A qui profitent les rumeurs de fin du monde?

31/05/2010

Source : http://www.reponseatout.com/impression/a/qui-profitent-rumeurs-fin-monde-8916,69.html

21 décembre 2012: à cette date, disent les rumeurs, aura lieu l’apocalypse…Hollywood, friand des pseudo-prophéties sur Internet, en a tiré un film à gros budget. 2012, sur les écrans le 11 novembre, décline un scénario catastrophiste qui s’appuie sur trois rumeurs que Réponse à tout! a placées sur le grill.

Fin du monde n°1: le calendrier Maya arrive en fin de cycle

Les scénaristes d’Hollywood, parfois à court d’idées, n’hésitent pas à mettre en scène les rumeurs qui circulent sur le Net. La dernière en date est une prophétie: la fin du monde serait pour le 21 décembre 2012! A l’origine de cette rumeur, des illuminés qui pensent avoir décrypté le calendrier maya, le baktun… Lequel se remettait à zéro après un cycle de 400 ans. Or, d’après certains calculs, le 21 décembre 2012 serait la date de l’ultime baktun, donc de la fin du monde!

Les Mayas n’ont pas su prévoir leur propre destruction.


Le site canadien Blogparanormal.com, qui dénonce les supercheries, s’amuse de cette interprétation fantaisiste: «Ceux qui en sont à l’origine devraient se demander quelles sont les probabilités qu’une civilisation incapable d’employer ses connaissances pour échapper à son autodestruction se soit inquiétée de ce qui devait arriver dans un futur millénaire?»
La civilisation maya a disparu au Xe siècle, et ses descendants ont été décimés au XVIe siècle…

Les catastrophes ne consultent pas le calendrier
Alain Breton, directeur de recherche au CNRS, commente:
« Effectivement, en 2012, selon le calendrier maya, nous arriverons à la fin du 13e baktun, mais cela ne veut pas dire que c’est la fin du monde! C’est une date charnière comme nous en avons connue dans notre calendrier occidental avec le passage à l’an 1000 ou à l’an 2000. Et chaque date clé amène son lot de prédictions fantaisistes et d’événements apocalyptiques… En réalité, les calendriers sont construits par les hommes, il n’y a pas de rapport direct avec les phénomènes astronomiques et naturels. Quand des catastrophes se produisent, elles n’ont pas consulté le calendrier avant!»

Un coup de pub made in Hollywood
Bien que totalement farfelue, cette prophétie est néanmoins un sujet en or pour Hollywood. Depuis le début de l’année, la Columbia diffuse sur le Net une bande-annonce qui donne le ton: on y voit un moine tibétain qui sonne le tocsin, une vague géante qui déferle sur le toit du monde… Images assorties d’un commentaire qui fait froid dans le dos: «Comment les gouvernements de notre planète pourraient préparer six milliards de personnes pour la fin du monde? Ils ne le feraient pas. 2012. Découvrez la vérité…». En tapant «2012» sur le Net! Une jolie pub et de belles recettes en perspective…

En effet, 2012 a été confié à Roland Emmerich, notamment réalisateur de Independance Day qui raconte une invasion d’extraterrestres débarquant sur Terre pour exterminer l’humanité le jour de la fête nationale américaine… En 1996, le film a cartonné: réalisé avec 51 millions d’euros, il en a rapporté 556 millions! Si 2012, qui bénéficie d’un budget royal de 136 millions d’euros, rencontre le même succès, il pourrait engendrer une recette de 1,36 milliard d’euros!

Apocalypse n°2: La planète Nibiru percute la terre

Sur Internet toujours, 2012 apparaît comme l’année de tous les dangers… En marge de la prophétie maya se greffe Nibiru, une planète fantôme du système solaire, qu’aucun scientifique n’a jamais pu observer ni détecter et qui, après une éclipse de 3600 ans, viendrait frôler la Terre le…21 décembre 2012, provoquant des catastrophes inimaginables!

Une planète fantôme découverte par un écrivain…

L’homme qui a découvert l’existence de cette planète en 1976 est un écrivain, du nom de Zecharia Sitchin. D’après lui, les Sumériens ont appris les premiers l’existence de Nibiru, 4.000 ans avant J.-C. Informés par des extraterrestres, les Anunnakis seraient descendus sur Terre pour trouver des esclaves destinés à extraire l’or des mines! Car, si vous l’ignoriez, ce métal précieux est nécessaire pour entretenir l’atmosphère de Nibiru…

Une hypothèse farfelue
Daniel Rouan, astrophysicien, commente:
«Vous m’annoncez la fin du monde? Ça ne fera qu’une de plus! Plus sérieusement, je ne suis pas au courant de la rumeur Nibiru. En revanche, je connais la veille histoire d’une planète qu’on n’aurait jamais découverte, qui appartiendrait au système solaire, et qui serait plus ou moins une soeur jumelle de la Terre. C’est une supercherie! Si une telle planète existait, elle affecterait nécessairement le mouvement des autres planètes… Et aujourd’hui les mesures sont d’une telle précision que la moindre petite planète, même invisible, serait nécessairement détectée par les effets qu’elle exercerait sur l’orbite des autres planètes. De plus, le ciel étant en permanence surveillé, l’existence d’une planète fantôme est une hypothèse totalement farfelue.»

Un canulard échafaudé par une secte
La planète Nibiru commence à taper sur le système des responsables de la Nasa. Depuis un an, sur son site, l’agence spatiale américaine est débordée par les questions concernant la planète fantôme. Réponse classique de David Morrison, le responsable du service communication de la Nasa: «Laissez-moi répéter que Nibiru est un canular dont une secte fait la promotion. Elle n’existe pas et ne nous menace certainement pas.» La secte à laquelle fait référence Morrison est une organisation américaine «paranormale» du nom de Zetatalk. Celle-ci avait déjà annoncé que Nibiru viendrait nous faire des misères le 15 mai 2003. Or comme il ne s’est rien passé, Zetatalk annonce aujourd’hui que Nibiru est attendue le 21 décembre 2012. A la clé, évidemment, des adeptes en plus…

Rumeur n°3: les grands de ce monde ont déjà leur bunker

Ce qui paraît incroyable, ce n’est pas la fin du monde, mais que Nicolas Sarkozy ou Barack Obama (dont les mandats prendront fin en… 2012) ne soient pas au parfum. L’astuce est donc de faire croire qu’ils le sont et qu’ils ont déjà pris leurs dispositions pour assurer leur survie et celle de quelques privilégiés. C’est ce que laisse sous-entendre une phrase de la bande-annonce de la Columbia: «Comment les gouvernements de notre planète pourraient préparer six milliards de personnes pour la fin du monde? Ils ne le feraient pas.»

Les bunkers norvégiens
Sur Internet, le groupe Projectcamelot a diffusé une lettre d’un prétendu haut fonctionnaire norvégien disant: «Le gouvernement norvégien construit de plus en plus de bases et de bunkers souterrains. Quand on leur demande ce qu’ils font, la réponse est que c’est destiné à la protection du peuple de Norvège. […] La planète X se rapproche, et la Norvège a commencé à stocker de la nourriture et des graines dans la région de Svalbard. […] L’humanité doit survivre et les espèces doivent perdurer. Les gens doivent être informés. Tous les gouvernements sont au courant, et ils se comportent en fatalistes. […] Pour la dernière fois, je prie Dieu pour qu’il nous assiste… mais Dieu ne sera d’aucun secours.» Evidemment, bien que le Projectcamelot prétende avoir sa photo, ce témoin numéro un n’a jamais été identifié…
Cette lettre du corbeau s’appuie sur un fait réel, mais qui n’a rien à voir. Le 26 février 2008, la Norvège a inauguré le Svalbard Global Seed Vault. Dans une île norvégienne du Spitzberg, cette chambre forte souterraine est destinée à la conservation les graines de toutes les cultures vivrières de la planète pour en préserver la diversité génétique. Le projet a, c’est vrai, coûté 5,4 millions d’euros… Mais le corbeau prétend, à tort, que cette arche de Noé végétale accueillera les rescapés, triés sur le volet, de la fin du monde…

Hollywood se frotte encore les mains
Sur le Net, Hollywood a exploité cette rumeur. Prétendre que les grands de ce monde seraient les seuls à être déjà informés et protégés lui permet de se faire de la pub en ayant l’air de diffuser de l’information. Cela s’appelle le «marketing viral». En clair, les majors utilisent des sites qui donnent du crédit à leurs films et en assurent la promotion à l’oeil.
Pour 2012, est ainsi né le site de l’Institut pour la continuité de l’Humanité (www.instituteforhumancontinuity.org)… Evidemment fictif, cet institut aurait été créé par les dirigeants de pays majeurs, et les scientifiques qui y travaillent auraient confirmé, avec 94% de certitude, que la fin du monde était pour 2012! Et pour que les grands dirigeants ne soient pas les seuls survivants, ledit institut organise une grande loterie. Et les gagnants auront le droit d’embarquer dans la nouvelle arche de Noé! Ça aurait été plus sympa de leur offrir des places de cinéma!


Cannes : l’A3F Côte d’Azur rouvre le dossier des OVNI

31/05/2010

Source : http://www.webtimemedias.com/webtimemedias/wtm_article55876.fr.htm

Jean-Pierre Largillet, le 28 mai 2010

Le dossier des PAN (Phénomène Aériens Non-Identifiés), des UFO (Unidentified Flying Object) et OVNI (Objets Volants Non-Identifiés) serait-il le dossier » le plus important d’un point de vue scientifique que le monde n’ait jamais eu à sa portée ». La section azuréenne de l’Association Aéronautique et Astronautique de France le met au programme de sa prochaine conférence, mardi 8 juin à Cannes et aborde les phénomènes étranges du Col de Vence.

Non. Ce ne sont pas des illuminés qui auraient placé les « PAN, UFO et autres OVNI » (Unidentified Flying Object) au programme d’une réunion quasi mystique. Il s’agit de la très sérieuse AAAF (Association Aéronautique et Astronautique de France) qui a choisi ce sujet pour sa prochaine conférence mardi 8 juin à 18 heures, Auditorium du Spacecamp Thales-Alenia Space, Allée des Cormorans à Cannes-la-Bocca. Et pour cela elle a invité deux intervenants, « sérieux » eux aussi : Alain Boudier de l’AAAF Paris – Commission PAN-SIGMA et Serge Tinland du Projet Phenix – Cannes.

Les travaux de la commission Sigma autour des témoignages de première main, des analyses de documents

La France, est-il expliqué, est le seul pays où la collecte des Phénomènes Aériens Non-identifiés (PAN) et l’étude scientifique ont été confiées à partir de 1977 à un organisme civil officiel, le CNES via un groupe d’études, le GEPAN. Les sources d’information du groupe proviennent principalement de protocoles d’accord signés avec le CNES, la Gendarmerie Nationale, la Direction Générale de l’Aviation Civile (DGAC), l’Armée de l’Air et Météo France. Depuis 2005, le GEPAN a ajouté à ses missions classiques une composante informationnelle en devenant le Groupe d’Études et d’Informations des Phénomènes Aérospatiaux Non-identifiés (GEIPAN).

Alain Boudier, qui animera le premier volet de la conférence, est président d’une commission Sigma/3AF, créée par l’AAAF. L’association, en tant que société savante dans les domaines aéronautique, spatial et de défense, s’est en effet sentie tout particulièrement concernée par ces phénomènes si « singuliers » et a entendu pouvoir répondre de la manière la plus objective possible à un certain « flou » d’information. Alain Boudier présentera ainsi les travaux menés depuis 2 ans par la commission Sigma autour des témoignages de première main, des analyses de documents officiels de tous ordres, des synthèses de sources diverses dont Internet, etc.

L’autre volet de la conférence concerne le projet Phenix sur la Côte d’Azur. Il s’agit du même sujet PAN, UFO, OVNI mais pris dans un contexte beaucoup plus local. Le regard sera porté sur les « phénomènes étranges constatés à proximité du col de Vence, à quelques dizaines de kilomètres au nord de Cannes« . Les études de ces phénomènes ont donné naissance au projet Phenix que présentera Serge Tinland, son président.

« Il va falloir abandonner nos certitudes »…

Commentaires de Jean Lizon-Tati de l’A3F concernant le sujet de cette conférence : « le dossier OVNI, UFO (Unidentified Flying Object) et autres PAN, a depuis des décennies voire des siècles, entretenu à la fois l’imagination, la crédulité, la méfiance et l’intérêt d’une partie non négligeable de la population humaine. Aujourd’hui il semble, suite à une montagne de faits plus étonnants les uns que les autres, que ce dossier soit « le dossier » le plus important d’un point de vue scientifique que le monde n’ait jamais eu à sa portée ».

« Pour avoir une chance de percer ne serait-ce qu’une infime partie de son mystère, il va falloir abandonner nos certitudes sur ce que l’on pensait possible ou pas. Il est donc urgent d’imaginer et mettre en œuvre sur le terrain des moyens qui n’ont pas encore été déployés d’une façon officielle, et ce, afin d’avoir peut-être une chance d’approcher au plus près cette « vérité » qui semble se cacher au travers d’un phénomène aussi troublant qu’insaisissable ! »

Contact

http://aaafctedazur.blogspot.com/

Entrée sur réservation le vendredi 4 juin au plus tard auprès de Anne Varennes : Tél. 04 9219 4808 / 4800 ou messagerie anne.varennes@soditech.com. Les participants devront être en possession d’une carte nationale d’identité ou d’un passeport européen.


%d blogueurs aiment cette page :