le KGB livre les secrets des O.V.N.I »

17/01/2013

79097070kgb-jpg

Article source: secret ovni

L’ARTICLE DE FEVRIER 2003 DANS LA « KOSOMOLSKAIA PRAVDA »:

L’article suivant est paru dans la Komsomoslskaia Pravda, et sur leur site web en http://www.kp.ru/daily/22966/1452/ le 4 Février 2003.

La Komsomolskaia Pravda avait été le journal officiel des Jeunesses Communistes de l’URSS et a gardé un ton dépourvu de badinage après la dissolution de l’URSS et la formation de la République Russe.

Le KGB livre les secrets des OVNIS

La « Komsomslkaia » a réussi à prendre connaissance du contenu du fameux « paquet bleu foncé du KGB, » où se trouvent les comptes rendus sensationnels des visites de la Terre par des objets volants non identifiés.

Le 24 octobre 1991 le président de ce temps-là de l’Union des Associations Ufologiques a adressé au pilote et cosmonaute de l’URSS, Pavel Popovitch, le « Blue Book du KGB. » Au paquet était jointe la lettre d’accompagnement suivante:

« Le Comité de la Sécurité d’Etat de l’URSS, 24.10.91, ref. No 1953/III, au camarade Pavel Popovitch.

Cher Pavel Popovitch,

Le comité de la sécurité d’Etat ne s’occupe pas de la collecte systématique et de l’analyse de l’information sur les phénomènes anormaux (les soi-disants objets volants non identifiés). D’autre part arrivent au KGB de l’URSS des informations provenant d’organisations diverses et de citoyens sur les cas d’observation de tels phénomènes. Nous vous faisons parvenir les copies des documents correspondant.

Le vice-président du Comité, N. A. Sham.« 

Et ensuite – 124 pages de texte typographié: des rapports, des notices explicatives, des exposés. Leurs auteurs – essentiellement du personnel militaire. De sorte que l’on ne peut pas parler de mystifications ou d’inventions. Et qui aurait osé se mettre à plaisanter avec la puissante Loubianka

La plupart des documents de ce « Blue Book » voient ici pour la première fois le jour dans la « Komsomolskaia Pravda. »

Le disque énigmatique avec sa demi-sphère « photographiait » les stocks de missiles:

Cet incident a eu lieu le 28 juillet 1989 dans la Deuxième Région militaire (c’est à dire, à 45 et 30 kilomètres à l’ouest et à l’est de la ville de Kapustin Jar dans la région d’Astrakhan). De nombreuses parties des documents sont censurées à l’encre noire, mais il reste les logos de la sécurité opérationnelle: un de ceux-ci – le « centre de transfert, » le deuxième – la « base de liquidation » (selon toute la probabilité, les parties de tête des fusées balistiques avec une charge nucléaire.)

Dans le rapport opérationnel du KGB:

« Je rapporte que dans la période commençant à 22 heures 10 minutes le 28 juillet 1989 et avant 1 heure 30 minutes le 29 juillet 1989 les militaires (ici et à partir de maintenant nous mettrons […] là où dans l’original le texte est censuré) MO URSS v/ch […], Kapustin Jar dans la région d’Astrakhan a été observée par des objets volants non identifiés. Les militaires du centre de transfert ont observé en même temps trois objets à une distance de 3 – 5 km. Les militaires de la station de liquidation, qui se trouve de PDRTS à une distance de près de 15 km, ont vu l’OVNI dès 23 heures 30 minutes jusqu’à 1 heure 30 minutes à une distance de quelques km et jusqu’à 300 mètres.« 

Les dépositions des témoins coïncident. L’OVNI avait l’aspect d’un disque d’un diamètre de 4 – 5 mètres avec un dôme sur le dessus. Il brillait vivement, bougeait très brusquement, mais sans bruit, parfois en tombant et en restant au-dessus du sol à la hauteur de 20 – 60 mètres. Par le commandement […] Était provoqué de la partie de armée […] un avion de chasse, mais on ne réussit pas à examiner en détail l’OVNI, puisque celui-là ne laissait pas l’avion l’approcher à une distance proche, s’éloignant de lui.« 

D’autres rapports de militaires voyant ces OVNIS suivent dans « le paquet bleu. »

« Moi, enseigne Voloshin Valery Nikolaévitch, rapporte que à 23:20 le 28 Juillet, alors que j’assirais le remplacement de l’employé du service de liaison, j’ai reçu l’information sur ce que au-dessus de V/CH […] Pendant plus d’une heure l’objet incompréhensible que le capitaine Chernikov a appelé « l’assiette volante » était stationnaire. Environ à 23.30 avec le soldat D.N. Tishchaevym je suis allé sur la première section de la tour de l’antenne, à 6 mètres au-dessus de la terre. De la partie […] Un certain objet volait de notre côté. Tishchaev a confirmé qu’il le voyait.

« On voyait distinctement le signal scintillant puissant rappelant un flash d’appareil photo dans le ciel nocturne. L’objet a volé au-dessus de l’entrepôt auxiliaire (à environ 5 km du lieu de l’observation) et s’est dirigé vers les stocks de l’armement des fusées (à environ 300 mètres du lieu de l’observation). Étant venu vers les stocks d’armement, l’objet a plané au-dessus de ceux-ci, puis est tombé jusqu’à une hauteur d’environ 20 mètres. Les éclats qu’il émettait étaient apériodiques, comme si il était en train de prendre des photos. On voyait sa silhouette dans le ciel de nuit, et tout son corps émettait une faible lumière verte – semblable à la luminescence du phosphore dans l’obscurité.« 

L’objet avait l’apparence d’un disque avec un dôme sur sa partie supérieure. Le diamètre du disque était environ 4 – 5 mètres. Après que l’objet soit tombé au-dessus des stocks d’armes, de cet endroit, d’où partait le flash, un rayon de lumière vive éclairait le sol, parcourant un cercle, ayant arraché le bord d’une des constructions. J’observais deux – trois spires du rayon, qui était distinctement vu sur le fond du ciel et partait de l’objet, cependant je n’ai pas remarqué de tache lumineuse sur les constructions et au sol.« 

Le rayon bougeait quelques secondes, ensuite a disparu, et l’objet, en continuant scintiller, s’est écarté vers vers un secteur habité. Après cela il a plané au-dessus au-dessus d’une ferme auxiliaire, traversant la base par zh/d, et une usine de béton. Ensuite l’objet est rerevenu de nouveau vers les stocks d’armes et a plané au-dessus de ceux-ci à une hauteur d’environ 60 – 70 mètres. A 01:30 il a volé au loin. Il a été caché à notre vue à Ahtubinska. Les déplacements de l’objet étaient non uniformes: parfois rapide latéralement ou verticalement, parfois harmonieusement avec des sautes.« 

Et l’extrait du rapport du soldat Tishchaeva Dmitry Nikolaevicha, qui observait l’OVNI avec des jumelles avec l’enseigne Voloshinym:

« L’objet ne faisait aucun bruit. Une fois qu’il était devenu lumineux, c’était quelque chose comme une lampe convexe, et de petites lumière sur tout le côté. »

Le lieutenant principal Klimenko écrit dans le rapport que « l’objet émettait des éclats de lumière semblables à ceux de la soudure à l’arc.« 

Le témoin ordinaire le Courlis:

« L’objet lumineux avait la forme d’un cigare. S’étant éloigné sur une distance considérable, il s’est arrêté, et de la terre vers lui a commencé à s’élever un globe de feu, qu’il était difficile de regarder à cause de sa lumière éblouissante. Ensuite le globe est descendu, mais l’objet a commencé à bouger vers le sud-ouest, en scintillant en diverses couleurs. Le plus intéressant était quand il s’est jeté vers nous. Son approche se faisait sentir même physiquement, parce que sa vitesse était immense, mais ensuite il s’est arrêté net. Le globe de feu au sud tentait de s’élever à nouveau de la terre, mais il ne s’est pas élevé. »

Ainsi, il y avait déjà deux OVNIS présent. Le premier, qui volait au-dessus des zones militaires secrètes, et le deuxième, « au sud », qui « voulait s’élever, mais ne le pouvait pas« …

(A suivre.)

DE PREMIERE MAIN:

Le pilote – cosmonaute, deux fois Héros de l’Union Soviétique, le général – commandant d’aviation Pavel Popovitch: « J’ai vu un OVNI seulement une fois.« 

« Je me rappelle cette histoire. J’ai envoyé une demande au KGB, je n’ai d’abord pas reçu de réponse, elle est venue beaucoup plus tard. A cette époque-là j’étais le président de l’Union des Associations d’Ufologie, mais après quatre années je m’en suis retiré. Le temps ne suffisait pas, et je n’aimait pas les chamailleries qui commençaient entre ufologues.« 

« J’ai vu un OVNI seulement une fois. C’était dans un avion qui volait de Moscou à Washington. Soudain dans notre champ de vision il y avait un triangle brillant. Il a volé à côté de notre avion un certain temps à la vitesse près de 1000 kilomètres par heure, et ensuite sans le moindre effort il est parti en avant et a disparu.« 

DERNIERE MINUTE

L’OVNI au-dessus de Khabarovsk rejetait une flamme

L’entrepreneur Yury Malyarchuk n’envisageait pas du tout de filmer un objet énigmatique avec sa caméra vidéo, mais sa belle-mère aimée, qui était venu à Khabarovsk pour son anniversaire. Il a mené la famille dans la rue, les a placé avec l’église dans le fond, a pointé sa caméra – et soudain son fils a crié:

« Regardez! L’avion tombe!… »

Pendant 18 secondes la famille Maljarchukov a observé, comment dans le ciel au-dessus du dôme de l’église, volait une sphère argentée, de laquelle jaillisait deux langues de flamme. Le vol était absolument silencieux, n’a pas eu de variations ni dans sa trajectoire ni dans son angle de descente comme les corps céleste. L’objet est descendu sous un angle d’environ 30 degrés, jusqu’à ce qu’il soit caché par les arbres au bord de l’Amour.

L’entrepreneur Youry Marchenko, physicien de formation, a montré l’enregistrement vidéo à des collègues – trois docteurs es sciences physiques. Ils sont restés dans l’opinion qu’il est impossible de truquer l’effet optique de ce phénomène.

4 Février 2003
Elena ASTAFUROVA.

62775511kgb2-jpg

separation

Lien externe: 

Un Crash OVNI a eu lieu à Dalnegorsk en Russie le 29 Janvier 1986

Mise à jour Sylv1 pour Aréa 51 blog, le 17/01/2013, 06h45.

area51blog


Engins hypersoniques : la compétition continue

17/01/2013
16.01.2013, 19:06, heure de Moscou

Engins hypersoniques : la compétition continue

© Collage : La Voix de la Russie

Ilia Kramnik, Rédaction en ligne

la voix de la russie

Article et image source:french.ruvr.ru

En été 2013 le ministère de la Défense de Russie entamera les essais du missile hypersonique le plus récent ayant une vitesse de quelque 6 000 km/h. Il est notoire que les études relatives au matériel hypersonique sont actuellement menées en Russie sur plusieurs axes et il est difficile de prévoir lequel d’entre eux sera prioritaire.

En nommant les choses par leur nom, en Russie et aux Etats-Unis ces programmes poursuivent le même objectif fixé dès à l’aube du développement des engins hypersoniques : construire un moyen de destruction guidé alternatif au missile balistique intercontinental.

Le premier projet de ce type dans notre pays a été le système aérospatial Spiral. Il s’agissait d’un avion orbital qui devait décoller à une altitude de 28-30 kilomètres depuis un lanceur hypersonique. La vitesse de Spiral devait être six fois supérieure à celle du son (quelque 7 000 km/h). Cependant Spiral créé en réponse au projet américain X-20 Dyna Soar n’a pas volé tout comme l’engin américain.

30 ans plus tard, le 28 novembre 1991, le premier vol du projet Kholod a été effectué sur le polygone de Sary-Chagan. L’engin a été construit sur la base du missile sol-air 5V28 du système S-200, déjà périmé. Le choix du missile tenait à ses caractéristiques ainsi qu’au fait qu’à l’époque les systèmes S-200 étaient intensément remplacés dans l’armée par le système nouveau, S-300.

L’élément majeur du projet Kholod était un superstratoréacteur ayant permis d’atteindre les Mach 3,5-6,5 à des altitudes entre 15 et 35 kilomètres. Entre 1991 et 1998 plusieurs vols réussis ont été effectués et la vitesse de 1 900 m/s (Mach 6,5) a été atteinte. Les essais ont été cependant arrêtés à cause d’une grave crise financière de 1998.

A l’heure actuelle, le problème majeur est de créer un propulseur capable de communiquer à l’engin une telle vitesse. Ces problèmes ne concernent pas les blocs de combat manoeuvrables des missiles intercontinentaux : la vitesse voulue leur étant communiquée par le lanceur. A présent il consiste à créer une navette capable de voler avec une vitesse hypersonique.

Le problème est notamment résolu aux Etats-Unis où les essais de l’engin X-37 ont débuté en 2010. A présent l’appareil effectue son troisième vol orbital commencé en décembre 2012 qui durera plusieurs mois. En théorie, les essais doivent aboutir à la construction d’un engin hypersonique porteur d’arme capable de manœuvrer en orbite, d’entrer dans l’atmosphère pour porter un coup sur une cible dans n’importe quel point du globe. Mais pour ce faire il faut résoudre une multitude de problèmes depuis la construction de l’appareil jusqu’aux systèmes de navigation et de communication. Les méthodes traditionnelles de communication et navigation radio n’étant pas applicables pour les vols dans l’atmosphère avec des vitesses hypersoniques.

Comme il a été déjà dit, en Russie les études hypersoniques sont menées dans plusieurs directions. Les succès les plus notables ont été enregistrés dans le domaine des blocs manoeuvrables susmentionnés. De tels blocs, plus lourds et plus grands que les blocs ordinaires, sont à même de réaliser des manouvres dans l’atmosphère. Cela exclut pratiquement leur interception par les moyens de défense antimissile existants et avancés.

Au cours de ces prochaines années un missile hypersonique, le système mer-mer Tsirkon, doit être créé pour la marine de guerre. Il doit servir de base pour le missile hypersonique développé de concert par la Russie et l’Inde sur la base du missile BrahMos pour les forces aériennes. La vitesse de ce missile doit dépasser Mach 10.

Mise à jour, sylv1 pour Aréa 51 blog, le 17/01/2013, 05h45.

area51blog


%d blogueurs aiment cette page :