Les Ovnis et les Mines

DEUX OVNIS VUS AU-DESSUS DE MINES D’URANIUM AU CONGO BELGE, 1952:

Voici un document secret des Etats Unis, obtenu suite au Freedom Of Information Act (FOIA).

Ceci est un rapport concernant un article de presse Allemand, déclassifié et publié récemment sur le site web de la CIA. A cette époque, la CIA collectait toute information à propos des OVNIS provenant de l’étranger, y compris des articles de journaux, qui étaient résumés dans des rapports tels que celui-ci.

Ce rapport porte le numéro 00-W-23602, il a été distribué le 16 Août 1952, et sa diffusion publique a été approuvée le 6 November 1978.

Bien que non-vérifiée, ce récit est plutôt intéressant.

PUBLIE Vienne
DATE DE PUBLICATION 29 Mar 1952
LANGAGE Allemand

CETTE INFORMATION N’A PAS ETE EVALUEE

SOURCE La Presse

SOUCOUPES VOLANTES AU-DESSUS DE MINES D’URANIUM AU CONGO BELGE

Récemment, deux disques ardants furent observés au dessus de la mine d’uranium située au sud du Congo Belge, dans le district de Elisabethville. Les disques glissaient dans des courbes élégantes et ont changés de positions à de nombreuses reprises, c’est pourquoi ils sont apparus comme plats, ovales, ou simplement comme des lignes pour les observateurs. Soudainement, les deux disques firent du sur-place en une position fixe, puis partirent en zig-zag vers le nord-est. Un sifflement pénétrant et un bourdonnement furent audibles par les témoins. L’observation complète dura 10 à 12 minutes.

Le commandant Pierre du petit terrain d’aviation d’Elizabethville parti immédiatement avec son avion de chasse. A son premier passage il s’approcha à 120 métres d’un des deux disques. D’après ses estimations, la « soucoupe » avait un diamétre de 12 a 15 métres et avait la forme d’un disque. La partie centrale interne semblait absolument stable, une protubérance sortait du centre et plusieurs petites ouvertures furent nettement observées. L’anneau extérieure était complètement voilé par un feu et devait avoir une vitesse de rotation énorme. La couleur du métal était similaire a celle de l’alumimium.

Les disques se déplaçaient de manière precise, aussi bien verticalement qu’horizontalement. Des changements d’altitudes, de 800 a 1000 pieds, pouvait être fait en quelques secondes. Les disques sont souvent descendus a une hauteur de 20 métres au dessus de la cime des arbres. Pierre ne pense pas que le disque puisse être occupé, car, d’après lui, sa vitesse irrégulière et sa chaleur interdiraient a quelqu’un de se tenir dans la partie centrale. Pierre poursuivit ces disques pendant 15 minutes quand il entendit un sifflement, malgré le bruit de son avion. Les disques disparurent en direction du lac Tanganyika. Il estima leur vitesse à 1500 kilomètres/heures.

Pierre est un officier digne de confiance et un aviateur zélé. Il a donné un rapport détaillé a ces supérieurs, qui, étrangement, ont été d’accord de bien des manières avec plusieurs des résultats de recherches.

ARCHIVAL RECORD
PLEASE RETURN TO AGENCY ARCHIVES, [CENSORED]

source : http://www.ufologie.net/htm/foia72f.htm

Publicités

19 Responses to Les Ovnis et les Mines

  1. sylv1 dit :

    Intéressant cet article.

  2. masquerytte dit :

    bonjour,
    les OVNIS s’intéressant aux diamants?????
    c’est plutôt Docteur NO…James Bond ne va pas tarder à surgir
    LOL

  3. christian dit :

    Bonjour

    à lire dans la Pravda.ru

    Certains chercheurs pensent qu’il existe des domaines spécifiques sur la Terre où la terre ovnis sur une base régulière. Souvent, ces exotiques « cosmodromes » s’asseoir sur des montagnes ou à l’intérieur. Un de ces lieux mystérieux est le mont El-Taire en Bolivie.

    «Les montagnes ici en Bolivie, comme dans les terres voisines, sont riches en gisements minéraux, » Yuri Suprunenko, Ph.D., a déclaré à Pravda.Ru. «Il ya des gisements d’étain, le tungstène, le zinc, le plomb, l’antimoine, l’argent et les métaux précieux.

    Mais il se trouve que des centaines de mineurs ont été témoins de métaux rares qui sont tombées du ciel. alliages Non seulement rare, mais extraordinaire et sans précédent! Mais ce n’étaient pas des météorites. Les événements ont eu lieu dans le village bolivien de La Mamoru Tarija, au pied du mont El-Taire, en mai 1978.  »

    Ce jour-là, selon Yuri Suprunenko, les résidents locaux ont vu quelque chose d’inhabituel. Un objet lumineux allumé sous la forme d’un cylindre avec une partie avant en forme de cône apparu dans le ciel. Il mesurait environ 6 mètres de long et 4 mètres de diamètre. Il n’avait point d’ailes. Il n’y avait pas grand-chose sur sa surface et ne trappes ou des hublots. Une flamme bleuâtre sortait de sa queue. Il fait un bruit de sifflement que ce n’était pas plus d’une centaine de mètres du sol à un objet, mais il est descendu à une vitesse de 300-400 km / h.

    Russia Today: Sud de la Russie aurait pu devenir «l’endroit préféré pour les étrangers

    Selon certains témoins oculaires, un deuxième objet similaire volaient juste après la première. Pendant ce temps, le premier, sans réduire sa vitesse, s’était écrasé dans une montagne d’El-Taire. Au moment de l’impact, un flash lumineux de lumière est apparue, éclairage de la zone dans un rayon de 150 km autour, il y avait un rugissement terrible. Les secousses ont été ressenties jusque dans les voisins de l’Argentine. Une vague rpessure soufflé les fenêtres dans les maisons dans un rayon de 70 km. L’explosion a formé un cratère d’environ 1.500 mètres de long, 500 mètres de large et 400 mètres de profondeur.

    Les autorités locales n’ont fourni aucune explication et ordonne immédiatement à boucler la zone du mont El-Taire de troupes et de la déclarer une zone interdite. Toutefois, les populations locales, les touristes et les chercheurs ont discuté les théories d’un crash d’OVNI.

    Par ailleurs, les accidents de la prétendue objets volants non identifiés avec des «preuves» survenues dans le passé. Par exemple, dans les pays voisins du Brésil, près de Sao Paulo en 1957 un disque brillant, volant à grande vitesse a été observée. En présence d’un témoin, il a soudainement commencé à décliner, puis s’arrêta, secoué et a explosé, dispersant des milliers de petits morceaux.

    Par temps clair, lumineux des feux d’artifice ont grimpé dans le ciel. Une partie de l’éboulis ont été recueillis par des résidents locaux. Le matériel a été la lumière que le papier, avec une surface rugueuse. Plusieurs laboratoires brésiliens ont effectué une analyse spectrale de ces fragments. Elle a montré la présence de magnésium et de structure cristalline particulière impossible à obtenir dans des conditions terrestres. Métallographique et l’analyse au microscope, à son tour, a révélé une teneur importante de strontium, qui n’est généralement pas associée avec le magnésium.

    « L’incident du Brésil est enregistrée dans l’Encyclopedia Britannica, qui n’est généralement pas osé publier non vérifiées des faits. Dans les années d’après-guerre, plusieurs dizaines de cas similaires ont été enregistrés dans différentes parties du monde», dit Yuri Suprunenko. « Plus de 70 mille photographies d’OVNI ont été faites, et plus de 120 clips vidéo ont été enregistrées.

    De nos jours, beaucoup de ces preuves documentaires sont à la disposition du public. Mais jusqu’à récemment, l’information a été classée « Top Secret », « restreinte », « hautement confidentiel » et « Affichage seul» … La principale raison de cette super-secret a été la rivalité des pays dans le domaine des armes.

    L’explosion sur le versant d’El-Taire également reçu « confidentiel » statut. Après la montagne a été bouclé avec les troupes, une commission spéciale a été créée pour enquêter sur les causes de l’incident.

    Un objet de forme cylindrique avec un corps difforme a été trouvé sur El-Taire. Aucune explication suivi: soit un objet a explosé, ou le second a été trouvé sur la pente. L’objet a causé cette explosion puissante, mais survécu. L’enquête et les conclusions sur la nature de l’explosion n’ont jamais été publiés.

    Les gens dans la ville minière au pied d’El-Taire juste entendu une rumeur que la coque déformée de l’OVNI a été rendu par hélicoptère à l’aéroport de la Bolivie, et d’où il a été envoyé avec un avion de transport militaire aux États-Unis

    «Peut-être avec le temps nous en apprendre davantage sur l’incident dans le El-Taire», explique Yuri Suprunenko.

    Margarita Troitsyna
    Pravda.Ru

  4. Era dit :

    Merci Christian, je l’avais traduit ici :
    https://area51blog.wordpress.com/?s=el+zaire
    Il ne s’agit pas de El-Taire mais EL-Zaire (voir les commentaires intéressants en dessous)

  5. christian dit :

    Mille excuses Era, il est vrai que je l’avais également lu chez vous, ç’est l’âge j’ai une demi lune de retard à présent.
    christian

  6. Murielle dit :

    Mines d’uranium, bombes atomiques , centrales nucléaires il y a comme un certain lien qui apparaît mais pourquoi ? Pour observer ce que nous « trafiquons » ou pour se servir des matières premières ?

    • GEORGES dit :

      pour nous empecher de nous en servir,ils ont bien detruit deux missiles atomiques lances vers la lune par les USA.GEORGES.

      • évhémère dit :

        Ah bon ?… Lesquels ?… Quand ?… Les yanquis font des essais nuke sur la lune maintenant ?…

        Notez que ce serait un fantasme-miroir : les mêmes étaient convaincus que les Russes testaient leurs super-bombes H ( 100 mégatonnes ) sur la face cachée, en 1960 !!!… Du coup, ils ont financés des recherches astronomiques de haut-niveau … qui leur a fait découvrir les fameux « sursaut gamma », ces bouffées d’énergie kolossales qui nous viennent de … quelque part dans l’univers et dont nous ne connaissons toujours pas la cause !…

  7. évhémère dit :

    Un cas intéressant … d’autant plus qu’il a été tenu secret : le témoignage était précis et … inquiétant !… En 52, le Congo est toujours une colonie belge, Elisabethville ( devenue Lubumbashi ) était la capitale du Katanga ( maintenant le Shaba) et les mines étaient la propriété exclusive de l’Union Minière, un cartel tout-puissant !…. Des troupes de mercenaires privés ( et même une aviation de combat, probablement un ancien chasseur à hélice de la seconde guerre mondiale, « Mustang » ou « Spitfire » ? ) gardaient étroitement ses installations !… Un engin inconnu s’en est donc approché … ce que même les avions gouvernementaux n’étaient pas habilités à faire !…

  8. Perceval dit :

    Donc voila des gus, qui franchissent des distances inimaginables, tout en croisant un nombre incalculables de planètes,et, de galaxies,et que croyez vous qu’ils font les gus gus,et bien je vous le donne en milles,ils répertorie les gisement d’uraniums sur notre bonne vielle terre,a croire qu’il y a que sur la terre que l’on trouve de l’uranium,délirant comme comportement,a moins qu’ils surveille l’évolution de la technologie terrienne, ou plus simplement qu’ils s’emmerde comme pas possible. Eux les grands manitou de l’espace,auraient besoin d’uranium pour faire fonctionner leurs charrettes ,délirant que je vous dit,pourquoi pas du pétrole ou du charbon. Il y a sûrement une réponse a ce mystère mais comme toujour ,plus tu cherche moins tu trouve, ces mecs sont passé maîtres dans l’art du comportement irrationnel, avec son corollaire d’interrogation sans fin.

    • GEORGES dit :

      c’etait en 1952 a cette epoque il ressencait les sites nucleaires apres les explosions au JAPON,vous n’avez pas ecoute la radio ici et maintenant sur AAAFASSO,ILS EN PARLE,taper MP3 dans recherche puis sur le lien.georges

    • évhémère dit :

      @ perceval : pas de panique, ces « gugusses »-là n’existent pas, de toutes façons … enfin, c’est ce que rabâchent inlassablement les septoques pour clore les discussions dérangeantes !… ( Et la Vérité ?… C’est pas de leur côté qu’on la trouvera !…)

  9. Perceval dit :

    Pour celles et ceux que le sujet passionnent,il existe un magnifique ouvrage déconcertant,mais qui date de 1977 edition Albin michel, collection les chemins de l’impossible,l’auteur Marc Dem,le titre de l’ouvrage:Mégalithes et routes secrètes de l’uranium.On peut le trouver en occasion.

  10. évhémère dit :

    @ de « Khéna » à « oncle » Georges : ce récit du colonel Dedrickson ne fait pas l’objet d’un rapport , mais d’un simple ouï-dire !… Un simple missile balistique ne pourrait en aucun cas atteindre la lune ; c’est hors de portée pour des moteurs chimiques dans le cas d’un tir direct , Goddard l’avait démontré en 1919, au cours d’un célèbre exposé qui a fait scandale !… Et depuis, les lois de la physique n’ont pas changé !…

    ( Ce récit a un petit côté « la Terre a peur » , 2° épisode de la série S-F « Perry Rhodan » , publié par K-H Scheer aux éditions Fleuve noir à partir de 1961 !…)

  11. OBERSONN888 dit :

    Bonjour. A mon sens, les mines d’uranium, même abandonnées, pourraient servir comme points radians entrant dans la trame qui se trouve autour de notre planète. Chaque points de cette trame correspondent à des calculs spéciaux. Pour voir ce que c’est, lire l’ancien livre de Bruce Cathie: HARMONIC 695. A bientôt.

Répondre

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :