Série de reportages France 3 consacrée à l’ufologie et à ses passionnés

30/08/2020

Bonjour à tous, j’espère que vous allez bien. En ce dimanche de rentrée je vous propose de regarder cette série de reportages de Fr3 consacrée à l’ufologie et à ses passionnés. Dans le premier épisode on y voit notre ami et collègue Ufologue Jean-Pierre d’Hondt qui est aussi le responsable des Rencontres Ufologiques du Nord auxquelles j’assiste régulièrement.

 

OVNI en Picardie – Episode 1 – Une vieille histoire dans les Hauts de France

Si la vidéo ne fonctionne pas cliquez ici

Pour ce premier épisode, rencontre avec l’ufologue lillois Jean-Pierre d’Hondt, qui s’intéresse aux phénomènes OVNIS depuis de nombreuses années. Il a sillonné tout le nord de la France et même au-delà, pour enquêter, sur plus d’une centaine de cas.
L’occasion de découvrir que les phénomènes ovnis n’ont pas commencé seulement à la fin des années 40.
Jean-Pierre nous explique également pourquoi on dénombre beaucoup plus de cas ovnis dans le Nord-Pas-de-Calais qu’en Picardie.

Une série signée Julien Guéry, Mathieu Maillet, Éric Rattenni, Romain Lecomte et Fabien Desgardin.

OVNI en Picardie – Episode 2 – Le rôle des enquêteurs

 

Si la vidéo ne fonctionne pas cliquez ici

Un deuxième épisode pour comprendre le travail des enquêteurs : des bénévoles qui archivent et détaillent le plus possible chaque phénomène ovnis afin d’en garder une trace la plus précise possible. Rencontre avec Géorges et Hervé dans la Somme (80) mais aussi avec les membres du SCEAU, une association basée à Vincennes (94) qui répertorie les documents des enquêteurs sur le plan national, voire même au-delà. Une série signée Julien Guéry, Mathieu Maillet, Éric Rattenni, Romain Lecomte et Fabien Desgardin.

OVNI en Picardie – Épisode 3 – Les agents du GEIPAN

Si la vidéo ne fonctionne pas cliquez ici

Il existe une seule structure officielle en France chargée d’analyser les phénomènes OVNIS. Le GEIPAN se trouve au sein du CNES, le Centre National d’Études Spatiales à Toulouse (31). Météorite, alignement de planètes, reflet d’étoile, passage de satellite Bien évidemment, les agents du GEIPAN (Groupement d’Etudes et d’Informations sur les Phénomènes Aérospatiaux Non identifiés) ont accès à tous les outils et données du CNES pour expliquer chaque phénomène : un « PAN » (Phénomène Aérospatial Non identifié). Si la Picardie et les Hauts de France ne dénombrent pas plus de phénomènes ovnis observés que dans les autres régions, quelques cas restent pourtant toujours inexpliqués. Une série signée Julien Guéry, Mathieu Maillet, Éric Rattenni, Romain Lecomte et Fabien Desgardin.

 

OVNI en Picardie – Épisode 4 – Oser Témoigner

 

Si la vidéo ne fonctionne pas Cliquez ici

Lorsque l’on est témoin d’un phénomène OVNI, la démarche officielle est d’aller faire une déposition en gendarmerie ou d’en informer le Geipan. Cependant, cela n’est pas toujours évident d’oser témoigner. A Liancourt, dans l’Oise, l’ingénieur à la retraite Pierre Dauchin nous raconte son expérience et son « parcours » suite à son observation en avril 2015. Une série signée Julien Guéry, Mathieu Maillet, Éric Rattenni, Romain Lecomte et Fabien Desgardin.

Direct, replay, actu en continu  site France 3 Hauts-de-France : ▶ http://hdf.france3.fr

 


Ovnis dans le Nord de la France : Sortie du livre de Jean-Pierre D’hondt

22/02/2017

Nous l’attendions avec impatience et je suis heureuse de vous annoncer la sortie du livre de notre ami Jean-Pierre D’hondt, Responsable des Rencontres Ufologiques du Nord :

Ovnis, 1 siècle d’observations dans le nord de la France.

Éditions Le temps présent -collection Énigma : http://jmgeditions.fr/index.php?id_product=406&controller=product

 

 

413u6hs20dl

Présentation de l’éditeur
Ce livre dresse le bilan de 25 années de recherches menées par une association consacrée à l’étude des apparitions d’Ovnis dans le nord de la France. Après quelques généralités sur la recherche ufologique, Jean-Pierre D’hondt présente les travaux de cette association qui réalise des enquêtes de terrain les plus rigoureuses possible. « Au cours de nos recherches, nous avons mis en évidence bien des faits étranges liés à l’ufologie : phénomènes lumineux, comportements tout à fait singuliers de ces étranges phénomènes, ainsi que d’extraordinaires effets d’activations de l’acuité visuelle des témoins.
Ces spécificités, très éloignées de nos connaissances scientifiques actuelles, démontrent la singularité et la réalité du phénomène. L’ouvrage énumère plus de 700 cas d’observations qui ont été répertoriés depuis le début du XXe siècle jusqu’à nos jours, pour ensuite examiner l’intégralité des rapports réalisés sur les 75 cas les plus étranges s’étant déroulés dans les Hauts-de-France. Nous rappelons l’intérêt, pour nos sociétés, de poursuivre l’étude du phénomène et, bien qu’il semble difficile d’innover en la matière, car beaucoup de choses ont été écrites sur les ovnis, nous pensons avoir suggéré dans cet ouvrage quelques pistes de recherches relativement nouvelles.
Rappelons qu’en ufologie, il faut savoir tout envisager, mais surtout ne rien affirmer… pour l’instant ! » Maltraitées de manière récurrente par les médias, locaux comme nationaux, les apparitions d’ovnis méritaient qu’une étude sérieuse leur soit consacrée. Voilà qui est fait.

Liens externes :

http://www.lavenirdelartois.fr/bethune/ovnis-jean-pierre-a-recense-les-cas-les-plus-troublants-ia694b0n198888

http://livre.fnac.com/a10274494/Jean-Pierre-d-Hondt-Ovnis

http://www.decitre.fr/livres/un-siecle-d-observations-d-ovnis-dans-le-nord-de-la-france-9782351852422.html

http://www.nordlittoral.fr/19716/article/2017-02-18/ovnis-jean-pierre-recense-les-cas-les-plus-troublants-dans-l-artois

http://ovniparanormal.over-blog.com/2017/02/jean-pierre-d-hondt-a-publie-son-livre-sur-les-ovnis-dans-le-nord-de-la-france.html


Flash back – L’affaire de Ronchin (59) – 1971

23/02/2011

Source : forum-ovni-ufologie.com via Les Ovnis.com

Date d’observation : 19 septembre 1971 Heure : 20:15 heures
Type d’observation: Visuel : proche Nbre de Témoins: 12

Plusieurs témoins décrivent le même phénomène.

Témoignage n°1 :
M. Pierre R…, se déplace à bicyclette sur le pont « Geslot « , lorsqu’il aperçoit dans le ciel à une altitude indéterminée, mais au-dessus des toits environnants, deux « boules de feu  » ayant un diamètre apparent mais difficilement déterminable de la part du témoin, présentant une coloration violette très lumineuse. Ces deux boules descendent assez lentement vers le sol, elles descendent verticalement en restant parallèles, distantes l’une de l’autre d’environ 5 à 10 cm à bras tendu. Les deux boules disparaissent derrière les toits. Durée de l’observation : environ 3 secondes. M. R… rentre chez lui pensant qu’il s’agit de fusées lancées d’un avion, mais se rend compte que son observation s’est déroulée sans le moindre bruit.

Témoignage n°2 :
Mme D… Bérangère, 16 rue … à Lille observe vers 20 h 15 le phénomène depuis la fenêtre de son immeuble, et donne une direction est-sud, avec une trajectoire descendante vers le sol suivant un plan incliné. Coloration rouge violacé. Durée de l’observation : quelques secondes.

Témoignage n°3 :
M. C… Pascal, 4 rue… à Faches-Thumesnil déclare avoir vu les deux boules rouge foncé descendre « comme un feu d’artifice « .

Témoignage n°4 :
M »‘ Saint L…, 8 rue… à Faches-Thumesnil déclare avoir vu descendre deux boules « grosses comme des petits ballons  » de couleur violette.

Témoignage n°5 :M. Van… Alain, 314 rue… à Ronchin, déclare qu’en sortant dans son jardin vers 20 h 15 avec son chien (qui ne manifesta aucune réaction), il entendit un sifflement « moyen « , il leva la tête et vit passer au-dessus de lui à l’horizontale une lueur informe très lumineuse, qui éclata soudain « silencieusement  » et se répartit en étincelles qui retombèrent en s’éteignant. Durée de l’observation : environ trois secondes.

Témoignage n°6 :
M » » L…, M »16 B…. et sa fille eurent leur attention attirée vers 20 h 15 par les aboiements d’un chien, c’est alors qu’elles aperçurent par la fenêtre deux objets en forme de fusée qui descendaient vers le sol très rapidement avec des éclats lumineux sur les côtés et une queue rouge corail. Ces objets se trouvaient à environ 15 mètres d’altitude et avaient une longueur apparente de 30 cm à bout de bras. Ces objets disparurent derrière un rideau d’arbres. Les témoins n’entendirent aucun bruit.

Témoignage n°7 :
Mme B… demeurant 173, rue… en face du champ où furent relevées les traces, se trouvait chez elle regardant la télévision quand son attention fut attirée par le fait que la pièce où elle se trouvait fut soudain baignée d’une étrange lumière violette sombre. Mme B…. s’écria à l’intention de son fils : « II y a le feu « , M. B… ne voyant rien à la fenêtre monta sur le toit de son garage, c’est alors qu’il vit dans le champ en face de chez lui, des flammes hautes d’un mètre environ qui paraissaient faire un véritable rideau. Les flammes s’éteignaient et se rallumaient, mais à présent elles étaient orange et non violette.

Témoignage n°8 :
MM. R… Alain, R… Michel (son frère), MM. P… Claude et T… Raynald, descendaient de voiture en face de leur domicile 366, rue… à Ronchin, lorsque leur attention fut attirée par la luminosité du ciel succédant soudain à l’obscurité de la nuit. Se tournant dans la direction de cette luminosité, c’est-à-dire vers le champ où les traces d’incendie furent relevées, les quatre jeunes gens aperçoivent deux boules très lumineuses, rouges, ayant le diamètre apparent de la pleine lune à bras tendu, s’élevant dans le ciel verticalement, rapidement, et à une certaine altitude indéterminable de la part des témoins, mais pas très haut. Les deux boules qui, jusqu’ici, s’élevaient parallèlement, s’éloignent l’une de l’autre en s’inclinant vers l’horizontale et disparaissent à la vue des témoins sans ralentissement de leur vitesse et sans diminution de leur intensité lumineuse, comme si soudainement les deux boules s’éteignaient. Durée totale de l’observation : environ trois secondes.
Un incendie se déclara dans le champs, les pompiers qui intervinrent trés rapidement purent éteindre ce dernier sans utilisation ni d’eau ni de produits simplement en tappant sur l’herbe avec des broussailles.
La surface brûlée fut examinée très attentivement. De cet examen il ressort que les traces s’étendent sur une surface d’environ 20 mètres sur 20 mètres, leurs délimitations irrégulières permettent cependant de discerner deux foyers qui se sont rejoints. Bizarrement la surface n’est pas entièrement calcinée mais présente des bandes relativement parallèles d’herbes non brûlées, mais un peu desséchées. (Il s’agit en réalité d’un jeune seigle d’une dizaine de centimètres repoussant sur une récolte antérieure n’ayant pas été coupé, mais littéralement broyé et déchiqueté par une violente chute de grêle durant le mois d’août.) La terre sous l’herbe brûlée, semblait durcie par rapport à la terre de l’extérieur de la périphérie, mais n’était pas noircie par le feu. Aucun impact ou traces en creux sur le sol ne furent constatés. De très petits fragments de métal fondu furent retrouvés sur la surface brûlée. Ces fragments de métal ainsi que des prélèvements de terre, d’herbes calcinées, d’herbes desséchées, ainsi que des éléments comparatifs prélevés hors des traces furent remis à fin d’analyse aux laboratoires de la Chambre de Commerce de Roubaix.

Les enquêteurs de la SOBEPS (groupement belge), ayant testé les traces au compteur Geiger, ont déclaré avoir enregistré une légère radioctivité.

Le commissariat de Faches-Thumesnil, ainsi que la gendarmerie de Lesquin ont procédé à une enquête, mais n’ont pu déterminer les causes du sinistre. Différentes possibilités furent envisagées par les policiers dont, celle d’un feu d’artifice, il y en eut un effectivement ce dimanche soir, mais dans une commune éloignée de Ronchin et les policiers ont vérifié qu’il était matériellement impossible qu’une fusée de feu d’artifice ait franchi cette distance.

Les résultats des analyses sont édifiants. Ils portent entre autre sur les particules métalliques qui ont été découvertes parmi les traces calcinées subsistant à l’endroit précis de cet atterrissage, et ce sont ces particules qui ont fait l’objet d’une analyse chimique en novembre 1971. Ces analyses effectuées par le laboratoire de la Chambre de Commerce de Roubaix révèlent que nous sommes en présence d’aluminium et de magnésium. Cela ne soulèverait aucune question particulière. Mais outre le fait que les proportions de ces deux constituants ne correspondent à la composition d’aucun alliage industriel, ces deux composants métalliques se sont révélés être exempts de la moindre impureté, à la stupéfaction des chimistes. Malgré l’extrême sensibilité des méthodes d’analyses utilisées, et les soins très exceptionnels apportés à cette recherche, aucune des vingt-deux impuretés, qui polluent la totalité des métaux fournis par l’industrie, n’a pu être décelée, même à l’état de traces indosables.

Ensuite, en mai 1975, le laboratoire national de métallurgie de Nancy (relevant du CNRS) procéda à l’analyse ultra-fine de ces particules au spectrographe de masse. Cela a permis de révéler que la composition isotopique du magnésium contenu dans ces particules n’est pas la même que la composition isotopique du magnésium terrestre. De plus, il a été constaté la présence d’un ion inconnu sur terre (masse atomique 44).

Objets volants non identifiés voir la vidéo


Catalogue Régional d’observations

26/01/2009

Quelques observations dans la région Nord/Pas de Calais dont la plus ancienne remonte à 1461 à Arras  !

sur le site du GERU


Des Ovnis dans le nord

13/06/2008

Plusieurs observations ont eu lieu dans le nord au mois de mai, le soir du 11 à Berck, et une rencontre rapprochée dans les weppes … Lire le reste de cette entrée »


%d blogueurs aiment cette page :