Ils veulent détruire les astéroïdes avec une bombe nucléaire comme dans Armageddon

23/11/2012
Des scientifiques américains travaillent actuellement à développer un projet qui permettrait de détruire un astéroïde si celui-ci venait à menacer la terre. Comment ? En utilisant une bombe nucléaire comme dans le film Armageddon.

Et si Armageddon n’était finalement pas aussi irréel qu’on le pense ? Depuis sa sortie en 1998, le film de Bruce Willis a conquis des millions de cinéphiles mais a aussi suscité pas mal de critiques de la part des scientifiques. En cause, l’histoire un peu tirée par les cheveux que raconte le film : celle d’une équipe d’astronautes qui part dans l’espace détruire un astéroïde menaçant à l’aide d’une charge nucléaire. Si l’idée parait déjà étonnante, des chercheurs ont souligné que le scénario contenait beaucoup d’erreurs techniques et que le projet serait en vérité irréalisable.

Et pourtant, c’est bien un projet semblable qu’ont récemment dévoilé des scientifiques de l’université de l’Iowa. Au cours d’un meeting organisé par la NASA la semaine dernière, ceux-ci ont annoncé qu’ils tentaient actuellement de développer un concept de mission destiné à détruire un astéroïde menaçant la Terre à l’aide… d’une explosion nucléaire. Néanmoins, le projet ne serait pas tout à fait comme dans Armageddon puisque la mission réelle ne nécessiterait pas d’intervention d’humaine.

Elle serait basée sur un engin appelé « Hypervelocity Asteroid Intercept Vehicle » ou HAIV envoyé dans l’espace pour frapper l’astéroïde. Concrètement, le HAIV le frapperait successivement à deux reprises : le premier coup non-nucléaire et un second coup qui lui amènerait la charge nucléaire.

Deux impacts pour une destruction totale

« En utilisant notre concept, nous avons une solution viable sur le plan pratique – une solution rentable, économiquement viable et techniquement faisable », a expliqué Bong Wie, lors du meeting du 2012 NASA Innovative Advanced Concepts (NIAC). La NASA a identifié 168 erreurs techniques dans Armageddon, a t-il rappelé, mais sur un point le film a totalement raison : une bombe atomique serait bien plus efficace s’il elle explosait à l’intérieur de l’astéroïde plutôt qu’à sa surface. Par exemple, à une profondeur de 3 mètres, la puissance de la bombe serait environ 20 fois plus importante, selon Bong Wie.

Pour cette raison, ce scientifique et ses collègues ont conservé l’idée de jeter la bombe dans un trou en enlevant la participation de l’équipage humaine. A la place, ils comptent doter leur HAIV de deux impacteurs distincts : l’un principal et l’autre qui le suivra. Lorsque l’engin s’approchera de l’astéroïde, le premier s’en séparera pour venir frapper l’objet menaçant. Ceci devrait permettre de creuser un cratère d’environ 100 mètres de largeur. Puis moins d’une seconde plus tard, ce sera au tour du second impacteur contenant la bombe nucléaire de frapper, pulvérisant l’astéroïde.

Une extension d’un impacteur créé par la NASA

D’après les simulations faites, l’explosion projettera des morceaux de roche aux alentours, mais seul un petit pourcentage de la masse de l’astéroïde atteindra la Terre, a expliqué Wie cité par le Huffington Post. Et si le projet peut encore laisser dubitatif, les chercheurs précisent qu’ils ont d’ores et déjà reçu deux séries de fonds de la part du programme du NASA Innovative Advanced Concepts. Le projet pourrait ainsi être réalisable d’ici peu.

« En fait, notre concept est une extension de la mission Deep Impact de 300 millions de dollars », a précisé à Space.com Wie, faisant référence à un impacteur conçu par la NASA. En 2005, celui-ci est entré en collision avec la comète Tempel 1 dans le but d’étudier sa composition interne. Reste que pour l’heure la mission HAIV n’en est qu’à un stade précoce et que beaucoup de travail reste à faire. Ce qui n’abat pas les chercheurs qui prévoient même un test de leur engin sans bombe dans la décennie qui vient.

Aujourd’hui, leurs recherches consistent ainsi à évaluer la faisabilité de la technique pour des astéroïdes relativement petits (environ 100 mètres de large) mais tout de même dangereux. « Une fois que nous aurons développé la technologie à utiliser dans cette situation, nous serons prêts à éviter n’importe quelle collision – avec une taille plus grande », a ajouté le scientifique.

Source : http://www.maxisciences.com/

via  http://www.ufologie-paranormal.org

 

 


2012 est le pire film de science-fiction selon la NASA

19/01/2011

Source :  http://blogueultrafiction.ztele.com/2012-est-le-pire-film-de-science-fiction-selon-la-nasa-6307/

11 janvier 2011

2012

La NASA a récemment fait une liste des 7 meilleurs et des 7 pires films de science-fiction  de tous les temps, et c’est le «blockbuster»  2012 qui a remporté la palme du long-métrage de SF le plus ridicule. L’agence spatiale a en effet déterminé que le film catastrophe de Roland Emmerich était le plus scientifiquement imparfait (étrangement, aucun autre film du réalisateur, comme 10 000 ou Le Jour d’après, ne sont présents dans la liste). Et même s’il existe d’excellents candidats au titre, on peut croire que la NASA a arrêté son choix sur 2012 puisque l’agence a dû construire un site internet afin de répondre uniquement aux questions de citoyens inquiets par la fin du monde.

the-core1Le vice-champion (ou vice-perdant) de la liste des pires films est Fusion, long-métrage dans lequel une équipe de scientifique doit redémarré le noyau de la Terre qui s’est éteint. Vient ensuite Armageddon, avec Bruce Willis (RED), Volcan (où Los Angeles est détruite par l’apparition d’un volcan en son centre), Réaction en chaîne (dans lequel Keanu Reeves et Rachel Weisz tentent d’échapper au gouvernement qui ne désire pas qu’une technologie verte soit connue), À l’aube du sixième jour (Arnold Schwarzenegger a été cloné en quelques heures) et What the Bleep Do We Know? (un documentaire sur la construction de la réalité par la conscience).gattaca3

De l’autre côté, c’est Bienvenue à Gattaca, avec Ethan Hawke, Jude Law et Uma Thurman que la NASA considère comme le meilleur film de science-fiction. Il est suivi de Contact de Robert Zemeckis (Retour vers le futur), Metropolis de Fritz Lang, Le Jour où la Terre s’arrêta (l’original, pas le remake), Woman in the Moon de Fritz Lang, La Chose d’un autre monde de 1951 et Jurassic Park de Steven Spielberg.

Et vous, quelle est votre liste de pires et de meilleurs films de SF?

Gabrielle Scott


%d blogueurs aiment cette page :