Dossier : les « Dogus du Pérou « investigations.

23/03/2017

radio de la main
crédit photo:
manipradio.com/

Fake ou réalité?

Nous vous proposons un dossier non classé à l’heure actuelle.

Une  découverte a été faite par Thierry Jamin, un explorateur français  , dans le désert du sud du Pérou en janvier 2016.

Ci-dessous vous aurez un ensemble de cette histoire avec des articles et des vidéos.

Pour notre part, Nous nous interrogeons sur le chercheur et sa sincérité mais aussi sur ses compétences et celles de son équipe.

Avec quels moyens et quels laboratoires travaillent-ils ?

Nous attendons donc les pièces à conviction , les examens réalisés et  les  résultats . Ceci  doit être détaillé et expliqué.

Ces trouvailles sont -elles de nature biologiques?

Des analyses d’ ADN auront-elles lieu ?

Nous pouvons aussi prendre en compte quelques notions simples:

Comment des experts peuvent ils estimer la taille d’un individu dont l’espèce n’a même pas encore été identifiée?

Est-ce que ceci peut appartenir à un animal pas encore connu ou simplement découvert?

Est-ce qu’une anomalie comme une déformation biologique,  une grave malformation type  » maladie de l’homme arbre  » ou syndrome de portée peut être envisageable?

Cette main est elle fausse? A- t-elle été fabriquée par des chamans par exemple?

L’équipe de monsieur Jamin a-t-elle pu être victime d’imposteurs?

Quelles garanties seront apportées sur les résultats à venir?

Il faut tout explorer avant d’affirmer une chose plus qu’une autre pour l’instant.

En attendant,cette histoire est intéressante, en espérant que nous ne serons pas abusés une fois de plus.

Nous vous laissons à votre appréciation lorsque vous aurez visionné tous les supports partagés ici.

Era & Sylain.

Les Dogus du Pérou : article source feairplane

Depuis le mois d’octobre 2016, de nombreuses photos et vidéos enregistrées au Pérou par l’équipe INKARI de l’explorateur Thierry Jamin, n’ont cessé de nous parvenir et de nous alerter de la découverte de matériaux assez extraordinaires: des organes et des corps momifiés d’espèces inconnues, comportant des métaux implantés sous-cutanés, des objets sculptés, gravés, ou modelés ayant des caractéristiques exotiques inattendues.

Crane encore recouvert de la substance poudreuse employée par l’embaumement
Crédit photo FEA

Crane, dont la poudre d’embaumement a été retirée et qui révèle un épiderme de couleur grise

En observant les yeux de ces momies, nous n’avons pu nous empêcher de faire un rapprochement avec le visage étrange des « Dogu », statuettes japonaises qui auraient été réalisées durant la période Jomon (de -15 000 ans à -300 ans avant notre ère).

Crane, dont la poudre d’embaumement a été retirée et qui révèle un épiderme de couleur grise
crédit photo: FEA

En observant les yeux de ces momies, nous n’avons pu nous empêcher de faire un rapprochement avec le visage étrange des « Dogu », statuettes japonnaises qui auraient été réalisées durant la période Jomon (de -15 000 ans à -300 ans avant notre ère).

crédit photo:
FEA

 

 

 

credit FEA

 

 

 

 

 

 

 

De nos jours, les « Dogu » ont parfois été perçues, comme les représentations d’êtres non-humains équipés d’un scaphandre.
Il est intéressant de remarquer que les Dogus ont souvent été retrouvés dans des tombeaux de la période Jomon. Les corps étaient alors majoritairement placés en position fœtale à l’instar des momies péruviennes.

Michel Ribardière

Source

Voir profil de Thierry Jamin

Vidéos de Nuréa TV aynat invité Thierry Jamin.

Via youtube

« Les Mystérieuses Reliques du Pérou » avec Thierry Jamin

Si cette vidéo ne fonctionne pas cliquez ici

Si cette vidéo ne fonctionne pas cliquez ici

Si cette vidéo ne fonctionne pas cliquez ici 

Dogū

 

Liens externes

Pérou : découverte d’un étrange crâne ressemblant à celui d’un Alien ou supercherie ? – 17 novembre 2016

Les petites momies du Pérou – 08 décembre 2016 – 08 décembre 2016

Une main géante momifiée, la découverte fabuleuse de Thierry Jamin au Pérou relance la théorie archéologique Alien

Mise à jour Area 51 blog, le : 23/03/2017 à : 14h30.


RTL présente: secret defense : les OVNIS

06/09/2015

Dimanche 06 Septembre 2015 à : 19h25.

« Voici une émission animée par Jacques Pradel sur RTL dont l’invité est Didier van Cauwelaert. »

Cliquez ici

gif

Mise à jour Area 51 blog, le : 06/09/2015 à : 19h25.

area51blog


Un OVNI filmé au-dessus d’un volcan au Japon ?

01/03/2012

Le volcan Sakurajima, situé sur l’île de Kyūshū au Japon, est l’un des plus actifs du pays. Le 19 janvier 2012, alors qu’il était, une nouvelle fois en éruption, une vive lumière ainsi qu’une soucoupe volante ont été vues et filmées.
Il est plutôt fréquent de voir des OVNI à proximité des volcans. En regardant avec attention la vidéo, on a l’impression que l’engin mystérieux sort d’une base secrète située dans la montagne elle-même ! Est-ce seulement une illusion ? Peut-être. Mais il est bon de constater qu’un volcan en éruption est un parfait camouflage pour décoller ou atterrir incognito. De plus en installant, leur base dans un lieu aussi dangereux, ils réduisent leur chance d’être un jour découvert …
Source

http://scottcwaring.blogspot.com/2012/02/ufo-over-volcano-in-japan-caught-on-cam.html, 19 janvier 2012

Via http://activite-paranormale.blogspot.com/search/label/OVNI


Vidéo Mondes Sous-marins (VOSTFR)

16/02/2012

Les villes anciennes sous-marines peuvent être trouvées partout dans le monde, mais est-il possible que ces mondes aquatiques soient les ruines de civilisations inconnues – ou même la preuve de visites extraterrestres ? Est-il possible que conte célèbre de la ville, depuis longtemps perdue, de l’Atlantide puisse être une mémoire préservée d’une ancienne métropole exotique ? Sous le lac Titicaca, au Pérou, les ruines de temples récemment découverts soutiennent une légende locale d’une base sous-marine d’OVNIs. Les anciens textes indiens, connus sous le nom de Sangams, décrivent les cités englouties où les étrangers et les humains se sont entremêlés pendant des milliers d’années. Qui aurait pu construire la structure en pierre de 600 pieds au large de la côte du Japon – un site qui peut précéder les pyramides d’Égypte   depuis des milliers d’années ? Est-il possible que les preuves d’un ancien contact extraterrestre soient enfouis au plus profond des océans de la Terre ?

Voir la suite


L’énergie solaire spatiale continue d’intéresser le Japon

31/07/2011

Source article:http://www.bulletins-electroniques.com/actualites/67307.htm

Depuis la catastrophe de Fukushima, le Japon a du revoir sa politique sur le nucléaire qui était pourtant l’une de ses priorités stratégiques. Le développement de nouvelles sources d’énergie respectueuses de l’environnement est devenu encore plus pressant et certains scientifiques japonais estiment que la solution à ce problème pourrait venir de l’espace. La JAXA (Japan Aerospace eXploration Agency) étudie en effet le concept d’énergie solaire spatiale qui pourrait, selon ses partisans, devenir l’une des principales ressources énergétiques dans une vingtaine d’années.

Le concept d’énergie solaire spatiale consiste à collecter les rayons du Soleil grâce à de grands réflecteurs placés en orbite géostationnaire puis d’envoyer cette énergie sous forme de micro-ondes ou de rayon laser jusqu’à des installations au sol où elle est utilisée pour produire de l’électricité ou de l’hydrogène.

Lire la suite


Info recherche spatiale (via Japon Passion de sylv1)

02/07/2011

 Espace:
La JAXA réalise pour la première fois au monde une analyse du comportement des fluides dans un moteur de fusée complet

Source: http://www.bulletins-electroniques.com/actualites/67158.htm

La JAXA (Japan Aerospace eXploration Agency) est parvenue pour la première fois au monde à réaliser une analyse de haute précision du comportement des fluides dans un moteur de fusée complet. Cette étude a été menée dans le cadre du développement du futur moteur LE-X, qui équipera le successeur du lanceur H-2A de la JAXA. L’agence spatiale japonaise effectue en ce moment des tests de validation technologique pour son nouveau moteur, afin d’estimer de façon précise ses performances et de garantir sa fiabilité. L’analyse numérique de la mécanique des fluides dans un moteur LE-X réalisée par la JAXA en juin 2011 a permis de simuler sur ordinateur le comportement de l’ensemble du moteur avec une grande précision et de vérifier les performances avant même de procéder à des essais réels, prévus dans quelques années.

via Japon Passion de sylv1


Ancient Aliens, Saison2, Épisode-03, Mondes Sous-Marins

19/06/2011

Présentent :

Ancient Aliens, Saison2, Épisode-03, Mondes Sous-Marins

Voir les vidéos


Observations d’OVNIS au Japon prédites dans les dossiers secrets britanniques

20/03/2011

 

WWW.WORLDUFOPHOTOS.ORG

Des rapports confirmés d’ovnis « planant » et des milliers de «lumières clignotantes» sur l’épicentre du séisme principal du vendredi  11 mars au Japon – situé au large de la préfecture de Miyagi, à environ 230 miles au nord de Tokyo – et l’OVNI repéré près d’Osaka et de Yokohama, sont prédits dans la publication récente par le gouvernement Britannique de 8500 pages de rapports secrets sur les Ovnis qui  indiquent  60 ans d’observations d’OVNIS « en temps de crise mondiale. »

Selon l’agence japonaise Kyodo News Agency et d’autres médias japonais, il y a eu des centaines et plus de « milliers d’observations d’OVNIS » dans le pays depuis le séisme de magnitude 8,9 du vendredi 11 mars. En outre, des séquences vidéo de la chaîne d’informations  NHK World English et des vidéos personnelles montrent un ovni qui  accélère avec les lumières lumineuses dans le ciel, puis survolant le Pacifique à proximité des zones séisme au Japon. Les vidéos d’observation d’OVNI ont été vues à la télévision régionale et sur Internet depuis le vendredi, avec la communauté ufologique mondiale remarquant « l’étrange trainée de lumière » qui suit l’OVNI sur le Japon. »

En outre, une vidéo  rare de la Défense  Aérienne du Japon montre un nouvel OVNI survolant le porte-avions à propulsion nucléaire USS Ronald Regan tôt lundi matin, alors que  le transporteur accompagné d’un croiseur lance-missiles et d’un navire destroyer arrivaient au large des côtes du Japon pour aider  dans la réponse aux catastrophes.

Remarque : La photo ci-dessus est une illustration.

Remerciements à  Phantoms and Monsters.

Publié avec l’autorisation de KEN PFEIFER MUFON NEW JERSEY pour Ufoetscience et Area51

Traduction Area51blog/Ufoetscience

WWW.WORLDUFOPHOTOS.ORG

WWW.WORLDUFOPHOTOSANDNEWS.ORG

WWW.MUFONNJ.COM

Source:http://ufoetscience.e-monsite.com/rubrique,o-v-n-i-s-au-japon,594317.html

 


Bruxelles parle d’Apocalypse Nucléaire

15/03/2011

Un séisme de magnitude 6 s’est produit mardi soir à 120 km environ au sud-ouest de Tokyo, où les immeubles ont tremblé.

Le point sur la situation au Japon, mardi 15 mars, après le plus violent séisme jamais enregistré et qui a frappé vendredi le nord-est de l’archipel.

Le séisme, les répliques, le tsunami. Un fort séisme de magnitude 6 s’est produit mardi soir au sud-ouest de Tokyo, où les immeubles ont tremblé. L’épicentre était situé à Shizuoka, à 120 km environ au sud-ouest de la capitale, a indiqué la télévision publique NHK. Il survient après une secousse sismique, d’une magnitude de 5,8 selon l’institut de géophysique américaine (USGS), qui a de nouveau secoué lundi matin la région de Tokyo. Une éventuelle réplique de magnitude 7 pourrait survenir d’ici à mercredi dans le nord-est.
Le plus violent séisme jamais enregistré au Japon a frappé, vendredi, le nord-est de l’archipel. La secousse, d’une magnitude de 9 selon l’Institut de géophysique américain (USGS) qui l’avait auparavant estimée à 7,9, puis 8,8 puis 8,9, s’est produite à 24,4 km de profondeur à 14h46 (5h46 GMT) et à une centaine de km au large de la préfecture de Miyagi.
Des vagues de dix mètres se sont abattues sur les côtes de la préfecture de Sendai. D’autres points de la côte du Pacifique ont également été touchés par des vagues de plusieurs mètres de haut.
De fortes répliques s’enchaînent depuis dans la même zone et un séisme de magnitude 6,7 selon les dernières évaluations de l’agence japonaise (6,2 selon l’USGS) s’est produit samedi vers 04H00 du matin (vendredi 19 heures GMT) dans la préfecture de Niigata, au nord-ouest, sur la façade opposée à la côté Pacifique déjà dévastée, provoquant des glissements de terrain et avalanches.

Les victimes, les dégâts matériels,
les secours. Si le bilan officiel de la police parle de 3.373 morts, 6.746 disparus et 1.897 blessés, mardi, plus de 10.000 personnes pourraient avoir été tuées lors du tsunami. L’agence de presse Kyodo a rapporté que 2.000 corps avaient été découverts lundi sur les rivages de la préfecture de Miyagi, dans le nord-est du pays. Quelque 590.000 personnes ont été d’autre part évacuées, selon un décompte des Nations unies.
Le Japon a mobilisé 100.000 soldats, soit 40% des effectifs de son armée, tandis que de nombreuses équipes de sauveteurs étrangers continuaient à arriver sur les lieux.

Les centrales nucléaires. Les autorités japonaises luttent pour éviter une catastrophe nucléaire. Les incidents se multiplient, notamment dans la centrale de Fukushima Daiichi, située à 240 km de Tokyo, où quatre réacteurs sont endommagés.
La crise nucléaire s’est aggravée mardi après une nouvelle explosion et un incendie à la centrale. L’agence de sûreté nucléaire japonaise n’a pas relevé le classement de l’accident de la centrale au niveau 6 sur 7 de l’échelle internationale, comme l’a fait l’Autorité française de sûreté nucléaire. L’enceinte de confinement du réacteur numéro 2 « n’est plus étanche », a déclaré à la presse le président de l’ASN, André-Claude Lacoste. L’Agence internationale de l’énergie atomique (AIEA) a indiqué que cette enceinte avait été « peut-être affectée ».
« On parle d’apocalypse et je crois que le mot est particulièrement bien choisi. Pratiquement tout est hors de contrôle », a déclaré le commissaire européen à l’Energie Günther Oettinger, qui n’exclut pas « le pire » dans les heures à jours à venir.
« Le niveau de radioactivité a considérablement augmenté » sur le site de la centrale, a indiqué le Premier ministre japonais, Naoto Kan, à la télévision, avant de baisser de nouveau. Une légère hausse de température a été également mesurée dans les réacteurs 5 et 6 de la centrale.
Le Premier ministre a appelé les personnes habitant dans un rayon de 30 kilomètres à rester calfeutrées « à la maison ou au bureau ». Le niveau de radioactivité a augmenté mardi à Tokyo, où il était dix fois supérieur à la normale, mais il n’y a pas pour autant de danger pour la santé de la population, a affirmé la mairie de la capitale japonaise. Les autorités n’ont jusqu’à présent pas appelé les 35 millions d’habitants de la plus importante agglomération du monde à prendre des mesures de précaution particulières. Le niveau de radioactivité dans la ville de Maebashi, à une centaine de kilomètres au nord de la capitale, était mardi jusqu’à dix fois supérieur à la normale, rapporte l’agence de presse japonaise Kyodo, qui cite la municipalité.
Ces rejets radioactifs sont consécutifs à l’explosion d’hydrogène qui s’est produite à l’aube dans le bâtiment qui abrite le réacteur 2. Une autre explosion d’hydrogène a ensuite déclenché un incendie dans le réacteur 4, qui était à l’arrêt pour maintenance lorsque le séisme s’est produit. L’incendie qui a touché un bassin de stockage de combustible nucléaire usagé a été éteint, a fait savoir l’exploitant de la centrale, Tepco.
Ces explosions sont la conséquence des opérations d’urgence lancées après la panne des systèmes de refroidissement des réacteurs provoquée par le tsunami ayant suivi le séisme de magnitude 9, le plus fort jamais enregistré au Japon.
Le Japon a officiellement demandé lundi à l’AIEA l’envoi d’une équipe d’experts et de l’aide aux Etats-Unis pour refroidir ses réacteurs.
Deux explosions liées à l’accumulation d’hydrogène se sont produites lundi au niveau du réacteur n°3 de la centrale. Elles font suite à une première explosion dans le réacteur n°1 de la centrale samedi.
Les réacteurs sont construits pour résister aux chocs sismiques et s’arrêter automatiquement en cas de puissant séisme. Onze des réacteurs situés dans les zones les plus touchées s’étaient automatiquement arrêtés vendredi. Le nucléaire produit environ un tiers de l’électricité de l’archipel.

Communications, transports, entreprises.
La catastrophe a drastiquement réduit l’approvisionnement électrique dans la région de Tokyo, peuplée de 35 millions d’habitants, où des entreprises ont suspendu partiellement leur production pour réguler la demande. Toyota, premier constructeur automobile nippon, a annoncé lundi son intention de suspendre l’ensemble de sa production au Japon au moins jusqu’au 16 mars. L’entreprise avait indiqué samedi que l’activité de ses 12 usines japonaises allait être suspendue pour vérifier leur état et garantir la sécurité du personnel.
La région de Sendai est un centre industriel important non seulement pour l’électronique, mais aussi les télécommunications et les machines-outils. Sony a gelé l’activité de sept sites, la plupart dans le nord-est, où l’une de ses usines de disques Blue-Ray a été inondée.
Au moins six des 27 raffineries japonaises ont été arrêtées à la suite du séisme, paralysant 31% des capacités de raffinage de l’archipel nippon, cinquième plus grand raffineur au monde, a indiqué l’Agence internationale de l’énergie (AIE). Parallèlement, la consommation de pétrole du Japon pourrait augmenter de 200.000 barils par jour si la production d’électricité des 11 réacteurs nucléaires arrêtés dans l’archipel était remplacée par des centrales fonctionnant au pétrole.
Le trafic ferroviaire, inopérant dans le nord-est, restait très perturbé à Tokyo. La compagnie East Japan Railways, qui exploite de nombreuses lignes empruntées par les habitants des banlieues, n’a été en mesure que d’assurer 20% du trafic.
Le gouvernement a conseillé à la population de limiter ses déplacements au minimum, tandis que de nombreuses firmes demandaient à leurs employés de ne pas venir travailler. Air France a mis en place des « tarifs spéciaux » sur ses vols Tokyo-Paris en aller smiple pour faire face à la demande croissante, en attendant que les autorités françaises décident peut-être d’un rapatriement. Les voyagistes français ont décidé mardi de suspendre jusqu’au 31 mars inclus les départs vers le Japon.
Deux compagnies aériennes asiatiques, la chinoise Air China et la taïwanaise EVA Airways, ont annoncé qu’elles avaient annulé des vols vers le Japon pour des questions de sécurité.
Radio France a décidé de rapatrier la quasi-totalité de ses envoyés spéciaux un seul journaliste restant à Sapporo (nord).

Aides. Près de 70 pays ont proposé leur aide au Japon et une dizaine de nations ont déjà dépêché des équipes de secouristes. Le G20 s’est dit prêt à venir en aide au Japon face au risque croissant de catastrophe nucléaire. Le Japon a demandé l’aide des forces armées américaines basées dans l’archipel. Les navires de guerre et les avions américains, participant aux efforts de secours, ont quitté temporairement la côte Pacifique du Japon par mesure de précaution en raison d’un faible niveau de radiation en provenance de la centrale nucléaire, a annoncé l’US Navy lundi.
Une équipe de 144 secouristes américains est arrivée dans le nord du Japon, pour participer à des opérations de secours et recherches de survivants.
Plusieurs pays, comme la France ou l’Allemagne, ont encouragé leurs ressortissants habitant la région de Tokyo à partir si leur présence n’est pas nécessaire.
La Russie est prête à rediriger environ 6.000 mégawatts d’électricité vers le Japon, pour combler les manques liés à l’arrêt des centrales nucléaires.

Les finances et marchés. La Banque du Japon (BoJ) a annoncé avoir encore injecté 3.000 milliards de yens (26 milliards d’euros) sur le marché monétaire pour soutenir l’économie après le séisme, en plus des 5.000 et 15.000 milliards de yens déjà injectés respectivement dans la matinée et lundi. Ce nouvel apport de fond porte à 23.000 milliards de yens (202 milliards d’euros) la somme totale fournie par la BoJ au marché interbancaire depuis lundi.
Les estimations concernant le coût total de la catastrophe commence à être publiées. Le séisme et le tsunami pourraient coûter 100 milliards de dollars à l’économie nippone, selon le groupe bancaire de Singapour DBS Group. Crédit Suisse l’estime entre 14.000 et 15.000 milliards de yens (130 milliards d’euros). Le séisme pourrait coûter 34,6 milliards de dollars aux assurances, selon une estimation d’AIR Worldwide, spécialiste de l’évaluation du risque.
Moody’s a averti lundi que les assureurs et réassureurs allaient subir de « lourdes pertes » après le séisme, ce qui pèsera sur leurs notes. Si trois compagnies nippones se partagent 90% du marché de l’assurance dommage et responsabilité, les étrangers (Munich Re, Scor, Sxiss Re…) sont très présents sur celui de la réassurance dans l’archipel.

Notation. Standard & Poor’s a indiqué mardi qu’il était encore « trop tôt » pour mesurer l’impact de la catastrophe sur la note souveraine du Japon. S&P note le Japon « AA-« , ce qui classe le pays parmi les émetteurs de dette de bonne qualité. Cette note bénéficie d’une perspective « stable », ce qui implique qu’elle est peu susceptible d’être modifiée à court terme. Trois critères vont déterminer l’évolution de cette note: l’impact macroéconomique du tremblement de terre, ses conséquences sur le déficit public, le rythme et la durée de la reconstruction du pays, troisième puissance économique mondiale.

Le Japon et les séismes. Le Japon, situé au confluent de quatre plaques tectoniques, subit chaque année environ 20% des séismes les plus violents recensés sur Terre.
Le Comité de recherches sismiques du gouvernement a averti qu’un grand tremblement de terre de magnitude 8 avait 70% de chances de se produire d’ici à trente ans dans les plaines du Kanto, où est située la mégalopole de Tokyo, peuplée de quelque 30 millions d’habitants.
En 1923, la capitale avait été dévastée par un séisme majeur, qui avait fait 140.000 victimes, pour la plupart dans des incendies. Plus récemment, en 1995, le séisme de Kobe (ouest) avait tué plus de 6.400 personnes.

(Challenges.fr)

voir aussi :

http://ufoetscience.e-monsite.com/rubrique,seisme-japon-une-nouvelle-sec,593632.html

L‘accident nucléaire de Fukushima, un nouveau Three Miles Island ?

 


Le Japon s’apprête à lancer une sonde et un « cerf-volant spatial » vers Vénus

17/05/2010

Le Japon s’apprête à lancer mardi sa première sonde vers Vénus à l’aide d’une fusée qui va également déployer un grand « cerf-volant spatial » expérimental mû par la projection des particules solaires sur sa surface.

Le lanceur H-2A doit décoller de la base de Tanegashima (sud) mardi à 06H44 (lundi 21H44 GMT), a indiqué l’Agence d’exploration spatiale japonaise (Jaxa).

Lire la suite


<span>%d</span> blogueurs aiment cette page :