Le Pentagone admet avoir testé des épaves de crashs d’OVNIS

22/02/2021
IMAGE SOURCE WIKISTRIKE

L’info était parue en 2017 et je l’avais posté sur ce blog (et Sylvain Matisse en parle dans son deuxième ouvrage OANI compléments d’investigation), l’auteur sur les OVNI, Anthony Bragalia, essayait de découvrir la vérité sur la récupération du métal des OVNIS par le gouvernement américain et son stockage dans les locaux d’un milliardaire de l’aérospatiale à Las Vegas. M. Bragalia a demandé des documents en vertu de la Freedom of Information Act (FOIA) des États-Unis après que l’Express ait soulevé des questions au sujet des allées et venues du métal. Il aurait reçu la réponse trois ans plus tard , voir l’article de Wikistrike ci dessous :

(Natural News) Le Pentagone a admis qu’il avait conservé et testé à plusieurs reprises des épaves d’objets volants non identifiés (OVNI) qui s’étaient écrasés.

Une lettre du Freedom of Information Act (FOIA) obtenue par The Sun révèle que le chercheur Anthony Bragalia a écrit à la Defense Intelligence Agency (DIA) pour demander des détails sur le matériel OVNI, à qui il a été révélé que le Pentagone est en possession de nombreux types différents.

« Cela pourrait inclure des débris physiques récupérés par le personnel du Département de la Défense sous forme de résidus, de débris de vol, de matériel de tir ou de matériel écrasé provenant de l’UAPS (phénomène aérien non identifié) ou d’objets volants non identifiés », écrit Bragalia.

La DIA a publié quelque 154 pages de résultats de tests montrant que le gouvernement fédéral a identifié des matériaux uniques dotés de « capacités extraordinaires », notamment la capacité de rendre des choses invisibles ou même de ralentir la vitesse de la lumière.

Le Pentagone détient actuellement un mystérieux métal « à mémoire » appelé Nitinol, par exemple, qui se souvient de sa forme originale une fois plié. Ce n’est là qu’un des nombreux matériaux dont le Pentagone a révélé l’existence dans un « aveu stupéfiant ».

« Le Pentagone a admis détenir et tester des débris anormaux d’OVNI », a déclaré Bragalia au Sun. « Ils ont pu apprendre certaines choses sur les matériaux de construction qui sont extrêmement prometteurs en tant que matériaux futuristes qui changeront nos vies pour toujours. »

Quels sont les autres secrets du Pentagone sur la vie extraterrestre ?

Bragalia a déposé sa première demande en 2017, et il a fallu trois ans à la DIA pour y répondre et la satisfaire. Auparavant, le Pentagone a admis qu’il étudiait les OVNI dans le cadre du programme AATIP (Advanced Aerospace Threat Identification Program).

« L’article mentionnait que des débris anormaux d’OVNI (maintenant appelés UAP) étaient analysés par un entrepreneur privé de la défense », note Bragalia. « Les preuves matérielles telles que les débris d’OVNI ont été au centre de mes recherches. »

« Ma demande au titre de la loi sur la liberté de l’information (FOIA) était très spécifique, visant à obtenir les résultats de tests sur des débris d’OVNI/UAP, et non des matériaux déjà connus de la science », ajoute-t-il.

Selon Bragalia, certains des débris testés par le Pentagone pourraient provenir du tristement célèbre incident de Roswell en 1947, au cours duquel un OVNI s’est écrasé au Nouveau-Mexique.

« L’inclusion de rapports techniques avancés sur le Nitinol est curieuse », dit-il. Le nitinol est un alliage à mémoire de forme qui « se souvient » de sa forme originale lorsqu’il est plié ou écrasé, et qui se reforme sans problème et instantanément.

« Cette caractéristique du métal à mémoire a été rapportée par de nombreux témoins à Roswell. »

Le Pentagone n’a cependant pas indiqué d’où venait le Nitinol. Il a également suggéré dans la lettre que le Nitinol pouvait ou non provenir d’une source « étrangère ».

« Ils omettent des informations sur la composition chimique et élémentaire du matériau ainsi que sur son origine », dit Bragalia.

« Ils ont également omis les noms des scientifiques impliqués, mais j’ai depuis appris certains de leurs noms et je vais les contacter. »

Les tests, selon la lettre postée sur le blog de Bragalia, ont été effectués par Bigelow Aerospace, un entrepreneur privé du ministère de la défense basé à Las Vegas. En mars dernier, l’entreprise a licencié tout son personnel en raison de la crise du coronavirus de Wuhan (COVID-19).

On ignore actuellement où est conservé le matériel OVNI que Bigelow avait en sa possession.

« Tous les anciens membres du personnel m’ont refusé tout véritable commentaire », a déclaré, mystérieusement, Bragalia sur la façon dont les employés licenciés l’ont traité. « Je soupçonne que le matériel a été renvoyé au Pentagone. »

En commentant l’histoire, un lecteur du Sun a spéculé qu’avec la vaste taille de l’univers, il y a sûrement d’autres endroits où la « vie intelligente » existe au-delà de la seule Terre.

« La logique et les probabilités concluent que nous ne sommes pas seuls », a ajouté ce même commentateur.

D’autres informations sont disponibles sur UFOs.news.

Les sources de cet article sont notamment les suivantes :

The-Sun.com

NaturalNews.com

Fr24news.com

Source : Dcclothesline.com

Source


Conférence Ovni Paris sur les OANIS Mardi 23 février à 20H

22/02/2021

Mardi 23 février à 20H

Nouvelle conférence Ovni Paris

Sylvain Matisse fait le point sur les OANIS Avec l’aimable participation de Thierry Larquet.

CETTE CONFÉRENCE SE FERA AVEC LE PROGRAMME ZOOM QUI DOIT ÊTRE INSTALLÉ SUR VOTRE MATÉRIEL. (IL EST GRATUIT POUR VOUS)

SI CE N’EST DÉJÀ FAIT, IL EST DONC PRÉFÉRABLE DE L’INSTALLER UN PEU AVANT LA CONFÉRENCE.

VOICI COMMENT SE CONNECTER :

  1. Soit démarrer Zoom et entrer l’ID de la réunion : 867 8129 8610
  2. Soit entrer l’URL suivante dans votre navigateur :

https://us02web.zoom.us/j/86781298610…

POUR ENTRER EN RÉUNION :

Un code secret est demandé : 908049


<span>%d</span> blogueurs aiment cette page :