Flotte d’ovnis près du vaisseau spatial Russe Soyuz TMA-21 Gagarin

29/05/2011

Une flotte d’ovnis similaire à « l’incident  Tether » vole près du vaisseau spatial Russe  Soyuz TMA-21 Gagarin

Une flotte d’OVNIs passe lors du lancement du vaisseau spatial habité Soyouz TMA-21 Gagarine qui transportait un équipage pour la prochaine mission vers la Station spatiale internationale et qui a décollé du Centre spatial de Baïkonour, dans le centre du Kazakhstan sur le 5 avril 2011.

Sur la vidéo ci-desssous à la fin vous pouvez voir la lumière bleue du gros ovni  (vers 2:29 sec) ralenti  x50.

L’incident Tether

Le 26 février 1996, alors que la NASA menait une mission d’expérimentation au-dessus de notre atmosphère, un incident bien particulier se produisit et fut filmer par les caméras de la navette STS-75.

L’expérimentation que tentait de mener la NASA avait pour but de réussir à transformer de l’énergie électrique en énergie cinétique à l’aide de ce que l’on appelle un Tether. Il s’agit d’un principe révolutionnaire qui permettrait de ne plus utiliser des carburants fossiles pour mettre des navettes ou des satellites en orbite mais à la place, d’utiliser l’électricité et le champ magnétique terrestre ou encore de l’ionosphère. Cela ferait économiser énormément d’argent à la NASA et aux différents organismes gouvernementaux (ex : plus besoin de dépenser deux milliards de dollars tous les dix ans pour garder la Station Spatiale Internationale en orbite).

Pour arriver à cela, la NASA devait déployer un gigantesque câble conducteur d’électricité que l’on appelle un Tether et dont la longueur était (pour cette mission) de 20 km.

Mais un problème survint après que le câble fut déployer. En février 1996, alors que de l’énergie électrique commençait à être récupérée, les scientifiques n’avaient pas prévu que la quantité serait aussi grande. En effet, elle dépassait de deux à dix fois les prévisions à cause de mesures trop peu précises sur l’intensité du champ électrique terrestre ou encore de celui de l’ionosphère. Résultat, le Tether se rompa et commença à dériver dans l’espace.

L’évènement a été filmé par les caméras du module qui a servit pour la mission. Et c’est là que se produisit un évènement totalement impensable, l’apparition de centaines d’OVNI qui ont commencé à voler autour du Tether.

L’astronaute qu’on entend communiquer avec le centre de contrôle les décrit comme des débris éclairés par le Soleil.

Mais comment expliquer que ces « débris » aient tout d’abord des mouvements qui semblent « intelligents » (certains changent de direction à leur grès) et ensuite que d’autres aient une taille égale à plusieurs kilomètres. Taille impressionnante qu’il est facile de remarquer car on note très clairement le passage de certains de ces objets derrière le Tether (qui je vous le rappel mesure 20 km de long) ce qui permet d’évaluer la taille de ces soi-disant débris.

La thèse officielle est bien évidemment qu’il s’agissait de débris, ou alors de petites particules, qui à cause de la caméra et d’un jeu de lumière, auraient pu paraître très grands alors que ce n’était pas le cas.

Mais la thèse émanante de nombreux ufologues, depuis plus de dix maintenant est restée la même, ce que nous aurions observé est une des preuves les plus formelles que l’espace qui nous entoure n’est pas aussi vide de vie que l’on aimerait bien nous faire croire.

Source et vidéo :

http://www.mystere-tv.com/l-incident-tether-v686.html


Un ovni de 200 mètres d’envergure survole un village Russe et essuie les tirs de l’armée

29/05/2011

Information à vérifier…

Date de l’observation : Mai 2011

Une observation importante d’ovni a eu lieu dans le village Russe de  Lesopil’noye, dans la province de  Khabarovsk, qui a de nouveau fait l’objet de l’attention des médias en Russie,  alors qu’elle était passée sous silence par la dissimulation internationale à propos des ovnis à l’Ouest.
Un témoin oculaire déclare : « Il mesurait 200 mètres, beaucoup plus grand qu’un gros avion. La plupart des habitants se sont cachés effrayés dans leur maison, mais ont fait sortir  un  courageux pour espionner l’engin. »Les habitants du  village de  Lesopil’noye dans la province russe de Khabarovsk ont remarqué un énorme objet descendre du ciel. Le vaisseau spatial extraterrestre a été décrit comme brillant et on pouvait voir  deux lumières dessus. Des dizaines d’habitants du coin, abasourdis, jeunes et vieux, se sont rassemblés dans les rues alors que l’objet planait silencieusement au-dessus des toits.L’objet a été capté par les radars militaires et bientôt des fusées éclairantes et des coups de feu ont été tirés sur  l’OVNI à partir d’une base militaire voisine. L’objet a changé de direction à ce moment  et a finalement décollé loin dans le ciel. L’événement a duré plus de deux heures. Un certain nombre d’habitants a filmé l’événement leurs téléphones mobiles, mais l’objet n’était  pas visible en repassant leurs vidéos.
On croit maintenant à des négociations internationales derrière des portes closes, et commencera une enquête pour expliquer pourquoi les soldats ont tiré sur un engin extraterrestre pacifique beaucoup plus capable de faire des dégâts que n’importe quel engin humain.Les dirigeants politiques espèrent que cette action ne compromettra pas la position galactique de l’humanité, et sera mise sur notre nature primitive.
Source :  Ufoblogger
Traduction Area51blog
Texte qui accompagne la vidéo :

Un nombre surprenant de … Les habitants du village de  Bikin observée au cours de la nuit, un objet volant non identifié. Ils disent avoit nettement vu une soucoupe volante immense. L’accumulation de cercles lumineux n’était pas comme l’un des corps célestes connus de la science. Objet, phénomène météo ou illusion?


Rétro

29/05/2011

 

Présente ce reportage d’une affaire ,devenue « un classique, dans le milieu ufologique »

Source vidéo+texte:youtube

 L’affaire de Trans-en-Provence de 1981

Le 8 janvier 1981 à 17:00, à Trans-en-Provence (à quelques kilomètres de Draguignan), Renato Nicolaï est en train de construire un petit abri en ciment.

« J’étais en train de construire un abri en ciment pour une pompe à eau. Il était environ 17:00, le temps commençait à fraîchir. Mon attention a été attirée par un léger bruit, une sorte de petit sifflement. Je me suis retourné et j’ai vu en l’air un engin qui se trouvait à la hauteur d’un gros pin en bordure du terrain. Il descendait vers le sol, sans tourner sur lui-même. Je ne voyais pas de flammes ni en-dessous ni autour de l’engin. Pendant qu’il continuait à descendre, je m’en suis approché en me dirigeant vers le petit cabanon construit au-dessus de ma maison. Je me trouvais sur la restanque à environ 1,20 m du toit.

De là, j’ai bien vu l’engin posé sur le sol. Aussitôt, il s’est levé. Arrivé au-dessus des arbres, il est parti assez rapidement en direction de la forêt, vers le nord-est.

Lorsqu’il s’est soulevé, j’ai vu en-desous 4 ouvertures par lesquelles ne s’échappaient ni flammes ni fumée. L’ engin a soulevé un peu de poussière lorsqu’il a quitté le sol. Je me trouvais à ce moment-là à une trentaine de mètres du lieu d’atterrissage. je me suis ensuite approché de l’endroit et j’ai remarqué un cercle d’environ 2 m de diamètre. A certains endroits, sur la courbe du cercle existent des genres de traces de ripage.

Lorsque mon épouse est rentrée le soir, je lui ai raconté ce que j’avais vu. Elle a cru que je plaisantais. Elle a téléphoné à notre voisin qui est venu avec sa femme ; je leur ai également montré la trace du cercle et nous ont conseillé de prévenir la gendarmerie.

L’engin avait la forme de 2 assiettes renversées l’une contre l’autre. Il avait la couleur du plomb et possédait une nervure tout autour de sa circonférence. Sous l’appareil, j’ai vu, au moment où il se soulevait, 2 genres de pièces rondes qui pouvaient être des réacteurs ou des pieds. Il y avait aussi 2 autres cercles qui ressemblaient à des trappes. Les 2 réacteurs ou pieds dépassaient légèrement sur 20 cm en-dessous de l’appareil. »

L’engin qui ressemblait à 2 poids en plomb retournés l’un sur l’autre, était tombé comme une pierre, avec un choc. Il mesure 1,80 m de haut pour 2,50 m de diamètre. 40 secondes plus tard il a redécollé brusquement en soulevant un peu de poussière. Rénato à juste le temps d’apercevoir une couronne métallique qui séparait les 2 poids et 4 ouvertures par en dessous.

Deux hasards se conjuguent alors. Après que la femme de Nicolaï ait prévenu une voisine, épouse d’un gendarme, ce dernier vient faire son enquête. Bien inspiré (mais malheureusement à une époque où la pluie est déjà tombée entre-temps), celui-ci a l’idée, non d’arracher des luzernes sur le bout de terrain où l’ovni, en se posant, a laissé des traces de ripage, mais d’emmener à la fois les végétaux et leur support terreux, dans une boite de chaussure. Ces échantillons arrivent au GEPAN, à Toulouse, puis, 11 jours plus tard, sur la paillasse d’un biologiste de l’INRA (Institut National de la Recherche Agronomique) le professeur Michel Bounias. Celui-ci a fait sa thèse sur les traumatismes subis par des végétaux soumis à une forte irradiation, en collaboration avec le CEA (Commissariat à l’énergie atomique). Il est donc particulièrement compétent pour analyser ces fines tiges de luzerne et découvre que leur équipement pigmentaire a été fortement modifié. Il demande alors une nouvelle prise d’échantillons, à des distances croissantes du point d’impact. Ces nouvelles analyses révèlent un phénomène de grande ampleur (sur 10 m de diamètre). Au centre, certains composants de la plante ont été détruits à 80 %. Puis, progressivement, ce traumatisme s’atténue, en suivant une loi en 1/r2, suggérant l’action d’un rayonnement. La courbe est extrêmement régulière (coefficient de corrélation considérable de 0,99).

Aimé Michel et Pierre Guérin diront que l’ufologie scientifique est née ce jour là. L’enquête aboutira à une Note Technique du GEPAN dégageant les constats suivants :

1.Aucune confusion possible (hélicoptère, ballon-sonde, obus…) ne permet d’expliquer ce qui s’est passé à Trans.
2.Un objet très lourd s’est effectivement posé. Il y a eu échauffement thermique du sol jusqu’au 600 °C et surtout, il a été constaté « un apport extérieur de différents matériaux, principalement du fer et des phosphates, avec des résidus de combustion ».
3.L’analyse de végétaux prelevés par l’INRA révèle qu’il y a eu des « traumatismes biochimiques ». On a en effet découvert en analysant les plantes qu’elles avaient subi d’importantes perturbations, notamment un vieillissement.

Dossier Complet : http://www.les-ovnis.com/rubrique,l-affaire-de-trans-en-provence,176925.html


%d blogueurs aiment cette page :