986 OVNIS OBSERVES AU CANADA EN 2011

20/11/2012

986 OVNIS OBSERVES AU CANADA EN 2011 dans ACTUALITES

Source:http://skystars.unblog.fr/

Selon un rapport d’Ufology Research, le nombre d’observations d’objets volants non identifiés a frôlé des records en 2011. Un chiffre qui invite à approfondir les recherches.

En 2011, 986 OVNI ont été observés. Ufology Research a enregistré 406 cas rien qu’en Ontario et 81 au Manitoba.

L’intégralité du rapport est disponible ici.

«Chaque année, on recense de plus en plus d’OVNI en Ontario. Dans les rapports précédents, les observations se concentraient surtout dans l’ouest du pays», a expliqué mardi à Winnipeg Chris Rutkowski, directeur de recherche du groupe national d’ovniologie.

Le record absolu au Canada a été atteint en 2008, avec 1 004 observations.

Sur tous les cas signalés, 11 pour cent sont demeurés inexpliqués et aucun n’a été associé à un contact extraterrestre.

«Contrairement aux idées reçues, il n’existe aucune preuve irréfutable que certaines observations d’OVNI sont liées à un contact extraterrestre», souligne l’étude.

De l’avis des chercheurs, une grande partie des observations inexpliquées nécessiterait une enquête plus poussée de la part des scientifiques, tant dans le domaine social et médical que physique.

«Les résultats de l’étude montrent que de nombreuses personnes continuent de signaler des objets inhabituels dans le ciel, parfois sans explication évidente. Les témoignages proviennent souvent de pilotes, policiers et personnes dont le jugement et les capacités d’observation ne peuvent être raisonnablement mis en doute», conclut l’étude.

L’agence QMI rapporte que selon l’étude, plus de la moitié des OVNI observés sont de simples lueurs dans le ciel. D’autres sont des sources lumineuses ou boomerangs.

Un phénomène intéressant s’est produit le 12 décembre au sud de Winnipeg:

«Un objet gris et brillant en forme de disque a été vu en suspension sous les nuages, près de Morris, explique Chris Rutkowski. Il n’a pas été possible d’avoir une idée approximative de sa taille. Il est resté visible sous la couverture nuageuse pendant une minute et demie, juste avant de disparaître.»

À St. Catherines en février dernier, un homme a signalé un objet de la taille d’un pamplemousse planant autour d’un poteau électrique avant de s’envoler dans sa direction. L’objet l’a manqué de deux mètres, avant de disparaître.

(Moins de 2 pour cent des observations d’OVNI sont des «rencontres rapprochées» telles que celle décrite ci-dessus.)

Selon l’étude, près d’un Canadien sur 10 aurait déjà vu un OVNI. À vosjumelles!

Par Nadine Bells,

source : http://fr-ca.actualites.yahoo.com/blogues/sur-le-radar/986-ovni-observes-au-canada-en-2011.html


Dossier:Phénomènes aérospatiaux inexpliqués :la Commission 3AF-PAN relève le défi.

20/11/2012

Extrait du document  au format PDF ci-dessous

NEXUS n°59
novembre-décembre 2008

Une société savante réunissant le top du secteur aérospatial civil et militaire français depuis un quart de siècle, l’Association Astronautique et Aéronautique de France (3AF), organisait le 1er octobre dernier dans les prestigieux salons de l’Aéroclub de France à Paris, une conférence de presse annonçant le lancement en son sein d’une commission dédiée à l’étude des phénomènes aérospatiaux non expliqués (3AFPAN). NEXUS était convié.

Source document: http://skystars.unblog.fr/

Cliquez sur l’image PDF pour lire ce document 


Météorite de Lafayette : il y a eu de l’eau chaude sur Mars

20/11/2012

Article source:http://www.ufologie-paranormal.org/

La météorite Lafayette est l’une des rares roches martiennes tombées sur Terre. De nouvelles études conduisent à penser qu’elle a été en interaction avec une saumure hydrothermale dont la température pouvait atteindre 150 °C, probablement aux abords d’un cratère d’impact il y a 700 millions d’années.

On ne sait pas très bien comment la météorite dite de Lafayette, dans l’Indiana, s’est retrouvée dans une collection de roches de l’université de Purdue. Elle a été identifiée comme une roche extraterrestre en 1931, puis comme une représentante d’un groupe de météorites rares connues sous le nom de nakhlites, en référence à celle tombée en Égypte à Nakhla en 1911. Ces météorites ont été arrachées à la surface de Mars par des impacts d’astéroïdes.

D’autres groupes de météorites martiennes sont connus, comme les shergottites et les chassignites. Mais les 8 nakhlites récoltées sont particulièrement intéressantes car elles contiennent des veines constituées de minéraux résultant de la présence d’eau liquide près de la surface de Mars. On comprend donc pourquoi elles font l’objet de l’attention des exobiologistes qui veulent savoir si l’équivalent de la soupe chaude primitive d’Oparine, ayant existé sur Terre et qui aurait vu l’apparition de la vie, a aussi été présente sur la surface de la Planète rouge à un moment de son histoire.

Voilà 11 millions d’années, un impact aurait propulsé dans l’espace la future météorite de Lafayette qui serait ensuite tombée sur Terre il y a 2.900 ans. Aujourd’hui cette messagère martienne continue à nous livrer certains secrets de la Planète rouge, comme le prouve une récente publication.

Les minéraux des veines de Lafayette altérés par le contact avec la saumure martienne ont été examinés plus en détail avec un microscope électronique. Celui-ci a révélé que les premiers nouveaux minéraux formés sur la surface interne de ces veines étaient constitués de carbonates de fer. Or ces carbonates n’ont pu se déposer que si de l’eau chaude riche en dioxyde de carbone dissout et à une température de 150 °C avait circulé dans ces veines. C’est en se refroidissant ensuite à 50 °C que seraient apparus des minéraux argileux, comme ceux qu’observent à la surface de Mars les sondes en orbite.

Mais quelle pouvait être l’origine de la chaleur des saumures chaudes ayant traversé la roche constituant Lafayette il y a environ 700 millions d’années ? Selon les chercheurs, il est probable qu’elle provenait des impacts de petits corps célestes. Détail important : de telles conditions sont compatibles avec la vie microbienne, puisque l’on retrouve des micro-organismes qui vivent dans des saumures similaires, comme celles des sources hydrothermales de Yellowstone.


%d blogueurs aiment cette page :