Bettina Rodriguez Aguilera, chef d’entreprise et conseillère municipale de Miami déclare avoir été emmenée par trois extraterrestres .

19/10/2017

Crédit illustration :
parlons-ovni.fr

Une candidate au Congrès américain dit avoir été kidnappée par des extraterrestres

Article source :MSN

En 2009 et 2011, Bettina Rodriguez Aguilera, une entrepreneuse et conseillère municipale de Miami, est passée à la télé pour parler de ses rencontres avec des extraterrestres. Maintenant qu’Aguilera est candidate au Congrès américain, ces conversations sont un peu gênantes.

Sur des chaînes hispanophones, Aguilera avait expliqué qu’à l’âge de 7 ans, elle avait été emmenée par trois extraterrestres blonds dans leur vaisseau spatial rond. Ils portaient des tuniques et parlaient de façon télépathique avec elle. Selon Aguilera, qui a maintenant 59 ans, ces rencontres ont eu lieu plusieurs fois pendant sa vie, et elle a retenu plusieurs discussions.

Les aliens lui ont dit que Dieu était une «énergie universelle, pas une personne.» Ils lui ont appris que le «centre de l’énergie du monde» était en Afrique, qu’il y avait 30.000 crânes différents de crânes humains dans une grotte à Malte, et qu’un château en Floride était une pyramide antique.

Une croyance partagée

 

Après la diffusion de ces interviews par le Miami Herald, Aguilera a accusé le quotidien de vouloir l’attaquer de façon mesquine. Pour elle, son expérience avec les extraterrestres n’enlève rien au fait qu’elle a été «un exemple à suivre au sein de la communauté pendant quarante ans».

Elle est candidate aux primaires républicaines pour être représentante du 27e district de Floride, à Miami, mais les deux autres candidats sont mieux établis qu’elle, et elle a peu de chance de gagner.

Malgré tout, elle a tenu à faire une déclaration à la presse pour défendre son rapport aux extraterrestres:

«Pendant des années, les gens, y compris les présidents Ronald Reagan et Jimmy Carter et les astronautes ont dit publiquement qu’ils avaient vu des objets volants non identifiés.»

En effet, Carter a une fois raconté qu’en 1969, il avait vu «une lumière étrange», une lumière «ronde» qui a changé de couleur –bleu, rouge, blanc– avant de disparaître. Quant à Reagan, selon son pilote, il aurait vu une «grande lumière» qui volait derrière leur avion.

On est donc loin des conversations avec des extraterrestres dans un vaisseau, mais selon un sondage récent, Aguilera est loin d’être seule dans son délire: environ 36% des Américains croient aux Ovnis.

Source

 

Publicités

Présidents Américains et UFO 2ème partie

20/08/2016

111342108.to_resize_150x3000

 

area51blog

Nous partageons la suite de l’article  intitulé Initiative Rockefeller 1993-1996 de Michel Ribardière.

gif

Article source AIRPLANE

Article publié avec l’aimable autorisation de l’Association 3AG (Association des Anciens Agents du Centre Spatial Guyanais)

Article rédigé par Michel Ribardière

Retour à « Présidents Américains et UFO 1ère partie » ==> Cliquez ici
Bientôt « Présidents Américains et UFO 3ème partie » ==> Cliquez ici

2EME PARTIE
Jimmy Carter (1977-1981)

En 1969, Jimmy Carter est en campagne électorale pour un poste de gouverneur. Alors qu’il intervient dans le cadre des Lion’s clubs, une lumière étrange apparait dans le ciel, se rapproche, puis s’immobilise avant de passer de la couleur bleue, verte à rouge et de varier de la taille de la lune à une taille plus petite, pour revenir à une taille plus importante. Une vingtaine d’autres participants observent eux aussi l’évènement. Jimmy Carter prit plus tard  le temps et la peine de remplir un rapport détaillé de trois pages et de l’envoyer à un groupe d’étude privé sur les ovnis : le NICAP.
Témoignage télévisé: https://youtu.be/2yK53ChdnUI

CarterReport2

Il semble qu’une autre observation ait été réalisée par Jimmy Carter en 1974. Son fils Jeff en témoigne dans le journal italien Eva Express: « Je me souviens très bien de cette nuit-là; j’étais près de mon père. D’abord, j’ai cru que c’était une étoile filante, et j’ai même dit à mon père de « faire un voeu ». Mais l’OVNI continuait de se déplacer et de changer de couleur. Mon père murmurait: « Regarde, Jeff, maintenant c’est rouge… maintenant c’est vert… Mon Dieu… »
(Jacques Vallée, OVNI: La Grande Manipulation)

Lors de sa campagne pour la Présidence, Jimmy Carter promet aux électeurs de publier les éléments détenus par le Pentagone. En 1977, peu après son élection à la présidence, la Maison Blanche est assiégée de courriers. Des milliers de citoyens américains espèrent que le Président Carter sera le Président de la divulgation. Mais un grand nombre se demande aussi si ce dernier pourra effectivement tenir sa promesse de campagne. Toutefois les courriers sont tellement nombreux qu’il ordonne leur répartition entre la NASA et l’AIR FORCE.
George H.W Bush alors directeur de la CIA, lui répond officiellement que s’il souhaite obtenir ces documents, il doit passer par la commission des sciences et de la technologie de la Chambre des représentants. (Etant entendu que leurs documents lui permettront de répondre à ses promesses électorales puisque les éléments d’importances supérieures sont classés au niveau Top Secret pour le “President’s Eyes Only” et sont détenus par la National Security Agency, la CIA, le MJ-12, la DIA, et par des agences ayant accès aux fonds des Black Budgets.
Durant le mandat de Monsieur Carter, de nombreux documents liés au sujet ovni ont été déclassifiés comme promis, tandis que très peu d’éléments le seront ensuite par ses successeurs.
Au début de son mandat, Jimmy carter essaye réellement de dévoiler des informations. Il utilise des hauts fonctionnaires au sein de son gouvernement pour entrer en relation avec la CIA, le FBI et la NASA sur le dossier ovni. Mais ses tentatives échouent. Le FBI répond ne pas détenir beaucoup d’éléments tandis que la NASA reçoit un message de la CIA, lui demandant de ne pas coopérer avec la Maison Blanche sur ce sujet.
Bien que cet acte de la CIA semble anti-constitutionnel, il s’appuie en fait sur une règle imposée par la pratique du secret. Aux États Unis, certains sujets sont soumis à un cloisonnement qui restreint les habilitations. Ce cloisonnement est construit avec la règle du « Need to Know », le « besoin de savoir ». Le directeur de la CIA indique donc que le dossier ovni est placé dans cette catégorie. Ce qui permet de s’interroger sur la détention ou pas, par le Président du gouvernement élu pour 4 années du « besoin de savoir » les secrets les plus sensibles et en particulier, ceux portants sur le dossier ovni.

Malgré le risque qu’elle impose au principe de la démocratie, cette règle aurait-elle fermé l’accès du Président, à des informations aussi sensibles ? Est-il possible que le Président, perçu parfois comme un rouage de l’administration publique, ait été considéré comme n’ayant pas « besoin de savoir » et cherchant seulement à satisfaire sa curiosité de façon non pertinente ? Est-il possible que des employés des agences gouvernementales puissent priver le chef du gouvernement, celui qui est décide de la politique du secret et la protège, d’informations essentielles ?

Le témoignage de l’ancienne directrice du Service de recherche de la Bibliothèque du Congrès, Marcia Smith témoigne effectivement d’un échange qui est peu connu. A l’époque de l’élection de Jimmy Carter, le Directeur de la CIA qui n’est autre que Georges H.W.Bush répond à Monsieur Carter très clairement qu’il ne lui transmettrait pas les informations ovni très sensibles qu’il recherche, que ces informations nécessitaient « un besoin de savoir » et que la simple curiosité de la part du Président n’était pas adéquate. Georges H W Bush sera ensuite remplacé et n’aura plus jamais la possibilité de rencontrer le Président Carter durant son administration.

Ronald W. Reagan (1981-1989)

Ronald Reagan a lui aussi été témoin à plusieurs reprises de manifestations ovni.
Un soir, Ronald et Nancy Reagan étaient invités à une réception à Hollywood par une personnalité très connue du show-business, Lucille Ball. Après trente minutes de retard, Nancy et Ronald Reagan arrivent finalement mais se montrent sous le choc. Ils déclarent avoir observé un ovni tandis qu’ils longeaient la côte en voiture et avoir pris le temps d’observer tous ses mouvements. Réf : Lucy in the Afternoon Cliquer ici

Une autre observation plus célèbre a été réalisée en été 1974, alors qu’il était gouverneur de Californie et rentrait d’un meeting de campagne dans un petit avion monomoteur. Deux autres personnes et le pilote se trouvaient avec lui. Soudain, ils aperçoivent, un objet lumineux blanc, inconnu, s’avancer vers eux en zigzagant. Le pilote surpris, ignorait complètement ce dont il pouvait s’agir. Ronald Reagan lui demande alors de suivre l’objet. Arrivé aux environs de Bakersfield, l’objet monte soudain très vite en altitude et disparaît.

Depuis le début de la guerre froide, les présidents américains n’ont jamais négligé les risques de déclenchement d’une guerre atomique suite à une méprise avec des manifestations ovnis aussi bien en URSS, qu’aux Etats-Unis. Les sites de lancement de missiles nucléaires ont eux aussi, été les lieux d’interventions de la part de ces intelligences inconnues. Des sites nucléaires ont été désactivés à plusieurs reprises lors d’intrusions par des ovnis. Les gros porteurs d’armes nucléaires, aussi bien que les sites de stockage ont aussi été confrontés aux manifestations. Durant les guerres en Asie, confrontés à ces observateurs, inconnus les militaires furent forcés de constater l’efficacité et les possibilités martiales, de leurs engins. Ils ne manquèrent pas de répondre de façon destructrice aux multiples tentatives d’interceptions, que l état major tenta de leur faire subir. Jusqu’à ce que les militaires décident finalement de les ignorer et de les éviter. Ce qui ne permettait pas de présumer de leurs intentions mais imposait de les considérer comme dangereux pour la nation et éventuellement pour l’espèce humaine dans sa totalité.

D’autre part, l’intrusion d’ovni au-dessus de la base nucléaire de Byelokoroviche en Ukraine en 1982 qui a donné lieu à l’activation et la mise en position de lancement de ses missiles puis à leurs dèsactivations démontrait que ces opérations de prise de contrôle menaçantes s’étaient déployées à une échelle planétaire.
En 1983, officiellement pour contrer la menace soviétique Ronald Reagan annonce le projet de déploiement futur d’un programme d’armement spatial, l’IDS (l’Initiative de Défense Stratégique). Composée d’armes laser et de missiles, l’IDS a pour objectif d’assurer depuis l’espace la défense du territoire américain contre tout agresseur. Dès le début, les chercheurs du domaine ovni ont soupçonné que le projet visait en fait à intercepter des ovnis, voire à contrer une invasion extraterrestre. Et la suite des déclarations de Ronald Reagan sur ce sujet n’a jamais cessé de confirmer cette perception.
Car Ronald Reagan s’est clairement tourné vers les leaders de plusieurs nations afin de tâter le terrain sur la possibilité de trouver une entente pour une défense commune en cas d’invasion par une intelligence extérieure.
Ainsi, en 1985, lors du sommet de Genève, le président américain, s’est adresse à Gorbatchev pour lui déclarer qu’il était persuadé que les deux superpuissances collaboreraient en cas d’invasion extraterrestre.

reagan gorbatchev geneve1985
Sommet de Genève 1985

Il est cependant important de considérer que Ronald Reagan avait pris l’habitude d’ajouter à ses discours des allusions à la menace venue de l’espace. Il était passionné par plusieurs sujets qui apparaissaient dans ses discours: les ovnis, les fantômes, l’astrologie et Armageddon.

Plusieurs indices liés à sa personnalité et à ses déclarations permettent toutefois de supposer qu’il n’a jamais eu une connaissance importante ou approfondie des éléments détenus par le milieu du renseignement militaro-industriel sur les ovnis.
Selon la C.I.A, Ronald Reagan avait une vision personnelle forte de la façon dont le monde tournait: l’URSS, athée était l’empire du mal, constitués de voyous et de tyrans qui n’avaient cessé de créer des troubles partout où cela était possible. Ses convictions religieuses le poussaient à penser que les israéliens étaient du bon côté dans le conflit du moyen orient et que les blocs arabes étaient tous globalement des terroristes. La CIA a tenté d’élargir sa compréhension de la situation durant quelques années jusqu’à ce qu’elle jette l’éponge, sans espoir que le Président se livre à un examen approfondi des questions de fond.
Le Président Reagan considérait que les PDB (Présidents Daily Briefings), séances d’informations tenues par la CIA à l’attention du Président ne pourraient rien lui apprendre de plus que ce que les journaux publiaient. Et s’il accepta d’y participer pendant la période de transition, sur insistance de son vice-président Georges W.Bush, ce fut à condition  que ces séances fussent courtes. Ensuite il demanda à ses conseillers de s’y rendre à sa place. Puis il autorisa une augmentation de liste des participants admis à lire les comptes rendus du PDB, tandis qu’il demeura le seul à les ignorer. La CIA considéra alors que les éléments sensibles devaient être retirés des PDB et cessa de transmettre ces éléments. En huit années de présidence, la CIA ne fut autorisée à le conseiller qu’une ou deux fois seulement.

En septembre 1987, il déclare à l’ONU

Suite

gif

Mise à jour Area 51 Blog le : 20/08/2016 à :10h50.

area51blog


Dennis Hope vend la Lune, Mars et Mercure

13/03/2013

VIDÉO Cet étrange agent immobilier prétend avoir vendu des parcelles de la Lune, mais aussi Mercure, Mars, Venus et Lo, le satellite de Jupiter. Il a par ailleurs créé un gouvernement intergalactique. À lire sur Konbini.

Le job de Dennis Hope est pour le moins particulier, puisqu’il vend des terrains sur la lune depuis les années 80. Une singularité telle que, comme le relaye Konbini, le New York Times lui a consacré un documentaire intitulé « The Man who Sells the Moon » (« L’Homme qui vend la Lune »), allusion évidente à David Bowie.

« Traité de l’espace »
Hope, personnage farfelu désargenté suite à un coûteux divorce, s’autoproclame propriétaire de la lune, grâce au « Traité  de l’espace », un traité international ratifié en 1967 dans lequel il est stipulé , en son article 2, qu’aucune nation ne peut s’approprier le satellite naturel de notre planète. « L’accord de la Lune », signé en 1979, la définit comme un bien collectif appartenant à tout le monde.

Un vide juridique dont a profité Dennis Hope. Via son agence immobilière, la Lunar Embassy, il commercialise des acres (plus de 4.000 mètres carrés l’unité) sur la lune, Mars ou Venus. Comme le précise son site internet, disponible notamment en japonais, en russe ou en hébreux, « offrez un cadeau parfait à la personne aimée ou faite un investissement judicieux pour le futur ». Le tout pour le prix modique de 24 dollars (taxes lunaires et frais de dossier inclus).

George W. Bush ou Ronald Reagan
Et d’après ses dires, ce marché intergalactique est porteur puisqu’il aurait vendu pas moins de 400 millions et demi hectares sur la lune. Et son carnet de clientèle compte des citoyens issus de 193 pays dont certains se nomment George W. Bush, Ronald Reagan ou Jimmy Carter. Un succès commercial qui l’a encouragé à créer une monnaie (le « Delta »), fonder un « gouvernement intergalactique » doté d’une constitution. Quant à ses futurs projets, il rêverait de pouvoir exploiter les ressources naturelles  de la lune.

« En 2008, nous avons évalué que la Lune abrite des réserves d’Helium 3 – une énergie très puissante – valant des milliards de milliards de dollars. Nous comptons bien exploiter ces réserves et crédibiliser de la sorte notre devise, le Delta, afin de pouvoir commencer à l’utiliser et aider des gouvernements financièrement dans le besoin ». À défaut d’avoir les pieds sur terre, Dennis Hope a de la suite dans les idées.

Source : 7/7.be

separation

Mise à jour area51blog le 13-3-2013 à 6:30

 

area51blog


%d blogueurs aiment cette page :