Le METI réfléchit à un contact extraterrestre

10/04/2017

Les extraterrestres ne fascinent pas uniquement les complotistes et les amateurs de science-fiction. La question d’une vie extérieure à notre propre planète est aussi largement débattue dans la communauté scientifique et le METI a d’ailleurs organisé le mois dernier une journée de travail sur Paris afin d’aborder ces problématiques.

meti-640x426

Le METI a organisé un colloque dédié à la vie extraterrestre le mois dernier. Crédit photo fredzone.org

Toutes ces tentatives se sont malheureusement soldées par de cuisants échecs. Face à la situation, les chercheurs ont préféré se focaliser sur l’écoute de signaux.

Le METI réfléchit au meilleur moyen de contacter les extraterrestres

Le METI (Messaging Extra Terrestrial Intelligence) pense pour sa part que l’humanité ne doit pas avoir une attitude passive et il envisage ainsi de lancer dans les années à venir plusieurs messages en direction de plusieurs planètes distantes. Proxima Centuri b fera partie de la liste, mais elle ne sera pas la seule.

Le groupe a donc entamé une réflexion de fond ces dernières années afin de déterminer la technologie à utiliser, mais également la teneur et la forme du message à envoyer.

Lire la suite


Et si des extraterrestres avaient aménagé cette étrange étoile ?

14/10/2015
Énorme objet vu en orbite , cette lointaine étoile pourrait apporter la première preuve de vie extraterrestre Crédit: © Arxiv

L’Énorme objet vu en orbite de cette lointaine étoile pourrait apporter la première preuve de vie extraterrestre illustration Crédit: © Arxiv

C’est un astre bien étrange que le télescope spatial Kepler, qui tourne autour du Soleil, a dans son viseur depuis 2009. Quelque part au-dessus du bras de la Voie lactée, entre les constellations de Cygne et de la Lyre – à condition de fixer le ciel depuis l’hémisphère nord.

Du fait de sa composition atypique, cette étoile intéresse au plus haut point les scientifiques. Et en particulier ceux qui sont en quête d’une preuve de vie extraterrestre, raconte le site américain The Atlantic.

Lire la suite sur Rue89.nouvelobs

 

gif

Mise  à jour Area51blog, le: 10/10/2015 à : 21h25.

area51blog


Doit-on contacter les extraterrestres?

16/04/2015

era

Note Era Admin

Je vous partage cet article  qui nous est proposé par Patrick D et publié sur Slate, dont le  but est de susciter le débat sur le bien fondé ou non de provoquer la rencontre avec nos co-locataires de l’univers. Après la lecture du texte, je vous propose de donner votre avis dans le sondage en bas de page.

gif

et-si-nous-croisions-des-extraterrestres

Les Terriens font-ils bien d’attendre (dans le silence) qu’une intelligence extraterrestre les contacte ou devraient-ils entamer activement la conversation? Le débat scientifique sur la question est épineux.

Cela fait maintenant plus de cinquante ans que les astronomes ont lancé la première tentative pour faire la chasse aux signaux radio de civilisations extérieures à notre système solaire de façon systématique –une quête connue sous le nom de recherche d’une intelligence extraterrestre, ou SETI, pour Search for Extra-Terrestrial Intelligence. Au cours de cette période, nos télescopes n’ont eu droit qu’à un silence assourdissant –ce qui a conduit certains scientifiques à se demander s’il ne serait pas temps que les Terriens prennent l’initiative d’entamer la conversation.

Les partisans d’un «SETI actif» sont de l’avis que, plutôt que de chercher à entendre les signaux d’une intelligence extraterrestre de façon passive, nous devrions être en train d’essayer d’atteindre nos voisins de galaxie de façon active –que nous devrions utiliser nos émetteurs radio les plus puissants (tels que le radiotélescope géant d’Arecibo, sur l’île de Porto Rico) pour envoyer des messages en direction des étoiles les plus proches.

«Par le passé nous sommes toujours partis du principe qu’une civilisation extraterrestre capable de nous détecter prendrait automatiquement l’initiative d’entrer en contact avec nous, en nous envoyant un signal puissant pour nous faire savoir qu’elle existait, dit Douglas Vakoch, de l’Institut SETI, à Moutain View, en Californie, et l’un des principaux partisans d’un SETI Actif. Mais peut-être qu’il y a des civilisations qui n’accepteront de révéler leur existence que si nous disons clairement que nous cherchons le contact.»

Le SETI actif a toujours été une question épineuse. En 2006, l’Académie internationale d’astronautique a réuni un comité autour du SETI –mais quand le groupe a refusé de faire pression pour bannir les transmissions proactives, deux de ses membres et pas des moindres, John Billingham, alors directeur du SETI, et Michael Michaud, ont démissionné. Même le comité éditorial du prestigieux journal Nature a émis une mise en garde disant que«le risque posé par un SETI actif [était] réel»:

«Il ne va pas de soi que toutes les civilisations extraterrestres sont bienveillantes –ou que, même avec une civilisation bienveillante, le contact n’aurait pas de sérieuses répercussions pour les gens ici sur Terre».

Le débat a repris en février, lors du rendez-vous annuel de l’Association américaine pour l’avancement de la science, qui se tenait à San José. Douglas Vakoch, directeur de l’Interstellar Message Composition au SETI, a organisé un symposium et une conférence de presse pour parler du SETI actif dans le cadre de l’événement; plus tard dans la semaine, il a tenu à l’Institut une journée d’atelier –et la discussion était là encore animée.

Technologie plus avancée, risque plus grand

Ce sur quoi tout le monde est d’accord –et c’est à peu près la seule chose sur laquelle il y a consensus–, c’est qu’il est probable que toute civilisation extraterrestre que nous trouverons sera plus avancée que la nôtre. (C’est une simple question de statistiques: nous n’avons que quelques centaines d’années en tant qu’espèce industrielle avancée, alors que la galaxie est là depuis treize milliards d’années; les extraterrestres que nous rencontrerons seront sans doute beaucoup plus vieux que nous, et en principe par conséquent largement en avance sur nous.) Technologie plus avancée, risque plus grand.

Toute civilisation extraterrestre sera plus avancée que la nôtre

L’auteur de science-fiction David Brin est un franc détracteur du SETI actif. Il se base sur l’histoire de notre propre planète, où les rencontres entre cultures de sophistications technologiques diverses se passent rarement bien. «Nous avons de nombreux exemples de civilisations avancées du point de vue technologique qui sont entrées en contact avec des civilisations moins avancées de ce point de vue-là», dit-il. (On pense aux efforts de colonisation européens en Afrique et aux Amériques.) «Et à chaque fois, cela a été douloureux. Même quand les deux côtés avaient les meilleures intentions du monde.»

Ce schéma s’applique même quand les humains n’entrent pas en jeu, d’après David Brin. Quand ce qu’on appelle aujourd’hui l’Amérique du Nord et l’Amérique du Sud ont été réunies par la tectonique des plaques il y a environ trois millions d’années, les mammifères placentaires du nord et les mammifères marsupiaux du sud ont pu entrer en contact.

«En l’espace d’un million d’années, presque tous les mammifères marsupiaux avaient disparu, dit David Brin. Le contact entre biomes a eu des conséquences majeures en termes d’extinction à chaque fois qu’il a eu lieu sur Terre. Je ne prétends pas que c’est la façon dont les choses vont se dérouler quand nous rencontrerons des extraterrestres –mais cela laisse penser que nous devrions au moins commencer par en discuter.»

Jill Tarter, pionnière du SETI et astronome ayant servi de modèle au personnage principal du Contact de Carl Sagan, est d’accord sur le fait qu’il est prudent d’écouter avant de crier:

«Nous devrions reconnaître l’asymétrie [en termes de sophistication technologique], et permettre aux technologies plus anciennes d’assumer la charge la plus importante, celle de la transmission, dit-elle. En tant que cadets, nous devrions avant tout écouter.»

Beaucoup à gagner en tendant la main

À moins que Douglas Vakoch n’ait raison, et qu’ils attendent de nous entendre. Le cas échéant, et si nous choisissons de rester silencieux, nous passons à côté d’une incroyable occasion. «Peut-être la communication interstellaire est-elle une forme d’échange économique par le biais duquel les civilisations partagent des informations précieuses les unes avec les autres, dans une forme d’altruisme réciproque entre différentes générations», dit-il, ajoutant que des exemples de ce type d’altruisme existent chez différentes espèces animales ici sur Terre.

Seth Shostak, le facétieux astronome à la coupe au bol qui dirige l’Institut, est d’accord pour dire que nous n’avons pas grand-chose à perdre et probablement beaucoup à gagner en tendant la main. D’ailleurs ils savent probablement déjà que nous sommes là: nos programmes de radio et de télévision et nos radars militaires en particulier répandent des informations dans l’espace depuis environ soixante-dix ans, fait remarquer Seth Shostak. On ne peut pas faire machine arrière du point de vue électromagnétique.

«Toute société qui a au moins cent ou deux-cents ans d’avance sur nous sera capable de détecter la fuite, dit Seth Shostak. À moins qu’ils n’aient arrêté de se développer technologiquement –ce qui est bien sûr possible, mais alors ils ne sont pas une menace pour nous.» (Accessoirement, la plaque minéralogique de Seth Shostak affiche SETI GUY [soit le mec du SETI, ndt]; celle de Douglas Vakoch, plus cryptique, dit ASETI, pour Active SETI.)

Le plus probable, c’est qu’ils n’ont aucune idée que nous sommes là

David Brin, auteur de science fiction et titulaire d’un doctorat en sciences planétaires

Mais peut-être n’avons-nous pas encore vendu la mèche: David Brin n’accepte pas la thèse de Shostak selon laquelle «ils» savent déjà que nous sommes là (ce qu’on appelle quelquefois l’excuse de la «porte de l’écurie»[1]. Seth Shostak est trop généreux dans son calcul de notre visibilité depuis des centaines (si ce n’est des milliers) d’années-lumière, dit David Brin, qui est titulaire d’un doctorat en sciences planétaires et a été consultant pour la Nasa. Les signaux terrestres radio et télé, de la série I Love Lucy à ce qui s’échappe de Vandenberg ou de Guantanamo, sont relativement faibles. De plus, les signaux électromagnétiques chutent proportionnellement au carré de la distance (et les extraterrestres, s’ils existent, sont sacrément loin).

Le plus probable, dit Brin, c’est qu’ils n’ont aucune idée que nous sommes là –et cela ne changera pas, à moins qu’on ne se mette à émettre des signaux puissants et dirigés de la façon suggérée par Vakoch. (Les quelques messages en dur que nous avons envoyés –à bord des sondes Pioneer et Voyager, par exemple– sont des coups de poker absolus. Ils contiennent des informations basiques à propos des humains et de notre planète; sur Voyager, il y avait aussi un disque en or avec un échantillon musical allant de Mozart à Chuck Berry, et d’autres messages de Terriens. Ils ne se dirigent vers aucune étoile en particulier et par conséquent risquent de n’être jamais interceptés –mais Voyager 1 se trouvera à deux années lumières d’une étoile nommée Gliese 445 dans à peu près 40.000 ans.)

Comme Christophe Colomb arrivant aux Amériques?

David Brin n’est pas le seul à préconiser la prudence. Plus d’une vingtaine de scientifiques ont signé une prise de position appelant à un moratoire sur le SETI actif en attendant qu’une«discussion scientifique, politique et humanitaire au niveau mondial» ait lieu. Elon Musk, le milliardaire à l’origine de SpaceX, l’a signée; tout comme le chasseur de planètes Geoff Marcy et l’auteur de science fiction à succès Paul Davies. La pétition ne parle pas d’extraterrestres vengeurs et qui bavent –elle note simplement qu’«il est impossible de prédire si [ l’intelligence extraterrestre ] sera bienveillante ou hostile».

Certains, comme le célèbre cosmologue Stephen Hawking, ont été plus directs. Hawking a récemment mis en garde contre la possibilité d’une civilisation extraterrestre avancée, qui ayant épuisé les ressources de sa planète, pourrait «chercher à conquérir et à coloniser toute planète à sa portée». Il cite également l’analogie de Christophe Colomb arrivant aux Amériques, «qui ne s’est pas très bien passée pour les Indiens d’Amérique».

Serons-nous leurs élèves, ou leur déjeuner?

Même si elle paraît clichée, cette bonne vieille histoire de Colomb semble quelquefois avoir le pouvoir de couler le SETI actif. Il s’agit toutefois d’une simplification grossière de l’histoire humaine. Kathryn Denning, anthropologue auprès de l’université de York à Toronto, souligne que tous les contacts interculturels n’ont pas été néfastes. Même l’arrivée des Européens aux Amériques n’a pas été si catastrophique que cela. «De nombreux peuples autochtones du nouveau monde sont toujours bien en vie et connaissent même une certaine croissance, [particulièrement] dans l’hémisphère sud», m’a-t-elle dit récemment. Certes, il y a eu une période agitée; mais plus tard il y a eu «syncrétisme, amitiés, mariages mixtes… un rapprochement progressif de deux sociétés».

Les extraterrestres seront-ils des enseignants bienveillants ou des dirigeants despotiques? Serons-nous leurs élèves ou leur déjeuner? Même si le projet du SETI prétend être ancré dans la science, une grande partie de ce que disent ses fans semble dépendre de si ceux-ci ont grandi avec les envahisseurs armés du Rayon Ardent de La Guerre des mondes ou avec les intellos bien intentionnés de Contact.

1 — Selon le proverbe qui dit qu’«il est trop tard pour fermer l’écurie quand le cheval s’est sauvé» [note du traducteur].

Mise à jour Area51blog, le : 19/04/2015 à 22:35

Bannière


Extraterrestres, que se passerait-il si nous étions envahis ?

16/02/2015

et-si-nous-croisions-des-extraterrestres

Et si, pendant une excursion sur une autre planète, nous découvrions des extraterrestres ? Que se passerait-il pour nous autres terriens si nous étions envahis ? C’est ce que meltyDiscovery essaye de découvrir par ici

Alors que certains se demandent encore à quoi ressemblerait la vie sur la Lune, à la rédac’ de meltyDiscovery, nous nous sommes posés une petite question : et si nous étions envahis par les extraterrestres, comment réagirions-nous ? En 1938, une station de radio américaine a diffusé un bulletin romancé annonçant l’arrivée sur Terre d’extraterrestres. Ces derniers ont alors semé une panique incroyable à travers les États-Unis, faisant polémique encore aujourd’hui. Cet événement peut être pris comme une illustration de ce qui se passerait si nous découvrions une colonie d’extraterrestres. En effet, nous en avions déjà discuté dans la minute Anne-Sophie, il y a de fortes chances que les extraterrestres existent réellement, ceux-ci risquent seulement d’être différents de ce à quoi nous nous attendons.

Voici un extrait de la guerre des mondes adapté en français.

Vidéo source Dailymotion 

Si la vidéo ne fonctionne pas cliquez ici

Le problème, c’est que jusqu’à maintenant, nous avons construit notre savoir et notre science sur les choses que nous connaissons et que nous avons pu observer. Si nous découvrions, ne serait-ce qu’un élément biologique différent des nôtres, fait à partir d’autre chose que de l’ADN, tout ce que nous savons devrait être remis en cause. Il serait également très long pour les scientifiques de dévoiler au public une découverte extraterrestre de cette ampleur. Des analyses et études en tous genres devraient être faits afin de pouvoir affirmer quoi que ce soit et cela créerait de nombreuses polémiques. Mais si nous étions confrontés à un peuple entier, ce serait la panique qui prendrait le dessus. Surtout si nous ne connaissons rien du peuple auquel nous faisons face. Selon Steven Dick, un ancien astronome et historien de la NASA, la communication avec ce peuple serait confrontée à de nombreuses barrières ce qui pourrait mener à des quid pro quo. Bref, si un jour nous croisons une forme d’intelligence extraterrestre, il va falloir que nous fassions des efforts. Nous serions obligés de reconnaître que le monde qui nous entoure n’est pas seulement le nôtre et que nous devons le partager, une chose à laquelle nous ne sommes pas encore habitués. À la rédac’ de meltyDiscovery, nous serions curieux de voir ces hypothèses mises en pratique. Et vous, comment pensez-vous que le monde réagirait face à une invasion d’extraterrestres ?

gif

Mise à jour  Area51blog, le : 16/02/2015 à 12:50

area51blog


Mystère autour de l’ « ovni du Président Bush « 

15/02/2015
crédit image  Ken Pfeifer World Ufo Photos and News

crédit image Ken Pfeifer World Ufo Photos and News

Gigantesque ovni près de la résidence du Président Bush

Un article de Ken Pfeifer
Traduction Era pour Area51blog
8 Janvier 2006….Crawford Texas
Une observation connue dans l’entourage du président George W. Bush a eu lieu au Texas le 8 Janvier 2006. Les gens de Stephenville et Dublin Texas ont vu passer dans leur région des touristes stupéfiants. Près d’une douzaine de personnes incluant un pilote, un agent de police et de nombreux  chefs d’entreprise déclarent avoir vu un objet volant de 300 mètres de long, silencieux tout illuminé et se déplaçant rapidement près du sol. Pas la peine de vous dire que cela a terriblement secoué la petite communauté. Certains témoins  ont également déclaré avoir vu des jets de l’US Air Force poursuivre l’OVNI.
Les rapports de radar qui furent publiés, montrèrent que les témoins de la région de Stephenville avaient raison ; quelque chose a été vu sur le radar passant au dessus d’eux.
L’objet a été vu sur le radar alors qu’il survolait et dépassait  Stephenville, il est allé directement vers le Ranch Crawford du président Bush, à 16 km du ranch l’OVNI a dépassé des limites de l’écran radar, selon les rapports des organismes gouvernementaux.
Ce qui nous laisse avec cette question sans réponse, comment un engin d’une telle taille a t il pu s’approcher si près du ranch présidentiel sans être inquiété par la défense aérienne ? Sauf bien sûr, s’il s’agissait d’un engin militaire.  Le rapport du contrôle aérien  de Stephenville, transmis au MUFON, un document de 77 pages indique, « Cet objet se déplaçait vers le sud tout droit en direction du ranch Crawford, aussi connu en tant que « la Maison Blanche dans l’ouest » du président Bush. La dernière fois que l’objet a été vu sur le radar à 20h00, il suivait une trajectoire directe vers le ranch Crawford et était à seulement à 16 km « .
Bien qu’ayant le sens de l’humour, George W. Bush devait se rendre en Cisjordanie, en Israël, au Koweït, au Bahreïn, aux Émirats arabes unis, en Arabie saoudite et en Egypte du 8 au 16 Janvier 2008. Ce qui rend hautement improbable que ce dernier soit allé faire un voyage d’agrément à bord d’un immense vaisseau extraterrestre. Mais l’Amérique a de nombreuses bases là-bas, ce qui pourrait en fait permettre à l’US Air Force d’expérimenter avec des vaisseaux extraterrestres, sans que  les Américains ne s’en aperçoivent. Donc, l’engin a-t-il survolé le ranch Crawford ? Cette information radar n’a pas été donnée au public, mais si il allait dans cette direction sur le dernier rapport de radar, la réponse est très probablement oui; il a survolé le Ranch présidentiel.
Donc, si ce ne était pas une coïncidence, peut-être cherchaient-ils ou travaillaient ils avec le président? A moins qu’ une espèce exotique ne contrôle  la politique américaine pour son propre profit?
crédit image Ken Pfeifer World Ufo Photos and News

crédit image Ken Pfeifer World Ufo Photos and News

Le président Bush étant un ancien pilote de chasse militaire, il a peut-être été tentant pour lui de piloter un tel engin vu survolant son propre ranch. Peut-être une coïncidence, ou de la curiosité envers les extraterrestres, seul le temps nous le dira. Réfléchissez y, l’ancien président George W. Bush a décidé de faire du parachutisme le jour de son 80e et 85e anniversaire. Son 85e anniversaire n’était pas la deuxième, mais en réalité la 7ème fois qu’il sautait en parachute! Ce gars est un preneur de risque. Si les Bush sont intrépides  même dans la vieillesse, alors pouvez-vous imaginer ce qu’un  pilote de chasse ferait s’il voyait un vaisseau extraterrestre de 300 mètres entre les mains de l’USAF ? Il est très possible que le président Bush ait utilisé son autorité pour prendre les commandes de ce vaisseau à partir d’une base secrète et piloté à mi-chemin dans le monde entier en quelques minutes pour jeter un oeil à son propre ranch depuis les airs. S’il vous plaît notez, qu’il l’a déjà fait dans le passé comme preuve. Le 2 mai 2003, le président Bush a usé de son autorité pour co-piloter un hover jet S-3B Viking de la Marine et a survolé le  porte-avions USS Abraham Lincoln.

 Bush a déclaré avoir piloté l’engin seul pendant un moment en précisant: «Oui, je l’ai piloté. Oui, bien sûr, j’ai aimé. « Grace à son expérience passée en tant que pilote de chasse de F-102 dans la garde nationale aérienne du Texas, Il serait tout à fait naturel pour Bush de prendre les commandes d’un vaisseau de technologie extraterrestre tombé aux mains de l’USAF et de survoler l’endroit qu’il aime le plus, au Texas. D’où le ranch, facile de rentrer à la maison et impressionner les siens, à savoir George HW Bush avec sa nouvelle acquisition.
REMARQUE: L’image de l’ovni ci-dessus est une illustration
KEN PFEIFER WORLD UFO PHOTOS AND NEWS
WWW.WORLDUFOPHOTOSANDNEWS.ORG
WWW.WORLDUFOPHOTOS.ORG
REMERCIEMENTS SPECIAUX A WWW.UFOSIGHTINGSDAILY.COM
gif

Mise à jour  Area51blog, le : 15/02/2015 à 14:10

area51blog


Nous ne sommes pas au menu des extraterrestres !

04/06/2012

C’est ce qu’a déclaré le 24 mai 2012, lors d’une conférence annonçant son retrait de la direction duSETI, la célèbre astronome Jill Tarter , qui a dédié sa vie à essayer de trouver des signes d’intelligence alien.

Les extraterrestres ne viendront ni pour nous asservir, ni pour nous manger

Jill Tarter, la célèbre astronome qui a inspiré le personnage de Jodie Foster dans le film Contact, a expliqué que si les extraterrestres débarquent sur Terre, ce sera uniquement dans le but d’explorer, et non pas de conquérir notre planète.

Tarter est donc en désaccord avec la croyance populaire relayée notamment par les films hollywoodiens qui représentent les extraterrestres comme des monstres belliqueux et parfois assoiffés de chair humaine, et avec certains scientifiques, commeStephen Hawking, qui pensent que la rencontre avec une civilisation extraterrestre ne serait pas une bonne chose pour l’Homme.

Pas de guerre des mondes !

Selon Tarter, si les extraterrestres parviennent jusque la Terre, cela signifie qu’ils possèdent des capacités technologiques sophistiquées et qu’ils n’auront aucun besoin d’ esclaves, ou de nourriture

Bref, s’ils viennent nous rendre visite, ce sera pour approfondir leur connaissance sur les êtres humains. Par ailleurs, nous ne serions sans doute pas leur première rencontre…

« Souvent, les aliens de la science-fiction en disent plus sur nous que sur eux », a conclu Jill Tarter avec philosophie.

Tarter, et de nombreux scientifiques se réuniront pour discuter des enjeux de l’exobiologie, de l’avenir de la recherche de la vie au-delà de la Terre et d’une éventuelle rencontre avec une civilisation extraterrestre au SETICON qui aura lieu à Santa Clara en Californie, du 22 au 24 Juin. 2012.

Source :  besoindesavoir.com

Crédits©Piumadaquila


Jodie Foster contribue à sauver l’observatoire de la vie extraterrestre

20/08/2011

Le 18/08/2011 – Rita Santourian   –  http://www.planet.fr/dossiers-de-la-redaction-chasse-aux-extraterrestres-reprend-grace-a-2500-donateurs-dont-jodie-foster.96095.1466.html

Le SETI, l’Institut de recherche de la vie extraterrestre, qui sonde l’espace à la recherche de signes de vie venus d’ailleurs depuis 1984, est en danger faute de moyens. Il n’en fallait pas plus pour que des milliers de donateurs, plus ou moins connus, se mobilisent. Voici comment le SETI a été sauvé.

Vous connaissez l’institut SETI ? C’est le Search for Extraterrestrial Intelligence, traduisez la recherche d’une intelligence extraterrestre. Ce programme, mis au point aux Etats-Unis en 1984 vise, comme son nom l’indique, à établir le contact avec les extra-terrestres en captant des ondes émises depuis l’espace.  Comme vous pouvez vous en douter, le matériel nécessaire à ces recherches coûte assez cher. Voilà pourquoi, en avril dernier, le SETI était menacé, faute de fonds. Les recherches via le radiotélescope Allen dans le nord de la Californie avait même été suspendues à cette date suite à des compressions budgétaires.  C’était sans compter le support et la générosité de nombreux donateurs. 2557 pour être précis, dont des people, commeJodie Foster, qui a souhaité “transformer la science-fiction en réalité”. L’actrice a participé à cette collecte en souvenir du film « Contact », datant de 1997, dans lequel elle a joué une astronome souhaitant entrer en contact avec les extraterrestres. Grâce à ces dons, dont la somme a dépassé 200 000 dollars, la chasse aux extra-terrestres pourra reprendre dès septembre!

Voici un extrait du film Contact : La scène de la rencontre 

  


%d blogueurs aiment cette page :