29/04/2012

INVESTIGATION OCEANOGRAPHIQUE ET OANIS




En Août 1608, les habitants du Sud la France, de Marseille à Gênes, assistent à une véritable vague d’OVNIs, relatée dans une chronique d’époque intitulée « Discours des terribles et espouvantables signes apparus sur la mer de Gennes ».

Voici un des plus vieux documents découvert il y a peu datant de 1608 rédige par un certain Pierre Ménier « portier de la porte saint-victor », ici il n’est pas question de »soucoupes volantes » puisque le terme n’existait pas encore.

le document se présente sous le forme d’une vieille brochure comme on en voyait tant au XVIIe siècle , le récit s’étale sur 7 pages, et est écrit en français de l’époque pour vous faire votre propre interprétation je vous préssente donc le document tel qu’il fut écrit.

 » Discours des terribles et épouvantables signes apparus sur la mer de Gennes au commencement d’aoust dernier avec les prodiges du sang qui est tombé du ciel…

Voir l’article original 1 132 mots de plus


Yarnbury Castle, Winterbourne Stoke, Wiltshire, 28 avril

29/04/2012

Russie : La Police de St Petersbourg chargée de gérer un ovni planant au dessus de l’aéroport

28/04/2012

Source : http://deathby1000papercuts.com/2012/04/russia-news-report-st-petersburg-police-asked-to-deal-with-ufo-hovering-above-airport/

Traduction Era pour area51blog – Info à vérifier 

By


[Photo-Image: ‘  sphere métallique’ enregistrée près de l’aéroport de Mexico City le 23 avril 2012, Photo Source, Youtube video]

Mise à jour :  Une sphère ‘UFO-OVNI’ enregistrée près de l’aéroport de Mexico City le 23 avril 2012, video postée ci dessous.

Russia’s Life.Ru News   a déposé un rapport le lundi 23 Avril 2012, la police russe  a été appelée à «faire face à« un OVNI planant sur   l’aéroport de Pulkovo à Saint-Pétersbourg. L’OVNI, en forme de   balle planait à une altitude de 900 mètres au-dessus  de l’aéroport et a perturbé le trafic aérien et a été signalé par les pilotes

Le 9 avril , 2012, un objet volant non identifié baptisé un « énorme vaisseau spatial » par le premier Ufologue du Mexique,  Jaime Maussan aurait lâché des  ‘spheres’ dans le ciel au dessus de  St. Petersburg-video postée ci-dessous :

Life. Ru News (Google translation):


Chine : Un millier de villageois observent 3 objets en forme de disque

28/04/2012

Chine : Un millier de villageois observent 3 objets en forme de disque.


Interview de Philip Corso

28/04/2012

Philip Corso – RIM952

Philip J. Corso (22 mai 1915 – 16 juillet 1998) fut officier de l’armée Américaine où il a servi de 1942 à 1963, obtenant le grade de Lieutenant-Colonel.

Dans son livre « The Day After Roswell », Corso raconte comment il s’est trouvé impliqué dans la recherche de technologies extraterrestres à la suite du crash de Roswell en 1947.

Infos : http://ovnis-usa.com/2009/08/

28/04/2012

INVESTIGATION OCEANOGRAPHIQUE ET OANIS

Info envoyée par Gérard Lebat – Source : http://www.les-repas-ufologiques.com

Une sirène est une créature aquatique, censément mythologique avec une tête humaine ; des bras,  le torse féminin et la queue d’un poisson. On connaît une version masculine de la sirène appelé  » triton » et en général, tant mâles que femelles, ils sont  regroupés sous le terme  » créatures marines fantastiques ». Les sirènes sont présentes dans le folklore, la culture, la littérature populaire de beaucoup de pays du monde entier. Cependant comme dans la plupart des folklores et des mythes il y a toujours une base de vérité.

Dernièrement  en août-juillet 2009 dans la communauté côtière d’Igname Kiryat, Israël, il y a eut plusieurs rencontres avec de telles créatures. Selon Schlomo Cohen, une des premières personne à voir la sirène, « j’étais avec des amis quand soudainement nous avons vu une femme allongée  sur le sable d’une façon bizarre. D’abord, j’ai pensé qu’elle…

Voir l’article original 195 mots de plus


Derniers crop circles – Bosschenhoofd, Pays-Bas 24 Avril 2012

27/04/2012

Las Perdices,  Les Perdrix,  en Argentine  découvert ce mercredi 25  Avril


27/04/2012

INVESTIGATION OCEANOGRAPHIQUE ET OANIS

Source : MessageToEagle.com – Traduction : Era pour  Investigation Océanographique et Oanis

Alors qu’ils foraient dans la glace épaisse de  Ross Ice Shelf, en Antarctique, les scientifiques sont tombés sur ce quelque chose qui les a choqués.

A Environ 200 mètres au-dessous de la glace, où personne ne pensait qu’il était possible pour quelque forme  de vie supérieure  d’exister, quelque chose vivait là …

C’est la première fois qu’une telle forme de vie sophistiquée est découverte dans ce type d’environnement sous-glaciaire.

«Il nageait autour, étant très curieux, simplement en regardant le câble et nous étions tous blottis autour du moniteur juste fascinés par ce que nous voyions au fond de notre trou», a déclaré Robert Blinschandler à la NASA.


Les scientifiques perplexes ont  rencontré cette créature sous la glace épaisse de l’Antarctique. Ce fut toute une surprise!

Voir la vidéo sur le site source http://www.messagetoeagle.com/creatureantarctica.php

Credit: NASA

Avec cette découverte choquante  les scientifiques considèrent qu’il pourrait y avoir beaucoup plus de formes de vie avancées qui vivent dans des environnements extrêmes.

Sans doute la crevette a-t-elle  été tout aussi surprise par la rencontre que l’équipe de recherche.

« Je suis sûr que cette journée était une journée…

Voir l’article original 38 mots de plus


Un média russe implique un OVNI dans le crash de Bhoja Air

26/04/2012

Info à vérifier, envoyée par Patrick – Source : http://www.crash-aerien.aero/www/news/article.php?id=323703

Karachi (Pakistan) – Un rapport – non-confirmé – obtenu par un média russe suggère que l’accident de l’appareil de la compagnie aérienne pakistanaise Bhoja Air qui a fait près de 130 victimes aurait été causé par la présence d’un OVNI (Objet Volant Non identifié) qui aurait désorienté les pilotes.

L’article de ce média russe fait état d’une vidéo enregistrée, semble-t-il, pendant les faits, où l’on voit une structure triangulaire de trois sources lumineuses, dont une s’éteint dans un flash, survolant la zone de l’accident, quelques instants après l’accident. La rumeur rapportée voudrait que les pilotes aient été gênés par cette formation lumineuse et s’en seraient plaint auprès du contrôle aérien d’Islamabad (Pakistan) avant de signaler que l’un des réservoirs de l’appareil venait de prendre feu et d’exploser. L’appareil s’est alors écrasé quelques instants plus tard, à quelques kilomètres de l’aéroport international de Islamabad.

Un média russe implique un OVNI dans le crash de Bhoja Air

Le pilote aurait eu toutefois le temps de signaler à l’aéroport de se préparer pour un atterrissage d’urgence, l’appareil étant devenu incontrôlable et qu’il voyait les toits des maisons avant l’aéroport mais qu’il n’apercevait pas encore la piste. Les autorités parlent pour le moment d’un cisaillement de vent qui aurait précipité l’avion au sol. Les boites noires de l’appareil ont été récupérées et devraient certainement permettre d’en apprendre plus sur les vraies causes de cet accident.


Sur la piste d’E.T. et du Grand Internet Galactique

25/04/2012

Quant un astronome chevronné décide de se consacrer à la recherche de l’intelligence extra-terrestre. Interview.

- SETI sonde l'espace. REUTERS -

L’astronome Geoff Marcy est l’Usain Bolt des chasseurs de planètes: on lui doit la découverte de 70 des 100 premières exoplanètes, et celle du premier système planétaire en orbite autour d’une étoile semblable au Soleil. Mais aujourd’hui, il part à la recherche des civilisations extra-terrestres en prenant la tête du programme Search for Extra-Terrestrial Intelligence (SETI) à l’Université de Californie à Berkeley.

Slate:  Pourquoi avoir décidé de rejoindre le SETI?

Marcy: J’en suis à un carrefour amusant de mon existence. J’ai vraiment envie de passer de la chasse aux planètes au SETI. J’ai la chance d’être dans une position où mes succès professionnels ont dépassé tout ce que j’aurais pu imaginer. Il est temps de rebattre les cartes, d’essayer quelque-chose de plus axé sur le long-terme. Les jeunes scientifiques n’ont pas la possibilité de mettre leurs œufs dans ce panier car en vous consacrant au SETI, vos chances de succès sont faibles. Ce luxe, je peux me le permettre. Nous pouvons faire quelques expériences et débusquer le grand internet galactique.

Slate: Sérieusement? Comment comptez-vous vous y prendre pour trouver des extraterrestres?

Marcy: [Rires] Si Gene Roddenberry a raison et que les Klingons et les Romuliens existent vraiment, ils doivent forcément communiquer entre eux. Ce qu’ils ne vont pas faire en tirant des câbles de fibre optique entre les étoiles, mais avec des lasers. C’est une option logique car vous pouvez maintenir un niveau de confidentialité satisfaisant avec un laser au rayon suffisamment étroit qui n’ira frapper qu’un vaisseau spatial précis ou une civilisation spécifique près d’une étoile voisine, trois années-lumière plus loin. Sans même parler d’économie d’énergie. Pourquoi se servir d’un émetteur radio et éparpiller de l’énergie partout?

Si notre galaxie grouille de vie technologiquement avancée, elle doit être traversée de lasers – des dizaines de milliers, des millions – et nous devrions être capables d’en capter quelques rogatons. De même, certains extra-terrestres vont tenter de communiquer avec nous. Peut-être pointent-ils déjà littéralement leurs lasers sur nous sans que nous ne regardions, tout simplement.

Slate: Vous pensez que des extraterrestres ont pu identifier la Terre comme une planète habitable?

Marcy: D’ici un siècle ou deux nous, les humains, aurons à notre disposition des télescopes pisteurs de planètes qui balayeront notre système solaire grâce à des miroirs disséminés entre ici et Jupiter. Avec leur énorme résolution angulaire, ils nous permettront de pratiquer le genre de science dont doit être capable toute civilisation avancée qui se respecte. Un jour, nous devrions pouvoir voir les continents d’autres planètes. Aujourd’hui, nous en sommes incapables, mais certains extra-terrestres le peuvent et ils sont au courant de notre existence.

Slate: Comment pouvez-vous être certain?

Marcy: Oh, parce que notre galaxie a 10 milliards d’années. La Terre, elle, n’a que 4,5 milliards d’années. Nous ne sommes qu’une petite luciole dans la grande exobiologie de la galaxie. Leurs ampoules sont probablement allumées depuis bien plus longtemps.

Slate: Et qu’est-ce qui vous fait dire que des extraterrestres braquent leurs lasers sur nous?

Marcy: Voici un fait amusant. Aujourd’hui, nos télescopes basés au sol sont bardés de lasers. On parle d’ «optiques adaptatives». Les lasers servent à créer des étoiles artificielles dans le ciel qui permettront aux télescopes de corriger certaines aberrations atmosphériques. Quand vous pointez votre télescope, avec son laser, vers des galaxies, des étoiles ou des planètes, vous y envoyez aussi ces photons. C’est un signal qui trahit notre propre existence que nous avons envoyé à d’autres objets dans l’univers.

Mais ce n’est pas un échange des plus alertes. Les étoiles que nous étudions sont à 1.000 années-lumière, ce qui fait que notre faisceau mettra 1.000 ans avant d’y arriver. Et s’ils veulent nous répondre, nous devrons attendre encore 1.000 ans. Mais nous communiquons, même sans le savoir et même sans lasers très puissants ni parfaitement calibrés. Inversement, ils sont peut-être en train de nous étudier avec leurs propres lasers, qu’importent leurs raisons, et nos recherches devraient se focaliser là-dessus. C’est ce que je projette de faire.

Slate: Nous n’avons toujours pas détecté de signal extraterrestre. Qu’est-ce que cela signifie?

Marcy: Il est possiblque la Terre soit un type de planète relativement rare. Mais une autre raison, pourrait être que la durée de vie typique d’une civilisation avancée oscillerait entre 1.000 et 5.000 ans. Quelle chance -nous d’être encore là dans 1.000 ou 10.000 ans?

Le fait que les civilisations avancées soient si rares dans notre galaxie nous indique peut-être quel défi représente la survie. Ironie du sort, il s’agit sans doute du message le plus poignant jamais envoyé par les extraterrestres.

Slate: Ces extra-terrestres doivent bien avoir un endroit où vivre, ce qui m’amène à votre travail de chasseur d’exoplanètes. Où en est ce domaine de recherches?

Marcy: Il change de semaine en semaine, grâce à Kepler, le télescope spatial de la Nasa. Nous venons tout juste de terminer un article sur 1.090 nouvelles planètes, qui s’ajoutent aux 1.235 annoncées l’an dernier et aux 700, en gros, découvertes avant Kepler. Pour moi, ce grand nombre de planètes est tout simplement époustouflant, car il y a encore 16 ans, je me demandais si l’humanité allait un jour en découvrir une seule.

Slate: Que vous apprennent les catégories planétaires?

Marcy: Les planètes se divisent en trois grands groupes: celles qui, comme Jupiter, sont principalement composées d’hélium et d’hydrogène; celles où l’eau domine, comme Uranus et Neptune; et les planètes rocheuses, comme la Terre, Vénus et Mars.

Slate: Dans la zone habitable – tiède et permettant la présence d’eau liquide – à quelle fréquence trouve-t-on des planètes similaires à la Terre?

Marcy: Personne ne le sait. La principale énigme à résoudre avant que quiconque ait la réponse est la suivante: y-a-t-il une taille à partir de laquelle les planètes riches en eau comme Neptune changent de nature et deviennent des planètes rocheuses, comme la Terre? Nous avons trouvé deux planètes comparables à la Terre, en termes de rayon, mais elles sont trop proches de leur étoile-hôte – l’eau de leur surface s’évaporerait dans tous les cas.

Comment des planètes comme la Terre peuvent-elle se former dans un univers qui possède bien plus d’eau que de fer et de nickel? Il est possible que la Terre, avec sa composition principalement rocheuse, soit rare dans l’univers.

Slate: De quel type de télescopes avons-nous besoin pour trouver des planètes comparables à la Terre?

Marcy: Ce que nous voulons vraiment, ce sont d’énormes télescopes spatiaux de la taille d’un terrain de football, capables de nous faire voir des planètes comparables à la Terre et tournant autour d’étoiles voisines en enregistrant directement le spectre lumineux de ces planètes. Ce spectre détecte-t-il de l’eau, du méthane, du dioxyde de carbone et peut-être même de l’ozone? Si vous trouvez de l’oxygène dans l’atmosphère d’une autre planète, cela indique la présence de photosynthèse. La Nasa projetait de construire un tel télescope, leTerrestrial Planet Finder (trouveur de planètes telluriques), tout comme l’ESA (Agence spatiale européenne) avec son télescope Darwin.

Slate: Où en sont ces deux initiatives?

Marcy: Complètement dans les choux. Mortes de chez mortes. L’argent n’est pas là.

Slate: Kepler, avec ses découvertes exaltantes, pourrait-il changer la donne? 

Marcy: C’est tout ce qu’on espère.

Article originellement paru dans le New Scientist.

Anil Ananthaswamy

Traduit par Peggy Sastre

source : http://www.slate.fr


%d blogueurs aiment cette page :