Juste une question de temps‏.

photo-3553222-L

Article repris et traduit par par Evalia pour ODH Tv

Au début de cette année, la Force aérienne a réprimé les demandes de la FOIA (Loi à la liberté d’information) pour des enregistrements radar non filtrés concernant le trafic aérien à travers les États-Unis.

Dans sa décision de suspendre des données qui avaient été accessibles pour Dieu sait combien de temps, le commandement de l’armée de l’air a laissé entendre que la libération de certains documents informatisés – dans ce cas, connus sous le nom de En Route Intelligence Tool, ou les données ERIT – exposerait des failles dans la couverture.

Le timing semblait un peu arbitraire, dans la mesure où ces failles présumées avaient été mises à la disposition des fanatiques meurtriers et d’autres espèces de racailles diaboliques pendant plus d’une décennie, après la catastrophe du 9/11.

En y regardant d’un peu plus près, l’histoire plus récente suggère que la répression est entrée en vigueur parce que les chercheurs d’OVNI, qui en 2008 ont rencontré un franc succès dans la reconstruction de l’un des incidents les plus détaillé jamais rapporté, récoltaient légalement des éléments utiles grâce aux sources militaires du 84e Escadron Radar Evaluation (84e RADES) dans l’Utah. De Void voulait un peu plus d’informations et a envoyé cet email à la personne atitrée de l’USAF, Anh Trinh, le 3 Juin:

« Chère Mme Trinh:

« Il a récemment éré porté à mon attention que l’accès aux données radar américaines a été sévèrement restreint. Plus précisément, le transfert des requêtes de la FOIA du RADES 84 à Langley semble susciter un mur de refus. J’ai plusieurs questions que j’aimerais vous poser:

«Pourquoi, si longtemps après les incidents survenus le 9/11, le commandement de l’armée de l’air traite seulement aujourd’hui les données radar dans le domaine public ? Qu’est-il arrivé pour en arriver à ce changement ? Qui a participé à la réévaluation de la politique de données de la FOIA / radar – noms et / ou agences – et quel responsable haut placé du commandement est en charge d’une telle décision ?

Combien de temps a t-il fallu à la FAA (administration fédérale de l’aviation) pour fournir le 84è avec les données de ces contrôles radar , après le 9/11 ? Est-ce que le commandement de l’armée de l’air peut fournir des informations sur le système utilisé pour transférer des données à partir de sites de radar vers le 84 ?

« Dans quelle mesure les autres unités militaires et les organismes gouvernementaux ont accès à la base de données radar du 84è ? En 2013, en quelle proportion le 84e reçoit-il de requêtes de la part de la FOIA, en ce qui concerne les données radar ? Quelles sont les autres unités de l’USAF qui tiennent une base de données similaire mais distincte pour les enregistrements radar? Par exemple, est-ce que le DHS (département de la sécurité intérieure des Etats-Unis) tient une base de données séparée, ou est-elle issue de la 84 ?

« Merci pour votre considération ponctuelle. Je suis un journaliste du Herald Tribune à Sarasota, Floride « .

De Void est toujours en attente d’une réponse. C’est probablement juste une question de temps.

Traduction par Evalia pour ODH Tv

source:

http://devoid.blogs.heraldtribune.com/15009/just-a-matter-of-time/ 

ODH Tv

gif

Mise à jour sylv1 pour Area 51 blog,le: 19/01/2015 à 14h15.

area51blog

Un commentaire pour Juste une question de temps‏.

  1. évhémère dit :

    La Presse US semble vouloir retrouver son indépendance …. et son mordant !…

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :