Le trou de Poncey sur l’Ignon

4oct1954ponceyPoncey-sur-l’Ignon, petit village situé à une quarantaine de kilomètre de Dijon. Il est 20 heures environ ce 4 octobre 54. La nuit est déjà bien tombée. Thérèse Fourneret, jeune maman de 23 ans,  s’apprête à fermer ses volets. Elle n’en croit pas ses yeux : A une vingtaine de mètre d’elle, à hauteur du prunier familial, elle observe un appareil, une sorte de disque aplati aux extrémités, qui semble « se balancer, un peu comme s’il se préparait à se poser » déclara-t-elle aux enquêteurs. Elle ajoute que l’engin, avoisinant les trois mètres de circonférence, dégage une faible lueur jaune orange.
Ni une ni deux, Thérèse attrape son niard sous le bras et cours se réfugier chez une voisine. Les deux femmes en crise de pa- nique se barricadent, attendant le retour des mâles. Une heure après cette curieuse observation, Thérèse, accompagnée de deux voisins (armés jusqu’aux dents !), s’approche du prunier. Il n’y a rien, nenni, excepté une trace, que l’on appellera par la suite le « trou de Poncey ».
Les documents d’époque fournissent une description détaillée de l’empreinte : «  Sur une surface longue de 1 mètre 50, large à sa base de 70 cm, le sol avait été comme aspiré. […] La terre arrachée était répandue tout autour du trou sur un rayon de 4 mètres environ. […] Aucune trace d’instrument n’expliquait l’extraction de cette masse de terre. […]  Tout se passait comme si la masse de terre avait été sucée par un gigantesque aspirateur ».
Il n’y a par ailleurs aucune empreintes aux alentours. Thérèse Fourneret n’a donc pas halluciné. La nouvelle se répand comme un pet sur une toile cirée. La gendarmerie de Seine-Seine-l’Abbaye est dépêchée sur place pour enquêter. La police de l’air de Dijon, l’armée de l’air ainsi que plusieurs scientifiques se rendront sur place. Ils procéderont à des analyses, des prélèvements, des recoupements de témoignages. Tous sans exception écarteront la thèse de l’imposture, sans pour autant donner d’explications tangibles. L’enquête conclue à « la réalité d’un atterrissage ». De qui ? De quoi ? Pendant quatre années rien ne repoussa sur le « trou de Poncey », pas le moindre brin d’herbe. Autre question en suspend : les observations qui suivirent sur le département les jours, les semaines, qui suivirent à Epoisse, Lacanche, Saulieu, Meursanges et La Roche (voir ci après) ont-elles un rapport entre elles ?
Le mystère, 53 ans plus tard reste entier.
PHOTO : Thérèse Fourneret montrant aux enquêteurs l’inexplicable trace laissé sur le sol par l’OVNI qu’elle avait aperçu.

2 Responses to Le trou de Poncey sur l’Ignon

  1. Pierre Azam dit :

    Bonsoir,
    Article très intéressant, mais à ma connaissance, on peut faire certaines remarques:
    Son niard, enfant je suppose.
    Retour des mâles, hommes je suppose.
    Voisins armés jusqu’aux dents, encore une preuve d’agressivité face à l’inconnu.
    Nenni, non je suppose.
    Un pet sur une toile cirée.
    Au début de l’article, l’engin est en sustentation, plus loin dans l’article on parle d’atterrissage.
    Il faudrait savoir!
    Pas de félicitations pour l’article du journaliste. L’article doit être neutre de termes locaux.
    L’article relate bien un engin, resté en sustentation. La marque au sol, est peut-être due à un patin d’atterrissage.
    Salutations.

  2. Laure Cazet dit :

    Je trouve cet article très pittoresque et dire qu’on ne félicite pas le journaliste me semble un peu ridicule. Il faut replacer les faits dans leur époque, et il me semble qu’en ce temps là on ne s’embarrassait pas du « politiquement correct ». Je trouve donc au contraire ces tournures de phrase très intéressantes car elles datent un peu plus cet article et au moins, ça fait sourire! Et puis pour la distinction entre objet en suspension et atterrissage, on peut très bien supposer que l’engin s’est posé pendant la fuite de Mme Fourneret ou que simplement le fait de se tenir en suspension au dessus du sol correspondrait à la façon dont cet engin atterrissait… bref si on veut couper les cheveux en quatre, on peut aller loin comme ça!
    Pour ma part, cet article me plait beaucoup, d’autant que je suis de Poncey!

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :