Exploration de Mars : après l’eau, les robots vont chercher des traces de vie

14/02/2011

Source: http://www.bulletins-electroniques.com/actualites/65872.htm

Via Ufoetscience

Bien qu’étant notre plus proche voisine, l’exploration de la planète Mars n’a jamais été aisée. Celle-ci a débuté en 1964 avec Mariner 4, première sonde spatiale ayant réussi un survol de Mars. Puis les programmes se sont succédés, en visant des objectifs toujours plus ambitieux alors même qu’environ deux tiers des engins envoyés vers la planète rouge ont failli à leur mission.

En janvier dernier s’est tenue une présentation sur l’état de l’exploration martienne, qui a rassemblé au Musée de l’Air et de l’Espace à Washington des scientifiques de la NASA et d’universités partenaires. Celle-ci a permis de faire le point sur les récentes découvertes en géologie martienne, mais aussi de présenter l’état des futurs programmes d’exploration.

La dernière décennie a apporté la preuve de la présence d’eau sur Mars. Tandis que les sondes en orbite ont pu détecter la présence de larges poches d’eau sous la surface, l’atterrisseur Phoenix de la NASA a détecté pour la première fois en 2008 des traces d’eau dans le sol martien. Alors que nous célébrons cette année les dix ans d’activité humaine – robotique – continue à la surface de la planète rouge, les prochaines missions vont faire face à de nouveaux défis pour tenter de reconstituer son passé.

La présence d’eau en quantité non négligeable, ainsi que les marques laissées par l’écoulement de celle-ci à l’état liquide – deltas, canaux, roches minérales – laissent à penser que la surface de Mars ait pu réunir les conditions nécessaires à la vie dans un passé certes lointain. Les prochaines missions vont donc tenter de déceler des traces d’une vie passée dans son sol.

La première d’entre elles – Mars Science Laboratory (MSL) – est conduite par la NASA et devrait être lancée dès la fin de cette année. Ce rover, baptisé également Curiosity, est de la taille d’une petite voiture et peut analyser différents types de roche. Il est notamment doté d’une « caméra chimique » qui, au moyen d’un laser délivrant assez d’énergie pour transformer des portions de roches en plasma, permettra d’analyser les échantillons potentiellement intéressants avant de procéder à un prélèvement. Les scientifiques espèrent que ce laboratoire mobile permettra de détecter des « molécules fossiles », qui sont en fait des résidus de membranes organiques. Sous certaines conditions, les liaisons entre les atomes de carbone composant les cellules peuvent ainsi être préservées. Mais d’après Jennifer Eigenbrode, chercheuse au centre Goddard de la NASA, détecter de tels arrangements ne constituerait cependant pas une preuve définitive, ceux-ci ayant pu être apportés par des météorites ou engendrés par des phénomènes géologiques.

L’étape suivante devrait être accomplie en 2019 par le rover Exomars, fruit d’une coopération entre les agences spatiales européenne et américaine. Celui-ci sera capable de creuser dans le sol martien, afin de tenter de dénicher des traces de vie qui seraient ainsi à l’abri des rayonnements cosmiques nocifs, que la mince atmosphère ne parvient pas à stopper.

Le prochain défi de taille pour l’exploration de la planète rouge sera le retour d’échantillons de roche martienne. Plusieurs projets sont à l’étude, et l’échéance évoquée pour une mission de ce type est le début de la prochaine décennie. Ensuite viendra une mission habitée, mais les décideurs des grandes puissances spatiales vont devoir faire preuve de clairvoyance et de détermination s’ils veulent offrir aux générations n’ayant pas eu la chance d’assister à la conquête de la Lune le spectacle d’un homme posant le pied sur un sol nouveau.

Source : – « New mission to Mars to search for signs of life on the planet », Examiner.com, 19/01/2011
http://redirectix.bulletins-electroniques.com/BDHbm
– « New Mars Missions to Focus on Search for Life », Space.com, 18/01/2011
http://www.space.com/10640-life-mars-research-update.html
Rédacteur : David Regad, cnes.mst@ambafrance-us.org

Les morts de plus en plus d’espèces d’animaux continuent…

14/02/2011

Jeudi, 10 février, des centaines d’oiseaux sont trouvés morts en Louisianne.
http://www.kplctv.com/Global/story.asp?S=14005986

Plus ou moins 200 oiseaux tombent des arbres raides morts à Auckland.
http://www.nzherald.co.nz/nz/news/article.cfm?c_id=1&objectid=10705378

Plus d’un million de méduses mortes sur les plages de Floride dans les derniers jours:
http://wn.com/a_MILLION_or_more_jellyfish_DEAD,_TODAY!_February_8,_2011__EAST_COAST_of_Florida

Mort mystérieuse de 20 000 abeilles à Toronto (Canada)

Agence France-Presse
11/02/2011 17h11

Vingt mille abeilles qui vivaient depuis deux ans, sans souci de santé, dans la galerie de la biodiversité au Musée Royal de l’Ontario (MRO), sont toutes mortes en deux jours la semaine dernière sans qu’on sache pourquoi, a-t-on appris vendredi auprès de MRO à Toronto.

Il ne semble pas s’agir du Syndrome d’effondrement des colonies, a déclaré une porte-parole du musée, Amanda Fruci, dans une allusion à un phénomène inquiétant, observé surtout en Europe, où le nombre des colonies d’abeilles diminue depuis quelques années.

Un expert doit visiter le musée la semaine prochaine pour étudier différentes hypothèses, un problème de ventilation ou une maladie, peut-être un champignon.

En tout cas, elles ne peuvent être mortes de faim, le personnel leur ayant fourni régulièrement de l’eau sucrée, comme chaque hiver.  La mortalité des abeilles est en progression dans le monde entier et pourrait avoir de graves conséquences sur la production alimentaire puisque la plupart des plantes, cultivées ou non, sont pollinisées par les abeilles.

Source:

http://fr.canoe.ca/infos/environnement/archives/2011/02/20110211-171106.html

Source : http://consciencedupeuple


%d blogueurs aiment cette page :