31/08/2012

MAXINE-VOYANCE

астероид апофис астероид

D’ici 2020 la Russie lancera vers l’astéroïde Apophis un tracteur gravitationnel pour tester la technologie de déviation d’orbite des objets spatiaux menaçant la Terre. D’ici 2023 un appareil sera lancé pour se poser sur un satellite de Jupiter, Ganymède, et y chercher des traces de la vie. Ces deux projets ont été présentés par l’institut de recherches en constructions mécaniques, une filiale de l’agence Roskosmos, pendant le Congrès aérospatial international qui termine ses travaux vendredi.

Voir l’article original 520 mots de plus


31/08/2012

Investigations UFO et Science


Cette image montre la région de formation stellaire rho Ophiuchi en lumière infrarouge,
vue par l’explorateur infrarouge large-champ (WISE) de la NASA.
IRAS 16293-2422 est l’objet de couleur rouge situé au centre du petit carré.
L’image incrustée est une vue d’artiste des molécules de glycolaldéhyde,
affichant leur structure moléculaire (C2H4O2).
Les atomes de carbone figurent en gris, les atomes d’oxygène en rouge et les atomes d’hydrogène en blanc.
Sur l’image infrarouge de Rho Ophiuchi prise par WISE, les radiations émises à 3,4 et 4,6 micromètres,
majoritairement par des étoiles, figurent en bleu et cyan. Les radiations émises à 12 et 22 micromètres,
caractéristiques de la poussière, figurent en rouge et vert.
Crédit: ALMA (ESO/NAOJ/NRAO)/L. Calçada (ESO) & NASA/JPL-Caltech/WISE Team 

Article source:http://www.techno-science.net/

Astronomie: Posté par Michel le Jeudi 30/08/2012 à 00:00

Une équipe d’astronomes utilisant ALMA (Atacama Large Millimeter/submillimeter Array) a repéré des molécules de sucre dans le gaz entourant une étoile jeune, semblable à notre Soleil. C’est la première fois que du…

Voir l’article original 1 014 mots de plus


Comment se préparer à une tempête solaire ?‏

31/08/2012

L’ une des plus grosses tempêtes solaires jamais observées depuis des siècles a frappé la Terre en septembre 1859, à la veille d’un cycle solaire d’intensité inférieure à la moyenne. La destruction solaire associée est tellement atypique que les chercheurs ne savent toujours pas comme la classer. L’explosion aspergea la Terre d’un déluge de protons inédit depuis un demi-millénaire, accompagnée de courants électriques qui incendièrent les télégraphes et envahirent le ciel de Cuba et d’Hawaii d’aurores boréales.

Tempête solaire du 23 janvier 2012 par Pyxmalion

En juin 2011, des responsables réunis au National Press Club de Washington DC se sont posés la question :

Que se passera-t-il si ça devait de nouveau arriver ?

« Un orage magnétique de cette ampleur pourrait nous mettre KO, » affirme Lika Guhathakurta, spécialiste en physique solaire de la NASA. « La société moderne s’appuie sur des systèmes sophistiqués tels que les réseaux électriques intelligents, les GPS, et les communications par satellite, qui sont tous vulnérables aux tempêtes solaires. » Lika était présente au cinquième forum annuel de l’espace dédié au climat, le Space Weather Enterprise Forum (SWEF) en compagnie d’une centaine de collègues. Le but de SWEF est de mettre en lumière les phénomènes climatiques de l’espace et leurs conséquences pour l’homme, pour interpeller les politiques et responsables de la prévention des catastrophes. Le forum a réuni des élus du Congrès américain, de la Federal Emergency Manageme nt Agency (FEMA), des opérateurs électriciens, des représentants des Nations Unies, de la NASA, du NOAA et de nombreuses personnalités de tous horizons.

Au cours de l’année 2011, les prévisionnistes estiment que le soleil va entamer un cycle plus court que la moyenne des cycles. En 1859 « l’événement de Carrington » (du nom de l’astronome Richard Carrington qui décrivit la destruction solaire) montre que les cycles faibles peuvent s’accompagner de fortes tempêtes magnétiques.

En 1859, tout ce que l’on pouvait craindre de pire était une mise hors service des télégraphes pendant un ou deux jours tandis que les observateurs des îles tropicales ont pu admirer des phénomènes inouïs dans le ciel.
superscience (les tempetes solaires)(part 1sur3) par enfant-du-big-bang

Anticiper et suivre les tempêtes solaires

Alors que les décideurs se réunissaient pour prendre conscience des risques, non loin de là, les chercheurs de la NASA tentent activement de les circonscrire : « Nous sommes désormais capables de suivre la trajectoire des tempêtes solaires et leur progression vers la Terre en 3D, » rapporte Michael Hesse, intervenant au forum et directeur du GSFC Space Weather Lab. « C’est l’amorce d’un système opérationel d’alerte aux catastrophes climatiques provenant de l’espace en vue de la protection des réseaux électriques et des infrastructures de haute technologie en cas d’activité solaire intense. »

Le modèle est réalisé à partir de données collectées par une flotte de satellites de la NASA en orbite autour du soleil. Les analystes du laboratoire alimentent une base de données stockée dans des super ordinateurs qui traitent les données. Quelques heures après une éruption majeure, les ordinateurs produisent un film en 3D montrant la trajectoire de la tempête, quels planètes et satellites seront touchés et quand. Ce type de « prévisions interplanétaires » est sans précédent dans la courte histoire de la climatologie spatiale.

« Nous vivons une époque privilégiée de la climatologie de l’espace, » note Antti Pulkkinen, chercheur au laboratoire climatologique de l’Espace Space Weather Lab. « Le développement récent de modèles scientifiques basés sur la physique nous permet d’anticiper ces cataclysmes. »

Certains de nos modèles informatiques sont tellement pointus qu’ils peuvent anticiper la pénétration dans le sol terrestre de courants électriques générés par une éruption solaire. L’enjeu est de taille pour les transformateurs électriques et le projet expérimental « Solar Shield » dirigé par le Dr Pulkkinen a pour mission d’identifier les transformateurs les plus menacés par chaque éruption solaire. « Il suffit de déconnecter pendant quelques heures tel ou tel transformateur à haut risque pour prévenir des pannes qui peuvent durer plusieurs semaines et plonger dans le noir un continent entier, » souligne le Dr Pulkkinen.

1429 2

Un autre intervenant au SWEF, le Dr John Allen du Directorat de la Mission opérations spatiales de la NASA, a mis en lumière les risques pris par les astronautes face aux intempéries de l’espace. « Si personne n’est à l’abri de ces risques, les astronautes sont en première ligne et sont exposés à des niveaux de radiation quatre fois plus élevés que les travailleurs du nucléaire sur Terre, » a-t-il dit. « Il s’agit d’un risque professionnel très élevé. »

La NASA consigne scrupuleusement les dosages accumulés par chaque astronaute au cours de sa carrière. Chaque décollage, chaque sortie dans l’espace, chaque destruction solaire sont enregistrés. Lorsqu’un astronaute atteint des niveaux proches de la limite… Il ou elle peut se voir interdire de quitter la station spatiale ! L’exactitude des alertes aux tempêtes de l’espace peut permettre de contrôler ces expositions, par exemple en reprogrammant les sorties dans l’espace lorsqu’il existe un risque d’éruption solaire.

Le Dr Allen s’est aussi prononcé pour un nouveau type de bulletin météo : « Les messages du type ‘RAS’. Outre une information sur les périodes pendant lesquelles il faudrait s’abstenir de sortir, on aimerait connaître celles qui sont sans danger. Il s’agit de nouvelles perspectives pour les climatologues de l’espace : prévoir non seulement les périodes à haut risque d’éruption d’une tâche noire mais aussi les périodes sans risque. »

Le SWEF a un rôle pédagogique clé dans la création des conditions d’une bonne anticipation des tempêtes solaires. C’est ce que soulignent le Dr Lika Guhathakurta et son collègue Dan Baker de l’Université du Colorado dans un édito du New York Times en date du 17 juin dernier : « Les alertes météo de l’espace c’est bien … expliquer ce qu’elles veulent dire et comment y réagir c’est mieux »
USM épisode No 58 (TEMPETES MAGNETIQUES) par enfant-du-big-bang

Le 23 janvier, au-dessus de la région active 1402 du Soleil, les lignes de champ magnétique se sont brisées. L’éruption ou « éjection de masse coronale » (CME) provoquée a expulsée dans l’espace des…
00:00:10

Sources:

http://science.nasa.gov/science-news/science-at-nasa/2011/22jun_swef2011/

http://www.notre-planete.info/actualites/actu_2913_affronter_tempete_solaire.php


30/08/2012

Etrange et Insolite

Des astronomes américains ont annoncé mardi 28 août avoir observé pour la première fois au moins deux planètes en orbite autour d’une étoile binaire – deux étoiles mutuellement en orbite –, une découverte qui augmente les probabilités de vie extraterrestre.

Voir l’article original 205 mots de plus


30/08/2012

Investigations UFO et Science

Nous vous partageons le calendrier provisoire des prochaines soirées en direct sur ODH Tv de Septembre 2012 à Mars 2013.

Un calendrier qui est provisoire puisque il peut y avoir des soirées en +, selon l’actualité ufologique du mois.

Calendrier et thèmes des soirées:

– Le 22 Septembre: Soirée Archéo’UFO co-animé avec BlackBox (de 20h à 00h)

Une soirée consacrée à l’Archéologie et l’Ufologie. Nous évoquerons les théories des Ancient Aliens et les civilisations mythiques. La partie sur l’ufologie traitera des analyses photographiques et vidéos lors d’une enquête sur une observation d’Ovni, et des récentes observations d’ovni en france.

Le 19 Octobre: Ovni dans l’histoire: Guerres et Tensions internationales (de 20h à 23h)

Une soirée consacrée aux Ovni observés lors des guerres et des tensions internationales. Un sujet d’actualité vue les différentes tensions qu’il y a actuellement entre l’Israël et l’Iran mais également entre les grandes puissances dans le monde…

Voir l’article original 318 mots de plus


Le ciel en Septembre 2012‏

30/08/2012

Une nouvelle News consacrée au ciel de nuit en Septembre 2012 pour les veilleurs et astronomes.

 

La Pleine Lune: Le 30 Septembre 2012

La Nouvelle Lunele 16 Septembre 2012

Les évènements astronomiques à observer:

– Le 08 Septembre, Jupiter est à 3° de la Lune.

– Le 12 Septembre, à l’aube le croissant de Lune accompagne Vénus distante de 6°.

– Le 18 Septembre, au crépuscule la Lune est en conjonction avec Saturne, mais les deux astres sont assez bas sur l’horizon.

– Le 19 Septembre, Mars surplombe le croissant de Lune à moins de 2° au crépuscule.

– Le 22 Septembre, Equinoxe d’Automne.

– Le 29 Septembre, Uranus passe à l’opposition. Elle est visible à l’oeil nu uniquement sous un très bon ciel.

 

Rendez-vous dans un mois pour découvrir votre ciel d’Octobre 2012, bonnes observations astronomiques!

(photographies par Gilles.T au Festival d’Astronomie de Rocabon (Var) Août 2012)


29/08/2012

MAXINE-VOYANCE

Des astronomes de San Diego ont fait une observation inédite qui augmente les probabilités de vie extraterrestre.

Des astronomes de San Diego (Californie) ont annoncé mardi avoir observé pour la première fois au moins deux planètes en orbite autour d’une étoile binaire – deux étoiles mutuellement en orbite -, une découverte qui augmente les probabilités de vie extraterrestre.

Voir l’article original 216 mots de plus


22/08/2012 – OVNI pendant le vol 2067M (ANCHORAGE – FRANCFORT)

29/08/2012

 

Mercredi 22 août 2012 à 7h45, Raymond et son épouse se trouvaient sur le vol 2067M en provenance d’Anchorage (USA) en direction de Francfort. Le Boeing 760-300 survolait l’Allemagne et entamait sa longue phase de descente. Intrigué par ce qui lui a semblé être un avion de ligne très brillant (comme chromé) situé à peu près à la même altitude en vol parallèle au sien et se dirigeant dans la même direction, Raymond remarque un point jaune brillant très lumineux suivre l’appareil qu’il observait. Le point brillant volait en formation sur le côté gauche du fuselage, un peu plus bas que lui, environ aux 3/4 de la longueur de l’aéronef dont la taille apparente était d’environ 3 cm. La lumière et l’appareil volaient à la même vitesse, parallèlement au Boeing dont il était le passager, un peu devant eux mais à la même altitude. L’OVNI a effectué une manoeuvre assez particulière : il a semblé ralentir soudainement, se laissant doubler par l’avion et s’est retrouvé à l’arrière de son fuselage pendant quelques secondes puis est remonté au-dessus en accélérant pour se placer à sa droite et reprendre la même vitesse que l’aéronef. La distance qui séparait l’appareil de l’OVNI est restée la même pendant toute l’évolution qui a duré 15 à 20 secondes.


Vitesse de l’ensemble de la formation avion + ovni : env. 700 km/h – Alt. 8000 m

CONTEXTE : en avion (vol 2067) en provenance de Anchorage, direction Francfort.
LIEU : Je regardais par le hublot (siège 39H), côté droit de l’appareil.
DESCRIPTION : Un avion de ligne se trouvait à une distance difficile à estimer, mais de là où j’ai observé le phénomène, cet appareil mesurait environ 3 centimètres. Nous étions dans le couloir aérien Allemand qui nous conduisait sur Francfort où nous avons atterri vers 8h15, lorsque j’ai aperçu cet avion qui était suivi par un point lumineux de petite taille, mais très brillant, de teinte jaune. Ce point se trouvait à environ 50 mètres plus bas que l’appareil, à l’arrière gauche et légèrement en retrait par rapport à la queue de l’avion, tout en le suivant à la même vitesse. Soudain ce point lumineux a accéléré brusquement, a pris de l’altitude pour se retrouver sur la droite de l’appareil, toujours à une cinquantaine de mètres, peut-être moins. Malheureusement je n’ai pas pu observer ce phénomène plus longtemps car notre avion a changé de cap en vue de son arrivée sur Francfort. J’estime mon temps d’observation entre 15 et 20 secondes. Je suppose que l’équipage a certainement vu ce phénomène car l’avion en question se trouvait à peu près à la même altitude que la nôtre et le ciel était parfaitement dégagé à ce moment-là.

DESCRIPTION-OVNI : Point lumineux très brillant, mais de petite taille. Lorsqu’il a accéléré pour se porter à droite de l’avion qu’il suivait, il l’a fait très rapidement puis s’est stabilisé à la même vitesse presque instantanément.

Source : http://ovni-belgique.xooit.be/t2061-22-8-2012-OVNI-PENDANT-LE-VOL-2067M-Anchorage-Francfort.htm


Voyage dans l’espace-temps – A quoi ressemble un extraterrestre ?

29/08/2012
Par DocPlus

Les exobiologistes créent leur propre encyclopédie d’êtres vivants extraterrestres. Mais quelles créatures exotiques peuplent notre galaxie en expansion ?

Plus de reportages sur Docplus.fr


Dossier: RETOUR SUR FATIMA, ENTRE TROUBLE ET PISTE OVNIENNE ?

29/08/2012

Note adm:

L’ actualité ufologique est assez calme niveau web, c’est un peu l’arbre qui cache la forêt , car nous avons cet été pas mal de témoignages en privé.( certains sont en cours d’investigations)

Pour l’heure, reprenons quelques reportages, quelques dossiers que vous ne connaissez peut- être pas pour certains d’entre vous, pour d’autres sans doute ont -ils du nouveau à apprendre et ainsi nous le dire ici sur ce site.

Nous reprenons cet article ci -dessous de François de la Chevalerie sur le site de conspirovniscience.

C’est peut-être l’événement le plus invraisemblable du XXème siècle.

Le 13 octobre 1917, rassemblée dans une dépression herbeuse une foule de 70 000 personnes assistent à la danse du soleil. A leur tête, trois jeunes bergers, Jacinta, François et Lucie. La silhouette de la vierge Marie leur est apparue pour la première fois le 13 mai 1917. Chaque 13 du mois, la « Dame vêtue de blanc tel un verre de cristal traversé par le soleil » resplendit aux abords d’une grotte. Chaque fois, la vierge leur délivre un message. Elle a promis un miracle pour le 13 octobre. La nouvelle des apparitions s’est répandue dans la région. La foule est venue nombreuse. Sous un temps saumâtre, elle se déploie autour des enfants. Depuis le matin, une pluie fine s’abat de façon interminable. « Journée d’automne, triste et morose » note un observateur. Les heures s’écoulent, l’attente interminable.

DANSE DU SOLEIL

Vers midi, d’un seul coup, les nuages se déchirent laissant la place à un ciel bleu et cristallin. Le soleil apparaît au zénith mais sous un aspect étrange tel un disque d’argent brillant. Il n’éblouit plus. Nullement incommodé, sans risque de se brûler les yeux, chacun le fixe, saisi de stupeur. Des rayons de lumière rouge fusent au bord du Soleil. Violets, bleus, puis jaunes. Ces couleurs ont été décrites comme des secteurs monochromatiques qui tournoyaient sans arrêt. L’astre pivote maintenant sur lui-même à une vitesse vertigineuse, lâchant des faisceaux de lumières colorées dans toutes les directions. Bientôt, il exécute des mouvements brusques. Soudain, il abandonne son emplacement. Il évolue alors en zigzag, telle une feuille morte. Il semble tomber sur la foule. Certains s’agenouillent, beaucoup hurlent de peur. Telle une roue en feu, il tourne vertigineusement sur lui-même, lâchant dans sa course des faisceaux de lumière. Ces couleurs imprègnent les arbres, les rochers, le sol et les habits. Au bout de plusieurs minutes, le soleil reprend sa place. Une deuxième fois encore, il vagabonde dans le ciel. L’émotion est immense parmi la foule. Gagnés par une impression de chaleur, les témoins constatent avec surprise que leurs vêtements sont presque secs à la fin de l’apparition.

MIRACLE

Le miracle est reconnu par Rome en 1930 et ses trois secrets. Fait inédit dans l’histoire des miracles, un Pape en est l’un des principaux acteurs. L’attentat dont Jean Paul II a été victime en 1981 était relaté dans le troisième secret. La balle qui se dirigeait vers lui aurait été déviée par une main céleste. Jean Paul II le rend public en 2000. Jean Paul II entretenait une véritable dévotion pour Fatima où il s’est rendu à plusieurs reprises. Fatima est aujourd’hui un lieu de pèlerinage très couru.

TROUBLE DANS LE CIEL DE DIEU

Rien n’est jamais acquis même dans le ciel de Dieu. Aussitôt connu, l’événement fait débat au sein de l’église. Certains soupçonnent la curie de Fatima d’avoir monté de toutes pièces l’opération à des fins de prosélytisme. D’autres relèvent les déclarations contradictoires des enfants, notamment, de Lucie. Dès 1944, le Père Dhanis, recteur de l’université grégorienne à Rome, publie une thèse anti-fatimiste qui reçoit les félicitations du Saint-Siège. Jouant de subtilité, le Cardinal Joseph Ratzinger alors Préfet de la Congrégation pour la Doctrine de la Foi, aujourd’hui Pape Benoît XV, entreprend en 2002 une analyse théologique du miracle. Dans un texte disponible sur le site Internet du Saint Siège, le Cardinal le ramène à « des révélations privées. » D’après lui, la vision incorpore parfois des images qu’elle « peut avoir vues dans les livres de piété. » Les gens présents étaient tellement certains d’assister à une apparition qu’ils ont peut-être été victime d’une hallucination collective ! Selon lui, cette prophétie s’inscrivait dans les « signes des temps » en référence au monde particulièrement troublé du début du XXème siècle. Le Cardinal Ratzinger s’offre une formule curieuse, l’attentat manqué à la vie d’un Pape est en vérité «sans grand mystère ». Interprété par certains comme une tentative de démantèlement du Message de Fatima, ce commentaire de celui qui est aujourd’hui le plus grand dignitaire de l’église ajoute à la confusion.

PRUDENCE DES SCIENTIFIQUES

Rares sont les scientifiques qui ont cherché à s’immiscer dans la controverse. D’une manière générale, la plupart se gardent bien de se prononcer sur les miracles. La séparation des genres est établie : la Science appelle au savoir, le sacré prône la croyance en des réalités impalpables. De surcroît, la reconnaissance de l’apparition par la papauté ne leur offrait guère de prise. Comment pourfendre un lieu de culte fréquenté chaque année par trois millions de pèlerins et dont le Pape Jean Paul II vouait une dévotion inégalée ? Autre difficulté, aucun élément contradictoire n’apparaît dans les archives.

QUELLE AUTRE EXPLICATION ?

Fussent-ils nombreux, la valeur des témoignages ne constituent pas un argument. Plusieurs fois dans l’histoire, des formes étranges apparues dans le ciel ont suscité l’émotion. La plupart du temps, il s’agissait de phénomène physique ne devant rien au hasard comme, par exemple, ces curieux nuages en forme de secousses volantes qui s’agglomèrent en haute montagne. Est-ce seulement concevable que le soleil puisse quitter sa place dans le ciel, comme cela a été rapporté ? De deux choses l’une : soit le soleil a véritablement dansé ce jour là et toutes les règles connues de la physique sont alors à revoir, soit il s’agissait d’un phénomène météorologique méconnu alors mais trouvant aujourd’hui son explication.

Levée l’hypothèse de l’hallucination collective, se peut-il que des mouvements du soleil soient scientifiquement explicables ? Encore faut-il qu’il ne s’agisse pas d’un parti pris mais d’une position se raccordant à un décryptage précis. Lorsqu’un coup de vent chasse une masse nuageuse abondante et pluvieuse, le soleil apparaît déstabilisé. Toujours là, au zénith, mais il semble en mouvement. En réalité c’est sa réapparition subite qui bouscule la perception de son emplacement. Quant à son éblouissement, la pluie qui a sévi toute la matinée a favorisé un jeu croisé de réfléchissement lumineux. Pendant quelques instants, le soleil est plus accessible mais l’effet ne dure pas. Dès lors que les croisements réfléchissements lumineux s’effondrent, le soleil éblouit selon son habitude.

Dès le 18 octobre, l’Observatoire de Lisbonne rapporte n’avoir relevé aucun phénomène anormal, le 13 octobre. Tout juste une légère perturbation venant de l’ouest. Dans ses archives, aucune mention n’est faite d’un événement particulier. Cependant, à l’époque, le maillage du territoire Portugais par des radars n’existe pas. Aucune possibilité donc de confirmer ou d’infirmer au moyen de relevés scientifiques.

Autre explication écartée, l’attribution de la paternité de l’événement à l’armée. En 1917, la technologie disponible était limitée. Nulle possibilité alors de domestiquer le champ visuel avec des effets de contraste ou des jeux de lumière comme il est possible de le faire aujourd’hui.

L’opération aurait-elle été alors fabriquée à partir du sol au moyen d’un cercle très lumineux projetant son éclat en direction des nuages et ce, afin de simuler l’apparition du soleil. Les fulgurants rayons pourraient en fournir l’explication. Mais est-ce possible d’organiser une telle opération sur une surface du ciel très étendue visible au regard de 70 000 personnes ?

UN OVNI ?

Dans son livre, « Fatima, un ovni pas comme les autres » Gilles Pinon remet en cause l’interprétation surnaturelle. S’éloignant des polémiques religieuses, selon lui, la danse du soleil n’est autre qu’une manifestation extraterrestre. Il s’appuie sur les témoignages où il est fait mention d’une manière récurrente d’un disque plat plutôt que d’un globe. Comment des observateurs fortement imprégnés de religiosité évoquent-ils d’emblée un disque en mouvement, allant et venant, disparaissant ? Sauf à considérer certains doués d’une fiévreuse imagination, l’appellation est curieuse pour l’époque. Le soleil est pourtant décrit comme « un disque », « une plaque d’argent mat ». Ni voilé, ni brouillé, il luit sans blesser la vue. En effet, personne ne s’est plaint d’avoir eu mal aux yeux après l’avoir pourtant fixé. Autre indice, les nuages qui couvraient le ciel donnent « l’impression de passer derrière le soleil ». L’ensemble de ces descriptions suggère l’idée d’une projection lumineuse sur fond de nuages. Etait-elle le fait d’un aveuglement ou le participe-t-elle d’un autre phénomène ?

Gilles Pinon fait de Fatima l’archétype d’un événement ovnien, le premier à être répertorié bien avant l’observation de Kenneth Arnold, au dessus du mont Rainier en 1947. Danse du soleil, perturbations atmosphériques, souffle et nuée blanchâtre au sol, secouement des arbres, éclair, baisse de la lumière et de la température, coups de tonnerre, disque d’argent à manœuvres erratiques, changements de cap à angle aigu, rotation rapide sur lui-même, descente en feuille morte ou en zigzags, remontée à la verticale, accélérations brutales, arrêts sans freinage, illumination du paysage, tous éléments concordants qui caractériseraient la présence d’un ovni.

Tous les témoignages rapportés ce jour-là introduisent à l’idée d’une complexité telle qu’aucune réponse rationnelle ne puisse être apportée. C’est dans cette brèche que s’infiltre l’ufologue. Dans l’affaire de Fatima, il suppose plutôt qu’il ne tranche. Selon lui, il ne faut rien exclure. Les ovnis défient les lois de la physique. Pourquoi Fatima n’en porterait-elle pas la marque ?

LA POSITION ALAMBIQUEE DE L’EGLISE NE CONFORTE-T-ELLE PAS LA PISTE OVNIENNE ?

Si d’aventure Fatima avait été d’emblée présentée comme le premier phénomène ovnien, l’attaque des scientifiques aurait été alors sans borne. Ces derniers auraient fait usage de témoignages rationnels afin de le rendre inerte, voire ridicule. Lui conférer une dimension religieuse, c’était en revanche le sanctuariser, ce qui a été le cas. Comme il a été rapporté plus haut, la contestation du miracle a été faible. L’église pouvait mettre alors à profit tout le temps nécessaire pour comprendre le mystère. En apparence, il est d’ordre religieux. Cependant en absorbant le 3ème secret sur son propre destin, sa mort attendue en 1981, Jean Paul II n’a-t-il pas cherché à dérouter la mystérieuse danse du soleil de sa route initiale ? Si cette supposition pouvait être établie, les secrets pourraient révéler un phénomène exogène. Du coup, l’église aurait à répondre à des questions aux conséquences redoutables et incontrôlables. Comment intégrer un tel événement dans son arsenal dogmatique et l’historiographie religieuse ? Une dangereuse porte s’ouvrirait alors. Non seulement Fatima mais tous les miracles pourraient être revisités à l’aune de la thématique ovnienne. Tout l’édifice religieux se trouverait mis à mal.

La réponse a été apportée par Benoît XV en 2002, alors Préfet de la Congrégation de la foi. Ce dernier a décidé de ranger le vestige religieux à l’échelle d’un mouvement de piété. Mieux vaut diminuer le miracle plutôt que d’exposer l’église un jour à une remise en cause presque insurmontable. En même temps, le fait que Benoît XV ait été consacré Pape alors qu’il n’était pas le papabile plus souvent cité renforce le trouble. Comment mieux étouffer Fatima qu’en plaçant sur le trône de Saint Pierre l’homme lui contestant sa force miraculeuse ? Le tour est bien joué mais la vérité n’en sort pas grandie. Ce qui a été vu ce jour là défie l’entendement et la raison. Toute puissante à l’époque, l’église aurait bien pu instruire l’événement à sa manière jouant tour à tour la partition de la dévotion puis du déni. Placé sous scellés, le véritable secret de Fatima, aurait été ainsi délicatement confisqué, désormais enterré.

* Gilles Pinon, ( photo ci-dessus) contre-amiral (cadre de réserve), était diplômé de l’Ecole navale et de l’Ecole nationale supérieure de techniques avancées . Gilles Pinon décède le 11 juin 2009.

Articlesource:http://www.webring.org/

lien interne: ( autre source du même article )

Le secret de Fatima et OVNI et Vidéo Père Brune


%d blogueurs aiment cette page :