Ovnis/Phénomènes aériens non expliqués au centre de la France

18/09/2011

 quelque part dans le centre de la France le 9 septembre 2010

ovni/ufo/pan/ centre coeur de loire /France   11/9/2010


Une forme lumineuse non identifiée aperçue dans le ciel clermontois [vidéo]

18/09/2011

Info envoyée par Patrick qui me souligne que cette observation n’est pas la première dans le coin et que le Puy de Dôme reste une région à surveiller de près.

« On n’est pas à la recherche de sensations de ce genre. Je ne crois pas aux ovnis, mais je connais un peu l’aviation pour savoir que ce n’était pas un avion, mais je ne peux pas expliquer ce que c’était. Il faisait la même taille tout le temps et devait se déplacer horizontalement en prendant des virages. Il accélérait, ralentissait un peu. Il tournait un peu à gauche, à droite. À un moment, il s’est arrêté avant de disparaître dans les nuages ».

La scène s’est reproduite au-dessus du stade Marcel-Michelin et vers Aulnat. L’observateur a contacté la police qui n’a pas reçu d’autres appels à ce sujet.

Romain Coulangeon

Vous avez été témoin de ce phénomène, contactez-nous àwebmaster@lamontagne.fr

Voir la vidéo sur le site La Montagne.fr


Des empreintes de 290 millions d’années au Nouveau-Mexique

18/09/2011

Bonjour à tous, l’article qui suit fait référence à une découverte déroutante, une de plus à ajouter à la liste des énigmes de l’archéologie impossible, et me fait penser aux Pierres d’Ica . Alors, voyageurs du temps ou civilisations d’une autre époque, créations de l’humanité antérieures dont parlent les écrits sacrés de toutes les cultures, canulars ? Je vous laisse à vos réflexions, d’autant plus que les « savants » actuels n’ont pas apporté de réponse satisfaisante…Par contre, à mon sens rien ne permet de dire que tout s’arrêtera en 2012…

Bon dimanche à tous

Era

Article de Ken Pfeifer ( Mufon du New-Jersey)

WWW.WORLDUFOPHOTOS.ORG

WWW.WORLDUFOPHOTOSANDNEWS.ORG

WWW.MUFONNJNEWS.COM

Le paléontologue Jerry MacDonald a trouvé une grande variété de traces fossilisées en 1987. Les traces anciennes ont été faites par toutes sortes d’animaux et d’oiseaux situés dans une des strates du Premien.

Parmi les diverses traces fossilisées, MacDonald a découvert les empreintes indéniables d’un pied nu humain impossiblement situé  dans les strates du Permien.

Les strates du Permien remontent de 290 à 248 millions d’années – de nombreux millions d’années avant que les animaux, les oiseaux, les dinosaures, et l’homme n’existent.

En juillet 1992, the Smithsonian Magazine publia un article sur les traces de MacDonald, « Empreintes pétrifiées : Un défilé déroutant des Bêtes du Permien. »

Le  Smithsonian   admit le mystère et reconnut « ce que les paléontologues aiment appeler problématique. » Il décrit ce qui semblait être empreintes de pas humains. Les humains  ont évolué longtemps après la période du Permien, mais ces traces sont clairement du Permien. »

Le voyage dans le temps existe-t-il réellement ?

Lire la suite


Israël : un peuple qui descend des fidèles de l’hérétique Akhénaton ?

18/09/2011


Source:http://herboyves.blogspot.com/2011/05/israel-un-peuple-qui-descenddes.html

La découverte en 1935 de fragments d’une fresque, dans le Temple d’Amenhotep Fils de Hapou à Karnak, Egypte a permis d’avoir un témoignage intéressant sur un évènement important qui eu lieu il y a environ 3.400 à 3.100 ans… Il s’agit, comme nous allons le voir, du plus ancien texte recopié dans la Bible connu…

Les deux égyptologues français, Alexandre Varille et Clément Robichon avaient ainsi appris comment le pharaon Amenhotep III (ou Aménophis III en grec), lors de l’anniversaire des 30 ans de collaboration entre les deux hommes, avait remercié et honoré son « premier ministre » le Scribe Royal Amenhotep Fils de Hapou (ou Aménophis Fils de Apis suivant la langue), qui prit ce titre à sa nomination, comme le voulait la tradition.

Voilà la traduction du texte visible sur une partie de la fresque :

« Il reçu des ornements en or et en toutes sortes de minerais précieux

Son corps fut habillé d’étoffe délicate et de lin de première qualité.

Un collier en or pur et en toutes sortes de matières a été passé à son cou…

An XXX… Le grand scribe royal, Aménophis, s’est incliné devant Sa Majesté. »

Historiquement, Amenhotep III règna 38 ans et sept mois, plutôt diplomate, il mena l’Egypte à son apogée avec l’aide de sa Reine Tiyi, de ses nombreuses épouses, princesses de différents royaumes alliés, et de son Vizir Aménophis Fils de Apis

Ce dernier, talentueux scribe, ayant reçu une très bonne éducation à Athribis (Delta du Nil), eut la chance d’être prit au service du Roi avant d’accéder assez rapidement à la Cour. Il fut chargé de grands travaux, entre autres. On lui doit notamment l’agrandissement du Temple de Soleb, et il fut chargé de construire le Temple Funéraire d’Amenhotep III à Thèbes (malheureusement détruit, seuls les deux fameux colosses de Memnon demeurent). – News du 26/04/2011 (AFP) :

« Des archéologues égyptiens ont découvert près de Louxor une énorme statue d’Amenhotep III, l’une des plus grandes de ce pharaon à être mise au jour, a annoncé mardi le secrétariat d’Etat aux Antiquités. La sculpture en quartzite, haute de plus de 13 mètres, a été retrouvée en sept morceaux dans le temple funéraire d’Amenhotep III à Kom al-Hitan. Il s’agit de l’une des deux statues placées à l’entrée nord du temple, qui ont probablement été détruites lors du tremblement de terre de l’an 27 avant J-C. La statue, dont la tête n’a pas encore été retrouvée, était depuis enfouie sous terre. ». Un 3ème de découvert donc et en principe un 4ème colosse à venir.

La réputation d’Amenhotep Fils de Hapou grandit fortement, et en fit l’un des plus grand savant de l’Egypte ancienne (avec Imhotep). Il est considéré aussi comme un chimiste, notamment dans son application aux céramiques des anciens temples.

Un texte funéraire précise qu’Amenhotep le Sage vécu 80 ans, mais qu’il comptait dépasser les 110 ans…

Sa réputation de grand sage en fit un Dieu pendant près de 1200 ans, sous les Ptolémée, sous la forme d’un dieu guérisseur, et un culte lui fut porté, une chapelle spéciale fut construite dans son Temple pour ses fidèles. Nous le connaissons même physiquement grâce à une célèbre statue visible au musée du Caire…

LIRE


Beaucoup d’artéfacts étranges trouvés en Equateur-Part 2

18/09/2011

source:http://yvesh.e-monsite.com/blog.html

 après un premier volet, présente cet article :

Beaucoup d’artéfacts étranges trouvés en Equateur-Part 2

Je vais continuer à faire le tour de certaines pièces archéologiques découvertes en Equateur et qui sont toujours examinées par les scientifiques pour révéler leurs secrets, origines et méthodes de fabrication. Toujours dans le but bien sûr de prouver ou non leur authenticité et leurs datations (prouver qu’une roche datant de centaines de millions d’années a été gravée il y a quelques milliers d’années est très difficile question précision : les progrès de la recherche technologique à ce niveau, avec plusieurs succès (comme la thermoluminescence, l’analyse des pigments organiques utilisés…) permettent de penser que nous le pourrons bientôt (avec une marge d’erreurs très réduite), mais nous n’en sommes pas encore tout à fait là…

On sait également que les peuples descendants des antiques civilisations de ces régions ont, pour des raisons de survie, fait un commerce de ces artéfacts, à partir du milieu du 20ième siècle, et que certains villages ont été jusqu’à la fabrication moderne, artisanale mais aussi usinée, de copies d’artéfacts antiques… Tous ces faux artéfacts sont évidemment facilement identifiables pour les professionnels mais les touristes les achètent volontiers comme « souvenirs », d’autant plus qu’ils ne sont pas très chers pour des reliques « Incas » ou « Mayas »… Certains scientifiques pensent également que certains de ces artéfacts étranges pourraient être des « hybrides » : des objets réellement antiques, mais retravaillés plus récemment (le récemment peut varier sur 2500 ans tout de même) par les habitants locaux, mais les traces et patinages de couleurs différentes apportés par le temps ont été analysées comme non artificiels (à l’inverse des faux artéfacts récents). J’ai moi-même pensé à une autre explication possible : il s’agit (en ce qui concerne les objets d’origines asiatiques ou égyptiennes et locaux) du trésor d’un conquistador qui a beaucoup voyagé et qui l’a ramené et enterré ici, puis est mort sans pouvoir le récupérer. Cela n’enlève pas toute l’étrangeté de ces objets mais peut fournir une explication sur cette réunion au même endroit de ces objets de cultures proches mais différenciées. Cependant, ma propre réflexion contredit en partie cette idée : rien que le nom local de La Mana, le fait que les objets ont été trouvés en territoire non conquis dans la réalité par les Conquistadores, le fait que d’autres objets similaires ont été trouvés ailleurs et même dans des tombes de datations différentes.

D’ailleurs, la collection du Padre Crespi en contient aussi certains, et on sait que le prêtre, décédé en 1982, était un acharné dans la recherche de faux dans sa collection : il enquêtait rigoureusement auprès de ses ouailles indiennes sur la provenance exacte des objets et se rendait sur place pour fouiller lui-même. Le Padre, né en 1891, a pratiqué en Equateur de 1923 jusqu’à sa mort et on sait que tous ces artéfacts ont été trouvés dans un vaste réseau de sous-terrains profonds en pleine jungle et ont été entreposés dans l’église de Maria Auxiliadora. Malheureusement, une partie de ces artéfacts ont été détruits par l’incendie d’origine indéterminée de l’église et par sa restauration en 1962, et plusieurs vols ont aussi eu lieu…

       

Après la mort du Padre, ils ont été retiré de la vision du public et stockés dans les caves de l’église d’où ils ont pu être sortis récemment pour expositions et analyses. Le Padre Crespi, bien que n’ayant jamais voulu tenter de classer ces objets, a apporté de bonnes connaissances sur l’endroit de ces sous-terrains et le peuple les protégeant : les Shuar-Achuar, une population d’environ 70 000 indiens répartis en 400 communautés (ou tribus), également nommés « Los Invencibles Shuar del Alto Amazons ». Les invincibles car jamais les Incas ou les Conquistadores n’ont pu les dominer ! Seule la religion chrétienne a pu légèrement modifier leur culture sur la longueur… Dans les années 1990, la capitale Quito a envoyé sur leur territoire des négociateurs en vue d’une exploitation de l’uranium détecté : les Shuar n’étant pas prévenus de cette intrusion ont capturé les officiels, et leurs seuls mots aux négociations sur l’énergie atomique ont été « Hiroshima » et « Nagasaki »… Comme quoi cet « exploit » triste moderne a même atteint le fond de l’Amazonie ! Quito a laissé tombé en argumentant que la quantité d’uranium n’était pas assez rentable à priori… Ces sous-terrains sont encore de nos jours en partie inexplorés car dangereux et sujets à inondations fréquentes.

LIRE


%d blogueurs aiment cette page :