Découvert dans un grotte espagnole Un ADN vieux de 400 000 ans livre ses secrets

05/12/2013

Article source: pourquoi-docteur.nouvelobs.com/

crédit: SUPERSTOCK/SIPA

crédit: SUPERSTOCK/SIPA

L’ADN d’un être humain vieux de 400 000 ans a été reconstitué à partir d’un os découvert dans une grotte. Un exploit qui pourrait nous permettre de suivre les traces de nos plus vieux ancêtres. 

C’est un jour important pour la science ! Le plus vieil ADN au monde vient d’être séquencé. Datant de 400 000 ans, il a en fait été récupéré sur un os trouvé dans une grotte espagnole. Mais la découverte ne s’arrête pas là, car cet os a révélé ses secrets. Il montre en effet des liens génétiques étonnants entre nos lignées d’ancêtres. Ce véritable exploit scientifique, révélé mercredi dans la revue scientifique Nature, pourrait nous permettre de remonter suffisamment dans le temps pour suivre l’évolution génétique des hommes.

Le plus ancien ADN n’avait que 80 000 ans
C’est une équipe internationale de chercheurs qui est parvenue à extraire et à analyser de l’ADN vieux de 400 000 ans sur un fémur trouvé dans le Sima de los Huesos (« le gouffre des os » d’Atapuerca, nord de l’Espagne). En arrivant dans ce lieux chargé d’histoire, les scientifiques pensaient mettre la main sur un gisement abritant des ossements des formes les plus primitives d’hommes de Néandertal, voire de leur ancêtre Homo heidelbergensis.

Jusqu’à présent, le plus ancien génome humain séquencé était âgé de « seulement » 70 000 à 80 000 ans. Il appartenait à une fillette membre d’un groupe d’hominidés primitifs, les « Hommes de Denisova », proches cousins de Neandertal et de l’humain moderne, qui ont transmis certains de leurs gènes aux habitants actuels de l’Asie du sud-est, en particulier aux Papous. Et c’est justement de cette lignée que proviendrait l’os trouvé dans la grotte espagnole, mais en plus ancien encore et avec quelques différences génétiques. « Ce résultat inattendu indique que l’origine des néandertaliens et des humains modernes a suivi une évolution complexe. J’espère que de nouvelles recherches vont pouvoir clarifier les relations génétiques entre les hominidés du Gouffre des os d’un côté et les néandertaliens et les dénisoviens de l’autre », souligne dans un communiqué l’un des auteurs de l’étude, Juan-Luis Arsuaga, directeur du Centre pour la recherche sur l’évolution et le comportement humain de Madrid.

« Incroyablement enthousiasmant ! »
Car en effet, même s’il partage bien des traits avec les Dénisoviens, cet homme de Sima a, en réalité, divergé de cette lignée quelque 700 000 ans avant notre ère, souligne l’étude. Ainsi, cette prouesse « ouvre la voie à l’analyse des gènes des ancêtres des Néandertaliens et des Dénisoviens », résume Svante Pääbo, directeur de l’Institut Max Planck (Allemagne) mondialement connu pour ses travaux sur la génétique des hominidés. Ces résultats montrent que l’on pourra désormais « étudier l’ADN de nos ancêtres humains vieux de centaines milliers d’années. C’est incroyablement enthousiasmant ! », conclut-il.

source

gif

Mise à jour investigations ufoetscience, le : 05/12/2013 à : 20h45.

area51blog


Nous, une civilisation avancée ? Vraiment ?

25/09/2013

435171

Ça fait un bon moment déjà. Je sais. Je n’ai pas écrit depuis plusieurs mois à cause de mon boulot qui me demande beaucoup de temps et d’énergie. J’en suis navré. Mais me voilà !

Lorsqu’on pense aux nombreuses civilisations du passé, certaines d’entre elles se démarquent. Soit pour leur innovation soit pour leur résilience. Je demeure particulièrement attaché à la civilisation égyptienne. Que penser de la civilisation romaine et de son empire ? Ou encore celle des Grecs avec la naissance de la démocratie ? Fascinant tout cela.Or, nous voilà aujourd’hui au XXIe siècle.

Nous avons marché sur la Lune, créé Internet, découvert la fission nucléaire, tout cela à un rythme effrayant. Et pourtant…

Des peuples anciens ont laissé une trace pour le moins énigmatique voire  intrigante. Sommes-nous aussi avancés qu’on le prétend ?

suite avec vidéos

via Nous, une civilisation avancée ? Vraiment ?.

et aussi surbannic3a8re-couloirs3


Terriens en quête du ciel et d’eux-mêmes

03/09/2013

univers.jpg

Bannière

avatarera

Note Era Admin 

Le 3 Septembre à 10:30

Je vous propose cet article de La Croix, non pas pour faire du prosélytisme, mais parce que je le trouve intéressant dans le sens ou le religieux qui s’exprime le fait d’une manière très pragmatique et déclare que la réponse à nos questions sur la vie dans l’univers viendra de la science et non pas des livres sacrés.

gif

Deux ouvrages invitent à nous tourner vers les étoiles : l’un pour évoquer la conquête spatiale, l’autre l’éventuelle découverte d’une vie extraterrestre.

Le rire d’Icare. Le risque et l’aventure spatiale
de Jacques Arnould
Éditions du Cerf, 116 p., 15 €

Les extraterrestres existent-ils ? Un astronome du Vatican répond
de Guy Consolmagno
Éditions  Quasar, 80 p., 10 €

Icare s’est brûlé les ailes à s’aventurer trop près du soleil. Même s’il ne s’agit que d’un mythe, comment ne pas se souvenir de la leçon en observant, avec Jacques Arnould, chargé des questions éthiques au Centre national d’études spatiales (Cnes) et collaborateur régulier de La Croix, que « depuis le début des vols habités, si environ cinq cents hommes et femmes sont allés dans l’espace, vingt-deux ont accidentellement péri, durant une mission ou au cours de leur entraînement, soit presque un sur vingt ». Ce lourd tribut payé pousse à s’interroger sur les finalités, moyens et conséquences de l’aventure spatiale.

Jacques Arnould réfléchit notamment sur les risques que l’homme a pris pour sortir de ses limites et « découvrir un monde un peu, voire beaucoup trop grand pour l’humanité ». Risque pour les astronautes, « envoyés consentants d’une humanité conquérante », mais aussi risque pour l’humanité tout entière, puisqu’il n’est pas exclu que des micro-organismes susceptibles d’être ramenés sur Terre avec des échantillons extraterrestres, malgré toutes les précautions, puissent représenter un danger pour l’homme. L’inquiétude n’est donc pas illégitime.

Mais, l’auteur le souligne dans cet essai nourri philosophiquement tout en restant accessible, le danger vient moins de l’espace que la propension des humains à majorer leurs propres capacités et à se croire invulnérables. Les victimes de la conquête spatiale sont pourtant un appel à une plus grande humilité.

L’homme peut aussi rêver du ciel tout en restant sur sa planète et observer les astres à travers son télescope. C’est le cas de Guy Consolmagno, frère jésuite, astronome à l’Observatoire du Vatican qui s’interroge : existe-t-il une vie intelligente ailleurs dans l’univers ? « Nous ne savons pas », répond le scientifique tout en ayant l’intuition que dans les milliards de galaxies du cosmos, « il doit bien exister d’autres êtres rationnels et civilisés » et que « tôt ou tard, la race humaine découvrira qu’il y a d’autres créatures intelligentes quelque part dans l’univers ». Une intuition nourrie scientifiquement mais aussi théologiquement : « La créativité féconde de Dieu ne saurait se limiter à nous. »

La réponse viendra de la science, et non de la théologie ou de la Bible, affirme le jésuite. Et c’est scientifiquement qu’il explore l’hypothèse d’une vie extraterrestre, exposant dans un langage simple les conditions qui devraient être réunies pour cela.

Dans le même temps, et avec un grand sens pédagogique, il dégage les enjeux de la question. Ils sont aussi bien épistémologiques (« il serait difficile de parler de “la vie telle que nous ne la connaissons pas” puisque, par définition, nous n’aurions pas les mots pour la décrire » et c’est pourquoi « il est important d’admettre qu’en dernière analyse, tout langage et toute explication, biblique ou scientifique, sont de nature analogique »), anthropologiques (« penser aux extraterrestres est un bon moyen de comprendre, et d’apprécier, ce qu’être un homme signifie ») que théologiques (« réfléchir sur la manière dont le salut dans le Christ pourrait s’appliquer à d’autres êtres est un chemin de croix pour apprécier à nouveaux frais ce que le salut signifie pour nous les humains »).

L’astronome en est convaincu : la science, tôt ou tard, donnera une réponse à la question de l’existence d’une vie extraterrestre. « Dans la foi, écrit-il, il ne devrait pas y avoir d’inquiétudes à savoir que nous ne sommes pas seuls au monde. » Scruter le ciel, écouter les bruits qui viennent du cosmos à la recherche d’une autre vie, c’est finalement manifester que rien, a priori, ne permet de limiter les capacités créatrices de Dieu.

DOMINIQUE GREINER

Source 

 

gif

 

Mise à jour Area51blog le 3 septembre 2013 à 10 h 40

Bannière

 


Le plus vieux calendrier du monde découvert en Ecosse, il date de 10 000 ans !

17/07/2013

calendrier

Selon BBC News, une équipe d’archéologues pense avoir trouvé le plus vieux calendrier lunaire du monde dans un champ de la région du Nord-Est de l’Ecosse. Il serait vieux de 10.000 ans.

C’est une découverte qui a réjoui une équipe d’archéologues de l’Université de Birmingham, en Angleterre. Selon BBC News, ces chercheurs pensent avoir trouvé, dans un champ écossais, le plus vieux calendrier lunaire du monde. « Les fouilles du champ de Crathes Castle, de la région du Aberdeenshire, laissent apparaître une série de 12 trous qui semblent mimer les phases de la lune et le parcours des mois lunaires », précise BBC News.

Selon BBC News, cette équipe d’archéologues pensent que ce calendrier a été créé par des chasseurs-cueilleurs il y a environ 10.000 ans. Les premières fouilles sur ce site ont été menées en 2004. Selon l’archéologue Shannon Fraser, cité par BBC News, ce site est unique en Grande-Bretagne. « Nos fouilles révèlent un aperçu fascinant de la vie de ces gens il y a 10.000 ans et cette dernière découverte nous permet de comprendre encore mieux leur relations au temps et aux cieux ». 

Source  via Wikistrike 

gif

Mise à jour Area51blog le 17-7-2013 à 12 h 15

Bannière

 


Retour sur la mystérieuse structure engloutie dans un lac d’Israël

10/06/2013

A Submerged Monumental Structure in the Sea of Galilee, Israel

Article source investigations océanographique et oanis via Wikistrike

Pierre Barthélémy: LUNDI 10 JUIN 2013:

C’était il y a une décennie. Depuis, plus rien ou presque ne s’est produit. Comme le raconte une étude israélienne publiée dans la dernière livraison de l’International Journal of Nautical Archaeology, revue scientifique semestrielle, une plongée a bien été organisée dans les eaux turbides et peu profondes du lac. Qu’y a-t-on vu ? Un immense empilement conique de rochers sur le fond sablonneux, servant de cachette à des poissons. Comme on peut s’en apercevoir sur le schéma ci-dessous, à son plus haut ce tumulus mesure un peu moins de 10 mètres par rapport à sa base, laquelle est enfouie sous 2 à 3 mètres de sédiments.

SUITEinvestigation oceanographique et oanis

gif

 

Mise à jour sylv1 pour Aréa 51 Blog, le : 10 /06/2013 à : 12h25.

area51blog


Le robot TlalocII-TC fait d’autres découvertes à Teotihuacan

04/05/2013

endroitavecspheres-teotihuacan

Article source:sciences-fictions-histoires.com

mysterious-spheresL’exploration des trois salles enfouies sous le grand Temple du Serpent à Plume de Teotihuacan continue et une découverte assez extraordinaire a été révélée sous la caméra du robot : des centaines de petites sphères recouvrent une partie du sol.

Des centaines de sphères mystérieuses se trouvent sous le temple du Serpent à plumes, une ancienne pyramide à six niveaux à seulement 30 miles de la ville de Mexico.

Les sphères énigmatiques ont été trouvés lors d’une fouille archéologique à l’aide d’un robot équipé d’une caméra à l’un des bâtiments les plus importants de la ville préhispanique de Teotihuacan.

 » Elles ressemblent à des sphères jaunes, mais nous n’en connaissons pas le sens. C’est une découverte sans précédent « , a déclaré Jorge Zavala, un archéologue au national d’anthropologie du Mexique et de l’Institut d’Histoire.

endroitavecspheres-teotihuacanLes ruines méso-américaines de Teotihuacan, un site du patrimoine mondial, représentent l’un des plus grands centres urbains du monde antique. Il semble avoir été établi autour de 100 avant JC, la ville pyramide remplie comptait plus de 100.000 habitants à son apogée, mais a été abandonnée pour des raisons mystérieuses autour de 700 Après JC – bien avant que les Aztèques ne soient arrivés dans les années 1300.

L’excavation du temple porte sur un long tunnel de 330 pieds qui passe sous la structure. Le conduit a été découvert en 2003lorsque de fortes pluies ont découvert un trou à quelques mètres de la pyramide.

Explorer le tunnel, qui a été délibérément rempli de débris et de ruines par les gens de Teotihuacan, a nécessitéplusieurs années de travail préliminaire et de planification.

camera-robot

 » Enfin, il y a quelques mois, nous avons trouvé deux chambres latérales à 72 et 74 mètres (236 et 242 pieds) de l’entrée. Nous les avons appelés Chambre du Nord et la Chambre du Sud « , a déclaré à  Teotihuacan

 l’archéologue Sergio Gómez Chávez, directeur du Projet Tlalocan.
Les archéologues ont exploré le tunnel avec un robot télécommandé appelé Tlâloc II-TC, qui présente une caméra infrarouge et un scanner laser qui génère une visualisation 3D des espaces en dessous de la visée.

« Le robot a pu entrer dans la partie du tunnel qui n’a pas encore été encore fouillée et a trouvé trois chambres entre 100 et 110 mètres (328 et 360 pieds) de l’entrée », a déclaré Gómez Chávez.
Les sphères mystérieuses reposent dans les chambres nord et sud. Allant de 1,5 à 5 pouces (3 à 12.5 cm), les objets ont une base d’argile et sont recouverts d’un matériau jaune appelé jarosite.

« Ce matériau est formé par l’oxydation de la pyrite, qui est un minerai métallique, dit Gómez ChávezCela signifie que dans les temps préhispaniques elles sont apparues comme si elles étaient des sphères métalliques. Il y en a des centaines de ces dernières dans la chambre sud. Selon George Cowgill, professeur émérite à l’Arizona State University et l’auteur de plusieurs publications sur Teotihuacan, les sphères sont une découverte fascinante.

exploration

 » La pyrite a certainement été utilisée par les Teotihuacanos et d’autres sociétés mésoaméricaines anciennes, dit Cowgill à New DiscoveryAu début, neuves, les sphères auraient montré qu’elles brillaient. Elles sont en effet uniques, mais je n’ai aucune idée de ce qu’elles signifient. « 

tunnel-pyramide

Même les murs et le plafond des deux chambres étaient recouverts d’une poudre minérale composée de magnétite, pyrite et de l’hématite qui a fourni un éclat particulier à l’endroit.
« Nous croyons que les gens de haut rang, des prêtres ou même des règnants, sont descendus dans le tunnel pour accomplir des rituels, dit Gómez Chávez.
En effet, les archéologues ont trouvé de nombreuses offrandes, dont des poteries et des masques en bois recouverts de cristal de roche incrusté de jade et de quartz le tout datant d’environ 100 après JC.

side-chamberGómez Chávez et son équipe regardent maintenant avec impatience la prochaine phase du projet l’exploration de la dernière partie du tunnel et des trois chambres que les archéologues ont vu à travers les caméras du robot.
« Le tunnel est en parfait état, intacte depuis près de deux millénaires, dit Ng “TC” Tze Chuen, un chercheur indépendant qui a travaillé sur la conception des robots II-TC Tláloc.

Pouvez-vous imaginez ce qui peut être trouvé à l’intérieur ?

Ngqui a aidé à créer le robot Djedi qui a exploré Grande Pyramide d’Egypte en 2010, estime que le tunnel du Mexique pourrait conduire à l’une des découvertes archéologiques les plus importantes dans Teotihuacan.  » Les résultats sont très encourageants, en effet « , dit-il.

Selon Gómez Chávez, le tunnel a été fermé deux fois par le peuple de Teotihuacan. Des murs épais, érigé pour bloquer l’accès, ont été démolis il y a environ 1.800 ans, afin de déposer une chose très importante dans la chambre centrale à la fin du tunnel.

 » Peut-être qu’en ce lieu, a déclaré Gómez Chávez, nous allons retrouver les restes de ceux qui ont régné sur Teotihuacan « .

plotting-spheres

http://news.discovery.com/history/archaeology/mysterious-spheres-emerge-from-ancient-temple-1304291.htm

http://herboyves.blogspot.fr/2013/04/le-robot-tlaloc-ii-tc-decouvre-trois.html

Yves Herbo Traduction-SFH-05-2013

Vidéo youtube

Si cette vidéo ne fonctionne pas cliquez ici

gif

Mise à jour Aréa 51Blog , le : 04/05/2013 à : 10h30.

area51blog


Stonehenge occupé 5 000 ans plus tôt qu’on ne le pensait.

25/04/2013
Des traces d'occupation humaines 3000 ans avant la constructione de Stonehenge...

Des traces d’occupation humaines 3000 ans avant la constructione de Stonehenge…

Article source:wikistrike.com

De récentes fouilles ont révélé que la zone de Stonehenge était occupée 3000 avant sa construction.
La fouille archéologique, à environ 1.5km des pierres, a révélé que des gens étaient installés là en 7500 avant JC.

Les résultats, révélés par des bénévoles et un petit budget, sont de 5000 ans plus tôt qu’on ne le pensait précédemment.

Le Dr Josh Pollard, de l’Université de Southampton, a déclaré que l’équipe avait « trouvé la communauté qui a mis en place le premier monument à Stonehenge« .

La « tâche aveugle » archéologique.

Le projet à petite échelle a été menée par l’archéologue David Jacques, de l’Université ouverte. 

La première photographie aérienne de Stonehenge prise en 1906

La première photographie aérienne de Stonehenge prise en 1906

Il a d’abord repéré le site d’Amesbury sur des photographies aériennes, en tant qu’étudiant. Les photographies, provenant d’une archive de l’Université de Cambridge, ont montré un site connu, le camp de Vespasien, à seulement 1.5km de Stonehenge.

Il était supposé avoir été complètement aménagé au 18ème siècle, mais M. Jacques a réalisé que ce n’était pas le cas et à décidé d’enquêter: « Le paysage tout entier est plein de monuments préhistoriques et cette découverte est extraordinaire dans le sens où elle était, depuis tout ce temps, une tache aveugle archéologique. Mais en 1999, un groupe d’amis étudiants et moi-même avons commencé à fouiller ce domaine d’Amesbury.

Le site, qui contient une source naturelle, est la source d’eau douce la plus proche deStonehenge.

Et M. Jacques, en supposant qu’elle a pu servir d’approvisionnement en eau, a estimé qu’il pourrait y avoir un ancien site archéologie attendant d’être découvert.

« Mon idée était que là où l’on trouve des animaux sauvages, on a tendance à trouver des gens, probablement des groupes de chasseurs cueilleurs chasseurs.«  Et il avait raison.

Au cours des sept dernières années, le site a révélé les plus anciennes installations semi-permanente dans la zone de Stonehenge, de 7.500 à 4.700 avant JC.

Et la datation au carbone des matériaux trouvés sur le site montre que des gens étaient là au cours de chaque millénaire: «Ici, nous sommes dans un petit coin en bas d’une colline où coule une rivière ,et il y a eu probablement plus de gens qui y sont venus au cours de la période mésolithique qu’au cours des période suivantes», at-il dit.

La partie visible de l’iceberg.

Bien que ce soit un projet au financement limité, il suscite déjà l’intérêt d’autres archéologues de premier plan.

Le professeur Peter Rowley-Conwy, de l’Université de Durham, a ainsi déclaré: « Le site a le potentiel pour devenir l’un des sites mésolithiques les plus importants en Europe du nord-ouest.« 

Et le Dr Pollard, du projet Stonehenge Riverside, a déclaré « que la probabilité de démontrer qu’il y avait des visites répétées dans cette zone du 9e au 5e millénaire avant J.-C. » était significative. « Je pense qu’il a trouvé la partie visible de l’iceberg en termes d’activité Mésolithique en se concentrant sur l’Avon, qui est aujourd’hui Amesbury« , a-t-il dit.

Source:


RSI J.Grimault. Révélation des Pyramides

25/04/2013

révélation des pyramides

 La conférence de M. Jacques Grimault est désormais disponible
sur notre  site Dailymotion:    RENCONTRES DES SCIENCES ET DE L’INEXPLIQUE.  ( en 3  parties)

Le film : LA REVELATION DES PYRAMIDES. Quelle est l’origine de ces extraordinaires constructions qui ont défié le temps et les éléments ? Tombeaux, ou horloge sidérale, les pyramides sont dépositaires d’un formidable secret.

PARTIE 1  

Si cette vidéo ne fonctionne poas cliquez ici

PARTIE 2 

Si cette vidéo ne fonctionne pas cliquez ici

PARTIE 3

Si cette vidéo ne fonctionne pas cliquez ici

Voir le film : http://skystars.unblog.fr/documentaires-ovni/la-revelation-des-pyramides/

ImageProxy (1)

Merci à Daniel de l’AREPS en Belgique et au site ovni investigationqui a mis en ligne sur dailymotion la conférence de mr Grimault.

gif

Mise à jour sylv1 pour Aréa 51 Blog, le : 25/04/2013  à : 12h35.

area51blog


Alien Théory – Les secrets codés

22/04/2013
source image: t411.me

source image:
t411.me

 

gif

 

area51blog

avatar-i-love-japanavatarera

Note Administration :   Le 22-4-2013 à 12:50

Ce reportage  se penche sur les sites mégalithiques antiques avec une complexité qui défraie  la chronique. Nous vous invitons à regarder ce documentaire qui comme à l’accoutumée donnera sa version théorique.

 

Source Dailymotion de Grande Etoile

Si la vidéo ne fonctionne pas cliquez ici

gif

Mise à jour par Era pour Area51blog le 22-4-2013 à 12:50

area51blog


Le Mystère Atlit Yam – 10 000 ans sous les mers

18/04/2013

atlit-yamparavion

Article source:sciences-fictions-histoires.com

atlityam3Documentaire archéologique de Jean Bergeron, Can., 2013, 52 min, coul.

Projection en avant-première : 06/06/2013 – 12h30 Auditorium du Louvre sous la pyramide, Paris.

La côte du Levant est l’un des plus grands chemins empruntés par nos lointains ancêtres, avant que l’Homo sapiens ne se disperse aux quatre coins du monde. Presque partout des générations successives d’humains y ont laissé des traces de leur passage. Mais l’un des trésors inestimables de la région se trouve au fond de la mer… Au large d’une forteresse datant des Croisades, érigée elle-même sur les fondations d’un port phénicien.

sitesengloutis

Sites engloutis recensés

En 1984à seulement 400 mètres de la côte par 10 mètres de fond, le Dr Ehud Galili, archéologue de l’Autorité israélienne des Antiquités et plongeur émérite, découvre une structure inhabituelle, partiellement dégagée, par une forte tempête, du sable qui la protégeait depuis des millénaires. S’agit-il d’une construction des Phéniciens, des Arabes, des Romains ou encore des Templiers ? Quelles sont les raisons de sa présence au large des côtes?

atlityamdecipherment2008byandiskaulins

Dès les premières fouilles, une toute autre histoire se dessine ; une toute autre « préhistoire » pourrait-on dire… L’excavation s’avère être le rêve de tout archéologue : la découverte du site préhistorique le plus grand et le mieux préservé jamais découvert le long de la côte méditerranéenne. Atlit Yam (Atlit sous-les-mers), cité de l’âge de pierre datant d’au moins 9 000 ans, s’étend sur plus de 40 000 mètres carrés, immergée entre 8 et 12 mètres de fond. Les artefacts pointent résolument vers le Néolithique précéramique.

atlityam6

L’équipe scientifique découvre progressivement qu’Atlit Yam fut une communauté maritime prospère, dotée de nombreuses ressources, et qu’elle présente les caractéristiques d’un des tout premiers exemples de sédentarisation et de diète mixte (pêche et agriculture). Les signes d’activité maritime et de domestication d’animaux témoignent d’un degré assez élevé de civilisation, tout comme l’existence de pratiques rituelles, attestée notamment par la découverte d’un cercle de pierres dressées, semblable à celui de Stonehenge, pré-datant son célèbre équivalent de 4 000 ans. Ou celle de sépultures, nombreuses et intactes, contenant, outre des restes humains, des objets funéraires probablement destinés à accompagner le défunt dans l’au-delà. D’autres pratiques rituelles encore pourraient être liées à l’eau. Les fouilles ont en effet mis au jour des dizaines de cavités rondes découpées dans la pierre, avec des traces d’eau douce au centre de la structure.

atlityam2

Mais l’eau, source de vie, objet de culte, fut la cause, pour Atlit Yam, d’un bouleversement lent et inéluctable, aux résonances bien contemporaines…

25 fois plus longue que l’Histoire écrite, la Préhistoire humaine demeure un vaste continent à explorer dont Atlit Yam révèle aujourd’hui un étonnant chapitre. Si les recherches du Dr Ehud Galili ont fait régulièrement l’objet de publications scientifiques depuis la découverte d’Atlit Yam, le site restait inconnu du grand public. Le film dévoile pour la première fois le résultat de ces fouilles exceptionnelles : le site préhistorique le plus grand et le mieux préservé jamais découvert le long de la côte méditerranéenne.

Le Mystère Atlit Yam – 10 000 ans sous les mers.

 


%d blogueurs aiment cette page :