chirurgicales, ils auraient été conçus pour faire passer des messages à l’Humanité survivante à la catastrophe.

Cabrera a remporté le titre de « Fils adoré de la ville » à Ica et une médaille d’or. Mais nombreux étaient ceux qui trouvaient le professeur fou et falsificateur. Les pierres d’Ica étaient considérées comme une falsification moderne, et plus personne n’y prêtait attention. Ce verdict a été fondé, notamment sur le témoignage de chercheurs péruviens qui avaient admis avoir gravé les pierres eux-mêmes.

Toutefois, selon l’historien russe Andreï Joukov, les arguments des opposants de Cabrera qui visent à discréditer ses conclusions et déclarer sa collection avec des gravures de contrefaçon ne tient pas la route :

« Tout d’abord, la vente illégale d’antiquités au Pérou est considérée comme un crime. Par conséquent, les personnes qui ont fourni ces pierres à Cabrera, devaient indiquer qu’ils ont fabriqué les pierres pour éviter des poursuites pénales. D’autre part, les différentes techniques de falsification diffèrent des véritables gravures sur pierre. Troisièmement, l’examen de dizaines de pierres, avec des images de dinosaures, réalisé à la demande de Cabrera par Mauricio Hochshild Mining Co., a confirmé leur authenticité. Des résultats similaires ont été présentés lors de l’expertise à l’Université de Bonn, l’Université de Lima et le laboratoire de l’Ecole d’Ingénierie de Lima ».

Joukov souligne que les images de certains dinosaures sont bien la preuve de l’authenticité de la collection d’Ica, dont les restes de dinosaures ont été découverts par des paléontologues au début des années 1990, beaucoup plus tard que l’année au cours de laquelle ces objets ont fait parties de la collection de Cabrera ! Il s’agit d’une image de diplodocus avec des plaques sur sa colonne vertébrale, semblables à ceux que possédaient les stégosaures. Il est peu probable que les paysans péruviens illettrés, qui s’occupaient de la fabrication de fausses pierres, aient pu imaginer cet animal rare avec autant de détails. L’hypothèse que des chimistes expérimentés, puissent faire « vieillir » ces pierres pour tromper l’oeil des experts n’a pas l’air très réaliste. Enfin, il serait difficile de cacher l’existence de ces laboratoires qui ont produit des dizaines de milliers de pierres gravées.

La collection de Cabrera a de fortes chances d’être vraie. Mais si l’on est d’accord avec cette affirmation, la conception actuelle de l’histoire de la Terre pourrait alors être remise en question. Et il a de nombreuses preuves pour appuyer cette hypothèse. /L

Source : La voix de la Russie

 


Les scientifiques ont prouvé l’existence de mondes parallèles

16/10/2012

Image source:http://www.alterinfo.net

Article source:http://french.ruvr.ru/

8.10.2012, 21:20

Une équipe de scientifiques de l’Université d’Oxforda prouve que les mondes parallèles existent.

La théorie de ces mondes est apparue en 1950. Hugh Everett a proposé que chaque nouvel évènement dans l’univers, peut-être, provoque sa séparation. Ainsi, le nombre d’univers alternatifs tend vers l’infini. La théorie avait été reconnue comme tenant du fantastique et oubliée. Cependant, à l‘université d’Oxford l’équipe a conclu que Everett était sur la bonne voie.

Les calculs montrent que les structures arborescentes en formes de buissons, qui se forment au cours de la désagrégation de l’univers en versions parallèles de lui-même, expliquent les résultats de la nature probable de la mécanique quantique. Les scientifiques affirment qu’il est inévitable que nous vivons dans l’un de ces nombreux mondes parallèles, et non pas dans un monde unique. /L

© Photo : CXS.hu


USA ont déclassifiés les dessins techniques d’une soucoupe volante

09/10/2012

© Photo : SXC.hu

Article source:http://french.ruvr.ru/

8.10.2012, 22:47

Les archives nationales des États-Unis pour la première fois ont publié des dessins techniques classés d’une soucoupe volante, qui a été développé dans les années 1950 par les Forces aériennes américaines. Le dispositif avait été appelé « Project 1794 ».

Selon les documents, datés du 1er juin 1956, un ovni à décollage et atterrissage verticaux devait développer une vitesse de Mach 3 à Mach 4 ( de 3 200 à 4 300 km / h). L’altitude limite de vol était de plus de 30 kms, et son autonomie d’environ 1 800 kms.

Il était prévu que le développement d’un prototype prendrait d’un an et demi à deux ans. Le budget du projet représentait 3,17 millions de dollars, soit d’environ 26,6 millions de dollars de nos jours. La raison pour laquelle le projet a été abandonné n’est pas connue. Vraisemblablement, les résultats modestes des travaux n’ont pas répondu aux attentes trop élevées. /L

 


%d blogueurs aiment cette page :