LES OVNIS A L’ONU : L’INITIATIVE DE LA GRENADE

source :exocontacts.unblog.fr/

source :exocontacts.unblog.fr/

Article source :exocontacts.unblog.fr/ VIA ufoetparanormal

18 juin 2013

Retour sur un des actes fondateurs de l’Exopolitique dont Sir Eric M. Gairy en fut un des pères spirituels. Il y eut 3 précurseurs français qui tentèrent d’amener le sujet des OVNI sur le terrain politique  : Alfred Nahon, Philippe Schneyder et Me Edouard Bornecque-Winandy, membre de l’Institut international de droit spatial. 

[Sous la forme d’une demande d’inscription à l’ordre du jour de la 32èmesession de l’Assemblée générale de l’ONU, le problème des OVNI a été évoqué à la demande d’ un Etat de l’Archipel des Caraïbes (à la périphérie du Triangle des Bermudes), la Grenade.]

(…)

Cette demande d’inscription a été acceptée. A sa 5ème séance plénière, le 23 septembre 1977, l’Assemblée générale des Nations unies a décidé, sur la recommandation du bureau, d’inscrire la question à son ordre du jour et de la renvoyer à la « Commission politique spéciale »

La Commission politique spéciale a examiné « le point » à ses 35ème, 37èmeet 40ème séances les 28 et 30 novembre et le 6 décembre 1977.

Intervenant devant la Commission, lors de sa séance du 28 novembre 1977, le Premier ministre de Grenade a exprimé l’espoir que le projet de résolution recevra l’appui de la Commission :

« Il y a quelques années, a-t-il reconnu, un texte de cette nature aurait provoqué des ricanements . Aujourd’hui, la situation a changé. Un film consacré à la question des OVNI, intitulé Close Encounters, est projeté aux Etats-Unis ».

Le Premier ministre de la Grenade a déclaré que la délégation est prête à accueillir « toute suggestion constructive » pour l’établissement d’un organisme de recherches sur les OVNI. « Notre démarche, a-t-il fait valoir,  est appuyée par 400 savants, chercheurs et écrivains, qui ont participé cette année à la Conférence sur les OVNI à Acapulco (Mexique) »

Lors de la séance de la Commission politique du 30 novembre 1977, le représentant de Grenade a présente un nouveau projet de résolution sur la question et a annoncé que le projet de résolution antérieur avait été retiré.

 

Projet de résolution A/SPC/32L20

« L’Assemblée générale,

Ayant examiné la question intitulée : Création d’un organisme ou d’un département de l’Organisation des Nations unies chargé d’entreprendre et de coordonner les recherches sur les objets volants non identifiés (OVNI) et les phénomènes connexes, et de diffuser les résultats obtenus.

« Souhaitant favoriser un renforcement de la coopération internationale pour coordonner, évaluer et diffuser des données sur tous les aspects du phénomène des OVNI, dans l’intérêt de l’humanité toute entière.

« Notant que le phénomène des OVNI n’est pas lié à une seule région de la terre, mais que c’est un phénomène universel revêtant un grand intérêt pour l’humanité toute entière.

« Ayant  présent à l’esprit le fait que les peuples du monde entier prennent de plus en plus conscience du phénomène des OVNI.

« Reconnaissant que des pays entreprennent de leur propre chef des recherches sur le phénomène des OVNI et ses implications pour l’humanité, ou manifestent de l’intérêt pour ces recherches.

« Consciente que les efforts déployés pour étudier et comprendre le phénomène des Ovni peuvent avoir sur l’homme une influence profonde.

« Prenant acte de la déclaration faite sur cette question  par le représentant de la Grenade à la 35ème séance de la commission politique spéciale, le 28 novembre 1977, à la 32ème session de l’Assemblée :

 « 1.- Prie le secrétaire général d’examiner la portée et les divers aspects de cette question et d’effectuer une étude du phénomène des OVNI qui serait soumise à l’examen de l’Assemblée générale à sa 33ème session, et qui engloberait :

a)      l’histoire récente et l’état actuel du phénomène des OVNI.

b)      Les résultats d’études, documents et autres renseignements pertinents que pourront fournier les gouvernements des Etats membres, du Comité des utilisations pacifiques de l’espace extra-atmosphérique (CUOPOS), de l’Unesco, de l’Organisation mondiale de la santé (OMS), de l’Agence internationale de l’Energie atomique, du programme des Nations unies pour l’environnement, du Comité de la science et de la technique, et d’autres organismes intergouvernementaux.

c)      Les activités antérieures et actuelles de l’Organisation des Nations Unies, des institutions spécialisées et autres organismes intergouvernementaux relatives à cette question, et les accords internationaux existant au sujet de contacts et de communications éventuels avec des êtres extra-terrestres.

d)      Un exposé des aspects scientifiques, techniques, économiques, juridiques, politiques ou autres de cette question.

e)      Une analyse des avantages, problèmes et dangers qui résulteraient pour l’humanité de contacts éventuels établis, sous quelque forme que ce soit, avec des formes de vie extra-terrestres.

f)       Une indication des moyens pratiques de promouvoir la coopération internationale pour favoriser les recherches sur les OVNI et sur des contacts éventuels avec des formes de vie intelligente étrangère à notre planète, comme il est envisagé dans l’intitulé de la question.

« 2.- Prie en outre le Secrétaire général de transmettre le texte de la présente résolution aux gouvernements des Etats membres.

« 3.- Décide d’inscrire à l’ordre du jour de la 33ème session de l’Assemblée générale la question intitulée : Rapport du Secrétaire général sur l’état actuel des recherches sur les objets volants non identifiés et les phénomènes connexes. »

A la 40ème séance de la commission politique, le 6 décembre 1977, le Président a annoncé qu’il ressortait des consultations tenues avec les représentants des divers groupes régionaux qu’un accord pourrait être réalisé sur les termes d’un projet de recommandation à l’Assemblée générale, qui avait été diffusé aux membres de la Commission sous la forme d’un document de travail.

Le représentant de Grenade a indiqué alors que sa délégation n’insisterait pas pour que le projet de résolution A/SPC/32/L.20 soit mis aux voix,  à la suite de pressions évidentes

Le projet de recommandation a été ensuite adopté par consensus.

M. Friday (Grenade) a tenu à remercier les délégations et, en particulier, la délégation des Etats-Unis, qui ont modifié leur position afin de permettre l’adoption par consensus du projet de recommandation.

La délégation de Grenade est convaincue que, dans un an, lorsque les Etats membres et les institutions spécialisées auront communiquées les données scientifiques et autres informations récentes sur l’état des recherches sur les OVNI , et se seront familiarisés avec les derniers ouvrages en la matière, la communauté internationale sera très désireuse de reprendre et de faire progresser l’examen de cette importante question. En conclusion les nombreuses délégations qui ont manifesté de l’intérêt pour son pays, a dit que c’est souvent dans un petit pays où vit un peuple épris de paix et soucieux de préserver la beauté de son patrimoine naturel que naissent les idées nouvelles qui sont ensuite catapultées dans la conscience mondiale. Il est naturel que la Grenade ait appelé l’attention de la communauté internationale sur le phénomène OVNI. Il se déclare convaincu que l’histoire prouvera que sa délégation a été bien inspirée de présenter le projet de résolution A/SPC/32/L.20.

A sa 101ème séance plénière, le 13 décembre 1977, l’Assemblée générale des Nations unies a adopté par consensus la recommandation de sa commission politique spéciale.

En conséquence :

« 1.- L’Assemblée générale a pris acte des déclarations faites à la Commission politique spéciale par le Premier ministre de Grenade, le 28 novembre 1977, et par le ministre de l’Education de Grenade les 28 et 30 novembre et le 6 décembre 1977.

« 2.- L’Assemblée générale a également examiné le texte du projet de résolution A/SPC/32/L.20 présenté par la Grenade.

« 3.- L’assemblée générale prie le Secrétaire général de transmettre le texte du projet de résolution conjointement avec les déclarations susmentionnées, aux Etats membres de l’Organisation des Nations unies et aux instituions spécialisées intéressées, afin que ceux-ci puissent communiquer leurs vues au Secrétaire général.

«4.- L’Assemblée générale prie également le Secrétaire général de porter leurs réponses à l’attention de tous les Etats membres et des instituions spécialisées intéressées. »

 

Ainsi donc, fin 1977, l’Organisation des Nations unies se saisissait sérieusement – pour la première fois – du plus grand problème de tous les temps.

A chaque session de l’Assemblée générale de l’ONU depuis 1975, la Grenade a évoqué la question des OVNI.

(…)sir-eric-gairy-a-lonu-le-7-octobre-1977-gif

[Lors de la 25ème séance de l’Assemblée générale le 7 octobre 1977,  Son Excellence Sir Eric M. Gairy, ex-Premier ministre et ministre des Affaires extérieures de Grenade s’est exprimé ainsi  à ce propos dans son allocution] :

« En 1975, j’avais mentionné les phénomènes inexplicables qui continuent de défier même les disciplines les plus avancées de la science ; j’avais alors donné en exemple le Triangle des Bermudes, faisant appel aux Nations unies afin que l’on crée une institution ou un département de recherche psychique. En 1976, j’ai élargi la portée de ma préoccupation en incluant les objets volants non identifiés et en lançant un appel aux nations du monde afin que soient mises à la disposition de l’humanité les informations et les autres données sur ce , phénomène unique, encore caché dans les archives nationales. J’ai renouvelé mon appel en faveur de la création d’une institution ou d’un département des Nations unies qui étudieraient ces phénomènes.

« En ces deux occasions, les membres de l’Assemblée générale ont pris note poliment de mes préoccupations, mais en fait, les Nations unies n’ont entrepris aucune action. Entre-temps, j’ai été inondé littéralement de lettres et de communications d’individus, de groupes et d’organisations du monde entier, certains trop modestes pour révéler leur identité, qui expriment l’intérêt prodigieux qu’il prennent aux questions que j’ai soulevées aux Nations unies et me demandent instamment de poursuivre mon initiative afin que les Nations unies s’engagent dans la voie que j’avais suggérée.

« J’ai vu moi-même un OVNI, j’ai été absolument subjugué par ce que j’ai vu. L’intérêt que j’éprouve à l’égard de cette question n’est pas scientifique mais essentiellement politique, puisque je crois fermement que cette Organisation mondiale devrait manifester un intérêt légitime à propos d’un problème qui a attiré l’attention du monde entier, y compris celle des dirigeants de plusieurs pays.

« Cette préoccupation à propos des OVNI et des phénomènes y relatifs a été démontrée plus que largement et a été exprimée lors du 1er Congrès international sur les phénomènes des OVNI, qui a eu lieu à Acapulco au Mexique au début de cette année, et auquel ont assisté plus de400 personnes, y compris certains scientifiques, chercheurs et auteurs de premier ordre dans ce domaine. J’ai d’ailleurs eu le plaisir et le privilège de faire le discours d’ouverture à ce Congrès. Ce groupe a appuyé fermement mes efforts visant à porter ce sujet important à la connaissance officielle des Nations unies ; il a adopté à l’unanimité une résolution à cet effet.

Maintenant les médias manifestent un très vif intérêt à propos des progrès que nous avons faits en portant à l’ordre du jour de cette 32ème session un « point » demandant la création d’une institution ou d’un département consacré à la recherche dans le domaine des phénomènes provoqués par les OVNI.

« Ces médias sont aussi – et c’est compréhensible – remplis d’une vive curiosité à propos des discussions que j’aurais pu avoir avec le Président Jimmy Carter, lors de la visite de 45 minutes que j’ai eu l’honneur et le plaisir de lui rendre à l’occasion de la cérémonie  de signature des Traités sur le canal de Panama.

« La Grenade ne prend pas de position catégorique théorique sur la question des OVNI. Les théories quant à la nature, à l’origine et aux desseins de ces OVNI sont nombreuses, et amplement connues des groupes de recherches civils et gouvernementaux. Indépendamment de la théorie, les groupes de recherche principaux dédient surtout leurs efforts à la réalisation des objectifs principaux qu’ils se sont fixés : l’étude de tous les rapports revêtant une certaine importance, concernant les OVNI, en vue d’en déterminer, dans une optique raisonnable et acceptable, la nature, l’origine et les desseins en vue d’en diffuser les résultats importants auprès du public et des médias ; en vue de travailler en coopération – dans le cadre des Nations unies – afin d’aider à l’établissement d’un système de communications grâce auquel les renseignements importants puissent être échangés rapidement sur le plan international. Les groupes de recherche sont conscients du risque qu’implique à ce stade un jugement prématuré, sachant que l’introduction constante de données sur de nouveaux OVNI, ou simplement un incident dramatique, peut être le point de départ de l’appui à une théorie ou montrer l’évidence que deux théories sont susceptible d’être unifiées.

« Malgré la rédaction du point de l’ordre du jour présenté par la Grenade, nous sommes prêts à adopter une position très souple à ce propos, car nous pensons que ce qui est important dans ce cas n’est pas tant de faire supporter aux Etats membres le poids d’une autre institution, avec toutes les implications de coût, etc.. que cela comporte, mais bien plutôt d’offrir l’occasion de discussions franches sur cette question et d’adopter une résolution afin que ce problème reste à l’ordre du jour de l’Assemblée générale.

« Fortes de l’expérience acquise dans d’autres situations, par exemple lors de l’étude préliminaire ayant abouti à la création de la Commission sur le droit de la mer, de nombreuses nations qui considèrent maintenant que la création d’une institution ou d’un département des Nations unies pour l’étude des OVNI est un objectif trop ambitieux pour être parrainé par la petite Grenade seront peut être portées à donner plus facilement leur appui à un objectif plus modeste : demander qu’un petit comite ad hoc étudie le problème et fasse un rapport à l’Assemblée générale.

« Nombre de très importantes activités des Nations unies ont eu de modestes commencements, ont vu le jour dans de petits comités ad hoc, et je suis persuadé que toutes les nations apporteront leur concours afin de découvrir davantage d’OVNI et de phénomènes de ce genre, contribuant ainsi à la découvertes d’importantes informations scientifiques qui, jusqu’à ce jour,  ont été un mystère pour l’homme. Il est significatif de noter que,  nous a-t-on dit,  deux des superpuissances – celles qui ont mis un programme commun de recherches dans l’Espace – viennent de faire un nouvel effort de coopération pour enquêter sur les problèmes du triangle des Bermudes, ainsi que pour discuter des possibilités de vie dans l’espace extra-atmosphérique, en tenant compte des expériences des astronautes et des cosmonautes. C’est une évolution très significative et, si l’on garde à l’esprit que d’autres pays commencent à s’intéresser officiellement aux OVNI et à faire des déclarations publiques à leur égard, il semble évident que les OVNI, après tout, ne donnent pas tellement matière à plaisanterie… »

[L’Assemblée générale  a donc adopté le 13 décembre 1977 une recommandation de sa commission politique spéciale], priant les Etats membres de communiquer leur vues sur les OVNI au secrétaire général de l’ONU, et demandant à ce dernier de porter leurs réponses à l’attention de tous les Etats membres. Seuls l’Inde et le Luxembourg ont répondu !

Seules, les Seychelles, ont appuyé le projet de résolution présenté par la Grenade !

A la fin du mois de novembre 1978, la Commission politique spéciale de l’Assemblée générale des Nations-Unies s’ést réunie pour envisager la mise en place d’une agence ou d’un département « pour entreprendre, superviser et diffuser les résultats des recherches sur les Ovnis et les phénomènes associés.« 

La Commission avait alors  convié, entre autres,  le Dr. J. Allen Hynek, Le Dr Stanton  Friedman, le Dr. Jacques Vallée, l’astronaute Gordon Cooper.

unitednationsmeeting

L’année suivante, le 8 décembre 1978, l’Assemblée générale des Nations unies a adopté par consensus la décision suivante :

« L’Assemblée générale invite les Etats membres intéressés à prendre les décisions voulues pour coordonner, à l’échelon national,  la recherche scientifique et les enquêtes portant sur la vie extraterrestre, y compris les objets volants non identifiés, et à informer le Secrétaire général des cas observés, de la recherche et de l’évaluation de ces activités. L’Assemblée générale prie le Secrétaire général de transmettre le texte des déclarations de la délégation grenadine et la documentation pertinente au Comité des  utilisations pacifiques de l’espace extra-atmosphérique afin que celui-ci puisse les examiner à sa réunion de 1979.

Le comité des utilisations pacifiques de l’espace extra-atmosphérique autorisera la Grenade, à sa demande, à présenter ses vues au comité lors de sa prochaine session. Les délibérations du comité seront consignées dans le rapport qu’il soumettra à l’Assemblée générale pour examen à sa 34èmesession en 1979. »

(…)

Le 19 octobre 1979, M. Lubos PEREK, en tant que Président de la division des Affaire de l’Espace aux Nations unies , m’a répondu ceci :

New York, le 13 octobre 1979

« Cher Monsieur Nahon,

Votre lettre du 13 octobre 1979 m’a été retransmise par Mme Waldheim-Natural pour réponse.

Sachez que les questions que vous mentionnez, nommément la recherche de la vie extraterrestre et les OVNI, n’ont pas été discutées par le Comité sur les utilisations pacifiques de l’Espace lors de ses sessions de juin et de juillet 1979. La raison en est qu’aucune délégation n’a saisi l’occasion donnée par la 33ème session de l’A.G. de l’ONU »

Ainsi donc, il ne s’est trouvé aucun état, parmi ceux, et ils sont nombreux, qui ont adopté le consensus du 8 décembre 1978, en mesure de respecter son propre vote ! Même la Grenade qui, entre temps, avait changé de gouvernement ! (NDLR : victime d’un coup d’état qui donnera lieu plus tard à l’intervention des américains en 1983)

Aucun Etat, même pas la France, dont le gouvernement a créé pourtant en 1977, un organisme approprié, officiel, rattaché au Centre National d’Etudes Spatiales, le GEPAN, charger de collationner et d’interpréter tous les cas d’observation d’OVNI ou de rencontre du troisième type qui lui sont transmis depuis lors par la Gendarmerie nationale !

Cette situation est d’autant plus incohérente et scandaleuse que le GEPAN a déposé, au début de l’année 1979, sa première étude scientifique, un énorme document en cinq volumes, auquel ont collaboré près de 80 chercheurs (ingénieurs, physiciens, biologistes, météorologistes, psychologues). A quoi sert-il ? Pourquoi le Gouvernement français n’a t-il pas envoyé ce rapport au Comité pour les utilisations pacifiques de l’Espace ? Est-ce parce que la presse française s’est désintéressée des débats de l’ONU sur la recherche de la vie extraterrestre, débats qui ont occupé cependant une partie des 32ème et 33ème sessions ? Il y a là une auto-censure à la fois mystérieuse et transparente.

Comment ne pas juger sévèrement la passivité de M. le secrétaire général de l’ONU qui, en l’occurrence, n’a pas jugé de son devoir de rappeler les Etats membres au leur, comme il le fit en d’autres circonstances ?

(…)

Et pourquoi le Comité de l’Espace de l’ONU n’a t-il pas  souligné cette carence des Etats membres dans son rapport à la 34ème session de l’Assemblée générale de l’ONU ?

Alfred  NAHON

source : archives CNROVNIS – Article repris dans le livre « Les extra-terrestres et les mutations mondiales de l’Ere du Verseau »

lien http://skystars.unblog.fr/2009/08/05/ovni-la-force-de-controle/

Vidéo youtube

Si cette vidéo ne fonctionne pas cliquez ici

Source

gif

Gif animé Aurora http://ufotopsecret.over-blog.com/

Mise à jour Aréa 51 Blog, le : 19/06/2013 à 20h05.

area51blog

6 commentaires pour LES OVNIS A L’ONU : L’INITIATIVE DE LA GRENADE

  1. Biostormy liner dit :

    Rien à changé sur le sujet… Statut quo sur l’omerta mondiale sur le sujet…

    Bio.

  2. denez666 dit :

    euh…que dire de tout ça ? le problème ,c’est qu’on ne sait que ce qu’on veut nous faire croire …au vu des ovnis qui ne sont pas de fabrications exotique.Que peuvent dire les services secrets des états comme les usa qui ont jouer à la rétroingénérie ?…denez

  3. bernard dit :

    Aucune divulgation ne viendra en premier de l’onu. L’onu est a la solde des usa et surtout des lobis petrolier. Seul la pression des masses populaire pourrait faire sauter l’omerta… seulement voila, seul un petit nombre a conscience du phenomene et desir reellement connaitre la verite. Les medias pourraient jouer un grand role dans la connaissance du sujet aupres du public, mais au vu des tres,trop, rares reportages serieux,je crains que bien des annees passent avant une reel avancee.

  4. Georges dit :

    je voudrais connaitre la suite après 1979 ,car depuis il a été dit qu’il y a un bureau qui s’occupe des OVNI, et même une ambassadrice j’ai aussi lu que les USA ont fourni a l’ONU des B2 noir et des hélicoptères noir a la force de l’ONU,vous avez commences dites nous ce qu’il en ai en 2013,car si non ça fait un peut désinformation,il faut la vérité a ce jour. Georges

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :