31/08/2012

MAXINE-VOYANCE

астероид апофис астероид

D’ici 2020 la Russie lancera vers l’astéroïde Apophis un tracteur gravitationnel pour tester la technologie de déviation d’orbite des objets spatiaux menaçant la Terre. D’ici 2023 un appareil sera lancé pour se poser sur un satellite de Jupiter, Ganymède, et y chercher des traces de la vie. Ces deux projets ont été présentés par l’institut de recherches en constructions mécaniques, une filiale de l’agence Roskosmos, pendant le Congrès aérospatial international qui termine ses travaux vendredi.

Voir l’article original 520 mots de plus


31/08/2012

Investigations UFO et Science


Cette image montre la région de formation stellaire rho Ophiuchi en lumière infrarouge,
vue par l’explorateur infrarouge large-champ (WISE) de la NASA.
IRAS 16293-2422 est l’objet de couleur rouge situé au centre du petit carré.
L’image incrustée est une vue d’artiste des molécules de glycolaldéhyde,
affichant leur structure moléculaire (C2H4O2).
Les atomes de carbone figurent en gris, les atomes d’oxygène en rouge et les atomes d’hydrogène en blanc.
Sur l’image infrarouge de Rho Ophiuchi prise par WISE, les radiations émises à 3,4 et 4,6 micromètres,
majoritairement par des étoiles, figurent en bleu et cyan. Les radiations émises à 12 et 22 micromètres,
caractéristiques de la poussière, figurent en rouge et vert.
Crédit: ALMA (ESO/NAOJ/NRAO)/L. Calçada (ESO) & NASA/JPL-Caltech/WISE Team 

Article source:http://www.techno-science.net/

Astronomie: Posté par Michel le Jeudi 30/08/2012 à 00:00

Une équipe d’astronomes utilisant ALMA (Atacama Large Millimeter/submillimeter Array) a repéré des molécules de sucre dans le gaz entourant une étoile jeune, semblable à notre Soleil. C’est la première fois que du…

Voir l’article original 1 014 mots de plus


Comment se préparer à une tempête solaire ?‏

31/08/2012

L’ une des plus grosses tempêtes solaires jamais observées depuis des siècles a frappé la Terre en septembre 1859, à la veille d’un cycle solaire d’intensité inférieure à la moyenne. La destruction solaire associée est tellement atypique que les chercheurs ne savent toujours pas comme la classer. L’explosion aspergea la Terre d’un déluge de protons inédit depuis un demi-millénaire, accompagnée de courants électriques qui incendièrent les télégraphes et envahirent le ciel de Cuba et d’Hawaii d’aurores boréales.

Tempête solaire du 23 janvier 2012 par Pyxmalion

En juin 2011, des responsables réunis au National Press Club de Washington DC se sont posés la question :

Que se passera-t-il si ça devait de nouveau arriver ?

« Un orage magnétique de cette ampleur pourrait nous mettre KO, » affirme Lika Guhathakurta, spécialiste en physique solaire de la NASA. « La société moderne s’appuie sur des systèmes sophistiqués tels que les réseaux électriques intelligents, les GPS, et les communications par satellite, qui sont tous vulnérables aux tempêtes solaires. » Lika était présente au cinquième forum annuel de l’espace dédié au climat, le Space Weather Enterprise Forum (SWEF) en compagnie d’une centaine de collègues. Le but de SWEF est de mettre en lumière les phénomènes climatiques de l’espace et leurs conséquences pour l’homme, pour interpeller les politiques et responsables de la prévention des catastrophes. Le forum a réuni des élus du Congrès américain, de la Federal Emergency Manageme nt Agency (FEMA), des opérateurs électriciens, des représentants des Nations Unies, de la NASA, du NOAA et de nombreuses personnalités de tous horizons.

Au cours de l’année 2011, les prévisionnistes estiment que le soleil va entamer un cycle plus court que la moyenne des cycles. En 1859 « l’événement de Carrington » (du nom de l’astronome Richard Carrington qui décrivit la destruction solaire) montre que les cycles faibles peuvent s’accompagner de fortes tempêtes magnétiques.

En 1859, tout ce que l’on pouvait craindre de pire était une mise hors service des télégraphes pendant un ou deux jours tandis que les observateurs des îles tropicales ont pu admirer des phénomènes inouïs dans le ciel.
superscience (les tempetes solaires)(part 1sur3) par enfant-du-big-bang

Anticiper et suivre les tempêtes solaires

Alors que les décideurs se réunissaient pour prendre conscience des risques, non loin de là, les chercheurs de la NASA tentent activement de les circonscrire : « Nous sommes désormais capables de suivre la trajectoire des tempêtes solaires et leur progression vers la Terre en 3D, » rapporte Michael Hesse, intervenant au forum et directeur du GSFC Space Weather Lab. « C’est l’amorce d’un système opérationel d’alerte aux catastrophes climatiques provenant de l’espace en vue de la protection des réseaux électriques et des infrastructures de haute technologie en cas d’activité solaire intense. »

Le modèle est réalisé à partir de données collectées par une flotte de satellites de la NASA en orbite autour du soleil. Les analystes du laboratoire alimentent une base de données stockée dans des super ordinateurs qui traitent les données. Quelques heures après une éruption majeure, les ordinateurs produisent un film en 3D montrant la trajectoire de la tempête, quels planètes et satellites seront touchés et quand. Ce type de « prévisions interplanétaires » est sans précédent dans la courte histoire de la climatologie spatiale.

« Nous vivons une époque privilégiée de la climatologie de l’espace, » note Antti Pulkkinen, chercheur au laboratoire climatologique de l’Espace Space Weather Lab. « Le développement récent de modèles scientifiques basés sur la physique nous permet d’anticiper ces cataclysmes. »

Certains de nos modèles informatiques sont tellement pointus qu’ils peuvent anticiper la pénétration dans le sol terrestre de courants électriques générés par une éruption solaire. L’enjeu est de taille pour les transformateurs électriques et le projet expérimental « Solar Shield » dirigé par le Dr Pulkkinen a pour mission d’identifier les transformateurs les plus menacés par chaque éruption solaire. « Il suffit de déconnecter pendant quelques heures tel ou tel transformateur à haut risque pour prévenir des pannes qui peuvent durer plusieurs semaines et plonger dans le noir un continent entier, » souligne le Dr Pulkkinen.

1429 2

Un autre intervenant au SWEF, le Dr John Allen du Directorat de la Mission opérations spatiales de la NASA, a mis en lumière les risques pris par les astronautes face aux intempéries de l’espace. « Si personne n’est à l’abri de ces risques, les astronautes sont en première ligne et sont exposés à des niveaux de radiation quatre fois plus élevés que les travailleurs du nucléaire sur Terre, » a-t-il dit. « Il s’agit d’un risque professionnel très élevé. »

La NASA consigne scrupuleusement les dosages accumulés par chaque astronaute au cours de sa carrière. Chaque décollage, chaque sortie dans l’espace, chaque destruction solaire sont enregistrés. Lorsqu’un astronaute atteint des niveaux proches de la limite… Il ou elle peut se voir interdire de quitter la station spatiale ! L’exactitude des alertes aux tempêtes de l’espace peut permettre de contrôler ces expositions, par exemple en reprogrammant les sorties dans l’espace lorsqu’il existe un risque d’éruption solaire.

Le Dr Allen s’est aussi prononcé pour un nouveau type de bulletin météo : « Les messages du type ‘RAS’. Outre une information sur les périodes pendant lesquelles il faudrait s’abstenir de sortir, on aimerait connaître celles qui sont sans danger. Il s’agit de nouvelles perspectives pour les climatologues de l’espace : prévoir non seulement les périodes à haut risque d’éruption d’une tâche noire mais aussi les périodes sans risque. »

Le SWEF a un rôle pédagogique clé dans la création des conditions d’une bonne anticipation des tempêtes solaires. C’est ce que soulignent le Dr Lika Guhathakurta et son collègue Dan Baker de l’Université du Colorado dans un édito du New York Times en date du 17 juin dernier : « Les alertes météo de l’espace c’est bien … expliquer ce qu’elles veulent dire et comment y réagir c’est mieux »
USM épisode No 58 (TEMPETES MAGNETIQUES) par enfant-du-big-bang

Le 23 janvier, au-dessus de la région active 1402 du Soleil, les lignes de champ magnétique se sont brisées. L’éruption ou « éjection de masse coronale » (CME) provoquée a expulsée dans l’espace des…
00:00:10

Sources:

http://science.nasa.gov/science-news/science-at-nasa/2011/22jun_swef2011/

http://www.notre-planete.info/actualites/actu_2913_affronter_tempete_solaire.php


%d blogueurs aiment cette page :