Ovnis à Salta – Argentine

11/06/2011

Mardi,  7 Juin   2011

Source: Diario 24 (Argentina)
Date: 06.07.11

Encore un OVNI. Le journaliste Nestor Sanchez a filmé l’objet et exprimé sa surprise.

A Salta, un journaliste a manifesté sa surprise d’avoir photographié un OVNI.  L’événement s’est produit sur la route nationale 51, à une altitude d’environ 3200 mètres sur le versant Chorrillos, un endroit situé à 180 km à l’ouest de la capitale de Salta.

L’homme qui a pris la photo est Nestor Sanchez, qui faisait partie d’une caravane de véhicules sur la  route de la ville chilienne d’Antofagasta, dans le but de promouvoir  le voyage en voiture le long de la dite route.

Selon le journal de Salta « El Tribuno », Sanchez a expliqué qu’il a photographié l’objet à  l’aide d’un « appareil photo Nikon D90 grande vitesse ». « J’ai tourné une séquence d’images et  l’objet est apparu dans l’une d’entre elles. Il n’a pas été enregistré  par l’oeil humain sans doute dû au fait qu’il volait à une vitesse élevée, a t-il expliqué.

Se décrivant comme « un sceptique quand il s’agit de ce sujet», le chroniqueur financier pour le canal 11 de Salta a dit qu’il était «surpris». « Si l’on agrandit l’image, vous avez la certitude de faire face à quelque chose d’origine humaine. J’ai d’abord pensé qu’il pourrait s’agir de  l’un des F-16 de la Force aérienne chilienne, patrouillant dans la zone, mais ce n’était pas cela. Je suis impressionné. Sanchez est également l’hôte d’un talk-show radio sur Radiodos, FM 93.
L’image a été prise sur le premier jour du mois (01.06.11) peu après 11 heures.

(Traduction (c) 2011, S. Corrales, IHU. Remerciements particuliers à Guillermo Gimenez, Planeta UFO)

Traduction de l’anglais – Area51blog

Source :  http://inexplicata.blogspot.com/


Argentine: Un ovni prélève de l’eau en 1980

19/09/2010

Illustration

Notre collègue Esteban Coronel de l’Equateur nous a envoyé un cas très intéressant qui se rapporte à un des articles des infos d’hier: l’évènement de 1999 impliquant un objet non identifié qui a apparemment privé d’eau une installation militaire argentine.

Ce nouveau cas, de 1980, apparaît sur le site Web chercheur espagnol Juan José Benítez (www.planetabenitez.com) et a eu lieu en Janvier de cette année là, sans qu’on ait jamais déterminé de date. Trois jeunes argentins – Daniel Crescini, 16 ans, Federico Higa, 18 ans et Gustavo Moreno, 17 ans ont entrepris un voyage à la rivière Sali dans la province de Tucumán (nord de l’Argentine) avec un résultat totalement inattendu.

Le site de  Benítez cite un entretien avec Marcelo Eduardo Pichel, qui a réussi à parler avec les jeunes gens à l’époque :

« Le premier jour», a déclaré Crescini nerveusement, « nous nous sommes plutôt ennuyés. Les poissons ne mordaient pas avant la nuit … le lendemain, nous nous sommes levés tôt et l’un de gars a dit qu’il avait fait un cauchemar affreux et a même pensé que le sol tremblait. Nous ne lui avons pas prêté attention et sommes retournés à la pêche. Mais toujours pas de chance. Nous avons commencé à jouer aux cartes et presque la tombée du jour, nous avons réalisé  qu’en fait le sol   tremblait.

« C’était comme un tremblement de terre. Un bruit très fort semblait venir des profondeurs de la terre. Nous avons cherché dans tous les sens jusqu’à ce que nous ayonss vu un tourbillon d’eau dans la rivière. Il était éloigné d’environ cinquante mètres. Cette chose est passée de la surface de l’eau dans l’air, absorbé par un objet plat et métallique qui est resté  statique environ trois mètresau dessus de  la rivière. « 

Federico Higa a continué l’histoire: « Il semblait immobile. Il n’avait pas de feux ou de hublots et ne semble pas à tourner sur lui mêms. Pour autant que je sache, les objets de ce genre tournent toujours sur eux même. Nous avons alors dit à Daniel d’aller chercher l’appareil photo, pour essayer de prendre un instantané. « 

Pendant ce temps, Crescini, presque paralysé par ce qu’il voyait, se rendit à la tente et prit l’appareil photo (un Kodak 136) avec un film couleur. Un autre petit tremblement lui a fait perdre l’équilibre pendant qu’il courait.

« Nous étions tous très nerveux », a poursuivi Crescini. «Un des gars a  commencé à saigner du nez. Je ne pouvais même pas appuyer sur le déclencheur. La vue de l’objet m’a paralysé. Mes amis ont dû me pousser, et ils m’ont même donné des coups de pieds pour que je prenne  des photos. Et je l’ai fait alors que  l’objet commence à monter très lentement. « 

À ce moment, les trois témoins ont eu un peu le vertige et se sont sentis étourdis. Le fait est qu’ils sont incapables de se rappeler ce moment avec précision. « Il semblait que cette« chose » a réalisé que nous la regardions», ajoute Higa. « L’observation a duré environ cinq minutes. Plus tard, la soucoupe volante – ou quoi que ce soit – a tout à coup poussé vers le haut et s’est perdue dans le ciel. « 

Les environs de la rivière étaient  complètement désers. Les trois jeunes se souviennent d’avoir entendu des coups de feu ce jour-là (peut-être des chasseurs dans la région), mais il n’y avait pas d’autres témoins. Ils étaient les seuls à svivre l’expérience saisissante.

«Personne d’autre n’a vu l’OVNI, »  dit Crescini ensuite. « Quand il a disparu, nous avons levé le camp et je suis retourné à San Miguel de Tucumán, très effrayé. »

Les jeunes gens ont hélé un automobiliste qui a offert de les ramener à San Miguel de Tucumán, mais ils étaient incapables de dire un mot de ce qui leur était arrivé. Une fois la maison, ils ont emmené la pellicule à  développer à un magasin de photo local. Les expérimentateurs ont dit à Pichel lors de l’entretien  que le propriétaire du magasin avait offert dix millions de pesos pour les clichés, mais ils avaient décliné  l’offre, préférant conserver le souvenir de leur aventure à faire dresser les cheveux sur la tête. Dans un premier temps, les jeunes craignaient d’être méprisés s’ils racontaient leur histoire, mais l’offre pécuniaire du propriétaire du magasin de  photo avaient  renforcé leur confiance.

« S’il n’avait pas ri», a déclaré Moreno, « pourquoi riraient  les autres? Lorsque nous avons finalement eu la photo dans nos mains, nous n’avions plus de doutes. La «chose» qui nous a paralysé à River’s Edge n’était pas une l’hallucination. « 

Moreno a raconté le minimum à  Pichel au cours de l’entrevue. Il a fait des cauchemars après l’expérience, en se réveillant au milieu de la nuit pendant deux nuits d’affilée, en proie à un sentiment d’angoisse. Les calculs montrent que l’objet figurant sur la photo mesurait de 25 à 30 mètres de diamètre, et peut-être trois à quatre mètres de haut à sa partie la plus épaisse.

Nous n’avons pas l’autorisation de M. Benítez d’utiliser la photo de son site, mais toute personne intéressée peut cliquer sur http://www.planetabenitez.com/ovnis5/1980argentina.htm pour un jeter un oeil sur le véhicule absorbant l’eau après son apparente « ravitaillement » opération était terminée.

Merci à Mr.Coronel pour rechercher ces informations, et au légendaire JJ Benítez de les rendre disponibles.

source : http://inexplicata.blogspot.com/


Ovni et réservoir à eau à Entre Rios – Argentine

14/06/2010

Date: 8 juin 2010

[Ce cas intéressant montre à nouveau l’épuisement des réservoirs d’eau par des forces inconnues – une constante dans les cas d’OVNIS en Argentine depuis la vague des mutilations de bétail de 2002 et de la recherche sur le drainage de l’eau mystérieuse de piscines et bassins menée par Quique Mario depuis le début des années 2000 à Santa Rosa, Argentine – SC]

Argentine : Ovnis présumé à  Entre Rios

Par Norberto Puntonet/ La capital

Un agriculteur de Rosario qui visitait une ferme dans la province de Entre Rios a affirmé avoir vu un OVNI alors en compagnie de ses deux fils et la propriétaire de la « El Rancho » un établissement rural. L’évènement curieux s’est produit samedi dernier à quelques 23 kilomètres de la ville de Federal et à quelque 400 km de Rosario.

Ce n’est pas la première fois que le témoin voit un ovni, bien qu’il reconnaisse que cette fois ci il a eu « très peur ». L’homme, qui a demandé à rester anonyme,  a un stand de pommes de terres au Mercado de Concentration à Fisherton et lorsqu’il a le temps, il rend visite à un ami qui possède un champ à Entre Rios. Luis, natif de General Lagos, a déclaré au journal La Capital : « Je me rend fréquemment  à Entre Rios à cause de mon travail    et je me suis fais  de grands amis. C’est la quatrième fois que je vois d’étranges lumières dans le ciel d’Entre Rios, mais jamais si proches. Pour me changer un peu les idées,  je suis allé à « El Rancho » ce week-end avec mon fils Guillermo. Ce que nous deux a vu, avec le propriétaire du champ, nous a laissé stupéfaits « , admet-il.

Luis a ajouté que, comme ils prenaient des choses de leur camion, ils ont vu une lumière venir de loin. « Il était neuf heures du soir et nous sommes allés prendre quelques choses du camion pour aller en ville chercher du carburant. Nous avons vu une lumière qui s’approchait de nous et nous avons demandé au propriétaire des lieux, dont le nom est Guillermo Jorjato, s’il attendait quelqu’un. Il a dit non. La lumière venait à travers le milieu du terrain et non pas le long de la route. Nous sommes restés là à regarder, à voir ce que c’était. « 

A Quelque 300 mètres de nous se trouvaient un moulin à vent et un » réservoir d’eau   Australien « d’une capacité de 125.000 litres. Lorsque la lumière atteingnit le réservoir, il se souleva et resta suspendu . Nous pourrions clairement voir que c’était un vaisseau en forme d’assiette renversée. Il faisait deux fois la taille de la citerne. Selon moi quelques 25 ou 30 mètres. Il avait des lumières rouges vertes et grises qui tournaient mais ne faisait aucun bruit. Mon fils voulait courir à la  maison pour chercher un fusil afin de tirer sur le vaisseau, mais je l’ai arrêté. A quoi bon une telle arme contre cette  démonstration de technologie? « 

A cette époque, le propriétaire a déclaré à Luis qu’il n’avait jamais vu les lumières, ni rien de semblable, mais qu’il avait à plusieurs reprises constaté que  la citerne avat été vidée  pendant la nuit, sans trouver de traces de pneus  ou de traces  d’eau déversée dans les environs.

« Après un bref moment suspendu au-dessus du réservoir, le dispositif alla tout droit à une vitesse impressionnante. Nous avons seulement entendu un bruit léger, mais un bruit de frottement, pas d’un moteur, comme le son d’un »Z » prolongé. Quand il atteignit une certaine altitude que je ne peux pas imaginer, on entendit deux petites explosions, comme des fusées. Je suppose que cela se produit lorsque le mur du son est cassé », réfléchit il.

« Le lendemain nous sommes allés voir le réservoir. Il était plein d’eau. Nous ne savons pas pourquoi ils n’ont pas pris l’eau cette fois. Ils ont du lire dans l’esprit de mon fils et ont eu  peur!  » dit Luis ironiquement, bien qu’il avoue avoir » tremblé comme une feuille  » sur le moment.

(Traduction (c 2010), S. Corrales, IHU. Merci spécial à Guillermo Gimenez, Planeta UFO)

Source Inexplicata

Source: Diario La Capital http://www.lacapital.com.ar/contenidos/2010/06/08/noticia_0014.html

Traduction de l’Anglais : Era


L’Enigme des rayons provenant des ovnis

15/05/2010

You Light Up My Life: The Enigma of UFO Beams
By Scott Corrales
(c) 2010

Traduction Era

Les allégations de blessures causées par la présence d’objets volants non identifiés remontent au début des manifestations contemporaines du phénomène dans les années 1940. Les lecteurs ayant une formation approfondie dans le domaine pensent probablement tout de suite à l’affaire Stephen Michalak (Canada, 1965) ou au cas Aracariguama (Brésil, 1949), ou à des incidents beaucoup moins lugubres comme le patrouilleur dont la blessure – une morsure de son alligator de compagnie –  aurait été guérie par le  faisceau ‘OVNI. Des groupes d’humains ont été victimes de ces attaques de rayons, comme dans le cas Argentin de Trancas, où une famille a été assiégé dans sa maison par les armes a rayons qui ont provoqué une augmentation drastique de la température, ou du Brésil Ilha Colhares, où habitants de la ville ont été  la proie des méfaits d’un dispositif ressemblant à une machine  – et encore inexpliqué –  du Chupa-chupas.

Des cas plus anciens peuvent presque certainement être trouvés, en remontant aussi loin que la Bible, lorsque les explications de ces rayons étaient habituellement associées à la punition des méchants ou des manifestations de mécontentement divin extrême. Cela peut paraître un peu cavalier de dire que les « effets physiques sont la moindre des choses », mais les humains ont également subi de profonds changements psychologiques à la suite de ces projections: des changements dans la philosophie religieuse, une augmentation spectaculaire de QI et d’autres mutations sont connues, même si elles restent largement anecdotiques. Dans les temps anciens, nous nous référions à ce phénomène comme une«illumination» – peut-être avec raison. Tout comme Paul sur le chemin de Damas, une présence non-humaines croise notre route et change notre vie à tout jamais dans un flamboiement de lumière.

Les développements dans l’étude des rayonnements électromagnétiques nous ont donné de nouveaux éclairages sur l’effet des différents types de « rayons » émis par les ovnis. Nous savons que les micro-ondes à basse fréquence peuvent causer des dommages irréparables au système nerveux de l’homme, et d’autres longueurs d’onde peut être effectivement avérées bénéfiques pour les humains en quantité modérée.  Normalement, une exposition de 10 à 30 milligauss  est considérée comme acceptable, et c’est ce que nous recevons de terminaux informatiques, téléviseurs, fours à micro-ondes, etc.

Les rayons « bénins »  émis par objets volants non identifiés sont rares par rapport à ceux qui ont été mortels qui ont été le sujet d’une douzaine d’études. La mort des témoins en raison de l’exposition aux rayonnements inconnus est  discutée dans le livre fr Jacques Vallée, Confrontations, dans lequel il raconte les attaques alarmantes non provoquées sur les êtres humains dans le nord du Brésil. Au cœur de l’ouvrage sont les attaques par des dispositifs ressemblant à des machines dénommés chupa-chupas par les indigènes. Vallée nous entraîne dans des récits cauchemardesques dans lesquels les protagonistes – qui ont une exposition limitée à une culture « tournée vers l’espace » fournissent une description candide de blessures infligées par des armes à rayons et à gaz, la mort de parents et amis dans ces attaques, et les séquelles de de telles expériences.

Le samedi, 30 Décembre 1972, Ventura Maceiras, le gardien de 73 ans d’une propriété située dans le parc municipal de Cabañas Angel Tres Arroyos, la province de Buenos Aires (Argentine), sirotait tranquillement  du thé, un soir, quand un objet brillamment illuminé  est apparu de nulle part, dans une clairière à proximité.  Il pouvait clairement discerner la silhouette de deux êtres dans l’objet scintillant,  et avec la courtoisie rustique du gaucho,  Maceira tendit la tasse de « mate » – l’infusion traditionnelle argentine – aux nouveaux arrivants. Son chat qui venait juste de donner naissance à une portée de chatons, s’est enfuie de la lumière surnaturelle, abandonnant ses petits.

Les événements qui suivirent l’apparition de l’engin extraterrestre se sont déroulés rapidement. Maceira a vu les êtres s’écarter, dans un éclair de lumière, et a immédiatement commencé à se sentir mal, avec des vomissements et une légère incontinence. D’étranges vrilles  d’une substance fine et semblable à du fil (une forme de maladie des Morgellons ?) coulait de ses yeux et son taux de globules a chuté précipitamment. Les chercheurs ont été surpris de constater que des poissons dans un étang voisin étaient morts de causes inconnues. La chatte de  Maceira était revenue, affichant des taches de fourrure brûlée comme à cause d’une chaleur extrême, et plus tard mourut mystérieusement, avec le chien de Maceira, qui est rarement mentionné dans les nombreuses  narrations de ce  cas. Mais un événement totalement imprévu se mit à transpirer: Maceira commençait à acquérir des pensées étrangères à son expérience et à sa maigre éducation. Il était en mesure de discuter les subtilités de l’histoire, de la philosophie, de la médecine et  de l’astronomie avec des experts venus de la capitale pour le voir. À la stupéfaction de ses médecins traitants, Maceira avait  une nouvelle série de dents qui poussait. Il convient de noter, toutefois, que les enquêtes ultérieures remirent en question le développement dentaire et l’amélioration présumée de ses yeux.

En début de soirée du 1er Octobre 1977, un garçon de 8 ans nommé Martin Rodriguez aurait été blessé par un OVNI à la périphérie de la ville espagnole de Tordesillas (peut-être mieux connue comme le lieu où l’Espagne et le Portugal ont signé un traité au 16ème siècle, se partageant   la planète entière).  Le jeune martin avait quitté l’école et se dirigeait vers une partie déserte de la ville pour jouer à cache cache avec ses amis, toujours à portée de voix les uns des autres. Accompagné de son inséparable ami Fernando, ils arrivèrent à un bâtiment en ruine. Prenant une pierre à partir du sol, Martin le jeta par dessus la clôture dans ce qui aurait dû être un terrain vague, mais a été surpris d’entendre un bruit métallique de l’autre côté. Incapable de résister à leur curiosité, les garçons sont entrés dans la bâtisse à l’abandon pour faire face à une source de lumière aveuglante de l’autre côté de l’édifice en ruine.

L’objet avait la forme d’une larme, et planait sur les morceaux de brique et de pierre brisée en vrac. Hypnotisé par la vue incroyable, Martin n’a pas réagi quand un faisceau de lumière en apparence solide  sortit de la goutte d’eau et a heurté son plexus solaire. Il dira plus tard qu’il se sentait «accroché» par le faisceau et incapable de se libérer de la lumière. Fernando, étourdi par la situation, a tenté d’aider son ami en tirant sur lui -c’est à ce moment que le faisceau s’est coupé et la source de lumière en forme de larme monta lentement dans le ciel noir. Martin a chuté au sol, impuissant.

Les jours suivants amenèrent des visites de médecins de famille, des amis et des citadins qui avaient entendu parler de l’événement. Martin eut des maux de tête et des étourdissements; son récit a été rejeté comme « rêve d’enfant », même si son père avait recueilli d’étranges cendres noires à sur le site censé avoir été survolé par la lumière en forme de larme. Peut-être plus inquiétant pour le jeune garçon effrayé et ses parents,   sa perte partielle de la vision une quinzaine de jours après l’incident, préfigurant que le pire était  à venir.

Car en effet, auparavant en bonne santé, le garçon s de huit ans a développé des symptômes médicaux inquiétants après être tombé dans un coma qui aurait duré plusieurs semaines, puis être soumis à des procédures chirurgicales dont le but n’a jamais été clairement expliqué à l’enfant ou ses parents désespérés (au-delà d’occasionnels diagnostics de l’hydrocéphalie) et qui conduirait à dix autres opérations.

En 2009, Martin a été invité au show télévisé du journaliste ufologue espagnol  Iker Jimenez Cuarto  Milenio pour raconter son expérience, assisté  par une dramatisation des événements qui fait frissonner, et pour  décrire l’objet en  de plus amples détails,  depuis ses supports, ses écoutilles jusque sa  couleur  » de plomb terne ». Les téléspectateurs ont eu droit à un croquis de l’objet, montrant un dispositif de projection à trois volets »qui était  la source du rayon.

La rencontre de Martín Rodríguez avec l’inconnu ne lui a pas  donné de super pouvoirs ou augmenté son QI. Elle a simplement ruiné la vie d’un enfant en bonne santé, dynamique qui a été  discrètement accusé d’être « malade mental » à la suite de l’épreuve. Lorsqu’on lui a demandé lors de l’entrevue, s’il souhaite voir l’objet à nouveau, Martin a été ambivalent. Il hésita, et répondit qu’il serait bon de montrer à  d’autres  ce qu’il avait vu cette nuit-là, juste pour dissiper tous les doutes quant à la réalité de son histoire.

Martin aurait peut-être trouvé un certain réconfort au fil des ans, sachant qu’il n’était pas seul. D’autres hommes ont trouvé  leur vie ruinée par les émanations des objets inconnus: regardez ce qui est arrivé à « Pedro », le protagoniste d’une affaire tragique de Luis Ramirez Contacto Reyes: Mexique (1977)

Un week-end en Décembre 1988, Pedro et un ami étaient allés jouer à un jeu  de tennis matinal sur  la terre battue face à une grande usine automobile de l’Assemblée à la périphérie de la ville de Mexico. En attendant que d’autres collègues se joignent  à eux, les deux hommes sentirent soudain que «le soleil se levait derrière eux. » En se retournant, ils furent absolument atterrés par la vue d’un véhicule descendant circulaire qui irradiait  d’énormes quantités de lumière blanche, illuminant toute la zone. L’engin en forme de soucoupe a atterri sur un champ voisin.

Pedro et son ami réprimant une forte envie de fuir se contraignirent à  rester pour voir ce que d’autres développements incroyables produiraient. Leur courage et leur patience furent récompensés par un aperçu de deux créatures, décrist comme vêtu de costumes gris moulants et mesurant environ 1mètre20 de haut. Pedro a ajouté que « les créatures ne ressemblaient pas à ce que vous   les ufologues décrivez », indiquant que la tête avait des proportions normales, avec une petite bouche et un petit nez et les yeux bridés.

L’étonnante expérience a duré environ 20  minutes, selon l’estimation de Pedro. Les minuscules extraterrestres regagnèrent leur engin, qui s’éleva dans les airs et disparut « comme ils le font dans les dessins animés ». Les témoins décidèrent qu’il était plus sage de ne partager leur expérience avec  personne.

Le lendemain, Pedro a repris son travail à l’usine de montage de voitures se sentant confus et pensif. Il a dit à l’enquêteur Ramírez qu’il craignait que ses collègues ne le prennent pour «un fou ou un usager de drogue » s’il racontait son histoire. Bien que dans l’exercice de ses fonctions, le témoin d’OVNI a été soudainement saisi par des convulsions inexpliquées, des convulsions sur la ligne d’assemblage. Il a été emmené dans un établissement médical, où le médecin de garde a décidé de l’envoyer à un psychiatre, étant donné que Pedro « divaguait sur les extraterrestres lors de ses crises. »

Un psychiatre a déterminé que même s’il ne pouvait rien trouver  de mal à Pedro, ses révélations à propos de l’observation et des extraterrestres  pourraient indiquer la schizophrénie. Le malheureux témoin a été envoyé à un centre de santé mentale où il prétend qu’il a été injecté avec une substance qui fait de lui «ressemblerait» écrou, ce qui rend plus facile pour tout le monde autour de lui pour le rejeter comme irrémédiablement fou. Malgré l’influence de la drogue, Pedro essayé dire à ses parents qu’il n’était pas fou, mais il n’a pas été cru.

Le témoin d’OVNI a été admis  dans un établissement de santé mentale où il fut témoin des abus les plus atroces des détenus par leurs gardiens. L’un des infirmiers de l’asile soupçonnant que Pedro n’était manifestement pas  fou,   lui dit de «se comporter comme un paranoïaque » pour éviter de nouveaux problèmes au cours de son séjour dans l’établissement.

Heureusement pour Pedro, son compagnon du court de tennis avait choisi de divulguer l’expérience d’OVNI dans son intégralité, malgré sa promesse de le cacher. C’est ce qui  s’est finalement avéré  être la clé qui a permis à  Pedro de sortir de l’établissement de santé mentale. « Mais lors de ma libération », a-t-il-dit à  Ramirez, «je ne fus  pas encore exempt des critiques de mes camarades. Les gens ne m’ont manifestement pas cru, croyez-moi ou non mon ami, dans la mesure où  on m’a refusé un emploi dans l’usine de  montage de voitures  ou dans les usines d’autres domaines. « 

De peur que le lecteur ne  commence à croire que ces incidents sont en quelque sorte confinés à l’Amérique latine et en Espagne, il existe plusieurs cas européens qui présentent également des situations similaires. Un cas assez dramatique scandinave vient à l’esprit: La rencontre de  Aarno Heinonen et Esko Viljo avec l’inconnu en Janvier 1970 dans les forêts de Imjarvi, sud de la Finlande. Ces deux skieurs de fond s’étaient arrêtés pour une pause et ont remarqué l’approche d’une lumière très puissante, enveloppée dans une brume rouge tournante. L’objet a recraché  un minuscule occupant  qui a tiré un faisceau pulsé sur  Heinonen au milieu de la brume épaisse rouge. L’objet, l’ufonaute et la brume rouge disparurent en même temps, ne laissant que le vide. L’homme blessé fut incapable de marcher et dut être aidé par son compagnon pour regagner le village le plus proche. Les symptômes de l’attaque au rayon injustifiée incluaient  des maux de tête lancinants, des vomissements et des urines noires. Cette première expérience a apparemment débloqué une succession de ce qu’on pourrait appeler des activités de « contacté » impliquant les deux hommes.

Source : http://inexplicata.blogspot.com/


Le phénomène Ovni en Argentine

05/04/2010

J’ai trouvé le témoignage qui suit sur ce site :  http://www.petitherge.com/article-1191916.html dont je remercie  l’auteur de m ‘avoir aimablement autorisée à le reprendre ici  :


« Le début du pourquoi :

J’ai ouvert cette section en juin 2006 après maintes réflexions. L’objectif que je m’étais fixé sur le contenu de ce site était de tracer un vaste panorama de la situation de l’Argentine en ce milieu des années 2000 sur des aspects bien cartésiens tels que l’économie, la politique, le tourisme, les aspects sociaux et la vie quotidienne de ses habitants. Et puis voilà qu’un beau jour en mars 2006, je me retrouve derrière mon volant en compagnie d’un autre français sur une route déserte de la province de San Luis alors que deux boules de lumière « s’amusent » à nous précéder et à nous suivre au raz de la route à une distance de 100 à 200 m de notre véhicule. Notre péripétie aura duré une heure et quart et m’aura marqué bien plus que je ne pouvais le supposer une fois le « cauchemar » terminé. Deux semaines pour retrouver un sommeil paisible, et trois mois pour retrouver mes esprits.

A force d’ingérer à la télévision des tonnes de feuilletons fantastiques et de sciences-fictions durant des années, on penserait pouvoir être blindé à tout évènement « hors normes » dans sa vie. Pour ma part je me suis rendu compte ce jour-là que je ne l’étais pas. Au diable la curiosité, les photos, le témoignage, je vous garantie que ce jour un seul sentiment m’avait pris à la gorge, c’était la fuite et le sauve qui peut !  75 minutes de fuite en voiture sur cette route qui ne paraissait jamais finir avec nos deux « visiteurs » à nos trousses jusqu’à ce que nous puissions reprendre une grosse nationale avec un trafic à faire fuir nos deux acolytes. Lire le reste de cette entrée »


Ovni Cylindre au dessus des Andes en Argentine Janvier 2010

06/03/2010

Photos de jour d’un ovni en forme de cylindre au dessus des Andes en Argentine prises en janvier 2010


Argentine : Etrange activité au dessus de la rivière Parana

17/02/2010

Source: http://www.sott.net/articles/show/203009-Argentina-Strange-Activity-Over-the-Paran-River
Date: 15/02/2010

Un habitant du centre ville déclare avoir vu une activité étrange dans la région des Iles. Il a déclaré qu’un objet volant non identifié a survolé la région. Durant une interview radiophonique sur Radio 2, Osvaldo (nom supprimé) a déclaré avoir vu un objet avec des lumières rouge, blanche et verte à minuit trente mardi. L’objet a survolé les iles riveraines pendant un peu moins de quatre minutes.
Interviewé par Ciro Seisas pour l’émission  » A Diario », Osvaldo a dit qu’une série de mouvements étranges dans le ciel ont attiré son attention : « J’étais dans mon lit, regardant en haut, et j’ai vu quelque chose voler. Je me suis dit, quel étrange avion. » Cependant le mouvement de l’avion et une série de lumières l’ont amené à supposer qu’aucun avion n »était en cause. « Il avait des lumières rouge, blanc et  verts qui tournaientt en permanence. »
Lire le reste de cette entrée »


%d blogueurs aiment cette page :