Les autres avions secrets

Le Boeing F-22 Raptor "Tealth Bird of prey"

Boeing a dévoilé le "Bird of Prey" lors d’une cérémonie vendredi, 18 octobre [2002] à St Louis. Le "Bird of Prey" est un avion de démonstration de technologie qui a frayé un chemin vers de technologies de pointes permettant une faible observabilité et de conception, de développement et de production révolutionnaires pour les avions.

Développé par l’organisation de recherche et développement avancés Phantom Works de Boeing, le Bird of Prey était l’un des premiers avions a utiliser de grandes structures en une pièce de matériaux composites; un outillage peu coûteux et jetable; et des simulations d’assemblage virtuel en 3D de conception et de réalisation d’avion pour établir que l’avion était bon marché autant que doté de hautes performances.

(Source: http://www.boeing.com)

Le programme de développement de ce projet été entièrement financé par Boeing sur ses propres fonds, à hauteur de 67 millions de dollars. C’est uniquement un avion de démonstration, il ne sera pas utilisé de manière productive, il ne sera pas construit en série. Il sert à essayer de nouvelles technologies qui seront, si elles fonctionnent, utilisées par la suite sur d’autres nouveaux avions, comme, dans le cas du Bird of Prey, l’inclusion de son mode de construction dans l’UCAV (avion sans pilote) X-45.

L’avion est subsonique, son moteur tout à fait conventionnel est un turboréacteur Pratt & Whitney JT15D-5C, ce qui lui permet une vitesse normale de 260 noeuds et une altitude maximale de 20,000 pieds.

Son envergure est d’environ 23 pieds et sa longueur de 47 pieds, il pèse presque 7400 livres.

Il y a eu 38 vols d’essais et de démonstration de cet avion. Le premier de ces vols a eu lieu en automne 1996.

Le Bird of Prey comme OVNI?

Dès la présentation publique de cet avion en octobre 2002, certain jugèrent bon d’affirmer que les OVNIS sont désormais expliqués.

Pourtant nous avons là un avion qui:

  • est subsonique, volant à une vitesse guère extraordinaire de 260 noeuds. Des cas d’OVNIS vraiment troublant montrent des déplacements à des vitesses bien plus élevées,
  • n’est pas silencieux. Utilisant un turboréacteur assez courant, il n’explique aucun des cas d’OVNIS vraiment troublant dans lesquels le phénomène a été totalement silencieux ou a émis un son sans rapport avec celui d’un turboréacteur, même discrètement placé au-dessus du fuselage,
  • n’est pas un avion de production. Il n’a effectué que 38 vols de test et démonstration en des zones protégées et sous haute surveillance, et non pas des vols à la vue du public de tous les pays, ce qui est le cas pour le phénomène OVNI,
  • n’existe que depuis 1996. Des rapports d’observations d’OVNIS innombrables existent qui sont bien antérieurs à 1996,
  • sert à tester des techniques de vol discret. Si l’objectif de cet avion est de ne pas être vu ou entendu, alors il ne générera certainement pas une augmentation d’observations d’OVNIS. S’il n’est pas aussi "invisible" que certain l’affirment, alors un observateur verra bien qu’il s’agit d’un avion,
  • ressemble à un avion. Certes, son apparence est inhabituelle au niveau des ailes en V inversé quand elles sont vues de face, mais guère plus que bien d’autres avions plus anciens. Les ufologues savent distinguer dans les témoignages ce qui peut et ce qui ne peut pas être un avion,
  • sert à tester des techniques pour rendre des avions indécelables par les radars. Or justement les cas d’OVNIS les plus troublants pour les chercheurs sont ceux d’observation visuelles correspondant à des échos radars. S’il est indétectable au radar, il n’enrichira pas le dossier des cas radar/visuels sérieux,
  • ne peut effectuer le vol stationnaire, ni le décollage ou l’atterrissage vertical. De ce fait, d’autres avions ou ballons feraient de bien meilleurs candidats,
  • ne peut disparaître sur place, ni effectuer des virages ou demi tours instantanés, surtout pas à haute vitesse, ni aucune des manoeuvres qui sont un des critères rendant intéressantes et laissant inexpliquées certaines observations d’OVNIS.

Les ufologues sérieux savent depuis le début de leur étude du phénomène que des gens ont pris des avions pour des OVNIS. Ils savent que peut-être 80 à 95 pour cent des récits d’observations d’OVNIS, quand les témoins ne sont pas hautement qualifiés, correspondent à une vaste panoplie d’explications triviales, y compris des avions inhabituels ou mal connus.

Ils savent même que la plupart des témoins qui observent un objet volant dans le ciel pensent d’abord, au début de leur observation, qu’il s’agit bien de quelque avion étrange et secret, et que c’est ensuite, quand le supposé avion se rapproche, ou effectue des manoeuvres que la physique considère impossible, ou quand il atterri et parfois quand ses occupants se montrent, vient le moment ou le témoin doit lui-même à son grand étonnement ou frayeur, accepter que ce qu’il voit n’est pas un avion, même novateur.

Mieux, il existe même des rapports d’observation d’OVNIS pour lesquels ce n’est que bien plus tard que le ou les témoins ont compris que ce qu’ils ont vu ne pouvait pas être "le nouvel avion secret dont on parle," ce une fois que ce nouvel avion secret est effectivement révélé, car alors il s’avère que ce nouvel avion secret est très en-dessous de ce qu’ils avaient observé.

Affirmer, à chaque fois qu’un nouvel avion est annoncé, c’est à dire effectivement plusieurs fois par an depuis près de 50 ans, que le phénomène OVNI a trouvé son explication, cela relève simplement de l’ignorance des données du problème des OVNIS, et même souvent de l’ignorance des données de l’aéronautique elle-même.

Ainsi, le Bird of Prey n’est pas particulièrement approprié comme explication de quelque observation d’OVNI que ce soit, à moins que le témoin ait observé l’engin entre 1996 et nos jours sur les zones de test de la compagnie Boeing, et n’ait pas été assez qualifié ni lucide pour se rendre compte qu’il ne s’agit que d’un avion.

Je note également encore une fois qu’il se dit dans les milieux amateurs que cet avion né en 1996 serait l’explication du très grand nombre d’observations d’OVNIS sur la Belgique en 1989-1990. Je note également qu’un grand nombre de sources d’informations (média, presse aéronautique, sites d’astronomie) ont immédiatement relayé cet annonce, comme une sorte de coutume à chaque fois qu’un nouvel avion est annoncé. Comme normalement ces sources d’informations ne disent rien du tout au sujet du phénomène OVNI qui n’est absolument pas leur sujet, ne relaient aucune information autre que celles dénigrant le phénomène, je me demande s’il n’y a pas là une étude sociologique à faire: l’idée que les OVNIS puissent exister angoisse-t-elle tellement des personnes ou groupes qui "n’y croient pas," qu’il leur faille se raccrocher aux faits les plus insignifiants et "hors sujets" pour se rassurer au sujet de l’inexistence des OVNIS et en même temps se présenter comme des gens sérieux tandis qu’ufologues et témoins ne seraient que des naïfs qui ne sauraient rien en matière de nouveautés aéronautiques?

Source : http://www.ufologie.net/aircraft/birdofpreyf.htm

L’avion furtif de l’armée Nazie : les Ailes des frères Horten

En 1943, lorsque les nazis ont senti que leur défaite était proche, ils se sont mis à fonder leurs espoirs dans de nouvelles technologies, notamment l’aviation. Une multitude de bombardiers allemands étaient abattus pendant les missions, et le nouvel avion devait surpasser les appareils existants en termes de vitesse et de rayon d’action.

Le chef de la Luftwaffe, Hermann Goering, exigeait notamment que le bombardier transporte une charge de 1.000 kg sur une distance de plusieurs milliers de km à la vitesse de 1.000 km/h. Les frères Reimar et Walter Horten ont proposé de créer une "aile volante". Les ingénieurs nazis ont construit seulement trois prototypes. Une fois en Allemagne, les Américains ont saisi les dessins et les développements, avant de les transférer aux Etats-Unis.

"Si les Allemands avaient eu le temps de créer cet avion cela aurait pu être un coup dur", estime le Britannique Peter Marton, de l’Imperial War Museum à Duxford. "Il pouvait développer des vitesses très élevées et avait un rayon d’action surprenant", explique-t-il.

Pour plus de renseignement : http://news.nationalgeographic.com/ne…

source : fatal TV

X-47A "PEGASUS

Le X-47A, surnommé "Pegasus" est construit par Northrop-Grumman sur leurs propres fonds, avec l’appui de l’agence DARPA (agence avancée de projet de recherche de la défense) du gouvernement US et de l’US Navy. Sa caractéristique la plus inhabituelle est celle d’être un avion de combat sans pilote (UCAV) qui est clairement conçu dans un but d’attaque, c.-à-d., la destruction des défenses aériennes de l’ennemi, et non simplement dans un but de reconnaissance.

Il est sans dérive et sans empennage et en forme de cerf-volant. L’absence de queue et de gouvernails de direction s’explique tout à fait bien: il n’y a aucun pilote, son contrôle du roulis et du lacet est entièrement commandé par son informatique en utilisant les parties flexibles de toute son enveloppe: il manoeuvre par l’intermédiaire de six gouvernes, deux élevons et quatre volets, inspirés par les ailes de volantes Northrop des années 50, deux au-dessus et deux au-dessous du fuselage, et une entrée d’air bidimensionnelle.

EST-CE QUE LE PEGASUS EST L’EXPLICATION DES OVNIS?

Le X-47 ne peut expliquer aucun rapport d’OVNI d’avant février 2003.

Le 26 février 2001, l’Integrated Systems Sector de Northrop Grumman Corporation a présenté une maquette grandeur nature du démonstrateur du X-47A. La maquette avait subi 500 heures d’essais en soufflerie et 300 heures de simulations sur ordinateur.

Son premier vol a eu lieu le 23 février 2003, au Naval Air Warfare, China Lake, Californie, Etats-Unis. C’était un vol réussi de 12 minutes qui a consisté essentiellement en un atterrissage sur porte-avion simulé. L’avion était censé atterrir en un point prédéterminé précis, et cet essai a été un succès.

Ce premier vol a été largement annoncé par Northrop-Grumman, de même que les essais précédents du début et de l’arrêt autonomes du moteur. Bien que les détails techniques de la conception de l’avion ne soient certainement pas dans le domaine public, son existence n’a rien d’un secret. Le schéma de sa forme a circulé déjà deux ans avant son premier vol. Une maquette grandeur nature est exposée au public à la Naval Air Station de Patuxent River, Maryland.

Source : Ufologie.net

Le Lockhead Blackbird / A-12 Oxcart

Le Lockheed A-12 Oxcart est un avion espion conçu par les États-Unis d’Amérique au tout début des années 1960. Il était capable de voler à de très grandes vitesses (plus de 3 500 km/h) et à très haute altitude (plus de 25 000 mètres) afin d’échapper à toute interception ou dispositif anti-aérien.

Le A-12 était mis en oeuvre par la CIA et sa version opérationnelle était monoplace. Seulement une petite vingtaine d’exemplaires ont été construits, dont la carrière a été très courte puisqu’elle a commencé en 1965 et s’est arrêtée en 1968. Cet avion a donné naissance au plus connu SR-71 Blackbird (biplace destiné à l’USAF), ainsi qu’au Lockheed YF-12 (projet d’avion d’interception biplace).

Le Lockheed SR-71 Blackbird est une version de l’avion espion Lockheed A-12 Oxcart construite à 31 exemplaires pour l’armée de l’air américaine, qui l’utilisa principalement de 1968 à 1990.

Egalement surnommé « Dragon Lady » ou « Habu » (du nom d’un serpent noir demeurant sur certaines îles du Japon), le SR-71 conserve la silhouette unique et les performances extraordinaires du A-12 mais s’en distingue par des capteurs de reconnaissance spécifiques et la présence d’un second membre d’équipage chargé de les mettre en oeuvre.

Lockheed-Martin F-117A Night Hawk

Le Lockheed-Martin F-117A Night Hawk est un avion d’attaque au sol conçu par les États-Unis dans la seconde moitié des années 1970. C’est le premier avion militaire au monde étudié dès le départ pour avoir la signature la plus réduite possible et, assez logiquement, le premier avion furtif à avoir été mis en service.

À cause de ses formes inhabituelles et du secret qui a entouré tant l’avion (son existence n’a été reconnue officiellement qu’en 1988) que ses missions, le F-117 est soupçonné d’avoir donné lieu à de nombreuses observations d’ovnis triangulaires, y compris durant la Vague belge d’ovnis (1989-1992).

Construit à 59 exemplaires seulement, le F-117 est retiré du service en avril 2008. Il a effectué son dernier vol le 21 avril 2008[1]. Il était prévu de l’utiliser jusqu’en 2018 mais les surcoûts du F-22 ont précipité sa retraite[2]. Tous les appareils existants ne seront pas stockés à Davis-Monthan AFB sous administration civile où vont généralement les avions retiré du service mais iront en zone militaire interdite à Tonopah Test Range dans le Nevada pour éviter les fuites de matériaux sensibles toujours d’actualité sur cet appareil.

North Américan X-15

Le North American X-15 est un avion fusée expérimental américain, construit dans le cadre d’un programme de recherche sur les vols à très haute vitesse et très haute altitude. De 1960 à 1968, les 3 exemplaires construits ont effectué environ 200 vols d’essais pour le compte de la NASA, pulvérisant tous les records de vitesse et d’altitude détenus par un aéronef piloté à aile fixe.

Le X-15 a établi des records définitifs de 7 272,68 km/h pour la vitesse (le 3 octobre 1967) et de 107 960 mètres pour l’altitude (le 23 août 1963). Il a permis aux Américains de récolter de très nombreuses données sur le comportement des flux d’air, le frottement aérodynamique, le contrôle et la stabilité d’un aéronef à grande vitesse et hors de l’atmosphère, ainsi que les techniques de rentrée dans l’atmosphère.

Northrop B-2 Spirit

Le Northrop B-2 Spirit est un bombardier stratégique et l’un des plus célèbres avions furtifs actuels des États-Unis. Destiné au bombardement stratégique, il est l’aéronef le plus onéreux du XXe siècle avec un coût unitaire — recherche et développement inclus — estimé entre 1,157 milliard et 2,2 milliards de dollars US en 1998. Cependant, il n’est pas approprié d’évoquer un prix unitaire pour le B-2 en raison du petit nombre d’exemplaires construits. Il est délicat d’extrapoler sans tenir compte des équipements et infrastructures, de la logistique et de la formation dans le cadre d’un processus industriel de production.

Le premier vol du prototype a eu lieu le 17 juillet 1989 et le premier avion opérationnel a été réceptionné par l’United States Air Force (USAF) à la fin 1993. Fin 2006, l’USAF indique qu’il devrait rester en service jusqu’en 2058 .

L’aurora

Est-ce que l’US Air Force ou l’une des agences secrètes des Etats-Unis possède un avion secret hypersonique capable d’atteindre Mach 6? Des indices de plus en plus nombreux tendent à répondre par l’affirmative à cette question. Peut-être que l’événement le plus probant de l’existence de cet avion est l’observation d’un avion triangulaire au dessus de la mer du Nord par un ingénieur de l’industrie pétrolière Chris Gibson De même que les fameux tremblements de ciel entendus au dessus de Los Angeles depuis le début des années 1990 ont permis de connaître les installations secrètes de Groom Lake dans le désert du Nevada, de nombreux autres faits nous fournissent des indications sur la façon dont cet avion secret pourrait fonctionner. La rumeur est constamment niée par les autorités américaines, le nom de l’avio est Aurora.

Le monde civil utilise la désignation Aurora nommé parce que la gaffe d’un censeur l’a laissé paraître en-dessous du SR-71 Blackbird et du U-2 dans la demande de budget de 1985 du Pentagone. Même si c’était le nom réel du projet, il aurait été changé à ce jour après avoir été compromis d’une telle façon.

Le vrai nom de l’avion comme son existence ont été maintenus secrets. Ceci n’a cependant rien d’inhabituel, le chasseur stealth de F-117a a été maintenu secret pendant plus de dix ans après son premier vol d’essai de pré-production. Le projet est ce qui est techniquement connu comme programme spécial d’accès (SAP). En général, de tels projets désigné sous le nom "programmes noirs" (black programs).

Le premier indice de l’existence d’un tel avion apparut le 6 Mars 1990, un des avions Lockheed SR-71 "Blackbird" de l’US Air Force brisa le record officiel de vitesse aérienne entre Los Angeles et l’aéroport de Dulles à Washington. Là, une brève cérémonie a marqué la fin de la carrière opérationnelle du SR-71. Officiellement, le SR-71 était retiré pour économiser les 200 à 300 millions de Dollars par an qui était nécessaire pour maintenir sa flotte. Quelques journalistes ont dit que l’avion était devenu superflu à cause des satellites d’espionnages sophistiqués.

Mais il y avait un problème: l’U.S. Air Force n’a fait aucune opposition à la mise en retraite de l’avion, et des tentatives par le Congrès de rétablir le programme ont été découragées. Jamais dans l’histoire de l’U.S. Air Force un programme avait été clôturé sans opposition. L’Aurora est le facteur manquant de la fermeture silencieuse du programme SR-71.

Examiner un nouvel avion aussi radical crée des coûts immenses et des dérangement considérables, non seulement dans la conception et le développement d’un prototype, mais également par la nécessité de créer une zone de test secrète pour l’avion qui soit évidemment différente de celles que le public connaît déjà.

Groom Dry Lake, dans le désert du Nevada, est l’endroit ou se trouve l’une des zone de test les plus avancée des US. C’est l’endroit le plus probable des essais de l’Aurora. Si l’on compare Groom Lake aujourd’hui avec des images de cette base dans les années 70, il est évident que plusieurs des bâtiments et des hangars plus grands ont été ajoutés pendant la décennie suivante. En outre, le service d’essai de Groom Lake dispose d’une piste de dans l’ancien lit du lac d’une longueur de six milles de long, deux fois plus longue que les plus longues autres pistes aux Etats-Unis. La raison d’une si longue piste est simple: elle est déterminée par la distance qu’un avion exige pour accélérer au sol afin de prendre son envol, ou la distance que l’avion doit parcourir pour ralentir au moment de l’atterrissage. Cette distance est proportionnelle à la vitesse à laquelle le décollage a lieu. Habituellement, des pistes très longues sont conçues pour les avions ayant des vitesses minimum très élevées de vol, et de même que dans le cas d’Edwards AFB, ce sont des avions qui sont optimisés pour des vitesses maximum très élevées. Près de 19.000 pieds de la piste à Groom Lake sont pavés pour des opérations normales.

Source : ufologie.net

L’avion secret A-17 de l’US airforce

Vue d'artiste du A-17 Stealth X plane

Vue d'artiste du A-17 Stealth X plane

Considéré en général comme un représentant de la quatrième génération des avions indétectables, l’A-17 est censé être une évolution du chasseur tactique avancé YF-23, et remplacera le bombardier F-111. Le YF-23 a perdu sa compétition avec le Lockheed F-22, mais ses technologie pourraient facilement être adaptées pour d’autres projets.

Des recherches récentes donnent à penser que le célèbre Aurora aperçu par Chris Gibson aurait put être un A-17. Plus d’informations sur ce thème peuvent être trouvées dans les pages concernant le SR-71 Blackbird, l’Aurora, et Chris Gibson.

voir aussi

Le Loflyte

Black Hélicopters

Lightcraft

About these ads

3 réponses à Les autres avions secrets

  1. UN chouka dit :

    Merci pour cette excélente note.

  2. André L. dit :

    Ça me fait bien rire le titre "Les autres avions secrets", car je me dit, qu’a partir du moment ou s’est photos, informations (descriptions, etc…) circule sur le web, comme ici sur se blog, ils ne sont plus secret, car il sont connu et dévoilé au public. J’ai eu la chance (je vous mentionne ça bien humblement) de voir de mes propre yeux, en personne volé au dessus de ma tête un vrai avion secret (qu’ont peut qualifié de secret), je parle de ceci, il sagit d’un extrait qui viens de mon témoignage d’enlèvement :
    "Environ une demi heure après avoir vécu cette incroyable évènement, j’ai vue au même endroit que la grosse “masse noir” (la soucoupe volante), une avion qui a passé a très basse altitude et a très basse vitesse, cette avion était très grosse complètement noir, sans aucun hublot sur le coté de l’avion, il n’y avait pas de signe et/ou symbole sur cette avion a part des partit de lettre verte illisible, incompréhensible a lire incrusté dans la carlingue sur le coté de l’avion, cette avion ne faisait aucun bruit quand elle volait, j’ai eu le temps de voir la fenêtre du cokpite et elle était noir très foncé, ont ne pouvait rien voir a l’intérieur, cette avion me faisait pensé a un gros boing mais il y avait un réacteur gris foncé au bout de l’avion mais quand il a passé au dessus de l’endroit ou il y avait la “masse noir”se réacteur était pas allumé, cette avion est sûrement un avion furtif espion, qui appartient aux services secret des USA."

    Je crois que cette avion est connu que par quelques personnes seulement, alors voila pour moi a quoi ressemble un vrai avion secret, autrement dit, la personne qui a créé le sujet «Les autres avions secrets», a pas choisie le bon titre pour son sujet, il aurait peut être du appelé se sujet "les avions moins connu du public".

  3. Christian dit :

    Concernant la soi-disante preuve de l’avion Aurora prise depuis une plate-forme de forage, on sait depuis des années que c’est un "fake"

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

Suivre

Recevez les nouvelles publications par mail.

Joignez-vous à 1  080 followers

%d bloggers like this: