L’impact des difficultés économiques sur le signalement d’ovnis au pays

Publié le 24 mars 2014 dans Sujets de société

Par Gilles Guénette. Article initialement publié sur Le Québécois Libre.

Récemment, sur le site de Radio-Canada, on apprenait que les signalements d’ovnis dans les espaces aériens canadiens ont presque atteint un record en 2013. Selon l’Ufology Research, un groupe de recherche sur les objets volants non identifiés qui recueille des données sur le sujet, les Canadiens auraient observé 1 180 ovnis l’an dernier, soit trois objets par jour.

C’est un peu moins qu’en 2012, mais c’est tout de même plus qu’à l’habitude, si on se fie aux rapports annuels produits par l’organisme depuis une vingtaine d’années. Selon le directeur de l’Ufology Research, Chris Rutkowski, le fait que des gens aient cru en la fin du monde telle qu’annoncée par le calendrier maya aurait sans doute eu un impact sur le nombre élevé de signalements.

Parmi les raisons évoquées pour expliquer ces signalements, l’organisme basé à Winnipeg mentionne les vols militaires d’entraînement secrets parcourant les régions plus peuplées, l’accès aux technologies nouvelles, telles que les téléphones intelligents permettant de prendre davantage de photos ou de vidéos, et les difficultés économiques.

Hein ?! Les difficultés économiques ?! « Quel est le rapport ? », que vous vous dites. Eh bien les difficultés économiques joueraient un rôle dans le nombre élevé de signalements, « car les personnes ayant du mal à combler leurs fins de mois auraient tendance à regarder le ciel en aide », de dire Chris Rutowski. Ça ne s’invente pas.

Drapeau-QuébecDonc, plus la pauvreté d’une province serait grande, plus les chances d’y voir des ovnis seraient élevées ? Hmm… Si tel était le cas, le Québec ‒ bon dernier dans bien des secteurs de l’économie, traînant une dette des plus importantes au pays et, aux dires de plusieurs, vivant au crochet du Canada grâce à la péréquation ‒ devrait être parmi les provinces où l’on voit le plus de ces objets volants.

Eh bien non ! Selon le rapport de l’Ufology Research, il n’y aurait eu que 86 signalements en sol québécois l’an dernier. Peut-être est-ce comme pour les dons à des organismes de charité, qui ne seraient pas déclarés dans la Belle Province, et que les Québécois ne déclarent pas leurs observations célestes… Toujours est-il qu’avec 86 signalements, le Québec se retrouve en 4e position ‒ après l’Ontario, à 480, la Colombie-Britannique, à 298, et l’Alberta, à 129.

Peut-être pourrions-nous tenter d’améliorer notre position en 2014? Viser la première position ! Mais peut-être ne sommes-nous pas suffisamment sensibilisés collectivement à ce qui se passe au-dessus de nos têtes ? Je vois déjà la pub signée « Québec »: Avez-vous pris le temps de regarder les étoiles cette semaine avec votre ado ? Profitez-en pour lui parler…

Il faut dire que l’état de crises permanent que vit le Québec depuis maintenant des décennies n’aide en rien notre positionnement dans ce palmarès de l’inexpliqué. Les Québécois n’ont tout simplement plus le temps de regarder vers le ciel. En 2013, ils étaient trop occupés à regarder les reprises des audiences de la commission Charbonneau à la télé, à débattre de la Charte des valeurs péquistes dans les chaumières et à se demander si le Canadien de Montréal allait faire les éliminatoires.

Une chose est sûre, le fait que les personnes qui ont du mal à combler leurs fins de mois aient tendance à regarder le ciel en aide n’a visiblement pas d’incidence sur le taux de signalements au Québec. Parce que des Québécois qui éprouvent des difficultés financières, à voir la popularité toujours grandissante des banques alimentaires, ce n’est pas ça qui manque !

À moins que ce soit parce qu’ils ne se tournent plus vers le ciel pour de l’aide… C’est vrai que depuis qu’ils ont remplacé Dieu par l’État, les Québécois ont tendance à se tourner bien plus vers la « Capitale nationale » pour de l’aide. Et ce, pas seulement pour arrondir leurs fins de mois.

Source 

bleue séparation

Mise à jour Area51blog le 24-3-2014 à 20 heures

Bannière

6 commentaires pour L’impact des difficultés économiques sur le signalement d’ovnis au pays

  1. rené dit :

    on a vraiment des rigolos dans ces commentaires.on trouve toujours une expliquation rationelle aux phénomènes ovni.c’est comme les ballons sondes.le fabriquant doit se faire une montagne en or tellement il y en a.voir et observer un ovni c’est un coup de chance qui n’arrivera peut-être qu’une seule fois dans une vie

  2. Et si c’était la crise parce que les objets volants nous volent nos biens, aussi? ^^

  3. rick dit :

    les conditions climatiques ne sont pas tres propice aux observations ici au quebec :S
    j’ai été témoin une fois il ya 20 ans.j’ai tenté d’aller voir de plus pres,mais mon ami du genre peur de rien cet mis a pleurer…
    me supplie de revenir…j’ai rebrousser mon chemin, je regrette toujours mon geste d’avoir reculer.

  4. évhémère dit :

    çà !!!… çà s’appelle faire de l’Ufologie Politique !…. Signe des Temps ?… Le fait que çà nous provienne de la « Belle Province » est sans doute aussi un indice ….

  5. manu dit :

    tres bonne conference .

    Produit par Stéphane Allix et Sébastien Lilli
    Pour aller plus loin : http://www.inrees.com

    Avec la journaliste Leslie Kean, le général Wilfried de Brouwer et l’astronaute Jean-François Clervoy

    En présence du Général de division Wilfried De Brouwer, ancien Chef des opérations à l’Etat-major de l’air belge, et de Jean-François Clervoy, astronaute de l’Agence spatiale européenne, l’INREES vous propose une conférence exceptionnelle avec la journaliste Leslie Kean.

    Si leur origine demeure encore une énigme, les OVNIS n’en sont pas moins une réalité. Des objets volants non identifiés sont en effet observés dans l’atmosphère terrestre par des dizaines de milliers de personnes chaque année. Cette affirmation résulte de décennies d’observations et d’investigations de la part de pilotes, de hauts responsables militaires, et de chercheurs. La journaliste d’investigation Leslie Kean, soutenue dans son enquête par les plus hautes autorités jamais encore impliquées sur le dossier, nous livre ce soir le fruit de 10 ans d’enquête.

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :