Argentine: les étranges lumières de La Tapera

12/02/2013

La Tapera Mystery_moonlight

Argentine: les étranges lumières de La Tapera
Gaceta OVNI (Victoria, Argentine) – Hiver 1992
http://www.gacetaovni.com/Tapera.htm

Beaucoup ont affirmé qu’on pouvait voir des lumières étranges  à Estancia San Carlos, dans la région connue sous le nom de La Tapera. C’est pour cette raison que le lieu était souvent fréquenté par les ufologues, même si l’accès n’était  pas autorisé, car il y avait une propriété privée, ne leur laissant pas d’autre choix que d’arrêter le long du côté d’une route rurale menant à Tres Bocas et menant à la route 11, presque en face de La Pepita.

On rencontre également sur ce site des chasseurs de vizcacha – un rongeur assez gros, dont la viande est un mets de choix – étant donné les habitudes nocturnes de l’animal, et qui est facilement immobilisé en braquant un faisceau de lumière dessus. C’est pourquoi les « vizcacheros » emploient de puissants faisceaux de lumière depuis leurs camionnettes pour trouver leurs proies et  les rendre impuissant. Conduire à travers la « estancias » n’est pas autorisée sans permission appropriée, et ces incursions nocturnes sont effectuées avec un permis spécial ou en payant le contremaître à l’avance.

Comme la zone est inégale, certains visiteurs pensent qu’ils ont vu  de mystérieux clignotements venant de sous la terre, mais ceux-ci sont produits par les chasseurs, pas moins. Au printemps 1992 Nous avions convenu d’une rencontre  à La Pepita avec Silvia Pérez Simondini, sa fille Andrea et un groupe d’amis de M. César Bretto, qui  continuait toujours de visiter la région avec les jumelles énormes qu’il avait fixées sur un cadre de bicyclette. Notre groupe était composé de Paco Martinez, Carlos Ingaramo, Jorge Pietrafesa, Daniel Torres, Moche et Pablo Daniel Lopez. Une   le « estancia » (ranch) atteint, Bretto fit une  remarque  sur l’observation d’une lumière étrange quelques jours plus tôt à l’intérieur de San Carlos, et nous avons décidé de passer notre nuit de veille à cet endroit. Fierrito Guzmán et le couple Vaccarini de Paraná se sont joints à nous.

Nous avons garé les voitures le long de la route de campagne après avoir parcouru environ quatre kilomètres avec de grands  fossés emplis de boue , car les pluies récentes avaient inondé une partie de la route. Avant d’arriver, Mme Simondini a renoncé à l’idée de conduire plus loin, craignant de s’embourber. Mais nous avons poussé plus loin, au  total  10 personnes dans trois véhicules.
En plein jour, et à partir du même point où nous nous sommes arrêtés, il était possible de voir une colline lisse sous un horizon plus élevé, qui s’étend sur plusieurs kilomètres. La campagne, à cette époque, était composée de végétation clairsemée,   d’arbustes regroupés et de petits arbres ici et là, et un réservoir d’eau australien avec un moulin à vent à moins de  600 mètres, faisant  face à NNW. Le terrain a un aspect inégal, mais il y a, en fait, des surfaces inégales qui placent le moulin à vent à quelque 10 mètres plus bas que la hauteur de la route de campane. Un peu plus loin  nous pouvions voir les  petits groupes d’arbustes. Il est possible de voir tout cela à la lumière du jour, mais la nuit, la surface ne ressemble à rien de plus qu’une épaisse bande noire. On ne pouvait apercevoir dans le ciel que quelques étoiles avec une lune timide, en permanence masquées par des nuages ​​qui passent.

 tapera
Descendant des véhicules, nous nous sommes approchés de la clôture en fil des champ entre les arbres se trouvant à  cinq à dix mètres de distance les uns des autres. Avant longtemps, nous  aperçûmes  une lumière lointaine violacée,  environ vers l’ouest. Notre première impression suggéra une ampoule ou une lumière de casque, vu de loin, mais son emplacement exact nous était inconnu , car c’était notre première visite sur le site.

Qu’elle provienne ou non d’un autre ranch, la lumière est restée résolument dans la même position alors que certains ont suggéré que ça pourrait être un OVNI. Il n’y avait pas d’autre choix que d’aller chercher la vérité, sans la permission du contremaître ou l’autorisation de qui que ce soit, et au milieu d’une telle obscurité il aurait été  bizarre que  quelqu’un  entende un jours parler de nous à nouveau … ou pas. Afin de pouvoir communiquer, Bretto nous   donna l’une de ses radios portatives, pendant qu’il attendrait le déroulement des évènements à La Pepita, accompagné par le principal témoin de l’affaire Victoria, Ms.Gonzalbez de Basaldúa. Pendant ce temps, Pablo avait une autre radio qui pouvait capter les communications des avions survolant la région, utilisée pour certifier le caractère d’une observation, si celle ci se produisait. Étant donné qu’il y avait des aéroports à proximité, il serait possible de détecter un échange de communications radio, et donc de déterminer si le phénomène était simplement un vol conventionnel.

Malheureusement, l’appareil ne pouvait que recevoir, mais pas transmettre, et pour cette raison il a été décidé de l’employer d’une manière «spéciale» lors de l’expédition. Nous avons décidé qu’il nous fallait  atteindre la lumière violette à tout prix, que nous ne pouvions pas rester dans le doute. Ainsi, nous avons formé deux groupes. L’un devait rester à la base – notre emplacement actuel – et l’autre irait vers le supposé OVNI. Puisque  la communication serait contrôlée par Pablo dans les deux sens, nous avons convenu que le groupe d’exploration emmènerait la radio. La base aurait l’émetteur / récepteur pour conseiller les explorateurs sur  leur position réelle lors de leur progression et pour  corriger l’itinéraire emprunté, si nécessaire. Le second groupe répondrait au moyen d’un ensemble de signaux lumineux préalablement convenus .

C’est ainsi que Pablo Moche, Paco Martinez, Carlos Ingaramo, Fierrito Guzman et Daniel Torres   progresseraient à travers le champ, tandis que Daniel Lopez, Jorge Pietrafesa et Bretto deux compagnons resteraient à la base. Le tout arrangé, le deuxième groupe  progressa avec deux lampes de poche, le caméscope et la radio portative, pénétrant dans le terrain obscur et couvert de boue , complètement inexploré par personne. Ceux qui sont restés à la base suivirent les lampes de poche alors qu’elles s’éloignaient pour  finalement disparaître de la vue. La lumière violette est restée à la même place.

Unité de base: «Nous allons effectuer un test  …  répondez oui si vous pouvez nous entendre. » Cela a été suivi par trois flashs de lumière dirigés vers le ciel – un signe positif.
Le groupe explorateur a progressé sans entrave, restant ensemble et dans la conversation.

Unité de base: «Vous êtes hors direction de la lumière. Corrigez votre parcours légèrement vers la gauche.  » Trois éclairs de lumière de plus ont été observés. Tout allait bien. Quelques minutes s’étaient  écoulées.

Unité de base: «Nous ne pouvons pas vous voir. S’il vous plaît indiquer votre position. « Il n’y eut pas de réponse.

Unité de base: «Si vous nous avez répondu, nous n’avons pas vu vos lampes de poche. Répondez et marquez votre position. « Pas de réponse non plus.

Pendant ce temps, le groupe s’était arrêté pour explorer le moulin -25 minutes plus tard – sur le  terrain boueux pour traverser une série de clôtures de fil après être sortis  dans la mauvaise direction. Carlos a grimpé au sommet de la structure métallique pour trouver la position de la lumière violette, qu’on ne vit plus à partir de ce moment-là.

Puisque  le clair de lune se reflétait sur la surface du réservoir d’eau australien, Carlos supposa que cela aurait pu être la lumière violacée. Une lumière lointaine, sans aucun point de référence et de l’humidité ambiante, peuvent se révéler trompeuses. Ils se reposèrent  après une marche plutôt lente et cahoteuse.

Unité de base: «Nous ne pouvons pas voir vos lampes de poche. S’il vous plaît répondez si vous pouvez nous entendre.  »
La voix de la station de base pouvait être clairement entendu par tous à travers la radio portable de Pablo. Quelqu’un a insista sur le fait qu’il était temps de faire des signaux. Ceux de la base ont purent voir un flash indistinct, un signal de lampe de poche imprécis qui ne constituait pas une réponse définitive.

Unité de base: «Était-ce un oui? »

Le groupe explorateur décida d’aller de l’avant, mais Fierrito Guzmán fut enveloppé par une sensation de peur, et  demanda à tout le monde de revenir sur leurs pas immédiatement, car il avait un mauvais pressentiment. Presque sans l’entendre, les autres membres du groupe se préparèrent à monter. Vu de la route de campagne , une lumière  un peu plus forte que celle d’ une lampe de poche fit  fait une apparition sur la droite – peut-être à quelques centaines de mètres de l’endroit d’où le signal lumineux émanait. Cette lumière, semblable à un phare de voiture, semblait avancer puis s’arrêter, en émettant une sorte de reflet avant de s’immobiliser à nouveau. Ceux de la base supposèrent  que cela pourrait être un véhicule, peut-être un pick-up. «Les chasseurs», pensaient-ils, ou ce qui est pire, ils avaient été repérés par le propriétaire du ranch.

Unité de base: « Il y a une lumière … pouvez-vous le voir? Voyez vous  des gens? S’il vous plaît répondez, oui ou non. « 

Carlos cria au groupe, en leur demandant d’écouter. Une remarque mutuelle fut donnée à propos de l’observation de la station de base, et une certaine confusion s’ensuivit. Du haut du moulin à vent, Carlos pouvait voir quelque chose comme un véhicule. « J’ai vu une lumière que je pensais  provenir d’un pick-up, mais je ne voyais pas d’autre lumière que le blanc. »

De la station de base, les jumelles ne pouvaient capter qu’une source de lumière pas trop lointaine, incapable de distinguer des feux de position, des phares ou encore les grandes lignes d’un véhicule qui situé à plus de 400 mètres au milieu de l’obscurité totale . Essayant d’identifier toute source de lumière, et avec une inquiétude croissante, ils  demandèrent à Carlos de descendre du haut du moulin à vent, calmement dans un premier temps, puis avec plus de force.

Fierrito éclata soudain, demandant que l’expédition soit  interrompue, pour l’amour de Dieu, en disant que c’était dangereux. Un sentiment de malaise inexplicable pénétra dans l’air.

Unité de base: «Nous pouvons voir une lumière. Est-ce que c’est vous ?

La femme qui accompagnait l’unité de base se mit à pleurer inexplicablement avant que le message ne soit terminé. Elle s’appuya contre la camionnette, tenant son visage dans ses mains, en disant que quelque chose de terrible se passait. Selon son mari, elle avait certaines facultés sensibles et pouvait percevoir que quelque chose de très étrange se passait. A la station de base on ne pouvait entendre le moindre bruit  , même pas pour théoriser sur ce qui se passait au loin, dans l’obscurité. On ne pouvait entendre que  l’air frais de la nuit siffler doucement à travers les branches.

Des cris et des insultes furent échangées entre les membres du groupe d’explorateur. Fierrito , tombant au sol, les supplia de ne pas y  aller à cause du danger (?). «Ils peuvent nous faire du mal », dit il.

Carlos – également avec force – appela  au calme, demandant au groupe de prendre des respirations profondes. Puisque rien ne semblait changer, il marcha avec  Torres quelques   150 à 200 mètres plus loin. La camionnette supposée  était là, tranquille. Soudaine et inattendue, la lumière pointa horizontalement sur le sol à grande vitesse, pouvant couvrir 100 mètres en deux ou trois secondes.

« Ils courent. »

La Préoccupation se répandit chez les personnes à la station de base. La femme était inflexible sur ses ressentis.

Unité de base: « Répondez si quelque chose ne va pas … estes vous seuls ? » Une nouvelle lumière s’anima, un orbe plutôt lumineux, suivie d’une autre à gauche, près de la première qui était apparue. Le première revint à sa position initiale. Une, deux, trois lumières étaient maintenant visibles … quand tout à coup les quatre apparurent le long de la même ligne. Les lumières se  déplacèrent de manière chaotique, donnant l’impression que le groupe était séparé par plusieurs centaines de mètres les unes des autres.

La première lumière devint  plus intense. Les explorateurs étaient confus par les appels de l’unité de base: «Qu’est-ce qui se passe? Est-ce que vous êtes là ? S’il vous plaît répondez « – mais ils ne pouvaient rien voir à partir de là. Un flash lampe de poche a été vu depuis le sol. «Ce sont les gars », pensèrent ils. Mais qui a ces lumières? Une, deux, trois, quatre … cinq lumières!

Unité de base: « S’il vous plaît nous dites nous ce qui se passe! Cela devient un spectacle son et lumière! « Mais il n’y eut pas de réponse.
Unité de base: « Répondez par oui ou par non. Pouvez-vous voir les lumières? « Soudain, les lumières ont commencé à disparaître l’une après l’autre après quelques secondes. Le calme est revenu à la station de base, le calme revient dans groupe explorateur. Un peu plus tard, les deux lampes de poche étaient visibles pendant le voyage de retour. Les explorateurs ont atteint la route de campagne se demandant pourquoi on avait fait  tant d’histoires   alors que ni les lumières, ni les camionnettes n’étaient visibles pour eux pendant tout ce temps – la seule lumière provenant de leurs lampes de poche.
Leur deuxième commentaire fut qu’ils n’avaient jamais atteint la lumière pourpre. Nous avons tous regardé par-dessus le grillage afin de déterminer sa véritable position, regardant fixement pendant quelques minutes avant,qu’ elle aussi, ne disparaisse. Il nous a fallu beaucoup de temps pour analyser les faits. Les explorateurs ont juré qu’ils n’avaient rien vu, sauf pour Carlos, en leur faisant croire qu’il était probable qu’il y a eu confusion avec leurs lampes de poche. C’était impossible, selon ceux de la base. Tous les quatre étaient d’accord qu’ils avaient vu cinq lumières au loin, les flash observables des lampes de poche ne pouvaient  pas se comparer aux manifestations étranges.

Alors que nous nous apprêtions  à partir, un camion passa , évidemment armé pour la chasse nocturne, et d’une rangée supérieure de réflecteurs. Aurait-il pu être le coupable? Le sentiment de désespoir ressenti par la femme et Fierrito avait eu lieu en même temps. La raison qui a empêché certains  d’aller plus loin est aussi inexplicable, et la possibilité que la lumière pourpre ait été causée par la lune était également peu probable, étant donné que le réservoir – vu la lumière du jour – avait une position autre que la lumière, qui était vers lagauche. Il n’y avait pas une coïncidence … et aucune explication. En fait, il n’y avait pas une route sûre qu’une camionnette aurait pu suivre, surtout en raison de la position de la clôture de barbelés que les explorateurs avaient traversé.

Les deux réflecteurs et des phares auraient été visibles à l’observation directe, et plus encore aux jumelles puissantes employées par les Vaccarinis. Par conséquent, la thèse de la confusion était peu probable. Ajouter à cela le fait que l’avance rapide et le retrait de la première lumière ne cadrait pas non plus.

Cinq lumières inexpliquées, sans rayons, ont été observée entre le groupe explorateur et le groupe de base, à pas plus de 400 mètres, et vu qu’à partir d’un seul poste. Quelqu’un ou quelque chose a joué avec nous d’une façon mystérieuse.

[Traduction © 2013, S. Corrales, IHU. Un merci spécial à Guillermo Gimenez, Planeta UFO]

Source : Inexplicata

Information envoyée par Gilles Thomas  Traduction Era

Mise à jour par Era pour Area51blog le 12-2-2013 à 13:30

area51blog

 

Publicités

-Les rendez-vous OVNI et les Voitures

12/02/2013
lyoncapitale.fr

lyoncapitale.fr

Lien de georges lecteur assidu de Aréa51 Blog

Article source : infomysteres.com/

Les rendez-vous OVNI – Voiture

Le vendredi 2 janvier 1953, localité de Rauch, Province de Buenos-Aires, Argentine, à 21 h 35. Plusieurs témoins observent un OVNI qui atterrit. Peu de minutes après, une automobile se rend sur les lieux de l’atterrissage ! Quelqu’un avait donc eu connaissance de cet atterrissage, et se dirigea immédiatement à l’endroit en question ! Info de feu François Couten.10 mai 1957, vers 22 h 30, à Beaucourt-sur-l’Ancre, dans la Somme, trois petits êtres à proximité d’un engin. On appris qu’à la veille et l’avant veille de l’observation, certains habitants avaient remarqué les allées et venues insolites d’une 2 CV grise dans la campagne environnante. Véhicule piloté par un homme élégant, vêtu d’un costume pied de poule, et… inconnu au pays ! L’inconnu aurait abandonné la fameuse 2 CV devant une gare de la région. Info de feu François Couten.Le 21 mai 1968, au km 189 de la route allant de Pelotas à Camaqua, État de Rio Grande do Sul, Brésil, deux personnes circulant en voiture, virent un OVNI atterrir. A l’endroit de l’atterrissage, une Volkswagen à l’arrêt. Les deux témoins dirent qu’ils étaient restés sur la forte impression que la Volkswagen attendait l’objet sur le côté de la route, et qu’ils avaient eu le sentiment qu’ils avaient interrompu le rendez-vous !  » Phénomènes Spatiaux  » n° 29, septembre 1971, page 31.le 7 juillet 1971, localité de San Juan de Los Morros, Espagne. Plusieurs témoins virent deux personnages vêtus de noir, arriver à bobord d’une Mustang rouge du dernier modèle, puis monter à bord d’une soucoupe volante !  » Phénomènes Spatiaux  » n° 29, septembre 1971, pages 30 et 31.Voici maintenant une information personnelle. C’était au début de l’éclosion des radios F.M., en 1982-1983. Une animatrice de la radio  » Active F.M. « , Patricia Léhrisson, connaissant ma passion pour l’ufologie, me raconta ceci :Elle connaissait un inspecteur de Police du Commissariat de Champigny, ami avec elle, qui lui révéla cette info : La police était informée, qu’à cette époque (1981-1983), une haute personnalité politique avait été témoin d’un atterrissage d’un OVNI… près d’une voiture Volkswagen de couleur bleue à l’arrêt, dans le secteur de Melun (en Seine et Marne). À rapprocher avec la… Volkswagen du Brésil ! ! !Melun est tout proche de la mystérieuse Forêt de Fontainebleau, lieu privilégié d’apparitions d’OVNI, et du centre Radio-Électrique de Sainte-Assise, autre lieu privilégié des OVNI !Une information m’était parvenue comme quoi un C.R.S., Mr Renoir, avait fait la connaissance  » d’une mystérieuse femme en noir « , à Barbizas, localité toute proche de… la Forêt de Fontainebleau !Au bout de quelques mois, ce C.R.S. avait cessé de la fréquenter, car épouvanté par ses découvertes !

Cette  » femme en noir « , vêtue de noir, cheveux bruns, ne s’alimentait pas, et ne buvait pas non plus. En présence d’un témoin, le C.R.S. l’avait vu aussi se  » dématérialiser  » ! Sexuellement parlant, elle était de même constitution que nos femmes ! Ce C.R.S. est maintenant dans une caserne, à Marseille. Nos amis du CERPA doivent vérifier cette info, pour confirmer l’authenticité de cette affaire…
Pierre Monnet fut contacté par des extraterrestres pour la première fois, par une nuit de juillet 1951, au bord de la N 7, qui traverse le village de Courthezon et relie la ville d’Orange où devait se rendre Pierre Monnet qui y habite…En juin 1974, un samedi matin, vers 10 h, à la station-service située en pleine ville, Pierre Monnet vit deux extraterrestres du même genre que ceux de 1951, faisant le plein d’une Renault 16 neuve, reluisante, gris métallisé, immatriculée en  » WW  » ! Pages 85 à 89,  » Les Extraterrestres m’ont dit…  » par Pierre Monnet, Éditions Alain Lefeuvre, 1978.Le 10 avril 1952, près de Nîmes (Gard), Rose C., rencontre trois extraterrestres et un… ancien instituteur qui était avec eux ! Il avait lui-même fait une rencontre du 3ème type, 20 ans plus tôt ; étant pour ainsi dire seul au monde, il avait accepté l’invitation de ces extraterrestres. Ils vivait depuis avec eux ! Voir la révélation de cet instituteur. Il expliqua à Rose que la Terre avait été aménagée à l’intention de ses habitants par ces extraterrestres, qui avaient même apporté sur place son satellite réputé naturel, la Lune ! ! !Voir  » Rencontre avec les Extraterrestres « , par Rose C., Éditions Du Rocher, 1979.

Le même ufologue cité plus haut, m’a révélé qu’il connaissait un cas de rendez-vous  » OVNI – voiture « , où c’était un officier militaire qui avait assisté à un tel rendez-vous !Citation du livre de Serge Hutin,  » Gouvernants invisibles et sociétés secrètes  » , éditions J’ai Lu, 1971, pages 91 & 92 :  » Voici une bien étrange histoire qu’on nous a racontée et qui se déroula en 1967, dans la vieille cité romane de Tournus. Un brave homme de la ville conçut le projet d’explorer un dédale de souterrains dont l’un des accès débouchait justement dans sa cave. Il ne parla de son idée à personne, ni femme, ni parents, ni amis. Il possédait déjà de longue date un matériel entreposé chez lui, et on ne le vit donc pas en ville acheter ou transporter l’équipement de mineur qui lui était nécessaire. Matériellement, personne ne pouvait être au courant de son projet d’exploration souterraine, dont aucune trace n’aurait pu apparaître à la surface du sol. Or, la veille même du jour où il avait décidé d’entreprendre l’exploration du souterrain, il reçut la visite d’un personnage qui se présenta à lui en tant que haut fonctionnaire du ministère des Beaux-Arts et le menaça de poursuites judiciaires immédiates s’il donnait suite à son projet de fouille clandestine.On peut se poser deux questions :
D’abord, par quel truchement le ministère des Beaux-Arts avait-il pu être informé de ce projet de fouille que personne ne connaissait.
Ensuite, comment cette intervention ministérielle put-elle être si foudroyante, préventive même, puisque, dans les cas les plus rapides d’intervention contre les imprudents ou des vandales, il faut toujours compter un délai nécessaire pour mettre en branle le lourd mécanisme administratif ?
Il faudrait admettre alors, peut-être, qu’il existe en France des lieux jalousement gardés, placés sous la sauvegarde de forces magiques, où intervient l’action de moyens paranormaux.  » fin de citation.

Autre citation du même livre, Page 310 :  » L’auteur américain de science-fiction Philip José Farmer a écrit un excellent et très étrange roman,  » L’univers à l’envers « , dont la clé est celle-ci : des puissances suprahumaines régissent, tout au sommet de la pyramide des gouvernants visibles et invisibles, l’évolution de tous les systèmes stellaires et planétaires et de tous les êtres qui y vivent, hommes compris. S’il en était ainsi, le point de vue humain si limité serait aussi inapte à saisir les lignes d’ensemble des cycles stellaires et planétaires que, pour hasarder cette métaphore, une cellule de nôtre organisme est incapable de comprendre l’ensemble structuré qu’il forme. « , fin de citation du livre de Serge Hutin.


     -Le parc automobile des visiteurs

Il semble bien que les visiteurs utilisent une gamme diversifiée de véhicules : années 60 et 70, utilisation de Cadillac, Plymouth, limousines noires aux USA, ainsi qu’une Mustang blanche.Fin des années 60, une Volkswagen au Brésil.
Années 70, une Mustang rouge en Espagne, dernier modèle.
Années 50, une 2 CV en France.
Années 70, une R 16, France, neuve.
Années 80, une Volkswagen bleue en France, près de Melun.
Fin des années 70, une voiture de sport  » futuriste « , Pays de Galles.
Jean-Claude Pantel a été transporté par les  » Visiteurs « , dans une SM Masérati verte !


-Infrastructure et soutien logistique

Les visiteurs clandestins sont très bien organisés, et disposent de soutiens dans nos sociétés, pour vaquer à leurs opérations. Voir les infos de feu François Couten.

separation

Liens externes:

W

La région lyonnaise visitée par des OVNI ?

séparation jet

Mise  à jour Aréa 51Blog, 12/02/2013 à : 22h00.

area51blog


(Inde) – 24 Janvier 2013 – Ovni au-desssus de Jamnagar‏

12/02/2013

raffinerie

Article source: banniere odhtv

Nous remercions Tanit du forum Véritas Europe  pour l’information.

Un soir, il y a un peu plus de quinze jours, un mystérieux objet lumineux est apparu sans crier gare dans le ciel sombre au-dessus de la raffinerie de pétrole à Jamnagar, Gujarat. Il a survolé le complexe avant de disparaître tout aussi soudainement qu’il était apparue.

Trois jours plus tard, l’objet est revenu, cette fois un peu après l’aube. Cette fois, les caméras de la raffinerie de Reliance Industries Ltd ont réussi à prendre quelques photos de l’objet. Il était lumineux et sphérique.
EFI a rapporté les observations au gouvernement, ainsi que les photos. L’Armée de l’Air, de la Marine et la Garde côtière ont été mis en état d’alerte, et le ministère de la Défense a renforce la sécurité de la raffinerie, selon ces sources.
Les incidents sont gardés secret. Il n’y a pas encore de certitude sur ce que l’objet aurait pu être. La raffinerie est située dans le golfe de Kutch, près de la frontière avec le Pakistan, et elle a longtemps été considérée comme une cible potentielle pour une attaque terroriste par voie aérienne et maritime.

En Avril 2012, l’Intelligence Bureau avait émis une alerte disant que les raffineries de pétrole sur la côte ouest étaient sous la menace de la Lashkar-e-Toiba. L’alerte a spécifiquement mentionné des cibles, dont le complexe de la raffinerie RIL.

Le 30 Janvier, le directeur général de l’EFI PMS Prasad a écrit au ministre du Pétrole M Moily Veerappa, décrivant les observations.

« Le 24 Janvier 2013 vers 20:30, un objet non identifié lumineux, perçus comme étant de la taille d’un ballon de volley, a été vu planant au-dessus de la raffinerie. Il a été vu faire quatre fois le tour avant de disparaître, » Prasad écrit.
« Il aurait pu être traitée comme un événement ponctuel, mais le matin du 27 Janvier on a encore vu le même phénomène entre 6h30 et 7h00. Des caméras installées dans le processus de raffinage ont pris quelques images.« 

Source
http://www.indianexpress.com/news/alarm-bells-after-ufo-appears-over-jamnagar-refinery/1071725/0

separation

Mise à jour sylv1, Aréa 51 Blog, le : 12/02/2013 à: 10h40.

area51blog


%d blogueurs aiment cette page :