Météorite : la chute sur Tcheliabinsk a causé la plus puissante explosion jamais enregistrée

06/07/2013

tcheliabinsk-l-explosion-de-la-meteorite-aurait-eu-la-puissEn février dernier, une météorite s’écrasait en Russie, dans la région de Tcheliabinsk. L’onde de choc dégagée par l’impact est la plus forte jamais enregistrée par le Système de surveillance international (SSI).
Rappellez-vous, c’était le 15 février 2013 dernier, une météorite s’est écrasée en Russie.

L’onde de choc provoquée par l’impact avait fait 1.500 blessés légers. Elle avait également entraîné des dégâts matériels importants dans les régions russes de Tioumen, de Kourgan, d’Ekaterinbourg et de Tcheliabinsk.

Quatre mois et demi plus tard, la chaîne BBC dévoile le rapport de  l’Organisation du traité d’interdiction complète des essais nucléaires selon laquelle l’onde de choc est a plus puissante déflagration jamais enregistrée par le SSI (grâce à ses radars).

Selon l’enquête réalisée par une équipe de scientifiques internationaux et publiée dans le journal Geophysical Research Letters, l’explosion a atteint une puissance équivalente à celle de 460 kilotonnes de TNT. L’onde de choc a même été si forte que, par endroits, elles ont fait deux fois le tour de la Terre. Les chercheurs auteurs de cette publication ont basé leur étude sur les données fournies par le SSI.

Source societe-civile-maxisciences_medium     via Wikistrike

 

 

gif

 

Mise à jour Area51blog le 6 Juillet à 6 heures 45

 

Bannière

 


Crop Circles Russie 17.06.2013

23/06/2013

drapeaux-russie-9

Sergei Dmitrievskiy nous poste cet article ainsi que des photos aériennes et au sol de ce  Crop-circle découvert à Timashevsk, Krasnodar, Russie et signalé le  17  Juin 2013. Merci aux pilotes locaux  pour leur aide dans la prise des photographies aériennes. Sur les photos on peut voir que le dessin est fortement déformé en raison de la forte affluence, l’endroit étant quotidiennement piétiné par des centaines de visiteurs.

Photographie aérienne: pilote E.Mashkin, photo au sol :  V.Chernobrov)

3w5Tp0iZJ_g

b6bcisTfLMc

_gZAUEl68Tc

upmWmPKiO9c

Si la vidéo ne fonctionne pas cliquez ici

Plus d’infos et de photos  ici 

Source : http://ivanovo-kp.blogspot.ru via Crop-Circle Connector

Traduction Era pour Area51blog

drapeaux-russie-11 (1)

gif

Mise à Jour Area51blog le 23 juin 2013 à 11 h 45

Bannière


Vidéo : une « grappe » d’OVNI dans le ciel d’Astrakhan

07/05/2013

Info envoyée par Patrick lecteur assidu d’Area51 – Source : http://www.directmatin.fr/

Photo ci-dessus Le phénomène d'Astrakhan ressemble à celui constaté à Saint-Petersbourg en avril 2012 [Capture d'écran YouTube]

Photo
ci-dessus
Le phénomène d’Astrakhan ressemble à celui constaté à Saint-Petersbourg en avril 2012
[Capture d’écran YouTube]

Un an après les phénomènes aériens inexpliqués qui avaient été observés dans le ciel de Saint-Petersbourg, de nouvelles manifestations étranges ont été filmées fin avril dans la région d’Astrakhan. Une fois encore, la théorie des OVNI est avancée.

La vidéo qui est diffusée sur le net aurait été filmée le 25 avril 2013 dans la région d’Astrakhan (sud de la Russie). Filmée sommairement, on y distingue une véritable grappe de points lumineux, presque flamboyants, qui plane dans les airs au loin, avant de disparaître derrière le crête d’un colline.

Le phénomène s’interrompt soudainement, les lumières disparaissent avant de réapparaître deux minutes plus tard au même endroit et avec la même vigueur. La scène est filmée par un particulier qui échange des commentaires sur le spectacle avec un compagnon dans un concert de cris de grenouilles.

Ce que les passionnés d’ufologie ont remarqué, c’est que le phénomène ressemble par bien des aspects à ceux qui avaient été filmés par plusieurs témoins dans le ciel de Saint-Petersbourg les 9, 10 et 11 avril 2012, il y a à peine plus d’un an.

Alors que plusieurs phénomènes surprenant ont été rapportés récemment en Russie, cette nouvelle vidéo pourrait bien relancer les spéculations sur les OVNI.

 

gif

 

Mise à jour par Era pour Area51blog le 7-5-2013 à 12 h 45

Bannière

 

 

 

 


TROIS PHOTOS SAISISSANTES D’UN OVNI SUPPOSÉ AGITENT LA RUSSIE

28/04/2013

Une des trois photos prises par une étudiante d'Abaza (Khakassie)  [Capture d'écran YouTube]

Une des trois photos prises par une étudiante d’Abaza (Khakassie)
[Capture d’écran YouTube]

Article source:ufologie-paranormal.orgufo et paranormal

Fake ou non ? C’est la question sempiternelle qui revient dès qu’on aborde le sujet des OVNI. Et les Russes se la posent à nouveau avec trois clichés troublants pris par une jeune fille.

C’est une habitante de la petite république de Khakassie, dans le sud de la Russie, qui a pris ces photos qui font le tour du pays. Sonia Kudryavtseva, étudiante dans la ville d’Abaza, marchait dans la rue avec un ami, lorsqu’elle a souhaité prendre une photo.

Vidéo youtube

Школьницам посчастливилось сфотографировать НЛО

Russia24TV

Publiée le 19 avril 2013

Школьницам посчастливилось сфотографировать НЛО
Выпуск от 19.04.2013 
В Хакасии двум школьницам удалось сделать невероятные снимки. Они успели запечатлеть летающую тарелку. Очевидцы не сомневаются, что видели НЛО. Форма объекта была такой, какой на планете Земля летательным аппаратам еще не придают.

Будьте в курсе самых актуальных новостей!
Подписывайтесь на официальный канал Россия24:http://goo.gl/7sLCP

Si cette vidéo ne fonctionne pas cliquez ici

La suite direct matin

gif

Mise à jour Aréa 51 Blog, le 28/04/2013 à : 18h15.

area51blog


Un talisman sibérien similaire à celui que portait Cléopâtre

08/04/2013
© Photо: altai4u.com

© Photо: altai4u.com

Article source:french.ruvr.ru

Olga Sobolevskaïa, Rédaction en ligne
7.04.2013, 19:17, heure de Moscou
la voix de la russie

Les archéologues de l’Altaï ont découvert un collier qui rappelle les bijoux de la célèbre reine égyptienne. Les chercheurs se sont adressés à la communauté scientifique pour pouvoir en apprendre davantage sur cette découverte hors du commun.

C’est un tombeau ancien dans un monticule de la région d’Altaï (Sibérie Occidentale) où les chercheurs ont découvert les restes d’une femme apparemment d’origine noble avec des bijoux particuliers. Cette femme qui a été enterrée il y a 2400 ans, portait sur sa poitrine un collier élégant en verre coloré. On sait que Cléopâtre, qui régnait sur l’Egypte 300 ans après, aimait particulièrement ce genre de bijoux.

Pour l’instant, on ne peut que donner des hypothèses sur l’arrivée de ce collier, réalisé dans le style italien mille fiori en Egypte. Ce genre de colliers était fabriqué à partir de tiges de verre avec des dessins colorés visibles uniquement en coupe transversale. L’ornement de la section transversale de ce type de tiges était créé à l’aide de fines couches de tiges de verre placées sur le noyau. On réchauffait ensuite la tige pour la rétrécir jusqu’à la taille d’un ornement. Puis, cette tige était coupée en tranches fines et elles étaient transformées en perles. Cette technique unique a été inventée à Thèbes au VIe siècle av. J .-C. Cette ville était considérée comme la capitale culturelle de l’Egypte ancienne. Il est donc fort probable que les perles d’Altaï y soient arrivées à cette même époque. Les Egyptiens maintenaient des relations commerciales avec les Scythes de l’Altaï. Et les bijoux étaient très à la mode à l’époque, car ils prenaient très peu de place et avaient une durée de conservation indéfinie.

Contrairement aux croyances populaires, les routes commerciales de l’Altaï ont été ouvertes longtemps avant la route de la Soie, dont le fonctionnement remonte au IIe siècle av. J.-C. Cette route passait par le Sud de l’Altaï. Toutefois une autre route commerciale qui passe par le Nord de cette région, ainsi que le Kazakhstan du Nord, l’Inde du Nord et l’Afghanistan, continuant au Sud de l’Europe avec comme lieu de destination l’Afrique, n’était pas moins populaire. Très probablement, ce collier est arrivé dans l’Oural en provenance de l’Egypte en empruntant ce chemin. /L

separation

Mise  à jour sylv1 pour Aréa 51 Blog, le : 08/04/2013 à : 15h40.

area51blog


Un objet de l’espace traverse le temps

24/01/2013

 

Lire l’article Chez Sylvain


ExoMars: accord définitif de coopération signé le 15 mars à Paris (Roskosmos)

22/01/2013
ExoMars: accord définitif de coopération signé le 15 mars à Paris (Roskosmos)

ExoMars: accord définitif de coopération signé le 15 mars à Paris (Roskosmos)

Article source:fr.rian.ru/

13:16 22/01/2013

© ESA

MOSCOU, 22 janvier – RIA Novosti
 rian

Sciences et espace

L’Agence fédérale spatiale russe (Roskosmos) et l’Agence spatiale européenne (ESA) signeront l’accord définitif de coopération sur le projet conjoint ExoMars le 15 mars à Paris, a annoncé mardi à RIA Novosti la porte-parole de Roskosmos, Anna Vedichtcheva.

Selon elle, le directeur de Roskosmos Vladimir Popovkine s’est entretenu mardi avec le directeur général de l’ESA Jean-Jacques Dordain afin d’échanger des informations sur les travaux visant à réaliser le projet ExoMars et d’approuver définitivement les textes en russe et en anglais du projet d’accord de coopération.

« M.Dordain a confirmé que le processus d’approbation par le Conseil de l’ESA de la version définitive de l’accord débuterait immédiatement et serait achevé du 13 au 14 mars. Une fois ce processus terminé, l’accord sera signé le 15 mars 2013 à Paris par le directeur de Roskosmos et le directeur général de l’ESA Jean-Jacques Dordain », a précisé la porte-parole.

L’accord prévoit la construction et le lancement en 2016 et 2018 d’atterrisseurs qui devront se poser sur la planète Mars, ainsi que le tir en 2016 d’un engin spatial.

separation

Mise à jour sylv1, Aréa 51 Blog, le 22/01/2013, 14h40.

area51blog


Engins hypersoniques : la compétition continue

17/01/2013
16.01.2013, 19:06, heure de Moscou

Engins hypersoniques : la compétition continue

© Collage : La Voix de la Russie

Ilia Kramnik, Rédaction en ligne

la voix de la russie

Article et image source:french.ruvr.ru

En été 2013 le ministère de la Défense de Russie entamera les essais du missile hypersonique le plus récent ayant une vitesse de quelque 6 000 km/h. Il est notoire que les études relatives au matériel hypersonique sont actuellement menées en Russie sur plusieurs axes et il est difficile de prévoir lequel d’entre eux sera prioritaire.

En nommant les choses par leur nom, en Russie et aux Etats-Unis ces programmes poursuivent le même objectif fixé dès à l’aube du développement des engins hypersoniques : construire un moyen de destruction guidé alternatif au missile balistique intercontinental.

Le premier projet de ce type dans notre pays a été le système aérospatial Spiral. Il s’agissait d’un avion orbital qui devait décoller à une altitude de 28-30 kilomètres depuis un lanceur hypersonique. La vitesse de Spiral devait être six fois supérieure à celle du son (quelque 7 000 km/h). Cependant Spiral créé en réponse au projet américain X-20 Dyna Soar n’a pas volé tout comme l’engin américain.

30 ans plus tard, le 28 novembre 1991, le premier vol du projet Kholod a été effectué sur le polygone de Sary-Chagan. L’engin a été construit sur la base du missile sol-air 5V28 du système S-200, déjà périmé. Le choix du missile tenait à ses caractéristiques ainsi qu’au fait qu’à l’époque les systèmes S-200 étaient intensément remplacés dans l’armée par le système nouveau, S-300.

L’élément majeur du projet Kholod était un superstratoréacteur ayant permis d’atteindre les Mach 3,5-6,5 à des altitudes entre 15 et 35 kilomètres. Entre 1991 et 1998 plusieurs vols réussis ont été effectués et la vitesse de 1 900 m/s (Mach 6,5) a été atteinte. Les essais ont été cependant arrêtés à cause d’une grave crise financière de 1998.

A l’heure actuelle, le problème majeur est de créer un propulseur capable de communiquer à l’engin une telle vitesse. Ces problèmes ne concernent pas les blocs de combat manoeuvrables des missiles intercontinentaux : la vitesse voulue leur étant communiquée par le lanceur. A présent il consiste à créer une navette capable de voler avec une vitesse hypersonique.

Le problème est notamment résolu aux Etats-Unis où les essais de l’engin X-37 ont débuté en 2010. A présent l’appareil effectue son troisième vol orbital commencé en décembre 2012 qui durera plusieurs mois. En théorie, les essais doivent aboutir à la construction d’un engin hypersonique porteur d’arme capable de manœuvrer en orbite, d’entrer dans l’atmosphère pour porter un coup sur une cible dans n’importe quel point du globe. Mais pour ce faire il faut résoudre une multitude de problèmes depuis la construction de l’appareil jusqu’aux systèmes de navigation et de communication. Les méthodes traditionnelles de communication et navigation radio n’étant pas applicables pour les vols dans l’atmosphère avec des vitesses hypersoniques.

Comme il a été déjà dit, en Russie les études hypersoniques sont menées dans plusieurs directions. Les succès les plus notables ont été enregistrés dans le domaine des blocs manoeuvrables susmentionnés. De tels blocs, plus lourds et plus grands que les blocs ordinaires, sont à même de réaliser des manouvres dans l’atmosphère. Cela exclut pratiquement leur interception par les moyens de défense antimissile existants et avancés.

Au cours de ces prochaines années un missile hypersonique, le système mer-mer Tsirkon, doit être créé pour la marine de guerre. Il doit servir de base pour le missile hypersonique développé de concert par la Russie et l’Inde sur la base du missile BrahMos pour les forces aériennes. La vitesse de ce missile doit dépasser Mach 10.

Mise à jour, sylv1 pour Aréa 51 blog, le 17/01/2013, 05h45.

area51blog


Pierres d’Ica : une lettre des temps anciens ?

02/12/2012
Source wikipedia

Source wikipedia

Trop paresseux pour terminer la rédaction de leur calendrier, les Indiens Maya ont fait trembler leurs descendants dans l’attente de la fin du monde. Mais certains d’entre eux ont pris la peine de réaliser des gravures sur des milliers de pierres pour envoyer dans le futur une bonne nouvelle : la fin du monde a déjà eu lieu.

Cette année, des fossiles étranges ont été découverts au Kamtchatka. On aurait pu les prendre pour des restes d’animaux anciens. Seul un fait laissait les spécialistes perplexes : ces créatures avaient des formes très précises. Les fossiles ressemblaient à des parties d’un mécanisme, comme s’il s’agissait des roues dentées de tailles différentes. A en juger par la couche où on a trouvé ces éléments, ils devraient avoir environ 400 millions d’années. L’archéologue de Saint-Pétersbourg Iouri Goloubev qui a retrouvé ces éléments, tout comme ses collègues américains, a confirmé que les fossiles ressemblent à des éléments d’une machine.

La science a ignoré cette découverte du Kamchatka. Et les journalistes se sont rappelés des autres découvertes qui ont fait sensation. Il s’agit notamment des objets sphériques étranges dont la taille varie entre 2,5 et 10 centimètres, que les mineurs de la ville de Klerksdorp en Afrique du Sud retrouvaient parfois. L’âge approximatif de la roche dans laquelle ces sphères ont été retrouvées atteint 3 milliards d’années. Les archéologues ne sont pas d’accord quant à l’origine de ces objets anciens. Ceux qui défendent leur origine artificielle font valoir que ces sphères portent des signes évidents de traitement technologique, notamment des incisions longitudinales. Quant aux géologues, ils estiment que les sphères sont d’origine naturelle et ces incisions sont le résultat de l’oxydation et l’exposition à l’air.

Il est plus difficile d’expliquer par des causes naturelles la découverte faite en 1934 par Emma Khan, originaire de la petite ville de London dans l’état américain du Texas. Dans un morceau de roche, elle a trouvé un marteau en métal. Sa poignée, étant à l’origine en bois, s’est solidifiée avec le temps. Mais le marteau s’est bien conservé car il est fait en métal de bonne qualité que les hommes ont réussi à fabriquer il y a seulement 10 000 années. Le paradoxe, c’est que ce marteau « s’est enraciné » dans la roche pétrifiée, dont l’âge est estimé à au moins 65 millions d’années. Autrement dit, tout cela est arrivé à l’époque des dinosaures.

Toutefois, les archéologues estiment que les hommes capables de fabriquer des marteaux de cette qualité ne sont apparus sur Terre que plusieurs millions d’années après l’extinction des dinosaures. Ils ne pouvaient donc pas voir des dinosaures vivants. D’ou viennent alors les dessins sur les pierres dans la province péruvienne d’Ica?

Ces dessins représentent de vrais dinosaures des espèces différentes : des triceratops, des stégosaures, des tyrannosaures et des brontosaures. Des hommes sont également présents sur certains dessins. Ils font soit la chasse aux dinosaures, soit les utilisent comme un moyen de transport, voyageant sur le dos des tricératops ou volant avec les ptérodactyles. Sur certaines pierres d’Ica on peut voir des images des mammifères qui sont caractéristiques uniquement pour le continent américain. Sur d’autres pierres sont représentées des scènes de transplantations du cœur, et même du cerveau, ainsi que des dessins des systèmes stellaires et des appareils volants. En voyant ces dessins d’Ica pour la première fois, on a tendance à penser qu’il s’agit de fausses pierres, fabriquées exprès pour des touristes crédules.

Pour la première fois ces pierres aux animaux étranges sont mentionnées en 1570 dans la chronique de l’historien indien Juan de Santa Cruz Pachacuti qui s’appelle Relation de dades antique d’este Reyno del Peru (légendes anciennes du royaume du Pérou). Au début des années 1960, les pierres d’Ica ont été vendues à bas prix sur le marché noir des antiquités au Pérou. Elles sont devenues célèbres grâce au professeur de médecine de l’Université de Lima Javier Cabrera (1924-2001). Ayant reçu sa première pierre pour son anniversaire en 1961, il a passé les 40 années suivantes à étudier des pierres et des roches. Il a même créé un musée, qui abrite actuellement une collection de plus de 11 000 pierres d’une taille de 30 cm à 1,5 m, gravés ou couverts de motifs différents. En 1976, Cabrera a publié un livre intitulé The message of the Engraved Stones of Ica (le Message des pierres gravées d’Ica), dans lequel il avance l’hypothèse qu’une civilisation développée qui existait sur Terre aurait enregistré sur ces pierres l’histoire de l’Humanité et les a laissées sur la planète avant de la quitter à cause d’une catastrophe mondiale. Cela aurait pu être le cas, par exemple, avant le déluge biblique. Les pierres ont été choisies comme un matériau qui peut survivre à tout bouleversement. Quant aux dessins, notamment ceux qui représentent des scènes avec des opérations chirurgicales, ils auraient été conçus pour faire passer des messages à l’Humanité survivante à la catastrophe.

Cabrera a remporté le titre de « Fils adoré de la ville » à Ica et une médaille d’or. Mais nombreux étaient ceux qui trouvaient le professeur fou et falsificateur. Les pierres d’Ica étaient considérées comme une falsification moderne, et plus personne n’y prêtait attention. Ce verdict a été fondé, notamment sur le témoignage de chercheurs péruviens qui avaient admis avoir gravé les pierres eux-mêmes.

Toutefois, selon l’historien russe Andreï Joukov, les arguments des opposants de Cabrera qui visent à discréditer ses conclusions et déclarer sa collection avec des gravures de contrefaçon ne tient pas la route :

« Tout d’abord, la vente illégale d’antiquités au Pérou est considérée comme un crime. Par conséquent, les personnes qui ont fourni ces pierres à Cabrera, devaient indiquer qu’ils ont fabriqué les pierres pour éviter des poursuites pénales. D’autre part, les différentes techniques de falsification diffèrent des véritables gravures sur pierre. Troisièmement, l’examen de dizaines de pierres, avec des images de dinosaures, réalisé à la demande de Cabrera par Mauricio Hochshild Mining Co., a confirmé leur authenticité. Des résultats similaires ont été présentés lors de l’expertise à l’Université de Bonn, l’Université de Lima et le laboratoire de l’Ecole d’Ingénierie de Lima ».

Joukov souligne que les images de certains dinosaures sont bien la preuve de l’authenticité de la collection d’Ica, dont les restes de dinosaures ont été découverts par des paléontologues au début des années 1990, beaucoup plus tard que l’année au cours de laquelle ces objets ont fait parties de la collection de Cabrera ! Il s’agit d’une image de diplodocus avec des plaques sur sa colonne vertébrale, semblables à ceux que possédaient les stégosaures. Il est peu probable que les paysans péruviens illettrés, qui s’occupaient de la fabrication de fausses pierres, aient pu imaginer cet animal rare avec autant de détails. L’hypothèse que des chimistes expérimentés, puissent faire « vieillir » ces pierres pour tromper l’oeil des experts n’a pas l’air très réaliste. Enfin, il serait difficile de cacher l’existence de ces laboratoires qui ont produit des dizaines de milliers de pierres gravées.

La collection de Cabrera a de fortes chances d’être vraie. Mais si l’on est d’accord avec cette affirmation, la conception actuelle de l’histoire de la Terre pourrait alors être remise en question. Et il a de nombreuses preuves pour appuyer cette hypothèse. /L

Source : La voix de la Russie

 


Les ingénieurs russes mettent au point un casque pour les vols sur Mars

30/10/2012

MARS( illustration)
© Flickr.com/AGeekMom/cc-by-sa

Article source:http://french.ruvr.ru/

29.08.2012, 20:45

Les ingénieurs russes ont mis au point un casque de relâchement pour les équipages qui partiraient pour Mars. Le casque permettra « d’élever l’aptitude au travail et de remettre le système nerveux en ordre ».

Il comprend un écran avec un simulateur photo, un capteur de la position de la tête, un système stéréo et une génératrice d’impulsion thermique. Un tel casque mis sur la tête permettra au « marsonaute » de « se retrouver » sur Terre : de voir des paysages familiers et d’entendre des sons habituels.


%d blogueurs aiment cette page :