Le rapport d’avancement SIGMA2 2021

26/06/2021

Le rapport d’avancement SIGMA2 2021 ainsi que l’annexe concernant l’étude du cas Aguadilla sont désormais accessibles sur le site 3AF SIGMA2.

L’accès est gratuit pour les membres de 3AF.

Compte tenu de l’intérêt manifesté pour les travaux de la CT SIGMA2 , 3AF a pris la décision de mettre dès maintenant le rapport complet, ainsi que l’annexe sur l’étude du vas Aguadilla, en accès direct aux lecteurs non membres cotisants, moyennant une contribution aux frais de gestion.

Nous remercions les lecteurs intéressés pour leur soutien à la 3AF. En effet, notre association permet non seulement de réunir des experts (bénévoles) de divers domaines, mais aussi de bénéficier d’une image reconnue et crédible, comme l’AIAA américaine, et donc de préparer d’éventuelles rencontres à venir sur le sujet, si cela peut être envisagé.

Lire la suite


Ovni : les experts français de « Sigma2 » dévoilent leur rapport après 8 ans de recherches

26/06/2021

Source : Maxisciences

Crédit illustration : GETTY

Alors que le renseignement américain s’apprête à rendre public un rapport très attendu sur les OVNI, en France, la commission technique « Sigma2 » vient d’émettre un long rapport, fruit de huit ans de recherches sur la question.

Va-t-on enfin pouvoir lever les mystères qui gravitent autour des OVNI ? C’est en tous cas l’ambition du travail de « Sigma2 », une commission technique qui rassemble chercheurs, ingénieurs, militaires et astronaute français. Elle vient de communiquer un rapport de 377 pages que s’est procuré Le Parisien. L’objectif ? Dresser un état des lieux de la question des Ovnis en France en analysant les recherches et les études de cas répertoriées.

Les Ovnis, un sujet peu documenté en France

Les chercheurs les appellent timidement les PAN : Phénomène Aérospatiaux Non-identifiés. Aux Etats-Unis, le sujet est étudié très sérieusement, notamment depuis l’existence rendue publique d’un programme d’identification des menaces aérospatiales avancées (AATIP) en 2017 et la déclassification de vidéos troublantes de l’armée. Le renseignement américain s’apprête d’ailleurs à rendre un rapport très attendu sur la question.

En France, peu de scientifiques semblent s’être saisis de la question. Peut-être par peur de passer pour fou. Quoi de pire en effet pour un scientifique, que d’être taxé d’irrationnel ? Pour pallier à ce vide, l’Association aéronautique et astronautique de France (3AF) dont est issue, la commission technique Sigma2, a dévoilé un long rapport sur la question. Parmi ses membres, on compte des chercheurs, ingénieurs, militaires et même l’astronaute Jean-François Clervoy, avec qui Gentside a d’ailleurs eu la chance d’échanger en 2020.

Des émissions électromagnétiques en cause ?

« L’objectif est d’apporter un point de vue technique et scientifique sur un certain nombre de constats, explique son président Luc Dini, ingénieur de constructions aéronautiques, qui avertit : « Je dis bien : point de vue. Il y a beaucoup de points d’interrogation. » Si dans le « cas Cougar » (NDLR : un PAN observé par l’hélicoptère Cougar de la marine chilienne en novembre 2014), l’analyse des données radars et infrarouges de la commission a mis en lumière qu’il s’agissait d’un Airbus A340, dans d’autres cas, le doute reste permis.

Par exemple, les chercheurs n’expliquent toujours pas les accélérations fulgurantes, les rebroussements ou les changements brutaux de trajectoire souvent décrits par les témoins d’ovnis. Ayant écartés l’hypothèse des engins les plus rapides connus, la commission ne se risque pas non à désigner la responsabilité de l’Etat, ou affirmer qu’il pourrait s’agir d’extraterrestres.

En revanche, ces spécialistes relèvent notamment des constatations récurrentes et pour le moins mystérieuses, qui pourraient s’expliquer par des émissions électromagnétiques : l’absence de bruit souvent évoquée, les interférences avec les équipements électroniques, les pertes de mémoire chez certains témoins aussi, ou encore plus étonnant le vieillissement de la végétation sur les lieux.

Un appel à l’intérêt scientifique et au partage des données

« Les hypothèses sur les causes restent ouvertes et nous devons être prudents au vu du faible nombre d’échantillons disponibles« , préviennent les auteurs. « Les progrès viendront de la collecte et du partage de données comme de l’intérêt des scientifiques pour s’attaquer à l’étude de ces phénomènes en les confrontant aux lois et aux théories en étude », conclut le rapport.

« Une partie des réponses se trouvent dans les données du passé« , estime Luc Dini, évoquant le cas jugé « très intéressant » du RB-47, l’avion de l’US Air Force qui a été suivi sur 1300 km par une « grande lumière brillante » émettant des ondes radio en juillet 1957.

« Est-ce qu’ils ont quelque part les archives qui décrivent précisément les signaux qui ont été enregistrés ? Qu’est-ce qui empêche de mettre noir sur blanc les informations sur le signal et son analyse ? » lance Luc Dini au sujet des informations détenues par l’armée ou le renseignement américain. Car Sigma2 attend beaucoup (comme nous tous) du rapport de l’UAP Task Force sur les Ovnis. Reste à savoir s’ils vont vraiment partager leurs données, estime le scientifique.


Le rapport du Pentagone est sorti

26/06/2021

Le rapport tant attendu est sorti. Décevant pour beaucoup, mais fallait il s attendre à autre chose de la part de ceux qui gouvernent ? Le rapport a tout de même indiqué que certains PAN peuvent constituer une menace pour la sécurité des vols et la sécurité nationale, et ils admettent que certains PAN ont été détectés à proximité d’installations militaires ou par des avions qui transportent les systèmes de capteurs les plus avancés du gouvernement des États-Unis. On nous dit également que dans 18 incidents décrits dans 21 rapports, les observateurs ont signalé des schémas de mouvement ou des caractéristiques de vol inhabituels. Les vidéos qui ont été dévoilées au monde entier sont époustouflantes, les pilotes ayant fait ces rapports ne sont ni débiles ni aveugles, alors même si on nous dit circulez il n’y a rien à voir, les faits sont là, sauf pour ceux qui ont des œillères. Pour ma part je pense qu’on a quand même avancé, ils ne pourront pas tout cacher indéfiniment.

Ci dessous un article de NBC News Traduit par le Mufon France

lien vers le rapport US : https://www.dni.gov/index.php/newsroom/reports-publications/reports-publications-2021/item/2223-preliminary-assessment-unidentified-aerial-phenomena?fbclid=IwAR1kfjMaVV954y_rtz-exR-wnVSX2FqeKIXWP95_n8K0AnChF-Yasi9dPtU

Le gouvernement américain ne peut pas expliquer 143 des 144 cas d’ objets volants non identifiés signalés par des avions militaires , selon un rapport de renseignement très attendu publié vendredi.

Ce rapport, publié par le bureau du directeur du renseignement national, était destiné à faire la lumière sur le mystère de ces dizaines d’objets volants, repérés de 2004 à 2021, mais a plutôt déclaré qu’il ne disposait pas de données adéquates pour mettre tous sauf un d’entre eux dans une catégorie.

Ce PAN abréviation de « phénomènes aériens non identifiés », était un gros ballon qui se dégonflait, selon le rapport. « Les autres restent inexpliqués », ajoute le rapport, demandé par le Congrès.

Bien que le rapport indiquait explicitement qu’une activité « inhabituelle » avait été signalée à plusieurs reprises, il n’excluait pas non plus que ces incidents étaient le résultat d’erreurs ou d’« usurpation d’identité ».

« Dans un nombre limité d’incidents, l’OVNI aurait semblé présenter des caractéristiques de vol inhabituelles. Ces observations pourraient être le résultat d’erreurs de capteur, d’usurpation d’identité ou de perception erronée de l’observateur et nécessiter une analyse rigoureuse supplémentaire », indique le rapport.

Le rapport ne mentionne pas les extraterrestres ni même fait vaguement allusion à une explication extraterrestre pour les observations rapportées, mais précise qu’une grande partie des phénomènes peuvent être au-delà des moyens existants dont le gouvernement dispose pour identifier de tels objets.

Un haut responsable du gouvernement américain a déclaré avant la publication du rapport vendredi que « Nous n’avons aucune indication claire qu’il existe une explication non terrestre pour eux, mais nous irons là où les données nous mèneront ».

Le responsable a ajouté : « Nous n’avons aucune donnée indiquant que l’un de ces phénomènes aériens non identifiés fait partie d’un programme de collecte étranger et nous n’avons aucune donnée indiquant une avancée technologique majeure par un adversaire potentiel. »

Le mois dernier, parlant du prochain rapport, des responsables ont déclaré à NBC News que le gouvernement n’avait pas exclu la possibilité que les objets volants vus par les avions militaires américains soient des avions très avancés développés par d’autres pays.

Ces responsables ont également déclaré que les objets ne semblaient pas être la preuve d’une technologie américaine secrète, mais n’ont pas non plus définitivement exclu cela.

Le rapport, cependant, a déclaré que ces « phénomènes aériens non identifiés » représentaient des problèmes de sécurité des vols et des problèmes potentiels de sécurité opérationnelle. Certaines parties du rapport sont restées classifiées.

« Il existe un large éventail de phénomènes que nous observons et qui sont finalement classés dans la catégorie OVNI. Il n’y a pas une seule explication aux OVNIs, c’est plutôt une série de choses », a déclaré vendredi le haut responsable américain.

Le ministère de la Défense a créé le Groupe de travail sur les phénomènes aériens non identifiés en août pour enquêter et « avoir un aperçu » de la « nature et des origines » des objets volants non identifiés. Plus tôt cette année-là, le ministère de la Défense a déclassifié trois vidéos prises par des pilotes de la Marine, une de 2004 et deux de 2015, qui montraient des objets mystérieux volant à grande vitesse dans le ciel.

« Les phénomènes aériens observés dans les vidéos restent caractérisés comme » non identifiés «  », ont déclaré des responsables du Pentagone dans un communiqué à l’époque.

Aucun incident ou vidéo supplémentaire n’a été publié vendredi dans le cadre du rapport.

Selon le rapport, 18 incidents ont été signalés dans lesquels les PAN observés présentaient une sorte de « modèles de mouvement ou de caractéristiques de vol inhabituels », y compris la propulsion ou une autre technologie qui n’était pas évidente et qui pourrait être améliorée. Onze des incidents signalés étaient des quasi-accidents avec des avions militaires, selon le rapport.

« Certains PAN semblaient rester stationnaires dans des vents en altitude, se déplacer contre le vent, manœuvrer brusquement ou se déplacer à une vitesse considérable, sans moyen de propulsion discernable », indique le rapport, décrivant ces incidents. « Dans un petit nombre de cas, les systèmes d’avions militaires ont traité l’énergie radiofréquence (RF) associée aux observations d’UAP », ajoute le rapport.

Le rapport a également indiqué qu' »il y avait un certain regroupement d’observations d’UAP concernant la forme, la taille et, en particulier, la propulsion » et que « les observations d’UAP avaient également tendance à se regrouper autour des terrains d’entraînement et d’essai américains ».

Le rapport, cependant, a conclu que « cela peut résulter d’un biais de collecte en raison d’une attention ciblée, d’un plus grand nombre de capteurs de dernière génération fonctionnant dans ces domaines, des attentes de l’unité et des conseils pour signaler des anomalies ».

Toutes les vidéos des incidents qui ont été publiées jusqu’à présent restent inexpliquées, selon le rapport. Le rapport a noté que la quantité limitée de données anecdotiques, par opposition aux données scientifiques et les incohérences dans les rapports en raison de l’absence d’un système standardisé rendent l’évaluation des ovnis un défi.

« La quantité limitée de rapports de haute qualité sur les phénomènes aériens non identifiés (PAN) entrave notre capacité à tirer des conclusions fermes sur la nature ou l’intention de l’OVNI. Le groupe de travail sur les phénomènes aériens non identifiés (UAPTF) a examiné une gamme d’informations sur les UAP décrites aux États-Unis. rapports militaires et IC (Communauté du renseignement), mais parce que les rapports manquaient de spécificité, ils ont finalement reconnu qu’un processus de rapport unique et personnalisé était nécessaire pour fournir suffisamment de données pour l’analyse des événements UAP », indique le rapport.

« Franchement, nous avons encore un peu de travail à faire pour vraiment évaluer et traiter la menace posée par l’UAP », a déclaré vendredi le haut responsable américain. « Tous les UAP ne sont pas la même chose. »

Le Pentagone, selon le rapport, préférerait s’appuyer sur une approche scientifique et fondée sur les données pour collecter des informations sur l’UAP, plutôt que sur les observations anecdotiques rapportées par les avions militaires.

À cette fin, le bureau du directeur du renseignement national et le Pentagone s’efforcent de créer une nouvelle stratégie de collecte pour normaliser les rapports de données sur les ovnis, selon le rapport. Les agences ont déclaré qu’elles informeraient le Congrès de leurs progrès dans les 90 prochains jours, selon le rapport.

Sourcce Mufon France

https://twitter.com/MufonF

Vous souhaitez adhérer Au Mufon ou les aider, cliquez ici !

Vous pensez avoir vu un OVNI ? Un seul reflexe, cliquez ici !


%d blogueurs aiment cette page :