Ce « rayon tracteur » permet de défier la gravité

29/10/2015
Illustration crédit: huffingtonpost.fr/

Illustration crédit:
huffingtonpost.fr/

Article source:huffingtonpost.fr/

SCIENCE – C’est une figure classique de la Science-fiction, popularisée notamment par Star Wars et Star Trek: le « rayon tracteur ». Il est notamment capable de stopper un vaisseau spatial ou encore de capturer un terrien (ou une vache) et de le (la) faire léviter jusqu’à une soucoupe volante, par le fait d’une force impalpable et inconnue, souvent lumineuse.

Cette prouesse est en train de devenir réalité. En 2013, des scientifiques de l’université de St Andrews ont montré qu’il était possible d’utiliser des lasers pour « tracter » des molécules… mais uniquement microscopiques.

Mardi 27 octobre, des chercheurs de l’université de Bristol sont allés plus loin, rapporte Science mag. Et par un chemin détourné. Dans un article publié sur Nature, ils expliquent avoir réussi à maîtriser ce principe du rayon tracteur grâce au son.

Le résultat, en vidéo, est impressionnant, on a l’impression que la petite bille lévite. Mieux, elle ne tombe pas si on retourne la surface émettrice.

Suite

gif

Mise à jour Area 51 blog, le: 29/10/2015 à : 14h35.

area51blog

Publicités

La vie résiste aussi à l’Espace !

20/12/2014

Article et image source: rtflash.fr

la_vie_resiste_aussi_a_lespaceOn savait déjà que la vie sur Terre pouvait s’adapter et survivre dans des conditions extrêmes et très inhospitalières. Mais une récente expérience a montré que des microorganismes pouvaient très probablement survivre à des séjours dans l’Espace.

Pour parvenir à cette conclusion, des chercheurs de l’Université de Zurich ont déposé de petites gouttes d’ADN plasmidique – de l’ADN circulaire retrouvée chez les bactéries – sur l’enveloppe extérieure d’une fusée TEXUS-49.

A leur grande surprise, ils ont pu observer qu’après un vol sub-orbital et une rentrée atmosphérique, 35 % des molécules avaient tout de même préservé leurs fonctions biologiques, comme l’ont démontrées des expériences menées avec les plasmides récupérés qui étaient encore capables de déclencher la synthèse de protéines. Et pourtant, lors de la rentrée atmosphérique, l’enveloppe extérieure est exposée à des températures d’environ 1000°C durant 780 secondes !

« Cette étude fournit la preuve expérimentale que l’information génétique codée dans l’ADN est capable de survivre aux conditions extrêmes de l’espace et de la rentrée dans l’atmosphère dense de la Terre« , affirme Oliver Ullrich de l’Université de Zurich.

Cette étude semble donc conforter l’hypothèse controversée de la panspermie selon laquelle la vie sur Terre a une origine extraterrestre et qu’elle a pu être transportée par des météorites ou des comètes. À l’inverse, ce travail expérimental constitue aussi une mise en garde car les humains pourraient eux aussi contaminer les planètes qu’ils explorent en y introduisant de l’ADN.

Article rédigé par Georges Simmonds pour RT Flash

Source

gif

Mise  à jour Area 51 blog, le: 20/12/2014 à : 20h15.

area51blog


%d blogueurs aiment cette page :