Abduction de l’agent de Police Alan Godfrey à l’ouest du Yorkshire, Angleterre

22/10/2014
Alan Godfrey, with a drawing of the craft. (credit: Evans and Stacy)

Alan Godfrey, with a drawing of the craft. (credit: Evans and Stacy)

Article sourceufoevidence.org/

« Cet article nous a été envoyé par notre amie Chantal D (des repas ufologiques) , nous la remercions .« 

Traduction de ERA pour Area 51 Blog.area51blog

L’officier de police Alan Godfrey effectuait une patrouille de routine lorqu’il a rencontré un disque métallique avec un dôme et une rangée de hublots. Soudainement il y eut une explosion de lumière et il se retrouva 100 yards ( 91.44 m) plus bas sur la route et l’Ovni avait disparu.  Plus tard, sous hypnose, Godfrey se rappela avoir été frappé par un rayon de lumière qui le souleva jusqu’au vaisseau, et avoir rencontré un être humanoïde nommé Joseph, vêtu comme un personnage biblique. A bord du vaisseau il fut examiné et on lui posa des questions.

Classification et caractéristiques

Type de cas / Rapport: Cas Standard
Classification Hynek: RR4
Forme de l’objet (s): disque
Particularités / Caractéristiques: enlèvement, Missing Time, police, effets électromagnétiques, Hublots /fenêtres, dessin du témoin, photos du témoin

Rapport entier  / article

Source: Jenny Randles

En Novembre et Décembre 1980, le côté est de la Grande-Bretagne connaissait une importante vague d’observations d’OVNI. Il y eut des poursuites d’OVNIS par des voitures de police près de la côte, un OVNI qui  survola une plate-forme pétrolière en mer du Nord,  et  la vague culmina avec les événements célèbres sur la côte est de l’Anglia à la forêt de Rendlesham. Juste un mois avant ces atterrissages à côté des bases aériennes de l’OTAN, une des plus impressionnants affaires d’ enlèvements extraterrestres eut lieu dans la petite ville de Penninemill de Todmorden à l’ouest du Yorkshire, en plein au centre de la zone la plus active, connue localement comme « OVNI Alley »

L’agent de police Alan Godfrey était en patrouille dans la nuit du 28 Novembre 1980, juste avant l’aube, il  conduisait le long la route de Burnley sur le bord de Todmorden à la recherche de quelques vaches qui avaient été portées disparues. On ne les retrouva qu’après le lever du soleil, mystérieusement déplacées dans un champ détrempé sans traces de sabots  pour indiquer leur passage.

Abandonnant sa chasse nocturne, Godfrey était sur ​​le point de retourner à la base pour signer son rapport quand il a vit une grande masse quelques centaines de mètres plus loin. Au début, il pensa qu’il s’agissait d’ un autobus venant vers lui qui avait  pris les travailleurs vers leur emploi en ville et qu’il savait passer vers 05:00 Mais à mesure qu’il approchait, il se rendit compte que c’était quelque chose de très étrange.

 C’était un ovale flou qui tournait à une telle vitesse et qui planait si bas sur la route déserte qu’il faisait trembler les buissons sur le côté. Le policier s’arrêta, appuya sur son pare-brise un bloc qui était dans la voiture de patrouille pour faire des croquis d’éventuels accidents de la route, et dessina l’OVNI. Puis il y eut un éclat de lumière, et la prochaine chose qu’il sut fut qu’il était de nouveau au volant de sa voiture, plus loin sur la route de Burnley, sans aucun signe de l’OVNI.

Godfrey fit demi tour et examina l’endroit où l’OVNI avait plané. La route était très humide et il avait plu à verse en début de nuit. Mais juste à cet endroit ce trouvait une tache circulaire où la route avait été séchée en motif tourbillonnant. Ce n’est que de retour au poste de police qu’il se rendit compte qu’il était un peu plus tard qu’il ne l’avait prévu – bien que tout le temps manquant ne faisait probablement pas plus de 15 minutes par rapport aux estimations prises plus tard sur le site.

 Inquiet du ridicule possible, Godfrey choisit tout d’abord de ne pas faire de rapport officiel,  mais il changea d’avis plus tard ce jour là lorsqu’il réalisa qu’il n’était pas seul. Après le petit déjeuner ce matin là, un conducteur qui se trouvait sur la route de Burnley trois miles plus loin à Cliviger rapporta avoir vu un objet blanc brillant et  contacta la police de Todmorden. L’heure correspondait à celle d’Alan Godfrey. En outre, une patrouille de police d’une force adjacente (Halifax) avait été engagée dans une surveillance concernant des  motos volées sur les landes de la vallée de Calder et avait vu une lueur bleu-blanc brillant descendant dans la vallée vers Todmorden peu avant que Godfrey ne fit sa rencontre rapprochée . Leur histoire, quand elle parvint à la station de police de Todmorden, forma un deuxième recoupement.

Encouragé par ces nouvelles, Godfrey établit un rapport officiel , mais fut surpris lorsque la police décida de publier l’histoire dans le journal local la semaine suivante. A partir de là les ufologues découvrirent le cas et une enquête de longue haleine fut  montée par un groupe de recherche ufologique basé à Manchester.

Bien que Alan Godfrey n’ait plus de souvenir conscient du temps manquant, il avait un souvenir grandissant  mais confus de la séquence des événements entourant l’observation (avec une image inexpliquée de se voir en dehors de la voiture pendant l’observation). Il y avait aussi des preuves matérielles énigmatiques. Ses bottes fournies par la police  avaient la semelle fendue, comme s’il avait été traîné sur le sol et qu’elles avaient heurté quelque chose. Il a également signalé avoir vu  d’autres choses étranges  et avoir vécu au moins un laps de temps manquant auparavant,  facteur que les ufologues sont venus à reconnaître comme commun aux cas d’enlèvement.

Une fois certain que tout le témoignage conscient fut enregistré, Godfrey accepta  de faire une régression hypnotique avec un psychiatre de Manchester huit mois après l’incident.  Il eut  finalement plusieurs autres sessions avec différents thérapeutes, et sa participation dans les sessions suivantes fut  enregistrée sur bande vidéo. Le médecin  refusa au  groupe d’ufologistes d’enregistrer  la première session.

Le témoignage sous hypnose est très étrange, et Godfrey ne sera jamais certain de ce qui s’est réellement passé. Sous régression il parla d’une lumière éclatante qui arrêta le moteur de la voiture,  qui emplit sa radio et son combiné de parasites, puis d’être inondé d’une lumière aveuglante tandis qu’il perdait conscience. Son prochain souvenir fut d’être dans une pièce étrange plus semblable à une maison qu’à un vaisseau spatial, avec un gros chien noir inattendu. Il fut examiné par un homme très barbu qui lui transmit par télépathie qu’il se nommait « yosef » et dont les vêtements étaient de nature très « Biblique ». Assistant Yosef, il y avait plusieurs petites créatures qui ressemblaient à des robots « de la taille d’un enfant de cinq ans »  avec « une tête en forme d’ampoule ». Ils rappelaient un peu les « gris » du folklore ufologique ; bien qu’avec de grandes différences.

On posa peut-être des questions à Godfrey, on lui dit qu’il « connaissait » Yosef, et on lui promit une rencontre ultérieure.  Mais apparemment, il n’a pas été soumis aux indignités plus familières des histoires d’enlèvement (en particulier des États-Unis), tels que les échantillons de fluides corporels et sondes rectales.  Bien qu’il y ait eu des périodes de perte de mémoire, le souvenir qui émergea sous hypnose était un curieux hybride d’images mythiques, d’éléments de cas ufologiques et de séquences comme des rêves.

Lorsqu’on lui demanda son opinion sur la réalité de ce témoignage hypnotique, Alan Godfrey fut  d’une honnêteté rafraîchissante. Il me dit être certain que la rencontre avec un OVNI était réelle, mais il ne pouvait pas déterminer si l’histoire offerte par l’hypnose était un rêve, un fantasme, la réalité, ou un mélange des trois.

Malheureusement, Alan Godrey souffrit terriblement après cette rencontre. Lorsque j’ai d’abord rédigé l’enquête (juste avant que ne commence la régression sous hypnose) pour le magazine Flying Saucer Review en 1981, j’ai délibérément changé son identité pour aider à le protéger; bien que ce soit probablement futile car l’histoire avait déjà paru dans le journal local avec le vrai nom de Godfrey.

De même, malgré mon refus de les aider, le reporter d’un tabloid a suivi le témoin et a consacré un  article en première page à l’histoire – lue par des millions de personnes lors du déjeuner du dimanche – ce qui amena l’officier à être convoqué pour s’expliquer devant ses supérieurs. On l’obligea à subir des examens médicaux pour déterminer son « état », mais on le déclara en bonne santé psychologique.  Pourtant, après quelques années, ressentant qu’on ne lui permettrait jamais d’oublier son observation, il suivit le  conseil de démissionner honorablement sur ​​une blessure physique sans rapport,  encourue lors d’un incident dans lequel il était  courageusement intervenu pour éviter un crime.

Todmorden, avant 1980 et dans les années qui suivirent, fut un foyer d’activités de contact extraterrestre avec plusieurs autres rencontres majeures qui firent l’objet d’enquêtes, y compris un autre enlèvement d’un chauffeur de camion sur  la route de Burnley juste un peu plus loin de Todmorden et sur ​​la même route .

 

 

Case ID: 722 edit: 722

Cette page peut contenir du matériel protégé dont l’utilisation n’a pas été spécifiquement autorisée par le propriétaire des droits d’auteur. Ce site distribue ce matériel sans profit pour ceux qui ont exprimé un intérêt avant de recevoir les informations incluses à des fins scientifiques, de recherche et d’enseignement. Nous croyons que cela constitue une utilisation équitable de tout matériel sous copyright comme prévu à l’article 17 USC § 107.

Source

gif

Mise à jour Area 51 blog, le : 22/10/2014 à : 16h40.

area51blog

Publicités

Des sursauts radios surpuissants venus d’une autre galaxie

12/07/2013

Source : logoLaLibre  via WIKISTRIKE

Spiral galaxy seen from an alien planet, computer artwork.

Spiral galaxy seen from an alien planet, computer artwork.

 Une hypothèse a été avancée par des chercheurs néerlandais pour en expliquer l’origine.
Des astronomes ont fait une découverte très intrigante grâce aux données de l’Observatoire australien de Parkes: quatre signaux radios, brefs, mais très puissants. En quelques millisecondes, chacun d’eux émet une énergie équivalente à celle produite par le Soleil en 300.000 ans. Plus surprenant, ces sursauts radios proviendraient d’une autre galaxie et auraient, dès lors, traversé des milliards d’années-lumière.

Dans un papier publié le 5 juillet dans la revue scientifique Science, l’équipe internationale de chercheurs dit exclure une origine terrestre à ce phénomène. En 2007, un signal du même acabit, détecté par l’équipe de Duncan Lorimer grâce au même radiotélescope, avait été supprimé temporairement de la base de données. Le logiciel pensant à une perturbation terrestre. Ce qui n’était peut-être finalement pas le cas…
Les signaux dont il est question ici auraient été émis alors que l’Univers n’avait que la moitié de son âge actuel. « Jusqu’à maintenant, une seule rafale d’émission de radio d’origine inconnue avait été détectée en dehors de notre galaxie. C’était il y a six ans environ. Personne n’a jamais su de quoi il s’agissait, nous avons donc passé les quatre dernières années à rechercher d’autres flashes radios de courte-durée« , explique Dan Thornton, auteur principal de l’étude, et PhD de l’université de Manchester.
Selon lui, ces signaux ne peuvent résulter que de phénomènes extrêmes mettant en jeu une grande quantité d’énergie. Les chercheurs ont ainsi revu un par un chaque phénomène connu. Problème: ces événements produisent, pour la plupart, des rayons gamma qui n’ont pas été détectés dans ce cas-ci. Seules des ondes radios ont été captées par l’antenne de 64 mètres de l’observatoire. James Cordes, de l’université de Cornell,  a donc émis l’hypothèse d’un phénomène totalement nouveau qui n’est donc pas encore dans le bestiaire astronomique.

Mais deux chercheurs de l’université néerlandaise de Nimègue ont tenté d’apporter une explication avancée à ces manifestations radios. Dans un article présenté sur arXiv, mais non encore publié, Heino Flackel et Luciano Rezzola décrivent un phénomène du nom de « blitzar » qui n’émettrait que des ondes radios. Les astrophysiciens expliquent qu’il s’agirait du « signal final » d’une magnétar (étoile à neutrons au champ magnétique très puissant) supermassive qui, en devenant un trou noir, se séparerait brutalement de sa magnétosphère. Et ce serait lors de cette cassure des lignes du champs-magnétique de l’étoile que seraient émises les ondes radios, et seulement elles, puisque les autres émissions disparaissent dans le trou noir. LeMonde.fr, qui revient en détails sur cette affaire, remarque que, si « cette hypothèse est séduisante« , des vérifications restent à faire. Il faut en effet que le nombre de sursauts radios – qui d’après les chercheurs pourraient en réalité être très fréquents, colle avec cette explication.

Quoi qu’il en soit, même si les scientifiques ne parviennent jamais à percer le mystère de leurs origines, ces signaux leur sont d’une grande utilité car ils ont gardé une trace de tous les milieux qu’ils ont traversés. « Nous ne savons pas encore avec certitude ce qui compose l’espace entre les galaxies, alors nous utiliserons ces sursauts radios afin d’en savoir plus sur la matière manquante de l’Univers« , se réjouit le professeur Ben Stappers, de l’université de Manchester. Et si ces phénomènes sont aussi fréquents que l’espèrent les astronomes, les futurs radiotélescopes devraient leur permettre d’engranger assez de données pour affiner leur connaissance de l’univers intergalactique.
gif
Mise à jour Area51blog le 12 juillet 2013 à 06 heures 37
Bannière

 


%d blogueurs aiment cette page :