Des archéologues ont retrouvé le palais du roi David en Israël

24/07/2013
 Le site de fouilles où ont retrouvés les restes du palais du roi David

Le site de fouilles où ont retrouvés les restes du palais du roi David

Après plusieurs années de fouilles, des archéologues israéliens ont découvert les restes du palais du roi David, datant du Xe siècle avant J-C. Une trouvaille qui apporte de nombreuses réponses sur cette époque décrite dans la Bible.

Les archéologues de l’université Hébraïque et de l’Autorité des Antiquités Israéliennes viennent d’excaver, après 7 ans de fouilles, les restes du palais du roi David dans la cité de Khirbet Qeiyafa, en Israël. Cette ville fortifiée a été identifiée comme la cité de Shaarayim décrite dans la Bible, au Xe siècle avant J-C, à l’époque du roi David, deuxième roi d’Israël.

Les fouilles ont mis en évidence deux bâtiments, l’un étant le palais royal, l’autre un entrepôt servant à stocker les produits des impôts royaux. Les professeurs Yossi Garfinkel et Sa’ar Ganor déclarent dans un communiqué que « Khirbet Qeiyafa est le meilleur exemple en date de l’existence de cités fortifiées sous le règne du roi David. »

 

Une vue aérienne du site archéologique Khirbet Qeiyafa. (Vue du ciel,  photo de l’Université hébraïque et de l’Autorité des Antiquités d’Israël) - Source Image : http://alyaexpress-news.com/

Une vue aérienne du site archéologique Khirbet Qeiyafa. (Vue du ciel, photo de l’Université hébraïque et de l’Autorité des Antiquités d’Israël) – Source Image : http://alyaexpress-news.com/2013/07/les-archeologues-de-jerusalem-nous-avons-trouve-le-palais-du-roi-david-et-la-preuve-de-lexistence-du-royaume-de-yehouda/

Des centaines d’amphores portant le sceau du royaume

 

Le palais devait mesurer près de 1.000 mètres carrés et était entouré d’un mur de 30 mètres de long. Situé au sommet d’une colline et entouré d’une ville où l’on a retrouvé des restes de poteries et d’industrie métallurgique, il offrait une vue idéale sur la Méditerranée à l’ouest et Jérusalem à l’est. « Malheureusement, la majorité des fondations a été détruite 1.400 ans plus tard avec la construction d’une ferme fortifiée par -dessus le site. »

Le deuxième bâtiment révélé mesure 15 mètres de long pour 6 mètres de large, et servait d’entrepôt administratif. Y étaient stockés les impôts sous forme de produits agricoles, collectés dans les villages du royaume. Selon les chercheurs, « des centaines d’amphores portant le sceau officiel du royaume de Judas ont été trouvées ».

 

Le roi David, personnage biblique célèbre pour son combat contre le géant Goliath, a vécu en Israël entre 1040 et 970 avant J-C. On lui attribue de nombreuses qualités : grand guerrier, musicien, poète, prophète. Son mythe et son histoire ont inspiré pendant des siècles de nombreux artistes et écrivains : on peut notamment citer la statue de David par Michel-Ange, chef d’œuvre de la Renaissance.

 

Une « preuve irréfutable de l’existence du royaume »

 

Le règne du roi David a été marqué par une expansion économique importante, de nombreuses constructions et une centralisation administrative. « C’est une preuve irréfutable de l’existence du royaume », soulignent les archéologues. « Khirbet Qeiyafa a probablement été détruite dans une des batailles contre les Philistins aux alentours de 980 avant J-C. Le palais et la cité qui l’entoure nous aideront à mieux comprendre les débuts du royaume de Judas. »

La construction aux alentours de nouveaux quartiers a été annulée suite à la demande conjointe de l’Autorité des Antiquités Israéliennes et de l’Autorité de la Nature et des Parcs. Le site, une fois nettoyé et aménagé, devrait vite attirer de nombreux visiteurs intéressés par la culture et le fonctionnement de cette époque biblique.

 (crédits photo : Orientalizing – Flickr)

Source

 Copyright © Gentside Découvertes

Via WIKISTRIKE

Source Images

gif

Mise à jour Area51blog le 24 juillet 2013 à 12 h 40

Bannière


EGYPTE: PROBABLE DÉCOUVERTE DE MYSTÉRIEUSES PYRAMIDES PERDUES

24/07/2013

Sous des monticules de sable dans le désert égyptien pourrait se cacher un site recelant de mystérieuses pyramides perdues.

Vue du site depuis la rive

Vue du site depuis la rive

 

L’année dernière, l’archéologue américaine Angela Micol a identifié, en utilisant Google Earth, deux zones le long du bassin du Nil. Elles contenaient des monticules de formes inhabituelles.

Au moment de sa découverte, de nombreux chercheurs avaient des doutes quant à savoir si c’était réellement des pyramides perdues.

Micol a fait la découverte à son domicile en Caroline du Nord après avoir étudié les images sur Google Earth depuis une décennie.

Cependant elle affirme que des  caractéristiques énigmatiques ont été découvertes lors d’une expédition préliminaire, révélant des cavités et des puits.

Le site est situé à environ 20 kilomètres de la ville d’Abu Sidhum le long du Nil. Il comprend un grand plateau triangulaire de 189 mètres, soit près de trois fois la taille de la Grande Pyramide de Gizeh.

Si cela est vrai, ce pourrait être la plus grande pyramide jamais découverte.

Le plateau triangulaire de 189m.

Le plateau triangulaire de 189m.

 

Ces formations sont désignées comme des pyramides également sur ​​un certain nombre d’anciennes cartes rares. Les déclarations de Micol ont attiré les critiques d’un certain nombre de services archéologiques et géologiques, sceptique qu’un outil comme Google Earth puisse conduire à une vraie trouvaille. Selon eux, les monticules sont des anomalies inhabituelles ou des formations rocheuses battues par les vents qui sont communs dans le désert.

Les autres monticules plus petits.(254 pieds = 77 mètres, 330 pieds = 100 mètres et 100 pieds = 30 mètres)

Les autres monticules plus petits.(254 pieds = 77 mètres, 330 pieds = 100 mètres et 100 pieds = 30 mètres)

 
 Des temples ou tombeaux près du site.

Des temples ou tombeaux près du site.

 

L’archéologue a également identifié un deuxième groupe de possibles pyramides près de Fayoum Oasis, et trois cartes suggèrent que les quatre monticules cachent des temples ou des tombeaux recelant d’anciens trésors. Une de ces cartes a été préparé par un ingénieur de Napoléon Bonaparte.

Le deuxième site découvert par l'archéologue.

Le deuxième site découvert par l’archéologue.

 

Des collectionneurs passionnés de cartes anciennes, Kamal Medhat El-Kady, ancien ambassadeur du Sultanat d’Oman et son épouse Haidy Farouk Abdel-Hamid, ancienne conseillère à la présidence égyptienne, ont déclaré que les formations identifiées par Micol étaient marquées comme étant des pyramides dans nombre de leurs anciens documents.

Afin de financer l’exploration des deux sites, Micol a créé la Satellite Archaeology Foundation.

Même si de nombreux archéologues sont sceptiques à ce sujet, ce n’est pas la première fois qu’une découvertes archéologique est faite grâce à Google Earth: il, y a deux ans, l’égyptologue américaine Sarah Parcak avait identifié 17 pyramides perdues.

Si la vidéo ne s’affiche pas cliquez ici

Source:

gif

Mise à Jour Area51blog le 24 juillet 2013 à 12 h 15

Bannière


HAARP à l’arrêt depuis mai 2013

24/07/2013
Une vue de Haarp avec ses 180 antennes. La gamme des hautes fréquences que peut émettre cette installation s'étend de 2,75 à 10 MHz. © High Frequency Active Auroral Research Program

Une vue de Haarp avec ses 180 antennes. La gamme des hautes fréquences que peut émettre cette installation s’étend de 2,75 à 10 MHz. © High Frequency Active Auroral Research Program

Le gestionnaire du programme HAARP, le Dr James Keeney à la base de Kirtland Air Force au Nouveau-Mexique, a déclaré à l’ARRL que le centre de recherche ionosphérique dans les régions éloignées de Gakona, Alaska, a été fermé début mai. 

Le programme High Frequency Auroral Research active (HAARP) est l’objet de fascination pour beaucoup de personnes et la cible de théoriciens sur la conspiration de militants anti-gouvernementaux.

Financé conjointement par le Laboratoire de l’US Air Force Research et l’ US Naval Research Laboratory , HAARP est une installation de recherche sur l’ionosphère. Ce qui a beaucoup fait parler, c’est la puissance d’émission de 3,6 MW HF de 3 à 10 MHz. Cette puissance alimente un réseau de 180 antennes à gain en direction de l’ionosphère. Il n’est plus possible d’imputer les humeurs du temps liée à ce programme.

Info ARRL via ED39

Sources : Radio Amateurs France

 Lire aussi 

 

gif

 

 

Mise à jour Area51blogue le 24 juillet 2013 à 11 45

Bannière


%d blogueurs aiment cette page :