Des rapports d’OVNIS révélés en Iran

16/01/2018

Photo: via Babak Taghvaee

Article source : airforcesmonthly.com/

Traduction Era pour 

 

L’AFM a obtenu des copies d’un rapport iranien sur des survols allégués d’OVNI survenus il y a une dizaine d’années. En 2004 et 2005, les pilotes de quatre F-4E Phantom II de la Force aérienne iranienne (IRIAF) et d’un seul Tomcat F-14A auraient confronté des OVNI luminescents au dessus d’installations stratégiques à Khondab et à Bushehr. Dans le processus, au moins deux «combats de chiens» (combat tournoyant) ont eu lieu, mais sans succès pour les pilotes de chasse. Les analyses originales des pages ainsi que leur transcription en anglais ont d’abord été publiées sur Twitter par le journaliste aéronautique iranien Babak Taghvaee le 17 décembre.

 L’incident impliquant le F-14A s’est produit le 28 octobre 2004, alors que l’intercepteur effectuait une patrouille aérienne de combat  au-dessus du réacteur à eau lourde d’Arank près de Khondab. On a vu l’OVNI lumineux la nuit et on a jugé qu’il «collectait les données du réacteur», selon le rapport. Les détails de la rencontre, y compris un combat aérien, ainsi qu’une interview avec le pilote duTomcat et RIO sont mentionnés sur quatre pages du rapport de l’IRIAF sur les survols d’ovnis:

Contexte ufologique

 

Les ovnis sont une partie inséparable de l’histoire de l’armée de l’air iranienne. Depuis la fin des années 1960, lorsque l’armée de l’air a commencé à étendre rapidement sa flotte d’avions de combat, des objets volants non identifiés et lumineux ont commencé à apparaître à des endroits stratégiques à travers le pays. Ces observations ont augmenté avec l’expansion de l’armée de l’air et ont culminé les 18 et 19 septembre 1976, alors que des exemplaires auraient été interceptés par les F-4Es de l’armée impériale iranienne (IIAF) sur la capitale, Téhéran.

Les survols d’OVNIS ont repris après la Révolution Islamique de 1979 et il y aurait eu des observations sur l’Ambassade Américaine pendant son occupation par des étudiants pro-Khomeiny. Des observations d’OVNIS de masse ont eu lieu deux semaines avant l’éclatement officiel de la guerre Iran-Irak en 1980. Au cours de la guerre des pétroliers, des OVNIS sont apparemment apparus sur les plates-formes pétrolières iraniennes quelques heures avant les frappes de la marine américaine.

Des agents secrets du commandement iranien du Renseignement et de la Reconnaissance ont rapporté des observations d’OVNIS sur des emplacements stratégiques en Irak avant les frappes aériennes de la coalition pendant l’opération Tempête du désert en 1991. Des rapports similaires d’observations d’OVNIS sur l’Afghanistan et l’Irak sont survenus quelques jours avant le lancement de l’opération Liberté en 2002 et Liberté irakienne en 2003.

 

 

Programme Nucléaire

Les observations d’OVNI dans l’espace aérien iranien ont repris après que le gouvernement de Téhéran ait secrètement lancé son programme nucléaire au début des années 2000. Les OVNIS ont commencé à être signalés au-dessus des sites nucléaires, et l’IRIAF a blâmé les opérations de collecte de renseignement des États-Unis. D’autres OVNIS ont commencé à apparaître sur la base de tests de de Semnan. À partir de 2009, l’IRIAF a utilisé des mesures spéciales de défense aérienne lors des essais de missiles balistiques à Semnan.

 

En 2009, les recherches et études stratégiques de l’armée de l’air iranienne ont lancé un projet de recherche pour étudier la nature des OVNIS repérés en Iran au cours des cinq dernières décennies. Les chercheurs de l’IRIAF travaillant sur le projet comprenaient des pilotes instructeurs de F-4E et des ingénieurs aérospatiaux assistés par des scientifiques.

L’étude conclut que les OVNIS en question étaient d’origine humaine et qu’au cours des deux dernières décennies, les objets sont apparus principalement à proximité de sites liés aux programmes de missiles balistiques et nucléaires de l’Iran.

 Par coïncidence, les révélations iraniennes arrivent à un moment d’intérêt accru pour les OVNIS aux États-Unis. Luis Elizondo, un officier de renseignement du département de la Défense des États-Unis, a récemment obtenu la sortie de trois vidéos montrant des rencontres entre des chasseurs et des «véhicules aériens anormaux», le terme militaire pour les ovnis. L’une de ces vidéos, tirée d’un US F-A-18F, est affichée ci-dessous.

Babak Taghvaee.

 

Vidéo youtube

Si cette vidéo ne fonctionne pas cliquez ici

 

Source

Mise à jour Area 51 Blog le – 16/01/2018  à 21h10

Publicités

NICK POPE DANS « UFO DIGEST » A PROPOS DES ARCHIVES NATIONALES BRITANNIQUES

05/07/2013

Les Informations du jour des Rencontres Ufologiques

clip_image002 

 

NICK POPE QUE NOUS AVONS REÇU A PARIS EN 2007 S’EXPRIME AUX USA DANS « UFO DIGEST » A PROPOS DES ARCHIVES NATIONALES BRITANNIQUES CONCERNANT LES OVNIs,  ARCHIVES RÉCEMMENT RENDUES PUBLIQUES

 

Commentaires des « Rencontres Ufologiques »  sur les déclarations de Nick Pope.

 

Photo à gauche : Nick Pope annonce sur les  chaînes de télévision la diffusion des nouveaux documents libérés par le Mod.

 clip_image004

 

Nick Pope nous apprend que le gouvernement Britannique a mis en place un programme sur cinq ans pour libérer et déclassifier l’ensemble des archives relatives aux OVNIs, détenues par le gouvernement. Ces documents quittent donc, par vagues successives,  le ministère de la Défense pour le département des archives nationales.

 

Voilà pourquoi chaque année nous avons droit à des commentaires, souvent nébuleux et tendancieux, dans la presse mondiale, diffusés par quelques agences de presse parfaitement choisies. Certains documents y sont mentionnés et on peut accéder sur internet à une sélection de ces informations jusqu’alors confidentielles.

 

Selon Nick Pope, il connaissait depuis plusieurs mois l’existence de ce dernier lot de fichiers,  maintenant libéré, mais il ne pouvait le révéler car l’information était confidentielle. Pour lui, c’est une des plus importantes décisions liés au dossier ovni de ces dernières années. Rappelons que Nick Pope est Britannique, qu’il a été le responsable du MOD, le service qui au sein du Ministère de la Défense s’est occupé durant plusieurs décennies du dossier ovni.

 

Nick Pope se pose la question de savoir si tous les documents ont bien été libérés.

                

Bien évidemment pour lui, c’est NON !  Il met en avant que dans la loi Informatique et Liberté qui est en vigueur en Grande Bretagne,  de larges catégories de motifs exonèrent l’état de son obligation de rendre public les documents demandés. Ces catégories sont entre autre la Défense, la Sécurité nationale et le Renseignement. Nick Pope a la conviction que le gouvernement et ses services, ont donc conservé le «  black- out » sur un certain nombre de documents. Il  a travaillé pour le Ministère de a Décence, il sait comment cela se passe.

 

Nick Pope est surpris par le fait que le Gouvernement Britannique et ses services reconnaissent publiquement que certains documents, parmi les meilleurs,  aient été «  égarés »  ou « détruits » accidentellement. Parmi ces dossiers,  des fichiers relatifs à l’incident de la forêt de Randlesham, des photos parmi les plus intéressantes communiquées au Ministère de la Défense, le journal de bord d’un navire qui contiendrait des informations sur un OVNI vu lors d’un exercice militaire de l’Otan, un film pris par des militaires qui ont été envoyé avec leur avion de chasse, pour intercepter un ovni etc….. On  a connaissance de certaines traces d’observations qui ne sont pas divulguées car il en est fait mention, par exemple,  dans les journaux internes de certaines bases de la RAF.  On sait aussi que les pilotes évitent d’utiliser le terme ovni et parlent  de quasi accident avec un avion inhabituel ou un hélicoptère non conventionnel.  Il y a donc en conséquence selon Nick Pope, de nombreuses traces relatives à des affaires qui ne sont pas rendues publiques dans les documents libérés ces dernières années.

 

Nick Pope, bien informé, dément catégoriquement que ces informations rendues publiques soient un prélude à la divulgation. En Angleterre des centaines de personnes ont demandé la libération d’informations précises  à propos du dossier ovni. (Nous n’en sommes pas encore là en France !) Le Ministère plutôt que de passer son temps à rechercher, jour après jour, lettre après lettre, les informations demandées, a décidé tout simplement de rechercher tout ce qui a trait au phénomène et de le diffuser par «  lot » selon un programme étalé sur  5 années. Aucun rapport avec un acte délibéré destiné à dénigrer le phénomène ou à préparer le grand public à une hypothétique révélation.

 

Nick Pope rappelle que la position officielle américaine est que depuis la clôture du Projet Blue Book, ils ne font plus aucune enquête sur les ovnis. Donc, si les britanniques libèrent  des documents, au niveau des états Unis, il ne faut pas s’attendre à ce qu’ils fassent de même. Pour les américains, officiellement, ils n’ont donc plus rien à révéler. Par contre, on peut avoir des doutes sur cette position car les U.S.A  ont bien enquêté sur des affaires comme Rendlesham (après 1969 !) ou en 1976 dans l’affaire du pilote militaire qui en Iran a été envoyé avec son avion de chasse, en direction d’un ovni !

 

clip_image006 (1)Nick Pope estime qu’en Grande Bretagne la libération de ces archives à fondamentalement changé la façon dont les médias considèrent aujourd’hui le sujet ovni. Il y a évidemment toujours des émissions qui préfèrent rire de ce phénomène en espérant ainsi une plus large audience, en faisant appel «  aux petits  hommes verts » ou aux thèmes de « The X-Files ». Mais,  en général, les médias et les journalistes qui ont découverts à travers tous ces documents la réalité du phénomène ovni ; des descriptions précises de la part de centaines de témoins, ont une toute autre opinion. Le travail fait durant plusieurs décennies par le Ministère de la Défense prouve aussi que ces objets étaient vraiment pris en considération et que des enquêtes approfondies ont été faites sur de nombreux cas, qui ne sont toujours pas expliqués. La présence d’Ovni, suivi sur des milliers de kms par les radars militaires Britanniques, tout en effectuant des manœuvres impossibles selon notre technologie et ceci à des vitesses extraordinaires ou encore les communications objet d’un brouillage lors de tentative d’interception d’ovni  sont autant d’indices qui laissent perplexe la presse. A l’évidence elle se rend compte que le phénomène est loin d’être aussi inoffensif que le gouvernement voudrait le faire croire.

 

Photo 2 : Nick Pope à son arrivée à Paris, en 2007 – photos Gérard Lebat

Billet de Nick Pope publié par UFO Digest : http://www.ufodigest.com/   objet ici de notre commentaire.

Les Rencontres Ufologiques : http://www.les-rencontres-ufologiques.com

 

gif

 

 

Mise à jour Area51blog le 5 juillet 2013 à 06h30

Bannière


Une machine à voyager dans le temps aurait été inventée par un scientifique iranien

13/04/2013
Le scientifique iranien Ali Razeghi serait-il le nouveau Docteur Emmett Brown ?

Le scientifique iranien Ali Razeghi serait-il le nouveau Docteur Emmett Brown ?

Un scientifique iranien aurait fabriqué une machine à voyager dans le temps nommée « The Atyayek Time Traveling Machine ». Le nouveau Docteur Emmett Brown ?

Une machine à voyager dans le temps ? Comment marche-t-elle ? Suffit-il de se lancer à des milliers de kilomètres par heure à bord d’une voiture de modèle DeLorean DMC-12 ? Fermer les yeux pendant deux secondes avant d’apparaître comme par magie dans l’avenir? Pas tout à fait.

Le scientifique Ali Razeghi de Téhéran affirme avoir inventé « une machine à voyager dans le temps » capable de « satisfaire tous les besoins de la société » et de « préparer le gouvernement aux défis qui pourraient le déstabiliser », relaie le site Gawker. Or Fars News Agency, l’agence de presse « semi-officielle » iranienne qui a soutenu le projet du nouveau Doc, s’est ravisée après avoir compris que cette « machine à voyager dans le temps » n’était pas tout à fait ce qu’elle prétend être.

Voyager comme Marty McFly ?

Le terme de l’invention est trompeur puisque la machine ne permet pas de voyager dans le temps à proprement parler. Malheureusement, la machine de Razeghi n’est pas capable vous téléporter dans le futur comme le ferait Doc Emmet Brown. D’après le brevet de la machine, elle ne permettrait que de prédire l’avenir grâce au simple toucher de l’utilisateur.

A l’aide d’algorithmes complexes, Ali Razeghi prétend être apte à « prévoir cinq à huit ans de la vie future d’un individu, avec une précision de 98% ». Après dix ans de travail, le Doc Razeghi est convaincu de pouvoir amener directement le futur à l’utilisateur.

« Les Chinois pourraient nous voler l’idée »

Cependant, Razeghi ne serait-il qu’une diseuse de bonnes aventures dont les prédictions seraient contenues dans un ordinateur ? Bien sûr, on préfère encore croire que le scientifique iranien est un brillant disciple du Docteur Emmet (…)

 Source :  gentside.com

34f2d930

Mise à jour Era pour Area51blog le 13-4-2013 à 15:45

area51blog


L’Iran dévoile une soucoupe volante

20/03/2011

TEHERAN (FNA) – L’Iran a dévoilé une   soucoupe volante sans pilote « maison » ainsi que d’un avion léger de sport dans une exposition de technologies stratégiques.

La soucoupe volante sans pilote, nommée  « Zohal », a été dévoilée dans une cérémonie à laquelle assistait le Leader de la  Révolution Islamique, l’Ayatollah Seyed Ali Khamenei.

Zohal, conçue et développée conjointement par la  Farnas Aerospace Company et l’ Association Iranienne de l’Aviation et des Industries Spatiales ( Iranian Aviation and Space Industries Association (IASIA), peut être utilisée pour diverses missions, en particulier pour l’imagerie aérienne.

La machine volante est équipée d’un système de pilote automatique, GPS (Global Positioning System) et deux systèmes d’imagerie séparés avec une qualité d’image Haute Définition de 10 méga-pixels et est capable de prendre et d’envoyer des images simultanément.

Zohal utilise un  petit, centre de  navigation de surveillance portable pour la transmission de données et d’images et peut voler dans les espaces extérieurs et intérieurs.

Le second projet dévoilé dans l’exposition était un avion léger de sport. L’avion conçu et développé par Dorna Aerospace Company est un avion de sport entièrement composite conforme à la méthode d’essai standard (ASTM).

C’est le troisième modèle de classe ISA  introduit dans le monde et peut être utilisé pour les vols privés, les patrouilles aériennes et de surveillance.

Source :  http://english.farsnews.com/newstext.php?nn=8912250816

Article envoyé par Daniel Recolet (Areps.org)


%d blogueurs aiment cette page :