Dossier :Les  » Triangles Volants « 

21/10/2014

 

source croquis: Mikerynos touraine-insolite.clicforum.fr/

source croquis:
Mikerynos
touraine-insolite.clicforum.fr/

Article source: Mikerynos  touraine-insolite.clicforum.fr/

Les observations d’ovnis réalisées dans le monde entier font état d’engins de toutes formes et de toutes dimensions. Mais, par endroits, il arrive que les témoignages s’accordent sur une forme particulière. Ainsi, des objets volants évoquant un disque ou un cigare ont maintes fois été cités. La  » tendance «  actuelle est aux engins triangulaires, plus communément appelés « triangles volants ». Si, comme toujours, les descriptions varient sur le détail, le recoupement des multiples témoignages indique qu’il s’agit bien du même type d’appareil.

Le  » triangle volant «  possède généralement une envergure de l’ordre de 100 mètres, et il est de couleur noire ou grise. Sa forme triangulaire est surtout apparente vue du dessous car il s’agit d’un engin relativement plat, ressemblant un peu à une grosse part de pizza. Un nombre significatif de témoins signale une forme « en accent circonflexe » ou une sorte de boomerang. De nombreuses observations d’ovnis intervenant de nuit, l’attention des observateurs, dans le cas du  » triangle volant « , est d’abord attirée par trois lumières qui se déplacent dans le ciel en une impeccable formation triangulaire. On mentionne effectivement très souvent trois feux situés sur la face inférieure de l’appareil, un à chaque angle. D’autres témoins parlent d’un quatrième feu central, mais nettement moins luminescent. Si les feux extérieurs sont généralement blancs, le feu central est rouge. Ce descriptif fait immédiatement penser aux feux de navigation d’un avion conventionnel. Mais il se trouve qu’à la différence des feux d’avions, ceux des « triangles » ne clignotent pas …
Des Témoins par centaines.

croquis source: Mikerynos touraine-insolite

croquis source:
Mikerynos
touraine-insolite

 

La première grande vague d’observations de  » triangles volants «  remonte à mars 1983, aux abords de la vallée de l’Hudson (Etat de NewYork). Des témoins signalent la présence dans le ciel  » d’ailes volantes «  ou d’ovnis en forme de V. L’un d’entre eux décrira un appareil  » tellement immense qu’il masquait entièrement le ciel » «  Au cours des quatre années qui suivront, des centaines de personnes résidant dans cette région des Etats-Unis prétendront elles aussi avoir vu cet engin. Puis plus rien jusqu’à la vague d’observation belge. Les événements qui vont se dérouler en Belgique au début de cette décennie vont à nouveau placer les  » triangles volants «  sous les feux de l’actualité. Car il s’agit sans doute là d’une des plus spectaculaires et des mieux documentées de toutes les observations d’ovnis jamais rapportées au monde. En effet, l’espace aérien belge fut le théâtre d’une intense activité ovni tant les comptes rendus de bonne qualité, issus de témoins fiables, ont afflué depuis une première série d’observations effectuées en date du 29 novembre 1989.
La crédibilité des témoignages est souvent sujette à caution dans ce genre d’affaire. Or, elle est cette fois renforcée par la nature des sources citées : des militaires et des policiers belges, c’est à dire des personnes rompues à des descriptifs précis et peu enclinés à une mauvaise identification d’un objet ou d’un phénomène classique. Nombre de ces témoignages, recueillis par centaines, font ainsi état d’objets triangulaires de grande dimension. Etant donné son ampleur, l’affaire fut prise au sérieux par l’armée de l’air belge qui tiendra ses avions prêts à décoller afin de « reconnaître » tout phénomène rapporté.
Echaudées par une première fausse alerte -une observation d’ « ovnis » qui s’avéreront n’être que le reflet d’un spectacle laser sur les nuages !-, les forces aériennes belges décideront de faire décoller leurs chasseurs uniquement lorsque les observations visuelles seront confirmées par une image radar. Or c’est exactement ce qui se produisit dans la nuit du 30 au 31 mars 1990.

croquis source: Mikerynos touraine-insolite.clicforum.fr/

croquis source:
Mikerynos
touraine-insolite.clicforum.fr/

 

Signature radar.
Au cours de cette soirée, les observations vont se multiplier, surtout dans la région de Wavre (au sud-est de Bruxelles), et dans de nombreux cas on signalera trois lumières volant en une formation triangulaire parfaite. Plusieurs témoins affirment avoir très nettement vu que ces feux étaient situés sur la face inférieure d’un immense appareil en forme de triangle. Or l’objet en question est repéré par deux stations radar, l’une relevant des forces aériennes belges, l’autre de l’OTAN. L’ordre fut par conséquent donne de faire décoller en toute hâte deux chasseurs F-16, appareils qui seront par la suite maintenus en procédure d’ « Alerte Reaction Rapide ».

Très vite, les chasseurs réussissent à repérer l’ovni sur leurs propre radars et à  » verrouiller «  le repérage de la cible. A plusieurs reprises, l’appareil parvient pourtant à s’échapper de l’emprise du radar. Ses capacités sont déroutantes: il semble pouvoir passer presque instantanément du vol stationnaire à une vitesse supérieure a 1000 km/h! Ses déplacements laissent supposer que l’engin répond à une conduite intelligente, mais l’ accélération produite par de telles manoeuvres (près de 40 g, plus de dix fois celle supportée par les astronautes d’une navette spatiale) aurait tué n’importe quel équipage humain !
Pressée de questions relatives à cette affaire, l’aviation belge accepte de coopérer avec un groupe d’ufologues belges dans le cadre d’une enquête détaillée. Le directeur des opérations de l’état major des forces aériennes belges, le colonel Wilfred de Brouwer, admit notamment que, selon ses services, l’ovni est un engin solide, structuré, ayant pénétré de façon illicite l’espace aérien belge. Cet officiel conclura par le terme « phénomènes anormaux ». Etant donné que les militaires et les milieux officiels réfutent traditionnellement l’existence même des ovnis, cette déclaration revêt une importance toute particulière.
Au tour de la RAF.

Trois ans plus tard, le  » triangle volant «  se manifeste à nouveau, cette fois dans le ciel de Grande-Bretagne. La plupart des observations seront faites aux premières heures du 31 mars 1993 et, peut-être en raison de l’heure, plusieurs témoins seront cette fois également des policiers en patrouille ou des militaires en faction.

Les descriptions ressemblent étrangement aux observations belges : trois lumières se déplaçant en formation parfaite ou, à l’occasion de témoignages plus précis, un immense ovni triangulaire illuminé à chacun de ses angles. De nombreux observateurs signalent fréquemment une caractéristique supplémentaire des  » triangles volants «  : un bourdonnement sourd semble émaner de l’appareil. Deux témoignages sont particulièrement dignes d’intérêt. D’une part, une observation effectuée par la Royal Air Force (RAF), sur la base de Cosford, dans le Shropshire. Un peloton de garde entier verra passer l’ovni exactement à l’aplomb de la base ! Rapidement une vérification des mouvements d’aeronefs sera demandée auprès des contrôleurs du trafic aérien : aucun avion, tant civil que militaire, à signaler dans la zone concernée.

L’observation la plus spectaculaire recensée au cours de la même nuit est celle de l’officier chargé de la météo à la base de la RAF située à Shawbury, à quelques kilomètres seulement de celle de Cosford. Ayant appris qu’un ovni avait été signalé au dessus de la base voisine, l’homme sortit du bâtiment afin de se rendre compte de visu.

Selon son estimation, l’appareil a pratiquement la taille d’un Boeing 747. Cet officier rapporte que l’appareil projetait un faisceau lumineux vers le bas, balayant le sol de droite et de gauche comme s’il cherchait quelque chose. Puis le faisceau s’éteignit et l’appareil poursuivit sa route, en survolant la base à faible allure. Le ministère de la Défense déclenche une enquête pour tenter d’expliquer ces observations qu’il juge crédibles. La position des autorités est délicate : officiellement, il a toujours été acquis que les phénomènes ovni étaient pas du ressort de la Défense. Or, il se trouve que ce sont précisément des militaires qui ont signalé la présence d’un  » triangle «  non identifié, qui plus est survolant deux zones militaires sensibles. Aussi le ministère de la Défense britannique s’efforcera-til de banaliser le phénomène par des explications « naturelles ». Tablant sur le fait qu’au moins 90 % des observations d’ovnis s’explique de manière classique, les autorités procèdent par élimination, à commencer par l’analyse de toute activité aérienne dans le Shropshiren du vol de dirigeable au lancement de ballon-sonde météorologique. On consulte également l’Observatoire royal de Greennvich dans l’espoir d’une activité météoritique inhabituelle. Mais on ne trouve rien. En dernier ressort, on avancera l’hypothèse de la rentrée atmosphérique d’une fusée russe, détectée à 1h10 du matin. Ceci aurait certes pu expliquer une concentration ponctuelle de phénomènes lumineux à haute altitude, mais les observations s’étant étalées sur plusieurs heures, la thèse d’une fusée ne peut s’appliquer à ce cas.

Prototype Ultra-Secret.
Dernière piste : le  » triangle volant «  pourrait être une sorte de prototype ultra-secret. On évoquera à ce propos un nouveau modèle hypersonique du Lockheed SR-71 Blackbird, développe sous le nom de code d’ « Aurora ». Des les premiers échos de cette rumeur, les forces aériennes belges rejettent la possibilité que le triangle aperçu en 1990 puisse être un avion furtif F-117 américain; d’ailleurs les autorités américaines ont apporté un démenti catégorique : aucun appareil de l’US Air Force n’était en cause.
Quoi qu’il en soit, l’hypothèse du vol d’essai est peu vraisemblable : les prototypes sont testés dans des périmètres bien délimités et bien protégés, et de tels avions ne s’aventurent pas sans autorisation dans un espace aérien étranger particulièrement bien défendu : risques d’incident diplomatique, risques d’ interception et de destruction, secret éventé… le jeu n’en vaut pas la chandelle. Pour ces mêmes raisons, le ministère de la Défense britannique exclut toute implication d’un prototype américain dans ces observations.

Classé «  sans suite « .
Manque de coordination européenne ? Mi-mai 1997, le ministre belge de la Défense, Jean-Pol Poncelet, annonçait officiellement le classement du dossier ouvert suite à la vague d’observations. Motif : la signature captée par les radars des F-16 serait finalement celle d’un phénomène naturel lié à des écarts de température… par conséquent les centaines de témoignages doivent « probablement » se rapporter à l’observation du prototype LoFlyte. Déclaration surprenante : les responsables américains du projet LoFlyte certifient que le prototype n’est jamais sorti du territoire des Etats-Unis.

Etude de 11 observations d’Objets triangulaires.
Cas No 01 : Derby, d’Allestree (GB) le 19 avril 1956.
Cas No 02 : Lac Uppramen (Suède) le 1er avril 1968.
Cas No 03: Ulceby Cross Lincolnshire (GB) en mars 1978.
Cas No 04: Woodbridge, Suffolk (GB) le 27/28 décembre 1980.
Cas No 05: Brierley Hill, West Midlands (GB) Le 19 novembre 1987.
Cas No 06: Petit Rechain, Belgique le 30/31 mars 1990.
Cas No 07: Samara, Kuybyshev (Russie) Le 13 décembre 1990.
Cas No 08: Grand-Rechain-Stockis (Belgique) le 3 novembre 1993.
Cas No 09: Mablethorpe, Lincolnshire (GB) le 12 février 1997.
Cas No 10: Arizona, (USA) Observations du 13 mars 1997.
Cas No 11: Monks Kirby, West Midlands (GB) Le 31 mars 1999.

NB.
Pour mieux aprécier la taille des  » triangles «  observés, un modèle de voiture à été mis à la
même échelle.

Derby, d’Allestree (GB)
(Triangle de 6 m de large, peu ou pas de bruit, très grande vitesse)

Le 19 avril 1959 à 11h00, M. Gibbard (un menuisier) qui travaille sur le toit d’une maison dans le bourg d’Allestree, près de Derby, quand il a entendu le bruit d’un avion en approche. Celui-ci a été profondément impressionné par le modèle observé, son passe-temps est en effet l’identification des avions, et connaît de nombreux types d’appareils aériens.M. Gibbard a raconté l’événement :
«  Le jour était très clair, avec quelques petits nuages. J’ai entendu un avion s’approcher, j’ai alors regardé l’avion qui s’approchait à environ plus ou moins 2000 pieds d’altitude. C’était un avion assez rare de type Avro Anson (envergure d’ environ 17m), un avion lent utilisé pour la reconnaissance. J’ai alors était stupéfait de voir un avion avec des ailes delta assez près de l’Avro Anson, cerclant réellement autour de l’avion au moins deux fois, à une vitesse pas beaucoup plus élevée que la vitesse de l’avion, mais ne faisant aucun bruit audible, le seul bruit perceptible est venu de l’Anson. Ensuite il à disparus vers le haut sur une longue courbe en qui dura environ 5-10 secondes.  » «  Mon associé a également vu cette scène, mais malheureusement il est depuis longtemps décédé et ne peut plus corroborer cette observation. Ce ne pouvait pas être un planeur, en raison de sa vitesse réduite et de sa forme  » delta « , de plus ceux-ci font énormément de bruit.  »

Lac Uppramen en Suède.(Triangle de 31 m de côté)
Le 1er avril 1968 un trou 500m2 a été découvert dans de la glace épaisse de 90cm sur le lac Uppramen en Suède. Le trou était parfaitement triangulaire et des blocs de glace plus de 1m de diamètre ont été dispersés au-dessus de la glace. Il y avait plusieurs trous, et d’autres semblables dans un lac voisin, un de la même taille et un autre plus petit. Une recherche officielle n’a trouvé rien sur le lit de lac excepté une croûte rougeâtre du matériel indéterminé.

Ulceby Cross Lincolnshire, (GB)
(Triangle de 34 m de côté, vitesse 25/65 Km/h, pas de bruit)

Observation par un seul témoin un soir vers 23h00, en mars 1978 près de Ulceby Cross qui est situé à environ 10 Km de la côte.
«  L’objet était parfaitement triangulaire et de profondeur égale, sans des protubérances pointues ou d’autres dispositifs. Son aspect, apparemment constitué d’une feuille de métal, sans joints évidents entre les panneaux. Deux lumières très lumineuses à l’avant du triangle ont rayonné vers le bas avec un angle de 90 degrés vers le sol. Une lueur bleuâtre a émané du dessous du triangle.  » On a estimé sa taille était plus grande qu’un bombardier de type  » Vulcan «  (envergure de 34m). Le triangle est passé au-dessus du témoin à environ 15m, et s’est écarté lentement à une vitesse entre 25 et 65 km/h. La nuit était claire.
Comparaison des différentes tailles des 11 cas de « Triangles » avec un Boeing 747.

Woodbridge, Suffolk (GB)
(Entre 2m et 3m de large et approximativement 2m de haut, sans bords
tranchants. pieds approximativement de 18cm large, lumière éclatante rouge
sur le haut.)

Le 27 décembre 1980, vers 03 h 00, deux policiers de sécurité USAF en patrouille, virent une lumière inhabituelle à la sortie arrière de la RAF Woodbridge. Il leur fut donné la permission d’aller voir, car ils crurent au crash d’un avion. Trois hommes furent envoyés, à pied. Ils rapportèrent avoir vu un objet lumineux, d’apparence métallique et de forme triangulaire, à 2/3 mètres de la base, et à 2 m d’altitude. Cet objet illuminait toute la forêt d’une lumière blanche. L’objet lui-même avait une lumière pulsant rouge à son sommet et une (des) bande (s) de lumière bleu sur le dessous. L’objet planait de manière stationnaire, ou se trouvait sur des pieds. Quand la patrouille s’approchait, l’objet manoeuvrait entre les arbres et disparut. Pendant ce temps, les animaux de la ferme voisine étaient en « délire ». L’objet fut brièvement revu une heure plus tard, à nouveau près de la sortie arrière du camp. Le lendemain, trois dépressions de 1 1/2 » de profondeur et de 7″ en diamètre, furent trouvées à l’endroit où était aperçu cet objet. Le lendemain (29 décembre 80) la zone fut passée au crible pour détecter d’éventuelles radiations. Des lectures de Beta/Gamma de l’ordre de 0.1 milliroentgens étaient enregistrées, avec un maximum dans les 3 dépressions et au centre de celles-ci. Un arbre proche montrait une lecture modérée (.05-.07) sur le flanc tourné vers les dépressions. (document FOIA)
Dans la nuit du 27 au 28 décembre, plus de 50 personnes, tant civiles que militaires, font leurs commentaires après l’observation d’un ovni. Cela va du vaisseau extra-terrestre, au largage de drogues dures, en passant par des expériences militaires secrètes. Mais je propose les faits: Big Bird 16, satellite d’espionnage USAF de basse altitude, est lancé de la base Vandenberg en Californie, le 18 juin 1980 et est placé en une orbite polaire très large. Ce satellite est porteur de six capsules, à récupérer. La 67ème Aerospace Rescue and Recovery Squadron (ARRS), basée à Woodbridge, est l’une des unités désignées à récolter les capsules quand elles entrent dans l’atmosphère. Le satellite vole au-dessus de l’Arctique à 27,000 km/h, et au nord de la Norvège, dans la nuit du 27/28 décembre 1980 et largue une de ses capsules. Tandis que la satellite mère continue à tourner sur son orbite, la capsule entre au-dessus de la mer du Nord, allant vers le SSW. Quelques avions Lockheed HC-130 Hercules et un groupe d’hélicoptères HH-53C du 67èmeARRS attendent au-dessus de la Dogger Bank, les avions en altitude, les hélicoptères près de l’eau. Mais les parachutes de la capsule ne s’ouvrent pas. La capsule continue à descendre sans être freinée, sur sa trajectoire première, volant trop haut et trop vite pour les avions qui l’attendent. Cette trajectoire de la capsule l’amène directement à la base de la RAF à Woodbridge. Dès que l’alerte fut donnée au sujet des parachutes défaillants, on voit la capsule en feu au-dessus de Lowestoft, et le crash s’effectue dans les bois de Rendlesham. Toute la base participe à la recherche. (…) (Richard Kidd et Michael Akeroyd,août 1996)

Brierley Hill, West Midlands (GB) Le 19 novembre 1987. (Triangle de 30 m de long sur 15 m de large, huit ou neuf lumières claires, rectangulaires, convexes sur le dessous, vitesse lente sans bruit)
La Colline de Brierley est située dans l’Ouest des Midlands en Grande Bretagne, le soir du 19 novembre un triangle a été vu dans le noir, par une mère et son fils adulte :  » Il y avait quelques mailles visibles, c’était des bords aériens en dents de scie noirs comme si elles étaient des grilles. La partie intérieure avait une couleur grise ou argentée. Il y avait des raies en dessous. Les lumières étaient très fluorescentes d’un
blanc clair. Il y avait 21 rainures longitudinales sous la surface du triangle, séparés par leurs propres largeurs de couleur noire, bronze et argent. «  Bien qu’il y ait des ambiguïtés dans la description des deux témoins, c’était une observation assez proche et il y a un bon croquis fait par un témoin (le fils).
Petit Rechain, Belgique le 30/31 mars 1990.

(Triangle de 15 m de long sur 3 m de large, de couleur noire avec 3 phares
lumineux de couleur blanche et un point central de couleur rouge.)

Peut de renseignement sur cette observation. Entre 1989 et 1991, la Belgique a été le théâtre d’une véritable invasion d’ovnis. Suivie et amplifiée par les médias, cette affaire a été prise à ce point au sérieux que l’armée belge a cru nécessaire d’apporter son soutien. Fin mars, début avril 1990 un jeune homme habitant le village de Petit-Rechain réussit l’exploit de photographier l’ovni qui le survol. Il a fallu attendre quatre mois avant que l’auteur de ce document (c’est la seule photo de l’ovni belge) le fasse connaître, deux clichés ont été pris, le deuxième cliché a été éliminé ou  » perdu « .
Mlle S. laissa sortir son chien, un berger allemand. Elle sortit elle-même dans la cour, derrière la maison. Après 5 ou 6 secondes, elle regarda machinalement vers le ciel, où son attention fut attirée par des lumières.  » J’ai d’abord pensé qu’il s’agissait d’étoiles, mais je me suis rendue compte qu’il n’y avait pas d’autres étoiles visibles dans le ciel « . Mlle S. avait 18 ans et était étudiante à cette époque. Elle pensait d’abord à ce qui serait normal, puisque ces lumières étaient immobiles, mais le ciel était couvert. Intriguée par ces lumières qui percent l’obscurité de la nuit, elle commença à remarquer de plus en plus de détails. «  J’ai vu trois points lumineux blancs-jaunes, ronds, disposés en triangle et par la suite, j’ai distingué une autre lumière au centre. Pour moi, cette lumière était fixe (non clignotante) et semblait de même couleur que les autres. Je n’ai pas vraiment remarqué la forme d’un triangle. Je l’ai plutôt devinée « . Cela lui parût étrange et elle appela son ami. Lorsque monsieur P. M. est sorti, il a vu « trois feux blancs, ronds, disposés sur une surface triangulaire à peine perceptible« . Cet objet bizarre semblait être immobile. «  Au centre, il y avait un point clignotant de même couleur, ou peut-être un peu plus rouge que les autres feux « .
P. M. est un ouvrier qualifié, tourneur-ajusteur dans une usine locale. Il est habitué au travail de précision et aime relever des défis techniques. Ce n’était pas l’objet qui l’intéressait, mais il se demanda s’il parviendrait à le photographier. Depuis quelques mois, il possédait en effet un appareil photographique. Sachant qu’il était chargé d’un film DIA et voyant que ce phénomène ne bougeait pas, il est allé chercher son appareil. «  Je suis ressorti et aussitôt, j’ai pris deux photos dont une seule a donné un résultat « . Le résultat est là, absolument extraordinaire. D’après ces témoins, l’ovni devait avoir une dimension approximative de 10 mètres. Mr P.M. a déclaré aux enquêteurs: «  ce qui m’a le plus impressionné, c’était l’immobilité apparente de ce phénomène « , confirmant qu’il pensait à un « truc de l’armée ». Mr P.M. poursuit : « je n’ai pas réfléchi, mais j’ai trouvé cela quand même bizarre, parce qu’un avion n’est pas immobile ». Il voulait en prendre une troisième, mais l’objet partait, pointe en avant. Sa vitesse n’était pas grande, peut-être 40 ou 50 km/h. Les deux témoins signalent que pendant l’observation, ils ont entendu un « léger sifflement« . Mlle S. a ajouté:  » Pour moi, l’élément le plus impressionnant de cette affaire est le bruit émis par cet objet « . Pourquoi? Parce qu’il «  ne ressemblait pas à celui d’un avion « . Tout cela s’est déroulé pendant environ 5 minutes.

Une augmentation des contrastes dans la couche sensible au bleu montre que le contour du triangle est plus net près du coin supérieur droit du triangle qu’en d’autres endroits.On constate aussi que la diffusion de la lumière bleuâtre, émise derrière l’objet, était plus forte et plus étendue près de la base du triangle. Pendant la prise de vue, l’objet a effectué une rotation, corrélée avec les structures des feux. Ce n’est pas la caméra, mais le triangle qui a bougé.
Ce Photographe amateur, a opéré avec un 24×36, et une pellicule 200 asa avec un temps de pose assez long. Le jeune homme (qui à garder l’anonymat) a toujours expliqué qu’il a fait la photo en coinçant l’appareil photo contre l’arête d’un mur. Et qu’il avait utilisé une pose de 1 a 2 secondes. Il a quand même fait l’effort de bien coincer l’appareil, de ne pas respirer au moment de la prise de vue, donc il a réussit cette prise de vue et cela n’est pas
tellement extraordinaire et la photo démontre donc que le bougé qu’on observe n’est pas dû à une mauvaise manipulation de l’appareil, mais a un bougé du sujet lui-même. Digitalisée analysée et recomposée dans différentes couleurs grâce à un ordinateur très puissant ce cliché révéla les formes de l’engin et montra qu’il était en mouvement lors de la prise de vue.

source croquis: Mikerynos touraine-insolite.clicforum.fr/

source croquis:
Mikerynos
touraine-insolite.clicforum.fr/

Samara, Russie, 13 décembre 1990 (Triangle de 14 m de long, epaisseur de 3 m)
A 0h07, les contrôleurs du radar à longue portée de la station de dépistage de Kuybyshev (Samara) virent un spot apparaître sur leurs écrans, estimé à environ 100 km. Le système automatique et électronique d’identification des amis ou ennemis (IFF) cessa de fonctionner, empêchant les contrôleurs de savoir si l’engin était hostile ou non. Deux minutes et demie après sa première apparition, le gros spot s’éparpilla en une multitude de petits retours. Ils étaient alors à moins de 40 km de la station et le plus imposant avait commencé à prendre la forme d’un objet de forme triangulaire, et se dirigeait maintenant droit sur le poste radar. Comme il approchait, une équipe de soldats voulut sortir pour voir ce qu’il en était : la chose passa en trombe au-dessus de leurs têtes, à moins de 9 mètres. Puis elle s’arrêta et entama un vol stationnaire à moins de 45 mètres d’une rangée mobile de radars à courte portée, connue sous le nom de poste numéro 12. Il y eut un éclair et les antennes jumelées prirent feu ; peu après, l’antenne supérieure s’effondra. Un examen ultérieur révéla que toutes les parties métalliques des antennes du poste numéro 12 avaient fondu, sans doute sous l’effet de l’éclair. Les témoins décrivirent le mystérieux triangle comme noir et « lisse…pas comme un miroir ; c’était comme une épaisse couche de suie ». D’après leurs récits, les flancs de l’objet faisaient environ 14 mètres de long et il avait environ près de 3 mètres d’épaisseur. L’engin ne présentait ni ouvertures ni hublots. Il continua à stationner environ 90 minutes après avoir détruit le radar.
Puis il se remit en route et disparut complètement dans la nuit. Il semblerait que les Russes soient confrontés et subissent le même phénomène que leurs interlocuteurs américains. On se rappellera qu’à la fin de la deuxième guerre mondiale, les observations d’OVNIs « Foo Fighters » qui poursuivaient les avions de chasse alliés et nazis étaient pris par les premiers pour des engins nazis ou japonais et pour les seconds pour des aéronefs de l’alliance. Finalement, les forces en présence s’aperçurent que ces engins appartenaient ni à l’un, ni à l’autre.A noter également que ces triangles volants sont régulièrement observés près des bases militaires, des autoroutes ou des sources d’approvisionnement en énergie. La même constatation est valable pour les observations d’OVNIs classiques. Les observations répétées d’OVNIs au-dessus des installations atomiques de Oak Ridge en 1950, de Loring AFB, Maine en octobre 1975 ou encore de Bentwaters, RAF en décembre 1980 ne sont que quelques exemples parmi des centaines.
Grand-Rechain-Stockis, Belgique.(Triangle de 20 m de long, vitesse de 20km/h, petite lumière bleue en haut, une grande lumière blanche au centre et trois lumières rouges dans les coins)

Le 3 novembre 1993. Nicolas T., 12 ans, se trouve seul chez lui vers 18 heures. « J’étais assis dans le fauteuil du salon. J’étais fâché car mon frère était parti chez les voisins, il ne voulait pas jouer avec moi. Soudain, j’ai eu le regard attiré par une lumière à travers la tenture de la première fenêtre du salon. Alors j’ai regardé par la vitre de la deuxième fenêtre et j’ai vu un énorme engin de forme triangulaire passer devant la maison, de gauche à droite, très lentement. Il semblait suivre la route vers Xhendelesse (ouest). J’ai nettement vu sa forme triangulaire qui se détachait sur le fond du ciel et il m’a semblé que les coins étaient arrondis. La surface du triangle n’était pas lisse, mais comme quadrillée par des sortes de reliefs ou de lattes, dont je n’ai pas pu voir la forme exacte. Au centre il y avait une grosse lumière ronde de couleur blanche qui éclairait fort. Il y avait aussi trois feux rouges, plus petits, un dans chaque angle. A l’avant, presque à la pointe, il y avait une lumière bleue. J’étais effrayé car cet objet était grand, plus grand qu’une maison et il volait très bas, une fois et demi la hauteur du réverbère qui se trouve devant la maison. Il émettait un bruit que je compare à un léger ronronnement, un peu comme le lave-vaisselle tournant au ralenti. La télévision était éteinte. Si elle avait été allumée je n’aurais pas entendu le bruit de cet objet. Il se déplaçait lentement, je crois que j’aurais pu le suivre à vélo, mais soudain il a accéléré d’un coup sec, si rapidement qu’en trois secondes peut-être, il a disparu caché par un arbre. Si je me souviens bien, au moment de l’accélération, la lumière blanche au milieu s’est éteinte. Le passage de cet engin a duré peut-être une quinzaine de secondes. Je suis certain qu’il ne s’agissait pas d’un avion. C’était énorme et très près de la maison. J’ai eu très peur.«  (Inforespace n° 89 p. 19 et 20)
Mablethorpe, Lincolnshire (GB)(Triangle de 12 m de long, de 9 à 12 m de large de couleur sombre avec unelumière centrale rouge en dessous, feux blanc et vert en plus des lumièressitués dans les coins son comme un bourdonnement ou silencieux)

Observation faite par un témoin expérimenté de l’aviation le 12 février 1997, l’objet avait une dimension de 2/3 des avions  » Tornado «  de la RAF. Il y avait un exercice militaire avec une activité aérienne dans la mer du nord à la même date, et le témoin pense qu’il a observé un appareil militaire. Le triangle est resté immobile plusieurs minutes au-dessus des maisons avant de s’éloigné et a perturbé la réception des TV.
Arizona (USA)Les importantes observations du 13 mars 1997 en Arizona Paulden La soirée du jeudi s’annonçait plutôt ordinaire quand un premier appel fut reçu par le National UFO Reporting Center (NUFORC aux USA). En effet un premier témoin et sa famille, de la région de Paulden (dans le coin supérieur gauche de la carte), ont observé un étrange groupe de lumières rouges traverser rapidement le ciel nocture vers 20:16. L’homme qui a téléphoné est officier de police à la retraite. Il a expliqué qu’ils ont vu 4 ou 5 lumières rouges suivient par une autre. Le groupe de lumières était en formation en V.
Prescott

Les appels suivants provenaient de la région de Prescott, 50 km au sud de Paulden, et racontaient que, vers 20:17, 4 ou 5 brillantes lumières blanches sont passé au-dessus de leur tête. Plusieurs témoins on raconté que l’objet semblait triangulaire avec un complexe groupe de lumières le long des bords. Dewey Un groupe de cinq personnes en voiture sur la route 69 en direction de Prescott ont observé l’objet triangulaire qui venait vers eux. Le conducteur a immobilisé le véhicule près de Deweyet les occupants sont descendu pour mieux observer l’OVNI. À ce moment-là, l’objet se trouvait directement au-dessus d’eux où il a semblé s’immobiliser pendant quelques minutes. L’objet était si gros qu’un point fermé à bout de bras n’arrivait pas à cacher l’OVNI.
Celui du groupe qui rapporta l’observation ajouta que selon son expérience de pilote, l’objet était à moins de 300 mètres d’altitude. L’objet n’émettait aucun son et se déplaçait environ à la vitesse d’un ultra-léger. Pendant cette observation, le témoin affirme qu’il a aperçu un petit avion, pas très loin, qui se dirigeait vers Prescott.

Finalement le témoin avait téléphoné à l’aéroport de Prescott et à la Base Aérienne (AFB) de Luke avant de téléphoner au NUFORC. La téléphoniste de la base lui aurait confié qu’ilsétaient submergé d’appel à ce sujet. Étrange puisque les communiqué de la AFB Luke ont prétendu qu’aucun appel n’a été reçu à ce sujet.
Monks Kirby, West Midlands (GB) (Triangle de 45 m de long pour une largeur de 11 m, quatre lumières rougesclignotantes à arrière, un feu rouge central émoussé en dessous. Vitesse très lente)

Observation faite par une multitude de témoins dans la nuit du 31 mars 1999, proche de Kirby (Coventry).
«  L’objet était un diamant façonné de l’arrière, avec une bande de lumières rouges brillantes, pulsantes du haut vers le bas. Il y avait aussi une lumière en fond et hors des séquences. Une lumières blanches et stables aux coins arrières du triangle. La section avant de l’objet est pointu. «  La texture de l’objet paraissait comme vivante avec une distorsion de l’image comme à travers une brume de chaleur. Un modèle de labyrinthe à angles droits sur les surfaces inférieures en haut paraissent avoir été présent, semblable à l’observation de Stockis (Belgique) en 1993. Le triangle a plané à une hauteur d’environ 30 à 60 mètres, avec une inclinaison de 20 à 30 degrés sans aucun bruit pendant une durée de 15 à 20 secondes. Une distorsion horizontale de l’objet est apparue lorsque celui ci s’est éloigné.

barre2

Note sylv1 adm Area 51 Blog:area51blog

cr̩dit photo :sylvain MatisseMardi 21 Octobre 2014 ʈ 18h20:

« *La photo du petit  Rechain a été depuis cet article signalée comme un fake. L’ennui c’est que son prétendu auteur n’ a jamais su refaire en direct et en public son oeuvre! (un comble!). Néanmoins même si nous acceptions que cette photo est un fake, alors comment expliquer  que des F 16 ont décollé de Belgique ( l’une des bases de l’OTAN) suivre un morceau de carton et de frigolite, au prix que coûte le kérosène. C’est vraiment nous prendre pour des vessies, restons polis (sic!). Les médias ont bien pris soin ne ne pas l’expliquer ni même de poser la question aux autorités ( in -compétentes) bottant en touche,  comme les organismes réputés sérieux, car officiels!

La vérité attends son heure, tôt ou tard tout se sait!

Pour l’heure admettons que  n’avons pas  les réponses mais des indicateurs.« 

Bonus

 2 Videos « archives » youtube

Si cettevidéo ne fonctionne pas cliquez ici

Vague belge 1990,vidéo de Michel ( un de nos contacts en Belgique)

Ajoutée le 22 déc. 2012

« Extrait du film de michel ,témoin de la vague belge vague belge 1990 .
Cet extrait est la propriété de Michel Delval et du forum : http://ovni-belgique.xooit.be/portal.php
Toute diffusion est soumise à autorisation de son propriétaire et ou administrateur du forum.
Venez nous rejoindre sur notre tchat pour toutes questions au sujet de la vague belge. »

Si cette vidéo ne fonctionne pas cliquez ici

Le : 25/10/2014 à : 10h25 : Ajout ( envoyé par un de nos lecteurs Polyedre), pièce complémentaire à ce dossier.

cliquez

gif

Mise à jour Area 51 Blog, le : 21/10/2014 à : 18h20.

area51blog

 

Publicités

L’Allemagne ne divulguera pas leur dossier Ovni

15/11/2013

Article source : ovnis-direct.com/ovni direct

Publié le 15/011/2013

Par :
Exopolitik – Articles de Robert Fleischer.
Articles de la presse Allemande.
Info privées de Jean Scher – Stéphane Mirma
Article général de Robert Fleischer : 
exopolitik.org

Merci à Gerard Lebat du site les-rencontres-ufologiques.com pour la transmission de ces informations !
Un article plus complet sur les décisions juridiques en Allemagne a propos d’une demande relative à la communication de documents dans le cadre de la loi sur la liberté d’information. L’Allemagne ne divulguera pas les documents du Budenstag qui font état du dossier ovni, et dont nous avons connaissance de l’existence.

​C’est dans le cadre de la Freedom Of Information Act, prévue par la résolution de l’ONU A/33/426 que la demande a été établie. On connaît l’existence de l’étude faite par le Bundestag sur le dossier OVNI. (ce qu’on confirmés certains parlementaires dans les années passées). Le Bundestag prétend que cette loi n’est pas applicable.
 
On a également connaissance en Allemagne de l’implication du service de recherche et du service linguistique du Bundestag dans le travail relatif à la thèse de doctorat que préparait l’ancien Ministre de la Défence Karl Theodor Guttenberg. En effet huit documents photocopiés créés entre 2003 et 2005 ont été communiqués antérieurement au plaignant. Il a donc une parfaite connaissance de l’existence de ce travail.
 
Le Bundestag prétend qu’il ne peut donner suite à cette demande, car il faut remplir des fonctions de député pour avoir accès aux différents services du Bundestag. Ce serait aussi violer les secrets des discussions internes des parlementaires.
 
Lors de la première instance, le plaignant a obtenu gain de cause sur cette demande, qui a fait l’objet du présent appel.
 
En appel, la Cour suprême du tribunal administratif de Berlin vient d’annuler le 13 octobre 2013 les précédents jugements en affirmant, comme le soutient le Bundestag, que ces documents entrent dans le cadre des activités liées au parlement et qu’elles sont en conséquence exemptées de la loi sur la liberté de l’information. Le Freedom of Information Act ne s’applique que si les documents, études ….. constituent un acte « de l’administration publique ».
 
La haute cour administrative allemande a donc décidé et publié ce qui peut être un rejet de la liberté d’information dans ce pays !
 
Robert Fleischer, en Allemagne, du groupe Exopolitik, s’interroge sur les affirmations du gouvernement fédéral allemand qui prétend que les organismes gouvernementaux en Allemagne ne s’intéressent pas au phénomène ovni. Faut-il accorder une crédibilité à cette position ? N’y a-t-il pas de programmes secrets ou marginaux qui traitent du phénomène ? Il se pose des questions.
Le processus engagé par certains plaignants en Allemagne qui vise à rendre publics des documents dont on connaît l’existence vient maintenant de se clôturer à l’avantage du Bundestag, un organisme d’état. Compte tenu de cette conclusion, le fait qu’aucune étude, qu’aucun document élaboré par le parlement allemand ne sera rendu public pose un certain problème aux yeux de nombreux citoyens allemands. En effet, le Bundestag, qui engage des études spécifiques, tout comme d’autres administrations, est financé par l’argent public, l’argent des contribuables. Hors il est anormal que le résultat d’études, le travail payé par les citoyens, ne leur soient pas accessibles et pire encore, doivent rester cachés à leurs yeux. Le Bundestag qui utilise quant à lui le résultat de ce travail a en conséquence un avantage anormal d’information sur les citoyens.
(Photo : Robert Fleischer à Paris. Doc G. Lebat)
En Allemagne, pas d’ovni, passez votre chemin, rien à voir.

Le gouvernement fédéral a répondu en mai 2008, à la demande du député parlementaire FDP Hartfrid Wolff qui s’interrogeait à propos du phénomène ovni :
«Le gouvernement fédéral n’a pas d’informations sur les observations des soi-disant OVNIS ou des extraterrestres en Allemagne. Par conséquent, aucun fichier sur des observations d’OVNI ne sont présents dans nos archives, donc aucune publication d’informations sur ce sujet. »
Le Ministre de l’Intérieur Allemand Wolfgang Schäuble a également adopté cette position à partir de 2008. Il a répondu notamment à une question concernant les autorités allemandes face aux ovnis :
 
« Nous ne connaissons aucune autorité publique ou institution, à l’échelon fédéral, qui enregistre ou analyse les observations alléguées d’objets volants non identifiés (OVNI).. »
 
On admet à la limite qu’il n’y a vraiment eu aucune intention de créer en Allemagne un ou des organismes largement structurés chargés de l’étude du phénomène ovni et agissant dans la durée. Mais, le gouvernement fédéral est loin de connaître tout ce qui se passe dans les administrations qui en dépendent, car, à l’évidence, à différentes époques, des commissions internes ou des actions visant le sujet OVNI ont été mise en place et ont débouchées sur des rapports, des études, la production de notes et de documents les plus divers.
 
D’autre part, selon l’avis des Ufologues Allemands, l’Allemagne aurait aussi très bien pu traiter le dossier ovni via des commissions secrètes, car la Grande-Bretagne, la France, quelques 21 pays connus à ce jour, ont traité de cette façon ce dossier. Les publications faites sur Internet de leurs archives, 21 pays, nous laissent penser que même les autorités allemandes ou ses ministres ont eu à traiter ce phénomène.
 
Exemple : (Source: J. Adolphs, G. Strate 2009: La recherche de la vie extraterrestre et la mise en oeuvre de la résolution A/33/426 de l’ONU sur l’observation d’objets volants non identifiés et des formes de vie extraterrestres élaboration des services scientifiques du Bundestag allemand WD8 3000 104. / 2009, p.7 f)
 
D’autre part, durant la guerre froide, il aurait été logique que l’Allemagne se préoccupe des observations d’ovni, qu’elle ait un besoin d’en savoir plus sur ces objets afin de ne pas les assimiler à des engins provenant d’autres puissances. C’est donc une raison suffisante pour engager, confidentiellement, un travail sur ce dossier, travail qui n’aurait jamais été ni publiés, ni divulgués au public. Il est donc vraiment étonnant que l’Allemagne n’ait jamais rien financé à ce propos, surtout qu’elle abritait certains organismes américains qui avaient pour tâche entre autres de surveiller ce qui se passait dans le ciel européen………
 
Voici la liste établie par Robert Fleischer, des pays qui ont engagé des budgets, de l’argent, pour en savoir plus sur le dossier ovni et qui ont aujourd’hui déclassés leurs archives relatives à ce phénomène :
 
1 Argentine: Études menées par la Force aérienne Argentine à partir de Juin 2011 Création de la « Commission pour l’étude des phénomènes de l’espace aérien » (CEFAE). La nouvelle mission des Forces aériennes de l’armée de l’air devrait « contribuer à assurer la sécurité dans l’espace aérien. » Pour soumettre des rapports d’observation d’OVNIS, voir le site des Forces aériennes ou un questionnaire est accessible en téléchargement. ( Source )
 
2 Australie: Depuis 1979, la Royal Australian Air Force a commencé à libérer progressivement des dossiers antérieurement secrets, concernant les ovnis. Diffusion tout d’abord aux chercheurs, puis aujourd’hui aux archives nationales. Les dossiers secrets partagés proviennent d’un large éventail d’autorités qui dépendent de la sécurité aérienne et prouvent que les autorités Australiennes traitent depuis 1950 et jusqu’en 1980 les observations d’ovni avec plus de 1700 cas répertoriés ( Source )
3 Belgique: En 1990, l’Armée de l’Air Belge a transféré ses rapports d’enquêtes sur les OVNI à la société civile de recherche ufologique SOBEPS (maintenant « COBEPS »). ( Source ) Cela fait suite à la vague de novembre 1989 à mai 1990, vague d’observations d’OVNI sur l’ensemble de la Belgique. ( Source )
 
4 Brésil: Durant plusieurs années, l’armée de l’air brésilienne a publié à plusieurs reprises des fichiers antérieurement secrets sur les OVNIS. Ils couvrent actuellement la période 1952-2000. ( Source ) La Force aérienne brésilienne a également fait connaître en août 2010 une procédure transparente sur la réglementation, l’enregistrement et le traitement des «informations relatives aux objets volants non identifiés » qu’elle a publiée dans le Journal officiel brésilien « Diário Oficial da União ». ( Source ) En avril 2013 L’armée de l’Air Brésilienne a également accepté de coopérer avec les chercheurs ufologues civils. ( Source )
 
5 Chili: Le «Comité d’Enquête des Phénomènes Aériens Anormaux » (CEFAA) recueille et étudie les rapports d’OVNI provenant de l’aviation civile DGAC, qui est sous l’autorité de la Force aérienne. (Source ) Le CEFAA a été fondé en octobre 1997 après que des ovnis ont été aperçus dans le voisinage des aéroports. ( Source ) En Novembre 2010 le CEFAA publie des documents importants, des extraits de la liaison radio entre des pilotes et des contrôleurs civils de la circulation aérienne, des rapports relatifs à des interférences d’ovni avec l’aviation. ( Source )
 
6 Danemark: Le commandement tactique de l’Armée de l’Air publie sur internet en 2009 300 pages issues de dossiers OVNI des années 1978-2002. L’Armée de l’Air coopère avec l’organisme de recherche civil UFO SUFOI. (Source )
 
7 Équateur: En Avril 2005, le président Rafael Correa a autorisé la « Commission Equatorienne d’Enquête sur le Phénomène OVNI » (CEIFO) d’enquêter officiellement sur les incidents d’OVNI. (Source ) A cet effet, la Commission formée par des civils et des militaires a interrogé 44 pilotes militaires sur leurs observations et a commencé en mars 2008, de publier ces informations sur YouTube. (Source) En parallèle sont publiés également de nombreuses photos, des vidéos et des rapports.
 
8 Finlande: Des rapports d’observations allant de 1933 à 1979 ont été réunis par les autorités militaires Finlandaises qui ont menée des enquêtes sur les OVNIS. Les Archives Nationales de la Finlande ont publié en 2009 près de 300 dossiers d’observations d’ovni. Elles ont été publiées dans un livre. (Source) Les chercheurs de l’organisation ufologique finlandaise FUFORA supposent qu’une partie importante des dossiers militaires « OVNI » sont encore soumis à la confidentialité. ( Source )
 
9 France: Depuis Mars 2007, l’agence spatiale civile Française « CNES » a publié plus de 1600 études de cas analysés par l’autorité compétente pour les ovnis « le GEIPAN ». Les documents datent de 1963 à 2013. Dans 22% des cas étudiés, aucune explication conventionnelle n’a pu être trouvée. (Source )
 
10 Grande-Bretagne: de mai 2008 à Juin 2013 le MoD britannique UFO a déposé à dix reprises de très nombreux documents aux Archives nationales britanniques. Les fichiers contiennent des rapports de civils, de soldats, de policiers et de pilotes depuis les années 1950. (Source) Le ministère britannique de la Défense propose ses rapports en téléchargement sur le site des Archives Nationales. (Source) Il a été mis en place des moyens de communication sans précédent, y compris une application iPhone spécialement développée qui aidera les citoyens intéressés à regarder près de 5000 observations relevées au cours des 25 dernières années. ( Source )
 
11 Irlande: En septembre 2007, le journal Irish Times a reçu en faisant état du Freedom of Information Act des fichiers OVNI de l’armée. Les documents contiennent des cas d’OVNI des années 1947 à 1984. Selon le ministère de la Défense irlandais ce programme n’a pas été poursuivi. Les documents ne sont pas disponibles pour le téléchargement. ( Source )
 
12 Italie: Depuis 1978, documenté et contrôlé par le «Ministère de la Sécurité Générale» des rapports d’observations d’OVNI provenant de l’Italian Air Force sont mis en place sur le site Web du ministère Italien de la Défense et sont téléchargeables. Jusqu’à ce jour, ce sont des fichiers d’OVNI des années 2001 – 2009 qui sont publiés; les cas plus anciens sont en cours de préparation pour publication. (Source)
 
13 Canada: En Octobre 2007, les Archives nationales du Canada ont publié un total de 9500 dossiers OVNI des années 1947 à début 1980. (Source)
 
14 Mexique: En mai 2004, l’armée de l’Air Mexicaine a publié la vidéo d’une caméra infrarouge, les objets non identifiés ont été filmés par un appareil militaire. (Source)
 
15 Nouvelle-Zélande: En Décembre 2010, les Archives nationales de Nouvelle-Zélande ont publié environ 2500 pages de fichiers anciennement secrets d’OVNI. Les dossiers militaires couvrent la période du 1952-2009 et prouvent un intérêt constant de l’Armée de l’Air pour le phénomène. (Source)
 
16 Pérou: En Novembre 2001, la Force Aérienne du Pérou a fondé l’ « Institut de Recherche des Phénomènes Aériens Anormaux » (OIFAA). Pour des raisons administratives, les enquêtes ne sont toujours pas clôturées depuis au moins 2006. Il a été ouvert en Octobre 2013, la « Direction de l’Espace Aérien » (DINAE) sous l’autorité de l’Armée de l’Air. Maintenant, c’est désormais le « DIFAA » (« Service des enquêtes sur les phénomènes aériens anormaux») qui est soutenu par les autorités militaires et qui est composé d’experts civils, tels que des astronomes, sociologues et même les archéologues. ( source 1 , source 2 )
 
17 Suède: L’armée Suédoise a remi en 1987 la partie non-secrete de ses dossiers OVNI à une association privée de recherche sur les ovnis, l’AFU une organisation à but non lucratif fondée en 1980 à Norrköping. (Source) Le gouvernement suédois soutient l’AFU indirectement. (Source)
 
18 Espagne: De 1992 à 1999, le Ministère de la Défense Espagnol a publié en plusieurs étapes ses fichiers anciennement secrets « OVNI » des années 1968 à 1999. Les documents sont accessibles dans les archives historiques de l’Armée de l’Air à Villaviciosa de Odon (Madrid) pour le public et contiennent des rapports d’observations de pilotes civils et militaires et les documents administratifs OVNI. ( source 1 , source 2 )
 
19 Ukraine: En Décembre 2009, l’Association « Ufologische Ukrainien » (UFODOS) a publié des rapports- 5 -d’observation, des photos et des documents sur les ovnis couvrant plusieurs décennies. L’information provient du Centre Hydrométéorologique de la Force Aérienne Ukrainienne et des organisations civiles s’intéressant aux ovnis. (Source)
 
20 Uruguay: En Août 1979, la Force aérienne a créé une commission dirigée par des civils et des militaires le « Comité pour l’étude et l’analyse des rapports d’OVNI » (CRIDOVNI). (Source) En Juin 2009, le journal Uruguayen El País a publié, provenant des forces aériennes, un aperçu des dossiers antérieurement secrets relatifs aux ovnis. Depuis 1947, les cas d’OVNIS, reçus par l’Armée de l’Air ont été étudiés. 2200 observations ont été rapportées depuis cette date. Pour 40 cas, les experts n’ont pas trouvé une explication conventionnelle. (Source) Les fichiers n’ont pas été publiés, à notre connaissance à ce jour sur Internet.
 
21 États-Unis: De 1947 à 1969, l’US Air Force a mené des recherches en créant diverses commissions, entre autres le projet Blue Book. Dans 701 cas étudiés, les chercheurs n’ont pu trouver aucune explication. Néanmoins, la recherche officielle sur les ovnis menée par l’Armée de l’Air, après la publication du rapport Condon, s’est arrêtée en Décembre 1969. (Source)
 

Qui centralise les observations d’ovnis en Allemagne

 
À la fin 2011, l’association de langue Allemande pour la recherche sur les ovnis, DEGUFO, demande à tous les ministères de l’intérieur des diverses provinces qu’elle est l’autorité, entre police et armée, qui doit recevoir les rapports de phénomènes étranges dans le ciel. Le ministère de l’Intérieur de Rhénanie du nord-Wespalie a répondu :
 
« Pour la prévention des menaces aérienne, le centre de commande National « Sécurité de l’espace aériens » (NLFZ) est responsable. Dans ce centre l’armée allemande, la police fédérale, le contrôle du trafic aérien allemand et l’office fédéral de la protection civiles et de l’aide aux sinistrés, contrôlent conjointement l’espace aérien. »
Des rapports de phénomènes étranges dans le ciel issus de la Police, seraient transmis directement au NLFZ.
 
Sur demande d’un journaliste, l’officier de presse du ministère fédéral de la Défense, a confirmé que les rapports d’ovnis sont bien transmis au NLFZ. Mais ces rapports n’ont pas à être étudiés par le centre de la sécurité dans l’espace aérien, mais  » ils doivent être détruits immédiatement. »
Un accord existerait au niveau de l’état notifiant que les observations doivent être dirigées sur le NLFZ. On ne comprend pas le but de cette opération, qui semble inconnue du Ministère de la Défense. Regrouper les observations d’ovni pour les détruire, c’est le contraire de ce qui se passe dans tous les pays au monde. L’Allemagne aurait alors une façon bien à elle de faire progresser la recherche scientifique dans le domaine de l’espace, dans ce qui se passe directement dans son environnement, ce qui pourrait mettre en danger la population en cas d’infiltration d’engins en provenance d’autres états pour ne pas dire, d’autres civilisations.
 
L’Allemagne restreint la loi sur la liberté de l’information, elle détruit les rapports d’observations d’ovnis (sans savoir à qui elle a à faire !) ……. Elle va donc à contre sens, par rapport à la majorité des pays qui dans le monde n’hésitent pas à rendre publique les informations dont ils disposent sur le phénomène ovni. Bien évidemment, les ufologues Allemands ne comptent pas en rester là, des politiques, des personnalités réagissent : Par exemple, le Commissaire fédéral à la protection des données et la liberté d’information, Peter Schaar, a appris la décision du tribunal administratif supérieur de Berlin – Brandebourg. Sur Tweeter, il a appelé à une réforme de la Loi sur la liberté de l’information. Cette décision inacceptable à notre époque, fait donc l’objet de controverses. Ce jugement est récent, il peut être remis en cause, mais déjà on sent que les protections anormales que le Bundestag à obtenues de la justice, aux frais des contribuables, étant lui-même payés par ces mêmes contribuables ne satisfait pas. Un esprit de transparence anime de plus en plus le monde. L’Allemagne, devra suivre dans l’intérêt de tous et pour s’aligner sur ce qui se fait partout sur notre planète.

Source :
http://www.exopolitik.org – Articles de Robert Fleischer.
Articles de la presse Allemande.
Info privées de Jean Scher – Stéphane Mirma
Article général de Robert Fleischer : http://www.exopolitik.org/wissen/kolumne/857-deutschland-hat-ein-ufo-problem
gif

Mise à jour Area 51 Blog, le : 15/11/2013 à :20h20.

area51blog


ExoMars: accord définitif de coopération signé le 15 mars à Paris (Roskosmos)

22/01/2013
ExoMars: accord définitif de coopération signé le 15 mars à Paris (Roskosmos)

ExoMars: accord définitif de coopération signé le 15 mars à Paris (Roskosmos)

Article source:fr.rian.ru/

13:16 22/01/2013

© ESA

MOSCOU, 22 janvier – RIA Novosti
 rian

Sciences et espace

L’Agence fédérale spatiale russe (Roskosmos) et l’Agence spatiale européenne (ESA) signeront l’accord définitif de coopération sur le projet conjoint ExoMars le 15 mars à Paris, a annoncé mardi à RIA Novosti la porte-parole de Roskosmos, Anna Vedichtcheva.

Selon elle, le directeur de Roskosmos Vladimir Popovkine s’est entretenu mardi avec le directeur général de l’ESA Jean-Jacques Dordain afin d’échanger des informations sur les travaux visant à réaliser le projet ExoMars et d’approuver définitivement les textes en russe et en anglais du projet d’accord de coopération.

« M.Dordain a confirmé que le processus d’approbation par le Conseil de l’ESA de la version définitive de l’accord débuterait immédiatement et serait achevé du 13 au 14 mars. Une fois ce processus terminé, l’accord sera signé le 15 mars 2013 à Paris par le directeur de Roskosmos et le directeur général de l’ESA Jean-Jacques Dordain », a précisé la porte-parole.

L’accord prévoit la construction et le lancement en 2016 et 2018 d’atterrisseurs qui devront se poser sur la planète Mars, ainsi que le tir en 2016 d’un engin spatial.

separation

Mise à jour sylv1, Aréa 51 Blog, le 22/01/2013, 14h40.

area51blog


Triangle luminescent sur ​​Milan, Italie 5-Juil-2012

30/07/2012

Dernières observations d’OVNI – vidéo Intéressante d’une sorte d’appareil en forme de triangle  planant dans le ciel au-dessus de Milan en Italie. Ceci a été enregistré le jeudi 5 Juillet 2012 par Antonio Urzi. Appareil photo: Canon Legria HFR HD 306


%d blogueurs aiment cette page :