Dossier : les « Dogus du Pérou « suite des investigations

25/04/2017

Credit photo via
sciences-fictions-histoires.com

La découverte péruvienne, un dévoilement planétaire au mois de mai ?

Nous suivons de près ce dossier, pas à pas, grâce notamment à Michel Ribardière et Ghislain Sanchez qui partagent les informations lorsqu’ils en ont à leur tour.

Les articles sont rédigés par Michel Ribardière mis en ligne par lui-même sur son site web: FEDERATION EUROPEENNE  A.I.R.P.L.A.N.E

Le premier article était celui-ci  (VOIR)

 

Voici la suite:

08 avril 2017

Les momies péruviennes de plus près (Mise a jour du 8 avril 2017)

Mise à jour du 8 avril 2017
Les entités biologiques et leurs radiographies ont été analysées par 3 spécialistes de Cusco :
– Dr. Ramiro Hermoza Rosell, Chirurgie Générale,
– Dr. Renan Ramírez Vargas, Chirurgien en Médecine Interne,
– Dr. Julio Espejo Torres, Spécialiste des Os et Responsable de la « Sécurité Sociale » à Cusco.
Selon eux, il s’agit d’un véritable corps biologique. Les médecins sont catégoriques: La momie n’est pas une fraude. Elle n’est pas humaine, bien que quelques éléments d’anatomie soient semblables. Cet être était atteint d’une maladie osseuse et les thérapeutes de son époque ont tenté de l’aider par l’insertion d’un morceau de métal dans le bassin [ Note de la F.E.A, on procède à notre époque d’une façon identique -> prothèse au niveau du bassin].

 

16/03/2017 – Analyse des reliques par 3 spécialistes

Si cette vidéo ne fonctionne pas cliquez ici

La découverte péruvienne, un dévoilement planétaire au mois de mai ?

La découverte d’un site archéologique péruvien stupéfiant en octobre 2015, par quatre pilleurs de tombes (huaceros), mobilise un intérêt croissant d’internautes, de chercheurs, de médias et des représentants de puissantes nations.

Quelques mots d’actualité sur cette étrange affaire aux répercussions internationales:
Thierry Jamin, chercheurs, explorateur, archéologue français exerçant au Pérou dans le cadre de l’association Inkari est entré en contact avec plusieurs artefacts et matériaux biologiques tirés de ce site mystérieux. Recevant l’aide d’un millier d’internautes dont une majorité est d’origine française, il met en place un projet d’analyses génétiques et carbone 14 passant par des laboratoires étrangers. Ci-dessous, une vidéo montrant les prélèvements tels qu’ils furent réalisés le 3 avril 2017 à la clinique de la Guadalupe de Cuzco par trois chirurgiens :

Vidéo( 1 ) du :03/04/2017 Prélèvement d’échantillons pour les analyses ADN et C14

Si cette vidéo ne fonctionne pas cliquez ici

Près de deux semaines après leur envoi, deux des trois prélèvements envoyés vers trois laboratoires différents ne sont pas encore parvenus à destination, .
D’autre part, les analyses des implants métalliques seront prochainement terminés. Une prothèse métallique d’apparence argentée, opaline, a été récupérée sur l’un des corps ayant eu un bassin fracturé, qui était atteint d’une forme d’ostéoporose.
D’ici quelques jours, deux chaînes américaines dont le National Géographic seront sur place pour procéder à un enregistrement. Il semble que la diffusion de leurs images se fera dans la période prévue par Thierry Jamin pour une présentation officielle aux médias péruviens à la fin du mois de mai ou début juin 2017.
Plusieurs disques en métal argenté, découverts dans les murs du site mystérieux, font actuellement l’objet de propositions d’achat de la part de l’ambassadeur russe auprès de « Mario » le chef des Huaceros. Toutefois les résultats des analyses financés sur l’initiative de Thierry Jamin seront décisifs pour la réalisation de la proposition estimée à 1 000 000$. Des industriels ont, eux aussi, fait leur apparition avec une proposition d’achat de 500 000$ pour une feuille de métal à mémoire de forme, une telle feuille ayant déjà été vendue l’an dernier à un touriste japonais.
L’information sur ce dossier est de plus en plus répandue sur internet. L’intérêt de collectifs au niveau international inquiète suffisamment Mario pour qu’il soit dorénavant accompagné d’un garde du corps et qu’il confie la majorité de ses trouvailles à l’institut Inkari. Cette organisation, présidée par Thierry Jamin, aurait déjà récupéré des organes momifiés tels que des mains de grandes tailles à trois doigts et des cerveaux extraits de leur boîte crânienne que l’on soupçonne d’une origine non humaine.

 vidéo (2) du: 04/04/2017 Présentation, radiographies et analyse de 3 mains momifiées

Si cette vidéo ne fonctionne pas cliquez ici

Parmi les découvertes, une momie exceptionnelle récupérée en janvier 2017, sera révélée aux médias dès le mois de mai. D’une taille importante et dotée d’un crane allongé, elle permettrait de supposer que des hybridations entre une espèce extérieure et l’espèce humaine aurait été conduite dans le passé. Thierry Jamin suppose qu’à l’époque ou il vivait, cet être aurait pu avoir une importante influence sur les cultures humaines. Le site pourrait représenter une colonie car le nombre de momies est impressionnant. Il est estimé a plusieurs milliers de corps.
Bien que Thierry n’ait pas encore pu accéder au site, la possibilité d’une telle exploration pourrait avoir lieu au cours du mois de mai 2017. Rappelons que le site passe pour être demeuré « actif », c’est à dire toujours fréquenté par des êtres de nature non humaine.

SOURCE

M.R 

Nous remercions Michel R et Ghislain S pour ce suivi et le partage.


Canada : d’éblouissantes aurores boréales créées par une éruption solaire

12/08/2011

Source : http://www.maxisciences.com

Un kaléidoscope de couleurs baigne dans le ciel de Calgary, Canada.(Crédit photo : Robert Berdan)

 Des aurores boréales ont illuminé le ciel du Canada et de ses environs, durant le week-end dernier. A l’origine de ce phénomène, se trouve une éruption solaire qui a provoqué le rejet d’un nuage de gaz géant et l’expulsion de particules chargées de la couronne solaire vers la Terre.

Le week-end dernier, le ciel duCanada a été illuminé par des aurores boréales, après que l’atmosphère terrestre a été frappé par un « vent solaire », fruit d’une série d’éruptions à la surface de l’astre. Dès le 4 août, l’Observatoire de Dynamique Solaire (SDO) de la NASA a en effet détecté une première éruption solaire qui a éjecté vers la Terre un nuage géant de gaz chargé, créant 48 heures après avoir atteint notre planète, une tempête géomagnétique qui a duré quatre heures.

Si ce beau spectacle a été observé dans des contrées où il ne l’est pas habituellement (en Pologne notamment), il ne serait peut-être pas encore terminé, selon les astronomes. « Il y a une possibilité d’activité aurorale accrue, étant donné que nous pouvons encore être frappés dans les prochains jours par le « flanc » de la tempête de la semaine dernière », a expliqué Raminder Singh Samra, un astronome au Centre spatial de Vancouver au Canada, avant de poursuivre : « Ainsi pour ceux se trouvant au Canada et dans les états frontaliers d’Amérique du nord, cela vaut toujours la peine de sortir sur les coups de minuit et de regarder vers l’horizon côté Nord pour tenter d’apercevoir ces lueurs mystérieuses », rapporte le National Geographic.

Les aurores polaires, une réaction chimique entre le Soleil et la Terre

Observables principalement dans les régions proches des pôles, les aurores se produisent à la suite d’éruption solaire qui provoque l’éjection d’un afflux de particules chargées vers la Terre. Ce « vent solaire » finit alors par frapper le bouclier que constitue la magnétosphère terrestre. Un phénomène qui perturbe les atomes d’oxygène et d’azote de la haute atmosphère de la Terre, créant ainsi ces phénomènes lumineux multicolores.

« La brillance de l’aurore est directement liée au flux du vent solaire, et s’il est plus important, alors il y a une augmentation des interactions entre les particules chargées et les atomes de la haute atmosphère. L’aurore apparait ainsi plus luisante » a précisé l’astronome Raminder Samra qui a également ajouté : « Nous devons nous attendre à des tempêtes et des observations d’aurores similaires dans le futur« . En effet, le Soleil semble s’être récemment réveillé après une période de faible activité. L’astre s’approcherait ainsi d’un pic au sein de son cycle périodique qui s’étale sur 11 ans.

Découvrez ces magnifiques aurores illuminer le ciel canadien en images sur Maxisciences


%d blogueurs aiment cette page :