Barack Obama renonce à la Lune pour viser Mars

Source : http://www.20minutes.fr/article/398208/Sciences-Barack-Obama-renonce-a-la-Lune-pour-mieux-viser-Mars.php

ESPACE – Il présentait jeudi son programme pour la poursuite de l’exploration spatiale. Objectif: Mars vers 2035…

De notre correspondant à Los Angeles

Faire passer la pilule de l’abandon du programme Constellation. Depuis le Centre Spatial Kennedy, Barack Obama a tenté, jeudi, de brosser une vision optimiste pour l’avenir de la NASA, jurant que «personne n’était plus engagé» que lui à la poursuite «de la conquête de l’espace intersidéral».

Les plans initiés par Bush de retourner sur la Lune en 2020? A la poubelle. «Soyons francs: nous y sommes déjà allés. Buzz (Aldrin, présent, ndr) y est déjà allé.» A la place, le président vise Mars, en plusieurs étapes encore floues. Il veut mettre le paquet (6 milliards de dollars d’augmentation pour le budget de la NASA sur les cinq prochaines années) pour «développer de nouveaux moyens innovants de propulsion» et pas «juste améliorer» ceux utilisés depuis 40 ans.



Mars vers mi 2030

Il brosse le calendrier suivant: vers 2025, il «espère» disposer de nouveaux vaisseaux permettant des missions habitées au-delà de la Lune. «Nous commencerons en envoyant des astronautes sur un astéroïde pour la première fois dans l’histoire. Vers le milieu des années 2030, je pense que nous pourrons envoyer des hommes en orbite autour de Mars et les faire revenir sains et saufs sur Terre.» Avant, de poser le pied sur le Planète rouge par la suite. «J’espère que je serai là pour le voir», a dit dans un sourire le président de 49 ans.

En septembre, les trois navettes américaines seront mises au garage. Renoncer aux lanceurs Ares I et V du programme Constellation, cela signifie que les Etats-Unis vont devoir s’appuyer sur la Russie et le privé pour envoyer des astronautes vers la Station spatiale internationale… Sans doute pendant une dizaine d’années (le point le plus critiqué par Neil Armstrong)

Un nouveau lanceur développé à partir de 2015

Obama s’en est pris à ses détracteurs, expliquant que l’Espace n’était plus «une compétition» mais une «collaboration». Il a surtout annoncé l’investissement de trois milliards de dollars dans le développement d’un lanceur lourd. Le concept sera arrêté en 2015 et il faudra sans doute plusieurs années supplémentaires avant que les Américains ne disposent de leur propre engin.

Pour apaiser les critiques (comme celles d’un sénateur républicain de Floride jugeant qu’Obama met le programme spatial «sous respirateur artificiel») certaines portions du Programme Constellation seront finalement sauvées. La capsule Orion verra notamment le jour, mais sera fixée à l’ISS pour offrir un espace de survie en cas de besoin.

Le président a également annoncé un plan local pour l’emploi qui devrait «créer 2.500 postes» en Floride. Un chiffre à relativiser: la mise à la retraite des navettes décidée par son prédécesseur devrait en coûter 7.000 (la moitié des effectifs) au centre spatial Kennedy. Le successeur d’Hubble verra également le jour.

Enfin, à ceux se demandant pourquoi ne pas simplement renoncer à l’aventure spatiale, le président répond en énumérant tous les progrès qu’elle a amenée (télécommunications, énergie solaire, purification de l’eau etc). «Est-ce qu’Apollo était le début ou la fin d’un rêve?» Pour le président, c’était «le début».

Neil Armstrong attaque les plans d’Obama, Buzz Aldrin les défend

Armstrong fut le premier à poser le pied sur la Lune, Aldrin, le second. Alors que Barack Obama doit tenir son grand discours sur l’Espace ce jeudi, les deux pionniers de l’Espace dansent un tango pas vraiment synchronisé autour des plans du président.

L'équipage d'Apollo 11, Buzz Aldrin, Michael Collins et Neil Armstrong (de gauche à droite), a été reçu par Barack Obama à la Maison Blanche, le 20 juillet 2009./Kevin Lamarque/REUTERS

Dans une lettre ouverte, Neil Armstrong, 79 ans, se fâche tout rouge. «Bien que certaines propositions aient du mérite, la décision d’annuler le programme Constellation, ses lanceurs Ares I et Ares V et le vaisseau Orion est dévastatrice». Il conclut: «Sans l’expérience de développer des vaisseaux spatiaux, les Etats-Unis prennent le risque de glisser sur la pente de la médiocrité.»

Obama a en effet décidé d’annuler le programme Constellation de George Bush, qui prévoyait de retourner sur la Lune d’ici 2020 avant d’aller sur Mars. Mercredi, le secrétaire de la Maison Blanche, Robert Gibbs, a justifié la décision: «Une commission indépendante a conclu que certains programmes de la Nasa avaient des années de retard sur le calendrier et dépassaient massivement les budgets» initiaux.

«La Lune? Nous y sommes allés il y a 40 ans»

Critiquée par Armstrong, la Maison Blanche dégaine une lettre de Buzz Aldrin. «En tant qu’astronaute d’Apollo, je ne comprends que trop bien l’importance de toujours explorer de nouvelles frontières. Mais la vérité, c’est que nous sommes déjà allés sur la Lune, il y a 40 ans». Selon lui, «ce dont cette nation a besoin pour maintenir sa position de leader est de concentrer ses ressources à court terme pour abaisser les coûts d’accès à l’espace» –ce que compte annoncer le président.

Dans ce qui ressemble furieusement à un communiqué de presse rédigé par la Maison Blanche, Aldrin achève son plaidoyer: «C’est le bon programme, au bon moment. J’espère que la Nasa et la communauté spatiale vont embrasser cette nouvelle direction. De cette façon, nous pourrons tous ensemble utiliser l’exploration spatiale comme moteur pour booster la prospérité et l’innovation ici, sur Terre».

En résumé, le programme spatial d’Obama c’est
– Une rallonge budgétaire pour la Nasa de 6 milliards de dollars sur 5 ans
– La mise au point d’un lanceur-lourd, à partir de 2015
– La prolongation de la durée de vie de l’ISS 5 ans
– L’abandon du retour sur la Lune pour concentrer les investissements sur les nouveaux moyens de propulsion
– il table (sans précision) vers l’envoi d’un astronaute vers un astéroide, avant l’orbite de Mars mi-2030 –pour plus tard poser le pied sur la planète.

21h23 C’est terminé. Obama achève avec un fervent plaidoyer pour la conquête spatiale, énumérant toutes les innovations qu’elle avait amenées pour nous, sur Terre (énergie solaire, purification d’eau). Est-ce qu’Apollo était le début ou la fin d’un rêve? Pour le président, c’était « le début ».

21h20: Longue tirade pour les « déçus » de l’abandon d’une bonne partie du programme Constellation. « Je vais être direct: La Lune, on y est déjà allé. L’espace est vaste ». Les experts sont divisés: certains pensent que retourner sur la Lune serait une bonne répétition. Pour Obama, c’est une perte de moyens. Il veut se concentrer pour développer « des nouvelles technologies révolutionnaires de propulsion pour viser plus loin »

21h15: Pour 2025, il promet un vaisseau pour aller « au-delà de la Lune, vers l’Espace lointain. On commencera par envoyer des astronautes vers un astéroide. Puis vers mi 2030, un vol en orbite vers Mars« . Avant, peut-etre, de poser le pied sur la planète rouge.

21h15: La Nasa va plancher pour la mise au point d’un lanceur-lourd. Il devrait être construit à partir de 2015. 3 milliards de dollars seront investis.

21h10: Obama reste plutôt flou sur les missions. Il compte « développer de nouveaux robots/sondes pour l’exploration spatiale, le successeur de Hubble, allonger la durée de vie de l’ISS de 5 ans mais aussi déveloper des technologies permettant d’aller sur Mars« .

21h05: Obama rappelle que son plan comprend une augmentation de 6 milliards de dollars sur les 5 prochaines années. Alors même qu’il a décrêté un gel des dépenses dans de nombreux domaines. Traduction: Nasa, estime-toi heureuse.

21h05: La guere froide, c’est fini. Pour Obama, «une compétition globale est devenue une collaboration globale»
Avec la mise au hangar de la Navette cette année, il faudra en effet utiliser le programme Soyouz des Russes pour envoyer des astronautes vers l’ISS.

21h05: «La Nasa symbolise l’Amérique: viser plus haut. L’exploration spatiale pas un luxe, c’est essentiel» pour le président.

21h00: Obama est fan de Star Trek et explique que la Nasa a permis de « repousser les frontières » pour l’humanité. Il refait l’histoire de la Nasa, les Russes premiers dans l’Espace, la course vers la Lune etc.

20h58: Il commence par une blague en expliquant que les membres de la mission Apollo sont les seuls au monde « à ne pas avoir été impressionnés par Air Force One »

20h56: Et voilà le président, blaser marine, cravate gris-bleu. Il remercie tout le monde. Buzz Aldrin est là.

20h55: Il présente Obama en expliquant que le président est « 100% engagé pour soutenir la conquête spatiale »

20h55: Voilà l’administrateur de la Nasa, Charlie Bolden

20h50: On a aperçu le président sur le tarmac.

20h50: Le terrain est plutôt hostile pour Obama. La mise au hangar de la Navette cette année (prévue par Bush) signifie 6.000 suppressions d’emplois au Centre Kennedy. Le plan d’Obama prévoit normalement la création de 2.500 nouveaux postes.

20h45: CNN dispose d’un flux vidéo live ici

20h45: Bienvenue à tous. L’assemblée patiente au Centre Spatial Kennedy. Obama est attendu d’une minute à l’autre.

>> Le discours en vidéo, c’est ici sur CNN

La guerre des étoiles. C’est un peu le climat alors qu’Obama doit détailler un plan déjà critiqué de toute part. La décision de renoncer au Programme Constellation (jugé «en retard et sous financé» par une commission indépendante) passe mal chez certains. Les conséquences sont «dévastatrices», selon Neil Armstrong. Un sénateur républicain de Floride estime carrément que le programme spatial est mis «sous respiration artificielle». Certains comme Buzz Aldrin défendent quand même Obama et son choix de privilégier les investissements pour développer des moyens d’envoyer l’homme dans l’espace à moindre coût.

Avec la mise à la retraite de la navette américaine cette année, il devrait quand même annoncer une concession avec la mise au point, vers l’horizon 2015, d’un «lanceur lourd».

11 Responses to Barack Obama renonce à la Lune pour viser Mars

  1. marcel dit :

    ne veulent ils plus allez ou n ont ils pas le droit
    car ils pourrai avoir une base plus proche de mars
    peut être

  2. sylv1 dit :

    Le programme lunaire constellation semble coûtueux,pour ne faire rien de plus que les missions apollo,jadis au vu du congrès américain.Alors…?
    Ils préfèrent semble-t-il allonger la mission de l’iss »station orbitale internationnale » qui servirait de premier point d’encrage pour effectivement rendre les voyages plus loin,possibles, et moins longs.Alors de là les projets new-look se dévoileront,je pense.

    • GEORGES dit :

      le programe lunaire bien etabli etait de deposer les hommes pres des sites construits ils ont filmes toutes ces ruines et nous ont fournis les preuves que la lune a ete habitee par des extraterrestres ces ruines avaient plus de 1000 ans,et,on dit qu’ils auraient voulus steriliser les sites avec des bombes atomiques une aurait explosee,deux autres interceptees et detruites par ET.bien amicalement georges

  3. GIROUX dit :

    Bonjour.il n y avait pas d autres programmes de calcul par les noms cité pour aller sur la lune.Tout reste a concevoir. l aero spatial est un cercle très fermé.JP Giroux EXPERIENCE.HE.Paris

  4. GIROUX dit :

    bonjour.reste toutefois la notion project impulse’ révolue dimension.une histoire de temps.JP Giroux HE

  5. masquerytte dit :

    bonsoir,une occas de faire croire que grâce à ce programme « on » a découvert de nouvelles technologies,de nouvelles propulsions,etc!mais on est déjà allé sur Mars,aussi morte que la lune!!enfin c’est ce qu' »ils » disent..

  6. sylv1 dit :

    Bonjour Mars a eue la visite de:1) Mars Exploration Rovers – Les rovers Spirit et Opportunity
    •L’agence spatiale américaine (NASA), après un échec cuisant en 1999, a de nouveau tenté d’atterrir sur la planète Mars en 2004. Ce fut un succès ! Les deux véhicules robotisés d’exploration, Spirit et Opportunity, ont atterri sans encombre à la surface et poursuivent encore aujourd’hui leur mission. Ces véritables géologues électroniques parcourrent la surface pour prendre des photographies du paysage martien et faire des analyses et des mesures sur l’environnement et les roches qui les entourent grâce à un formidable attirail d’instruments scientifiques. Leur mission : reconstituer l’histoire de leur site d’atterrissage et trouver des preuves sur l’écoulement passé de l’eau liquide sur Mars.
    2)Mars Reconnaissance Orbiter

    •Mars Reconnaissance Orbiter (MRO), c’est le nom de cet oeil de lynx nouvelle génération destiné à photographier la planète rouge comme elle ne l’a jamais été ! Cette sonde américaine, placée en orbite martienne depuis mars 2006, contribue à affiner nos connaissances sur la planète Mars, l’histoire de l’eau à sa surface, son climat, son sous-sol, etc… MRO peut aussi repérer les meilleurs sites d’atterrissage pour des sondes, ou des hommes !
    3)Phoenix : première sonde à se poser dans une région polaire !

    •L’atterrisseur américain Phoenix s’est posé au pôle nord de Mars le 26 mai 2008. Equipé d’un bras robotique muni d’une pelle et de plusieurs mini-laboratoires, Phoenix a prélèvé et analysé des échantillons de sol martien et de glace pour éclaircir l’histoire climatique et géologique de la région et déterminer si le sol martien est un milieu accueillant pour d’éventuels micro-organismes. Phoenix a cessé d’émettre le 2 novembre 2008 après avoir terminé sa mission.
    Voila masqueryte ce léger hitorique d’exploration martienne ,qui n’ a pas été une gageure,on en conviendra!Mainteant MARS pour 2050 c’est possible, avec un autre lanceur,est- ce que se sera la fusée arès X-1,pas sûr???( voir la vidéo du lancement)
    http://ufoetscience.e-monsite.com/rubrique,la-nasa-lance-ares-x-1,480832.html

  7. XAVIER dit :

    d’aprés tout ce que j’ai lu dans les magazines speciaux, obama a freiner le developement des missions humaines dans l’espace tel le pas de lancement du ARES pour les mission de Mars laisser à l’abondon , le seul point positif serait la poursuite jusqu’en 2020 de l’exploitation de ISS, de la navette 2016 et l’exploration du systeme solaire par des sondes automatiques .
    Moi je pense ceci une administration gourvernementale sans ambition risque tout simplement le succes d’autre comme les chinois, car le but principal de l’humanité pour le 21 eme siecle est l’etablissement d’une base soit sur la lune soit sur Mars en comptant simplement sur une station orbitale qui aurait un role tres important à jouer sur le principe de contruitre le premier vaiseau inter planetaire morale nos gourvernements n’ont rien compris car ils sont tout simplement en fin de vie sur la base de dire que le communisme est fini tout comme le capitalisme voyer ce qui se passe en GRECE le pays qui inventa la democratie

  8. évhémère dit :

    « On y est déjà allé !… » Quelle piètre excuse avancée pour justifier un abandon !… Qui a jamais renoncé à se rendre à un endroit … sous prétexte de visites précédentes ?!… On peut toujours retourner … à moins que cela vous soit interdit ( et que vous n’ayez pas envie d’en parler …)

    Hypothèse, bien sûr !… Voyons les faits : les US ont atteint la lune, mais notre satellite est-il réellement exploré ?… Par les chenillettes-robot soviétiques « Lunokhod » 1 et 2, qui ont roulé sur la lune pendant plusieurs mois, bien davantage que ces exercices de funambules qui servaient surtout à épater la galerie et à sauver la face de cet empire supérieur, ridiculisé à maintes reprises par les moujiks attardés d’Asie centrale !… Seule la menace du programme « Zond » , qui prévoyait l’envoi de toute une expédition digne de « On a marché sur la lune » d’Hergé, aura sauvé le programme « Apollo » de l’abandon en 1967 !…

    L’exploration humaine du Cosmos n’est pas réellement commencée !… Les exploits des robots, aussi performants soient-ils, atteindront vite leurs limites !… Certes Obama ne renonce pas : les budgets NASA et militaire sont en augmentation !… De plus, il précise qu’il s’agit de « concentrer les investissements sur les nouveaux moyens de propulsion » !!!… Sans doute fait-il référence à toute la technologie qui doit sortir des moteurs « Nerva » et maintenant « Vasimir » … Le premier, développé dans le secret de Los Alamos est un enfant de la Bombe et du projet Manhattan : sans la banqueroute financière des States en 1972 pour cause de guerre au Viêt-Nam, un premier vaisseau à équipage mis en orbite autour de Mars était prévu pour les années 1981-83 (dixit « Air &Cosmos » en 1965/66). « VASI-MR » est de conception plus récente : la poussée de particules nucléaires serait confinée dans un faisceau laser !… On en est pas encore à la « fusée lunaire » du professeur Tryphon Tournesol, mais on s’en rapproche : bientôt les moteurs ioniques développeront des poussées comparables aux propulseurs chimiques !… Mars ne sera plus qu’à une trentaine de jours de voyage et logiquement, tout le système solaire deviendra accessible à l’Homme !… Les premiers vols interstellaires auront atteint les étoiles proches ( Alpha du Centaure, Barnard ) avant la fin du siècle, c’est une certitude et notre espèce aura atteint le niveau de la civilisation de type 1 !… Sauf Chaos ( et encore !) la fin de l’Aventure de l’Espace n’est pas à l’ordre du jour !… Même le commentaire désabusé de Lanfeust de Troy ( « les étoiles, c’est bien quand on les contemple accrochées dans le ciel » n’est pas très honnête : l’anti-héros d’Arleston rentre chez lui après de nombreuses aventures !… Pour l’Humanité, on fera le bilan dans 100.000 ans !…

Répondre

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :