Exmouth : Zone 51 australienne ?

exmouthRécemment deux avions de passagers on signalé des defaillances techniques qui ont entrainé la perte de contrôle de leur appareil. Un incident s’est produit en Octobre 2008, l’autre en août 2005 et dans les deux cas, l’avion a plongé en piqué. Les deux incidents se sont produits pratiquement au même endroit  dans  la mystérieuse ville de Exmouth, en Australie occidentale. Il se trouve que cette ville contient deux bases militaires hautement restreintes aussi bien que l’Observatoire Solaire de Learmonth qui est également utilisé pour la défense planétaire, y compris le suivi de la ionosphère et la détection de météore : En réalité une excellente couverture pour des activités liées aux OVNI.

A l’intérieur de l’observatoire solaire se trouve le très peu reconnu Observatoire Magnétique Learmonth, qui a été créé par S. Pete Worden de la NASA Ames Research Center, qui ont comme l’un de leurs objectifs la recherche de la vie en dehors de la terre.

Par une remarquable tournure des événements, il est maintenant largement rapporté qu’ un troisième appareil a connu les mêmes problèmes il y a une semaine. Le Samedi 27 Décembre 2008 le vol Qantas 71 avec 277 passagers à bord allant de Singapour à Perth a été forcé de revenir en arrière après que son pilote automatique ait débrayé, suivant des informations erronées livrées aux ordinateurs de bord. L’avion en question était un Airbus A300-330 et l’événement a eu lieu à environ 350 milles marins de Exmouth.

Le rapport mentionne que Geoff Thomas se référait aux événements sur les vols précédents comme une «extra-ordinaire» co-incidence. Il pourrait maintenant revenir sur ses positions. La station Navale de Communications E Harold Holt est très secrete sur ses activités et aurait nié tout lien avec les événements. On en sait encore moins sur la base de la RAAF Learmonth ou le très secret   Observatoire solaire Learmonth dirigé avec efficacité par l’US Air Force. Presque rien n’est connu de l’Observatoire Magnétique de Learmonth établi par la NASA et aussi sous contrôle de l’US Air Force.

Avec la déclaration du haut politicien Malcolm Turnbull à tous les reporters d’actualités du web que les activités liées aux OVNIs sont encore au delà du Top Secret, et la réticence de l’aviation australienne à établir un lien avec les deux affaires précédentes, nous ne saurons pas le dénouement de ces évènements avant longtemps.

La question peut se poser, est-ce que Exmouth est la zone51 australienne ? Est ce que les Ovnis sont surveillés à partir de là, où alors ont ils une base d’atterrissage dans la région afin d’étudier la Terre ?

En attendant il serait sage aux compagnies d’aviation de changer leur trajectoires  et d’éviter Exmouth, en Australie occidentale.

Source :

4 Responses to Exmouth : Zone 51 australienne ?

  1. Cela me rapelle une histoire « récente ». Durant le développement d’un turbomoteur commandé par FADEC (calculateur numérique), des pannes sont apparues quand l’hélicoptère passait dans le faisceau d’un radar. Je n’en dirai pas plus, il y a probablement du secret défense là-dedans.

    L’explication en est simple : les normes auxquelles doivent se pleir les équipements aéroportés sont très sévères, mais établies sur la base de ce qui est effecrtivemnt en service.si demain (voire aujourd’hui, cf l’article ci-dessus) on fabrique un radar d’une puissance exceptionnelle, dans une bande de fréquence inhabituelle, il n’est pas impossible que les équipements électroniques soient troublés par les interférences, et qu’ils aient des comportements inattendus.

    C’est probablement ce qui se passe à Exmouth. Rien de bien mystérieux, (des commandes numériques fausées par un radar) mais certainement quelque chose qui doit rester discret (un radar aux performances hors normes). De là à parler d’ovni, il y a un grand ps que je me refuse à franchir.

  2. biloute dit :

    Ca me rappele un autre evenement en debut Janvier 2008, à Londres Heathrow, lorsqu’un Boeing 777 de British en finale avant l’atterrissage a perdu ses fadecs (ordinateurs de controle moteur) et a eut une double extinction moteur jusqu’au touché.. RUGEUX a l’entree de piste, bon pilotes les rosebeef ont assurés…(distance d’atterrissage=300m, 5 blessés FullStop) Il se disait alors qu’un avion presidentiel (genre Saud’ … Q’tar … Emirati) avec ses contre mesures electroniques actives était alors sur le point de décoller de LHR, d’ou les perturbations electromagnetiques…?

  3. sliderwave dit :

    un tours sur google earth, étrange !!
    21°48’58.72″S 114° 9’56.40″E
    photo du site:

  4. André L. dit :

    On enregistre des manifestations d’O.V.N.I. un peu partout dans le monde. Certains lieux semblent cependant particulièrement privilégiés dans ce domaine.
    C’est le cas d’une partie de l’Australie méridionales, ou le nombre d’observations est fantastique depuis plus de 50 ans, et personne ne parle, pas d’ufologue sur le terrain ?

    Sur le détroit de Bass, il ne se passe pas une journée ou l’on voit des sorties et rentrées dans la mer.

    Au point qu’en se demande à présent si les extraterrestres n’auraient pas établi une grande base secrète dans la mer.

    Ainsi à Burra, petite localité situé à 120 km au Nord d’Adélaïde, vit un garçon, qui à maintenant 62 ans, qu’on appelle depuis plus de 30 ans « l’homme de l’espace » : il raconte en effet avoir été contacté par certains extraterrestres qui l’auraient fait monter à bord de leur vaisseau, et entraîné pour un voyage dans l’espace.

    Son récit parait peu vraisemblable.

    Mais il est certain, par contre, qu’un couple de la même région a dû se résoudre à vendre les terres de sa ferme car les bêtes de l’élevage dépérissaient pour des raisons mystérieuses.

    Les environs d’une autre petite cité, Clare, sont désormais aussi célèbres pour leurs OVNI que pour leurs vignobles.

    Au point d’ailleurs que les habitants finissent par se demander s’il n’existe pas dans leur région, un élément précis qui attire tout particulièrement ces engins.

    Peut-être s’agit-il des mines de cuivre qui sont nombreuses dans la région.

    Commentaire : Le cuivre est un élément qui conduit les énergies électromagnétiques, il peut être donc utilisé pour des armes de 4ème densité.

    Un spécialiste des OVNI, Keith Basterfield, qui signale que si ces mines ne sont plus exploitées depuis longtemps, elles portent pourtant des traces de visites récentes et inexplicables.

    Et il affirme par la même occasion persuadé de l’existence d’une base secrète d’extraterrestres à très grande profondeur (entre 1500 m à 2000m)

    Voilà d’ailleurs qui permettrait peut-être de comprendre ce qui produit les bruits et les lueurs étranges qui se manifestent depuis 50 ans, sans qu’on parvienne à savoir d’où ils viennent.

    Certains récits faits par ceux qui en ont été les témoins sont remarquables.

    Ainsi celui de Deborrah Garrand et son petit frère Phillip : les deux enfants ont vu passer à une cinquantaine de mètres d’eux une étrange lueur qui est ensuite allée disparaître derrière une rangée d’arbres.

    Leur témoignage donna lieu à une enquête des plus sérieuses qui mit en évidence le fait que là où les enfants affirmaient avoir vu l’engin, s’était creusée dans le terrain une empreinte circulaire comme celle qu’aurait pu laisser un appareil gigantesque et très lourd. Une disparition de terre d’argile avait disparu.

    Un autre témoignage encore, celui d’une mère de famille poursuivie sur plus de deux kilomètres et jusque chez elle par un objet brillant aux contours mal définis.

    Ou celui d’une autre femme qui vit trois sortes de soucoupes se pourchasser dans le ciel.

    Mais le cas le plus étrange est sans aucun doute celui de cet homme dont on retrouva le cadavre en 1948 sur une plage quelque-part au Sud d’Adélaïde, et dont nul ne sait encore à ce jour, d’où il venait.

    Il ne fut jamais identifié

    On ne parvint pas non plus à déceler la cause de sa mort.

    Il portait sur lui un exemplaire des œuvres d’Omar Kayyam, le prophète musulman, au milieu duquel était plié un message codé qu’on ne put jamais déchiffrer.

    Le morceau d’une page avait été arraché, et glissé dans sa poche, qui portait ces mots « Tamam Shud » qui signifient « la fin ». Certains ufologues ne sont pas loin de penser qu’il pourrait s’agir d’un extraterrestre.

    Il n’en demeure pas moins vrai que le mystère le plus complet entoure encore des évènements qui se produisent régulièrement a proximité d’Adélaïde, encore en 2007 ? Et personne ne s’en préoccupe.

    Source : « Nostra » du 24 mars 1976 N°207

    Claude BURKEL
    Source: http://www.newsoftomorrow.org/spip.php?article3236

Répondre

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :